Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (5-11 décembre 2018)

Palestiniens dans le

Palestiniens dans le "camp du retour" dans l'Est du district central de la bande de Gaza (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 7 décembre 2018)

Les responsables du Hamas à la

Les responsables du Hamas à la "marche du retour" dans l'Est de Jabalia.

Khalil al-Haya au

Khalil al-Haya au "camp du retour" dans l'Est de la ville de Gaza (Page Facebook de l'Autorité nationale, 7 décembre 2018)

Images de la scène de l'attaque (Droite : Wafa, 11 décembre 2018

Images de la scène de l'attaque (Droite : Wafa, 11 décembre 2018

Les forces israéliennes à la périphérie de Ramallah (Page Facebook Qudsn, 10 décembre 2018).

Les forces israéliennes à la périphérie de Ramallah (Page Facebook Qudsn, 10 décembre 2018).

Mohammed al-Emadi et son adjoint se rendent dans les bureaux de poste pour s'assurer que les fonds sont bien distribués (Page Facebook du comité qatari, 7 et 8 décembre 2018)

Mohammed al-Emadi et son adjoint se rendent dans les bureaux de poste pour s'assurer que les fonds sont bien distribués (Page Facebook du comité qatari, 7 et 8 décembre 2018)

Le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malaki au 17ème congrès des pays membres de la CPI (Page Facebook du ministère palestinien de l'AP, 5 décembre 2018)

Le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malaki au 17ème congrès des pays membres de la CPI (Page Facebook du ministère palestinien de l'AP, 5 décembre 2018)

  • La semaine écoulée a été marquée par une fusillade au carrefour d’Ofra (Nord-Est de Ramallah). Un véhicule transportant deux terroristes masqués a ouvert le feu sur un groupe de civils à un arrêt de bus. Neuf personnes ont été blessées, dont deux gravement. Les forces de Tsahal fouillent les villes et les villages palestiniens pour appréhender les assaillants. L’Autorité Palestinienne n’a pas fait référence à l’attentat, alors que le Hamas et le Jihad islamique palestinien l’ont salué.
  • En outre, la semaine dernière, il y a eu deux attaques à la voiture bélier : l’une à Idhna (Nord-Ouest de Hébron) et l’autre dans la région du village de Jiftliq (Nord de la vallée du Jourdain). Lors de l’attaque près de Hébron, un garde-frontière a été légèrement blessé. Le conducteur du véhicule a été tué par balle.
  • Le vendredi 4 décembre 2018, la 37ème « marche du retour » a eu lieu le long de la frontière entre Israël et la bande de Gaza. La marche était semblable à celle des dernières semaines, bien qu’il y ait eu une certaine augmentation de la violence ciblant les forces de Tsahal (plusieurs grenades ont été lancées et une tentative de franchir la barrière de sécurité a été signalée). La 19ème mini-flotille et la manifestation qui l’accompagne ont eu lieu le 10 décembre 2018.
  • Dans le cadre de l’opération Northern Shield, les tentatives de destruction de tunnels du Hezbollah qui pénètrent en territoire israélien depuis le Liban se poursuivent. La semaine dernière, un troisième tunnel a été découvert pénétrant en territoire israélien. Le Hezbollah continue de surveiller l’activité de Tsahal en Israël pour étudier la situation générale sur le terrain et connaître les intentions d’Israël (un bulletin mis à jour sur l’opération Northern Shield a été publié séparément).
La « marche du retour » (7 décembre 2018)
  • La 37ème « marche du retour » a eu lieu le 7 décembre 2018 sous le thème « L’Intifada des rochers », à l’occasion du 31ème anniversaire de la première Intifada. Environ 9 000 Palestiniens se sont rassemblés sur les cinq sites habituels.
  • La marche était semblable aux marches des dernières semaines (après la dernière vague d’escalade). Cependant, au cours de la manifestation, le niveau de violence à l’encontre des forces de défense israéliennes a augmenté (plusieurs grenades ont été lancées, les Palestiniens ont tenté de franchir la barrière de sécurité et des pneus ont été brûlés).
  • Le porte-parole du ministère de la Santé de la bande de Gaza a annoncé que 33 Palestiniens avaient été blessés par des tirs de Tsahal (Compte Twitter d’Achraf al-Qidra, 7 décembre 2018). Un homme de 62 ans est décédé des suites d’une inhalation de fumée (Emad, 7 décembre 2018). L’Autorité nationale a annoncé que le thème de la marche du 14 décembre 2018 serait « La résistance [cf., le terrorisme] est un droit légitime » (Dunia al-Watan, 7 décembre 2018).

Ismaïl Haniyeh adresse un message de condoléances à la tente de deuil érigée pour le Palestinien décédé des suites de l'inhalation de fumée. La bannière indique que le mouvement des Frères Musulmans, le Hamas et son armée ont annoncé le décès d'Ahmed 'Awad Hassan Abu' Awda (al 'Aweidat) (page Facebook de Palestine Live, 8 décembre 2018)
Ismaïl Haniyeh adresse un message de condoléances à la tente de deuil érigée pour le Palestinien décédé des suites de l’inhalation de fumée. La bannière indique que le mouvement des Frères Musulmans, le Hamas et son armée ont annoncé le décès d’Ahmed ‘Awad Hassan Abu’ Awda (al ‘Aweidat) (page Facebook de Palestine Live, 8 décembre 2018)

  • Comme chaque vendredi, vendredi dernier, des personnalités du Hamas et d’autres organisations ont également participé à la marche. Parmi les participants, figuraient Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas ; Ahmed Bahar, vice-président du conseil législatif ; et Fathi Hamad, membre du bureau politique du Hamas. Khalil al-Haya a été interrogé au cours de la marche et a déclaré que le peuple palestinien poursuivrait les « marches du retour » afin de recouvrer ses droits, et qu’il mettrait tout en œuvre avec tous les moyens à sa disposition, y compris la « résistance » (al-Aqsa, 7 décembre 2018).
  • Le porte-parole du Hamas Hazem Qassem a affirmé que les « marches du retour » constituaient la continuation de la première intifada, qui avait attiré l’attention du monde entier sur la cause palestinienne, et qui placent de nouveau l’accent sur les droits des Palestiniens, opposés aux plans d’éradication de leur cause. Il a ajouté que la lutte palestinienne se poursuivrait jusqu’à ce qu’elle atteigne tous ses objectifs, le plus important étant la levée du « siège » sur la bande de Gaza (Site Internet du Hamas, 7 décembre 2018).
La mini-flottille
  • Dans l’après-midi du 10 décembre 2018, la 19ème mini-flottille a appareillé de la bande de Gaza pour se rendre à la frontière maritime au Sud d’Israël. Il y avait environ 20 bateaux de commerce dont le slogan était « Résistance pour la liberté » (al-Aqsa, 9 décembre 2018). Ashraf al-Qidra, porte-parole du ministère de la Santé de la bande de Gaza, a déclaré que 11 Palestiniens avaient été blessés au cours de la mini-flottille (Page Facebook d’Al-Aqsa, 10 décembre 2018). Le Croissant-Rouge palestinien a signalé 32 blessés (Ma’an, 10 décembre 2018).
  • Ahmed al-Mudallal, haut responsable du JIP et membre de l’Autorité nationale suprême, a déclaré que les Palestiniens briseraient le « siège » grâce à une participation continue et ininterrompue aux « marches du retour » et à l’activité navale. Il a affirmé que « les enfants des pierres » avaient vaincu Tsahal en 1987 et que « les attentats suicide avaient gardé l’occupation de nuit ». Il a ajouté que la salle des opérations conjointes avait uni les Palestiniens lors de la dernière escalade, ce qui prouve que ce qui a toujours uni les Palestiniens, c’est le champ de bataille contre Israël (Palinfo, 10 décembre 2018).
 La démonstration accompagnant la mini-flottille (Page Facebook Qudsn, 10 décembre 2018)   La mini-flottille (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême, 10 décembre 2018).
Droite : La mini-flottille (Page Facebook de l’Autorité nationale suprême, 10 décembre 2018). Gauche : La démonstration accompagnant la mini-flottille (Page Facebook Qudsn, 10 décembre 2018)
  • Au cours de la semaine, aucun tir de roquette ni d’obus de mortier n’a été signalé.
Tirs de roquettes et d’obus de mortier des dernières séries d’escalade[1]

Tirs de roquettes et d'obus de mortier des dernières séries d'escalade

Tirs de roquettes et d’obus de mortier de l’année écoulée

Tirs de roquettes et d'obus de mortier de l'année écoulée

Répartition annuelle des tirs

Répartition annuelle des tirs

Fusillade près du carrefour d’Ofra
  • Le soir du 9 décembre 2018, une fusillade a eu lieu à l’arrêt de bus au carrefour d’Ofra (Nord-Est de Ramallah). Selon l’enquête initiale, deux terroristes masqués ont conduit une Peugeot de Ramallah à l’arrêt de bus. Le terroriste assis sur le siège arrière a ouvert le feu sur les personnes qui se trouvaient à l’arrêt. Les forces de Tsahal qui sécurisaient l’emplacement ont tiré sur le véhicule mais les assaillants ont réussi à s’enfuir. Neuf civils ont été blessés, dont deux gravement. Les forces de Tsahal sont arrivées sur les lieux de l’attaque et ont commencé à fouiller les villages de la région pour retrouver les tireurs (Porte-parole de Tsahal, 10 décembre 2018)
Images de la scène de l'attaque (Droite : Wafa, 11 décembre 2018 ; gauche : page Facebook de Wa'el Masaeed, 11 décembre 2018)    Images de la scène de l'attaque (Droite : Wafa, 11 décembre 2018 ; gauche : page Facebook de Wa'el Masaeed, 11 décembre 2018)
Images de la scène de l’attaque (Droite : Wafa, 11 décembre 2018 ; gauche : page Facebook de Wa’el Masaeed, 11 décembre 2018)
  • L’Autorité Palestinienne n’a fait aucune référence à l’attaque, mais de nombreux Palestiniens l’ont saluée et louée. Le Hamas a affirmé que le peuple palestinien avait le droit de mener la « résistance » contre Israël à un moment où Israël et les États-Unis tentaient de qualifier la « résistance » de crime. Le Hamas a affirmé qu’il renforçait la « résistance » en Cisjordanie et instillait l’esprit de « résistance » chez le peuple palestinien (Site Internet du Hamas, 10 décembre 2018). Le Jihad Islamique Palestinien a salué l’attaque, affirmant qu’elle envoyait un message de loyauté au peuple palestinien (Filastin al-Yawm, 10 décembre 2018).

Caricature du Hamas publiée après la fusillade à Ofra indiquant que la "résistance" peut s'épanouir en Judée-Samarie malgré la coordination sécuritaire entre l'Autorité Palestinienne et Israël. En arabe, on peut lire "L'opération à Ofra ... Coordination sécuritaire" (Compte Twitter Palinfo, 10 décembre 2018)
Caricature du Hamas publiée après la fusillade à Ofra indiquant que la « résistance » peut s’épanouir en Judée-Samarie malgré la coordination sécuritaire entre l’Autorité Palestinienne et Israël. En arabe, on peut lire « L’opération à Ofra … Coordination sécuritaire » (Compte Twitter Palinfo, 10 décembre 2018)

  • Au 11 décembre 2018, les forces de sécurité israéliennes recherchaient toujours des terroristes qui ont perpétré l’attaque. Elles sont entrées dans un certain nombre de villes et de villages de la région, y compris Ramallah. Les forces sont entrées dans les bureaux de l’agence de presse Wafa à Ramallah pour rechercher des documents sur les terroristes. Des dizaines de Palestiniens leur ont jeté des pierres (Compte Twitter Shabakat Quds, 10 décembre 2018). Les Palestiniens ont appelé à l’effacement des enregistrements de la caméra de sécurité des événements survenus au Nord-Est de Ramallah (Compte Twitter Shehab, 10 décembre 2018).
  • Compte tenu de l’activité des forces de sécurité israéliennes, Mahmoud Abbas a contacté un certain nombre de personnalités arabes et internationales pour mettre un terme à « l’escalade israélienne ». Saeb Erekat, secrétaire du Comité exécutif de l’OLP, a condamné l’activité de Tsahal à Ramallah et le « cambriolage » des bureaux de Wafa. Le ministère des Affaires étrangères de l’Autorité Palestinienne a publié une déclaration condamnant le « raid » des forces de Tsahal dans plusieurs villes, villages et camps de réfugiés en Judée-Samarie et le « cambriolage » dans les bureaux de Wafa (Wafa, 10 décembre 2018). Aucune mention n’a été faite de la fusillade meurtrière, qui était la raison des activités des forces de sécurité israéliennes.
Attentats à la voiture bélier
  • Le 11 décembre 2018, il y a eu deux tentatives d’attaques de véhicules contre les forces de sécurité israéliennes :
  • À Idhna, au Nord-Ouest de Hébron, un véhicule palestinien cherchant à s’échapper des forces de sécurité israéliennes a tenté de percuter des gardes-frontières de l’administration civile. Le véhicule palestinien a heurté un véhicule appartenant à un inspecteur de l’administration et a tenté de s’enfuir. Lorsque le Palestinien s’est enfui, il a heurté un garde-frontières, le blessant légèrement. Le chauffeur a été éliminé (Unité du porte-parole de la police israélienne, 11 décembre 2018). Les médias palestiniens ont annoncé que le conducteur était Omar Hassan A’wad ou Omar Hassan al’Awawda, 27 ans, d’Idhna (Ma’an et Wafa, 11 décembre 2018).

Avis de décès d'Omar Hassan al-'Awawda publiée par le Hamas dans le district de Hébron (Compte Twitter du site Internet Amama, 11 décembre 2018)
Avis de décès d’Omar Hassan al-‘Awawda publiée par le Hamas dans le district de Hébron (Compte Twitter du site Internet Amama, 11 décembre 2018)

  • Dans la région du village de Jiftliq, dans le nord de la vallée du Jourdain, lors de la démolition d’une maison construite illégalement, un Palestinien a tenté d’écraser les soldats qui effectuaient l’activité. Les soldats lui ont tiré dessus. Il a été légèrement blessé et placé en détention par les forces de sécurité (Rescue Without Borders, Judée-Samarie, 11 décembre 2018). Les médias palestiniens ont rapporté que des coups de feu avaient été tirés sur le véhicule d‘Omar Abd al-Karim Rahahila, le propriétaire de la maison, qui s’est précipité chez lui après le travail alors qu’il avait été informé que sa maison était en train d’être démolie (Ma’an et Wafa, 11 décembre 2018).
  • Les forces de sécurité israéliennes ont mené des activités de lutte contre le terrorisme dans toute la Judée-Samarie, arrêtant des Palestiniens soupçonnés d’activités terroristes et saisissant des armes improvisées. La semaine dernière également, les Palestiniens ont continué à lancer des pierres et des cocktails Molotov sur des véhicules israéliens. La police militaire de Tsahal enquête sur la mort d’un Palestinien du camp de réfugiés de Tulkarem âgé de 22 ans, tué par balle lors d’une émeute lors d’une activité de Tsahal dans le camp (Ynet, 9 décembre 2018).
    • Les événements les plus importants ont été les suivants:
    • Le 9 décembre 2018 – Les forces de l’armée israélienne chargées d’assurer la sécurité des fidèles juifs au tombeau de Joseph à Naplouse ont trouvé une bombe artisanale sur le site. En outre, des émeutes ont eu lieu à Naplouse, au cours desquelles des Palestiniens ont lancé des pierres et des cocktails Molotov sur les forces de sécurité israéliennes. Aucune victime n’a été signalée (Page Facebook Red Alert, 9 décembre 2018).
    • Le 8 décembre 2018 – Une bombe artisanale a été lancée sur les forces de sécurité israéliennes dans le village d’Azoun. Aucune victime ni dommage n’a été signalé (Page Facebook Red Alert, 9 décembre 2018).
    • Le 6 décembre 2018 – Des informations ont permis aux gardes-frontières opérant dans la région de Jérusalem d’arrêter un véhicule à Mishor Adumim transportant un passager soupçonné d’avoir transféré de l’argent au Hamas. Une recherche a permis de trouver des dizaines de milliers de shekels et de dollars israéliens cachés dans le véhicule. Le Palestinien, originaire de Bethléem, a été arrêté (Page Facebook Red Alert, 6 décembre 2018).
    • Le 5 décembre 2018 – Dans une activité des forces de sécurité israéliennes dans le village de Samoa (sud de Hébron), une arme artisanale a été saisie (Compte Twitter du porte-parole de Tsahal, 5 décembre 2018).
Principales attaques de l’année écoulée en Judée-Samarie [2]

Principales attaques de l'année écoulée en Judée-Samarie

Activités du Qatar
  • Le 6 décembre 2018, Mohammed al-Emadi, ambassadeur du Qatar dans les territoires palestiniens, est entré dans la bande de Gaza par le terminal d’Erez. Il a apporté 15 millions de dollars, la deuxième tranche du paiement de salaires par le Qatar à des responsables de la bande de Gaza (Emad, 6 décembre 2018). L’argent servira à payer 50% des salaires et sera distribué par l’intermédiaire des bureaux de la poste du département des véhicules à moteur de la bande de Gaza (al-Ra’i, 7 décembre 2018). Mohammed al-Emadi et son adjoint se sont rendus dans les bureaux de poste pour s’assurer que les fonds étaient bien distribués (Page Facebook du Comité qatarien pour la reconstruction de la bande de Gaza, 7 et 8 décembre 2018).
  • Selon certaines informations, la distribution des fonds aurait suscité la colère car on ignore comment la somme avait été atteinte et parce que le montant reçu est inférieur à celui versé lors du premier versement (Filastin al-Yawm, 8 décembre 2018).
  • Le 8 décembre 2018, une cérémonie a eu lieu au cours de laquelle Mohammed al-Emadi a présenté des véhicules de nettoyage des rues aux municipalités de Khan Yunis et de Deir al-Balah. Les véhicules servent à nettoyer les principales routes de la bande de Gaza, en particulier les rues Salah al-Din et alRashid, qui ont été repavées grâce à une subvention de 407 millions de dollars de l’émir du Qatar, et à nettoyer les rues des quartiers construits avec des fonds du Qatar. (Page Facebook du Comité qatarien, 8 décembre 2018).
  • Mohammed al-Emadi a donné une interview dans laquelle il a souligné le rôle positif joué par le Qatar dans le soutien à la bande de Gaza. Il s’est dit satisfait du mécanisme de transfert de l’argent approuvé par Israël, coordonné avec l’Europe et les États-Unis et parfaitement transparent. Il a ajouté que l’Autorité Palestinienne avait refusé de transférer les fonds elle-même. Il a expliqué que le soutien du Qatar à la bande de Gaza était une affaire islamique et qu’il tenait sa promesse postérieure à l’Opération Bordure Protectrice de donner à la bande de Gaza un milliard de dollars (Sawa, 9 décembre 2018).
 Caricature affirmant que le Premier ministre israélien empoisonne l'aide du Qatar. En arabe, on peut lire "Poison et miel" (Page Facebook d'Isma'il al-Bazam, 8 décembre 2018)   Mohammed al-Emadi rencontre Ismaël Haniyeh dans la bande de Gaza (Compte Twitter Palinfo, 6 décembre 2018).
Droite : Mohammed al-Emadi rencontre Ismaël Haniyeh dans la bande de Gaza (Compte Twitter Palinfo, 6 décembre 2018). Gauche : Caricature affirmant que le Premier ministre israélien empoisonne l’aide du Qatar. En arabe, on peut lire « Poison et miel » (Page Facebook d’Isma’il al-Bazam, 8 décembre 2018)
Autres fonds pour la bande de Gaza
  • Mufeed al-Hassayna, ministre palestinien du Logement et des Travaux publics, a déclaré que le Koweït avait transféré la somme de 4,5 millions de dollars pour un projet de logement et la création d’une maternité dans le complexe hospitalier de Shifaa à Gaza (Wafa, 6 décembre 2018).
  • La Banque mondiale a annoncé une subvention de 23 millions de dollars de la part de la Grande-Bretagne par le biais d’une fondation composée de nombreux donateurs. Les fonds sont pour des projets d’eau et d’énergie. Selon la Banque, l’argent développera l’infrastructure (Wafa, 8 décembre 2018).
  • Le chef du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement a déclaré qu’en 2019, l’Allemagne allouerait 62,5 millions de dollars à des programmes de développement dans la bande de Gaza et en Cisjordanie. Il a ajouté que le financement de la bande de Gaza serait principalement consacré aux infrastructures (Middle East Monitor, 9 décembre 2018).
Echec de la résolution américaine de condamnation du Hamas
  • Le 6 décembre 2018, l’Assemblée générale des Nations Unies a voté une proposition de résolution américaine visant à condamner le Hamas et d’autres organisations terroristes[3]. La résolution n’a pas été adoptée car elle n’a pas recueilli le vote des deux tiers nécessaire. Le vote a été de 87 voix pour (moins que le nombre requis), 57 contre, avec 33 abstentions (Site Internet de l’ONU, 7 décembre 2018).
  • L’AP considère que l’échec de l’adoption de la résolution est un succès pour ses efforts diplomatiques. Nabil Abu Rudeina, porte-parole de Mahmoud Abbas, a déclaré que l’objection de l’OLP, ainsi que celle du bloc arabe à l’ONU, prouvent que le monde soutient les droits du peuple palestinien et que ses dirigeants, dirigé par Mahmoud Abbas, peuvent défendre les droits du peuple palestinien et contrecarrer les plans pour nuire à ce droit (Wafa, 7 décembre 2018).

Les panneaux montrant les résultats du vote sur la résolution américaine condamnant le Hamas (Compte Twitter de Danny Danon, ambassadeur d'Israël à l'ONU, 6 décembre 2018)
Les panneaux montrant les résultats du vote sur la résolution américaine condamnant le Hamas (Compte Twitter de Danny Danon, ambassadeur d’Israël à l’ONU, 6 décembre 2018)

  • Le Hamas a remercié l’Autorité Palestinienne pour ses efforts visant à empêcher l’adoption de la résolution. Le Hamas a déclaré que l’AP avait fait savoir que, malgré ses divergences d’opinion avec le Hamas, elle s’était enrôlée pour le bien du Hamas. Dans un entretien téléphonique, Saeb Erekat, secrétaire du comité exécutif de l’OLP, s’est adressé au Hamas et a souligné que l’Autorité Palestinienne avait agi par devoir et ne s’attendait pas à ce que le Hamas la remercie (Télévision palestinienne, 7 décembre 2018).
 Caricature de Trump par le Hamas essayant d'éteindre la "flamme de la résistance". En arabe, on peut lire : "Washington n'a pas réussi à adopter une résolution condamnant le Hamas" (Felesteen, 7 décembre 2018)    Mahmoud Abbas sourit : "Comment pourrions-nous laisser la résistance condamnée en tant qu'organisation terroriste lorsque nous avons tiré le premier coup?" Droite : Photo de Yasser Arafat (Page officielle du Fatah sur Facebook, 7 décembre 2018).
Droite : Mahmoud Abbas sourit : « Comment pourrions-nous laisser la résistance condamnée en tant qu’organisation terroriste lorsque nous avons tiré le premier coup? » Droite : Photo de Yasser Arafat (Page officielle du Fatah sur Facebook, 7 décembre 2018). Gauche : Caricature de Trump par le Hamas essayant d’éteindre la « flamme de la résistance ». En arabe, on peut lire : « Washington n’a pas réussi à adopter une résolution condamnant le Hamas » (Felesteen, 7 décembre 2018)
  • Le Hamas a déclaré que l’échec de l’administration américaine constituait une grande victoire pour le peuple palestinien et la nation arabo-musulmane (Site Internet du Hamas, 7 décembre 2018). Ismaïl Haniyeh a déclaré que le vote était une réalisation très importante pour le peuple palestinien et ses alliés, soulignant la légitimité de la lutte palestinienne et montrant qu’un véritable terrorisme se déroulait contre l’occupation [israélienne] (Chehab, 7 décembre 2018 ). Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré que le peuple palestinien remerciait les pays qui avaient voté contre la résolution américaine. Il a affirmé que l’échec de la résolution avait mis en exergue le droit des Palestiniens de résister à l’occupation (al-Aqsa, 7 décembre 2018).
Visite d’une délégation du Hamas au Liban
  • Le 9 décembre 2018, une délégation du Hamas conduite par Mahmoud al-Zahar, membre du bureau politique du Hamas, est arrivée au Liban pour une visite d’Etat. Les membres de la délégation ont rencontré Michel Aoun, le Président libanais, et de hauts responsables. Aoun a souligné la solidarité du Liban avec le peuple palestinien dans sa lutte pour la restauration de ses terres et l’établissement d’un État ayant pour capitale Jérusalem. La délégation parlementaire du Hamas a souhaité « la sécurité de notre sœur le Liban face au complot sioniste à la suite des accusations de l’occupation [cf.; d’Israël] sur la recherche d’un tunnel dans le sud du Liban. » Mahmoud al-Zahar a affirmé qu’Israël transférait sa crise interne au Sud-Liban (Page Facebook de Michel Aoun, 10 décembre 2018; page Facebook de la faction du Hamas au sein du Conseil législatif palestinien, 10 décembre 2018).
Visite d’une délégation de l’AP en France
  • Une délégation palestinienne conduite par Rami Hamdallah, Premier ministre du gouvernement de consensus national, s’est rendue en France pour participer à des réunions du Comité franco-palestinien, auxquelles assistait Edouard Phillipe, Premier ministre français ( Dunia al-Watan, 5 décembre 2018).
  • Au cours de la visite, Riyad al-Maliki, ministre des Affaires étrangères de l’AP, a déclaré que la France avait autorisé la coopération avec les Palestiniens dans le cadre de la révision du Protocole de Paris[4]. Il a ajouté que l’inspection du Protocole devrait être redéfinie et modifiée en faveur des Palestiniens. Il a affirmé que les années de collaboration économique avec Israël avaient nui aux intérêts économiques palestiniens. Riyad al-Maliki a déclaré que Rami Hamdallah l’avait nommé, ainsi que le ministre de l’Économie nationale, Abir Awda, directement responsables de la coopération avec les Français dans tous les aspects du Protocole et des inspections nécessaires. Il a ajouté que la France devait contacter Israël pour comprendre ses réponses et voir si Israël était disposé à coopérer sur la question (Wafa, 8 décembre 2018).
Activités palestiniennes au sein de la CPI
  • Le procureur général palestinien Ahmed Barrak a été élu membre du comité consultatif chargé de nommer des juges à la Cour pénale internationale à La Haye (CPI). C’est la première fois qu’un représentant de l’Autorité palestinienne est élu au comité (Wafa, 6 décembre 2018). Hana Issa, experte palestinienne en droit international, a déclaré qu’il s’agissait d’un geste significatif, symbolique et important pour les Palestiniens, qui reflétait le respect pour la Palestine dans le monde (Wafa, 6 décembre 2018).
  • Lors de la 17ème conférence des membres de la CPI, le rapport annuel sur les pré-examens de la question palestinienne a été présenté. Bien que le procureur général, Fatou Bensouda, ait déclaré que des progrès avaient été accomplis dans les examens préalables, le rapport ne faisait état d’aucune décision d’ouvrir une enquête. Riyad al-Maliki, ministre palestinien des Affaires étrangères, a exprimé son mécontentement et demandé qu’une enquête soit ouverte sur les victimes palestiniennes. Il a ajouté que reporter la nomination d’une commission d’enquête signifiait remettre la justice à plus tard et que cela conférait une immunité supplémentaire à Israël. Il a également rencontré le procureur général Bensouda, qui, selon lui, devait examiner diverses questions, notamment un appel interjeté par l’Autorité Palestinienne au sujet des « soi-disant » crimes de guerre israéliens et de Khan al-Ahmar (Site Internet du ministère palestinien des Affaires étrangères, 5 décembre 2018).

[1] Les statistiques ne comprennent pas les tirs de roquettes dans la bande de Gaza .
[2] Les principales attaques comprennent des fusillades, des attaques à l'arme blanche, des attaques à la voiture bélier et des poses d'engins piégés. Les tirs de pierres et de cocktails Molotov ne sont pas compris.

[3] A ce sujet, voir notre article du 6 décembre 2018 (en anglais) intitulé ""The United States proposed a UN General Assembly resolution condemning Hamas and other terrorist organizations in the Gaza Strip."

[4] Signé en 1994 et faisant partie des accords d'Oslo, le protocole de Paris définit les relations économiques entre Israël et l'Autorité Palestinienne. Les Palestiniens ont récemment menacé de revenir sur l'accord.