Pleins feux sur le jihad mondial (6-12 décembre 2018)

Un soldat de l'armée syrienne près d'un lance-roquettes dans le cadre du déploiement contre les forces rebelles dans la région d'Idlib (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 8 décembre 2018)

Un soldat de l'armée syrienne près d'un lance-roquettes dans le cadre du déploiement contre les forces rebelles dans la région d'Idlib (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 8 décembre 2018)

Avions de la coalition frappant un bâtiment de l'Etat islamique à Hajin (Chaîne YouTube de SDF Press, 8 décembre 2018)

Avions de la coalition frappant un bâtiment de l'Etat islamique à Hajin (Chaîne YouTube de SDF Press, 8 décembre 2018)

Cinq combattants des FDS sur le toit d'un bâtiment du village d'Al-Bahra, au Nord-Ouest de Hajin (Al-Sham-Province de Baraka, 8 décembre 2018).

Cinq combattants des FDS sur le toit d'un bâtiment du village d'Al-Bahra, au Nord-Ouest de Hajin (Al-Sham-Province de Baraka, 8 décembre 2018).

Combattants des FDS dans le quartier d'Al-Hawamah (Al-Raqqah Post, 8 décembre 2018)

Combattants des FDS dans le quartier d'Al-Hawamah (Al-Raqqah Post, 8 décembre 2018)

Membres de l'Etat islamique équipés de VTT et de motos, sur le point d'attaquer les forces du SDF sous le couvert d'une tempête de sable (Shumukh, 10 décembre 2018)

Membres de l'Etat islamique équipés de VTT et de motos, sur le point d'attaquer les forces du SDF sous le couvert d'une tempête de sable (Shumukh, 10 décembre 2018)

Véhicule de mobilisation populaire doté d'une mitrailleuse lourde lors d'activités de sécurité (Al-Hashed.net, 6 décembre 2018)

Véhicule de mobilisation populaire doté d'une mitrailleuse lourde lors d'activités de sécurité (Al-Hashed.net, 6 décembre 2018)

Des camions et un tracteur incendiés par des membres de l'Etat islamique (Irak-Province de Diyala, 9 décembre 2018)

Des camions et un tracteur incendiés par des membres de l'Etat islamique (Irak-Province de Diyala, 9 décembre 2018)

Principaux évènements
  • Dans l’Est de la Syrie, les forces des FDS, avec l’appui aérien et l’artillerie des pays de la coalition, ont lancé une attaque contre l’Etat islamique dans la ville de Hajin, fief de l’Etat islamique dans l’enclave au Nord d’Abu Kamal. Après plusieurs jours de combats, les FDS ont réussi à prendre le contrôle de l’hôpital situé au Nord de la ville, qui servait de zone de combat pour les membres de l’Etat islamique, ainsi que de la banlieue à l’Ouest de la ville. Les combats sont toujours en cours. Si les combattants des FDS parviennent à s’emparer de la ville de Hajin et de ses environs, cela risque d’affaiblir considérablement le contrôle de l’Etat islamique dans la région située au Nord d’Abu Kamal.
  • Dans la région d’Idlib, les incidents se sont poursuivis, consistant principalement en des échanges de tirs d’artillerie entre l’armée syrienne et les organisations rebelles jihadistes. Cette semaine, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont publié des annonces selon lesquelles les accusations portées contre les organisations rebelles pour utilisation de chlore gazeux étaient fausses. Selon l’annonce des Etats-Unis, les forces soutenant le régime d’Assad auraient apparemment utilisé du gaz lacrymogène contre des civils dans la ville d’Alep. Selon cette annonce, les Etats-Unis estiment que la Russie et la Syrie utilisent l’incident pour saper la confiance dans le cessez-le-feu d’Idlib.
  • Le 12 décembre 2018, une fusillade a eu lieu sur le marché de Noël à Strasbourg, en France. Quatre personnes auraient été tuées et environ 12 blessées. Le terroriste, un Marocain d’origine française avec un casier judiciaire, figurait sur la liste des terroristes présumés établie par la police française. Jusqu’à présent, aucune réclamation de responsabilité de l’Etat islamique n’a été publiée. Il convient de noter que les partisans de l’Etat islamique ont perpétré des attaques meurtrières peu avant Noël au cours des deux dernières années (un attentat à la bombe à Berlin en 2016 et une explosion d’engin piégé à Manhattan en 2017).
  • Cette semaine, un média affilié à l’Etat islamique a publié une affiche appelant à des attaques dans les pays occidentaux en réponse aux frappes aériennes de la coalition à Hajin. L’affiche précise : “Frappe écrase, [lance un] cocktail [Molotov].” Les frappes aériennes de la coalition et la forte pression exercée sur l’Etat islamique à Hajin pourrait accroître la motivation des partisans de l’Etat islamique pour répondre aux appels et mener des attaques, en particulier dans les pays occidentaux.
La région d’Idlib
Poursuite des incidents dans la région d’Idlib
  • Cette semaine également, des incidents dans la région d’Idlib se sont poursuivis, principalement entre l’armée syrienne et les organisations jihadistes. Ci-après les principaux événements :
    • Un site Internet affilié à l’armée syrienne a rapporté que l’armée syrienne avait touché (probablement avec des tirs d’artillerie) des renforts des Armées du Caucase, à environ 50 km au Sud d’Idlib (les Armées du Caucase sont une organisation de combattants salafistes-jihadistes originaires du Caucase opérant en Syrie). Plusieurs membres de l’organisation ont été soit tués soit blessés, et plusieurs positions ont été détruites (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 8 décembre 2018) [1].
    • La salle des opérations de l’organisation des Gardiens de la Religion (affiliée à Al-Qaïda) a annoncé que ses tireurs d’élite avaient tué un soldat de l’armée syrienne à environ 22 km au Sud de Jisr al-Shughur. Le lendemain, ses tireurs d’élite ont tué un autre soldat syrien (Salle des opérations contrôlée par l’organisation Gardiens de la Religion, 7 au 8 décembre 2018).
    • Jaysh al-Izza (“l’Armée de la Gloire”), affiliée au Siège de Libération d’Al-Sham, a tiré sur des positions de l’armée syrienne à environ 30 km au Nord-Ouest de Hama. L’armée syrienne a riposté et attaqué les forces de Jaysh al-Izza dans la zone rurale située au Nord de Hama (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 8 décembre 2018).
    • Un site Internet affilié au régime syrien a annoncé que l’armée syrienne avait détruit les fortifications et les renforts du parti islamique du Turkestan à environ 11 km au Sud de Jisr al-Shughur (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 8 décembre 2018).
L’organisation élargit le champ de ses activités
  • Au cours des dernières semaines, l’organisation Gardiens de la Religion (affiliée à Al-Qaïda) a accru la portée de ses activités militaires dans la région d’Idlib. Son activité consiste principalement en des tirs de roquettes et de mortiers et des tirs de tireurs d’élite sur des positions de l’armée syrienne. Cette organisation exerce ses activités via une salle d’opération appelée “Éveillez les croyants”, dont l’activité est partagée par quatre organisations jihadistes dirigées par l’organisation Gardiens de la Religion. Une telle activité peut indiquer une augmentation du pouvoir militaire et de la motivation de l’organisation des Gardiens de la religion, même si l’organisation jihadiste rivale, le Siège de Libération d’Al-Sham, est restée la principale organisation dans la région d’Idlib.
  • La semaine dernière, la salle des opérations de l’organisation des Gardiens de la religion a publié une infographie résumant ses activités du mois du 8 novembre au 8 décembre 2018. Selon le communiqué, 17 tirs d’artillerie auraient été commis au cours de cette période. (obus de mortier et roquettes), 14 incidents de tirs de tireurs d’élite et deux raids contre des positions de l’armée syrienne. Selon la salle des opérations, l’armée syrienne aurait fait 89 morts et 16 blessés (selon nous, ces chiffres sont exagérés).

Infographie de la salle des opérations "Réveillez les croyants", résumant l'activité militaire entre le 8 novembre et le 8 décembre 2018 (Salle des opérations de Réveillez les croyants)
Infographie de la salle des opérations “Réveillez les croyants”, résumant l’activité militaire entre le 8 novembre et le 8 décembre 2018 (Salle des opérations de Réveillez les croyants)

Etats-Unis : le régime d’Assad et la Russie ont diffusé de fausses informations sur l’utilisation de chlore par les organisations rebelles
  • Le 24 novembre 2018, le régime syrien et la Russie ont accusé le Siège de Libération d’Al-Sham d’avoir tiré des obus contenant du chlore gazeux à Alep-Ouest. Environ deux semaines plus tard (le 7 décembre 2018), le porte-parole adjoint du département d’État américain a publié une déclaration selon laquelle ces allégations étaient fausses. Le communiqué note que les États-Unis disposaient d’informations fiables selon lesquelles les forces soutenant le régime d’Assad auraient apparemment utilisé du gaz lacrymogène contre des civils à Alep. Selon la déclaration, les États-Unis estiment que la Russie et la Syrie profitent de l’incident pour saper la confiance dans le cessez-le-feu d’Idlib (Site Internet du Département d’État américain, 7 décembre 2018).
  • Le Foreign Office britannique a publié une déclaration selon laquelle il n’existait aucune preuve pour étayer les affirmations de la Russie et de la Syrie concernant l’utilisation de chlore gazeux. Le porte-parole a ajouté qu’il était peu probable que du chlore gazeux ait été utilisé dans l’incident, comme le prétendaient les régimes syrien et russe, et qu’il était peu probable que l’opposition syrienne soit responsable de l’attaque (BBC News, 7 décembre 2018).
  • Le ministère russe de la Défense a réagi à l’annonce américaine en déclarant que l’objectif des Etats-Unis était d’exonérer les agents affiliés aux Etats-Unis en Syrie et que cette annonce était également destinée à détourner l’attention de la communauté internationale des “crimes” commis par des avions américains dans l’Est de la Syrie. Le ministère russe de la Défense a indiqué qu’il disposait de preuves sans équivoque de l’utilisation de gaz toxiques à l’encontre de civils lors de l’attaque en question (ITAR TASS, 8 décembre 2018).
Est de la Syrie
Attaque des FDS dans l’Est sur la ville de Hajin
  • Après des préparatifs qui ont duré plusieurs semaines, les combattants des FDS ont attaqué les positions et les concentrations de l’Etat islamique dans la ville de Hajin, dans la partie Nord de la zone. Hajin est le plus important bastion de l’Etat islamique dans la vallée de l’Euphrate, qui aurait apparemment servi de siège. Selon nous, les FDS et les pays de la coalition estiment que la chute de Hajin entraînera l’effondrement de l’enclave de l’Etat islamique au Nord d’Abu Kamal. La force offensive était appuyée par des tirs d’artillerie et des frappes aériennes de la Coalition. À ce stade, les FDS et les forces qui soutiennent ont réussi à prendre le contrôle des banlieues Nord et Ouest de Hajin. Les principaux sites de confrontation étaient l’hôpital dans la partie Nord de la ville et le quartier d’Al-Hawamah à l’Ouest. Les affrontements à Hajin sont toujours en cours. Dans la nuit du 11 décembre 2018, les FDS auraient envahi le marché à l’ouest de Hajin (Compte Twitter Deir ez-Zor 24, 12 décembre 2018). 
  •  Voici un bref aperçu de la situation basé sur des informations partielles (mise à jour le 12 décembre 2018 au matin) :
    • L’attaque perpétrée par les forces des FDS sur la région de Hajin a débuté le 7 décembre au soir. Les forces des FDS, appuyées par l’artillerie et les frappes aériennes de la coalition, ont avancé du Nord vers la ville (SDF Media Center, 9 décembre 2018). Les FDS ont repris le village d’Al-Bahra, à environ 2 km au Nord-Ouest de Hajin, et l’ont utilisé comme rampe de lancement pour attaquer la ville. Le 8 décembre 2018, les forces armées ont pris le contrôle du quartier d’Al-Hawamah, à la périphérie Ouest de Hajin (voir la carte). Le quartier aurait subi de lourds dégâts à la suite des tirs d’artillerie et des frappes aériennes, qui ont également tué des dizaines de civils (Page Facebook du Furat Post; Baladi News du 8 décembre 2018).
    • Le 9 décembre 2018, l’Etat islamique a annoncé que ses forces avaient interrompu la tentative des FDS de pénétrer dans Hadjin. Selon le rapport de l’Etat islamique, ses membres ont obligé les combattants des FDS à pénétrer dans un champ de mines. Cinq combattants des FDS ont été tués et de nombreux autres blessés. Au cours des affrontements (dans la banlieue Nord de Hajin), au moins 15 membres de l’Etat islamique ont été tués et d’autres blessés. La force des FDS a dû se retirer (Amaq, 9 décembre 2018).
    •   Prise de contrôle de l’hôpital du nord de Hajin : les forces des FDS ont annoncé que le 9 décembre 2018, dans la soirée, des membres de l’Etat islamique avaient fait exploser l’hôpital de Hajin avec des engins piégés qu’ils avaient plantés dans le bâtiment. L’hôpital a subi de gros dégâts. Les FDS, appuyés par les membres de la tribu des Shueitat [2], ont encerclé le bâtiment et l’ont repris à l’Etat islamique. Les démineurs des FDS ont désactivé des engins piégés (SDF Media Center, 10 décembre 2018). L’Etat islamique a annoncé que le 10 décembre 2018, ses membres avaient attaqué l’hôpital et tué sept combattants des FDS (Amaq, 10 décembre 2018).

Membres d'une force des FDS près de l'hôpital du Nord de Hajin (Compte Twitter Drexl Spivey @ RisboLensk, 9 décembre [date locale aux États-Unis], 2018)
Membres d’une force des FDS près de l’hôpital du Nord de Hajin (Compte Twitter Drexl Spivey @ RisboLensk, 9 décembre [date locale aux États-Unis], 2018)

Réponse des Etats-Unis aux accusations de victimes subies lors de raids aériens
  • La Russie, l’Etat islamique et d’autres éléments mènent une guerre de propagande contre les États-Unis et la coalition, les accusant de frappes aériennes qui ont frappé des dizaines de civils et de la destruction de l’hôpital de Hajin[3]. Des responsables américains et les FDS ont accusé l’Etat islamique d’avoir utilisé des civils restant dans la zone sous son contrôle en tant que boucliers humains. Selon les mêmes responsables, des membres de l’Etat islamique menacent les civils de ne pas quitter l’enclave de Hajin. Selon les estimations des Nations Unies, il y aurait environ 7 000 personnes (The New York Times, 9 décembre 2018).
  • En réponse à ces accusations, l’armée américaine a publié une déclaration selon laquelle l’hôpital de Hajin avait perdu son statut de site protégé en vertu de la Convention de Genève. En effet, l’Etat islamique l’a utilisée comme site d’attaque contre les FDS (“nos forces partenaires”). L’annonce a accusé l’organisation de se cacher dans des mosquées, des hôpitaux et d’autres sites protégés. Elle était accompagnée d’une vidéo montrant (un membre de l’Etat islamique) en train de tirer de l’intérieur du bâtiment de l’hôpital (Site Internet Operation Inherent Resolve, 10 décembre 2018).
L'hôpital de Hajin. En jaune : Agent de l'Etat islamique qui a tiré par la fenêtre. En rouge : Un autre membre de l'organisation installé près de la fenêtre (Site Internet d'Opération Inherent Resolve, 10 décembre 2018)   L'hôpital de Hajin. En jaune : La fenêtre à partir de laquelle des armes légères ont été tirées par un agent de l'Etat islamique. En rouge : Tirs des FDS.
Droite : L’hôpital de Hajin. En jaune : La fenêtre à partir de laquelle des armes légères ont été tirées par un agent de l’Etat islamique. En rouge : Tirs des FDS. Gauche : L’hôpital de Hajin. En jaune : Agent de l’Etat islamique qui a tiré par la fenêtre. En rouge : Un autre membre de l’organisation installé près de la fenêtre (Site Internet d’Opération Inherent Resolve, 10 décembre 2018)
Combattants des FDS dans le quartier d'Al-Hawamah (Al-Raqqah Post, 8 décembre 2018)   Immeubles détruits dans le quartier Al-Hawamah, à l'Ouest de Hajin.
Droite : Immeubles détruits dans le quartier Al-Hawamah, à l’Ouest de Hajin. Gauche : Combattants des FDS dans le quartier d’Al-Hawamah (Al-Raqqah Post, 8 décembre 2018)
Frappes aériennes irakiennes contre l’Etat islamique
  • Le 11 décembre 2018, des avions de combat de l’armée de l’air irakienne ont lancé des frappes aériennes sur deux cibles de l’Etat islamique dans la région d’Al-Susah, à environ sept kilomètres au Nord-Est d’Abu Kamal. La première cible était un siège de l’organisation où environ 30 membres étaient en réunion ; le second était un quartier général où se trouvaient 14 terroristes (Télévision syrienne, 11 décembre 2018).
Pertes des FDS
  • Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (SOHR), depuis le début de l’attaque contre l’enclave de l’Etat islamique, 854 membres de l’organisation et 512 combattants des FDS ont été tués (SOHR, 9 décembre 2018).
Vidéo de promotion de l’unité médiatique de l’Etat islamique
  • La Province d’Al-Baraka de l’Etat islamique a publié une vidéo, la troisième d’une série, intitulée : “Les attaques de ceux qui croient en l’unicité d’Allah”. Le but de cette vidéo de haute qualité est de relever le moral de ses membres combattant contre les SDF au nord d’Abu Kamal. La vidéo commence par s’adresser à chacun des membres de l’organisation (“Qui êtes-vous, soldat du califat?”). Elle montre ensuite les frappes aériennes de la coalition et des attaques menées par l’organisation ces dernières semaines. Dans la vidéo, l’Etat islamique présente ses réalisations, notamment des attaques contre des positions avec des missiles antichars, la pose d’engins piégés de forte intensité, l’utilisation de voitures piégées et la prise de contrôle de zones protégées par des digues en terre. La vidéo montre également des combattants des FDS qui ont été faits prisonniers et les corps de combattants des FDS qui ont été tués (Shumukh, 10 décembre 2018).

Affiche pour la troisième vidéo de la série : "Attaques de ceux qui croient en l’unicité d’Allah" (Dawlat al-Muwahidin) publiée par la Province d’EI-Baraka (Shumukh, 10 décembre 2018)
Affiche pour la troisième vidéo de la série : “Attaques de ceux qui croient en l’unicité d’Allah” (Dawlat al-Muwahidin) publiée par la Province d’EI-Baraka (Shumukh, 10 décembre 2018)

Principaux développements en Irak
Activités des forces de sécurité irakiennes

Attentat suicide déjoué

  • Le 6 décembre 2018, une force de police a arrêté une voiture piégée chargée d’engins piégés à environ 45 km à l’Ouest de Bagdad. Dans la voiture, il y avait un garçon de 15 ans, qui aurait été un agent de l’Etat islamique et qui aurait été envoyé pour commettre un attentat suicide. Sur la vitre arrière de la voiture, il y avait une inscription : “[Les jours] passeront, et de meilleurs [jours] viendront” (Al-Sumaria News, 6 décembre 2018).
Engins piégés découverts à l'intérieur de la voiture piégée (Al-Sumaria News, 6 décembre 2018).    Le garçon qui a conduit la voiture piégée au nom de l'Etat islamique.
Droite : Le garçon qui a conduit la voiture piégée au nom de l’Etat islamique. Gauche : Engins piégés découverts à l’intérieur de la voiture piégée (Al-Sumaria News, 6 décembre 2018).
Autres activités
  • Les activités de sécurité menées par les forces de sécurité irakiennes au cours de la semaine écoulée sont les suivantes :
    • Province d’Al-Anbar : Une force de renseignement militaire irakienne dans la ville de Hit a arrêté sept membres d’une cellule terroriste [cf., de l’Etat islamique], qui avait prévu d’attaquer des civils et des membres des forces de sécurité (Al-Sumaria News, 8 décembre 2018).
    • Province d’Al-Anbar : Une force de renseignement militaire irakienne postée dans la région du lac Tharthar, à environ 47 km à l’Ouest de Samarra, a repéré une cachette d’armes [de l’Etat islamique]. Elles ont été détruites de manière contrôlée (Iraqi News Agency, 7 décembre 2018).
    • Province de Salah al-Din : Une force de mobilisation populaire dans les montagnes de Hamrin a tué un terroriste de l’Etat islamique et en a blessé deux autres, qui ont pris la fuite. Des ceintures d’explosifs et des engins explosifs improvisés ont été trouvés en possession des trois individus (Al-Hashed.net, 6 décembre 2018).
    • Province de Diyala : Les services de renseignements militaires irakiens ont annoncé que l’un des plus grands experts de l’Etat islamique dans la fabrication d’engins piégés, surnommé “le père des engins piégés”, a été tué dans l’explosion d’un engin piégé (un accident du travail) (Iraqi News Agency, 9 décembre 2018).
Activités de terrorisme et de guérilla de l’Etat islamique
  • Ci-après, des activités terroristes et de guérilla menées par l’Etat islamique au cours de la semaine écoulée (selon des informations de l’Etat islamique) :
    • Province de Diyala : Des membres de l’Etat islamique se sont infiltrés dans une usine appartenant à un membre de la Sécurité intérieure du Kurdistan (à environ 100 km au Nord-Est de Baqubah). Des photos publiées par l’Etat islamique montrent des camions et un tracteur en flammes après avoir été incendiés par des membres de l’Etat islamique (Irak-Province de Diyala, 9 décembre 2018).
    •   Province de Salah al-Din : Le 7 décembre 2018, des membres de l’Etat islamique ont fait exploser un engin piégé contre un véhicule de la police fédérale irakienne près du champ pétrolifère “Allas”, à environ 41 km à l’Est de Tikrit. L’organisation a signalé que les passagers avaient été tués ou blessés (Radio Al-Bayan de l’Etat islamique, 9 décembre 2018).
    • Province d’Al-Anbar : Le 8 décembre 2018, des membres de l’Etat islamique ont fait exploser deux engins piégés contre un véhicule de la police fédérale irakienne dans la ville de Falloujah (à environ 45 km à l’Ouest de Bagdad). L’organisation a signalé que le véhicule avait été détruit et que les passagers avaient été tués ou blessés (Radio Al-Bayan de l’Etat islamique, 9 décembre 2018).
    • Province de Kirkouk : Le 8 décembre 2018, des membres de l’Etat islamique ont fait exploser un engin piégé contre un véhicule de la police fédérale irakienne dans un village situé à environ 32 km au Nord-Ouest de Kirkouk. L’organisation a signalé que le véhicule avait été endommagé et que les passagers avaient été tués ou blessés (Radio Al-Bayan de l’Etat islamique, 9 décembre 2018).
L’Egypte et la péninsule du Sinaï
Explosion de deux engins piégés contre un char de l’armée égyptienne
  • Le 8 décembre 2018, des membres de l’Etat islamique ont fait exploser deux engins piégés contre un char de l’armée égyptienne à l’Est d’Al-Arish. Le char a été endommagé et un certain nombre de soldats ont été tués ou blessés (Radio Al-Bayan d’ISIS, 9 décembre 2018). Selon des sources tribales, au moins trois soldats auraient été tués et d’autres blessés (Al-Araby Al-Jadeed, 9 décembre 2018).
Mort d’un responsable de la province du Sinaï de l’Etat islamique
  • La Province du Sinaï de l’Etat islamique a annoncé la mort d’Abu Malek al-Masri, un ressortissant égyptien membre important de l’Etat islamique qui a été tué lors d’affrontements avec l’armée égyptienne (Al-Ghurabaa, 6 décembre 2018; Erem News, 7 décembre 2018).

Abu Malek al-Masri, responsable de l'Etat islamique tué dans la péninsule du Sinaï (Al-Ghurabaa, 6 décembre 2018)
Abu Malek al-Masri, responsable de l’Etat islamique tué dans la péninsule du Sinaï (Al-Ghurabaa, 6 décembre 2018)

Activités du jihad dans d’autres pays
Fusillade près du marché de Noël de Strasbourg (exact au 12 décembre 2018)
  • Le soir du 11 décembre 2018, une fusillade a eu lieu près du marché de Noël de la ville de Strasbourg. Quatre personnes ont été tuées et 12 blessées. Le terroriste a ouvert le feu sur la foule avec une arme automatique en criant “Allahu Akbar”. Il a ensuite échangé des coups de feu avec les forces de sécurité. Après la fusillade, le terroriste a réussi à s’échapper dans une voiture volée. Les forces de sécurité françaises le recherchent.
  • La police française a annoncé que le terroriste était Chérif Chekatt, 29 ans, originaire de la ville de Strasbourg d’origine marocaine. Il a un casier judiciaire et figure sur la liste des suspects de terrorisme. Le jour de l’attaque, des policiers venus l’arrêter soupçonnés de vol à main armée ont trouvé des grenades à main (ou des explosifs) à son domicile.
  • L’Etat islamique n’a pas (encore) revendiqué la responsabilité de l’attaque. Selon le site Internet Intelligence Group, qui opère aux États-Unis et surveille les sites jihadistes, les partisans de l’Etat islamique célébrés après l’attentat (Reuters, 11 décembre 2018).

Photo de Chérif Chekatt, l'auteur de la fusillade sur le marché de Noël à Strasbourg, qui a été postée sur Twitter et d'autres médias
Photo de Chérif Chekatt, l’auteur de la fusillade sur le marché de Noël à Strasbourg, qui a été postée sur Twitter et d’autres médias

  •  À notre connaissance, la revendication de responsabilité de l’Etat islamique à l’égard de l’attaque de Strasbourg n’a pas encore été publiée. Il convient de noter que la période de Noël est le moment préféré par les partisans de l’Etat islamique pour mener des attaques en raison de la foule nombreuse qui participe aux événements des festivités et de la résonance médiatique qui accompagne ces attaques. Au cours des deux dernières années, il y a eu deux attaques majeures au cours de cette période : une attaque sur le marché de Noël à Berlin (le 19 décembre 2016, 12 morts et 49 blessés) et une explosion d’engin piégé dans le passage entre les stations de métro du cœur de Manhattan (13 décembre 2017, trois légèrement blessés). Les frappes aériennes de la coalition contre l’Etat islamique dans la ville de Hajin et l’appel à mener des attaques terroristes en réponse risquent de motiver davantage les partisans de l’Etat islamique à mener des attaques.
Activités de contre-terrorisme
Attentat déjoué contre une synagogue de l’Ohio
  • Le 11 décembre 2018, un attentat dans une synagogue de la ville de Toledo, dans l’État de l’Ohio, aux États-Unis, a été contrecarré. Le 7 décembre 2018, le FBI a arrêté Damon M. Joseph, âgé de 21 ans et converti à l’islam de l’Ohio. Joseph est soupçonné d’avoir eu l’intention de mener une fusillade dans une synagogue de la ville de Toledo. Il a planifié l’attaque inspirée par l’Etat islamique pendant plusieurs mois. Selon l’acte d’accusation déposé contre lui, il a été influencé par la fusillade qui s’est produite dans la synagogue de Pittsburgh il y a environ un mois et demi, au cours de laquelle 11 fidèles ont été assassinés.
  • Dans une enquête secrète menée par le FBI, Damon a affirmé que, sur la base d’un examen qu’il avait mené, il avait l’intention de mener l’attaque dans une synagogue de la ville de Toledo, où de nombreux fidèles assistent aux offices du sabbat le samedi. Il a déclaré que son intention était de tuer beaucoup de personnes. Selon ses publications sur les médias sociaux, il soutient le groupe État islamique et manifeste une profonde haine envers les juifs (Département de la justice des États-Unis, 10 décembre 2018; The Washington Post, 10 décembre 2018; NBC, 11 décembre 2018; Reuters, 11 décembre 2018).

L'auteur présumé de l'attaque après son arrestation (FBI, 10 décembre 2018).
L’auteur présumé de l’attaque après son arrestation (FBI, 10 décembre 2018).

La guerre de propagande
Un média affilié à l’Etat islamique appelle à des attaques en Occident
  • Un média affilié à l’Etat islamique a publié une affiche appelant à des attaques dans les pays occidentaux en réponse aux frappes aériennes de la Coalition à Hajin. L’inscription en haut de l’affiche précise : “Les croisés [c., les États-Unis et l’Occident] ont bombardé vos frères à Hajin, alors tuez-les à toute occasion. Faites de leurs joies une tristesse et de leurs fêtes des peines.” L’inscription au bas de l’affiche précise :“Poignarde, écrase, [jette un] Molotov [cocktail].” Sous le mot “écrase” apparaît une photo du camion utilisé pour mener l’attaque de Nice (14 juillet 2016), dans laquelle 86 personnes ont été tuées (Chaîne Telegram affiliée à l’Etat islamique, 10 décembre 2018).

Affiche appelant à des attaques terroristes dans les pays occidentaux en réponse à la frappe aérienne menée contre Hajin (Chaîne Telegram affiliée à l'Etat islamique, 10 décembre 2018)
Affiche appelant à des attaques terroristes dans les pays occidentaux en réponse à la frappe aérienne menée contre Hajin (Chaîne Telegram affiliée à l’Etat islamique, 10 décembre 2018)

[1] Le Parti islamique du Turkestan est une organisation salafiste jihadiste composée de membres musulmans de la minorité ouïghoure vivant dans la province du Xinjiang (Turkestan), dans l'Ouest de la Chine. Ce sont des membres qui sont arrivés en Syrie au début de 2012 et opéraient dans le cadre du Front Al-Nusra (actuellement appelé le Siège de Libération d'Al-Sham). Dans le passé, il a été signalé que la plupart d'entre eux se trouvaient dans la région de Jisr al-Shughur, au Sud-Ouest d'Idlib. Selon un rapport publié à Asharq Al-Awsat (30 août 2018), ils sont actuellement au nombre de 1 500 environ. En 2015, leur nombre était estimé à environ 3 500.
[2] Les Shueitat sont une tribu arabe sunnite-musulmane de 70 000 à 90 000 personnes. Les membres des tribus vivent au Nord d'Abu Kamal, sur la rive Est de l'Euphrate, où les FDS et les pays de la coalition se battent contre l'Etat islamique. Un conflit sanglant règne entre cette tribu et l'organisation. En août 2014, des membres de l'Etat islamique ont massacré des centaines de membres de la tribu. À la mi-décembre 2014, une fosse commune contenant les corps d'environ 230 membres de la tribu exécutés par l'Etat islamique a été découverte.

[3] Selon les médias ruses, une frappe aérienne menée par les forces de la coalition sous commandement américain a complètement détruit un hôpital de la ville de Hajin. Les médias russes et syriens ont également rapporté que des dizaines de civils avaient été blessés dans les frappes aériennes américaines. Le porte-parole de la coalition, Sean Ryan, a déclaré que ces frappes aériennes n'avaient pas fait de victimes civiles (Sputnik, 7 décembre 2018).