Pleins feux sur le jihad mondial (26 mars – 1er avril 2020)

Des patrouilles de l'armée turque sur l'autoroute M-4, sans la participation des Russes (Site Internet Brocar Press affilié aux organisations rebelles parrainées par la Turquie, 29 mars 2020)

Des patrouilles de l'armée turque sur l'autoroute M-4, sans la participation des Russes (Site Internet Brocar Press affilié aux organisations rebelles parrainées par la Turquie, 29 mars 2020)

Des patrouilles de l'armée turque sur l'autoroute M-4, sans la participation des Russes (Site Internet Brocar Press affilié aux organisations rebelles parrainées par la Turquie, 29 mars 2020)

Des patrouilles de l'armée turque sur l'autoroute M-4, sans la participation des Russes (Site Internet Brocar Press affilié aux organisations rebelles parrainées par la Turquie, 29 mars 2020)

Miliciens affiliés à l'Iran portant des masques par crainte d'une infection au COVID-19.

Miliciens affiliés à l'Iran portant des masques par crainte d'une infection au COVID-19.

Trois combattants de la Force de déploiement rapide se tenant derrière l'agent de l'Etat islamique arrêté (Al-Sumaria, 27 mars 2020)

Trois combattants de la Force de déploiement rapide se tenant derrière l'agent de l'Etat islamique arrêté (Al-Sumaria, 27 mars 2020)

Un membre de l'Etat islamique s'exprimant dans le cadre de l'activité du bureau de prédication dans la région du lac Tchad (Telegram, 27 mars 2020).

Un membre de l'Etat islamique s'exprimant dans le cadre de l'activité du bureau de prédication dans la région du lac Tchad (Telegram, 27 mars 2020).

Un membre de l'Etat islamique tient une page en arabe, énumérant

Un membre de l'Etat islamique tient une page en arabe, énumérant "les piliers de l'islam", la signification de "Il n'y a de Dieu qu'Allah" et "les éléments de la foi" (Telegram, 27 mars 2020)

Aperçu général
  • Dans la région d’Idlib, le cessez-le-feu a été généralement maintenu, à l’exception d’incidents locaux de tirs d’artillerie entre l’armée syrienne et les organisations rebelles. À l’arrière-plan se dessine la peur de la propagation incontrôlable de COVID-19 dans la province d’Idlib. Les organisations d’aide internationales ont signalé qu’à ce jour, aucun cas de COVID-19 n’a été identifié dans la province, mais en l’absence de tests systématiques, ce rapport ne peut être vérifié. Selon le ministère syrien de la Santé, 10 patients atteints du COVID-19 ont été identifiés (dans d’autres provinces de Syrie) et deux décès ont été signalés. La fiabilité de ces données est discutable.
  • Dans la vallée de l’Euphrate, l’Etat islamique a poursuivi son activité intensive contre les FDS. Les attaques courantes étaient l’activation d’engins piégés contre des véhicules et des éliminations ciblées de membres des services de renseignement des FDS.
  • En Irak, l’activité de l’Etat islamique a augmenté ces dernières semaines. Selon nous, cette augmentation est due à l’intérêt de l’organisation à exploiter la faiblesse politique et économique de l’Irak et à la préoccupation des forces américaines face aux attaques des milices chiites menées par l’Iran. Tout cela lorsque la crise du COVID-19 menace de se propager également en Irak.
  • Parmi les provinces de l’Etat islamique en dehors de la Syrie et de l’Irak, l‘Afghanistan a occupé une place importante cette semaine. Un membre de la province de Khorasan, qui a repris une activité intensive après plusieurs mois de stagnation, a perpétré un attentat-suicide dans un lieu de culte sikh à Kaboul (25 mars 2020). Selon le porte-parole du ministère afghan de l’Intérieur, au moins 25 sikhs et autres civils ont été tués et huit blessés. Le lendemain, un engin piégé a explosé contre un lieu de rassemblement de sikhs et d’hindous à Kaboul. Plusieurs personnes ont été tuées et blessées. Les Sikhs sont une petite minorité en Afghanistan et, comme d’autres minorités, sont en ligne de mire avec l’État islamique.
Région d’Idlib
Situation sur le terrain : Etat des lieux
  • Le cessez-le-feu dans la région d’Idlib a été généralement maintenu, à l’exception des tirs d’artillerie des deux côtés. Le risque de propagation incontrôlable de COVID-19 dans la région d’Idlib se profile à l’arrière-plan.
  • Les organisations rebelles affiliées à la Turquie ont blâmé l’armée syrienne et les milices affiliées à l’Iran pour les violations quotidiennes du cessez-le-feu par des tirs d’artillerie ou des tentatives d’avancement (Orient News, affiliée à la Turquie et organisations rebelles parrainées par la Turquie, 29 mars 2020). Ainsi, il a été signalé que l’armée syrienne avait tiré de l’artillerie sur deux villages à environ 25 km au sud d’Idlib (EMC, 27 mars 2020).
  • Le 31 mars 2020, l’armée syrienne a tiré de l’artillerie depuis la zone de la ville de Saraqeb (à environ 15 km au Sud-Est d’Idlib) sur des zones contrôlées par les organisations rebelles au Nord de Saraqeb et au Sud d’Idlib. Aucune victime n’a été signalée. En réponse, les organisations rebelles déployées près des postes d’observation turcs ont tiré de l’artillerie sur les troupes de l’armée syrienne à Saraqeb. Aucune victime n’a été signalée (Observatoire syrien des droits de l’homme, 1er avril 2020).
  • Suite à la campagne menée par le Siège de Libération d’Al-Sham pour perturber les patrouilles conjointes, les patrouilles de l’armée turque se sont poursuivies cette semaine sur l’autoroute M-4 sans participation russe (contrairement à l’accord russo-turc). Les patrouilles turques ont eu lieu tous les jours depuis la ville de Saraqeb et ses environs jusqu’au village de Massibin, à environ 9 km au Sud d’Idlib. Jusqu’à présent, 11 patrouilles ont été effectuées.
Propagation du virus Corona
  • Les organisations d’aide internationale opérant dans la province d’Idlib ont indiqué que jusqu’à présent, aucun cas de COVID-19 n’avait été enregistré dans la province d’Idlib (Al-Araby, 29 mars 2020). Comme il n’existe pas de système organisé de tests et de traitement, ce rapport ne peut être vérifié. Selon les rapports du ministère syrien de la Santé, il y a 10 cas de COVID-19 dans toute la Syrie et deux décès dus au virus. Ces chiffres ne peuvent pas être vérifiés. Les résidents syriens ont été appelés à rester chez eux (SANA, 31 mars 2020). Selon les déclarations du Siège de Libération d’Al-Sham, des cas de COVID-19 ont été découverts parmi l’armée syrienne et les milices qui la soutiennent. La fiabilité de ce rapport n’est pas claire (Ibaa, 29 et 30 mars 2020).
 Soldats syriens, l'un portant un masque (Ibaa, 30 mars 2020). Les photos montrent qu'aucune distance physique n'est maintenue entre les soldats.   Miliciens affiliés à l'Iran portant des masques par crainte d'une infection au COVID-19.
Droite : Miliciens affiliés à l’Iran portant des masques par crainte d’une infection au COVID-19. Gauche : Soldats syriens, l’un portant un masque (Ibaa, 30 mars 2020). Les photos montrent qu’aucune distance physique n’est maintenue entre les soldats.
La vallée de l’Euphrate
Région d’Al-Mayadeen – Abu Kamal
  • Le 31 mars 2020, un engin piégé a été activé contre un camion des FDS dans le village d’Al-Sabha, à environ 20 km au Nord d’Al-Mayadeen. Les passagers ont été blessés (Telegram, 31 mars 2020).
  • Le 30 mars 2020, des membres de l’Etat islamique ont fait prisonnier un agent des services de renseignement des FDS dans le village de Darnaj, à environ 14 km au Sud-Est d’Al-Mayadeen. Il a été interrogé puis exécuté (Telegram, 31 mars 2020).
  • Le 26 mars 2020, des membres de l’Etat islamique ont activé un engin piégé placé dans la maison d’un membre du régime syrien dans le village de Sweidan, à environ 17 km au Sud-Est d’Al-Mayadeen. La maison a été endommagée (Telegram, 27 mars 2020).
  • Le 25 mars 2020, un engin piégé a été activé contre un véhicule des FDS sur la route du champ pétrolier d’Al-Omar, à environ 50 km au Sud-Est de Deir ez-Zor. Les passagers ont été blessés (Telegram, 26 mars 2020).
Région de Deir ez-Zor
  • Le 30 mars 2020, un engin piégé a été activé contre un véhicule des FDS autour de Diban, dans la zone rurale à l’Est de Deir ez-Zor. Tous les passagers ont été blessés (Télégramme, 30 mars 2020).
Nord-Est de la Syrie
Région d’Al-Hasakah
  • Le 29 mars 2020, des membres de l’Etat islamique ont fait prisonnier deux combattants des FDS dans le village d’Al-Tuwaymin, à environ 5 km à l’Ouest de la frontière syro-irakienne (à environ 75 km au Sud-Est d’Al-Hasakah). Ils ont tous deux été exécutés (Telegram, 29 mars 2020).
  • Le 28 mars 2020, des membres de l’Etat islamique ont enlevé un membre des FDS à son domicile dans le village de Sweidan, à environ 17 km au Sud-Est d’Al-Mayadeen. Il a été interrogé puis exécuté (Telegram, 29 mars 2020).
  • Le 25 mars 2020, des membres de l’Etat islamique ont fait prisonnier deux combattants des FDS dans le village d’Al-Tuwaymin, à environ 5 km à l’Ouest de la frontière syro-irakienne. Ils ont tous deux été exécutés (Telegram, 26 mars 2020).
Des membres de l’Etat islamique s’échappent d’une prison des FDS
  • Le 27 mars 2020, les forces des FDS ont appréhendé 11 membres de l’Etat islamique qui s’étaient échappés d’une prison des FDS dans le village d’Al-Kisra (à environ 30 km au Nord-Ouest de Deir ez-Zor) la nuit précédente. Les membres de l’Etat islamique ont été renvoyés à la prison (Observatoire syrien des droits de l’homme, 27 mars 2020).
  • Selon le porte-parole des FDS, Mostafa Bali, des membres de l’Etat islamique incarcérés dans la prison des FDS à Al-Hassakah ont repris le rez-de-chaussée de la prison. Ils ont démoli les murs intérieurs. Certains des prisonniers ont réussi à s’échapper et des recherches sont en cours après eux. Les forces antiterroristes des FDS s’emploient à rétablir le contrôle du rez-de-chaussée (Compte Twitter de Mostafa Bali, 29 mars 2020).
L’arène irakienne
  • Au cours des dernières semaines, une augmentation de l’activité de l’Etat islamique en Irak s’est manifestée. Selon nous, cette augmentation découle de l’intérêt de l’Etat islamique à exploiter la crise politique et économique de l’Irak : la poursuite des protestations civiles, les retards dans la formation d’un nouveau gouvernement, la confrontation entre les forces américaines et les milices chiites pro-iraniennes et l’effondrement du pétrole. prix, causant de graves dommages à l’économie irakienne. À l’arrière-plan, il y a également la menace de propagation du COVID-19 en Irak.
Activités de l’Etat islamique

Région de Salah al-Din

  • Le 29 mars 2020, des grenades ont été lancées sur les maisons de deux combattants de la mobilisation tribale dans la région d’Al-Tarmiyah, à environ 30 km au Nord de Bagdad. Les maisons ont été endommagées (Telegram, 29 mars 2020).
  • Le 24 mars 2020, trois des gardes de sécurité de l’installation dans une centrale électrique près d’Al-Tarmiyah, à environ 30 km au Nord de Bagdad, ont été pris pour cible par des tirs de mitrailleuses. Tous les trois ont été tués. Selon un autre rapport, un seul gardien de sécurité a été tué et deux autres blessés (Telegram, 25 mars 2020).
  • Le 24 mars 2020, une fusée RPG a été lancée sur un véhicule de l’armée irakienne près de l’entrée d’Al-Tarmiyah, à environ 30 km au Nord de Bagdad. Les passagers ont été tués ou blessés (Telegram, 25 mars 2020).
  • Le 24 mars 2020, un soldat irakien a été pris pour cible par des tirs de mitrailleuses à environ 20 km au Nord de Bagdad. Il a été tué (Telegram, 25 mars 2020).
  • Le 23 mars 2020, des mitrailleuses ont été tirées sur des membres de la police irakienne à environ 80 km au Nord de Bagdad. Il y a eu des échanges de tirs entre les deux parties. Un officier supérieur de la police d’urgence irakienne a été tué (Telegram, 25 mars 2020).

Province de Babel

  • Le 24 mars 2020, des membres de l’Etat islamique sont entrés par effraction dans la maison d’un commandant de la mobilisation tribale à environ 20 km au Sud-Ouest de Bagdad. Le commandant et ses fils avaient été des «agents» du renseignement irakien. Ils ont été exécutés et leur maison a été incendiée. En outre, des membres de l’Etat islamique ont déposé un engin piégé à l’intérieur de la maison, qui a été activé contre une patrouille à pied de la mobilisation populaire. Plusieurs combattants ont été tués ou blessés (Telegram, 25 mars 2020).
  • Le 23 mars 2020, un engin piégé a été activé contre les forces de mobilisation populaire à environ 40 km au Sud de Bagdad. Plusieurs combattants ont été tués ou blessés (Telegram, 25 mars 2020).

Province de Diyala

  • Le 30 mars 2020, un camp de la mobilisation populaire a été ciblé par des tirs de mitrailleuses à environ 80 km au Nord-Est de Baqubah. Un commandant de mobilisation populaire a été tué et deux autres combattants blessés (Telegram, 31 mars 2020).
  • Le 30 mars 2020, des commandos du ministère irakien de l’Intérieur ont été pris pour cible par des tirs de tireurs d’élite à environ 60 km au Nord de Baqubah. Deux combattants ont été tués (Telegram, 30 mars 2020).
  • Le 29 mars 2020, un engin piégé a été activé contre un véhicule transportant un chiite près de la ville de Baqubah. Le chiite a été tué (Telegram, 30 mars 2020).
  • Le 28 mars 2020, quatre obus de mortier ont été tirés sur une foule de chiites au Nord-Est de Baqubah. Selon nous, des cibles ont été touchées (Telegram, 29 mars 2020). La plupart des habitants du district d’Al-Abara sont chiites.
  • Le 27 mars 2020, un camp de la mobilisation populaire a été visé par des tirs de tireurs d’élite au Sud de Khanaqin, à environ 100 km au Nord-Est de Baqubah. Un combattant a été blessé (Telegram, 28 mars 2020).
  • Le 25 mars 2020, un engin piégé a été activé contre un véhicule de l’armée irakienne à environ 50 km au Sud-Ouest de Kirkouk. Deux soldats ont été tués (Telegram, 26 mars 2020).

Province de Kirkuk

  • Le 25 mars 2020, deux roquettes ont été tirées sur un siège de la police irakienne à environ 40 km au Sud-Ouest de Kirkouk. Des cibles ont été observées (Telegram, 26 mars 2020).

Province de Ninive

  • Le 26 mars 2020, un engin piégé a été activé contre un camion de l’armée irakienne à environ 10 km au Sud-Est de Mossoul. Deux soldats ont été blessés (Telegram, 26 mars 2020).

Province d’Erbil

  • Le 26 mars 2020, un engin piégé a été activé contre un véhicule de l’armée irakienne dans la région de Makhmur, à environ 60 km au Sud-Ouest d’Erbil. Les passagers ont été tués ou blessés (Telegram, 26 mars 2020).

Province d’Al-Anbar

  • Le 30 mars 2020, deux roquettes Grad ont été tirées sur le quartier général de l’armée irakienne près de la ville de Hit, à environ 140 km au Nord-Ouest de Bagdad. Deux soldats ont été blessés. L’un des quartiers généraux a subi des dommages (Telegram, 31 mars 2020).
  • Le 29 mars 2020, des membres de l’Etat islamique ont tendu une embuscade à une force de l’armée irakienne dans la région d’Akashat, dans l’Ouest de l’Irak (à environ 30 km de la frontière irako-syrienne). Les terroristes ont attaqué l’un des véhicules des troupes irakiennes avec des tirs de mitrailleuses. Plusieurs soldats ont été tués. Par la suite, les membres de l’Etat islamique ont déclenché un engin piégé contre un autre véhicule de la force irakienne. Plusieurs autres soldats ont été tués (Telegram, 30 mars 2020).
Activités antiterroristes des forces de sécurité irakiennes

Province de Salah al-Din

  • Le 28 mars 2020, des membres de l’Etat islamique ont tenté d’infiltrer une zone au Sud de Samarra (à environ 100 km au Nord-Ouest de Bagdad) à une heure tardive. Les membres de l’Etat islamique ont échangé des coups de feu avec les combattants de la mobilisation populaire et la police irakienne. Plusieurs membres de l’Etat islamique ont été blessés (alhashed.net, 29 mars 2020).
  • Le 26 mars 2020, les forces de sécurité irakiennes ont localisé une cachette [c’est-à-dire de l’Etat islamique] à Al-Tarmiyah, à environ 30 km au Nord de Bagdad. Des engins piégés et des explosifs ont été trouvés (Al-Sumaria, 26 mars 2020).
Une force de la mobilisation populaire et de la police irakienne, qui a déjoué une tentative d'infiltration de Daech au Sud de Samarra, au Nord de Bagdad (al-hashed.net, 29 mars 2020)     Une force de la mobilisation populaire et de la police irakienne, qui a déjoué une tentative d'infiltration de Daech au Sud de Samarra, au Nord de Bagdad (al-hashed.net, 29 mars 2020)
Une force de la mobilisation populaire et de la police irakienne, qui a déjoué une tentative d’infiltration de Daech au Sud de Samarra, au Nord de Bagdad (al-hashed.net, 29 mars 2020)

Région de Kirkuk

  • Le 27 mars 2020, la Force de déploiement rapide du gouvernement irakien a appréhendé un terroriste (cf., un membre de l’Etat islamique) à Tuz Khormato, à environ 70 km au Sud de Kirkouk (Al-Sumaria, 27 mars 2020).

Province d’Al-Anbar

  • Le 27 mars 2020, une force conjointe de la mobilisation populaire et de l’armée irakienne a effectué une patrouille dans les déserts de la province d’Al-Anbar, qui a servi de refuge aux membres de l’Etat islamique. Au cours des recherches, une maison d’hôtes souterraine de l’Etat islamique a été découverte. La maison d’hôtes a été détruite (al-hashed.net, 27 mars 2020).

La porte de la maison d'hôtes souterraine de l'Etat islamique dans le désert d'Al-Anbar (al-hashed.net, 27 mars 2020)
La porte de la maison d’hôtes souterraine de l’Etat islamique dans le désert d’Al-Anbar
(al-hashed.net, 27 mars 2020)

  • Le 26 mars 2020, une force conjointe de la mobilisation populaire et de l’armée irakienne a opéré dans une zone à environ 12 km au Nord-Est de Fallujah, où ils ont localisé plusieurs maisons d’hôtes de l’Etat islamique (alhashed.net, 26 mars 2020).
Force de la mobilisation populaire et forces armées irakiennes lors d'une opération visant les maisons d'hôtes de l'Etat islamique au Nord-Est de Fallujah (al-hashed.net, 26 mars 2020)    Force de la mobilisation populaire et forces armées irakiennes lors d'une opération visant les maisons d'hôtes de l'Etat islamique au Nord-Est de Fallujah (al-hashed.net, 26 mars 2020)
Force de la mobilisation populaire et forces armées irakiennes lors d’une opération visant les maisons d’hôtes de l’Etat islamique au Nord-Est de Fallujah (al-hashed.net, 26 mars 2020)
Frontière entre les provinces de Salah al-Din et Diyala
  • Le 29 mars 2020, les Irakiens les forces de sécurité ont capturé cinq terroristes (cf. des membres de l’Etat islamique) à la frontière administrative entre les provinces de Salah al-Din et Diyala. Les membres appartenaient à un réseau de l’Etat islamique spécialisé dans la fabrication d’engins piégés (Al-Sumaria, 29 mars 2020).
La péninsule du Sinaï
  • Le 30 mars 2020, un engin piégé a été activé contre un char de l’armée égyptienne au Sud de Bir al-Abd. Les membres d’équipage ont été tués (Telegram, 31 mars 2020).
  • Le 29 mars 2020, un engin piégé a été activé contre un véhicule de déminage de l’armée égyptienne à l’Ouest de Rafah (Telegram, 31 mars 2020).
 Nuage de poussière s'élevant de la scène de l'explosion de l'engin piégé.    Véhicule de déminage de l'armée égyptienne avant qu'un engin piégé ne soit activé à l'Ouest de Rafah.

Véhicule remorquant le véhicule dragueur de mines endommagé par l'explosion d'un engin piégé (Telegram, 31 mars 2020)
Droite : Véhicule de déminage de l’armée égyptienne avant qu’un engin piégé ne soit activé à l’Ouest de Rafah. Gauche : Nuage de poussière s’élevant de la scène de l’explosion de l’engin piégé. Ci-dessous : Véhicule remorquant le véhicule dragueur de mines endommagé par l’explosion d’un engin piégé (Telegram, 31 mars 2020)

  • Le 29 mars 2020, un soldat égyptien a été pris pour cible par des tirs de sniper à un poste de contrôle à l’Est de Sheikh Zuweid. Il a été tué (Telegram, 30 mars 2020).
  • Le 28 mars 2020, un engin piégé a été activé contre un char de l’armée égyptienne à Bir al-Abd, à environ 45 km à l’Ouest d’Al-Arish. Quatre soldats ont été tués (Page Facebook Sinaa News 24, 29 mars 2020). À ce jour, aucune organisation n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque, mais celle-ci aurait été menée par l’État islamique.
  • Le 26 mars 2020, des “hommes armés” (cf., des membres de l’Etat islamique) ont attaqué un camp de l’armée égyptienne à l’Ouest de Rafah. Deux soldats ont été tués et trois blessés (Page Facebook Shahed Sinaa – Al-Rasmiyah, 27 janvier 2020). À ce jour, aucune organisation n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque, mais celle-ci aurait été menée par l’État islamique.
Activités des provinces de l’Etat islamique en Afrique et en Asie
Afrique

Mise en place d’une force internationale d’assistance aux pays du Sahel

  • Le 27 mars 2020, il y a eu un suivi de la Conférence de l’UPA (13 janvier 2020), dans laquelle il a été décidé de créer une task force internationale pour soutenir les pays du Sahel dans leur lutte contre le terrorisme[1]. Des représentants de 13 pays européens ont participé à la conférence (qui s’est tenue par audio[2]). Lors de la conférence, il a été décidé de créer une force militaire appelée Takuba (Takuba signifie épée en langue touareg), comprenant des soldats des différents pays. La force est censée commencer à opérer dans la région du Sahel et deviendra opérationnelle début 2021. L’activité de la force se concentrera sur la zone tri-frontalière entre le Burkina Faso, le Niger et le Mali, qui est considérée comme un bastion de l’Etat islamique. La nouvelle force s’ajoutera aux forces supplémentaires opérant dans la région, notamment la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix et la Force opérationnelle internationale (MINJTF), qui comprend des soldats des pays du G5 (Al-Jazeera en anglais, 28 mars 2020).
Nigéria
  • Le 28 mars 2020, des membres de l’Etat islamique ont tendu une embuscade à plusieurs véhicules de l’armée nigériane entre Maiduguri, la capitale de l’État de Borno dans le Nord-Est du Nigéria, et à Minok, à environ 50 km à l’Ouest de Maiduguri. Les forces ont échangé des tirs. Plusieurs soldats ont été tués ou blessés. De plus, des armes et des munitions ont été saisies (Telegram, 28 mars 2020).
  • Le 28 mars 2020, des membres de l’Etat islamique ont attaqué un camp de l’armée nigériane dans l’État de Borno. Plusieurs soldats ont été tués ou blessés (Telegram, 28 mars 2020).
  • Le 26 mars 2020, des membres de l’Etat islamique ont fait quatre prisonniers nigérians à environ 50 km au Sud-Est de Damaturu, capitale de l’État de Yobe. Ils ont été exécutés. De plus, deux APC et un véhicule ont été saisis (Telegram, 28 mars 2020).
  • Le 23 mars 2020, des membres de l’Etat islamique ont repoussé une attaque de l’armée nigériane dans la ville de Goniri. Selon l’Etat islamique, plus de 100 officiers et combattants ont été tués. De plus, des armes et des munitions ont été saisies (Telegram, 25 mars 2020).
  • Le 23 mars 2020, des membres de l’Etat islamique ont attaqué un quartier général de l’armée nigériane. Plusieurs soldats ont été tués ou blessés (Telegram, 25 mars 2020).
Mozambique
  • Le 25 mars 2020, des membres de l’Etat islamique ont attaqué deux camps militaires mozambicains dans le Nord du pays. Les soldats ont fui. Des membres de l’Etat islamique ont incendié les deux camps et plusieurs véhicules dans les camps. Des membres de l’Etat islamique ont saisi des armes et des munitions (Telegram, 25 mars 2020).
  • Au second semestre 2018, l’Etat islamique a commencé à mener des activités terroristes dans le Nord du Mozambique, une région où une révolte islamique se poursuit depuis 2017. Le 7 février 2020, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a annoncé une forte augmentation de la violence dans le Nord du Mozambique. Depuis 2017, quelque 100 000 habitants ont été déplacés en raison des violences dans la région (Reuters, 7 février 2020).
Afghanistan

Attaque contre un temple sikh à Kaboul

  • Le 25 mars 2020, un terroriste est entré dans l’un des principaux lieux de culte sikh de la ville de Kaboul. Le terroriste a ouvert le feu sur les fidèles et a lancé des grenades. Lorsque les forces de sécurité afghanes sont arrivées, il a déclenché deux engins piégés. Selon l’Etat islamique, 60 sikhs et membres des forces de sécurité ont été tués et blessés lors de cette attaque. La réclamation de responsabilité émise par la province de Khorasan de l’Etat islamique affirme que l’attaque a été menée pour venger les musulmans du Cachemire (Telegram, 25 mars 2020).
  • Le porte-parole du ministère afghan de l’Intérieur, Tariq Aryan, a annoncé que le matin du 25 mars, un terroriste avait attaqué un lieu de culte sikh à Kaboul. Selon le porte-parole, au moins 25 sikhs et autres civils ont été tués et huit blessés. Les forces de sécurité afghanes et le terroriste ont échangé des coups de feu pendant environ six heures. Le terroriste a été tué et plus de 80 fidèles sikhs, dont des femmes et des enfants, ont été sauvés sains et saufs (Afghanistan Times, 25 mars 2020). Il convient de noter que la précédente attaque de l’Etat islamique contre les Sikhs, qui constituent une infime minorité en Afghanistan, avait eu lieu dans la province de Nangarhar en 2018. Au moins 19 Sikhs ont été tués et 20 ont été blessés lors de cette attaque (Al-Jazeera, 25 mars 2020).
Les corps des personnes tuées dans le temple qui a été attaqué (Telegram, 25 mars 2020)    Dévastation et signes d'incendie au lieu de culte sikh où un attentat-suicide a été perpétré par l'Etat islamique (Afghanistan Times, 25 mars 2020).
Droite : Dévastation et signes d’incendie au lieu de culte sikh où un attentat-suicide a été perpétré par l’Etat islamique (Afghanistan Times, 25 mars 2020). Gauche : Les corps des personnes tuées dans le temple qui a été attaqué (Telegram, 25 mars 2020)
  • Le 27 mars 2020, l’Etat islamique a publié une courte vidéo montrant un terroriste lisant son testament avant de mener l’attaque. Le terroriste est assis sur le siège arrière d’un véhicule, portant un uniforme de l’armée et tenant un fusil Kalachnikov, en route vers le lieu de culte sikh de Kaboul où il a perpétré l’attaque (Telegram, 27 mars 2020).

Le terroriste Abu Khalid Al-Hindi avant l'attentat suicide (Telegram, 27 mars 2020)
Le terroriste Abu Khalid Al-Hindi avant l’attentat suicide
(Telegram, 27 mars 2020)

Explosion d’un engin piégé à Kaboul contre un lieu de rassemblement de sikhs et d’hindous

  • Le 26 mars 2020, un engin piégé a été activé contre un rassemblement de sikhs et d’hindous à Kaboul. Plusieurs sikhs et hindous ont été tués ou blessés (Telegram, 26 mars 2020). Cette attaque a été perpétrée le lendemain de l’attaque de l’Etat islamique contre un lieu de culte sikh à Kaboul.
  • Le 31 mars 2020, un commandant des Forces spéciales afghanes a été visé par des coups de feu à environ 10 km à l’Ouest de Jalalabad, dans la province de Nangarhar. Il a été tué (Telegram, 31 mars 2020).
La guerre de propagande
Activités du bureau de prédication de l’Etat islamique dans la région du lac Tchad
  • Le 27 mars 2020, la province de l’Afrique de l’Ouest de l’Etat islamique a publié des photos montrant le bureau de prédication de l’organisation (Al-Maktab al-Da’wi) dans la région du lac Tchad. Le bureau est chargé d’inculquer l’idéologie jihadiste de l’Etat islamique à des dizaines d’adolescents de la région. Les photos montrent des prédicateurs se tenant en face de dizaines de militants et d’agents armés de l’Etat islamique qui appartiennent à la police morale de l’organisation (Al-Hisba), distribuant aux adolescents des documents publiés par le bureau (da’wa). Ils montrent également deux chrétiens qui se sont convertis à l’islam dans la région (Telegram, 27 mars 2020). Les photos ont apparemment été prises dans l’État de Borno, dans le Nord-Est du Nigéria, qui borde le lac Tchad.
  • Selon nous, l’activité du bureau et de la police de la moralité de l’Etat islamique sont révélatrices des efforts de l’Etat islamique pour obtenir le soutien de la population locale et la convertir à l’islam, et non pour se contenter uniquement des attaques militaires intensives qu’il mène dans la région.
Des membres de l'Etat islamique qui appartiennent à la police morale de l'organisation (Al-Hisba), distribuant aux adolescents de la région du lac Tchad des documents publiés par le bureau de prédication de Daech (da’wa) (Telegram, 27 mars 2020)    Agent du bureau de prédication (da'wa) s'exprimant devant un public.
Droite : Agent du bureau de prédication (da’wa) s’exprimant devant un public. Gauche : Des membres de l’Etat islamique qui appartiennent à la police morale de l’organisation (Al-Hisba), distribuant aux adolescents de la région du lac Tchad des documents publiés par le bureau de prédication de Daech (da’wa) (Telegram, 27 mars 2020)

[1] Pour plus de détails sur la Conférence de l'UPA, voir Pleins feux sur le Jihad mondial (19-25 mars 2020).
[2] Des représentants des 13 pays suivants ont participé : France, Allemagne, Grande-Bretagne, Belgique, République tchèque, Danemark, Estonie, Mali, Pays-Bas, Niger, Norvège, Portugal et Suède.