Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (6-12 juin 2018)

Prières du dernier vendredi du ramadan sur le Mont du Temple (Page Facebook officielle du Fatah, 8 juin 2018)

Prières du dernier vendredi du ramadan sur le Mont du Temple (Page Facebook officielle du Fatah, 8 juin 2018)

Lancer de cerfs-volants incendiaires (Page Facebook de l'autorité de la grande marche du retour, 8 juin 2018)

Lancer de cerfs-volants incendiaires (Page Facebook de l'autorité de la grande marche du retour, 8 juin 2018)

Le navire quitte Brighton (Page Facebook de Zaher Birawi, 8 juin 2018)

Le navire quitte Brighton (Page Facebook de Zaher Birawi, 8 juin 2018)

Abbas signe des protocoles internationaux en présence de Ryad al-Maliki (Wafa, 7 juin 2018)

Abbas signe des protocoles internationaux en présence de Ryad al-Maliki (Wafa, 7 juin 2018)

Conférence de presse organisée par Jibril Rajoub à la suite de l'annulation du match d'amitié entre Israël et l'Argentine (Agence de presse Wafa, 6 juin 2018)

Conférence de presse organisée par Jibril Rajoub à la suite de l'annulation du match d'amitié entre Israël et l'Argentine (Agence de presse Wafa, 6 juin 2018)

Abu Mazen accueille Jibril Rajoub dans son bureau et le remercie de la mesure (Page Facebook d'Abu Mazen, 8 juin 2018).

Abu Mazen accueille Jibril Rajoub dans son bureau et le remercie de la mesure (Page Facebook d'Abu Mazen, 8 juin 2018).

  • Près de 10 000 manifestants (beaucoup moins que prévu par le Hamas) ont participé aux manifestations du 8 juin 2018 visant à marquer la Journée de Jérusalem et la Journée de la Naksa. Les événements ont continué à être caractérisés par une conduite violente, sous la direction du Hamas. Au cours des manifestations, il y a eu des tentatives d’attaquer les soldats de Tsahal et le territoire israélien par des tirs d’armes légères et des lancers d’engins piégés et de cerfs-volants, y compris des cerfs-volants reliés à des engins explosifs improvisés. Au cours des manifestations, quatre Palestiniens ont été tués (dont deux affiliés au Hamas) et 600 ont été blessés.
  • Cette semaine, il y a eu une attaque à l’arme blanche à Afula. Une femme de 18 ans a été blessée. L’attaque a été menée par un jeune homme de Jenine, résident illégalement en Israël. Un examen du contenu des messages publiés sur sa page Facebook montre que l’auteur était religieux et faisait référence à Jérusalem (‘Jérusalem – ligne rouge », « Jérusalem est notre capitale »).
  • Les personnalités du Hamas et du Jihad Islamique Palestinien continuent d’exprimer publiquement leur satisfaction face aux résultats de la marche du retour, qui a placé la question palestinienne à l’ordre du jour international. Les responsables ont souligné que les activités continueront et ont ajouté ne pas exclure l’utilisation simultanée des armes. Il est possible d’estimer que les marches vers la clôture et la violence et les attaques terroristes qui les accompagnent continueront.
Attaque à l’arme blanche à Afula
  • Le 11 juin 2018, une femme de 18 ans a été poignardée à Afula. La jeune femme a été poignardée en attendant l’autobus et a été grièvement blessée. Après l’attaque, les forces de sécurité se sont lancées à la poursuite de l’assaillant. Après environ une heure, les forces de sécurité ont retrouvé le suspect et l’ont capturé. L’assaillant est originaire de Jenine et séjournait en Israël illégalement. Un couteau a été trouvé en sa possession (Médias israéliens, 11 juin 2018).
  • Les médias palestiniens ont rapporté que l’auteur de l’attaque à l’arme blanche était Nur al-Din al-Shannawi, 22 ans, originaire de Jenine. Il étudiait à l’Université ouverte Al-Quds. Ses parents et amis ont dit qu’il était religieux (même si les dernières photos sur les réseaux sociaux ne le montrent pas), soutenait la « résistance » (cf., le terrorisme) et y appelait. Ils ont affirmé qu’il a commis l’attaque en représailles aux actions d’Israël à Jérusalem et au Mont du Temple (Palinfo, 11 juin 2018).
  • Nur al-Din al-Shannawi possédait une page Facebook active sur laquelle il publiait divers messages. Un examen du contenu des messages sur sa page Facebook indique qu’il était religieux et appelait à prier à Jérusalem. Parmi les messages qu’il a publiés, figuraient « Jérusalem est une ligne rouge », ainsi que des appels à prier et à s’agenouiller, des photos du Coran, des photos de ses amis sur fond de Mont du Temple et un commentaire glorifiant les héros de la « résistance » à Jenine.
 Nur al-Din al-Shannawi, l'auteur de l'attaque (Page Facebook Jenine al-Hadath, 11 juin 2018)   La scène de l'attaque à Afula (Page Facebook Qudsn, 11 juin 2018).
Droite : La scène de l’attaque à Afula (Page Facebook Qudsn, 11 juin 2018). Gauche: Nur al-Din al-Shannawi, l’auteur de l’attaque (Page Facebook Jenine al-Hadath, 11 juin 2018)
Photo de Nur al-Din al-Shannawi et de ses amis sur fond d'une affiche sur laquelle on peut lire " Jérusalem ligne rouge", "Jérusalem notre capitale" (Page Facebook de Nur al-Din al-Shannawi, 6 décembre 2018)   Commentaire publié par Nur al-Din al-Shannawi sur sa page Facebook précisant :"Si tu ne peux rien faire de grand... Fais quelque chose de petit par de grands moyens".
Droite: Commentaire publié par Nur al-Din al-Shannawi sur sa page Facebook précisant : »Si tu ne peux rien faire de grand… Fais quelque chose de petit par de grands moyens ». Gauche: Photo de Nur al-Din al-Shannawi et de ses amis sur fond d’une affiche sur laquelle on peut lire  » Jérusalem ligne rouge », « Jérusalem notre capitale » (Page Facebook de Nur al-Din al-Shannawi, 6 décembre 2018)
Autres incidents
  • Le vendredi 8 juin 2018 était le dernier vendredi du jeûne du Ramadan. Des milliers de musulmans ont assisté aux prières sur le Mont du Temple. Aucun événement spécial n’a été signalé. En Judée-Samarie, les tirs de pierres et de cocktails Molotov sur les forces de sécurité et des cibles civiles se sont poursuivis. Dans les activités antiterroristes menées par les forces de sécurité israéliennes dans toute la Judée-Samarie, des suspects terroristes ont été arrêtés.
  • Lors d’affrontements avec les forces de Tsahal dans le village de Nabi Saleh, un Palestinien a été abattu après avoir lancé une pierre sur les soldats. La pierre a heurté la tête d’un des soldats. La police militaire a ouvert une enquête sur les circonstances de sa mort (Page Twitter du porte-parole de Tsahal, 6 juin 2018).
  • Les Palestiniens ont rapporté que le défunt était Izz al-Din ‘Abd al-Hafit al-Tamimi, 21 ans. Le Front démocratique a publié un avis de décès, déclarant qu’al-Tamimi a rejoint le Front démocratique en 2014. Selon la déclaration, al-Tamimi a purgé plusieurs mois de prison en Israël en raison de son appartenance à l’Union de la jeunesse démocratique et au Front démocratique et de sa participation à des activités de « résistance ». Ces derniers mois, il était recherché pour son activité au sein de la « résistance populaire » (Page Facebook de la branche de Jenine du Front démocratique, 6 juin 2018, Al-Ayyam, 7 juin 2018).
  •  Le gouvernement palestinien a accusé Israël d’avoir « exécuté » al-Tamimi. Le porte-parole du gouvernement, Yusef al-Mahmoud, a déclaré que l’incident attestait du niveau de formation des soldats israéliens et de leur expérience dans l’assassinat de résidents palestiniens. Selon Saeb Erekat, secrétaire du comité exécutif de l’OLP, l’incident ne passera pas tranquillement et se référera à la Cour pénale internationale (CPI) (Chaîne de télévision palestinienne, 7 juin 2018).

Avis de décès publié par le Front démocratique après la mort d'Izz al-Din 'Abd al-Hafit al-Tamimi (Page Facebook de la branche de Jenine du Front démocratique, 6 juin 2018)
Avis de décès publié par le Front démocratique après la mort
d’Izz al-Din ‘Abd al-Hafit al-Tamimi (Page Facebook de la branche de
Jenine du Front démocratique, 6 juin 2018)

  • Ci-après les principaux événements :
    • Le 10 Juin 2017 – Des gardes-frontières stationnés à l’une des positions proches du Caveau des Patriarches à Hébron ont identifié un objet suspect. Les fouilles ont révélé que l’engin était relié à deux petites bonbonnes de gaz. Les engins ont été neutralisés (Page Facebook Red Alert, 10 juin 2018).
    •  Le 7 Juin 2018 – Lors de la visite d’un groupe de touristes sur le Mont du Temple, des pierres ont été lancées, ainsi que des chaises et d’autres objets. Un certain nombre de touristes ont été blessés. Au cours de l’activité de la police, un policier a été blessé par une pierre. Deux suspects ont été arrêtés (Page Facebook Red Alert, 7 juin 2018).
    • Le 7 juin 2017 – Au cours de recherches effectuées par les forces de Tsahal dans le village de Husan (Sud-Ouest de Bethléem) des milliers de dollars pour financer le Hamas ont été saisis (Page Facebook Red Alert, 10 Juin 2018).
    • Le 7 juin 2018 – Des troubles violents ont eu lieu au cours d’une activité des forces de sécurité israéliennes à Naplouse. Des centaines de Palestiniens ont lancé des pierres et des blocs sur les forces. Les forces ont réagi en dispersant des manifestations. Un soldat a été légèrement blessé (Page Facebook Red Alert, 7 juin 2018).
Principaux attentats de l’année écoulée[1]

Principaux attentats de l'année écoulée

La marche du retour du 8 juin 2018
  • Les événements du vendredi 8 juin 2018 à la frontière entre la bande de Gaza et Israël visaient à marquer la Journée mondiale de Jérusalem (célébrée chaque année par l’Iran) et la Journée de la Naksa (anniversaire de la défaite des Etats arabes dans la guerre des Six Jours). La manifestation a été suivie par plus de 10 000 manifestants, un nombre similaire à celui des manifestations de la semaine dernière, qui étaient bien inférieures aux attentes du Hamas. Les émeutiers étaient actifs dans cinq endroits principaux le long de la barrière de sécurité.
  • Pendant les manifestations, plusieurs attentats ont été perpétrés contre des soldats de Tsahal et le territoire israélien au moyen de tirs d’armes légères, de bombes et de cerfs-volants piégés. Quatre Palestiniens ont été tués (deux dépendant du Hamas et deux autres à l’affiliation organisationnelle inconnue) et près de 600 ont été blessés. La veille de la marche, un discours du conseiller de Khamenei a été retransmis sur écran vidéo lors d’une cérémonie à Gaza et l’Iran a également fourni une aide financière aux familles des personnes tuées dans les marches au prix de 500 dollars par famille.[2].
Le terrorisme des cerfs-volants
  • Pendant la semaine écoulée, des cerfs-volants incendiaires ont continué à être utilisés. De nombreux cerfs-volants ont été lancés en Israël au cours de la semaine et pendant la marche du 8 juin 2018. Beaucoup d’entre eux ont causé des incendies dans des dizaines d’endroits et des dommages ont été signalés (lors des manifestations du vendredi, 45 incendies ont été détectés). Le Hamas et les autres organisations terroristes sont conscients des dommages causés à Israël par le lancer des cerfs-volants, et ils encouragent son utilisation. Les individus impliqués dans les lancers de cerfs-volants agissent dans le cadre des « unités Al-Zuhari » ou « unités des fils d’Al-Zuhari », du nom de l’ingénieur tunisien Muhammad Al-Zuhari, qui a travaillé pour le Hamas et a été tué à Tunis. À la lumière de la « réussite » des lancers de cerfs-volants, les Palestiniens lancent aussi des ballons d’hélium équipés d’engins explosifs.
  • Le 9 juin 2018, des avions de l’armée de l’air israélienne ont tiré des coups de semonce contre une cellule préparant des explosifs dans la zone de Beit Hanoun, dans le Nord de la bande de Gaza. Le 10 juin 2018, des démineurs de la police ont été convoqués pour neutraliser un engin piégé attaché à un cerf-volant et trouvé par des enfants dans l’une des localités proches de la bande de Gaza. Selon la police, le but de l’objet était apparemment de faire des victimes. Les résidents des localités autour de la bande de Gaza ont été avertis de ne pas s’approcher des cerfs-volants ni de les toucher.
Lancer de cerfs-volants incendiaires (Page Facebook de l'autorité de la grande marche du retour, 8 juin 2018)    Lancer de cerfs-volants incendiaires (Page Facebook de l'autorité de la grande marche du retour, 8 juin 2018)
Lancer de cerfs-volants incendiaires (Page Facebook de l’autorité de la grande marche du retour, 8 juin 2018)
Tentative de franchir la barrière
  • Même en l’absence de marches, les Palestiniens tentent de franchir la barrière de sécurité et d’atteindre le territoire israélien. Les médias palestiniens ont rapporté que des jeunes palestiniens avaient réussi à franchir le terminal de Karni et à incendier un poste d’observation et du matériel de Tsahal (Télévision Al-Jazeera, 9 juin 2018.) Le 10 juin 2018, Tsahal a arrêté trois Palestiniens qui tentaient de franchir la barrière de sécurité dans la zone de Zikim et deux autres dans la région de Nahal Oz. Les Palestiniens n’étaient pas armés et ont été transférés pour être interrogés (Page Facebook Red Alert, 10 juin 2018).
Tirs de roquettes[3]
  • Aucune roquette ni obus de mortier n’ont été identifiés en territoire israélien.
Tirs de roquettes et d’obus de mortier au cours de l’année écoulée

Tirs de roquettes et d'obus de mortier au cours de l'année écoulée

* Nombre de roquettes et d’obus de mortier. Il est impossible de distinguer les tirs de roquettes d’obus de mortier.

Répartition annuelle des tirs de roquettes

Répartition annuelle des tirs de roquettes

* Estimation du nombre de roquettes et d’obus de mortier tirés au cours des deux salves.

Tsahal attaque un tunnel sous-marin du Hamas
  • Le 3 juin 2018, l’armée de l’air israélienne a attaqué un tunnel sous-marin dans le Nord de la bande de Gaza qui était utilisé par les plongeurs d’élite du Hamas pour entrer dans la mer sans être exposé. Il s’agit d’un tunnel similaire à celui construit pour les canalisations d’égouts. Le tunnel, qui sortait d’un avant-poste du Hamas à trois kilomètres au Sud de la frontière avec Israël, courrait sous la terre à quelques dizaines de mètres de la mer et de là dans un chenal caché à 2-3 mètres sous l’eau, permettant aux plongeurs du Hamas de sortir sans être identifiés par Tsahal (Porte-parole de Tsahal, 10 juin 2018).
  •  La marine a estimé que les membres du Hamas s’étaient entraînés à plusieurs reprises dans le tunnel et qu’ils prévoyaient de se rendre à Zikim ou Ashkelon et d’attaquer une localité israélienne ou un site stratégique proche, comme un pipeline ou la centrale d’Ashkelon. Un haut officier de la marine a déclaré que Tsahal était au courant de l’existence du tunnel depuis plusieurs mois et que le moment de l’attaque avait été déterminé par des considérations opérationnelles, et a ajouté que la force navale du Hamas pourrait avoir des tunnels similaires (Ynet, 10 juin 2018.) Au cours de l’Opération Bordure Protectrice (Juillet 2014) lors d’une tentative du Hamas d’effectuer une attaque sur la plage de Zikim, un tunnel similaire avait été découvert.

Tunnel terroriste sous-marin du Hamas au Nord de la bande de Gaza, attaqué par Tsahal (Site Internet du porte-parole de Tsahal, 10 juillet 2018)
Tunnel terroriste sous-marin du Hamas au Nord de la bande de Gaza,
attaqué par Tsahal (Site Internet du porte-parole de Tsahal, 10 juillet 2018)

La situation humanitaire dans la bande de Gaza
  • La compagnie d’électricité de la bande de Gaza a annoncé que l’approvisionnement en électricité est maintenant de quatre heures avec et 16 heures sans (Filastin al-Yawm, 10 juin 2018). À la suite de la fermeture des pompes en raison de la crise de l’électricité, il a été rapporté que 150 000 mètres cubes d’eaux usées sont déchargées chaque jour (Compte Twitter Amamah, 10 juin 2018). Les hôpitaux ont signalé une pénurie de 230 types de médicaments pour les patients atteints d’une maladie bénigne et un manque d’équipement de base et d’équipement médical dans tous les hôpitaux (Compte Twitter Amamah, 10 juin 2018).
  • Au cours de la semaine, plusieurs délégations sont arrivées avec de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza. Des dons et des colis de vivres ont également été envoyés dans la bande de Gaza. Ci-après les principales activités humanitaires :
    • Le 9 juin 2018, une délégation de Malaisie est arrivée dans la bande de Gaza (Agence de presse Ma’an, 9 juin 2018).
    •  Une délégation du Maroc dirigée par l’ambassadeur du Maroc en Egypte est arrivée dans la bande de Gaza par le terminal de Rafah. Avec la délégation de 165 personnes, 13 camions chargés d’équipement pour l’établissement d’un hôpital de campagne sont arrivés (Palinfo, 8 juin 2018). Ahmed Bounim, chef de la délégation médicale du Maroc, a indiqué que l’équipe médicale comprend 13 médecins et 21 infirmiers, techniciens, employés administratifs et logisticiens. L’hôpital peut accueillir trente lits et, en cas d’urgence, soixante (Radio Altonia, 10 juin 2018).
    • L’Union européenne a annoncé un don de 15 millions d’euros pour des familles dans la bande de Gaza et en Judée-Samarie (Agence de presse Wafa, 11 juin 2018).
    • TIKA, l’agence turque de coordination et de coopération, a annoncé qu’elle avait transféré 15 000 colis de vivres dans la bande de Gaza. L’agence continue de livrer des médicaments et des détergents aux hôpitaux relevant du ministère de la Santé et a lancé une nouvelle initiative pour fournir du matériel médical et des médicaments à 15 000 Palestiniens blessés lors de la « Marche du retour » (Anatolie, 10 juin 2018).
Déclarations de responsables de la bande de Gaza
  • Les hauts responsables du Hamas et du Jihad islamique palestinien ont exprimé leur satisfaction à l’égard de la « marche du retour » qui, à leur avis, a marqué de nombreuses réalisations pour les Palestiniens, et a surtout ramené la question palestinienne à l’ordre du jour international. Dans leurs déclarations, les dirigeants du Hamas et d’autres organisations ont souligné que les activités le long de la barrière se poursuivront jusqu’à la « libération de la Palestine » et qu’elles n’excluent pas l’utilisation des armes. Ci-après quelques déclarations :
    • Ismail Haniya, chef du bureau politique du Hamas à Damas, a décrit la marche du retour comme « la victoire du peuple palestinien, la victoire de la conscience stratégique et la victoire de la stratégie de stabilité et de fermeté. » Selon Haniya, la question de la Palestine, grâce aux marches, est la première priorité des organisations internationales. Il a ajouté que le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni à quatre reprises pour discuter de la question (Télévision Al-Jazeera, 9 juin 2018).
    • Ismail Haniya s’est exprimé lors d’une cérémonie dans la ville de Gaza à l’occasion de la Journée mondiale de Jérusalem et en hommage aux familles des personnes tuées lors des marches. Il a dit que bien que les Palestiniens sacrifient leurs fils dans les marches, c’était « le moyen le plus approprié de la lutte à ce stade. » Haniyeh a noté que les marches ont conduit à une percée politique et médiatique dans la gestion de la lutte avec Israël, la libération de la Palestine et la reconnaissance du « droit au retour ». Les manifestations ont également prouvé qu’en dépit du « siège », il y a un peuple palestinien qui peut prendre des initiatives et porter la question palestinienne au sommet de l’agenda (Télévision Al-Aqsa, 7 juin 2018).
    • Khalil al-Hayeh, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré dans un discours prononcé dans le cadre d’activités de prédicateurs dans la ville de Gaza que le rôle des dignitaires religieux est de répandre l’idée du jihad parmi les manifestants. Il a noté que c’est le moment le plus approprié pour inciter les croyants contre l’occupation et assimiler l’idée de « résistance » (cf., le terrorisme). Il a dit que « l’arme de la résistance » était « l’armure des marches » et que s’ils devaient utiliser des armes à feu, ils le feraient (Télévision Al-Aqsa, 6 juin 2018).
    •  Khaled al-Batash, haut responsable du Jihad islamique palestinien, a annoncé que la « marche du retour » se poursuivrait. Al-Batash a noté que ces marches ont ramené la question palestinienne à l’ordre du jour. Al-Batash a également souligné qu’à côté des marches, les Palestiniens se réservent le droit de réagir à toute agression israélienne et que les deux moyens de résistance continueront à exister simultanément sans annuler l’autre (Télévision Al-Aqsa, 7 juin 2018).
Flottille vers la bande de Gaza

Les navires de la flottille continuent de circuler dans les ports européens afin d’étendre le soutien à la flottille avant leur départ pour la bande de Gaza. Le 7 juin 2018, quatre navires ont quitté le port d’Amsterdam et se sont dirigés dans des directions différentes. Les quatre navires doivent se rencontrer à la mi-juin et naviguer ensemble vers la bande de Gaza (Denya Alotan, 7 juin 2018).

  • Ci-après la route des navires:
    • L’Al-Odeh, le plus grand des quatre navires, avec une vingtaine de militants à bord, a jeté l’ancre dans l’île de Jersey et a ensuite atteint le port de La Rochelle dans le Sud de la France. Le navire a quitté le port de La Rochelle le 10 juin (Compte Twitter de la Freedom Fleet Coalition, 10 juin 2018). Le navire a été rejoint par Cristina Honorato, membre du conseil municipal de Séville (Compte Twitter de la Freedom Fleet Coalition, 9 juin 2018) et l’ancien coordinateur du projet Gaza Ark, Eony Farhat (Page Facebook, 7 juin 2018).
    • Le navire Al-Hariyah, avec 12 activistes, est arrivé au port de Baritone en Grande-Bretagne le 8 juin 2018 (Page Facebook de Zaher Birawi, 8 juin 2018).
    • Deux voiliers Mairead et Falestine, chacun avec huit activistes, ont quitté Rotterdam pour la Belgique et la France. Les navires sont en retard pour des réparations en Belgique et devraient arriver à Paris entre le 17 et le 19 juin (Compte Facebook Plateforme Palestine (Réseau français d’ONG pour la Palestine), 11 juin 2018).
Le navire quitte Brighton (Page Facebook de Zaher Birawi, 8 juin 2018)    Eoni Farahat avec Charlie Andreasson, un activiste suédois à bord de l'Al-Odeh (Page Facebook d'Eoni Farahat, 10 juin 2018).
Droite : Eoni Farahat avec Charlie Andreasson, un activiste suédois à bord de l’Al-Odeh
(Page Facebook d’Eoni Farahat, 10 juin 2018). Gauche: Le navire quitte Brighton
(Page Facebook de Zaher Birawi, 8 juin 2018)
 
Activités sur la scène internationale
  • Le 13 juin 2018, une réunion d’urgence de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la question palestinienne est prévue, à la demande de l’Algérie, du représentant de la Ligue arabe et de la Turquie afin de discuter des activités d’Israël dans la bande de Gaza et de la mort de manifestants près de la barrière depuis le 30 mars 2018. Un projet de résolution visant à accorder un parrainage international aux Palestiniens de la bande de Gaza devrait être présenté à la réunion, selon Riyad Mansour, représentant de l’Autorité Palestinienne auprès des Nations Unies (Al-Watan, 11 juin 2018). Il convient de noter qu’une version similaire de la résolution soumise à l’Assemblée générale a été discutée par le Conseil de sécurité de l’ONU et rejetée par un veto américain.
L’AP rejoint des conventions internationales
  • Abu Mazen a signé sept nouvelles conventions internationales, y compris le Protocole spécial pour l’abolition de la peine de mort (Agence de presse Wafa, 6 juin 2018). Dans un entretien, Saeb Erekat, secrétaire du comité exécutif de l’OLP, a déclaré que le fait que l’AP rejoigne des protocoles internationaux lui impose de se conformer à la loi afin de répondre aux obligations qui en découlent. Il a également dit que le dernier geste serait de déposer une demande auprès du tribunal International de La Haye (Radio Voix de la Palestine, 7 juin 2018).
  • Erekat a également noté qu’avec l’adhésion de l’AP aux derniers accords, elle fait maintenant partie intégrante de quelque 117 accords internationaux. Erekat a déclaré que l’accord le plus important signé par Abu Mazen était le protocole d’abolition de la peine de mort (Chaîne de télévision gouvernementale palestinienne, 7 juin 2018).

Abbas signe des protocoles internationaux en présence de Ryad al-Maliki (Wafa, 7 juin 2018)
Abbas signe des protocoles internationaux en présence de Ryad al-Maliki (Wafa, 7 juin 2018)

Réactions palestiniennes au vote de la loi permettant de déduire les fonds destinés à l’AP
  • Le 11 juin 2018, le Comité des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset a approuvé à l’unanimité les deuxième et troisième lectures de la loi autorisant la déduction des compensations dues aux incendies des fonds transférés par l’Autorité Palestinienne aux familles de terroristes. L’Autorité palestinienne a vivement critiqué l’adoption de la loi, affirmant qu’elle contredit toutes les lois internationales. Les Palestiniens ont également souligné qu’ils ne renonceraient pas aux paiements aux familles des prisonniers et des morts. Voici quelques déclarations:
  • Le porte-parole de l’AP Yossef al-Mahmoud a condamné « la piraterie israélienne et le vol de fonds palestiniens » sous le couvert d’un projet de loi à la Knesset. Al-Mahmoud a souligné qu’aucune entité dans le monde ne pouvait forcer les dirigeants palestiniens à abandonner les prisonniers et les chahids qui sacrifient leurs vies pour la liberté et l’indépendance de leur peuple. Al-Mahmoud a ajouté que toutes les mesures prises par les « autorités d’occupation » contre les Palestiniens et leurs biens étaient nulles et non avenues et ne pouvaient être qualifiées de lois (Agence de presse Wafa, 11 juin 2018).
  •  Osama al-Qawasmi, porte-parole du Fatah et membre du Conseil révolutionnaire, a déclaré que la loi adoptée par la Knesset équivaut à un « acte de piraterie » contraire à toutes les conventions internationales. Il a également noté que la loi contribue à l’escalade et à la tension dans la région (Agence de presse Wafa, 11 juin 2018).
  • Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a déclaré que l’argent des Palestiniens était leur propriété et qu’il était impossible d’en accepter le vol par Israël. Il a appelé à une action contre « les lois racistes et les politiques oppressives » à travers une stratégie nationale forte et efficace. L’annonce appelle également à un réexamen des Accords d’Oslo et de ses annexes, et l’Autorité palestinienne doit continuer à payer les prisonniers et les familles des martyrs et des blessés comme un premier pas contre cette politique.
Annulation d’une rencontre amicale entre Israël et l’Argentine
  • L’annulation de la rencontre amicale entre Israël et l’Argentine à Jérusalem a été présentée par les Palestiniens comme une réalisation significative dans leur lutte politique contre Israël. Abbas a accueilli Jibril Rajoub, le président de l’Association palestinienne de football et l’a remercié pour le mouvement qui a conduit à l’annulation du jeu (Page Facebook de Mahmoud Abbas, 8 juin 2018).
  • Au cours d’une conférence de presse, Jibril Rajoub a salué la décision de la délégation argentine de ne pas se rendre en Israël et a dit que l’annulation de la rencontre est « une gifle au visage du gouvernement israélien. » Saeb Erekat a salué cette décision, la qualifiant d’échec du terrorisme d’Etat d’Israël (Page Facebook de Saeb Erekat, 6 juin 2018).
Conférence de presse organisée par Jibril Rajoub à la suite de l'annulation du match d'amitié entre Israël et l'Argentine (Agence de presse Wafa, 6 juin 2018)   Abu Mazen accueille Jibril Rajoub dans son bureau et le remercie de la mesure (Page Facebook d'Abu Mazen, 8 juin 2018).
Droite : Abu Mazen accueille Jibril Rajoub dans son bureau et le remercie de la mesure (Page Facebook d’Abu Mazen, 8 juin 2018). Gauche : Conférence de presse organisée par Jibril Rajoub à la suite de l’annulation du match d’amitié entre Israël et l’Argentine (Agence de presse Wafa, 6 juin 2018)
  • Le ministère palestinien des Affaires étrangères a salué la décision argentine. Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que l’annulation du jeu constitue un message fort et clair à la société israélienne que la tentative des politiciens israéliens de réhabiliter l’image de l’occupation en introduisant la politique dans le sport et la culture n’a pas fonctionné. Le ministère des Affaires étrangères a remercié l’Association argentine et les joueurs qui ont insisté pour l’annulation du jeu (Amad, 6 juin 2018). Le porte-parole du gouvernement a salué la décision du syndicat argentin du football d’annuler le match de football et a condamné les déclarations faites par les hauts responsables israéliens (Agence de presse Wafa, 6 juin 2018).

Caricature publiée dans le quotidien Al-Hayat Al-Jadida, qui présente la
réussite palestinienne suite à l’annulation du match amical entre Israël et
l’Argentine (Al-Hayat Al-Jadeeda, 10 juin 2018)

Manifestation à Ramallah contre la politique de sanctions de l’AP envers la bande de Gaza
  • Une manifestation a lieu dans la ville de Ramallah, au cours de laquelle les participants ont dénoncé les sanctions imposées par l’Autorité Palestinienne à la bande de Gaza et ont exigé leur retrait. Les événements ont été initiés par des militants politiques, dont Muhammad al-Kik, un journaliste au Hamas et Atzam Abedin, conseiller juridique de l’organisation Al-Hak.
  • Les manifestants ont déclaré que les manifestations se poursuivaient jusqu’à la levée des sanctions imposées (Télévision Al-Aqsa, 11 juin 2018). Une autre marche est prévue à Ramallah le 12 juin et un rassemblement aura lieu devant le siège de l’OLP (Compte Twitter du bloggeur Ahmed Albikawi, 10 juin 2018).
  • Des Palestiniens affiliés au Fatah et au organismes de l’AP se sont opposés à la manifestation (Sheikha Qods, 10 juin 2018). Des affiches publiées par le Fatah ont précisé que les coupables du Hamas dans la bande de Gaza sont à l’origine de toutes les catastrophes et, que depuis le coup d’État, l’Autorité Palestinienne a dépensé 17 milliards de dollars dans la bande de Gaza (Agence de presse Ma’an, 10 juin 2018 ; Al-Resalah-net, 9 juin 2018).
 Affiches accrochées sur des bâtiments dans la zone de la place Al-Manarah, apparemment par des membres du Fatah.    Affiches accrochées sur des bâtiments dans la zone de la place Al-Manarah, apparemment par des membres du Fatah.
Affiches accrochées sur des bâtiments dans la zone de la place Al-Manarah, apparemment par des membres du Fatah.
Affiches accrochées sur des bâtiments dans la zone de la place Al-Manarah, apparemment par des membres du Fatah. L’affiche à droite précise : Le coup du Hamas est la source de tous les désastres. A gauche : « Pendant les années du coup d’État, 17 milliards de dollars ont été dépensés par l’Autorité Palestinienne dans la bande de Gaza »; « Gaza n’oubliera pas et ne pardonnera pas [le 14 juin 2007] le meurtre, la destruction, les arrestations et la famine » (Page Facebook officielle du Fatah, 11 juin 2018; Compte Twitter nnewss8, 10 juin 2018)

[1] Les principales attaques consistent en des fusillades, des attaques à l'arme blanche, à la voiture bélier et la pose d'engins piégés et ne comprennent pas les tirs de pierres et de cocktails Molotov.
[2] A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 11 juin 2018 intitulé "The “great return march:” Demonstrations and riots, Friday, June 8, 2018, à l'adresse http://www.terrorism-info.org.il/en/great-return-march-demonstrations-riots-friday-june-8-2018/

[3] Les statistiques ne comprennent pas les roquettes qui se sont abattues dans la bande de Gaza.