Pleins feux sur le jihad mondial(14-20 juin 2018)

Chars syriens attendant le début de la campagne de reprise du Sud de la Syrie (El-Mehwar, 16 juin 2018)

Chars syriens attendant le début de la campagne de reprise du Sud de la Syrie (El-Mehwar, 16 juin 2018)

Renforts de l'armée syrienne près d'Al-Safa (El-Mehwar, 17 juin 2018)

Renforts de l'armée syrienne près d'Al-Safa (El-Mehwar, 17 juin 2018)

L'un des intervenants dans la vidéo appelle les forces rebelles à se

L'un des intervenants dans la vidéo appelle les forces rebelles à se "repentir" et à se joindre aux combats contre les "ennemis d'Allah" (Haqq et site de partage de fichiers, 13 juin 2018)

Membres des Bataillons de l'Imam Ali en Syrie (Page Facebook des bataillons de l'Imam Ali, 20 janvier 2018)

Membres des Bataillons de l'Imam Ali en Syrie (Page Facebook des bataillons de l'Imam Ali, 20 janvier 2018)

Cheikh Sami al-Uraydi, l'autorité religieuse suprême des Gardiens de la religion affiliés à Al-Qaïda.

Cheikh Sami al-Uraydi, l'autorité religieuse suprême des Gardiens de la religion affiliés à Al-Qaïda.

Combattants talibans et soldats de l'armée afghane tenant des fleurs pour marquer l'accord de cessez-le-feu avant l'Eid al-Fitr.

Combattants talibans et soldats de l'armée afghane tenant des fleurs pour marquer l'accord de cessez-le-feu avant l'Eid al-Fitr.

Principaux événements
  • L’armée syrienne a continué à renforcer ses troupes dans la région de Deraa et à se préparer à une attaque dans le Sud de la Syrie. Dans le même temps, l’armée a recommencé à se battre contre l’enclave de l’Etat islamique à Al-Safa, au Nord-Est d’As-Suwayda. Outre les préparatifs sur le terrain, les contacts entre les parties, notamment la Russie, les États-Unis et Israël, se poursuivent. À ce stade, il semble que les groupes rebelles ne manifestent pas de volonté de parvenir à un accord et, selon les médias syriens, ont « choisi la guerre ».
  • Le 18 juin 2018, une frappe aérienne a été menée près de la ville d’Abu Kamal contre les milices irakiennes chiites (opérant dans le cadre de la Mobilisation populaire) gérées par l’Iran sur le sol syrien. Selon un rapport publié par la Mobilisation populaire, un siège permanent des milices irakiennes en Syrie, situé à quelque 700 mètres de la frontière, a été attaqué. Selon un autre rapport, un convoi militaire (qui se serait arrêté près du siège) a été attaqué. Au total, 52 morts ont été signalés, principalement des membres des milices irakiennes et un petit nombre d’officiers et de soldats syriens. La présence des milices chiites irakiennes gérées par l’Iran en territoire syrien avait pour but de sécuriser la zone du passage frontalier d’Abu Kamal. La route d’approvisionnement terrestre entre l’Irak et la Syrie passe par le passage d’Abu Kamal, ce qui justifie son importante stratégique pour l’Iran.
  • L’Etat islamique a poursuivi sa campagne de terrorisme et de guérilla en Afghanistan. Cette semaine, un attentat suicide a été perpétré lors d’une réunion entre les forces de sécurité afghane et les taliban (environ 25 morts). L’objet de la réunion était l’accord de cessez-le-feu entre le gouvernement afghan et les taliban, qui a été déclaré à l’occasion de l’Eid al-Fitr. L’objectif de l’attaque était de saboter l’accord (par lequel l’Etat islamique n’est pas concerné) et de contrecarrer toute tentative de réconciliation entre le gouvernement afghan et les talibans.
L’implication russe en Syrie
  •  À la lumière des préparatifs de l’armée syrienne pour une attaque dans le Sud de la Syrie, des contacts ont eu lieu entre les Etats-Unis, la Russie et Israël :
  • Le Président russe Vladimir Poutine a téléphoné au Premier ministre Binyamin Netanyahu pour discuter de la situation en Syrie. Selon les rapports russes, les parties ont discuté de la situation en Syrie dans le contexte d’un effort conjoint pour assurer la sécurité dans la zone frontalière entre la Syrie et Israël. Les deux dirigeants ont exprimé leur volonté de renforcer la coordination concernant la Syrie, y compris dans le cadre de la campagne contre le terrorisme international (Site Internet du Kremlin, 15 juin 2018).
  • Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s’est entretenu avec le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo. Selon le porte-parole du département d’État américain, le secrétaire d’État a souligné que les États-Unis étaient attachés à l’accord de cessez-le-feu dans la zone de désescalade du Sud-Ouest de la Syrie. Selon le porte-parole, Pompeo a noté qu’il était critique pour la Russie et le régime syrien d’adhérer à l’arrangement et de garantir aucune activité unilatérale dans la région (Site Internet du Département d’Etat américain, 18 juin 2018).
Syrie
Préparatifs de l’armée syrienne en vue de la campagne dans le Sud du pays
  • Cette semaine, il n’y a pas eu de changement dans la situation dans le Sud de la Syrie. L’armée syrienne poursuit ses préparatifs avant la campagne de reprise du Sud. Selon les médias syriens et russes, des renforts militaires sont arrivés à Daraa avant la campagne. Selon les médias, les renforts comprennent des chars et des pièces d’artillerie des « forces du tigre » envoyées à Daraa. Suheil Hassan, commandant des « forces du tigre », serait arrivé dans la province de Daraa (Al-Watan, Syrie, 19 juin 2018, agence russe Anna News, 18 juin 2018, Enab Baladi, 18 juin 2018).
  • Dans le même temps, l’Armée syrienne libre et d’autres organisations rebelles se préparent aux combats dans la région de Daraa. La zone a été divisée en plusieurs zones contrôlées par des salles d’opérations séparées et des armes et des munitions ont été distribuées aux différentes forces (Enab Baladi, 18 juin 2018). Selon les médias syriens, il n’y a eu aucun progrès dans les contacts, et l’armée syrienne n’attendra que peu de temps avant que les forces rebelles ne décident si elles cherchent la réconciliation ou la guerre. Il semble cependant que les organisations rebelles ont « choisi la guerre » (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 18 juin 2018, Enab Baladi, 18 juin 2018).
L’armée syrienne reprend son attaque contre l’enclave de l’Etat islamique au Nord-Est d’As-Suwayda
  • Après une accalmie de plusieurs jours, l’armée syrienne a repris les combats contre l’enclave de l’Etat islamique à Al-Safa, au Nord-Est d’As-Suwayda. L’armée aurait profité de la trêve pour renforcer ses troupes et se prépare à l’attaque afin d’éliminer la présence de l’Etat islamique dans la région (Al-Alam, 17 juin 2018, Awqat Al-Sham, 16 juin 2018).

Renforts de l'armée syrienne près d'Al-Safa (El-Mehwar, 17 juin 2018)
Renforts de l’armée syrienne près d’Al-Safa
(El-Mehwar, 17 juin 2018)

L’Armée de Khaled bin Al-Walid, proche de l’Etat islamique, cherche des alliés

  • L’Armée de Khaled bin Al-Walid, affiliée à l’Etat islamique, déployée dans le bassin de Yarmouk, a récemment cherché des alliés. Le 13 juin 2018, l’Armée de Khaled bin Al-Walid a publié une vidéo appelant les tribus sunnites du Sud de la Syrie à s’unir à elle et aux organisations rebelles pour se « repentir » et joindre leurs forces dans la lutte contre « les ennemis d’Allah », soit l’armée syrienne et les forces qui la soutiennent (Haqq et site de partage de fichiers, 13 juin 2018).


L’un des intervenants dans la vidéo appelle les forces rebelles à se « repentir » et à se joindre aux combats contre les « ennemis d’Allah » (Haqq et site de partage de fichiers, 13 juin 2018)

  • La vidéo est une indication de la difficile situation de l’armée de Khaled bin Al-Walid. Face à l’attaque imminente de l’armée syrienne, les membres de l’Etat islamique se retrouvent face à une force militaire supérieure, sans alliés, isolés du reste des organisations rebelles, qui refusent de collaborer avec eux
Est de la Syrie

Des dizaines de membres des milices chiites irakiennes tués dans un raid aérien dans la région d’Abu Kamal

  • Le 18 juin 2018, une frappe aérienne a été menée dans la région d’Abu Kamal contre des milices chiites irakiennes gérées par l’Iran. La frappe aérienne a été effectuée dans le village d’Al-Hiri, près d’Abu Kamal (Compte Twitter Qawem_Qawem, 19 juin 2018). L’attaque a visé un convoi militaire qui s’est arrêté au village d’Al-Hiri. La Mobilisation populaire, le cadre responsable des milices irakiennes, a déclaré que la cible de l’attaque était le quartier général des 45e et 46e brigades de la Mobilisation populaire, situé en territoire syrien, à environ 700 mètres de la frontière irakienne (Site Internet de la Mobilisation populaire, 18 juin 2018).
  • Jusqu’ici, on ne sait pas qui était derrière la frappe aérienne. Il existe plusieurs versions : Le régime syrien a accusé la coalition internationale dirigée par les États-Unis. Une source de l’armée syrienne a déclaré que « la Coalition américaine a attaqué une de positions militaires dans le village d’Al-Hiri, au Sud-Est d’Abu Kamal, causant des pertes » (SANA, 18 juin 2018). La Mobilisation populaire irakienne, dont les membres ont été touchés par la frappe aérienne, a également attribué l’attentat aux États-Unis et a demandé aux Américains de fournir une explication à cet effet (Site Internet de la Mobilisation populaire, 18 juin 2018). D’un autre côté, le porte-parole du Commandement central des Etats-Unis a affirmé qu’aucun membre de la coalition n’avait mené de frappes aériennes près d’Abu Kamal (Reuters). Un porte-parole du département américain de la Défense a déclaré à l’agence de presse TASS qu’aucune frappe aérienne n’avait été menée par les Etats-Unis et la Coalition (18 juin 2018). Un haut fonctionnaire de l’administration américaine, qui a requis l’anonymat, a affirmé qu’Israël avait procédé à la frappe aérienne (CNN, 18 juin 2018).
  • Un total de 52 personnes ont été tuées dans l’attaque aérienne, dont 30 membres des milices chiites irakiennes gérées par l’Iran. Parmi les victimes figuraient au moins 16 combattants syriens, dont un officier au grade de lieutenant-colonel. Les morts chiites appartiennent à des milices irakiennes gérées par l’Iran. Selon une source irakienne, les milices en question étaient les Bataillons du Hezbollah[1], Asaib Ahl Al-Haq[2] et le Mouvement Nujaba[3] (Iraq Al Khayr, 18 juin 2018). En outre, parmi les victimes figuraient des membres d’une milice irakienne appelée les Bataillons de l’Imam Ali. [4]
  • Le 18 juin 2018, la Mobilisation Populaire a publié une déclaration de clarification concernant l’activité des milices irakiennes en territoire syrien (Site Internet de la Mobilisation Populaire, 18 juin 2018) :
    • Les membres de la Mobilisation Populaire sont présents dans la région d’Abu Kamal depuis sa libération (Novembre 2017), à la connaissance des forces de sécurité irakiennes et du gouvernement syrien.
    • Les membres de la Mobilisation populaire sont engagés dans la sécurisation de la zone frontalière avec l’armée syrienne.
    • Le siège qui a été attaqué était situé dans une zone désolée près de la frontière. Il s’agit d’une zone militairement essentielle parce que les terroristes tentent depuis là de s’infiltrer en territoire irakien. Ainsi, les membres de la Mobilisation populaire sécurisent le sol irakien et défendent la souveraineté irakienne.
    • La présence de milices chiites irakiennes gérées par l’Iran sur le territoire syrien est une preuve supplémentaire de l’importance majeure attribuée par l’Iran au terminal d’Abu Kamal. Leur présence est destinée à aider au combat contre l’Etat islamique et à sécuriser le terminal. La route d’approvisionnement terrestre de l’Irak vers la Syrie passe par ce terminal. Il est destiné à permettre le transfert d’agents et d’armes, servant ainsi les intérêts stratégiques iraniens. [5]

Affrontements entre l’armée syrienne et l’Etat islamique sur la route reliant Abu Kamal à Al-Mayadeen

  • Le 14 juin 2018, des affrontements ont eu lieu entre l’Etat islamique et l’armée syrienne et les forces qui la soutiennent dans la région d’Al-Mayadeen, au Nord-Ouest d’Abu Kamal. L’armée syrienne aurait balayé une vaste zone désertique à l’Ouest d’Al-Mayadeen, rétabli le contrôle de plusieurs positions et neutralisé des douzaines d’engins piégés (SANA, 14 juin 2018).
  • Le 17 juin 2018, des membres de l’Etat islamique ont attaqué des avant-postes de l’armée syrienne le long de la route reliant Abu Kamal à Al-Mayadeen. Selon un rapport de l’Etat islamique, sept soldats syriens et trois Iraniens de la Force Qods ont été tués dans l’attaque. Les membres de l’Etat islamique auraient saisi des armes, des munitions et de l’équipement. En outre, le 17 juin 2018, l’Etat islamique a attaqué un village à 3,5 km au Nord d’Al-Mayadeen (Amaq, 17 juin 2018).

Zone d’Al-Hasakah

  • Le 17 juin 2018, les forces des FDS kurdes ont pris le contrôle du village d’Al-Dashisha, principal bastion de l’Etat islamique au Sud d’Al-Hasakah. L’Etat islamique aurait subi au moins 30 morts et ses membres auraient perdu les villages adjacents (Observatoire syrien des droits de l’homme, 17 juin 2018). La prise de contrôle du village est une réalisation majeure des forces des FDS et une étape importante pour le nettoyage de la zone au Sud d’Al-Hasakah de la présence de l’Etat islamique et pour l’établissement du contrôle kurde à l’Est de l’Euphrate.
Les FDS dans le village d'Al-Dashisha. Gauche: Le village d'Al-Dashisha (Bureau de presse des YPG, 17 juin 2018)    
Les FDS dans le village d’Al-Dashisha. Gauche: Le village d’Al-Dashisha (Bureau de presse des YPG, 17 juin 2018)
Région d’Idlib
  •  L’organisation des Gardiens de la religion dans la région d’Idlib, une faction jihadiste fidèle au chef d’Al-Qaïda qui s’est séparée du Siège de Libération d’Al-Sham[6], a récemment attaqué une force de l’armée syrienne. L’attaque a eu lieu à environ 15 km à l’Ouest de Jisr Al-Shughur (au Sud-Ouest d’Idlib). L’organisation a affirmé avoir tué deux soldats syriens. Le 16 juin 2018, l’organisation a publié une vidéo dans laquelle son leader, Cheikh Sami al-Uraydi, appelle à adhérer au jihad et à Allah comme condition de la victoire (YouTube, 16 juin 2018).
Principaux développements en Irak
Activités de l’Etat islamique
  • Cette semaine, l’Etat islamique a poursuivi ses activités de terrorisme et de guérilla contre les forces de sécurité irakiennes. Selon une annonce de l’Etat islamique, ses membres ont tué trois soldats irakiens dans une embuscade au Nord-Est de Baqubah et blessé un grand nombre de membres de la Mobilisation populaire à environ 30 km au Nord de Bagdad (Haqq, 16 juin 2018). Des membres de l’Etat islamique ont également attaqué une patrouille de la Mobilisation populaire au Nord-Est de Baqubah (Al-Sumaria News, 15 juin 2018).
Activités des forces de sécurité irakiennes
  • Le 14 juin 2018, un haut responsable de l’Etat islamique responsable des récentes attaques à Kirkuk a été tué avec six de ses hommes dans le district d’Al-Dabas (à 33 km au Nord-Ouest de Kirkuk). Les sources de sécurité irakienne se sont basées sur des renseignements indiquant son emplacement et celui de ses hommes. Des cartes et des plans concernant les cibles pour mener des attaques ont été trouvés en possession du commandant. Selon certaines informations, sa mort pourrait mettre fin à l’activité des cellules dormantes de l’Etat islamique opérant à Kirkuk (Al-Sumaria News, 14 juin 2018).

Les forces irakiennes dans la région d'Al-Dabas, au Nord-Ouest de Kirkuk (Kul Al-Iraq, 11 juin 2018)
Les forces irakiennes dans la région d’Al-Dabas, au Nord-Ouest de Kirkuk (Kul Al-Iraq, 11 juin 2018)

L’Egypte et la péninsule du Sinaï
  •   Le 14 juin 2018, des membres de l’Etat islamique ont tué trois soldats égyptiens à un poste de contrôle situé sur la route internationale à l’Ouest d’Al-Arish. Ce succès de la Province de l’Etat islamique dans le Nord du Sinaï survient après une longue période au cours de laquelle elle a gardé un profil bas suite à l’activité accrue des forces de sécurité égyptiennes dans la région.
Armes et équipement appartenant aux soldats égyptiens tués (Haqq, 15 juin 2018)   Deux membres de la Province du Sinaï de l'Etat islamique arrêtent un camion sur la route internationale à l'Ouest d'Al-Arish.
Droite : Deux membres de la Province du Sinaï de l’Etat islamique arrêtent un camion sur la route internationale à l’Ouest d’Al-Arish. Gauche : Armes et équipement appartenant aux soldats égyptiens tués (Haqq, 15 juin 2018)
Activités du jihad dans d’autres pays
Afghanistan

Attentat suicide de l’Etat islamique à Jalalabad

  • Le 16 juin 2018, l’Etat islamique a annoncé avoir perpétré un attentat suicide lors d’une rencontre entre les forces de sécurité afghane et les forces talibanes dans la ville de Jalalabad. Selon l’annonce de l’Etat islamique, au moins 20 personnes ont été tuées (Haqq, 16 juin 2018). L’attaque a été menée à la lumière du cessez-le-feu conclu entre les deux parties avant l’Eid al-Fitr. Selon une chaîne de télévision afghane, plus de 25 personnes ont été tuées et plus de 50 ont été blessées (Compte Twitter 1TVNewsAF @ 1TVNewsAF, 17 juin 2018).
Corps gisant sur la route sur les lieux de l'attaque (Compte Twitter 1TVNewsAF @ 1TVNewsAF, 17 juin 2018)    Des membres des forces de sécurité afghanes près de la scène de l'attentat suicide de l'Etat islamique à Jalalabad.
Droite : Des membres des forces de sécurité afghanes près de la scène de l’attentat suicide de l’Etat islamique à Jalalabad. Gauche : Corps gisant sur la route sur les lieux de l’attaque (Compte Twitter 1TVNewsAF @ 1TVNewsAF, 17 juin 2018)
battants talibans et soldats de l'armée afghane célèbrent ensemble le cessez-le-feu en Afghanistan (Haqq, 16 juin 2018)   Combattants talibans et soldats de l'armée afghane tenant des fleurs pour marquer l'accord de cessez-le-feu avant l'Eid al-Fitr.
 Droite : Combattants talibans et soldats de l’armée afghane tenant des fleurs pour marquer l’accord de cessez-le-feu avant l’Eid al-Fitr. Gauche : Combattants talibans et soldats de l’armée afghane célèbrent ensemble le cessez-le-feu en Afghanistan (Haqq, 16 juin 2018)
  • En prévision de l’Eid al-Fitr, un cessez-le-feu de trois jours a été conclu entre le gouvernement afghan et les taliban. Le cessez-le-feu a pris fin le 17 juin 2018. Le gouvernement afghan a demandé une prolongation de dix jours du cessez-le-feu, mais sa demande a été rejetée. L’attentat suicide perpétré par l’Etat islamique à Jalalabad avait pour objectif de saboter l’accord de cessez-le-feu (par lequel il n’était pas concerné) et de contrecarrer toute tentative de réconciliation entre le gouvernement afghan et les talibans.
Activités de contreterrorisme
Turquie
  • Le 14 juin 2018, huit ressortissants étrangers soupçonnés d’être des membres de l’Etat islamique ont été arrêtés à Istanbul par des unités antiterroristes turques. Les autorités soupçonnaient que certains des détenus avaient passé du temps en Syrie et avaient été entraînés dans des camps d’entraînement de l’Etat islamique pour servir de terroristes suicide (Hürriyet Daily News, 14 juin 2018).
La guerre de propagande
  • Au cours des derniers jours, l’Etat islamique a intensifié son incitation à mener des attaques solitaires en Russie. Pendant les jours d’ouverture de la Coupe du monde le 16 juin 2018, une affiche a été publiée dans l’application Telegram avec une inscription en arabe « Russia 2018 – Expect My Revenge ». Le fond montre des bâtiments en ruines en Syrie bombardés par les Russes, avec deux activistes avec des sacs à dos (cf., des terroristes sur le point de mener une attaque). En bas, il y a une empreinte digitale, avec les mots « État islamique » en dessous (Telegram, 16 juin 2018).

Affiche de l'Etat islamique menaçant le déroulement de la Coupe du Monde en Russie: "Russia 2018 - Expect My Revenge" (Telegram, 16 juin 2018)
Affiche de l’Etat islamique menaçant le déroulement de la Coupe du Monde en Russie: « Russia 2018 – Expect My Revenge » (Telegram, 16 juin 2018)

[1] Une milice irakienne chiite créée début 2007 par la Force iranienne Qods afin de chasser les Américains d'Irak. La milice participe à la campagne contre l'Etat islamique dans le cadre de la Mobilisation populaire.
[2] Une milice irakienne chiite créée en 2006 par la Force iranienne Qods afin de chasser les Américains d'Irak.

[3] Une milice chiite irakienne qui a combattu les Américains en Irak. Une force de cette milice a été envoyée en Syrie combattre les organisations rebelles dirigées par les Gardiens de la révolution iranienne.

[4] Une milice chiite irakienne qui a commencé à opérer en Juin 2014. Ses membres se sont battus en Irak et en Syrie contre l'Etat islamique, aux côtés d'autres milices irakiennes chiites gérées par l'Iran.

[5] A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 19 juin 2018 intitulé "Officer and fighter in the Iranian Revolutionary Guards, senior Hezbollah officer, and Shiite militia operatives killed in ISIS attacks in Albukamal. The Albukamal border crossing is of major importance to Iran since a route promoting Iran’s strategic interests in Syria and Lebanon passes through it.", à l'adresse https://www.terrorism-info.org.il/en/officer-fighter-iranian-revolutionary-guards-senior-hezbollah-officer-shiite-militia-operatives-killed-isis-attacks-albukamal-albukamal-border-crossing-major-importan/

[6] A ce sujet voir notre article du 13 mars 2018 intitulé : "Split among Al-Qaeda’s supporters in Syria, in light of severe differences of opinion regarding the nature of the ties with Al-Qaeda leader Ayman al-Zawahiri", à l'adresse https://www.terrorism-info.org.il/en/split-among-al-qaedas-supporters-syria-light-severe-differences-opinion-regarding-nature-ties-al-qaeda-leader-ayman-al-zawahiri/