Pleins feux sur le jihad mondial (1er-7 février 2018)

Tranchées et positions de combat du Siège de Libération d'Al-Sham abandonnées au Nord du village d'Abu Ad-Duhur repris par l'armée syrienne.

Tranchées et positions de combat du Siège de Libération d'Al-Sham abandonnées au Nord du village d'Abu Ad-Duhur repris par l'armée syrienne.

Soldats de l'armée syrienne qui ont participé au nettoyage de l'enclave de l'Etat islamique au Sud-Est d'Abu Ad-Duhur (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 5 février 2018)

Soldats de l'armée syrienne qui ont participé au nettoyage de l'enclave de l'Etat islamique au Sud-Est d'Abu Ad-Duhur (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 5 février 2018)

Al-Halabi Abu Khalil, qui a fait exploser dans une voiture piégée contre un siège des FDS. Il semble relativement âgé par rapport à d'autres terroristes suicide de l'Etat islamique (Akhbar Al-Muslimeen, 5 février 2018)

Al-Halabi Abu Khalil, qui a fait exploser dans une voiture piégée contre un siège des FDS. Il semble relativement âgé par rapport à d'autres terroristes suicide de l'Etat islamique (Akhbar Al-Muslimeen, 5 février 2018)

Entrée d'un tunnel découvert par l'armée égyptienne dans la zone frontalière du Nord de la péninsule du Sinaï.

Entrée d'un tunnel découvert par l'armée égyptienne dans la zone frontalière du Nord de la péninsule du Sinaï.

Principaux événements
  • Les forces syriennes ont poursuivi leur campagne de reprise de la Province d’Idlib, la plus importante forteresse des organisations rebelles dirigées par le Siège de Libération d’Al-Sham. Elles ont continué à nettoyer le secteur de la base aérienne militaire d’Abu Ad-Duhur et ont avancé vers l’Ouest, afin de prendre le contrôle de l’autoroute Hama-Alep (M5). Dans le même temps, les forces syriennes ont repris des villages contrôlés par l’Etat islamique au Sud-Est d’Abu ad-Duhur. Selon la télévision syrienne, il sera bientôt annoncé que la région entre Hama et Alep a été nettoyée de la présence de membres de l’Etat islamique.
  • Cette semaine, un appareil russe Sukhoi 25 a été abattu dans la région d’Idlib. L’avion a été abattu par un missile. Le pilote a réussi à sortir et a été tué au combat. Le corps du pilote a été rendu aux Russes par les renseignements turcs. Le Siège de Libération d’Al-Sham a revendiqué la responsabilité de l’attaque. En réponse, les forces russes ont utilisé des armes de précision pour attaquer le site de lancement du missile.
  • Dans la zone située entre Abu Kamal et Deir ez-Zor, à l’Est de l’Euphrate, l’Etat islamique mène une guérilla intensive contre les forces des FDS, avec des attaques à la voiture bélier et l’utilisation de terroristes suicide. Les opérations militaires s’accompagnent d’une importante activité de propagande. Par conséquent, il semble que l’Etat islamique a retrouvé sa capacité opérationnelle de haut niveau dans ce secteur.
Principaux développements en Syrie
La campagne de reprise de la région d’Idlib

Les forces syriennes ont continué à nettoyer la base aérienne de la zone d’Abu Ad-Duhur de la présence de membres du Siège de Libération d’Al-Sham et d’autres organisations rebelles. Au cours de la semaine, les troupes syriennes dans la zone d’Abu ad-Duhur ont avancé pour prendre le contrôle de l’autoroute Hama-Alep (M5). En même temps, les forces ont agi contre l’enclave de l’Etat islamique au Sud-Est d’Abu Ad-Duhur. La reprise par les forces syriennes de l’autoroute Hama-Alep et la fin du nettoyage du secteur marquent la fin de la première étape dans la campagne de reprise d’Idlib.

  • Au cours de la semaine, l’armée syrienne a enregistré plusieurs réalisations :
    • Le 3 février 2018, les forces du général de brigade Suheil Hassan ont repris le village de Tall Alloush, à environ 12 km au Nord d’Abu Ad-Duhur, ainsi qu’un certain nombre d’autres villages de la région (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 3 février 2018).
    • Le 4 février 2018, l’armée syrienne a annoncé le lancement d’une opération militaire sur deux routes parallèles : vers la ville de Saraqib, et vers le village d’Al-Eis, environ 28 km au Nord d’Abu Ad-Duhur (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 4 février 2018). Au cours de frappes aériennes de l’armée syrienne contre la ville de Saraqib, des substances chimiques auraient été utilisées.
    • Le 5 février 2018, l’armée syrienne a annoncé que ses forces ont interrompu une attaque des organisations rebelles sous le commandement du Siège de Libération d’Al-Sham, dont l’objectif était d’arrêter leur avancée dans la zone à l’Ouest du village d’Abu Ad-Duhur. Les troupes syriennes sont arrivées à une distance d’environ 13 km à l’Est de l’autoroute Hama-Alep (M5) (Butulat Al-Suri Al-Jaysh, 5 février 2018).
Des soldats de l'armée syrienne examinent une position du Siège de Libération d'Al-Sham abandonnée au Nord du village d'Abu Ad-Duhur (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 3 février 2018)   Tranchées et positions de combat du Siège de Libération d'Al-Sham abandonnées au Nord du village d'Abu Ad-Duhur repris par l'armée syrienne.
Droite : Tranchées et positions de combat du Siège de Libération d’Al-Sham abandonnées au Nord du village d’Abu Ad-Duhur repris par l’armée syrienne. Gauche : Des soldats de l’armée syrienne examinent une position du Siège de Libération d’Al-Sham abandonnée au Nord du village d’Abu Ad-Duhur (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 3 février 2018)
  • Des membres du Siège de Libération d’Al-Sham ont publié une vidéo de leurs préparatifs pour attaquer les positions de l’armée syrienne à Tell Sultan, à environ 12 km au Nord-Ouest d’Abu Ad-Duhur (Ibaa, 4 février 2018).
Membres du Siège de Libération d'Al-Sham se préparant pour une attaque contre des positions de l'armée syrienne à Tell Sultan (Ibaa, 4 février 2018)   Véhicule blindé fabriqué par le Siège de Libération d'Al-Sham, avec l'inscription "Défait les réfractaires." [1]
Droite : Véhicule blindé fabriqué par le Siège de Libération d’Al-Sham, avec l’inscription “Défait les réfractaires.” [1]
Gauche : Membres du Siège de Libération d’Al-Sham se préparant pour une attaque contre des positions de l’armée syrienne à Tell Sultan (Ibaa, 4 février 2018)
Nettoyage de l’enclave de l’Etat islamique
  • Cette semaine, les forces syriennes ont continué de nettoyer l’enclave de l’Etat islamique au Sud-Est d’Abu Ad-Duhur (au Nord-Est de Hama). Selon des sources syriennes, l’armée syrienne a repris plus de 11 villages de l’enclave et ainsi, il sera bientôt annoncé que les zones rurales entre Hama et Alep ont été complètement nettoyées de la présence de l’Etat islamique (Télévision syrienne, 6 février 2018).
Le Siège de Libération d’Al-Sham abat un avion russe

Le 3 février 2018, un avion de combat russe a été abattu près de la ville de Saraqib, à environ 16 km au Sud-Est d’Idlib, dans une zone contrôlée par le Siège de Libération d’Al-Sham. L’organisation a revendiqué la responsabilité de l’attaque.

  • Selon le ministère russe de la Défense, l’avion a été abattu alors qu’il effectuait un vol de reconnaissance au-dessus de la zone de désescalade à Idlib. Le pilote a réussi à sortir de l’appareil et s’est retrouvé dans une zone contrôlée par le Siège de Libération d’Al-Sham. Il a survécu à l’accident et a été tué au combat avec des terroristes. [2]L’avion a été abattu par un missile. Le ministère russe de la Défense a déclaré que le Centre russe pour la réconciliation, en coopération avec la Turquie, qui supervise la zone de désescalade à Idlib, a pris des mesures pour que le corps du pilote soit restitué à Moscou (Page Facebook de la base de Hmeymim, 4 février 2018 ; site Internet TV Zvezda, 3 février 2018).
Le pilote, Major Roman Filipov, dont l'avion a été abattu au-dessus de Saraqib. Selon l'annonce, Filipov a été grièvement blessé dans un échange de tirs avec des "terroristes" et s'est fait exploser avec une grenade (Page Facebook de la base de Hmeymim, 5 février 2018)   Annonce de l'armée russe concernant l'attaque de l'avion. La photo de l'avion a été prise avant qu'il a été abattu. Sa queue est marquée d'un carré jaune (Page Facebook de la base de Hmeymim, 4 février 2018).
Droite : Annonce de l’armée russe concernant l’attaque de l’avion. La photo de l’avion a été prise avant qu’il a été abattu. Sa queue est marquée d’un carré jaune (Page Facebook de la base de Hmeymim, 4 février 2018). Gauche : Le pilote, Major Roman Filipov, dont l’avion a été abattu au-dessus de Saraqib. Selon l’annonce, Filipov a été grièvement blessé dans un échange de tirs avec des “terroristes” et s’est fait exploser avec une grenade (Page Facebook de la base de Hmeymim, 5 février 2018)
  • Le Siège de Libération d’Al-Sham a revendiqué la responsabilité de l’attaque. Selon Mahmoud al-Turkemani, “commandant de la défense aérienne du Siège de Libération d’Al-Sham,” l’avion russe a été abattu avec un missile. La vidéo diffusée par l’organisation montre l’avion de chasse et le missile (IBAA, 3 février 2018).
  • En réponse à l’attaque, les forces russes ont utilisé des armes de précision pour attaquer le site de lancement du missile qui a abattu l’avion (IBAA, 3 février 2018). Selon les médias russes, plus de 30 membres du Siège de Libération d’Al-Sham ont été tués dans l’attaque (Zvezda TV, une chaîne de télévision du gouvernement russe gérée par le ministère russe de la Défense ; agence de presse Tass, 3 février 2018). Le ministère de la Défense a imposé à ses avions de voler à une altitude de 5 000 mètres ou plus afin d’éviter des incidents semblables (Reuters, 5 février 2018). Le 6 février 2018, le ministère russe de la Défense a indiqué que le corps de Roman Filipov, le pilote du Sukhoi qui a été abattu, avait été retourné à la Russie par les renseignements turcs (Russia Today, 6 février 2018).
Poursuite des combats à Abu Kamal

Les affrontements entre les membres de l’Etat islamique et les FDS soutenues par la Coalition ont continué cette semaine dans la zone au Nord d’Abu Kamal. Il semble que dans la zone au Nord d’Abu Kamal et au Sud-Est de Deir ez-Zor, l’Etat islamique est revenu à un haut niveau de capacité opérationnelle, reflété dans les opérations de guérilla intensives menées contre les forces des FDS. Les opérations de guérilla comprennent des attaques contre des zones de rassemblement des FDS à l’aide de voitures piégées et des attentats suicide. L’activité opérationnelle de l’Etat islamique s’accompagne de vastes activités réalisées par les membres locaux impliqués dans la propagande et diffusées par les médias de l’organisation, Aamaq News Agency et le site Internet Akhbar Al-Muslimeen.

  • Cette semaine, les affrontements ont eu lieu principalement dans la région du village d’Al-Bahrah, environ 30 km au Nord d’Abu Kamal. Au cours de la semaine, l’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de trois attentats suicide perpétrés contre les forces des FDS:
    • Le 2 février 2018 : La Province d’Al-Barakah de l’Etat islamique a publié deux photos de deux terroristes suicide syriens, l’un d’entre eux se déplaçant en fauteuil roulant, responsables d’un attentat suicide contre une zone de rassemblement des FDS dans le village d’Al-Bahrah, environ 30 km au Nord d’Abu Kamal (sur la rive Est de l’Euphrate). Les deux membres se trouvaient dans un véhicule tout terrain, et l’un d’eux a tiré avec une mitrailleuse à l’approche de la cible (Akhbar Al-Muslimeen, 2 février 2018).
    • Le 3 février 2018 : L’Etat islamique a annoncé que quatre combattants des FDS avaient été tués et leur véhicule détruit lorsqu’un engin piégé a explosé près du village d’Al-Bahrah (Akhbar Al-Muslimeen, 4 février 2018).
    • Le 5 février 2018 : Quinze combattants des FDS ont été tués dans l’explosion d’une voiture piégée près d’Al-Bahrah (Khotwa, 5 février 2018). Un terroriste suicide appelé Abu Khalil Al-Halabi s’est fait exploser avec une voiture piégée contre un siège des FDS près du village d’Al-Bahrah (Akhbar Al-Muslimeen, 5 février 2018).
  • La Province de l’Euphrate de l’Etat islamique a a annoncé que le 5 février 2018, ses membres ont attaqué des positions des FDS à 1,5 km à l’Est de la ville d’Abu Kamal, sur la rive Est de l’Euphrate. La province a publié des photos de l’attaque.
Membres de l'Etat islamique retournant à leur base après l'attaque (Akhbar Al-Muslimeen, 6 février 2018)   Membres de l'Etat islamique prenant d'assaut l'une des positions des FDS le 5 février 2018.
Droite : Membres de l’Etat islamique prenant d’assaut l’une des positions des FDS le 5 février 2018. Gauche : Membres de l’Etat islamique retournant à leur base après l’attaque (Akhbar Al-Muslimeen, 6 février 2018)
Le bassin du Yarmouk
  • L’Armée syrienne libre/Front Sud a publié un tract annonçant le lancement d’une attaque contre l’Etat islamique dans le bassin du Yarmouk (cf., l’Armée Khaled bin-Waleed). L’attaque, baptisée “Allahu Akbar,” a été gérée depuis la salle des opérations Al-Fatiheen et est menée par dix organisations du front Sud de l’Armée syrienne libre (Twitter, 1er février 2018). Son objectif est d’expulser les membres de l’Etat islamique loin de la zone rurale à l’Ouest de Deraa (Enab Baladi, 1er février 2018). Le 6 février 2018, des sources de l’Armée syrienne libre ont précisé que l’attaque avait été arrêtée et qu’il n’avait pas encore été décidé de la suite des opérations (Enab Baladi, 6 février 2018).

Tract de l'Armée syrienne libre annonçant le lancement de la campagne "Allahu Akbar" contre les membres de l'Etat islamique dans le bassin du Yarmouk (Twitter, 1er février 2018)
Tract de l’Armée syrienne libre annonçant le lancement de la
campagne “Allahu Akbar” contre les membres de l’Etat islamique
dans le bassin du Yarmouk (Twitter, 1er février 2018)

  • D’après un rapport publié sur un site Internet arabe, l’Armée Khaled bin Waleed contrôle 15 villages dans le bassin du Yarmouk, avec plus de 150 000 civils. Ces civils sont victimes d’un siège, d’une pénurie de nourriture et de médicaments, et de manque d’abris face aux bombardements. Le seul passage qui a été ouvert pour les civils a été fermé en raison de l’attaque de l’Armée syrienne libre (Al-Araby Al-Jadeed, 2 février 2018).
Principaux développements en Irak
Activités des forces de sécurité irakiennes contre les réseaux de l’Etat islamique dans l’ensemble de l’Irak
  • Les forces de sécurité irakiennes ont continué à mener des activités militaires contre des réseaux de l’Etat islamique dans l’ensemble de l’Irak. Ci-après plusieurs incidents importants:
    • La Province d’Al-Anbar : L’armée irakienne, les forces de police et des tribus, avec l’appui aérien de la Coalition internationale, ont lancé une opération pour nettoyer le désert occidental jusqu’à la frontière entre l’Irak et l’Arabie Saoudite. Une base de l’Etat islamique aurait été détruite dans l’opération, 15 membres auraient été tués, et des véhicules détruits (Al-Sumaria News, 3 février 2018). L’armée irakienne, avec l’appui des tribus, aurait détruit deux bases de l’Etat islamique et arrêté sept suspects dans le Wadi Houran, au Sud de Haditha (Al-Sumaria News, 5 février 2018).
    • La Province de Ninive : Les forces de sécurité irakiennes ont arrêté Abd al-Ghani Dhirgham Abd al-Samad, chargé des ressources pétrolières au sein de l’Etat islamique. Il aurait été arrêté dans le village d’Al-Mas’adah (environ 140 km à l’Ouest de Mossoul), tout en essayant de s’échapper par le désert de Ninive à la frontière irako-syrienne (Sot Al Iraq, 2 février 2018).
    • La province de Diyala : Six membres de la Mobilisation populaire ont été tués lorsque des “membres armés” ont attaqué leur position au Nord-Est d’Aquba. Les “membres armés” ont pris la fuite (Al-Sumaria News, 5 février 2018).
La frontière Irak-Iran
  • Le 27 janvier 2018, une force des Gardes de la révolution iranienne a confronté un groupe de membres de l’Etat islamique qui sont arrivés en provenance de l’Irak. Les forces de sécurité intérieure kurdes dans la région du Kurdistan ont précisé qu’avant l’affrontement, leurs troupes avaient arrêté plusieurs membres de l’Etat islamique. Les membres ont été arrêtés au pied du Mont Bemu, dans le secteur de Halabja. Des recherches dans le secteur ont permis de découvrir deux cachettes des membres, qui contenaient des armes, de l’équipement, des explosifs et des téléphones cellulaires. L’interrogatoire de l’un des détenus a révélé que 20 membres de l’Etat islamique (y compris plusieurs Kurdes et Arabes) sont arrivés de la zone de Balkanah, à environ 18 km au Sud-Est de Kirkuk, cherchant refuge dans la zone kurde. Les activités des forces kurdes ont forcé les membres de l’Etat islamique à fuir vers le territoire iranien. Les forces de sécurité intérieure kurdes ont signalé le passage de l’équipe aux Iraniens, qui ont arrêté les membres.
L’Egypte et la péninsule du Sinaï
Activités des forces de sécurité égyptiennes
  • Les forces de sécurité égyptiennes ont continué leurs activités contre les bases de l’Etat islamique dans le Nord de la péninsule du Sinaï, en mettant l’accent sur le secteur d’Al-Arish, avec l’appui de l’armée de l’air égyptienne. Le 2 février 2018, les forces ont déclaré que des individus soupçonnés de soutenir des terroristes avaient été arrêtés, et des engins piégés, des véhicules tout terrain, des motos et des matériaux utilisés pour la fabrication de ces engins ont été trouvés et détruits. Des bases terroristes où des terroristes se cachaient ont également été détruites. Les forces égyptiennes ont signalé la découverte d’un tunnel au Nord de la frontière du Sinaï (Page Facebook officielle du porte-parole des forces armées égyptiennes, 2 février, 2018 ; Al-Masry al-Youm, le 6 février 2018).
  • Selon une annonce de l’armée égyptienne du 5 février 2018, un terroriste a été tué et six suspects ont été arrêtés dans une opération de sécurité menée dans le Nord du Sinaï. En outre, deux véhicules hors-route et six motocyclettes utilisées par des “éléments terroristes” ont été découverts et détruits. Deux dépôts contenant des pièces de rechange pour les motos et 51 engins piégés ont été détruits dans l’attaque. En outre, les forces armées ont détruit des bases terroristes utilisées pour stocker des fournitures, des appareils de communication, des munitions et du matériel pour la fabrication d’engins piégés (Page Facebook officielle du porte-parole des forces armées égyptiennes, 5 février 2018).
 Pièces détachées de véhicules et motos trouvés par l'armée égyptienne dans le Nord du Sinaï (Page Facebook officielle du porte-parole des forces armées égyptiennes, 2 février 2018)   Véhicules tout-terrain de "terroristes" qui ont été incendiés par l'armée égyptienne dans le Nord du Sinaï.
Droite : Véhicules tout-terrain de “terroristes” qui ont été incendiés par l’armée égyptienne dans le Nord du Sinaï. Gauche : Pièces détachées de véhicules et motos trouvés par l’armée égyptienne dans le Nord du Sinaï (Page Facebook officielle du porte-parole des forces armées égyptiennes, 2 février 2018)
Base terroriste incendiée par l'armée égyptienne dans le Nord du Sinaï (Page Facebook officielle du porte-parole des forces armées égyptiennes, 5 février 2018)   Moto appartenant à des "terroristes" trouvée et incendiée par l'armée égyptienne dans le Nord du Sinaï.
Droite : Moto appartenant à des “terroristes” trouvée et incendiée par l’armée égyptienne dans le Nord du Sinaï. Gauche : Base terroriste incendiée par l’armée égyptienne dans le Nord du Sinaï (Page Facebook officielle du porte-parole des forces armées égyptiennes, 5 février 2018)
Réaction de l’Etat islamique

L’Etat islamique continue de mener des opérations de guérilla contre les forces de sécurité égyptiennes dans le Nord du Sinaï, principalement en plaçant des engins piégés sur les routes.

  • L’organisation a indiqué que ses membres avaient fait exploser un certain nombre de ces engins contre les forces de sécurité égyptiennes dans le Nord du Sinaï : des policiers ont été tués et blessés dans l’explosion d’un engin piégé contre des véhicules de police. Un bulldozer utilisé pour le défrichage des terres dans le Sud d’Al-Arish a également été détruit. Un autre engin explosif a été activé à l’encontre d’un véhicule de la police égyptienne, tuant et blessant plusieurs policiers. D’autres policiers ont été tués et blessés par une bombe artisanale qui a explosé au même endroit contre une patrouille. En outre, deux soldats de l’armée égyptienne ont été abattus par un tireur de l’Etat islamique au poste de contrôle à 17 kilomètres à l’Ouest d’Al-Arish (Akhbar al-Muslimeen, 6 février 2018). Des engins piégés ont été trouvés et neutralisés sur la route à l’Est d’Al-Arish (Al-Masry Al-Youm, 6 février 2018).
Réaction du porte-parole de l’armée égyptienne dans le New York Times
  • Le porte-parole des forces armées égyptiennes Tamer al-Rifai a réfuté les informations publiées par le New York Times[3] selon lesquelles Israël aurait attaqué des forces de l’Etat islamique dans le Nord du Sinaï. Il a dit que l’armée égyptienne lutte contre le terrorisme dans le Nord de la péninsule du Sinaï sans l’aide d’autres éléments (Akhbar Al-Youm, 3 février 2018). Un autre militaire égyptien a déclaré que le rapport n’était pas fondé et que l’article “n’était pas digne d’une réponse” (Al-Masriyoun, 3 février 2018).
L’Etat islamique et les jihadistes dans d’autres provinces
Libye
  • Le 3 février 2018, des affrontements ont éclaté entre les forces de sécurité libyennes et des membres de l’Etat islamique dans le secteur du champ de pétrole d’Al-Dahra (environ 227 km au Sud-Est de la ville de Syrte). Deux soldats de l’armée libyenne ont été tués et cinq autres ont été blessés dans les affrontements, qui ont duré deux jours (Reuters, 3 février 2018). Il convient de noter que depuis 2016, après que l’Etat islamique a perdu le contrôle de la ville de Syrte, les membres de l’organisation se sont dispersés dans plusieurs petites enclaves et mènent des activités de terrorisme et de guérilla, principalement contre les forces de sécurité libyennes (Al-Bawaba, 3 février 2018).
Activités de contreterrorisme
Russie
  • Le Service fédéral russe de sécurité a annoncé la mort d’un homme soupçonné d’appartenir à l’Etat islamique, qui avait l’intention de mener une attaque dans la ville de Nijni Novgorod (la quatrième plus grande ville de la Russie, qui se trouve sur les rives de la Volga). L’attaque devait avoir lieu le jour de l’élection présidentielle en Russie (18 mars 2018). Le suspect, qui a résisté à son arrestation, a été tué. Des armes et des munitions ont été trouvées au domicile du suspect, citoyen de l’un des pays limitrophes de la Russie (Site Internet du Service fédéral russe de sécurité, 1er février 2018).
Turquie
  • Selon une source de la police turque, 82 personnes ont été arrêtées en Turquie dans le cadre d’une opération de grande envergure à Istanbul sur présomption d’implication dans les activités de l’Etat islamique en Turquie ou dans les zones de combat en Syrie et en Irak. Sur les personnes arrêtées, 77 sont des étrangers (Agence de presse Anatolia, 3 février 2018). Les autorités turques ont annoncé l’arrestation d’Omar Yetek, chargé de l’information de l’État islamique. Yetek a été détenu à Ankara. Selon l’agence de presse turque, Yetek était en charge de la gestion des médias de l’Etat islamique et était à l’origine de plusieurs attentats terroristes en Turquie (RT, 5 février 2018).
Les pays d’Afrique du Nord
  • Le ministère marocain de l’Intérieur a annoncé que les forces de sécurité ont démantelé une équipe terroriste de l’Etat islamique comprenant sept membres. La cellule opérait entre la ville de Tanger au Nord du Maroc et la ville de Meknès. Les membres avaient prévu de mener des attaques au Maroc. Au cours de leur arrestation, de l’équipement électronique et des armes ont été découverts, ainsi que des livres et des manuscrits idéologiques (Assabah, site Internet marocain d’informations, 1er février 2018).
  • Bilal al-Qobi, le bras droit du chef d’Al-Qaida au Maghreb (AQMI), a été tué dans une embuscade de l’armée tunisienne. Qobi, ressortissant algérien, séjournait en Tunisie afin de réorganiser la branche locale d’Al-Qaïda. Il était notamment responsable de la coordination entre les chefs d’AQMI et les branches de l’organisation en Tunisie et en Libye (Arabic.rt.com, 21 janvier 2018).
  • Le centre d’information Al-Andalus a publié une déclaration sur la mort d’Adel Seghiri, alias Hisham Abu Ruwaha al-Qasantini, qui était en charge des médias de l’AQMI. Il aurait été tué le 30 janvier 2018, lors d’affrontements avec l’armée algérienne dans la région de Jijel, à 400 km à l’Est de la capitale Alger (Fondation Al-Andalus, 3 février 2018).

[1] Le mot arabe est rawafid, terme méprisant pour "chiites", utilisé par les jihadistes.
[2] Une courte vidéo du site Internet Idlib+ publiée par l'armée russe, reprend les déclarations du porte-parole de la base de Hmeymim Alexander Ivanov qui prétend que le pilote, Roman Filipov, a été tué dans un échange de tirs avec des membres du Siège de Libération d'Al-Sham (Facebook, 5 février 2018).

[3] Selon un rapport d'enquête publié dans le New York Times (3 février 2018), au cours des deux dernières années, des hélicoptères et des avions de chasse israéliens ont effectué plus de 100 attaques aériennes dans le Nord de la péninsule du Sinaï contre l'Etat islamique.