Pleins feux sur le jihad mondial (24-30 janvier 2019)

Renforts de l'armée syrienne dans la zone rurale d'Idlib (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 27 janvier 2019)

Renforts de l'armée syrienne dans la zone rurale d'Idlib (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 27 janvier 2019)

Convoi de membres de l'organisation des Gardiens de la religion (affilié à Al-Qaïda) (Site Internet de partage de fichiers oload.club, 27 janvier 2019)

Convoi de membres de l'organisation des Gardiens de la religion (affilié à Al-Qaïda) (Site Internet de partage de fichiers oload.club, 27 janvier 2019)

Tirs d'artillerie de l'armée syrienne sur la ville de Mawrak, au Nord de Hama (Ibaa, 27 janvier 2019).

Tirs d'artillerie de l'armée syrienne sur la ville de Mawrak, au Nord de Hama (Ibaa, 27 janvier 2019).

tenue à l'issue de leur réunion (Site Internet de la présidence russe, 23 janvier 2019)

tenue à l'issue de leur réunion (Site Internet de la présidence russe, 23 janvier 2019)

Le terroriste Sayf al-Islam al-Ansari avant l'attentat suicide (Irak - Province de Kirkouk, 27 janvier 2019)

Le terroriste Sayf al-Islam al-Ansari avant l'attentat suicide (Irak - Province de Kirkouk, 27 janvier 2019)

Motocyclettes appartenant à des terroristes incendiées par les forces de sécurité égyptiennes (Page Facebook du porte-parole des forces armées égyptiennes, 22 janvier 2019)

Motocyclettes appartenant à des terroristes incendiées par les forces de sécurité égyptiennes (Page Facebook du porte-parole des forces armées égyptiennes, 22 janvier 2019)

Principaux évènements
  • Ci-après un aperçu de la situation en Syrie :
    • L’enclave contrôlée par l’Etat islamique sur la rive Est de l’Euphrate continue de se réduire. Les membres de l’Etat islamique sont maintenant encerclés par les forces des FDS dans une “poche” d’environ 5,9 km de long sur 1,6 km de large. On signale encore des membres de l’Etat islamique fuyant la “poche” et des membres se livrant aux FDS. Néanmoins, les membres de l’Etat islamique continuent de se battre et même de lancer des actions offensives contre les forces des FDS.
    • Dans la ville de Manbij et ses environs, il n’y a pas eu de changement significatif sur le terrain. Les forces des FDS et le conseil local parrainé par les États-Unis contrôlent toujours la ville. La Turquie continue de mener des activités politiques et de propagande intensives visant à préparer le terrain pour la prise de contrôle de Manbij et l’établissement d’une “zone de sécurité” parrainée par la Turquie dans le Nord de la Syrie.
    • Dans la région d’Idlib, le Siège de Libération d’Al-Sham continue d’établir son contrôle, principalement aux dépens des organisations rebelles affiliées à la Turquie. Dans le même temps, des incidents continuent entre l’armée syrienne et les organisations jihadistes. Selon un rapport publié sur un site Internet affilié à l’armée syrienne, l’armée syrienne aurait transféré des renforts massifs dans la région d’Idlib, ce qui contribuerait à renforcer la préparation de l’armée syrienne en cas d’évolution dans les zones rurales de Hama et d’Idlib.
  • L’événement principal dans les provinces de l’Etat islamique à l’étranger cette semaine a été une attaque impliquant plusieurs blessés lors d’une cérémonie dans une cathédrale de l’île de Sulu, dans le Sud des Philippines. L’attaque a tué une vingtaine de personnes et blessé environ 110 autres (fidèles et membres des forces de sécurité). L’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’attaque, affirmant qu’elle avait été menée par deux terroristes suicide.
La région d’Idlib
Le Siège de Libération d’Al-Sham continue de s’établir dans la région d’Idlib
  • Le Siège de Libération d’Al-Sham continue de s’emparer des zones détenues par les organisations rebelles de la région d’Idlib, principalement des organisations rebelles affiliées à la Turquie.
  • Dans la soirée du 28 janvier 2019, une force du Siège de Libération d’Al-Sham est entrée dans la ville de Maarat Nu’man, à environ 31 km au Sud d’Idlib, et a pris le contrôle du poste de commandement de Faylaq Al-Sham (organisation affiliée à la Turquie[1]). Des négociations sont menées entre des dignitaires de la ville et des représentants du Siège de Libération d’Al-Sham en vue de parvenir à un accord sur l’administration de la ville (Observatoire syrien des droits de l’homme, 29 janvier 2019). La ville de Maarat Nu’man est située sur la principale autoroute reliant Alep à Hama, ce qui en fait un carrefour important.

La ville de Maarat Nu’man (Google Maps)
La ville de Maarat Nu’man (Google Maps)

Attentat suicide à Idlib
  • Le 29 janvier 2019, une terroriste s’est faite exploser près d’un bâtiment du “Gouvernement du salut national” à Idlib[2]. Au moins un homme a été tué et un autre blessé (Khotwa, 29 janvier 2019; Observatoire syrien des droits de l’homme, 30 janvier 2019). Selon un rapport du Siège de Libération d’Al-Sham, pendant deux minutes, la terroriste aurait échangé des coups de feu avec les agents de sécurité sur le site, avant de se faire exploser (Enab Baladi, 29 janvier 2019). Selon les médias syriens, la terroriste serait membre de l’Etat islamique (Al-Durar Al-Shamiya, 29 janvier 2019).
Arrivée de renforts de l’armée syrienne à Idlib
  • Selon un site Internet affilié à l’armée syrienne, le 27 janvier 2019, des renforts massifs de l’armée syrienne, comprenant des chars et des canons à portée moyenne et longue portée, seraient arrivés dans la zone rurale d’Idlib et y auraient été déployés. Selon le rapport, ces renforts contribueront à renforcer l’état de préparation de l’armée syrienne en cas d’évolution dans les prochains jours sur les fronts des zones rurales de Hama et d’Idlib (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 27 janvier 2019)
  • Cette semaine également, des incidents se sont poursuivis dans la région d’Idlib entre l’armée syrienne et les organisations jihadistes, principalement des échanges de tirs d’artillerie.
  • Ci-après les principaux incidents :
    • La salle d’opération “Réveillez les croyants” (affiliée à Al-Qaïda) a tiré des roquettes sur des positions de l’armée syrienne dans la zone rurale située à l’Ouest d’Alep (Salle d’opération “Réveillez les croyants”, 25 janvier 2019).
    • La salle d’opération “Réveillez les croyants” a tiré des roquettes sur les positions et les forces de l’armée syrienne dans la zone rurale située à l’Ouest d’Alep (Salle d’opération “Réveillez les croyants”, 26 janvier 2019).
    • L’armée syrienne a tiré des pièces d’artillerie sur des positions d’organisations rebelles à environ 52 km au Sud d’Idlib. L’artillerie a été tirée en raison de violations de l’accord de désescalade (cf., l’accord de Sotchi) (SANA, 27 janvier 2019).
    • L’armée syrienne a déjoué une tentative d’infiltration des organisations rebelles de la banlieue Ouest du village de Hasraya, à environ 27 km au Nord-Ouest de Hama. Les organisations rebelles ont subi des pertes (SANA, 27 janvier 2019).
    • L’armée syrienne a tiré des pièces d’artillerie sur des cibles d’organisations rebelles dans la ville de Mawrak, à environ 24 km au Nord de Hama (Ibaa, 17 janvier 2019).
  • Le centre de coordination russe de la base Hmeymim a indiqué que des “individus armés” du Siège de Libération d’Al-Sham avaient attaqué des positions de l’armée syrienne dans la région d’Idlib. Le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que “la situation actuelle dans la région d’Idlib est très préoccupante. La situation dans la région se dégrade.” Selon le porte-parole, les provocations du Siège de Libération d’Al-Sham mettent en danger les civils syriens, les forces syriennes dans la région et la base de Hmeymim en Russie (Spoutnik, 23 janvier 2019).
Tirs de drones près de la base russe de Hmeymim
  • Selon une “source militaire”, le 27 janvier 2019, trois drones d’organisations rebelles ont été interceptés par des missiles anti-aériens près de la base russe Hmeymim. Les drones ont décollé de la zone rurale à 30 km au Sud-Ouest d’Idlib (Muraselon, 27 janvier 2019).
Syrie orientale
L’enclave de l’Etat islamique dans la vallée de l’Euphrate continue de se réduire
  • Cette semaine, les forces des FDS ont continué à avancer dans la vallée de l’Euphrate, dans la “poche” restant sous le contrôle de l’Etat islamique. Dans la “poche” Sud de l’Etat islamique, les FDS ont repris le village d’Al-Baghouz Fawqani (à l’Est d’Abu Kamal). Les FDS ont attaqué d’Est en Ouest, poussant les membres de l’Etat islamique vers l’Euphrate. Au Nord de la “poche”, les forces des FDS ont repris le village de Muzan. La “poche” contrôlée par l’Etat islamique mesure maintenant 5,9 km de long et 1,6 km de large. Les civils et les membres de l’Etat islamique continuent de fuir le territoire contrôlé par l’Etat islamique. Cependant, les membres de l’Etat islamique continuent de se battre et, le 28 janvier 2019, ils ont mené une contre-attaque à grande échelle contre les forces des FDS dans le village d’Al-Susah.

La "poche" contrôlée par l'Etat islamique (carte exacte au 24 janvier 2019) : l'Etat islamique (noir); les forces des FDS (jaune); les zones contrôlées par l'armée syrienne et les forces qui la soutiennent (en rouge); les voies d'attaque des forces kurdes (flèches rouges) (Khotwa, 24 janvier 2019)
La “poche” contrôlée par l’Etat islamique (carte exacte au 24 janvier 2019) : l’Etat islamique (noir); les forces des FDS (jaune); les zones contrôlées par l’armée syrienne et les forces qui la soutiennent (en rouge); les voies d’attaque des forces kurdes (flèches rouges) (Khotwa, 24 janvier 2019)

  • Les batailles entre les forces de sécurité des FDS et l’Etat islamique ont été concentrées cette semaine sur les sites suivants :
  • Le village d’Al-Baghouz Fawqani, à l’Est d’Abu Kamal :
    • Le village a été repris par les FDS le 24 janvier 2019 (Compte Twitter Deir ez-Zor 24, 24 janvier 2019). L’Etat islamique a lancé une contre-attaque (Al-Sham – Province de Baraka, 24 janvier 2019). Selon un rapport de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (25 janvier 2019), au moins 34 membres de l’Etat islamique ont été tués et 21 ont été faits prisonniers. Les FDS ont subi 16 décès. Ces derniers jours, l’Etat islamique a organisé des contre-attaques supplémentaires. Le 27 janvier 2019, des échanges de tirs ont été signalés dans la région (Compte Instagram de la province de Deir ez-Zor, 27 janvier 2019).
    • L’Etat islamique a envoyé deux terroristes suicide, qui ont fait exploser une voiture piégée parmi des concentrations de forces des FDS à la périphérie du village. Les terroristes étaient les frères Abu Ihsan et Abu Ismail Turkestanis. Selon l’organisation, de nombreux combattants des FDSF ont été tués et blessés. En outre, des membres de l’Etat islamique ont lancé des missiles antichars contre des concentrations de forces des FDS à la périphérie du village. L’Etat islamique a affirmé que plus de 15 membres des FDS avaient été tués ou blessés (Province d’Al-Sham-Baraka, 25 janvier 2019).
    • Dans la banlieue de la ville d’Al-Marashida, la plus grande localité qui reste encore dans la “poche” détenue par l’Etat islamique, des affrontements ont eu lieu entre les forces des FDS et l’organisation. Les FDS ont annoncé qu’elles avaient pris le contrôle du village de Muzan, situé à environ 2,5 km à l’Est d’Al-Marashida. Des mines y ont été découvertes et neutralisées, et des armes, du matériel militaire et des munitions ont été saisis (SDF Press, 24 janvier 2019). Le 28 janvier 2019, il a été signalé que plus de 40 membres de l’Etat islamique s’étaient rendus aux forces des FDS dans la ville d’Al-Marashida (Compte Twitter Deir ez-Zor 24, 28 janvier 2019). Les forces des FDS auraient envahi certaines parties de la ville (Chaîne YouTube de Furat Post, 27 janvier 2019).
    • Le 28 janvier 2019, l’Etat islamique a mené une contre-attaque à grande échelle contre des positions des FDS dans le village d’Al-Susah. Au cours de l’attaque, cinq femmes terroristes se sont faites exploser avec des ceintures d’explosifs près des forces des FDS. Les avions américains et de la coalition ont apporté un soutien aérien aux FDS. Les forces des FDS ont annoncé que des dizaines de membres de l’Etat islamique avaient été tués et blessés. En outre, un combattant des FDS a été tué et trois autres ont été blessés (SDF Press, 28 janvier 2019).
Poursuite de la fuite des membres de l’Etat islamique
  • L’Observatoire syrien des droits de l’homme a signalé que depuis début Décembre 2018, plus de 33 550 personnes s’étaient enfuies de l’enclave de l’Etat islamique à l’Est de l’Euphrate. La plupart d’entre eux sont des résidents locaux, mais il y a aussi des centaines de membres de l’Etat islamique de différentes nationalités (Syriens, Irakiens, Russes, Somaliens, Philippins et des combattants étrangers d’autres nationalités asiatiques). Il a également été signalé que parmi les civils qui avaient fui, environ 2 970 membres de l’Etat islamique avaient été arrêtés par les forces des FDS (Observatoire syrien des droits de l’homme, 29 janvier 2019).
Pertes subies par l’Etat islamique et les FDS
  • Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (SOHR), depuis le début de l’attaque contre l’enclave de l’Etat islamique, 1 259 membres de l’Etat islamique et 664 combattants des FDS ont été tués (Observatoire syrien des droits de l’homme, 29 janvier 2019).
Nord de la Syrie
Région de Manbij
  • Il semble que la situation dans la ville de Manbij et ses environs n’ait pas fondamentalement changé. Le conseil local chargé d’administrer Manbij et ses environs (sous le parrainage kurde) s’est déclaré opposé à la création d’une “zone de sécurité” gérée par la Turquie (comme l’a demandé la Turquie). Selon les Kurdes, ce domaine doit être géré par l’ONU, avec des garanties internationales et sans intervention extérieure (une idée que les Turcs ont rapidement rejetée) (Agence de presse SMART, 25 janvier 2019). Les Turcs continuent d’insister pour exiger que les forces kurdes se retirent de Manbij dans le cadre d’un “accord” visant à établir une “zone de sécurité”, qui sera convenue par les États-Unis et la Turquie (Agence de presse Anadolu, 25 janvier 2019).
  • Lors d’une conférence de presse conjointe à l’issue de la réunion entre le Président russe Poutine et le Président turc Erdoğan, ce dernier a déclaré que les deux pays étaient d’accord sur la “zone de sécurité” sur le point d’être créée (par la Turquie) dans le Nord de la Syrie. Selon Erdoğan, les États-Unis ont déjà publié des déclarations positives à cet égard. Il a ajouté que la Turquie n’avait aucun problème avec la Russie en ce qui concerne la “zone de sécurité” (Daily Sabah, 23 janvier 2019 ; site Internet de la présidence russe, 27 janvier 2019). Selon d’autres déclarations, le Président Erdoğan s’est engagé à établir une “zone de sécurité” entre le Nord de la Syrie et la Turquie dans les mois à venir. Il a rejeté la possibilité que l’ONU soit impliquée dans l’établissement de la “zone de sécurité” et a noté que la Turquie est déterminée à gouverner elle-même la “zone de sécurité” (ITAR TASS; Reuters, 25 janvier 2019).

Le Président turc Erdogan et le Président russe Poutine à la conférence de presse conjointe tenue à l'issue de leur réunion (Site Internet de la présidence russe, 23 janvier 2019)
Le Président turc Erdogan et le Président russe Poutine à la conférence de presse conjointe tenue à l’issue de leur réunion (Site Internet de la présidence russe, 23 janvier 2019)

Principaux développements en Irak
Activités de terrorisme et de guérilla de l’Etat islamique
  • Ci-après les principaux incidents de l’activité de l’Etat islamique au cours de la semaine écoulée :
  • Province de Salah al-Din : L’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’explosion d’un engin piégé dans le district d’Al-Shirqat, tuant quatre policiers irakiens (Amaq, 27 janvier 2019). Selon des sources irakiennes, quatre policiers auraient été tués et six autres blessés (Iraqi News Agency, 27 janvier 2019).
  • Province de Diyala :
    • Des obus de mortier ont été tirés sur un siège de l’armée irakienne dans le Nord-Est de la province de Diyala, blessant trois soldats irakiens (Iraqi News Agency, 26 janvier 2019). Aucune réclamation de responsabilité n’a été publiée.
    • L’Etat islamique a revendiqué des tirs de tireurs d’élite dans un camp conjoint des forces de sécurité kurdes et irakiennes à l’Ouest de Khanaqin (à 95 km au Nord-Est de la ville de Baqubah). Cinq membres des forces de sécurité ont été blessés (Irak – Province de Diyala, 27 janvier 2019).
    • L’Etat islamique a revendiqué le tir de tireur d’élite au Sud de Baqubah. Un policier irakien a été tué (Amaq, 27 janvier 2019).
    • Province de Ninive : L’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’explosion d’un engin piégé à l’Est de la ville de Mossoul. L’explosion a tué deux soldats de l’armée irakienne (Amaq, 27 janvier 2019).
    • Province de Kirkouk : Le 23 janvier 2019, une voiture piégée a explosé à environ 45 km au Sud-Ouest de Kirkouk (Al-Sumaria News, 23 janvier 2019). L’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’explosion d’une voiture piégée conduite par un terroriste appelé Sayf al-Islam al-Ansari (Irak – Province de Kirkouk, 27 janvier 2019).
    • L’Etat islamique a revendiqué l’exécution d’un membre de la Mobilisation tribale (les milices sunnites fidèles au régime irakien) et d’un agent des services de renseignements irakiens, à environ 50 km au Sud de Kirkouk (Irak – Province de Kirkouk, 27 janvier 2019).
    • Province d’Al-Anbar : L’Etat islamique a revendiqué le meurtre de trois membres des forces de sécurité irakiennes lors d’une embuscade à l‘Ouest de la ville de Ramadi (Amaq, 27 janvier 2019).
    • Province d’Al-Anbar: Exécution d’un soi-disant agent du gouvernement irakien à l’Ouest de Ramadi (Irak – Province d’Al-Anbar, 28 janvier 2019).

 Exécution d'un agent du gouvernement irakien fait prisonnier par l'Etat islamique à l'Ouest de Ramadi (Irak - Province d'Al-Anbar, 28 janvier 2019)
 Exécution d’un agent du gouvernement irakien fait prisonnier par l’Etat islamique à l’Ouest de Ramadi (Irak – Province d’Al-Anbar, 28 janvier 2019)

Activités antiterroristes des forces de sécurité irakiennes
  • Les principales activités antiterroristes menées par les forces de sécurité irakiennes sont les suivantes :
  • Province de Diyala : Assassinat de trois membres de l’Etat islamique lors d’une frappe aérienne irakienne contre une cachette de l’Etat islamique à environ 15 km au Nord-Est de Baqubah (Agence de presse irakienne, 26 janvier 2019).
  • Province de Salah al-Din : Une force de police irakienne a localisé un dépôt d’armes de l’Etat islamique à quelque 42 km au Sud-Est de Samarra. Le dépôt contenait environ 260 obus de mortier, dissimulés dans des barils en plastique (Iraqi News Agency, 26 janvier 2019).
L’Egypte et la péninsule du Sinaï
Activités de l’Etat islamique au Nord du Sinaï
  • Ci-après des informations faisant état d’attaques de l’Etat islamique dans le Nord du Sinaï :
    • Un véhicule de l’armée égyptienne a été détruit par un engin piégé au sud de Sheikh Zuweid. Plusieurs soldats ont été tués ou blessés. En outre, un véhicule de l’armée égyptienne a explosé à l’Ouest de Rafah. Plusieurs soldats ont été tués ou blessés (Al-Araby Al-Jadeed, 24 janvier 2019).
    • Un engin piégé a explosé à Rafah. Un soldat égyptien a été tué (Province du Sinaï de l’Etat islamique, 27 janvier 2019).
    • Affrontements entre des membres de l’Etat islamique et les forces de sécurité égyptiennes à Al-Arish. Plusieurs officiers égyptiens ont été tués, dont un lieutenant-colonel (Compte Twitter de Shahed Sinaa, 27 janvier 2019).
    • Un engin piégé a explosé près de l’aéroport Al-Arish et un bulldozer de l’armée égyptienne a été endommagé (Compte Twitter Shahed Sinaa, 27 janvier 2019).
    • Attaque d’une force armée égyptienne au Sud de Rafah.
    • Détonation d’un engin piégé à proximité d’un véhicule militaire à l’Est d’Al-Arish. Trois soldats égyptiens ont été tués et cinq autres blessés lors de ces deux attaques (Télévision Al-Jazeera, 28 janvier 2019).
Activités des forces de sécurité égyptiennes
  • Selon une annonce du porte-parole des forces armées égyptiennes, 44 terroristes (cf., membres de l’Etat islamique) ont été tués au cours de leur activité par les forces de sécurité égyptiennes dans la péninsule du Sinaï. Des fusils et des engins piégés ont été trouvés en leur possession. Selon cette annonce, 15 autres terroristes ont été tués dans le cadre d’une opération menée par la police égyptienne et la sécurité nationale. Quinze véhicules militaires et 43 motos ont également été détruits. En outre, l’armée de l’air égyptienne a détruit 56 véhicules tout-terrain qui avaient été utilisés par des terroristes. Deux refuges de terroristes ont été détruits lors des frappes aériennes. Les ingénieurs de combat de l’armée égyptienne ont repéré et neutralisé 242 engins piégés installés le long des artères de circulation des forces de sécurité égyptiennes (Page Facebook du porte-parole des forces armées égyptiennes, 22 janvier 2019).
 Motocyclettes appartenant à des terroristes incendiées par les forces de sécurité égyptiennes (Page Facebook du porte-parole des forces armées égyptiennes, 22 janvier 2019)    Fusils, munitions et appareils de communication sans fil saisis par l'armée égyptienne.
Droite : Fusils, munitions et appareils de communication sans fil saisis par l’armée égyptienne. Gauche : Motocyclettes appartenant à des terroristes incendiées par les forces de sécurité égyptiennes (Page Facebook du porte-parole des forces armées égyptiennes, 22 janvier 2019)
Activités du jihad dans d’autres pays
Attaque terroriste dans une cathédrale au Sud des Philippines
  • Le 27 janvier 2019, l’Etat islamique a mené une attaque terroriste complexe impliquant plusieurs blessés à la cathédrale Notre-Dame du Mont Carmel, dans la ville de Jolo, sur l’île de Sulu, dans le Sud des Philippines. L’attaque a eu lieu de deux manières : selon les médias philippins, deux engins piégés ont explosé à l’intérieur de la cathédrale et sur le parking voisin (The Manila Times). Selon l’organisation, il s’agissait d’un attentat suicide commis par deux terroristes qui se sont fait exploser avec leurs ceintures d’explosifs à l’entrée de la cathédrale et dans le parking adjacent. Au total, 20 personnes ont été tuées dans l’attaque et 81 ont été blessées (The Manila Times, 28 janvier 2019). Selon une autre version, environ 110 personnes auraient été blessées au cours de l’attaque, dont la plupart (environ 90) des civils et des autres membres des forces de sécurité (AP, 27 janvier 2019).
  • La première explosion s’est produite lors de la cérémonie dans la cathédrale. Quinze civils ont été tués dans l’explosion. Selon les médias philippins, un autre engin piégé a ensuite explosé dans le parking à l’extérieur de l’église. L’engin avait été dissimulé dans une caisse sur une moto. Il a explosé lorsque des soldats de l’armée sont arrivés sur les lieux. Lors de la deuxième explosion, cinq soldats ont été tués et des dizaines de personnes blessées, pour la plupart des civils (The Manila Times, 28 janvier 2019).
L'entrée de la cathédrale Notre-Dame du Mont Carmel après les deux explosions (West Mindanao Command, 28 janvier 2019)     L'île de Sulu au Sud des Philippines (Google Maps).
Droite : L’île de Sulu au Sud des Philippines (Google Maps). Gauche : L’entrée de la cathédrale Notre-Dame du Mont Carmel après les deux explosions
(West Mindanao Command, 28 janvier 2019)
  • L’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’attaque. L’organisation a annoncé que deux terroristes suicide avaient commis une double attaque contre une église de la ville de Jolo lors d’une cérémonie religieuse. Le premier terroriste a fait exploser sa ceinture d’explosifs à l’entrée de l’église, tandis que le second a fait exploser sa ceinture d’explosifs sur le parking réservé aux véhicules de l’église. Selon la réclamation de responsabilité, la deuxième explosion aurait eu lieu lorsque les forces de sécurité philippines seraient arrivées sur les lieux après la première explosion. Selon l’organisation, près de 120 personnes ont été tuées ou blessées dans les deux explosions, y compris des civils chrétiens et des membres des forces de sécurité philippines (Amaq, 27 janvier 2019).
L’organisation Abu Sayyaf (Province du Sud de l’Asie de l’Etat islamique)
  • L’île de Sulu, où l’attaque a eu lieu, est l’un des fiefs de l’organisation terroriste Abu Sayyaf, qui a annoncé son adhésion à l’Etat islamique il y a environ quatre ans et demi. L’organisation fait maintenant partie de la Province de l’Est de l’Asie de l’Etat islamique. Selon les médias philippins (qui s’appuient sur une “source de sécurité” à Sulu), il y aurait environ 300 membres du groupe Abu Sayyaf sur l’île (The Manila Times, 17 mai 2018). L’armée philippine soupçonnerait le groupe Abu Sayyaf d’être responsable de l’attaque de la cathédrale, bien qu’elle n’exclue pas la possibilité d’une autre organisation responsable (The Manila Times, 28 janvier 2019).
  • Le groupe Abu Sayyaf (ASG) est une organisation séparatiste musulmane radicale qui a été fondée aux Philippines en 1991. Elle opère dans le Sud des Philippines et aspire à créer un État islamique indépendant pour la minorité philippino-musulmane. Cette minorité est connue sous le nom de peuple Moro et vit principalement sur l‘île de Mindanao. Abu Sayyaf est considérée comme l’organisation la plus violente aux Philippines. Sa première attaque, qui comprenait l’utilisation de grenades, a eu lieu le 4 avril 1991 à Zamboanga, à l’extrémité Sud-Ouest de l’île de Mindanao. Deux évangélistes américains avaient été tués (Université de Stanford, Cartographie des organisations militantes, Groupe Abu Sayyaf).
  • Le 23 juillet 2014, Isnilon Hapilon, dirigeant d’Abu Sayyaf, a prêté serment d’allégeance à Abu Bakr al-Baghdadi, dirigeant de l’Etat islamique. Le 16 octobre 2017, Isnilon Hapilon a été éliminé par l’armée des Philippines lors de la campagne visant à prendre le contrôle de la ville de Marawi, sur l’île de Mindanao. Cependant, les affrontements entre l’Etat islamique et l’armée philippine sur l’île de Mindanao se sont poursuivis même après la mort d’Isnilon Hapilon.

[1] Faylaq Al-Sham est une organisation rebelle islamique qui compte des milliers de membres. Fondée en Mars 2014, elle est basée sur des officiers qui ont déserté de l'armée syrienne et opèrent sous le parrainage turc. Elle est principalement active dans les zones rurales à l’Ouest d’Alep, au sein du Front de libération nationale affilié à la Turquie.
[2] Un cadre général pour l'administration des territoires dans la région d'Idlib. Affilié au Siège de Libération d'Al-Sham, il est basé à Idlib (Al-Arabiya, 29 janvier 2019).