Pleins feux sur le jihad mondial (14-20 février 2019)

Les Présidents turc, russe et iranien à la conférence de Sotchi (Compte Twitter du Président russe, 14 février 2019)

Les Présidents turc, russe et iranien à la conférence de Sotchi (Compte Twitter du Président russe, 14 février 2019)

Pistolet sans recul, roquettes et caisses de munitions de l'Etat islamique, découverts lors de perquisitions effectuées par les forces des FDS à Al-Baghouz Fawqani (SDF Press, 14 février 2019)

Pistolet sans recul, roquettes et caisses de munitions de l'Etat islamique, découverts lors de perquisitions effectuées par les forces des FDS à Al-Baghouz Fawqani (SDF Press, 14 février 2019)

Combattants des FDS près du village d’Al-Baghouz Fawqani, le dernier bastion de l’Etat islamique.

Combattants des FDS près du village d’Al-Baghouz Fawqani, le dernier bastion de l’Etat islamique.

Trois voitures en train de brûler sur les lieux de l'explosion d'une voiture piégée à Al-Raqqah (Compte Twitter raedsyrian002@raedsyrian002, 17 février 2019)

Trois voitures en train de brûler sur les lieux de l'explosion d'une voiture piégée à Al-Raqqah (Compte Twitter raedsyrian002@raedsyrian002, 17 février 2019)

Le véhicule visé au Nord d'Al-Mayadeen (Page Facebook du Furat Post, 17 février 2019)

Le véhicule visé au Nord d'Al-Mayadeen (Page Facebook du Furat Post, 17 février 2019)

Véhicule des forces de sécurité irakiennes incendié après l'explosion d'un engin piégé (Shabakat Shumukh, 14 février 2019)

Véhicule des forces de sécurité irakiennes incendié après l'explosion d'un engin piégé (Shabakat Shumukh, 14 février 2019)

Obus de mortier ont été tirés sur un village chiite à quelque 70 km au Nord-Est de Baqubah (Shabakat Shumukh, 14 février 2019) .

Obus de mortier ont été tirés sur un village chiite à quelque 70 km au Nord-Est de Baqubah (Shabakat Shumukh, 14 février 2019) .

Principaux événements
  • La campagne menée par les forces des FDS contre l’enclave de l’Etat islamique, qui dure depuis plus de cinq mois, touche à sa fin. Dans le village d’Al-Baghouz Fawqani, à l’Est d’Abu Kamal, plusieurs centaines de membres de l’Etat islamique sont toujours pris au piège dans une zone d’environ un demi-kilomètre carré. Les forces des FDS rencontrent de nombreuses difficultés au fur et à mesure de leur progression dans le village en raison de mines et de tirs de tireurs isolés, ainsi que de l’utilisation de tunnels et de terroristes suicide par l’Etat islamique. Les forces se préparent maintenant pour une attaque qui déterminera la bataille et éliminera finalement la “poche” où se trouvent encore les membres de l’Etat islamique. Dans le même temps, les États-Unis et la communauté internationale sont confrontés au dilemme de savoir comment traiter le grand nombre de prisonniers tombés entre les mains des FDS, parmi lesquels des combattants étrangers originaires de dizaines de pays, y compris des pays d’Europe occidentale (voir un document distinct sur cette question).
  • Ci-après les principaux événements survenus au cours de la semaine écoulée dans d’autres zones de confrontation et de friction en Syrie :
    • Idlib et ses environs : Cette semaine, les échanges de tirs d’artillerie entre l’armée syrienne et les organisations rebelles se sont poursuivis, avec une intensité plus élevée que les semaines précédentes. Il a été rapporté que lors du sommet de Sotchi tenu la semaine dernière, les Turcs se sont opposés à une opération de l’armée syrienne visant à rétablir la souveraineté de la Syrie. La Russie pourrait donner le feu vert au régime Assad pour attaquer Idlib et ses environs. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré qu’Idlib était un grave problème et que la patience du gouvernement russe face à la situation à Idlib était sur le point de s’épuiser.
    • Dans les déserts de l’Est et du Sud de la Syrie, l’armée syrienne a mené des opérations offensives contre des membres de l’Etat islamique, qui ont continué à mener une guerre de guérilla. Cette semaine, l’armée syrienne a lancé une opération à l’Est de Palmyre. Des avions syriens ont également attaqué les vestiges de l’enclave de l’Etat islamique à Al-Safa, au Nord-Est d’As-Suwayda. D’autre part, l’Etat islamique mène une guérilla contre les forces des FDS dans la haute vallée de l’Euphrate. Cette semaine, les activités de l’organisation ont principalement porté sur les attaques à Al-Raqqah et dans les régions de Deir ez-Zor et Al-Mayadeen.
  • Alors que la principale zone de contrôle de l’Etat islamique dans la basse vallée de l’Euphrate est sur le point de tomber entre les mains des FDS, l’organisation a continué à se battre dans d’autres domaines. Ci-après les incidents notables de la semaine dernière :
    • Province du Sinaï de l’Etat islamique – Des membres de la province ont attaqué un poste de contrôle de l’armée égyptienne près de l’aéroport Al-Arish, tuant 15 soldats égyptiens. Cette attaque impliquant de nombreuses victimes montre que, malgré la campagne en cours menée par les forces de sécurité égyptiennes contre la province du Sinaï, elles ont du mal à la déraciner. Les attaques menées par des membres de l’Etat islamique se poursuivent, l’accent étant mis sur la région du Nord du Sinaï.
    • En Irak, les réseaux de l’Etat islamique continuent de mener une activité militaire intense dans les provinces sunnites (et mixtes sunnites-chiites) du Nord de l’Irak. Les attaques notables de la semaine dernière incluent la détonation d’engins piégés, des attaques contre les forces de sécurité irakiennes et des villages chiites, ainsi que des enlèvements de civils (à des fins de rançon ou comme monnaie d’échange pour la libération des prisonniers). De plus, la province d’Afrique de l’Ouest, dont l’activité a augmenté récemment, a mené un grand nombre d’attaques cette semaine.
Position de la Russie sur la question d’Idlib
  • Parallèlement à la Conférence de Varsovie, présidée par les États-Unis (13-14 février 2019), la deuxième Conférence de Sotchi (14 février 2019) s’est tenue avec la participation des Présidents de Russie, de Turquie et d’Iran. La conférence a abordé diverses questions liées à la Syrie, y compris celle des enclaves Idlib et Manbij, sujet sur lequel les participants ne sont pas d’accord. À ce stade, on ignore si des accords ont été conclus sur la question d’Idlib et de Manbij et, dans l’affirmative, sur ce qui a été convenu. Le Président turc Tayyip Erdoğan a déclaré aux journalistes à son retour du sommet qu’il pourrait y avoir des opérations conjointes (cf., de la Turquie avec d’autres pays) à Idlib contre des “terroristes extrémistes” (Hürriyet Daily News, 16 février 2019).
  • Selon un reportage de la chaîne d’information France 24, lors d’une réunion bilatérale entre les Présidents russe et turc avant la conférence de Sotchi, des divergences d’opinion sont apparues sur la question Idlib. La Russie insisterait sur une opération militaire qui rétablirait le contrôle de la province sous le régime syrien. Cependant, le Président turc a fait objection parce qu’il voulait renverser le régime du Président syrien Assad et ne voulait donc pas lui céder le contrôle de la province d’Idlib. Les Russes, de leur côté, ont clairement indiqué qu’ils appuyaient le rétablissement de la souveraineté de la Syrie sur tout son territoire, y compris la province d’Idlib. Erdoğan a reculé de sa position mais a persisté dans son refus de faire en sorte que l’armée syrienne envahisse la province d’Idlib. Il a également été annoncé que la Russie donnerait bientôt le feu vert à l’armée syrienne pour attaquer la région d’Idlib (France 24, 16 février 2019).
  • Les représentants du ministère russe des Affaires étrangères ont discuté de la question d’Idlib lors de la conférence sur la sécurité tenue à Munich. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergey Vershinin a déclaré que 90% des terroristes appartenaient au Front Al-Nusra (le Siège de Libération d’Al-Sham) et que la position de la Russie était qu’il était impossible de parvenir à un accord avec les organisations terroristes à Idlib (Agence de presse TASS, 17 février 2019). Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que la patience du gouvernement russe face à la situation à Idlib était sur le point de s’épuiser. Le ministre des Affaires étrangères a souligné l’importance d’éliminer tous les éléments terroristes de la région (AMN, 17 février 2019).
La région d’Idlib
Poursuite des incidents entre l’armée syrienne et les organisations jihadistes
  • Des incidents locaux se poursuivent dans la région d’Idlib entre l’armée syrienne et les organisations rebelles jihadistes. Il semble que cette semaine, les incidents se sont multipliés. L’armée syrienne a tiré des pièces d’artillerie sur des postes de commandement, des fortifications et des zones de rassemblement des organisations rebelles dans la zone rurale située au Nord de Hama. Cela comprenait des tirs d’artillerie sur des cibles du Parti islamique du Turkestan (membres ouïghours venus de Chine). Plusieurs de leurs postes de commandement ont été détruits et certains de leurs membres ont été tués ou blessés (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, 14 février 2019). L’armée syrienne a également tiré des pièces d’artillerie sur les positions du Siège de Libération d’Al-Sham, au Sud-Est d’Idlib. Dans le même temps, le Siège de Libération d’Al-Sham continue de tuer des membres de haut rang de l’Etat islamique, et vice versa.

Le responsable de la neutralisation des mines au Siège de Libération d'Al-Sham, Ziyad Abu Ahmad, tué par l'Etat islamique au Sud-Est d'Idlib (Telegram, 17 février 2019)
Le responsable de la neutralisation des mines au Siège de Libération d’Al-Sham, Ziyad Abu Ahmad, tué par l’Etat islamique au Sud-Est d’Idlib (Telegram, 17 février 2019)

  • Dans ce contexte, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a rapporté que l’armée syrienne et les forces qui la soutenaient avaient tiré plus de 600 roquettes, obus de canon et de mortier. L’artillerie a été tirée dans les zones rurales au Sud d’Idlib et au Nord et au Nord-Ouest de Hama. Les sites attaqués comprenaient les villes de Khan Shaykhun et Maarat Numan, au Sud d’Idlib (Observatoire syrien des droits de l’homme, 16 février 2019). Le Siège de Libération d’Al-Sham a rapporté que l’armée syrienne avait tiré 20 à 25 roquettes sur la ville de Khan Shaykhun, au Sud d’Idlib.
  • Les organisations rebelles ont tiré des tirs d’artillerie sur des zones contrôlées par l’armée syrienne à l’Ouest et au Sud d’Alep et au Nord de Hama (Observatoire syrien des droits de l’homme, 16 février 2019). Les organisations rebelles ont tiré deux roquettes qui ont touché la centrale électrique de Mahrada à environ 19 km au Nord-Ouest de Hama[1]. La centrale électrique a été endommagée (Compte Twitter Syrian@SyriawatanNews, affilié au régime syrien et opérant à partir de Lattaquié, 16 février 2019).
Bâtiments de la ville touchés par les tirs d'artillerie (Vidéos Ibaa, 16 février 2019)     Tir d'artillerie de l'armée syrienne et des forces qui la soutiennent dans la ville de Khan Shaykhun, au Sud d'Idlib.
Droite : Tir d’artillerie de l’armée syrienne et des forces qui la soutiennent dans la ville de Khan Shaykhun, au Sud d’Idlib. Gauche : Bâtiments de la ville touchés par les tirs d’artillerie (Vidéos Ibaa, 16 février 2019)
  • En raison de l’escalade, une délégation de présidents de conseil et de dignitaires locaux de la plaine d’Al-Ghab (Sud-Ouest d’Idlib) a rencontré des officiers et des responsables turcs. Les Turcs ont clairement indiqué à la délégation que la Turquie surveillait la situation et faisait pression sur la Russie et l’Iran pour qu’ils mettent fin aux attaques. Les Turcs ont promis à la délégation qu’aucune action militaire syrienne n’était prévue pour un avenir proche et que le contrôle dans la région resterait tel qu’il était (Khotwa, 18 février 2019).
Syrie orientale
Combat contre le dernier bastion de l’Etat islamique autour du village d’Al-Baghouz Fawqani
  • La campagne des SDF contre l’enclave de l’Etat islamique dans la vallée du Bas-Euphrate touche à sa fin. Selon les médias, dans le village d’Al-Baghouz Fawqani (à l’Est d’Abu Kamal), plusieurs centaines de membres de l’Etat islamique seraient bloqués dans une zone d’environ un demi-kilomètre carré. Les membres de l’Etat islamique qui seraient restés sur place auraient refusé de se rendre et se battraient avec acharnement contre les combattants des FDS. Pour le moment, il existe un fragile cessez-le-feu, au cours duquel les forces kurdes se préparent à une attaque visant à mettre définitivement fin à la “poche” de l’Etat islamique. Des négociations auraient eu lieu pendant la trêve afin de parvenir à un accord qui entraînerait la reddition des derniers membres de l’Etat islamique (Observatoire syrien des droits de l’homme, 19 février 2019).

La zone du village d'Al-Baghouz Fawqani (mise à jour le 16 février 2019) : La zone en pointillés est la "poche" qui reste aux mains de l'Etat islamique. Les forces des FDS sont indiquées en jaune. Les forces de l'armée syrienne sont marquées en rouge (ISWN, 16 février 2019)
La zone du village d’Al-Baghouz Fawqani (mise à jour le 16 février 2019) : La zone en pointillés est la “poche” qui reste aux mains de l’Etat islamique. Les forces des FDS sont indiquées en jaune. Les forces de l’armée syrienne sont marquées en rouge (ISWN, 16 février 2019)

  • Selon plusieurs porte-parole des FDS, leurs forces rencontrent de nombreuses difficultés pour avancer dans le village d’Al-Baghouz en raison des mines, des tirs de tireurs d’élite et des tunnels de l’Etat islamique. En outre, il a été signalé que l’Etat islamique utilisait des terroristes suicide. Les forces des FDS opérant à Al-Baghouz ont pris le contrôle des armes et des munitions de l’Etat islamique. Des avions de la coalition lancent des raids aériens contre des cibles de l’Etat islamique, à l’appui des forces des FDS (Compte Twitter Deir ez-Zor 24, 15 février 2019).
Pistolet sans recul, roquettes et caisses de munitions de l'Etat islamique, découverts lors de perquisitions effectuées par les forces des FDS à Al-Baghouz Fawqani (SDF Press, 14 février 2019)     Pistolet sans recul, roquettes et caisses de munitions de l'Etat islamique, découverts lors de perquisitions effectuées par les forces des FDS à Al-Baghouz Fawqani (SDF Press, 14 février 2019)
Pistolet sans recul, roquettes et caisses de munitions de l’Etat islamique, découverts lors de perquisitions effectuées par les forces des FDS à Al-Baghouz Fawqani (SDF Press, 14 février 2019)
  • Selon Mostafa Bali, responsable du centre de presse des FDS l’Etat islamique tient en otage des civils à Al-Baghouz Fawqani et refuse de les laisser partir (Compte Twitter de Mostafa Bali, 16 février , 2019). Sur le terrain, environ 2 000 résidents auraient été empêchés de partir par les agents de l’Etat islamique (Asharq Al-Awsat, 18 février 2019). Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, des camions sont arrivés dans la “poche” de l’Etat islamique afin d’évacuer les résidents locaux et, éventuellement, les familles de ces membres. À ce stade, il est difficile de savoir si la tentative de sauvetage des civils a porté ses fruits (Observatoire syrien des droits de l’homme, 20 février 2019).
Saisie de dizaines de tonnes d’or et d’importantes quantités d’argent
  • Des dizaines de tonnes d’or et d’énormes quantités d’argent détenus par des membres de l’Etat islamique auraient été saisis Selon un rapport de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, le 16 février 2019, des hélicoptères de la Coalition internationale ont atterri près du village d’Al-Baghouz Fawqani. Ils ont transféré des caisses prises par les FDS depuis les dépôts d’Isis et les ont emmenées dans un lieu inconnu. On estime que les caisses contenaient environ 40 tonnes d’or et des dizaines de millions de dollars (Observatoire syrien des droits de l’homme, 16 février 2019). Nous n’avons aucune vérification pour cette information.
Campagne de l’armée syrienne contre l’Etat islamique dans les déserts à l’Est de Palmyre
  • Alors que les combats contre l’enclave de l’Etat islamique à l’Est de l’Euphrate approchent de leur fin, l’armée syrienne a lancé une campagne contre l’Etat islamique dans les déserts à l’Est de la ville de Palmyre. L’agence de presse syrienne a rapporté que l’armée syrienne avait réussi à saisir de grandes quantités d’armes et de munitions, notamment des ceintures  d’explosifs, ainsi que de nombreux équipements militaires (SANA, 14 février 2019).
Armes, munitions et équipements militaires de l'Etat islamique saisis par l'armée syrienne (SANA, 14 février 2019)     Armes, munitions et équipements militaires de l'Etat islamique saisis par l'armée syrienne (SANA, 14 février 2019)
Armes, munitions et équipements militaires de l’Etat islamique saisis par l’armée syrienne
(SANA, 14 février 2019)
Nord-Est de la Syrie
Poursuite des activités de terrorisme et de guérilla de l’Etat islamique dans la région d’Al-Raqqah
  • Les opérations terroristes et de guérilla menées à Al-Raqqah Syrie) continuent:
    • Selon la Mu’ta News Agency, affiliée à l’Etat islamique, dans la ville d’Al-Raqqah, deux corps de combattants des FDS auraient été retrouvés avec des traces de coups de feu (Compte Twitter Drexl Spivey@RisboLensky, 15 février 2019).
    •  Le 17 février 2019, une voiture piégée a explosé à Al-Raqqah. Des dégâts matériels ont été causés, mais aucune victime n’a été rapportée (Observatoire syrien des droits de l’homme, 18 février 2019). Jusqu’à présent, aucune réclamation de responsabilité n’a été trouvée, mais il est raisonnable de supposer que l’Etat islamique était à l’origine de l’attaque.
Activités de guérilla de l’Etat islamique dans la région d’Al-Mayadeen dans la vallée de l’Euphrate
  • Des membres de l’Etat islamique mènent une activité de guérilla contre les forces des FDS autour du la ville de Al-Mayadeen (Sud-Est de Deir ez-Zor) et la ville de Deir ez-Zor. Ces deux villes sont en dehors de l’enclave de l’Etat islamique, qui est principalement tombée entre les mains des FDS. Il semble que derrière ces attaques, se trouvent des réseaux de l’Etat islamique opérant dans la région, qui doivent encore être nettoyés à fond.
  • Ci-après des informations faisant état d’attaques perpétrées la semaine dernière:
    • Le 16 février 2019, des membres de l’Etat islamique ont attaqué les forces des FDS dans un village situé à environ 14 km au Nord d’Al-Mayadeen. Le porte-parole des FDS a annoncé la mort de trois membres d’une cellule dormante de l’Etat islamique qui avait perpétré l’attaque. Lors de perquisitions menées par les FDS, deux combattants étrangers ont été appréhendés (Compte Twitter de Mostafa Bali, 16 février 2019).
    • Le 17 février 2019, deux inconnus (membres de l’Etat islamique selon notre évaluation) à moto avaient tiré sur une fourgonnette à environ 9 km au Nord d’Al-Mayadeen. Deux civils ont été blessés et le combattant a pris la fuite (Page Facebook de Furat Post, 17 février 2019).
    • Le 17 février 2019, des inconnus (probablement des membres de l’Etat islamique) ont tiré sur un combattant des FDS dans un village situé à environ 5 km au Nord de Deir ez-Zor. Les coups de feu ont été tirés depuis la rive Est de l’Euphrate. Le combattant a été blessé (Compte Twitter Deir ez-Zor 24, 17 février 2019). Jusqu’à présent, aucune revendication de responsabilité n’a été publiée, mais on peut supposer que des membres de l’Etat islamique étaient à l’origine de l’attaque.
Sud de la Syrie
Poursuite des combats contre les derniers membres de l’Etat islamique au Nord-Est d’As-Suwayda
  • Dans la région d’Al-Safa au Nord-Est d’As-Suwayda, il reste encore des membres de l’Etat islamique même après que l’armée syrienne ait ostensiblement achevée de nettoyer la région. Cette semaine, il a été rapporté que suite à la réapparition d’activistes de l’Etat islamique, l’armée de l’air syrienne avait repris ses frappes aériennes contre la région d’Al-Safa. On estime qu’environ 200 membres de l’Etat islamique se trouvent dans la région, dont des locaux et d’autres des combattants étrangers (Al-Modon, 14 février 2019).
‏Principaux développements en Irak
Activités de terrorisme et de guérilla de l’Etat islamique
  • Ci-après les principales activités de l’Etat islamique au cours de la semaine écoulée (d’après les informations du groupe) :
    • Province de Salah al-Din : Un engin piégé a explosé contre un véhicule appartenant aux forces de sécurité irakiennes à l’Est de Tikrīt (Shabakat Shumukh, 14 février 2019).
    • Province de Diyala : Des obus de mortier ont été tirés sur un village chiite à quelque 70 km au Nord-Est de Baqubah (Shabakat Shumukh, 14 février 2019) .
    • Province de Diyala : Une roquette a été tirée sur les forces de sécurité irakiennes dans la zone du village de Qara Tapa, à environ 112 km à l’Est de Baqubah (Shabakat Shumukh, 16 février 2019).
    • La frontière irako-saoudienne : Selon une source de la sécurité irakienne, l’Etat islamique a enlevé sept résidents à environ 100 km au Nord de la frontière irako-saoudienne. Trois jours auparavant, trois civils avaient été enlevés dans la ville de Rawa, dans la province d’Al-Anbar (Al-Sumaria, 18 février 2019). Ces enlèvements peuvent indiquer un modus operandi visant à obtenir des avantages pour la libération des prisonniers ou la collecte d’une rançon.
Activités antiterroristes des forces de sécurité irakiennes
  • Les principales activités antiterroristes menées par les forces de sécurité irakiennes sont les suivantes:
    • Province d’Al-Anbar : Une force de la 7e division (armée irakienne) et la mobilisation tribale (milices sunnites fidèles au régime irakien) ont sauvé deux résidents de Haditha qui avaient été enlevés par l’Etat islamique (Agence de presse irakienne, 16 février 2019).
    • Province d’Al-Anbar : Les forces de sécurité irakiennes ont arrêté un haut responsable de l’Etat islamique à un poste de contrôle dans la ville de Ramadi. Le commandant a été emmené pour interrogatoire (Iraqi News Agency, 18 février 2019).
    • Province de Ninive : Les services de renseignement irakiens ont fait sauter une voiture piégée conduite par un terroriste suicide à environ 10 km au Nord-Ouest de Mossoul (Al-Sumaria News, 17 février 2019).
    • Province de Ninive : Une force de police a arrêté trois membres de l’Etat islamique à l’Est de Mossoul. Les trois étaient actifs dans le ministère de l’armée de l’Etat islamique durant la période où celui-ci contrôlait la ville. L’un d’eux était un commandant supérieur (Iraqi News Agency, 18 février 2019). Les sapeurs de la Mobilisation populaire ont trouvé des munitions et des dizaines d’engins piégés appartenant à l’Etat islamique lors de perquisitions effectuées à quelque 36 km au Sud-Est de Mossoul. Ils ont explosé de manière contrôlée (al-hashed.net, 17 février 2019).

PFP, obus et barres sensibles à la pression découverts par une force de mobilisation populaire au Sud-Est de Mossoul (al-hashed.net, 17 février 2019)
PFP, obus et barres sensibles à la pression découverts par une force de mobilisation populaire au Sud-Est de Mossoul (al-hashed.net, 17 février 2019)

  • Province de Karbala : La Direction du renseignement et de la lutte contre le terrorisme de la province de Karbala a découvert un arsenal d’armes et du matériel appartenant à l’Etat islamique (Al-Sumaria, 15 février 2019).
L’Egypte et la péninsule du Sinaï
Attaque d’un barrage égyptien près de l’aéroport d’Al-Arish
  • Le matin du 16 février 2019, des membres de l’Etat islamique ont attaqué un poste de contrôle de l’armée égyptienne dans le quartier d’Al-Safa, près de l’aéroport d’Al-Arish. Il y a eu des échanges de tirs entre les parties au cours desquelles 15 soldats égyptiens ont été tués (dont le commandant du poste de contrôle, un officier ayant le grade de lieutenant). Selon le porte-parole des forces armées égyptiennes, une chasse à l’homme des membres de l’Etat islamique était en cours au Sud d’Al-Arish (Page Facebook du porte-parole des forces armées égyptiennes, 16 août 2019).
Attaque de l'Etat islamique contre le poste de contrôle de l'armée égyptienne (Shabakat Shumukh, 19 février 2019)     Attaque de l'Etat islamique contre le poste de contrôle de l'armée égyptienne (Shabakat Shumukh, 19 février 2019)
Attaque de l’Etat islamique contre le poste de contrôle de l’armée égyptienne (Shabakat Shumukh, 19 février 2019)
Armes de l'armée égyptienne tombées aux mains de l'Etat islamique (Shabakat Shumukh, 19 février 2019)     Armes de l'armée égyptienne tombées aux mains de l'Etat islamique (Shabakat Shumukh, 19 février 2019)
Armes de l’armée égyptienne tombées aux mains de l’Etat islamique
(Shabakat Shumukh, 19 février 2019)
Le lieutenant Abd al-Rahman Ali Mohammad, l'officier tué lors de l'attentat (Compte Twitter Egypte@ Egy_military, 16 février 2019)   Cercueils de soldats tués lors de l'attaque menée par l'Etat islamique, drapés de drapeaux égyptiens (Compte Twitter Kekoo@kariiimahmeeed, 17 février 2019).
Droite : Cercueils de soldats tués lors de l’attaque menée par l’Etat islamique, drapés de drapeaux égyptiens (Compte Twitter Kekoo@kariiimahmeeed, 17 février 2019). Gauche : Le lieutenant Abd al-Rahman Ali Mohammad, l’officier tué lors de l’attentat (Compte Twitter Egypte@ Egy_military, 16 février 2019)
  • La province du Sinaï de l’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’attaque. Selon la revendication de responsabilité, des membres de l’Etat islamique auraient attaqué un poste de l’armée égyptienne près de l’aéroport d’Al-Arish et 20 soldats auraient été tués au cours de l’attaque. Les autres soldats du poste ont pris la fuite. Des membres de l’Etat islamique ont pris le contrôle du poste et ont saisi des armes et un butin (Shabakat Shumukh, 16 février 2019).
  • Selon nous, cette attaque impliquant de nombreuses victimes montre que, malgré la campagne en cours menée par les forces de sécurité égyptiennes contre les membres de la province du Sinaï de l’Etat islamique, elles ont du mal à les déraciner. Les attaques de l’Etat islamique contre les forces de sécurité égyptiennes (et contre d’autres cibles) se poursuivent sans relâche, notamment dans le Nord de la péninsule du Sinaï.

[1] La centrale de Mahrada a été inaugurée en Avril 1979. Elle compte quatre unités de production d'électricité d'une puissance de 660 mW (Ministère syrien de l'électricité, 16 juin 2009). En 2016, la centrale électrique a été attaquée à plusieurs reprises par les organisations rebelles. Elle a incendiée et a été mise hors service. En 2017, elle a fait l'objet d'une maintenance et a de nouveau été raccordée au réseau électrique syrien (Al-Khabar, un site d'informations syrien, 4 mai 2017).