Nouvelles du terrorisme et Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (6-12 mai 2020)

Activité de Tsahal dans le village de Ya'bed (Page Facebook de Ya'bed, ש12 mai 2020)

Photographie aérienne du rassemblement organisé à Kafr Ni'ma (Page Facebook du studio al-Amir à Kafr Ni'ma, 9 mai 2020)

Membres des Brigades de Jérusalem lors d'opérations d'entraînement de routine (al-Andalou News, 6 mai 2020)

Membres des Brigades de Jérusalem lors d'opérations d'entraînement de routine (al-Andalou News, 6 mai 2020)

Les ruines de la maison de Qassem Shibli Barghouti avec des drapeaux palestiniens accrochés au toit et une photo de la terroriste avec la légende,

Les ruines de la maison de Qassem Shibli Barghouti avec des drapeaux palestiniens accrochés au toit et une photo de la terroriste avec la légende, "La résistance [apporte] des avantages continus" (Wafa, 11 mai 2020)

Les ruines de la maison de Qassem Shibli Barghouti avec des drapeaux palestiniens accrochés au toit et une photo de la terroriste avec la légende,

Les ruines de la maison de Qassem Shibli Barghouti avec des drapeaux palestiniens accrochés au toit et une photo de la terroriste avec la légende, "La résistance [apporte] des avantages continus" (Wafa, 11 mai 2020)

Photo (à gauche) de Qassem Soleimani pendant les exercices organisés pour marquer la Journée mondiale de Jérusalem (Compte Twitter de Yunis al-Zatari, 9 mai 2020)

Photo (à gauche) de Qassem Soleimani pendant les exercices organisés pour marquer la Journée mondiale de Jérusalem (Compte Twitter de Yunis al-Zatari, 9 mai 2020)

Isma'il Radwan, haut responsable du Hamas, prononce un discours lors d'un rassemblement (Palestine Online, 8 mai 2020).

Isma'il Radwan, haut responsable du Hamas, prononce un discours lors d'un rassemblement (Palestine Online, 8 mai 2020).

Jumaa al-Thaya prononce un discours lors du rassemblement (Page Facebook du studio al-Amir à Kafr Ni'ma, 8 mai 2020)

Jumaa al-Thaya prononce un discours lors du rassemblement (Page Facebook du studio al-Amir à Kafr Ni'ma, 8 mai 2020)

  • La propagation du COVID-19 en Judée-Samarie et dans la bande de Gaza est modérée et sous contrôle. En Judée-Samarie, la propagation tend à diminuer (le nombre de cas actifs est tombé à 66). Dans la bande de Gaza, aucune nouvelle infection n’a été découverte (le nombre reste stable à 20, dont 14 se sont rétablis). Cependant, de hauts responsables de l’administration du Hamas restent préoccupés par une flambée incontrôlée de virus en raison du manque de directives générales et de mesures préventives du public.
  • Dans le Nord-Ouest de la Samarie, un soldat de Tsahal a été tué lorsqu’une pierre a été lancée du toit d’une maison lors de la détention de Palestiniens soupçonnés d’activités terroristes. En Judée-Samarie, les jets de pierres et de cocktails Molotov sur les véhicules israéliens se poursuivent. Dans la bande de Gaza, une roquette a été tirée en territoire israélien après plus d’un mois de calme. En réponse, des chars de Tsahal ont attaqué des postes militaires du Hamas.
  • À la suite d’une ordonnance israélienne interdisant les services bancaires aux familles des “chahids” et des prisonniers terroristes palestiniens dans les prisons israéliennes, un certain nombre de banques palestiniennes et arabes ont fermé ou gelé les comptes des familles. L’Autorité Palestinienne (AP) a répondu en disant que toute banque qui suivrait les ordres d’Israël serait considérée comme enfreignant la loi. Il y a également eu un certain nombre d’incidents violents visant des succursales bancaires. L’AP a nommé un comité pour examiner les mesures visant à protéger à la fois les salaires versés aux prisonniers et aux banques contre les représailles israéliennes et à garantir que le transfert de fonds se poursuivra.
  • Avec la nouvelle de l’intention du nouveau gouvernement israélien d’annexer les territoires palestiniens, l’Autorité Palestinienne a commencé ses activités diplomatiques et médiatiques. Mahmoud Abbas a averti que si Israël annonçait l’annexion de terres palestiniennes, tous les accords avec Israël et les États-Unis seraient considérés comme nuls et non avenus. L’Autorité Palestinienne aurait l’intention de faire appel aux ministres des Affaires étrangères de l’UE, au Conseil de sécurité et à la Cour pénale internationale (CPI).
Judée-Samarie
  • Selon le ministère de la Santé de l’Autorité Palestinienne, le nombre total de cas de COVID-19 en Judée-Samarie s’élève à 355, avec 66 cas actifs (Wafa, 11 mai 2020). Le ministre palestinien de la Santé a indiqué que le 12 mai était le quatrième jour consécutif sans nouveaux cas. Le nombre de districts “sans Corona” est passé à six, après que Salfit a rejoint Bethléem, Qalqilya, Jénine, Jéricho et Tubas. Il y a 14 876 Palestiniens encore en quarantaine chez eux (Page Facebook du ministère de la Santé de l’AP, 9 mai 2020).
  • Le nombre de cas actifs par district est de 33 dans le district de Hébron, 17 dans les villes et villages autour de Jérusalem, 13 dans le district de Ramallah, deux dans le district de Naplouse et un dans le district de Tulkarem. Le nombre de cas actifs dans les quartiers de Jérusalem-Est est de 104.
  • Compte tenu des statistiques encourageantes, de nombreuses mesures préventives de l’Autorité Palestinienne ont été assouplies. Le 5 mai 2020, la circulation dans les quartiers “sans Corona” a été autorisée et certaines entreprises ont été ouvertes. Les établissements d’enseignement restent fermés, tout comme le Mont du Temple.[1]
La bande de Gaza
  • Un porte-parole du ministère de la Santé du Hamas a signalé qu’aucun nouveau cas de COVID-19 n’a été détecté (Al-Aqsa, 11 mai 2020). Le nombre total de cas signalés s’élève à 20, avec 14 patients qui se sont rétablis. Jusqu’à présent, 7 111 personnes à Gaza ont été testées. Il existe neuf centres de quarantaine abritant 461 habitants de Gaza. [2]
Ouverture du terminal de Rafah
  • Le 12 mai 2020, le ministère de l’Intérieur du Hamas a annoncé que le terminal de Rafah serait ouvert pendant deux jours pour permettre à 1000 à 1500 Palestiniens de retourner à Gaza depuis l’Égypte. Tous seront isolés pendant 21 jours (al-Aqsa, 9 mai 2020). Un porte-parole du ministère de la Santé à Gaza a déclaré que les femmes et les étudiants seraient mis en quarantaine dans des hôtels désignés. Les installations de quarantaine aux terminaux d’Erez et de Rafah seraient réservées aux jeunes de retour. Quatre jours après l’arrivée, tous seraient testés dans les centres de quarantaine. Ils seront testés à nouveau le 20e jour après leur arrivée (Al-Quds, 11 mai 2020).
  • De hauts responsables de l’administration du Hamas impliqués dans la lutte contre le coronavirus continuent d’exprimer leurs inquiétudes concernant une épidémie incontrôlée à Gaza. Pour empêcher sa propagation, ils font appel à des personnes influentes telles que les mukhtars et les anciens du village pour essayer de changer le comportement de la population en général. Derrière leur inquiétude se cache le mépris du public pour les lignes directrices et les mesures préventives. Les Gazaouis organisent de grands repas du Ramadan, de grandes réunions de famille, des prières de masse à l’extérieur des mosquées et des funérailles bien fréquentées, et les acheteurs se pressent dans les marchés.
Tirs de roquettes et d’obus de mortier sur Israël
  • Le 6 mai 2020, une roquette a été lancé depuis la bande de Gaza. L’engin s’est abattu dans une zone dégagée près d’une des localités israéliennes près de la frontière. Aucune victime ni dommage n’a été signalé. Le tir est intervenu après plus d’un mois sans tirs de roquettes depuis Gaza.
  • En réponse, des chars de Tsahal ont attaqué des postes militaires du Hamas dans le Nord de la bande de Gaza (Porte-parole de Tsahal, 6 mai 2020). Les médias palestiniens ont fait état d’attaques d’artillerie contre un certain nombre de postes d’observation du Hamas dans le Nord de la bande de Gaza et contre des postes de la “force de retenue” (Shehab, Filastin al-Yawm, 6 mai 2020.
Répartition mensuelle des tirs de roquettes et d’obus de mortier

Répartition mensuelle des tirs de roquettes et d'obus de mortier

Répartition annuelle des tirs de roquettes

Répartition annuelle des tirs de roquettes

Un soldat de Tsahal tué au cours de l’arrestation de suspects
  • Dans la nuit du 11 mai 2020, les forces de sécurité israéliennes ont arrêté des Palestiniens soupçonnés d’activités terroristes dans le village de Ya’bed, dans le Nord-Ouest de la Samarie. Alors que les soldats quittaient le village, une pierre a été lancée d’une maison où les forces avaient opéré. Elle a touché l’un des soldats. à la tête, le blessant mortellement. Les forces de Tsahal ont effectué des recherches pour retrouver le Palestinien qui avait jeté la pierre (Porte-parole de Tsahal, 12 mai 2020).

Activité de Tsahal dans le village de Ya'bed (Page Facebook de Ya'bed, 12 mai 2020)
Activité de Tsahal dans le village de Ya’bed
(Page Facebook de Ya’bed, 12 mai 2020)

  • Les Palestiniens ont salué l’attaque. Les médias sociaux ont publié des avis le glorifiant, en utilisant le hashtag #Rock [of] Ya’bed. Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a déclaré que les Palestiniens de Cisjordanie ont continué de prouver qu’ils pouvaient lutter contre Israël. Il a déclaré que la “résistance” des jeunes Palestiniens était la preuve qu’ils étaient fermes dans leur intention de supprimer “l’occupation” [cf., israélienne] en réponse à la décision [israélienne] d’annexer des terres [palestiniennes]. Il a déclaré que les Palestiniens seraient ceux qui détermineraient le sort du conflit, malgré le soutien des États-Unis à Israël (Felesteen, 12 mai 2020).
 Un avis intitulé "Ya'bed résiste et affronte l'occupation" (Compte Twitter Paldf, 12 mai 2020)    Un avis avec le hashtag #Rock [de] Ya'bed (Compte Twitter de Muhammad al-Daya de Gaza, 12 mai 2020).
Droite : Un avis avec le hashtag #Rock [de] Ya’bed (Compte Twitter de Muhammad al-Daya de Gaza, 12 mai 2020). Gauche : Un avis intitulé “Ya’bed résiste et affronte l’occupation” (Compte Twitter Paldf, 12 mai 2020)
Evénements sur le terrain
  • En Judée-Samarie, des Palestiniens ont continué de lancer des pierres et des cocktails Molotov sur des véhicules civils israéliens. La plupart des attaques ont eu lieu dans les régions de Ramallah et de Hébron. Les forces de sécurité israéliennes ont continué de détenir des Palestiniens soupçonnés d’activités terroristes Les événements les plus marquants ont été les suivants :
    • Le 11 mai 2020 – Deux Palestiniens ont été arrêtés lors d’une activité des forces de sécurité israéliennes dans le village de Qafin (région de Tulkarem). Ils étaient soupçonnés d’activités terroristes et d’appartenance au Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP). L’un, qui a tenté de s’échapper, a été blessé par balle (Unité du porte-parole de la police des frontières, 11 mai 2020).
    • Le 11 mai 2020– Des pierres ont été lancées sur un véhicule civil israélien au Nord-Est de Hébron. Aucune victime n’a été signalée; le véhicule a été endommagé (Rescue Without Borders in Judea and Samaria, 11 mai 2020).
    • Le 10 mai 2020 – Des pierres ont été lancées sur un bus et un véhicule israéliens civils au Sud-Ouest de Hébron. Des soldats de Tsahal ont tiré sur deux Palestiniens qui lançaient des pierres, les blessant légèrement. Les deux ont été transportés à l’hôpital (Rescue Without Borders in Judea and Samaria, 10 mai 2020).
    • Le 9 mai 2020 – Deux pneus ont été incendiés sur la route menant à Ofra, et la route a été fermée à la circulation (Rescue Without Borders in Judea and Samaria, 9 mai 2020).
    • Le 8 mai 2020 – Deux cocktails Molotov ont été lancés sur un véhicule civil israélien au Nord-Ouest de Ramallah. Aucune victime n’a été signalée; le pare-brise avant du véhicule a été endommagé (Rescue Without Borders in Judea and Samaria, 8 mai 2020).
    • Le 8 mai 2020 – Des pierres ont été lancées sur des véhicules civils israéliens au Nord-Ouest de Ramallah. Aucune victime n’a été signalée. Plusieurs des véhicules ont été endommagés (Rescue Without Borders in Judea and Samaria, 8 mai 2020).
    • Le 8 mai 2020 – Un cocktail Molotov a été lancé sur une jeep de la police des frontières qui patrouillait à l’Est de Jérusalem. Aucune victime n’a été signalée. Le cocktail Molotov a explosé et la jeep a été incendiée (Unité du porte-parole des services d’incendie et de secours de Jérusalem, 8 mai 2020).
    • Le 7 mai 2020 – Des pierres ont été lancées sur un véhicule civil israélien au Nord de Kiryat Arba. Aucune victime ni dommage n’a été signalé (Rescue Without Borders in Judea and Samaria, 7 mai 2020).
    • Le 7 mai 2020 – Des pierres ont été lancées sur un bus civil israélien coincé dans un embouteillage sur la route Gush Etzion-Hébron près de Bayt Umar. Aucune victime ni dégât n’a été signalé (Rescue Without Border in Judea and Samaria, 7 mai 2020).
    • Le 6 mai 2020 – Trois cocktails Molotov ont été lancés sur un véhicule civil israélien à l’Ouest de Ramallah. Aucune victime n’a été signalée (Rescue Without Borders in Judea and Samaria, 6 mai 2020).
    • Le 6 mai 2020 – Des pierres ont été lancées sur un véhicule de Tsahal sur la route trans-Judée. Aucune victime n’a été signalée (Rescue Without Borders in Judea and Samaria, 6 mai 2020).
    • Le6 mai 2020 – Des pierres ont été lancées sur un bus civil israélien sur la route entre Gush Etzion et Hébron près du camp de réfugiés d’al-Aroub. Aucune victime n’a été signalée (Rescue Without Borders in Judea and Samaria, 6 mai 2020).
Principales attaques en Judée-Samarie[3]

Principales attaques en Judée-Samarie

Destruction de la maison d’un terroriste
  • Dans la nuit du 10 mai 2020, les forces de sécurité israéliennes ont démoli la maison du terroriste palestinien Qassem Shibli Barghouti dans le village de Kobar (Nord-Ouest de Ramallah). Barghouti faisait partie d’une cellule de terroristes du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) qui a perpétré l’attaque à la source de Danny près de la localité israélienne de Dolev en Samarie le 23 août 2019. L’attaque a tué une jeune femme israélienne et blessé son père et son frère. La maison a été démolie après le rejet des appels de la famille du terroriste à la Cour suprême israélienne. Au cours de la démolition, des dizaines de Palestiniens se sont révoltés, brûlant des pneus et lançant des pierres et des cocktails Molotov (Porte-parole de Tsahal, 11 mai 2020). Les médias palestiniens ont rapporté qu’un des émeutiers avait été blessé (Palinfo, 11 mai 2020).
  • La démolition de la maison a été largement condamnée. Lors de la réunion hebdomadaire du gouvernement, le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Muhammad Shtayyeh, a condamné la démolition de la maison du prisonnier Qassem Barghouti (Télévision palestinienne, 11 mai 2020). Le FPLP a déclaré que l’action israélienne n’éteindrait pas le feu de la “résistance” mais attiserait ses flammes et la rendrait plus violente (al-Majid, 11 mai 2020). Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, l’a qualifiée de “crime de guerre” contre le public palestinien. Il a déclaré que la destruction continue de maisons par Israël était la preuve de l’échec d’Israël (“l’occupation”) à surmonter le soulèvement populaire (Site Internet du Hamas, 11 mai 2020). Le porte-parole du Jihad islamique palestinien (JIP), Musab al-Brim, l’a qualifiée de “crime en cours” contre le peuple palestinien et de poursuite de l’agression d’Israël contre les prisonniers palestiniens (Filastin al-Yawm, 11 mai 2020).
Evènements de fin du Ramadan
  • Dans les prochains jours, les Palestiniens devraient marquer la Journée mondiale de Jérusalem, qui se tient chaque année le dernier vendredi du Ramadan[4], la Journée de la Nakba et l’anniversaire de la relocalisation de l’ambassade américaine à Jérusalem. L’Autorité nationale suprême pour les marches du retour et la lutte contre l’accord du siècle a annoncé que les trois événements seraient marqués le 22 mai 2020 (le dernier vendredi du Ramadan), tout en préservant les lignes directrices pour protéger la santé publique (Amad, 11 mai 2020).
Les organisations terroristes de la bande de Gaza poursuivent leurs activités militaires
  • Malgré la crise COVID-19 et le mois religieux musulman du Ramadan, les membres des branches armées des différentes organisations terroristes ont annoncé qu’ils poursuivaient leurs exercices d’entraînement de routine et se préparaient à une confrontation possible avec Israël. Par exemple, un article dans al-Mayadeen, affilié au Hezbollah, a rapporté que les membres de la “résistance” du JIP poursuivraient leurs activités de reconnaissance de routine tout au long du Ramadan. Le creusement des tunnels se poursuivrait et l’unité des roquettes était en état d’alerte (al-Mayadeen, 10 mai 2020). Al-Araby al-Jadeed a publié un article sur les activités des drones du JIP[5]. Selon cet article, le Hamas et d’autres organisations continuent de développer leurs capacités militaires en vue de la prochaine confrontation avec Israël. Il a également indiqué que la nukhba, l’unité d’élite du Hamas, avait récemment effectué des exercices d’entraînement à ses postes (al-Araby al-Jadeed, 6 mai 2020). Al-Andalou News a publié un article sur les activités de sécurité en cours d’une force des Brigades du JIP de Jérusalem pendant le Ramadan. Il a montré des membres des Brigades de Jérusalem, armés et équipés de matériel de reconnaissance, à l’Est de Khan Yunis à une distance de moins d’un kilomètre de la barrière frontalière (al-Andalou News, 6 mai 2020).
  • Les bataillons d’Abu Ali Mustafa, la branche armée du FPLP, ont organisé un exercice militaire à un poste dans le Sud de la bande de Gaza pour la Journée de Jérusalem. Selon Abu Jamal, le porte-parole de la branche militaire, la Journée de Jérusalem représente une journée de lutte internationale menée par “l’axe de résistance” contre le sionisme mondial et l’impérialisme. Il a fait l’éloge de Qassem Soleimani, de l’Iran, du Hezbollah et du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah (Site Internet des bataillons d’Abu Ali Mustafa, 9 mai 2020; site Internet du FPLP, 10 mai 2020).
 Photo (à gauche) de Qassem Soleimani pendant les exercices organisés pour marquer la Journée mondiale de Jérusalem (Compte Twitter de Yunis al-Zatari, 9 mai 2020)   Exercice militaire (Site Internet de la branche armée du FPLP, 9 mai 2020).
Droite : Exercice militaire (Site Internet de la branche armée du FPLP, 9 mai 2020). Gauche : Photo (à gauche) de Qassem Soleimani pendant les exercices organisés pour marquer la Journée mondiale de Jérusalem (Compte Twitter de Yunis al-Zatari, 9 mai 2020)
  • Entre-temps, un effondrement de tunnel a été signalé dans le quartier Zeitoun de la ville de Gaza. La branche armée du Hamas a signalé la mort de Ma’man Ahmed Abu Hajar, 25 ans, de Zeitoun, qui était membre des Brigades Izz al-Din Qassam (Site Internet des Brigades Izz al-Din Qassam, 6 mai 2020).

Un terroriste du Hamas tué dans l'effondrement d'un tunnel (Site Internet des Brigades Izz al-Din Qassam, 6 mai 2020)
Un terroriste du Hamas tué dans l’effondrement d’un tunnel
(Site Internet des Brigades Izz al-Din Qassam, 6 mai 2020)

Manifestation dans la bande de Gaza contre la normalisation avec Israël
  • La chaîne de télévision saoudienne MBC, qui émet depuis Dubaï, a diffusé deux nouvelles séries pendant le Ramadan, toutes deux liées à Israël et au peuple juif. L’une s’appelle “La mère d’Aharon” et traite des relations judéo-musulmanes au Koweït dans les années 40 avant la création de l’État d’Israël. L’autre s’appelle “Sortie numéro 7”, qui a des thèmes positifs sur Israël et appelle à une accalmie avec Israël (mako, 27 avril 2020). Les émissions ont été protestées dans le monde arabe et critiquées pour avoir favorisé la normalisation avec Israël. Le “comité populaire de résistance à la normalisation” dans la bande de Gaza a appelé les Palestiniens à monter sur leurs toits le 8 mai 2020, avec des drapeaux palestiniens “pour avertir la nation arabe du danger du cancer israélien et pour rappeler aux Arabes les crimes d’Israël contre les Palestiniens.”
  • Hani al-Thawabtah, membre du Comité central du FPLP, a parlé en tant que représentant des organisations palestiniennes et a condamné la normalisation artistique et médiatique. Il a déclaré qu’il était impossible de garder le silence face aux crimes de normalisation, de coordination de la sécurité et de relations avec la société israélienne (al-Araby al-Jadeed, 6 mai 2020).
  • Le 8 mai 2020, de nombreux habitants de Gaza ont répondu à l’appel et ont placé des drapeaux sur leurs toits et balcons. Le bloc islamique, l’organisation étudiante du Hamas, a organisé des rassemblements à Gaza sur le thème “Les étudiants contre la normalisation”. Isma’il Radwan, haut responsable du Hamas, s’exprimant lors du rassemblement dans l’ouest de la ville de Gaza, a souligné l’objection du Hamas à toutes les formes de normalisation et a exprimé son objection à la série dramatique appelant à la normalisation (Palestine Online, 8 mai 2020). Isma’il Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, a envoyé un message au forum arabe virtuel pour protester contre la normalisation, écrivant que “la normalisation avec l’ennemi sioniste est un grand crime, un péché impardonnable et un coup de couteau traître dans la poitrine de notre peuple et de notre nation [arabe]” (Quds Press, 8 mai 2020).
Un bouquet de ballons condamnant la normalisation des relations avec Israël. Il a été lancé depuis le nord de la bande de Gaza (Compte Twitter Filastin al-A'an, 8 mai 2020)    Isma'il Radwan, haut responsable du Hamas, prononce un discours lors d'un rassemblement (Palestine Online, 8 mai 2020).
Droite : Isma’il Radwan, haut responsable du Hamas, prononce un discours lors d’un rassemblement (Palestine Online, 8 mai 2020). Gauche : Un bouquet de ballons condamnant la normalisation des relations avec Israël. Il a été lancé depuis le nord de la bande de Gaza (Compte Twitter Filastin al-A’an, 8 mai 2020)
Décès d’un membre du cabinet politique du Hamas
  • Ahmed al-Kader (Aba Usama), membre du bureau politique du Hamas, est décédé d’un arrêt cardiaque. Il avait 70 ans. Pendant des années, il était considéré comme le chef de la da’wah du Hamas (endoctrinement religieux) à Gaza et avait également occupé les postes de ministre des Affaires sociales dans l’administration de facto d’Isma’il Haniyeh, chef de la municipalité de Deir al-Balah et responsable d’une organisation caritative affiliée à al-Salah (Site Internet du Hamas, 10 mai 2020). Malgré la menace de la propagation de COVID-19 et les mesures préventives imposées à Gaza, le Hamas a appelé le grand public à assister aux funérailles, qui ont eu lieu à Deir al-Balah et ont inclus une cérémonie militaire. De nombreuses personnes y ont assisté, parmi lesquelles de hautes personnalités du Hamas, dont Yahya al-Sinwar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza. Comme le montre l’image ci-dessous, il n’y a pas de distanciation sociale et très peu de personnes portent des masques de protection.
Soutien de l’AP aux victimes du Corona
  • Le Premier ministre de l’Autorité Palestinienne, Muhammad Shtayyeh, a déclaré à la réunion hebdomadaire du gouvernement qu’il avait jusqu’à présent recueilli environ 57 millions de shekels (environ 16 millions de dollars) en dons du secteur privé. Il a dit que l’argent serait distribué dans l’Autorité Palestinienne, les camps de réfugiés de Gaza à Jérusalem, au Liban et en Syrie. Il a ajouté que 90 000 familles recevraient directement des fonds ou des produits de base (Télévision palestinienne, 11 mai 2020). Avant son rapport, le ministère des Affaires sociales de l’Autorité Palestinienne a annoncé le début de la distribution de 500 shekels aux familles qui avaient été blessées par le coronavirus (Amad, 10 mai 2020)
  • Nasri Abu Jish, ministre du Travail de l’Autorité Palestinienne, a déclaré le gouvernement commencerait à transférer des fonds le 17 mai 2020 pour soutenir les employés qui ont été blessés par le coronavirus. Les fonds seront distribués sur une période de cinq jours à plus de 40 000 familles. Chaque famille recevra 700 shekels (environ 200 $) (Filastin al-Yawm, 11 mai 2020).
Prêt de fonds d’Israël
  • Les médias israéliens ont rapporté qu’Israël prévoyait de signer un accord avec l’Autorité Palestinienne pour lui prêter 800 millions de shekels (environ 230 millions de dollars). Des sources politiques ont déclaré qu’il s’agissait d’une avance sur les recettes fiscales qu’Israël perçoit pour l’Autorité Palestinienne parce que la crise COVID-19 a entraîné une forte baisse des revenus de l’Autorité Palestinienne, y compris les revenus qu’Israël perçoit pour elle. Selon l’accord, le paiement sera divisé en quatre versements mensuels (Haaretz, 9 mai 2020).
Ordre israélien de fermeture des comptes bancaires des familles des “chahids” et des prisonniers palestiniens
  • En Février 2020, Nadav Padan, commandant du commandement central de Tsahal, a publié un ordre stipulant que toute banque fournissant des services aux prisonniers palestiniens ou aux prisonniers libérés commettrait un crime et pourrait être exposée à des sanctions et à des amendes (Médias israéliens, 9 mai 2020). La date fixée pour l’exécution de l’ordonnance était le 9 mai 2020. Un certain nombre de jours à l’avance, le service juridique du think-tank israélien Palestine Media Watch (PMW) a envoyé des lettres alertant les directeurs et responsables des banques de l’AP. Les lettres indiquaient que, selon l’amendement, si les directeurs de banque et les fonctionnaires continuaient de détenir des comptes pour les prisonniers des prisons israéliennes, ils deviendraient des complices du crime et pourraient être jugés par un tribunal.
  • Un certain nombre de banques palestiniennes et arabes opérant dans l’Autorité Palestinienne ont réagi en fermant les comptes des prisonniers, tandis que certaines n’ont fait que se bloquer et les ont rendues inactives. Des sources de l’Autorité Palestinienne ont indiqué que toutes les banques avaient annoncé qu’à partir du début du mois prochain, elles ne permettraient pas que l’argent transféré par l’Autorité Palestinienne sur les comptes des prisonniers soit déposé. Selon l’Autorité Palestinienne, cela fait référence aux 12 000 prisonniers de sécurité et libérés qui reçoivent un salaire mensuel de l’Autorité Palestinienne (Article de Gal Berger, Kan News, 8 mai 2020).
  • Les hauts responsables de l’Autorité Palestinienne ont vilipendé l’ordre. L’AP a annoncé que toute banque qui se conformerait aux “menaces” d’Israël serait considérée comme violant la loi palestinienne et les conditions d’enregistrement accordées aux banques par l’autorité monétaire (Wafa, 7 mai 2020). Qudri Abu Bakr, chef de l’autorité de l’Autorité Palestinienne pour les prisonniers et les prisonniers libérés, a déclaré que les salaires et les allocations versés aux prisonniers et à leurs familles, ainsi qu’aux prisonniers libérés, seraient payés chaque mois, quelle que soit la position israélienne ou les actions des banques (Page Facebook de l’autorité pour les prisonniers et les prisonniers libérés, 8 mai 2020).
  • La décision israélienne a également enragé le public palestinien, dont la réaction a inclus la violence dirigée contre les succursales bancaires. La succursale de la Bank Amman du Caire à Jénine a été visée par des tirs, tout comme la succursale de la Bank of Jordan à Qabatiya (Compte Twitter Shehab, 10 mai 2020). Des dizaines de prisonniers libérés ont organisé des rassemblements de protestation (Safa, 11 mai 2020). Les médias sociaux ont lancé une campagne avec le hashtag #BankCrimes et #BanksWithoutNation demandant aux propriétaires de banques de ne pas se soumettre aux pressions israéliennes.
Des affiches suspendues aux fenêtres de la banque d'Amman du Caire à Ramallah qualifient le gel des comptes des prisonniers de "honte" (Compte Twitter Qudsn, 7 mai 2020)    La fenêtre de la banque d'Amman du Caire à Jénine brisée par des coups de feu (Compte Twitter Quds, 8 mai 2020).
Droite : La fenêtre de la banque d’Amman du Caire à Jénine brisée par des coups de feu (Compte Twitter Quds, 8 mai 2020). Gauche : Des affiches suspendues aux fenêtres de la banque d’Amman du Caire à Ramallah qualifient le gel des comptes des prisonniers de “honte” (Compte Twitter Qudsn, 7 mai 2020)
  • L’AP tente actuellement de trouver un moyen de résoudre la crise. Le Premier ministre de l’Autorité Palestinienne, Muhammad Shtayyeh, a annoncé qu’après avoir discuté de la question avec les directions des banques et avec l’autorité monétaire, ils étaient parvenus à un accord pour geler les mesures liées aux comptes bancaires des prisonniers. Il a déclaré que sur la base de l’accord, les familles des prisonniers pourraient renouveler l’activité de leurs comptes (Wafa, 8 mai 2020). Il a déclaré que l’Autorité Palestinienne travaillait actuellement avec les banques pour trouver des moyens de protéger les salaires des prisonniers et de protéger les banques des actions d’Israël. À cette fin, un comité a été nommé pour traiter la question et faire des recommandations (Télévision palestinienne, 11 mai 2020). L’autorité monétaire palestinienne a souligné que les droits des familles des prisonniers et des prisonniers libérés étaient protégés par les banques, et l’autorité coordonnerait avec le gouvernement pour s’assurer qu’ils continuent de recevoir les fonds auxquels ils avaient droit. L’autorité a ajouté que le comité nommé par le gouvernement avait commencé à analyser les dangers liés aux fonds reçus par la prison reçus par les familles des prisonniers et les ramifications de l’ordre aux banques. Tout se ferait avec la coopération de l’autorité des prisonniers et des libérés, de l’association bancaire, du ministère du Trésor et de l’autorité monétaire (Site Internet de l’autorité monétaire palestinienne, 8 mai 2020).
Activités politiques et médiatiques liées à l’intention d’Israël d’annexer des territoires de l’AP
  • Au vu des articles des médias indiquant que le nouveau futur gouvernement israélien agirait pour annexer les territoires palestiniens, des personnalités de l’AP ont averti qu’une déclaration d’annexion signifierait que tous les accords entre Israël et l’Autorité Palestinienne seraient considérés comme nuls et non avenus. Mahmoud Abbas, s’exprimant lors d’une réunion du Comité exécutif de l’OLP à Ramallah, a déclaré qu’il avait envoyé un message clair et sérieux à la communauté internationale que si le gouvernement israélien déclarait l’annexion d’une partie du territoire de l’AP, tous les accords entre les deux parties seraient être annulé, c’est-à-dire que tous les accords et ententes entre l’OLP, le gouvernement israélien et l’administration américaine seraient invalides. Le Comité exécutif de l’OLP a déclaré que si Israël annonçait une annexion, il mettrait immédiatement en vigueur les décisions du Conseil national palestinien et du Conseil central d’annuler tous les accords de sécurité, économiques et politiques avec Israël (Wafa, 8 mai 2020).
  • Ci-après les principales activités palestiniennes :
    • En interne : L’Autorité Palestinienne a nommé un comité ad hoc pour répondre à la décision d’annexion israélienne. Parmi ses membres figurent Saeb Erekat, secrétaire du comité exécutif de l’OLP; Wassel Abu Yusuf, Ahmed al-Mudallal et Bassem al-Salhi, tous membres du comité exécutif de l’OLP, et Azzam al-Ahmed, membre du comité exécutif du Fatah (al-Araby al-Jadeed, 10 mai 2020 ).
    • Au niveau international : Selon Riyad al-Maliki, ministre palestinien des Affaires étrangères, les ministres des Affaires étrangères de l’UE sont censés discuter de la question le 15 mai, et le Conseil de sécurité des Nations unies devrait se réunir pour discuter de la question le 20 mai 2020 (Dunia al-Watan , 11 mai 2020). Wassel Abu Yusuf a déclaré que les dirigeants palestiniens menaient des discussions intensives aux niveaux arabe, régional et international, et travaillaient également à hâter un débat sur la question à la Cour pénale internationale (CPI) (al-Araby al-Jadeed, 10 mai 2020).
    • Au début de la réunion hebdomadaire du gouvernement, Muhammad Shtayyeh a lancé un appel à la communauté internationale, déclarant qu’une réponse aux actions d’Israël devait inclure l’ostracisme d’Israël, la reconnaissance d’un État palestinien avec les frontières de 1967 et Jérusalem-Est comme capitale, et la reconnaissance de la [soi-disant] “droit au retour” des réfugiés palestiniens (Télévision palestinienne, 11 mai 2020).
Evènements de la Journée de la Nakba
  • Le 15 mai 2020, les Palestiniens célébreront la Journée de la Nakba, qui cette année sera marquée dans l’ombre de la pandémie de COVID-19. Les réseaux sociaux ont lancé une campagne pour la journée de la Nakba avec le hashtag # ReturnToPalestine72. Le Fatah a publié des avis avec son logo et l’appel à “Restez à la maison!” Ahmed al-Houli, président du comité national de la Journée Nakba, a déclaré cette année, en raison des inquiétudes concernant le coronavirus et pour protéger la santé du peuple palestinien, Mahmoud Abbas aurait autorisé des activités en ligne pour éviter les rassemblements de masse. Vendredi, des drapeaux palestiniens et noirs seront hissés sur les toits et une sirène de deuil sonnera. Mahmoud Abbas prononcera également un discours. Ahmed al-Houli a déclaré qu’il enverrait une lettre au secrétaire général de l’ONU pour lui rappeler la Nakba et les souffrances du peuple palestinien, qui durent 72 ans (Sawa, 10 mai 2020).

Le logo du 72e Nakba Day (Page Facebook du comité national "suprême" de la Journée de la Nakba, 10 mai 2020)
Le logo du 72e Nakba Day
(Page Facebook du comité national “suprême” de la Journée de la Nakba, 10 mai 2020)

Réception organisée par un haut responsable du JIP
  • Le 23 avril 2020, Jumaa Abdallah Khalil al-Thaya, 50 ans, un haut responsable du JIP du village de Kafr Ni’ma (à l’Ouest de Ramallah) a été libéré de prison, après avoir purgé sa peine. Il a été arrêté le 24 octobre 2001 et condamné à 18,5 ans de prison pour appartenance au JIP et à sa branche militaire, et pour avoir tiré sur des soldats de Tsahal. En prison, il était membre de la direction des prisonniers du JIP (Site Internet du JIP, 23 avril 2020). Le 7 mai 2020, après une période de quarantaine, une réception festive a été organisée pour lui à Kafr Ni’ma, à laquelle ont assisté des membres du JIP de Ramallah (Site Internet des Brigades de Jérusalem, 8 mai 2020).
Jumaa al-Thaya prononce un discours lors du rassemblement (Page Facebook du studio al-Amir à Kafr Ni'ma, 8 mai 2020)     Jumaa al-Thaya, haut responsable du JIP, en route vers la réception, accompagné de deux de ses fils et de deux membres masqués du JIP portant le bandeau des Brigades de Jérusalem.
Droite : Jumaa al-Thaya, haut responsable du JIP, en route vers la réception, accompagné de deux de ses fils et de deux membres masqués du JIP portant le bandeau des Brigades de Jérusalem. Gauche : Jumaa al-Thaya prononce un discours lors du rassemblement (Page Facebook du studio al-Amir à Kafr Ni’ma, 8 mai 2020)

Photographie aérienne du rassemblement organisé à Kafr Ni'ma (Page Facebook du studio al-Amir à Kafr Ni'ma, 9 mai 2020)
Photographie aérienne du rassemblement organisé à Kafr Ni’ma
(Page Facebook du studio al-Amir à Kafr Ni’ma, 9 mai 2020)

[1] A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 11 mai 2020 intitutlé "The Fight Against COVID-19 in Judea and Samaria (updated to May 10, 2020)."
[2] A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 10 mai 2020 intitutlé "The Fight Against COVID-19 in the Gaza Strip (updated to May 10, 2020).

[3] Une attaque significative est définie comme impliquant des tirs, une attaque au véhicule bélier, l'utilisation d'engins piégés ou un combinaison de ce qui précède. Les pierres et les cocktails Molotov lancés par les Palestiniens ne sont pas inclus.

[4] La Journée mondiale de Jérusalem a eu lieu le dernier vendredi du ramadan depuis 1979, comme l'a décidé l'ayatollah Khomeiny. L'événement est destiné à exprimer le soutien de l'Iran et du monde musulman dans son ensemble à la cause palestinienne et à la soi-disant "libération de Jérusalem", pour diffamer Israël, pour appeler à la destruction du "grand Satan" [les États-Unis] , "le petit Satan" [Israël], le monde occidental en général et leurs alliés arabes au Moyen-Orient. La Journée de Jérusalem est célébrée dans le monde entier avec des manifestations, des rassemblements et des événements en "soutien" de Jérusalem. Cette année, l'Iran a annulé le Jour de Jérusalem en raison de la pandémie de COVID-19.

[5] “Des sources palestiniennes" ont révélé qu'Israël avait demandé aux renseignements généraux égyptiens d'envoyer le message au Hamas que les Palestiniens devaient arrêter leurs provocations le long de la frontière et cesser de lancer des drones sur les localités israéliennes près de la frontière. Les sources ont noté que, selon Israël, les drones sont lancés par des Palestiniens depuis les postes d'observation le long de la frontière, principalement par des membres du JIP. selon des sources égyptiennes, le message transmis au Hamas incluait la menace que menace qu'Israël intercepte les drones (al-Quds, 9 mai 2020).