Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (26 décembre – 1er janvier 2019)

Khalil al-Haya à la

Khalil al-Haya à la "marche du retour" (Compte Twitter du mouvement de résistance populaire, 28 décembre 2018).

‏‏Le site de l'attaque (Site Internet de Kafr Qalil, 26 décembre 2018)

Le site de l'attaque (Site Internet de Kafr Qalil, 26 décembre 2018)

‏‏Ali Shamkhani a rencontré la délégation du JIP (mojnews.com, 30 décembre 2018)

Ali Shamkhani a rencontré la délégation du JIP (mojnews.com, 30 décembre 2018)

La délégation du JIP dirigée par Ziyad al-Nakhalah rencontre Ali Khamenei, le chef suprême de l'Iran (Site Internet d'Ali Khamenei, 31 décembre 2018)

La délégation du JIP dirigée par Ziyad al-Nakhalah rencontre Ali Khamenei, le chef suprême de l'Iran (Site Internet d'Ali Khamenei, 31 décembre 2018)

Le secrétaire général du JIP, Ziyad al-Nakhalah, interviewé par la chaîne de télévision iranienne Al-Alam (Site Internet de la télévision al-Alam, 30 décembre 2018)

Le secrétaire général du JIP, Ziyad al-Nakhalah, interviewé par la chaîne de télévision iranienne Al-Alam (Site Internet de la télévision al-Alam, 30 décembre 2018)

Une journaliste de la chaîne de télévision Al-Araby, debout devant le bâtiment du conseil de la Haute Cour à Ramallah, relate la condamnation d'Issam Aqel (Télévision d'Al-Araby, 31 décembre 2018).

Une journaliste de la chaîne de télévision Al-Araby, debout devant le bâtiment du conseil de la Haute Cour à Ramallah, relate la condamnation d'Issam Aqel (Télévision d'Al-Araby, 31 décembre 2018).

Les forces de Tsahal neutralisent un tunnel du Hezbollah à la frontière libanaise (Porte-parole de Tsahal, 27 décembre 2018)

Les forces de Tsahal neutralisent un tunnel du Hezbollah à la frontière libanaise (Porte-parole de Tsahal, 27 décembre 2018)

  • Dans la bande de Gaza, le nombre de participants aux événements de la « marche du retour » (40ème) du vendredi 28 décembre 2018 a diminué par rapport à la semaine précédente. Un Palestinien a été tué. Le lendemain (29 décembre 2018), une roquette a été tirée en territoire israélien, mettant en œuvre la menace des organisations terroristes contre Israël. En réponse, l’armée de l’air israélienne a attaqué un poste du Hamas dans le Sud de la bande de Gaza.
  • En 2018, environ 1 130 obus de roquettes et de obus de mortier ont été identifiés en territoire israélien, presque tous depuis Mai 2018. Les tirs de roquettes sont une conséquence des violences des « marches du retour » qui ont débuté le 30 mars 2018, les plus importantes depuis 2008 (à l’exception de l’Opération Barrière Protectrice en 2014).
  • La semaine dernière, une attaque à la voiture bélier a eu lieu à Samarie (aucune victime n’a été rapportée), portant à neuf le nombre d’attaques terroristes significatives en Décembre, le plus élevé en 2018. Le nombre élevé d’attaques terroristes a été le point culminant de l’escalade qui a commencé il y a environ trois mois. La plupart des attaques ont été perpétrées par des terroristes solitaires dans le cadre du terrorisme populaire, mais il est également possible qu’une ou plusieurs escouades organisées opérant sur le terrain soient responsables des tirs.
  • Une délégation du Jihad Islamique Palestinien (JIP) dirigée par son chef Ziyad al-Nakhalah s’est rendue en Iran et a rencontré les dirigeants iraniens. De hauts responsables iraniens ont souligné leur soutien à la « résistance » comme principe fondamental de la politique étrangère iranienne. Al-Nakhalah a déclaré que Tel-Aviv et toutes les autres villes d’Israël étaient à portée des roquettes de la « résistance », de sorte que si un nouvel affrontement éclatait, « toutes les villes seraient sous le feu ». Il a également exprimé sa confiance que les différentes organisations se coordonneraient contre Israël depuis la bande de Gaza ainsi que depuis le Nord et le Centre.
La « marche du retour » (28 décembre 2018)
  • Le 28 décembre 2018 a eu lieu la 40ème « marche du retour » sous le thème « Nous ne négocierons pas avec notre droit de vivre avec respect ». Les conditions météorologiques ont retenu de nombreuses personnes chez eux, ce qui a eu pour résultat qu’environ 5 500 Palestiniens ont participé aux événements (environ 8 000 la semaine dernière). En raison des conditions météorologiques, aucune activité n’a été organisée dans le « camp de retour » dans l’Est de Jabaliya; les événements n’ont donc eu lieu qu’à quatre endroits. Le porte-parole du ministère de la Santé de la bande de Gaza a indiqué qu’au cours de la « marche du retour », un Palestinien avait été tué et six blessés (Page Facebook d’Ashraf al-Qidra, 28 décembre 2018).
  • Au cours des événements, le lancer de ballons incendiaires été renouvelé (après une pause d’environ six semaines). Plusieurs ballons ont atterri près d’un jardin d’enfants dans l’une des localités israéliennes du Néguev occidental. Un ballon incendiaire a également atterri dans une zone inhabitée. En outre, les forces de défense israéliennes ont arrêté un Palestinien qui avait franchi la barrière de sécurité et pénétré en territoire israélien depuis le Nord de la bande de Gaza (Compte Twitter du porte-parole de Tsahal, 28 décembre 2018).
  • Après les activités de la « marche du retour », l’Autorité nationale de la marche du retour a annoncé que les marches se poursuivraient pleinement. Elle a également déclaré qu’après des consultations intensives et l’envoi de messages à Israël, l’Autorité envisageait d’utiliser « de nouvelles options de lutte ». Son objectif est une confrontation déterminée contre Israël, car Israël utilise une tactique dilatoire « pour perdre du temps ». L’Autorité a appelé les Palestiniens à participer à la « marche du retour » du 4 janvier 2019, dont le thème sera « Le vendredi de l’opposition à la normalisation » [des relations avec Israël] (Page Facebook de l’Autorité nationale, 28 décembre 2018).
  • Comme chaque semaine, des personnalités du Hamas ont assisté aux activités de la « marche du retour », parmi lesquelles Ahmed Bahar, vice-président du Conseil législatif, Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas, et d’autres. Les porte-parole ont souligné qu’Israël devait mettre en œuvre son côté des accords pour rompre le « siège » sur la bande de Gaza. De nombreux porte-parole ont insisté sur la participation du public malgré la tempête. Certaines de ces déclarations sont les suivantes :
    • Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré qu’Israël était « en train d’être examiné par les organisations de résistance de la bande de Gaza ». Les négociateurs, a-t-il dit, ont également été examinés pour leur capacité à maîtriser Israël et à mettre en œuvre les accords convenus pour briser le « siège » (Filastin al-Yawm, 29 décembre 2018).
Khalil al-Haya à la "marche du retour" (Compte Twitter du mouvement de résistance populaire, 28 décembre 2018).   Khalil al-Haya à la "marche du retour" (Compte Twitter du mouvement de résistance populaire, 28 décembre 2018).
Khalil al-Haya à la « marche du retour » (Compte Twitter du mouvement de résistance populaire, 28 décembre 2018).
  • Ahmed Bahar, vice-président du Conseil législatif, s’exprimant devant le « camp du retour » à l’Est de Khan Yunis, a déclaré que les « marches du retour » se poursuivraient jusqu’à la fin du « siège ». Il a ajouté que la « résistance » réagirait fermement à toute violation de « l’accalmie » ou à tout acte d’agression contre les civils lors des « marches du retour ». Il a appelé à la poursuite des activités contre « l’occupation » dans les villes de Cisjordanie parallèlement aux « marches du retour » (Dunia al-Watan, 28 décembre 2018).

Ahmed Bahar s'exprimant dans l'Est de Khan Yunis (Site Internet de l'Autorité nationale, 28 décembre 2018)
Ahmed Bahar s’exprimant dans l’Est de Khan Yunis (Site Internet de l’Autorité nationale, 28 décembre 2018)

  • Le bureau d’information du JIP a salué le taux de participation du public à la « marche de retour » malgré la tempête et malgré les menaces de « l’occupation », qui prouvé, selon le bureau, la confiance des Palestiniens dans la « résistance » et leur détermination à poursuivre la lutte « jusqu’au retour et à la libération » (Site Internet du JIP, 28 décembre 2018).
La mini-flottille
  • Le 29 décembre 2018, l’Autorité nationale suprême a annoncé le report de la mini-flottille hebdomadaire qui devait avoir lieu le 31 décembre 2018 en raison de la tempête (Page Facebook de l’Autorité nationale suprême, 29 décembre 2018). Cependant, des dizaines de Palestiniens ont brûlé des pneus près du passage de Karni. Un émeutier a été blessé (Fateh Gaza, 31 décembre 2018).
Emplois assurés aux victimes des marches du retour
  • Ahmed al-Kurd, membre de la direction du Hamas et président du comité pour les blessés des « marches du retour », a déclaré au gouvernement que, au début de l’année, tous ceux qui avaient perdu un membre au début de l’année ou avaient été blessés recevraient un emploi du gouvernement. Il a dit qu’initialement, l’emploi serait temporaire et qu’après une certaine période, il deviendrait permanent. Il a ajouté que les besoins de base des blessés devaient être satisfaits (Dunia al-Watan, 30 décembre 2018).
  • Le 29 décembre 2018, une roquette a été identifiée en territoire israélien. L’engin a atterri dans le Néguev occidental. Aucune victime ou dommage n’a été signalé. Il s’agissait de la première roquette tirée depuis la fin de la dernière escalade, du 11 au 13 novembre 2018. Des sources palestiniennes ont signalé le lancement, mais pas qui en était responsable (Shabakat Quds, 29 décembre 2018). Face à la mort de quatre émeutiers au cours de la semaine précédente, les branches armées des organisations terroristes ont proféré des menaces voilées selon lesquelles le prochain vendredi serait « le dernier test pour le comportement et les intentions de l’occupation » (Site Internet de la branche armée du Hamas, 23 décembre , 2018).
  • En réponse aux tirs de roquettes, un hélicoptère de Tsahal a attaqué un poste du Hamas dans le Sud de la bande de Gaza (Compte Twitter du porte-parole de Tsahal, 28 décembre 2018). Les médias palestiniens ont rapporté qu’un hélicoptère avait attaqué et détruit un poste à l’Est de Deir al-Balah (centre de la bande de Gaza). Aucune victime n’a été signalée (Paldf, Wafa, 29 décembre 2018).
Tirs de roquettes et d’obus de mortier des dernières séries d’escalade[1]

Tirs de roquettes et d’obus de mortier de l’année écoulée

Tirs de roquettes et d'obus de mortier de l'année écoulée

Répartition annuelle des tir

Répartition annuelle des tir

Attaque à la voiture bélier en Samarie
  • Le 26 décembre 2018, un Palestinien en provenance de Naplouse a tenté de percuter des civils et les soldats à un arrêt de bus. Les soldats ont ouvert le feu et blessé le terroriste (Compte Twitter de Tsahal, 26 décembre 2018). Les médias palestiniens ont annoncé que le chauffeur était Raed Omar Dhiab, âgé de 35 ans, de Kafr Qalil, au Sud de Naplouse (Wafa, 26 décembre 2018).
Autres incidents
  • La recherche du terroriste qui a mené la fusillade à Givat Asaf se poursuit et des suspects ont été arrêtés dans des villages locaux (Porte-parole de Tsahal, 31 décembre 2018). Entre-temps, les forces de sécurité israéliennes ont mené des activités de lutte contre le terrorisme dans toute la Judée-Samarie, arrêtant des Palestiniens soupçonnés d’activités terroristes et saisissant des armes. Les Palestiniens ont continué à jeter des pierres sur les véhicules israéliens. Aucune victime ni aucun dégât de véhicules n’a été signalé. Les événements les plus marquants ont été les suivants :
    • Le 31 décembre 2018, lors de la recherche d’armes illégales dans le village de Yatta, au Sud de Hébron, les forces de sécurité israéliennes ont saisi un fusil d’assaut M-16 et des munitions. Des armes improvisées ont été trouvées dans la région de Naplouse (Compte Twitter du porte-parole de Tsahal, 31 décembre 2018).
    • Le 28 décembre 2018, des Palestiniens ont lancé des cocktails Molotov sur un véhicule israélien près du village d’Azoun, à l’Est de Qalqilya. Aucune victime n’a été signalée (Page Facebook Red Alert, 28 décembre 2018).
    • Le 26 décembre 2018, lors de la perquisition des forces de sécurité israéliennes dans le camp de réfugiés d’Askar, dans la banlieue de Naplouse, des fonds ont été trouvés pour des activités terroristes (Compte Twitter du porte-parole de Tsahal, 26 décembre 2018).
Principales attaques de l’année écoulée en Judée-Samarie [2]

Principales attaques de l'année écoulée en Judée-Samarie

Visite d’une délégation du JIP en Iran
  • Une délégation de hauts responsables du JIP, dirigée par le secrétaire général Ziyad al-Nakhalah, s’est rendue en visite officielle en Iran. Ils ont rencontré Mohammad Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères iranien. Zarif leur a dit que l’Iran soutiendrait toujours les Palestiniens en tant que principe fondamental de la politique étrangère iranienne. Al-Nakhalah a déclaré que la « résistance » était plus forte que par le passé, comme en témoignent les « marches du retour » et l’échec de la dernière « agression » d’Israël, à la suite de laquelle des élections anticipées ont été annoncées. Il a ajouté que les Palestiniens étaient plus déterminés que jamais à poursuivre le chemin de la « résistance » à la victoire (IRNA en arabe, 29 décembre 2018).
 ‏‏לכידהLa délégation du JIP (mojnews.com, 29 décembre 2018)   Mohammad Javad Zarif rencontre Ziyad al-Nakhalah (Agence de presse Fars en arabe, 30 décembre 2018).
Droite : Mohammad Javad Zarif rencontre Ziyad al-Nakhalah (Agence de presse Fars en arabe, 30 décembre 2018). Gauche : La délégation du JIP (mojnews.com, 29 décembre 2018)
  • La délégation a tenu d’autres réunions :
    • Le 30 décembre 2018, la délégation du JIP a rencontré Ali Shamkhani, le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale. Shamkhani a souligné que le soutien continu de l’Iran à la « résistance palestinienne » serait l’un des principes fondamentaux de la politique étrangère iranienne jusqu’à la victoire de la « résistance » (IRNA, 30 décembre 2018).
    •   Le 31 décembre 2018, la délégation a rencontré Ali Khamenei, le dirigeant suprême iranien. Khamenei a parlé de la claire équation palestinienne, selon laquelle si les Palestiniens « résistaient » [c’est-à-dire commettaient des actes de terrorisme], ils seraient victorieux et s’ils ne « résistaient » pas, ils perdraient. Il a passé en revue les développements en « Palestine », affirmant que les habitants de la bande de Gaza, malgré les pressions auxquelles ils font face, œuvrent contre « l’entité sioniste » et le « deal du siècle ». Le meilleur exemple de cela, a-t-il dit, est la « marche de retour » tous les vendredis. Il a fait l’éloge de la dernière victoire de la « résistance » sur « l’entité sioniste », qui était, selon lui, une demande de cessez-le-feu après 48 heures. Il a dit que les capacités et la force de la « résistance » étaient plus fortes que jamais auparavant, de sorte que si une guerre éclatait, Tel Aviv et toutes les autres villes seraient à portée des roquettes « résistance » (IRNA en arabe, 31 décembre 2018).
La délégation du JIP dirigée par Ziyad al-Nakhalah rencontre Ali Khamenei, le chef suprême de l'Iran (Site Internet d'Ali Khamenei, 31 décembre 2018)    La délégation du JIP dirigée par Ziyad al-Nakhalah rencontre Ali Khamenei, le chef suprême de l'Iran (Site Internet d'Ali Khamenei, 31 décembre 2018)
La délégation du JIP dirigée par Ziyad al-Nakhalah rencontre Ali Khamenei, le chef suprême de l’Iran (Site Internet d’Ali Khamenei, 31 décembre 2018)
  • Interviewée par la chaîne de télévision iranienne Al-Alam, Ziyad al-Nakhalah a affirmé que la « résistance » préparait des « surprises » pour Israël en vue de futurs affrontements. En ce qui concerne les précédentes escalades, il a déclaré que si les Israéliens avaient continué, toutes les villes d’Israël auraient été sous le feu. Il a ajouté que la « résistance » était capable de défendre les Palestiniens. Il a déclaré: « Nous les poursuivrons du sous-sol au-dessus du sol, les sionistes peuvent s’attendre à ce que nous venions de partout, postes militaires et sites civils. » Ziyad al-Nakhalah a également affirmé que le Hezbollah, le JIP, le Hamas et toutes les forces de l’axe de la « résistance » étaient en communication constante et partageaient le même point de vue sur les sionistes. Ils avaient, a-t-il affirmé, ouvert des lignes de coordination en cours sans limites ni réserves. Par conséquent, dans toute campagne future, « tout l’axe de la résistance combattra dans le nord, le sud et le centre … aujourd’hui, l’axe de la résistance est un axe et un corps contre Israël » (Site Internet AlAlam TV, 30 décembre 2018).
Prochaine visite d’Ismail Haniyeh à Moscou
  • Le 28 décembre 2018, Mikhail Bogdanov, vice-ministre russe des Affaires étrangères, a annoncé qu’Ismaïl Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, se rendrait en Russie le 15 janvier 2019 pour une visite officielle, pour des entretiens avec Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères. Il a déclaré qu’ils discuteraient de la situation au Moyen-Orient, de l’accord israélo-palestinien, de la situation dans les territoires [palestiniens], en particulier de la bande de Gaza, et du rétablissement de l’unité palestinienne (TASS, 28 décembre 2018). Haniyeh a reçu une invitation officielle à se rendre à Moscou le 28 novembre 2018, lors d’une réunion avec l’ambassadeur de Russie auprès de l’AP, Haidar Rashid (Site Internet du Hamas, 28 novembre 2018).
Evènements marquant la fondation du Fatah
  • Le 1er janvier 2019, l’Autorité Palestinienne a célébré le 54e anniversaire de la fondation du Fatah par une série d’événements en Judée-Samarie. Mahmoud Abbas a prononcé deux discours:
    • Lors d’une cérémonie sur la tombe de Yasser Arafat, Mahmoud Abbas a réitéré son objection à la « transaction du siècle », qu’il a qualifiée de « complot ». Il a dit que Jérusalem n’était pas « à vendre » et qu’elle resterait la capitale éternelle de la « Palestine ». Il a également déclaré qu’ils ne laisseraient pas les Américains la « vendre » à Israël.
    • Lors d’un discours qu’il a prononcé dans son bureau à Ramallah, Mahmoud Abbas a accusé les États-Unis d’avoir un parti pris évident en faveur d’Israël et a déclaré que les Américains n’empêcheraient pas les Palestiniens de réaliser leurs droits. Il a ajouté que l’un de ces droits était Jérusalem-Est, capitale de l’État palestinien. Il a accusé Israël de « crimes » d’incursions, de détentions et d’étranglement économique. Il a menacé que ces « crimes » ne servent qu’à élargir le cercle de la violence et de l’extrémisme. Il a ajouté que les Palestiniens continueraient d’adhérer aux organisations et conventions internationales et qu’ils prendraient activement des mesures pour passer d’une autorité à un État (Télévision palestinienne, 31 décembre 2018).
  • Dans la bande de Gaza, les forces de sécurité du Hamas ont eu recours à la violence pour limiter les événements à l’occasion de l’anniversaire de la création du Fatah (qui s’est tenu sur la place du soldat inconnu dans la ville de Gaza). Avant les événements, les forces de sécurité ont arrêté plusieurs activistes du Fatah pour les dissuader et les avertir. Selon le porte-parole du Fatah, Ataf Abu Sayif, les forces de sécurité du Hamas ont perquisitionné les maisons de centaines d’activistes du Fatah. Ils ont également menacé les propriétaires d’imprimerie en les avertissant de ne pas imprimer d’avis concernant l’événement (Wafa, 31 décembre 2018). Mahmoud al-‘Alul, président adjoint du Fatah, a déclaré que les actes du Hamas nuisaient aux efforts de réconciliation interne des Palestiniens (Télévision palestinienne, 30 décembre 2018). Iyad al-Bazam, porte-parole du ministère de l’intérieur de la bande de Gaza, a affirmé que le Hamas ne détenait pas de prisonniers du Fatah et a appelé les activistes du Fatah à cesser d’attaquer les forces de sécurité dans la bande de Gaza (Site Internet du ministère de la Sécurité intérieure, 31 décembre 2018).
Activité de l’AP sur la scène internationale
  • Riyad al-Maliki, ministre palestinien des Affaires étrangères, a déclaré que lors d’une visite à New York au cours de la seconde moitié de Janvier 2019, il demanderait au Conseil de sécurité des Nations Unies d’accepter la Palestine comme un État membre à part entière; selon les instructions reçues de Mahmoud Abbas. Il a déclaré que demander à être membre effectif au préalable des consultations et des contacts avec les membres du Conseil de sécurité était nécessaire pour s’assurer que la demande était appuyée par au moins neuf membres du Conseil. Après cela, a-t-il dit, ils feraient face au veto américain. Selon al-Maliki, si les neuf votes nécessaires n’étaient pas obtenus, ils ne porteraient pas la demande devant le Conseil de sécurité. Il a également déclaré que Mahmoud Abbas avait donné des instructions indiquant que la demande devait être présentée à plusieurs reprises (Page Facebook de la télévision palestinienne, 26 décembre 2018).
Condamnation d’Issam Aqel
  • Le 31 décembre 2018, la Cour des hautes infractions de Ramallah a condamné Issam Aqel (qualifié de «IA» dans la déclaration de culpabilité) et l’a condamné à la prison à vie avec travaux forcés. Son crime était « le transfert de terres palestiniennes vers un pays étranger » [c’est-à-dire la vente de terres à des Juifs] (Site Internet de la Haute Cour de l’Autorité palestinienne, 31 décembre 2018). Issam Aqel, qui vit à Jérusalem-Est et est également citoyen américain, a été arrêté par l’Autorité Palestinienne il y a deux mois alors qu’il se trouvait à Ramallah. Selon les médias palestiniens, après sa détention, Israël a tenté de faire pression sur l’Autorité Palestinienne pour le libérer, notamment en arrêtant le gouverneur de l’Autorité Palestinienne à Jérusalem, l’empêchant d’entrer sur le territoire de l’Autorité Palestinienne, et en arrêtant des dizaines d’habitants de Jérusalem-Est affiliés aux services de sécurité palestiniens. Les commentateurs palestiniens ont affirmé que la condamnation d’Issam Aqel était destinée à envoyer un message clair à Israël selon lequel quiconque vendrait des terres palestiniennes à des Israéliens serait sévèrement puni (Télévision al-Araby, 31 décembre 2018).
Issam Aqel (Télévision Watan, 28 novembre 2018)   Une journaliste de la chaîne de télévision Al-Araby, debout devant le bâtiment du conseil de la Haute Cour à Ramallah, relate la condamnation d'Issam Aqel (Télévision d'Al-Araby, 31 décembre 2018).
Droite : Une journaliste de la chaîne de télévision Al-Araby, debout devant le bâtiment du conseil de la Haute Cour à Ramallah, relate la condamnation d’Issam Aqel (Télévision d’Al-Araby, 31 décembre 2018). Gauche : Issam Aqel (Télévision Watan, 28 novembre 2018)
  • Le 26 décembre 2018, les forces de Tsahal ont fait exploser le cinquième tunnel terroriste du Hezbollah, qui avait été localisé quelques jours auparavant près du village d’Ayta al-Shab (à l’Est de la localité israélienne de Zar’it), dans le Sud du Liban. Avant la détonation, les forces ont appelé les habitants à évacuer le village (Porte-parole de Tsahal, 26 décembre 2018). Le 27 décembre 2018, le porte-parole de Tsahal a annoncé avoir neutralisé et détruit les tunnels d’attaque qui avaient traversé la frontière depuis la région de Kafr Kila au Sud du Liban jusqu’en territoire israélien. Les tunnels avaient été neutralisés il y a plusieurs jours de différentes manières, allant d’explosions à l’introduction de substances telles que l’eau, la bentonite[3] et le béton (Porte-parole de Tsahal, 27 décembre 2018)[4].
  • Selon le porte-parole des Tsahal, un flux de matériel aurait été vu sortant d’une structure civile à Kafr Kila, où se trouvait l’une des entrées du tunnel. Le matériau avait été introduit du côté israélien de la frontière pour neutraliser le tunnel. Un flux de matériaux a également été vu à la sortie de l’usine de fabrication de blocs de béton, signalé par Tsahal comme une autre entrée de tunnel. Selon Tsahal, « cela montre les structures civiles du Hezbollah au cœur d’une zone bâtie au Liban, une violation grave de la résolution 1701, mettant en danger des civils » (Porte-parole de Tsahal, 27 décembre 2018).

[1] Les statistiques ne comprennent pas les tirs de roquettes dans la bande de Gaza .
[2] Les principales attaques comprennent des fusillades, des attaques à l'arme blanche, des attaques à la voiture bélier et des poses d'engins piégés. Les tirs de pierres et de cocktails Molotov ne sont pas compris.

[3] Une substance qui se dilate lorsqu'elle est mélangée avec de l'eau. Elle est utilisée comme produit d'étanchéité, entre autres.

[4] A ce sujet, voir notre article (en anglaise) du 31 décembre 2018, intitulé : "Operation Northern Shield for locating and neutralizing Hezbollah tunnels on Israel’s northern border (December 30, 2018 Update)."