Pleins feux sur le jihad mondial (20-26 juin 2019)

Membres du Front national de libération, organisation rebelle affiliée à la Turquie , tirant sur des soldats de l'armée syrienne lors de l'attaque contre Tal al-Malah et Jubain (Chaîne Youtube du Front national de libération, 20 juin 2019)

Membres du Front national de libération, organisation rebelle affiliée à la Turquie , tirant sur des soldats de l'armée syrienne lors de l'attaque contre Tal al-Malah et Jubain (Chaîne Youtube du Front national de libération, 20 juin 2019)

Des membres du Front national de libération tirent une roquette sur l'armée syrienne près de Tal Malah et Jubain (Chaîne Youtube du Front national de libération, 20 juin 2019). Gauche : Des soldats de l'armée syrienne préparent des roquettes en vue de leur tir dans la zone contrôlée par les organisations rebelles dans la zone rurale du Nord-Ouest de Hama (SANA, 20 juin 2019)

Des membres du Front national de libération tirent une roquette sur l'armée syrienne près de Tal Malah et Jubain (Chaîne Youtube du Front national de libération, 20 juin 2019). Gauche : Des soldats de l'armée syrienne préparent des roquettes en vue de leur tir dans la zone contrôlée par les organisations rebelles dans la zone rurale du Nord-Ouest de Hama (SANA, 20 juin 2019)

Un membre du Front national de libération lance des roquettes Grad sur un lieu de rassemblement d'armées syriennes et russes (Chaîne Youtube du Front national de libération, 24 juin 2019)

Un membre du Front national de libération lance des roquettes Grad sur un lieu de rassemblement d'armées syriennes et russes (Chaîne Youtube du Front national de libération, 24 juin 2019)

Un groupe de membres de l'Etat islamique dans le Sinaï, dirigé par un individu appelé Abu Ja’far al-Ansari (Telegram, 19 juin 2019)

Un groupe de membres de l'Etat islamique dans le Sinaï, dirigé par un individu appelé Abu Ja’far al-Ansari (Telegram, 19 juin 2019)

Les membres de l'organisation avant le serment d'allégeance. L'un d'eux porte un missile à l'épaule (Telegram, 19 juin 2019)

Les membres de l'organisation avant le serment d'allégeance. L'un d'eux porte un missile à l'épaule (Telegram, 19 juin 2019)

Abu Harira al-Ansari, auteur de l'attentat-suicide contre la coalition africaine (Telegram, 22 juin 2019)

Abu Harira al-Ansari, auteur de l'attentat-suicide contre la coalition africaine (Telegram, 22 juin 2019)

Des agents du Sud des Philippines avant (à droite) et pendant (à gauche) le renouvellement de leur engagement d'allégeance (Al-Ansar, 22 juin 2019). Beaucoup des membres de la vidéo ont été démasqués. Le fait qu'ils aient paru non masqués pourrait indiquer leur grande confiance en eux.

Des agents du Sud des Philippines avant (à droite) et pendant (à gauche) le renouvellement de leur engagement d'allégeance (Al-Ansar, 22 juin 2019). Beaucoup des membres de la vidéo ont été démasqués. Le fait qu'ils aient paru non masqués pourrait indiquer leur grande confiance en eux.

Principaux événements
  • L’offensive terrestre de l’armée syrienne contre les organisations rebelles, qui dure depuis près de deux mois, est toujours dans l’impasse. Cette semaine, deux autres attaques de l’armée syrienne contre les organisations rebelles dans la région de Tal al-Malah (à l’Est de la partie Sud de la plaine d’Al-Ghab) ont été repoussées, l’armée syrienne subissant de lourdes pertes. L’armée syrienne a envoyé des renforts dans cette région, où sont principalement déployés ses efforts, transférant les forces de la 4e division. Auparavant, la 4ème division opérait dans la région de Kabanah, dans les montagnes kurdes (où se déroulait l’effort secondaire de l’offensive terrestre syrienne).
  • Dans l’arène irakienne, le principal événement de l’Etat islamique a été un attentat suicide dans une mosquée chiite de l’Est de Bagdad (10 morts et 30 blessés). Des membres de l’Etat islamique ont également attaqué des véhicules transportant des chiites au Nord-Ouest de Bagdad. Dans les provinces du Nord et de l’Ouest de l’Irak, différents types d’attaques ont été perpétrés : des lancers d’engins piégés (le type d’attaque le plus courant), des tirs d’obus de mortier et de tireurs d’élite et des éliminations ciblées.
  • Les activités de routine se poursuivent dans les différentes provinces de l’Etat islamique au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie : dans le Nord de la péninsule du Sinaï, des ouvriers construisant un mur pour protéger l’aéroport Al-Arish contre l’Etat islamique ont été abattus; En outre, des membres de l’organisation ont mené une série d’attaques coordonnées contre les forces de sécurité égyptiennes à Al-Arish et dans les environs. Au Nigeria, des membres de l’Etat islamique ont attaqué une base de l’armée nigériane dans l’État de Borno, au Nord-Est du pays. Au Cameroun, des membres de l’Etat islamique ont attaqué des bases militaires proches de la frontière avec le Nigéria. Au Burkina Faso, des membres de l’Etat islamique ont tué 17 civils. Au Congo (près de la frontière ougandaise), des membres de l’Etat islamique ont attaqué un camp de l’armée congolaise. En Afghanistan, une série d’attaques a été menée contre les talibans dans l’Est du pays. Au Pakistan, des membres de l’Etat islamique ont tué un commandant chiite dans la ville de Karachi. En Somalie, des policiers ont été abattus dans la capitale Mogadiscio et dans le Nord-Est du pays. En Tchétchénie, la province du Caucase de l’Etat islamique a affirmé qu’un terroriste a tenté d’assassiner le Président Kadyrov, mais a été tué par balle (selon la version russe, une attaque à l’arme blanche a été perpétrée près de la résidence du président). Au Yémen, l’Etat islamique a subi un choc sous la forme de la capture d’un chef de l’Etat islamique (émir) au Yémen par les forces spéciales saoudiennes.
  • L’organisation a récemment publié des vidéos filmées par ses membres dans les différentes provinces. Dans ces vidéos, on voit les agents renouveler leur engagement d’allégeance au chef de l’Etat islamique, Abu Bakr al-Baghdadi, louant les victoires de l’organisation et appelant les autres musulmans à se joindre à l’Etat islamique. Selon nous, cette campagne a pour objectif de remonter le moral des membres de l’organisation, de recruter de nouveaux membres et de faire savoir que l’Etat islamique continue de fonctionner dans le monde entier même après le choc subi en Syrie.
Principaux événements en Syrie
La région d’Idlib

Dans la région Nord-Ouest de Hama (à l’Est de la plaine méridionale d’Al-Ghab), les combats se concentrent toujours sur la région du village de Tal al-Malah, qui a été reprise par les organisations rebelles. Deux nouvelles attaques de l’armée syrienne contre Tal al-Malah ont été repoussées et la situation sur le terrain est inchangée. L’armée syrienne continue de concentrer ses efforts sur ce secteur. Les forces de la 4ème division auraient été transférées de la région de Kabanah dans les montagnes kurdes (qui était secondaire lors de l’attaque terrestre de l’armée syrienne) vers la zone de combat située au Nord de Tal al-Malah.

Combats dans la région de Tal al-Malah
  • Le 20 juin 2019, l’armée syrienne a lancé deux autres contre-attaques visant à s’emparer des villages de Tal al-Malah et de Jubain au Nord, occupés par les organisations rebelles (dans le prolongement de la tentative d’attaque de la semaine dernière). L’armée syrienne disposait d’un appui aérien : des avions de guerre russes et syriens ont lancé des raids aériens contre des cibles d’organisations rebelles à Tal al-Malah, à Jubain et dans d’autres villages de la région (Khotwa, 20 juin 2019). Les attaques ont été repoussées par les organisations rebelles dirigées par le Siège de Libération d’Al-Sham. Selon l’organisation, l’armée syrienne a subi de lourdes pertes (au moins 54 morts) (Ibaa, 20 juin 2019). Le 24 juin 2019, les organisations rebelles ont attaqué les positions de l’armée syrienne en se basant sur des informations sur l’intention de l’armée syrienne d’attaquer le village de Jubain par le Nord (Enab Baladi, 24 juin 2019).

Tal al-Malah (1) et Jubain (2), visés par les contre-attaques de l'armée syrienne, qui ont été repoussés par les organisations rebelles. La zone contrôlée par les organisations rebelles est marquée en vert; la zone contrôlée par l'armée syrienne et les forces qui la soutiennent est marquée en rouge (d'après une carte de Khotwa datée du 18 juin 2019; les chiffres ont été ajoutés par le Centre Meir Amit)
Tal al-Malah (1) et Jubain (2), visés par les contre-attaques de l’armée syrienne, qui ont été repoussés par les organisations rebelles. La zone contrôlée par les organisations rebelles est marquée en vert; la zone contrôlée par l’armée syrienne et les forces qui la soutiennent est marquée en rouge (d’après une carte de Khotwa datée du 18 juin 2019; les chiffres ont été ajoutés par le Centre Meir Amit)

Des membres du Front national de libération tirent une roquette sur l'armée syrienne près de Tal Malah et Jubain (Chaîne Youtube du Front national de libération, 20 juin 2019). Gauche : Des soldats de l'armée syrienne préparent des roquettes en vue de leur tir dans la zone contrôlée par les organisations rebelles dans la zone rurale du Nord-Ouest de Hama (SANA, 20 juin 2019)   Des membres du Front national de libération tirent une roquette sur l'armée syrienne près de Tal Malah et Jubain (Chaîne Youtube du Front national de libération, 20 juin 2019). Gauche : Des soldats de l'armée syrienne préparent des roquettes en vue de leur tir dans la zone contrôlée par les organisations rebelles dans la zone rurale du Nord-Ouest de Hama (SANA, 20 juin 2019)
Des membres du Front national de libération tirent une roquette sur l’armée syrienne près de Tal Malah et Jubain (Chaîne Youtube du Front national de libération, 20 juin 2019). Gauche : Des soldats de l’armée syrienne préparent des roquettes en vue de leur tir dans la zone contrôlée par les organisations rebelles dans la zone rurale du Nord-Ouest de Hama (SANA, 20 juin 2019)
Retrait de l’armée syrienne de la région de Kabanah
  • En raison des violents combats dans le Nord-Ouest de Hama, il a été signalé que l’état-major syrien avait commencé à retirer ses forces de la région de Kabanah, dans les montagnes kurdes (où l’effort secondaire de l’attaque terrestre syrienne a lieu), dans le but de les transférer vers la zone Nord-Ouest de Hama, au centre des combats contre les organisations rebelles (Al-Masdar News, 21 juin 2019). Suite à cette décision, les forces de la 4ème division auraient été retirées du front dans la région de Kabanah et déployées sur le front de Nabudah, à environ 40 km au Nord-Ouest de Hama. La région de Nabudah est contrôlée par les organisations rebelles déployées à Tal al-Sakhr, à environ 2 km au Sud-Est de Nabudah (Al-Masdar News, 21 juin 2019).

La région de Nabudah (2), où des forces de la 4e division ont été retirées de la région de Kabanah, et transférées au Sud de Tal al-Malah (1), détenu par les organisations rebelles (Google Maps)
La région de Nabudah (2), où des forces de la 4e division ont été retirées de la région de Kabanah, et transférées au Sud de Tal al-Malah (1), détenu par les organisations rebelles (Google Maps)

Tentative d’attaque de la base aérienne militaire de Hama
  • Le 22 juin 2019, le Siège de Libération d’Al-Sham a tenté d’attaquer la base aérienne militaire de Hama avec un drone armé de roquettes et un composant de navigation basé sur GPRS[1]. L’engin a été abattu par des tirs anti-aériens de l’armée syrienne avant d’atteindre sa cible (SANA, 22 juin 2019). L’appareil utilisé était plus gros que ses prédécesseurs et avait été conçu pour transporter des munitions plus lourdes. Apparemment, il était également équipé d’un système de navigation. Il y a environ trois semaines, les organisations rebelles ont tenté d’utiliser des drones pour attaquer un héliport de l’armée syrienne à environ 30 km à l’Ouest de Hama. Ces drones ont également été abattus par des tirs antiaériens de l’armée syrienne.
Tirs de roquettes sur des cibles syriennes
  • Le Front national de libération a annoncé que le 24 juin 2019, il avait lancé des roquettes Grad sur une salle d’opérations conjointe de l’armée syrienne et russe à environ 70 km au Nord-Ouest de Hama. Des roquettes Grad ont également été lancées sur un autre site où les commandants de l’armée syrienne rencontraient des militaires russes à environ 40 km au Nord-Ouest de Hama (Chaîne Youtube et compte Twitter du Front national de libération, 24 juin 2019).
Résumé des pertes
  • Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, depuis le 30 avril 2019 (veille de l’offensive de l’armée syrienne) jusqu’au 22 juin 2019, 1 907 personnes au total ont été tuées. Au moins 780 des morts appartenaient aux forces rebelles, 614 à l’armée syrienne et aux forces qui la soutiennent, et 513 étaient des civils (Observatoire syrien des droits de l’homme, 25 juin 2019).
Syrie orientale
La région d’Al-Mayadeen et de Deir ez-Zor
  • La semaine dernière, l’Etat islamique a poursuivi ses activités de terrorisme et de guérilla dans les régions d’Al-Mayadeen et de Deir ez-Zor. Les principaux types d’attaques étaient des tirs d’armes légères et la détonation d’engins piégés combinés à des tirs de roquettes RPG contre des véhicules et des points de contrôle des FDS. D’après les déclarations de la province d’Al-Sham (région d’Al-Khayr), les principales activités sont les suivantes
    • Le 20 juin 2019 : Une roquette RPG a été tirée sur un poste de contrôle des FDS dans le village de Diban, à environ 5 km à l’Est d’Al-Mayadeen. Plusieurs combattants des FDS ont été blessés (Telegram, 21 juin 2019).
    • Le 20 juin 2019 : Une patrouille des FDS a été abattue et une fusée RPG a été tirée sur un camion des FDS dans le village de Diban. Six combattants des FDS ont été blessés (Telegram, 21 juin 2019).
    • Le 20 juin 2019 : Des coups de feu ont été tirés et une fusée RPG a été lancée contre un point de contrôle des FDS à 4 km au Nord-Est d’Al-Mayadeen, tuant deux combattants des FDS (Telegram, 21 juin 2019).
    • Le 20 juin 2019 : Un engin piégé a été activé contre un véhicule des FDS dans le village d’Al-Basira, à 14 km au Nord d’Al-Mayadeen. Les combattants des FDS dans le véhicule ont été blessés (Telegram, 21 juin 2019).
La région d’Al-Raqqah
  • Le 20 juin 2019, des membres de l’Etat islamique ont tiré sur deux véhicules des FDS à environ 20 km au Sud-Ouest d’Al-Raqqah, tuant et blessant plusieurs combattants des FDS (Telegram, 20 juin 2019).
Nord de la Syrie
Région de Qamishli (Nord de la zone de contrôle kurde près de la frontière avec la Turquie)
  • Le 23 juin 2019, une moto piégée a explosé près des forces des FDS dans un quartier situé à l’Ouest de Qamishli. Cinq combattants des FDS ont été tués et blessés. L’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’attaque (Telegram, 25 juin 2019).
Principaux événements en Irak
Activités de terrorisme et de guérilla de l’Etat islamique

Attentat suicide dans une mosquée chiite de Bagdad

Le 21 juin 2019, un attentat suicide a été perpétré dans la mosquée Imam al-Mahdi, à l’Est de Bagdad. Vendredi, alors que de nombreux fidèles étaient à l’intérieur de la mosquée, un terroriste portant un gilet explosif a tenté de pénétrer dans la mosquée. Après que les gardes de sécurité l’aient empêché d’entrer, il a activé son gilet explosif à l’entrée de la mosquée. Selon certaines informations, 10 personnes auraient été tuées et 30 blessées (Bagdad Al-Youm; chaîne Al-Ghad; chaîne Al-Hurra; Al-Sumaria, 21 juin 2019).

  • La Province d’Irak de l’Etat islamique a revendiqué l’attaque. Selon la revendication de responsabilité, l’attaque aurait été perpétrée par un membre de l’Etat islamique, Abu Ali al-Ansari, qui aurait réussi à s’infiltrer dans la mosquée chiite de la région d’Al-Baladiyat, à l’Est de Bagdad, et à faire exploser son gilet explosif. Plus de 40 chiites ont été tués et blessés dans l’explosion (Telegram, 23 juin 2019).
    • D’autres activités de terrorisme et de guérilla ont été revendiquées cette semaine par l’Etat islamique :
    • Province de Kirkouk : Plusieurs obus de mortier ont été tirés à l’Est de Hawija, à environ 50 km à l’Ouest de Kirkouk. Aucune victime n’a été signalée (Telegram, 19 juin 2019).
    • Province de Kirkouk : Un engin piégé a explosé contre un véhicule de la police irakienne à l’Ouest de Kirkouk. Deux des passagers ont été tués (Telegram, 22 juin 2019).
    • Province de Kirkouk : Un engin piégé a explosé contre le véhicule d’un commandant de la Mobilisation populaire à la périphérie de Kirkouk. Le commandant a été tué (Telegram, 21 juin 2019).
    • Province de Diyala : Une grenade a été lancée dans le centre de Khanaqin. Trois chiites ont été blessés (Telegram, 22 juin 2019).
    • Province de Diyala : Des tireurs d’élite ont tiré sur une base de l’armée irakienne dans la zone rurale située au Sud-Est de Baqubah (Telegram, 22 juin 2019).
    • Province de Ninive : Un engin piégé a explosé contre un véhicule de l’armée irakienne à l’Est de Makhmur. Les passagers ont été tués ou blessés (Telegram, 19 juin 2019).
    • Province de Salah al-Din : Un engin piégé a explosé contre le véhicule d’un membre de la Mobilisation tribale à environ 60 km au Nord de Tikrit. L’individu a été blessé (Telegram, 21 juin 2019).
    • Province de Diyala : Un terroriste équipé d’une ceinture d’explosifs s’est fait exploser dans un café de la ville de Khanaqin. Plusieurs personnes ont été blessées. L’Etat islamique n’a toujours pas revendiqué la responsabilité de l’attaque, mais il serait raisonnable de présumer que ses membres en sont responsables (Akhbar al-Iraq, 21 juin 2019; Al-Sumaria, 20 juin 2019).
    • Province de Diyala : Des tireurs d’élite ont abattu un soldat de l’armée irakienne dans la région d’Al-Nada, à environ 40 km à l’Est de Baqubah (Telegram, 23 juin 2019).
    • Province de Ninive : Un combattant de la Mobilisation tribale a été tué par balle dans sa maison, à environ 70 km au Sud-Ouest de la ville de Mossoul (Telegram, 23 juin 2019).
    • Province de Bagdad : L’agence de presse Amaq a annoncé que des membres de l’Etat islamique avaient perpétré deux attaques contre des chiites à environ 25 km au Nord-Ouest de Bagdad. Lors de la première attaque, des membres de l’Etat islamique ont tiré avec des mitraillettes sur un véhicule transportant des chiites. Un des passagers a été tué et un autre a été blessé. Lors de la deuxième attaque, des membres de l’Etat islamique ont fait exploser un engin piégé contre un véhicule transportant des chiites. Certains d’entre eux ont été tués et d’autres ont été blessés (Telegram, 25 juin 2019).
    • Province de Diyala : Un engin piégé a été activé contre un policier de la police fédérale irakienne à environ 15 km au Nord-Est de Baqubah. Il a été tué (Telegram, 24 juin 2019).
    • Province de Salah al-Din : Un engin piégé a été activé contre un véhicule de la Mobilisation tribale à Jazirat al-Shirqat, à environ 100 km à l’Ouest de Kirkouk. Deux des passagers ont été blessés (Telegram, 24 juin 2019).
    • Province de Ninive : Un engin piégé a été activé contre la maison d’un membre du gouvernement irakien dans un village situé à environ 25 km au Nord-Ouest de Kirkouk (Telegram, 24 juin 2019).
    • Province de Ninive : Un engin piégé a été activé contre un véhicule de la Mobilisation tribale à environ 35 km au Nord-Ouest de Mossoul. Deux des passagers ont été blessés (Telegram, 24 juin 2019).
Activités antiterroristes des forces de sécurité irakiennes
  • Province de Kirkouk : Une force du service de lutte contre le terrorisme irakien, agissant en coordination avec des avions de la coalition, a tué 14 membres de l’Etat islamique au Sud de Kirkouk (Agence de presse irakienne, 24 juin 2019).
  • Province de Kirkouk : Une force de renseignement irakienne a arrêté un agent impliqué dans le transfert des familles des membres de l’Etat islamique dans la province de Kirkouk. Il était également recherché pour sa participation à plusieurs attentats (Al-Sumaria, 21 juin 2019).
  • Province de Ninive : Les forces de sécurité irakiennes ont arrêté un haut responsable de l’Etat islamique à l’Ouest de Mossoul. Il était chargé d’un bureau de l’Etat islamique à Al-Qayruwan, à 95 km à l’Ouest de Mossoul (Agence de presse irakienne, 21 juin 2019).
  • Province de Salah al-Din : Une force de la milice «Peace Companies» chiite a contrecarré une tentative d’infiltration de membres de l’Etat islamique par des bateaux pneumatiques dans la zone Ouest de Samarra, près du lac Al-Tharthar (Agence de presse irakienne, 23 juin 2019).
  • Province d’Al-Anbar : Une force motorisée de l’armée irakienne, avec la participation de la Mobilisation tribale, a mené des activités de sécurité dans l’Ouest de la province d’Al-Anbar (Agence de presse irakienne, 23 juin 2019).
Une force motorisée de l'armée irakienne pendant les activités de sécurité (Agence de presse irakienne, 23 juin 2019)      Une force de bataillons de la paix lors d'une activité de sécurité en Irak.
Droite : Une force de bataillons de la paix lors d’une activité de sécurité en Irak. Gauche : Une force motorisée de l’armée irakienne pendant les activités de sécurité
(Agence de presse irakienne, 23 juin 2019)
  • Province de Salah al-Din : Une force de la police fédérale irakienne a localisé et neutralisé trois engins piégés dans la ville de Samarra (Al-Sumaria, le 23 juin 2019).
  • Province de Ninive : L’armée irakienne a annoncé la destruction de dix tunnels et dépôts de logistique appartenant à l’Etat islamique dans la province de Ninive (Aman Dustour, 23 juin 2019).
L’Egypte et la péninsule du Sinaï
Activités de l’Etat islamique dans la péninsule du Sinaï
  • Les attaques de l’Etat islamique contre les forces de sécurité égyptiennes dans le Nord de la Péninsule du Sinaï se poursuivent :
    • Le 22 juin 2019 : Des travailleurs égyptiens travaillant à l’aéroport d’Al-Arish ont été abattus. Un mur d’enceinte est en construction autour de l’aéroport afin de le protéger contre les attaques d’organisations terroristes. Après la fusillade, les assaillants ont incendié les voitures des ouvriers et ont pris la fuite. Quatre ouvriers ont été tués et huit blessés (Télévision égyptienne Al-Arabi; Al-Arabi Al-Jadeed, 22 juin 2019). L’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’incident. La revendication de responsabilité stipule que des membres de l’Etat islamique ont attaqué des soldats de l’armée égyptienne sécurisant les ouvriers qui construisaient des fortifications autour de l’aéroport d’Al-Arish. Dix travailleurs ont été tués et blessés lors d’un échange de coups de feu (Amaq, 24 juin 2019).
    • Le 19 juin 2019 : Un tireur isolé de l’Etat islamique a tué un soldat égyptien à un poste de contrôle situé au Sud de Rafah. La province du Sinaï de l’Etat islamique a revendiqué l’attaque (Telegram, 21 juin 2019).
    • Le 20 juin 2019 : L’Etat islamique a fait exploser un engin piégé contre un véhicule dragueur de mines à l’Ouest d’Al-Arish. Les passagers du véhicule ont été tués ou blessés. La province du Sinaï de l’Etat islamique a revendiqué l’attaque (Telegram, 20 juin 2019).
    • Le 25 juin 2019 : Des membres de l’Etat islamique ont lancé plusieurs attaques simultanées contre plusieurs postes de l’armée égyptienne dans la ville d’Al-Arish. L’organisation a revendiqué la responsabilité de l’attaque (Telegram, 25 juin 2019). Selon un reportage diffusé sur la chaîne Al-Jazeera, six membres des forces de sécurité égyptiennes auraient été tués et dix autres blessés lors d’une série d’attaques coordonnées organisées tard dans la nuit contre les forces de sécurité égyptiennes à Al-Arish. Les attaques visaient des postes de contrôle mis en place par les forces de sécurité égyptiennes dans le Sud et le Centre de la ville. Selon une «source de sécurité», cinq des assaillants ont été tués et sept ont été arrêtés (Al-Jazeera, 25 juin 2019; Al-Arabiya, 25 juin 2019).
  • L’hebdomadaire Al-Nabā de l’Etat islamique a rapporté que le 13 juin 2019, des membres de la province du Sinaï ont arrêté deux résidents d’Al-Arish, avocats à la Cour suprême d’appel d’Égypte, à un poste de contrôle mis en place à l’Ouest d’Al-Arish. Il a été annoncé que les deux avocats seraient transférés devant un tribunal islamique de la sharia pour y être jugés pour collaboration avec les tribunaux égyptiens et avec les «lois sur les infidèles» (Al-Nabā ’, 20 juin 2019).
Campagne de renouvellement d’allégeance au dirigeant de l’Etat islamique
  • Le 19 juin 2019, la province du Sinaï de l’Etat islamique a publié une vidéo intitulée “Les résultats [bienvenus] bénéficieront aux adhérents [de la religion de l’Islam]”. Cette vidéo a été précédée d’une vidéo publié la semaine dernière par la province d’Afrique de l’Ouest de l’Etat islamique, qui portait le même titre. La vidéo montre un groupe de membres de l’Etat islamique dans la province du Sinaï qui réitèrent leur engagement d’allégeance au chef de l’Etat islamique. L’un des agents est représenté portant un missile tiré à l’épaule. Le groupe est dirigé par un orateur, appelé Abu Ja’far al-Ansari, qui appelle les croyants musulmans à se joindre à l’Etat islamique et à mener à bien le jihad tel qu’Allah l’a ordonné. Il note que la détermination des membres de l’Etat islamique dans le Sinaï est énorme, sachant qu’Allah a promis la victoire aux croyants. La vidéo comprend également des images d’archives documentant les combats et l’entraînement des membres de l’Etat islamique dans la péninsule du Sinaï (Telegram, 19 juin 2019).

Un groupe de membres de l'Etat islamique dans le Sinaï, dirigé par un individu appelé Abu Ja’far al-Ansari (Telegram, 19 juin 2019)
Un groupe de membres de l’Etat islamique dans le Sinaï, dirigé par un individu appelé Abu Ja’far al-Ansari (Telegram, 19 juin 2019)

Activités de l’Etat islamique dans le monde
Province d’Afrique de l’Ouest

Attaque de l’Etat islamique contre une base de l’armée nigériane

  • Selon l’agence Amaq de l’Etat islamique, le 17 juin 2019, la province d’Afrique de l’Ouest de l’Etat islamique a attaqué un camp de l’armée nigériane dans la ville de Gajiram, dans l’État de Borno, au Nord-Est du Nigéria (non loin de la frontière entre le Tchad, le Cameroun et le Niger). Douze soldats nigérians ont été tués et blessés et la base a été incendiée. Les membres de l’Etat islamique se sont retirés du lieu de l’attaque (Telegram, 19 juin 2019). Selon Reuters, l’attaque a été perpétrée par des “militants” (presque certainement des membres de l’Etat islamique) qui sont arrivés à la base en camions et se sont battus pendant trois heures. Au total, 25 soldats ont été tués. Un porte-parole de l’armée nigériane a refusé de commenter l’attaque.

Offensive des troupes de la coalition africaine dans la région du lac Tchad

  • La province d’Afrique de l’Ouest a affirmé avoir repoussé une offensive des troupes de la coalition africaine opérant dans la région du lac Tchad. Selon cette annonce, des échanges de tirs ont eu lieu entre les parties, au cours desquels l’un des membres de l’Etat islamique a perpétré un attentat suicide à la voiture piégée contre un groupe de soldats de la coalition. Au moins 15 soldats ont été tués et plusieurs autres ont été blessés (Telegram, 22 juin 2019).

Lac Tchad (Google Maps)
Lac Tchad (Google Maps)

Abu Harira al-Ansari, auteur de l'attentat-suicide contre la coalition africaine (Telegram, 22 juin 2019)     De la fumée s'échappe du lieu de l'attentat suicide.
Droite : De la fumée s’échappe du lieu de l’attentat suicide. Gauche : Abu Harira al-Ansari, auteur de l’attentat-suicide contre la coalition africaine (Telegram, 22 juin 2019)

Attaque de groupe de travail multinational contre l’Etat islamique

  • Le groupe de travail multinational a lancé un attentat contre des membres de l’Etat islamique dans la région du lac Tchad. Au total, 42 membres de l’Etat islamique ont été tués lors de l’attaque. Un soldat nigérian a été tué et 10 autres blessés. Il s’agirait des pertes les plus lourdes subies par la province d’Afrique de l’Ouest de l’organisation au cours des six derniers mois (Sky News; Euronews; Bloomberg News Agency, 22 juin 2019).

Niger : Opération militaire conjointe des Etats-Unis, de la France et du Niger contre l’Etat islamique

  • Selon un rapport publié par le ministère de la Défense du Niger, 18 membres de l’Etat islamique ont été tués et cinq autres capturés au cours d’une opération militaire de grande envergure menée par les États-Unis, la France et le Niger. L’opération s’est déroulée du 8 au 18 juin 2019 dans le Nord du pays, près de la frontière avec le Mali. Elle était dirigée contre des membres de l’Etat islamique qui avaient lancé une embuscade et tué 28 soldats de l’armée nigérienne. Selon l’annonce publiée par le ministère de la Défense du Niger, l’armée du Niger n’a subi aucune perte. La France a confirmé que l’opération avait eu lieu (BBC; Al-Nahar, 20 juin 2019; Al-Hayat, 21 juin 2019). La porte-parole du commandement africain des forces armées américaines a déclaré que les forces américaines n’avaient pas participé à l’opération (The Independent, 21 juin 2019).

Zone proche de la frontière entre le Niger et le Mali, dans le Nord du Niger, où l'opération contre l'Etat islamique s'est déroulée (Google Maps)
Zone proche de la frontière entre le Niger et le Mali, dans le Nord du Niger, où l’opération contre l’Etat islamique s’est déroulée (Google Maps)

Cameroun : Attentat contre l’armée camerounaise près de la frontière avec le Nigéria

  • D’après une annonce de la province d’Afrique de l’Ouest de l’Etat islamique, le 17 juin 2019, des membres de l’Etat islamique ont attaqué des soldats camerounais dans la ville de Fotokol, près de la frontière avec le Nigéria. Certains soldats ont été blessés (Province d’Afrique de l’Ouest, 19 juin 2019). Selon un porte-parole de l’armée nigériane, cinq membres de l’Etat islamique ont été tués et un prisonnier alors qu’il tentait en vain d’attaquer une base militaire à Ngouma, près de la frontière entre le Cameroun, le Nigéria et le Tchad (Médias occidentaux, 22 juin 2019).

Congo : Attaque d’un camp de l’armée congolaise

  • Le 24 juin 2019, des membres de l’Etat islamique ont attaqué un camp de l’armée congolaise dans la région de Beni, à la frontière avec l’Ouganda. Les membres ont échangé des coups de feu avec des soldats congolais. Neuf soldats ont été tués et plusieurs autres blessés. Les membres de l’Etat islamique ont saisi divers types d’armes et de munitions et sont revenus à leurs positions sains et saufs (Telegram, 25 juin 2019).

La région de Beni, non loin de la frontière entre le Congo et l'Ouganda (Google Maps)
La région de Beni, non loin de la frontière entre le Congo et l’Ouganda (Google Maps)

Burkina Faso
  • Le ministre de la Défense du Burkina Faso, Chérif Sy, a signalé que, le 18 juin 2019, des «terroristes» avaient attaqué des civils dans un village situé à environ 70 km au Sud de la frontière avec le Mali. Au total, 17 civils ont été tués dans l’attaque. Le ministère de la Défense a ajouté que des préparatifs étaient en cours pour le lancement d’une vaste opération militaire visant à localiser les assaillants et à sécuriser la région (France 24, 20 juin 2019).
  • Selon un article de presse français, depuis 2015, plus de 400 personnes ont été tuées dans des attaques de guérilla au Burkina Faso. La France aurait déployé 4 500 soldats au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad pour aider les armées locales dans leur combat contre les jihadistes. Le Burkina Faso a récemment rejoint les quatre pays du Sahel, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger, dans une initiative visant à établir une force commune de 5 000 soldats pour lutter contre le terrorisme avec le soutien de la France (France 24, 20 juin 2019).
Tchétchénie
  • Le 23 juin 2019, un membre de l’Etat islamique a lancé une attaque à Grozny, la capitale de la Tchétchénie. Il existe deux versions contradictoires concernant la nature de l’attaque :
  • La version russe : Selon la version russe, la police a arrêté un véhicule pour inspecter des documents près de la résidence du Président tchétchène Kadyrov. Le conducteur, qui était armé d’un couteau, a poignardé un policier au point de contrôle et un combattant de la Garde nationale tchétchène qui est arrivé sur les lieux. Le poignard, tué par balle, a été identifié comme un habitant de 23 ans. Un fusil de chasse a été retrouvé dans son véhicule (Russia Today, 23-24 juin 2019).
  • La version de l’Etat islamique : La province du Caucase de l’Etat islamique a annoncé qu’un membre de son organisation, appelé Abdullah le Tchétchène, avait réussi à atteindre l’entrée du palais présidentiel du Président tchétchène Ramzan Kadyrov. Il a échangé des coups de feu avec les officiers et les gardes de sécurité au palais. En conséquence, plusieurs officiers et agents de sécurité ont été tués et blessés. Selon la province du Caucase de l’Etat islamique, le terroriste a réussi à tirer sur le bureau du Président Kadyrov avant d’être tué par balle (Telegram, 23 juin 2019).
Philippines
  • La province d’Asie de l’Est de l’Etat islamique a publié une vidéo intitulée «Les résultats [bienvenus] profiteront aux adhérents [de la religion de l’islam]». Cette vidéo montre un groupe de membres de l’organisation, apparemment situés dans le Sud des Philippines, renouvelant leur engagement d’allégeance au chef de l’Etat islamique Abu Bakr al-Baghdadi. La voix d’un orateur nommé cheikh Abu Abdullah al-Tanumi peut être entendue à l’arrière-plan. Il souligne l’espoir qu’Allah “protégera les combattants du jihad, en particulier aux Philippines”, et appelle ceux qui n’ont pas encore juré allégeance au chef de l’Etat islamique de le faire. La vidéo se termine par une séquence documentant les combats contre l’armée philippine à Lanao del Sur à Mindanao (au sud des Philippines) (Al-Ansar, 22 juin 2019).
Afghanistan
  • La province de Khorasan de l’Etat islamique a publié une série de déclarations de responsabilité pour des attaques contre les talibans dans la province de Kunar, dans l’Est de l’Afghanistan. Les attaques ont duré environ trois heures. Selon l’Etat islamique, 32 talibans auraient été tués et blessés (Telegram, 19-20 juin et 25 juin 2019).
  • Selon une annonce de la province de Khorasan de l’Etat islamique, le 20 juin 2019, des membres de l’organisation ont fait exploser un engin piégé contre un véhicule transportant des membres d’une milice qui soutient le gouvernement dans la ville de Jalalabad. Deux combattants de la milice ont été tués et deux autres ont été blessés (Telegram, 20 juin 2019).
Pakistan
  • La province pakistanaise de l’Etat islamique a annoncé que le 19 juin 2019, ses membres avaient tiré sur un commandant chiite dans la ville de Karachi. Le commandant chiite a été tué (Telegram, 20 juin 2019).
Somalie
  • La province somalienne d’Etat islamique a annoncé que le 19 juin 2019, des membres de l’Etat islamique avaient tiré sur un policier somalien sur un marché libre de la capitale Mogadiscio. Le policier a été tué (Telegram, 20 juin 2019).
  • La province somalienne de l’Etat islamique a annoncé que le 20 juin 2019, ses membres avaient tiré sur un policier somalien dans la ville de Bosaso, sur les rives du golfe d’Aden, dans le Nord-Est de la Somalie. Le policier a été tué (Telegram, 21 juin 2019). Bosaso est un point de convergence des attaques dans la province somalienne.
Activités préventives
Arrestation au Yémen du chef de l’Etat islamique
  • Le colonel Turki al-Maliki, porte-parole de la Coalition arabe (qui opère au Yémen contre les rebelles houthis), a annoncé que les forces spéciales saoudiennes avait capturé l’émir (chef) de l’Etat islamique au Yémen, Abu Osama al-Muhajir. Trois autres membres de l’Etat islamique ont été capturés avec lui. La maison où vivaient les quatre hommes avec trois femmes et trois enfants était sous surveillance. L’opération a duré 10 minutes, au cours desquelles des armes, des munitions et des dispositifs de communication ont été saisis (Al-Arabiya, 25 juin 2019).

L'émir de l'Etat islamique au Yémen et trois autres membres de l'Etat islamique dirigés par des forces spéciales saoudiennes après avoir été capturés au Yémen (Agence de presse saoudienne, selon un reportage sur Al-Arabiya, 25 juin 2019)
L’émir de l’Etat islamique au Yémen et trois autres membres de l’Etat islamique dirigés par des forces spéciales saoudiennes après avoir été capturés au Yémen (Agence de presse saoudienne, selon un reportage sur Al-Arabiya, 25 juin 2019)

Mort de deux membres de l’Etat islamique au Daghestan
  • Selon des informations parues dans les médias, deux membres de l’Etat islamique auraient été tués au Daguestan le 23 juin 2019. Ils avaient prévu de lancer des attaques contre les forces de l’ordre. Les forces de sécurité auraient tenté d’arrêter la voiture dans laquelle se trouvaient les deux terroristes. Ils ont été abattus après avoir ouvert le feu sur les forces de sécurité. Une mitraillette et un fusil ont été trouvés en leur possession (Agence de presse TASS, 23 juin 2019).

[1] Le GPRS (General Packet Radio Service) est une technologie utilisée pour l'envoi d'informations et la navigation sur un réseau cellulaire (Site Internte It still Works).