Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (6-12 février 2019)

Image may contain: one or more people, sky, grass, outdoor and nature

Participants à la "marche du retour" dans l'Est de Khan Yunis (Page Facebook de l'Autorité nationale, 8 février 2019)

Image may contain: 1 person, crowd, sky and outdoor

Participants à la "marche du retour" dans l'Est de Khan Yunis (Page Facebook de l'Autorité nationale, 8 février 2019)

La

La "marche du retour" dans la région de Rafah (Page Facebook de l'Autorité nationale, 8 février 2019)

La

La "marche du retour" dans la région de Rafah (Page Facebook de l'Autorité nationale, 8 février 2019)

Isma’il Radwan lors des activités de la

Isma’il Radwan lors des activités de la "marche du retour" (Page Facebook d’Isma’il Radwan, 8 février 2019)

Isma’il Radwan lors des activités de la

Isma’il Radwan lors des activités de la "marche du retour" (Page Facebook d’Isma’il Radwan, 8 février 2019)

Activité

Activité "Unité de harcèlement de nuit" (Compte Twitter PalinfoAr, 11 février 2019)

Les couteaux trouvés en possession des deux Palestiniens au passage de Qalandia (Police israélienne, 10 février 2019)

Les couteaux trouvés en possession des deux Palestiniens au passage de Qalandia (Police israélienne, 10 février 2019)

Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, en réunion à Beyrouth avec le secrétaire général du JIP, Ziyad al-Nakhalah (Compte Twitter Palinfo, 10 février 2019).

Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, en réunion à Beyrouth avec le secrétaire général du JIP, Ziyad al-Nakhalah (Compte Twitter Palinfo, 10 février 2019).

Le ministre des Affaires étrangères iranien en réunion à Beyrouth avec Saleh al-'Arouri, chef adjoint du bureau politique du Hamas (Chaîne al-Mayadeen, 11 février 2019)

Le ministre des Affaires étrangères iranien en réunion à Beyrouth avec Saleh al-'Arouri, chef adjoint du bureau politique du Hamas (Chaîne al-Mayadeen, 11 février 2019)

  • Lors de la “marche du retour” dans la bande de Gaza le vendredi 8 février 2019, le niveau de violence était relativement élevé. Des engins piégés et des grenades ont été lancés sur les forces de Tsahal et plusieurs tentatives ont été faites pour franchir la barrière de sécurité. En outre, il semblerait que le Hamas et les autres organisations terroristes palestiniennes appliquent leurs menaces récentes en renouvelant les mini-flottilles et les activités de “l’unité de harcèlement de nuit” avec des déclarations d’intention de renouveler le lancer de ballons incendiaires (qui n’ont pas encore été identifiés en territoire israélien).
  • Selon nous, l’augmentation du niveau de violence tient à l’échec de la dernière série de pourparlers au Caire et aux divergences d’opinion entre le Hamas et le Jihad islamique palestinien (JIP) concernant la dose souhaitable de violence. Le Hamas continue de réglementer la violence pour l’empêcher de se transformer en un vaste conflit militaire avec Israël.
  • En Judée-Samarie, un attentat a coûté la vie à une jeune femme israélienne près du zoo biblique de Jérusalem. Les forces de sécurité israéliennes ont rapidement retrouvé le meurtrier, un Palestinien de Hébron. L’enquête a révélé que le meurtre était motivé par des raisons nationalistes. Les médias de l’Autorité palestinienne (PA) ont ignoré le meurtre.
La marche du retour (8 février 2019)
  • Le 8 février 2019, s’est tenue la 46ème “marche du retour” sur le thème “Aucun compromis pour lever le siège.” Environ 9 500 Palestiniens se sont rassemblés sur cinq sites (une légère baisse par rapport à la semaine précédente). Le niveau de violence était relativement élevé. Au cours des événements, des engins piégés et des grenades à main ont été lancés sur les forces de Tsahal et plusieurs tentatives ont été faites pour franchir la barrière de sécurité.
Les émeutiers sabotent la clôture de barbelés près de la barrière de sécurité (Page Facebook de l'Autorité nationale, 9 février 2019)    Les émeutiers sabotent la clôture de barbelés près de la barrière de sécurité (Page Facebook de l'Autorité nationale, 9 février 2019)
Les émeutiers sabotent la clôture de barbelés près de la barrière de sécurité (Page Facebook de l’Autorité nationale, 9 février 2019)
  • Comme chaque vendredi, des personnalités du Hamas et des autres organisations terroristes ont participé aux événements. Ils ont déclaré que les marches se poursuivraient “jusqu’à ce qu’ils aient atteint leurs objectifs” et ont critiqué la décision de l’Autorité palestinienne d’arrêter de payer les salaires :
    • Le haut responsable du Hamas, Isma’il Radwan, a appelé la nation arabe à prendre des mesures pour lever le “siège” sur la bande de Gaza. Il a vivement critiqué la normalisation des relations des États arabes avec Israël et les sanctions imposées par l’Autorité palestinienne à la bande de Gaza, notamment l’arrêt du paiement des salaires des responsables et des prisonniers [terroristes] (Télévision al-Aqsa, 8 février 2019).
    • Ahmed Bahar, vice-président du Conseil législatif, a déclaré que les “marches du retour” se poursuivraient jusqu’à ce qu’elles aient atteint leurs objectifs. Il a vivement critiqué l’Autorité palestinienne pour avoir arrêté les salaires (Al-Aqsa, 8 février 2019).
  • L’agence de presse palestinienne a rapporté que lors de la dernière “marche du retour”, 25 Palestiniens ont été blessés (par balles et tirs de gaz), et deux ont été tués (Wafa, 9 février 2019). L’un des émeutiers qui a été tué était un membre de “l’unité d’incendie de pneus” de la région de Zeitoun (Page Facebook “unité d’incendie de pneus” dans la région de Zeitoun, 9 février 2019). L’autre victime était un garçon de 14 ans. Mahmoud Abbas a publié une proclamation selon laquelle une salle de réunion dans la Muqata’a à Ramallah serait nommée en l’honneur du garçon tué, de même qu’une chaire du Conseil national palestinien et du conseil central de l’OLP. Mahmoud Abbas devrait également inviter les parents du garçon à une réunion à Ramallah dans environ un mois (Ma’an, 9 février 2019).
  •  À la suite des deux victimes, des appels ont été entendus, en particulier de la part de membres du JIP, pour se venger de ces morts. Le porte-parole du JIP, Musab al-Brim, a averti qu’Israël comprendrait bientôt que son terrorisme ne vaincra pas les Palestiniens (Filastin al-Yawm, 8 février 2019). Le Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP) a salué ces morts et a déclaré que les méthodes de levée du “siège” sur la bande de Gaza allaient s’intensifier. Le FDLP a déclaré que le peuple palestinien n’accepterait pas une accalmie en échange d’argent et que le “siège” devait être levé sans condition (Safa, 8 février 2019).
  • L’Autorité nationale de la marche du retour a annoncé que le thème de la marche du 15 février 2019 serait “La bande de Gaza ne peut pas être divisée ou défaite” (Télévision Al-Alsa, 8 février 2019).
Délibérations sur la poursuite et le caractère des “marches dur retour”
  • Après environ dix mois de “marches du retour” hebdomadaires, le porte-parole du JIP, Da’ud Shehab, a déclaré que l’Autorité nationale suprême évaluait sa première année d’activités et planifiait ses activités dans un proche avenir. Rabah Muhanna, membre du bureau politique du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), a déclaré que des erreurs avaient été commises lors des “marches du retour” et qu’ils continueraient à travailler pour que ces manifestations servent la cause palestinienne.
    Après la mort des deux Palestiniens dans la “marche du retour”, les réseaux sociaux du Hamas ont fait l’objet de critiques, en particulier de membres du Fatah, qui se sont opposés au prix élevé réclamé par les “marches de retour” et à l’utilisation d’adolescents pour promouvoir des objectifs politiques. Certains ont même commencé une campagne twitter pour arrêter les manifestations avec le hashtag “barbedwire_biglie”.
Escalade de la violence de la bande de Gaza
  • Récemment, le niveau de violence au cours des manifestations a augmenté. Elle comprenait le renouvellement des mini-flottilles et les activités de “l’unité de harcèlement de nuit”, ainsi que les déclarations d’intention de renouveler le lancer de cerfs-volants et de ballons incendiaires en territoire israélien (arrêté il y a quelques mois, à la suite des accords conclus entre Israël et le Hamas après la vague d’escalade du 13 novembre 2018). [1]
  • Les activités de “l’unité de harcèlement de nuit” ont été particulièrement sévères : Dans la nuit du 10 février 2019, des dizaines de Palestiniens se sont révoltés contre les forces de Tsahal près de la barrière de sécurité dans le Nord de la bande de Gaza, à l’Est de Jabaliya. La nuit suivante, l'”unité de harcèlement de nuit” a organisé une autre émeute au cours de laquelle des centaines de Palestiniens se sont rassemblés dans l’Est de la bande de Gaza, brûlant des pneus et lançant des engins piégés (Compte Twitter Palinfo, page Facebook de l’Autorité nationale suprême et page de l”Unité de harcèlement de nuit” 11 février 2019). En outre, plusieurs Palestiniens ont signalé le lancer de ballons incendiaires, mais aucun n’a été identifié en territoire israélien.
 Charrette de pneus à brûler (Page Facebook «Unité de harcèlement de nuit», 10 février 2019)   Les membres de "l'unité de harcèlement de nuit" se rassemblent pour se préparer à leurs activités.
Droite : Les membres de “l’unité de harcèlement de nuit” se rassemblent pour se préparer à leurs activités. Gauche : Charrette de pneus à brûler (Page Facebook «Unité de harcèlement de nuit», 10 février 2019)
Matériel préparé par "l'unité de harcèlement de nuit" pour ses activités (Page Facebook de "l'unité de harcèlement de nuit", 11 février 2019)   Matériel préparé par "l'unité de harcèlement de nuit" pour ses activités (Page Facebook de "l'unité de harcèlement de nuit", 11 février 2019)
Matériel préparé par “l’unité de harcèlement de nuit” pour ses activités (Page Facebook de “l’unité de harcèlement de nuit”, 11 février 2019)
  • Dans l’intervalle, l’Autorité nationale suprême a tenu une conférence de presse pour annoncer que la 23ème mini-flottille se déroulerait dans le Nord de la bande de Gaza le 12 février 2019. Son objectif est prétendument d’envoyer un message à la communauté internationale et à Israël selon lequel le peuple palestinien et la “résistance” [c’est-à-dire les organisations terroristes] vont déjouer tous les complots. Il a également été déclaré que le peuple palestinien recourrait fermement à toutes les formes de “résistance” jusqu’à la levée du “siège” de la bande de Gaza (al-Aqsa, 11 février 2019). 
Tirs de roquettes sur Israël
  • Le 7 février 2019, une roquette a été lancée depuis la bande de Gaza dans le Néguev occidental. Aucune victime ou dommage n’a été signalé. Selon les médias, l’engin aurait été lancé en représailles de la mort du prisonnier terroriste Fares Baroud, originaire de la bande de Gaza, décédé des suites d’une maladie à l’hôpital de Beersheba.
  • En réponse aux tirs de roquettes, un char de Tsahal a attaqué un poste du Hamas dans le Sud de la bande de Gaza (Porte-parole de Tsahal, 6 février 2019). Les médias palestiniens ont rapporté que les forces de Tsahal avaient attaqué les cibles suivantes : un poste d’observation “de la résistance” à l’Est de Rafah (Compte Twitter Palinfo, 6 février 2019); un poste d’observation de la “force de retenue” [du Hamas] à l’Est de Khan Younis (Shehab, 6 février 2019); deux postes de la branche armée du Hamas, l’un à l’Est de Rafah et l’autre à l’Est de Deir al-Balah (al-Hadith, 6 février 2019).
Tirs de roquettes et d’obus de mortier de l’année écoulée

Tirs de roquettes et d'obus de mortier de l'année écoulée

Répartition annuelle des tirs

Répartition annuelle des tirs

Tentative d’intrusion en Israël par voie maritime
  • Les forces de défense israéliennes ont identifié un Palestinien franchissant la barrière de sécurité située au Nord de la bande de Gaza en territoire israélien. Non armé, il a été arrêté et emmené pour interrogatoire (Porte-parole de Tsahal, 10 février 2019)
Une jeune Israélienne poignardée à mort à Jérusalem
  • Le matin du 7 février 2019, une Israélienne de 19 ans a quitté son lieu de travail pour se rendre au musée en plein air d’Ein Yael près du zoo biblique de Jérusalem. Lorsqu’elle n’est pas revenue, elle a été portée disparue. Son corps a été retrouvé dans la soirée. elle avait été violemment attaquée et assassinée.

Ori Ansbacher, 19 ans, de la localité de Tekoa (Médias israéliens, 8 février 2019)
Ori Ansbacher, 19 ans, de la localité de Tekoa
(Médias israéliens, 8 février 2019)

  • Les forces de sécurité israéliennes ont recherché et retrouvé rapidement son meurtrier. Dans la soirée du 8 février 2019, un Palestinien de Hébron a été arrêté près de la mosquée Abd al-Nasser, à al-Bireh, où il s’était enfui après le meurtre. Deux jours plus tard, et après avoir avoué le meurtre, l’Agence de sécurité israélienne a déterminé que le meurtre avait été commis pour des raisons nationalistes palestiniennes (Unité du porte-parole de l’Agence de sécurité d’Israël, 10 février 2019).
  • Le meurtrier était Arafat Irfayia, 29 ans, qui vivait dans le quartier d’Abu Sneineh à Hébron. Le matin du meurtre, il a quitté Hébron avec un couteau et est allé à Beit Jala. Sur son chemin, il a vu Ori Ansbacher et l’a attaquée et assassinée. Il est connu des forces de sécurité et avait déjà été emprisonné en Israël pour possession d’un couteau et incitation à la haine contre Israël (Site Internet Qudsn, 9 février 2019).

Arafat Irfayia, du quartier Abou Sneineh à Hébron (compte Twitter Palinfo, 10 février 2019)
Arafat Irfayia, du quartier Abou Sneineh à Hébron
(compte Twitter Palinfo, 10 février 2019)

  • L’Autorité Palestinienne a ignoré le meurtre d’Ori Ansbacher et jusqu’à présent, aucun haut responsable de l’Autorité palestinienne ne l’a condamné. L’agence de presse palestinienne Wafa (subordonnée au bureau du président de l’AP Mahmoud Abbas) et le quotidien Al Hayat al Jadeeda (l’organe officiel de l’AP) n’ont pas rapporté le meurtre. Le seul article qui a fait la une du journal a été que les forces de sécurité israéliennes ont pénétré dans la mosquée Abd al-Nasser à al-Bireh (pour détenir le meurtrier qui se cachait à l’intérieur, sans expliquer les circonstances). Les sites Internet du Hamas et des sites non affiliés à l’Autorité palestinienne ont fourni des rapports informatifs et ont même publié une photo de la victime et de la personne qu’ils ont qualifiée de “meurtrier présumé” (Compte Twitter Palinfo, 10 février 2019).
Autres incidents
  • Les forces de sécurité israéliennes ont mené des activités de lutte contre le terrorisme dans toute la Judée-Samarie, arrêtant plusieurs dizaines de Palestiniens soupçonnés d’activités terroristes, confisquant des fonds utilisés pour financer des activités terroristes et saisissant des armes. Les Palestiniens ont continué à lancer des pierres et des cocktails Molotov sur les véhicules et les localités israéliennes. Plusieurs véhicules ont été endommagés. Ci-après les principaux incidents :
    • Le 11 février 2019 : Un engin piégé a été lancé sur des soldats de Tsahal à la périphérie du village de Ya’bed (à l’Ouest de Jénine). Aucune victime ni dommage n’a été signalé (Porte-parole de Tsahal, 11 février 2019).
    • Le 11 février 2019 : Au cours des activités des forces de sécurité israéliennes visant à localiser des armes illégales, un fusil de précision et une arme de fortune ont été saisis. Lors de perquisitions à Hébron, des dizaines de milliers de shekels de financement du terrorisme ont été saisis (Porte-parole de Tsahal, 11 février 2019).
    • Le 11 février 2019 : Des gardes-frontières ont arrêté un Palestinien à l’un des postes situés à l’entrée du Caveau des Patriarches à Hébron. Le Palestinien a tenté d’entrer alors qu’il était armé d’un couteau (Unité du porte-parole de la police des frontières, 11 février 2019).
    • Le 11 février 2019 : Des pierres ont été lancées sur un véhicule israélien sur la route reliant Gush Etzion à Jérusalem. Aucune victime n’a été signalée (Rescue Without Borders en Judée-Samarie, 11 février 2019).
    • Le  9 février 2019 : Deux jeunes Palestiniens se sont rendus au passage de Qalandia au Nord de Jérusalem. Ils ont éveillé les soupçons des forces de sécurité israéliennes stationnées au passage et ont été fouillés. Des couteaux ont été trouvés en leur possession (Unité du porte-parole de la police israélienne, 9 février 2019).
    •  Les 7 et 9 février 2019 : Des bombes artisanales ont été lancées sur les forces de Tsahal dans le village de Ya’bed (à l’Ouest de Jénine). Aucune victime ou dommage n’a été signalé. (Porte-parole de Tsahal le 9 février 2019).
    • Le 8 février 2019 : Des pierres ont été lancées sur un bus sur la route reliant le Gush Etzion à Hébron, au Nord de Halhul. Aucune victime n’a été signalée. Le pare-brise de l’autobus a été endommagé (Rescue Without Borders en Judée-Samarie, 8 février 2019).
Principales attaques de l’année écoulée en Judée-Samarie[2]

Principales attaques de l'année écoulée en Judée-Samarie

Le terminal de Rafah
  •  Selon le porte-parole du Hamas Hazem Qassem, l’Egypte a annoncé que le terminal de Rafah resterait ouvert afin de faciliter le passage des voyageurs (Arab48, 10 février 2019).
Poursuite des tentatives égyptiennes de parvenir à un accord
  • Les efforts égyptiens continuent d’établir une accalmie. Une délégation de hauts responsables du Hamas dirigée par Ismaïl Haniyeh et une délégation de hauts responsables du JIP, dirigée par Ziyad al-Nakhalah, sont arrivées au Caire pour une nouvelle série de pourparlers. Des sources ont rapporté que les Palestiniens avaient demandé à l’Égypte d’exercer des pressions sur Mahmoud Abbas pour qu’il cesse d’imposer des sanctions à la bande de Gaza et cesse de former un nouveau gouvernement sans leur consentement. Si les sanctions continuent, le Hamas suggère à l’Égypte de fournir un soutien important à la bande de Gaza et de demander à Israël de transférer les recettes provenant des taxes vers la bande de Gaza à des fins humanitaires. En retour, l’Egypte a demandé au Hamas d’arrêter les “marches du retour” et de tenir les manifestants à l’écart de la barrière de sécurité (alAkhbar, 6 février 2019).
  •  Plusieurs sources ont rapporté qu’au cours des discussions, le Hamas et le JIP ont discuté des “marches du retour”, des méthodes utilisées et de la nature de la réaction aux “soi-disant” violations de l’accalmie “par Israël. Ils étaient en désaccord sur les tentatives précédentes du JIP de coordonner ses positions avec le FPLP et d’intensifier la lutte et les méthodes utilisées lors des “marches du retour”. Des sources affiliées au JIP ont rapporté que Ziyad al-Nakhalah, secrétaire général de l’organisation, avait quitté le Caire après une dispute avec le Hamas. Selon les sources, les affrontements avec le Hamas se sont intensifiés depuis l’assassinat d’un officier israélien près de la frontière, qui, selon le Hamas, aurait été perpétré par le JIP (al-Quds, 8 février 2019).
Relations avec l’Iran
  • Le secrétaire général du JIP, Ziyad al-Nakhalah, a prononcé un discours au Liban à l’occasion du 40e anniversaire de la victoire de la révolution islamique en Iran. Il a déclaré que l’Iran symbolisait la “résistance” continue à l’agression américaine et israélienne. Il a ajouté que les Palestiniens combattaient l’occupation [israélienne] de toutes les manières et qu’ils n’étaient pas dissuadés par les armes ou la technologie israéliennes. Il a affirmé que les Palestiniens pourraient se battre davantage et tenir plus longtemps grâce à l’Iran, aux côtés des Palestiniens depuis la victoire de la Révolution (al-Manar, 6 février 2019).
  • Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a rencontré une délégation du Hamas lors de sa visite au Liban. Après la réunion, le chef de la délégation Saleh al-‘Arouri, chef adjoint du bureau politique du Hamas, a déclaré que l’Iran avait adopté une position positive concernant la cause palestinienne et la “résistance” (al-Mayadeen, 11 février 2019).
Fermeture de la chaîne al-Quds
  • Des employés de la chaîne de télévision par satellite Al-Quds, affiliée au Hamas, ont déclaré qu’ils avaient été informés que la chaîne cesserait de diffuser en raison de la crise financière. Les employés ont été priés de ne pas venir au travail après le 10 février 2019. Ils n’ont pas été payés depuis plusieurs mois. L’annonce soudaine a surpris les téléspectateurs d’Al Quds. De nombreux tweets exprimant leur chagrin et louant les activités de la chaîne au cours des dix dernières années (aljazeera.net, 10 février 2019).
  • Al-Quds a commencé à émettre en tant que chaîne par satellite en novembre 2008. Son studio principal se trouve à Beyrouth. Environ 50 personnes travaillaient dans ses bureaux de la bande de Gaza (Ma’an, 10 février 2019).
 Caricatures sur la fermeture de la chaîne de télévision par satellite Al-Quds.   Page Facebook d'Alaa al-Laqta, 10 février 2019). Gauche : "Al-Quds. La chaîne satellite al-Quds" et sur la flèche, "la crise financière" (Compte Twitter Palinfo, 10 février 2019)
Caricatures sur la fermeture de la chaîne de télévision par satellite Al-Quds. (Droite : Page Facebook d’Alaa al-Laqta, 10 février 2019). Gauche : “Al-Quds. La chaîne satellite al-Quds” et sur la flèche, “la crise financière” (Compte Twitter Palinfo, 10 février 2019)
Don de monnaies virtuelles à la Brigade des martyrs d’al-Aqsa
  • Les unités Nabil Masoud de la Brigade des martyrs d’al-Aqsa (opérant dans la bande de Gaza) ont publié une notification appelant à des dons en monnaie virtuelle (Bitcoins et Dogecoins). Des adresses de portefeuilles électroniques ont été données aux donateurs pour leur permettre de transférer de l’argent. Les unités Nabil Masoud de la Brigade des martyrs d’Al-Aqsa opèrent dans la bande de Gaza et revendiquent une coordination et des relations étroites avec la branche armée du Hamas.

Avis d'appel aux dons de Bitcoins et de Dogecoins (Brigade des martyrs d'Al-Aqsa - Page Facebook des Unités de Nabil Masoud, 2 février 2019)
Avis d’appel aux dons de Bitcoins et de Dogecoins (Brigade des martyrs d’Al-Aqsa – Page Facebook des Unités de Nabil Masoud, 2 février 2019)

  •  La demande de dons en monnaie virtuelle présentée par la Brigade des martyrs d’Al-Aqsa est l’une des nombreuses demandes de ce type récemment publiées au public par des organisations palestiniennes (y compris la branche armée du Hamas et les Comités de la résistance populaire). [3]
Formation d’un nouveau gouvernement
  • Selon certaines informations, Mahmoud Abbas a décidé de reporter la formation du gouvernement après que la plupart des organisations de l’OLP aient refusé de participer. Par conséquent, selon les rapports, le gouvernement actuel continuera à fonctionner jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement puisse être formé. Un certain nombre de hauts responsables ont également déclaré que le nouveau gouvernement serait formé après les élections en Israël (Avril 2019), car les résultats influenceraient les futures politiques palestiniennes (al-Hayat, 9 février 2019).
Réunion d’organisations palestiniennes à Moscou
  • Des préparatifs sont en cours pour une réunion des organisations palestiniennes à Moscou. Mahmoud Abbas a salué les efforts de réconciliation menés par les Russes, affirmant que des représentants du Fatah et des autres organisations de l’OLP avaient été invités à tenir des pourparlers de réconciliation avec la médiation russe (Spoutnik, 6 février 2019).
  • Ismaïl Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, ne participera pas aux pourparlers à Moscou. Le Hamas sera représenté par Musa Abu Marzouq, membre du bureau politique du Hamas, et le porte-parole du Hamas, Husam Badran (Dunia al-Watan, 7 février 2019).
  •  Le 10 février 2019, une délégation du JIP est arrivée à Moscou. La délégation était dirigée par Muhammad al-Hindi, membre du bureau politique du JIP (Ma’an, 10 février 2019).
  • Une délégation du FDLP dirigée par Fahed Suleiman, secrétaire général adjoint, est également arrivée à Moscou (Ma’an, 11 février 2019). Une délégation du Fatah est également supposée arriver.
Réunions à la mort d’un terroriste palestinien dans une prison israélienne
  • Le 6 février 2019, le prisonnier terroriste palestinien Fares Baroud est décédé après que son état de santé se soit détérioré. Il avait 51 ans et a été emprisonné pour le meurtre d’un civil israélien et condamné à une peine de 28 ans. Sa mort a suscité les critiques des Palestiniens qui ont accusé Israël d’avoir causé sa mort et sa responsabilité :
    • Yusuf al-Mahmoud, porte-parole du gouvernement intérimaire, a déploré le décès du prisonnier et a déclaré qu’Israël était responsable de sa vie et de celle de tous les prisonniers dans les prisons israéliennes. Il a appelé les organisations humanitaires internationales à assumer la responsabilité des “nouveaux crimes” allégués par Israël à l’encontre de prisonniers palestiniens (Wafa, 6 février 2019).
    • Saeb Erekat, secrétaire du comité exécutif de l’OLP, a déploré le décès du prisonnier et a appelé la communauté internationale et les Nations unies à mettre en place une surveillance internationale des prisons israéliennes. Il a également appelé le procureur général de la Cour pénale internationale à La Haye (CPI) à ouvrir une enquête sur les “crimes” [prétendus] d’Israël (Dunia al-Watan, 6 février 2019).
    • Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a exprimé sa tristesse face à la mort du prisonnier et a affirmé qu’Israël était pleinement responsable de sa mort, car il aurait négligé son état de santé (Filastin al-Yawm, 6 février 2019).
Intention d’Israël de réduire les fonds de l’AP
  • Après l’attaque terroriste à Jérusalem au cours de laquelle une jeune femme israélienne a été assassinée, le ministre israélien de l’Éducation, Naphtali Bennet, a appelé à l’application immédiate de la loi sur la réduction des fonds destinés au terrorisme. Au début de la réunion hebdomadaire du gouvernement, le Premier ministre a déclaré : “D’ici la fin de la semaine, les travaux nécessaires à la mise en œuvre de la loi sur la retenue des salaires des terroristes [palestiniens] seront terminés. Dimanche prochain, je convoquerai le Cabinet de la sécurité et nous approuverons la décision nécessaire de déduire les fonds … “(Site Internet du bureau du Premier ministre, 10 février 2019). Selon la nouvelle loi israélienne, le gouvernement peut déduire des impôts et taxes perçus par Israël pour le compte de l’Autorité palestinienne (Site INternet de la Knesset) un montant égal aux salaires versés aux terroristes emprisonnés et à leurs familles.
  • Le Fatah a affirmé que les Etats-Unis et Israël blessaient à nouveau les Palestiniens en intensifiant le “siège financier” institué en raison des objections des Palestiniens au “marché du siècle”. Le Fatah a également affirmé que les États-Unis avaient averti les banques de ne pas transférer de fonds à l’Autorité palestinienne et qu’Israël tentait de confisquer l’argent des impôts palestiniens (Dunia al-Watan, 11 février 2019).
L’AP intensifie sa lutte contre l’enseignement du programme d’études israélien dans les écoles de Jérusalem Est
  • Une réunion à laquelle ont assisté de nombreux participants s’est tenue au ministère palestinien de l’Éducation à Ramallah, en présence du ministre des Affaires de Jérusalem, Adnan al-Husseini. Lors de la réunion, le ministre de l’Éducation de l’AP, Sabri Sidam, a annoncé que son ministère intensifierait ses efforts pour maintenir la nature de l’éducation à Jérusalem. Il a ajouté que la fatwa contre l’enseignement du programme israélien serait mise en œuvre. En outre, il a souligné son refus de fermer l’UNRWA et les écoles arabes à Jérusalem. Il a déclaré que le programme de défense de l’éducation se poursuivrait, notamment par le soutien de divers secteurs de l’éducation et de l’enseignement supérieur, des activités avec des groupes opposés à “l’israélisation” de l’éducation et des actions en justice contre les personnes ayant loué des biens à la municipalité de Jérusalem.
  • Dans le cadre du programme préparé par le ministère palestinien de l’Éducation pour aider les étudiants de la Vieille Ville, ils auront droit à des études universitaires gratuites dans les universités publiques et à des bourses d’études dans toutes les universités palestiniennes. Le programme comprend également une aide aux écoles privées et aux jardins d’enfants de la vieille ville, en particulier ceux relevant du waqf. L’AP fournira également ses manuels gratuitement aux étudiants de la vieille ville. Le ministère étudie la possibilité de demander aux écoles d’enseigner en deux équipes pour pouvoir accepter davantage d’élèves (Wafa, 28 janvier 2019; site Internet du ministère de l’Éducation de l’Autorité palestinienne, 28 janvier 2019; aljazeera.net, 29 janvier 2019).
La réunion à Ramallah dirigée par le ministre palestinien de l'Éducation, Sabri Sidam (Page Facebook du ministère de l'Éducation de l'Autorité palestinienne, 29 janvier 2019)    La réunion à Ramallah dirigée par le ministre palestinien de l'Éducation, Sabri Sidam (Page Facebook du ministère de l'Éducation de l'Autorité palestinienne, 29 janvier 2019)
La réunion à Ramallah dirigée par le ministre palestinien de l’Éducation, Sabri Sidam (Page Facebook du ministère de l’Éducation de l’Autorité palestinienne, 29 janvier 2019)

Tableau montrant la diminution du nombre d'élèves dans les écoles de la vieille ville de Jérusalem depuis 2012 (alresala.net, 29 janvier 2019
Tableau montrant la diminution du nombre d’élèves dans les écoles de la vieille ville de Jérusalem depuis 2012 (alresala.net, 29 janvier 2019

[1] A ce sujet, voir notre article du 5 février 2019 intitule "Hamas and other terrorist organizations in the Gaza Strip threaten to escalate the "return marches."
[2] Les principales attaques comprennent des fusillades, des attaques à l'arme blanche, des attaques à la voiture bélier et des poses d'engins piégés. Les tirs de pierres et de cocktails Molotov ne sont pas compris.

[3] A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 3 février 2019 intitulé "Hamas and the Popular Resistance Committees called on their supporters to donate money using the virtual currency Bitcoin."