Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (4-9 octobre 2018)

Palestiniens attaquent les forces de sécurité israéliennes avec des pierres et des cocktails Molotov dans le village de Shuweika, domicile du terroriste qui a perpétré l'attaque (Compte Twitter Palinfo, 7 octobre 2018)

Palestiniens attaquent les forces de sécurité israéliennes avec des pierres et des cocktails Molotov dans le village de Shuweika, domicile du terroriste qui a perpétré l'attaque (Compte Twitter Palinfo, 7 octobre 2018)

Les forces de sécurité israéliennes à la recherche du terroriste (Porte-parole de Tsahal, 8 octobre 2018).

Les forces de sécurité israéliennes à la recherche du terroriste (Porte-parole de Tsahal, 8 octobre 2018).

Gazaouite masqué distribuant des confiseries après l'attaque (Compte Twitter Qudsn, 7 octobre 2018).

Gazaouite masqué distribuant des confiseries après l'attaque (Compte Twitter Qudsn, 7 octobre 2018).

Vidéos palestiniennes de Gazaouites brisant la barrière de sécurité et incendiant un poste de Tsahal abandonné au Nord de la bande de Gaza (Page Facebook Felesteen Live, 8 octobre 2018)

Vidéos palestiniennes de Gazaouites brisant la barrière de sécurité et incendiant un poste de Tsahal abandonné au Nord de la bande de Gaza (Page Facebook Felesteen Live, 8 octobre 2018)

Des responsables d'organisations terroristes surveillent les bateaux: Fathi Hamad et Isma'il Radwan du Hamas; et Jamil Mizher, du Front populaire de libération de la Palestine (Page Facebook d'Isma'il Radwan, 8 octobre 2018)

Des responsables d'organisations terroristes surveillent les bateaux: Fathi Hamad et Isma'il Radwan du Hamas; et Jamil Mizher, du Front populaire de libération de la Palestine (Page Facebook d'Isma'il Radwan, 8 octobre 2018)

Hamad al-Masri (Compte Twitter de la branche armée du Hamas, 6 octobre 2018)

Hamad al-Masri (Compte Twitter de la branche armée du Hamas, 6 octobre 2018)

Armes du JIP exposées dans la ville de Gaza. Gauche : Nouveaux modèles de fusées exposés (Chaîne al-Watania sur Youtube, 4 octobre 2018)

Armes du JIP exposées dans la ville de Gaza. Gauche : Nouveaux modèles de fusées exposés (Chaîne al-Watania sur Youtube, 4 octobre 2018)

Ziyad al-Nakhalah, récemment élu secrétaire général du JIP, prononce son premier discours, retransmis en direct du Liban aux Gazaouis, dans le

Ziyad al-Nakhalah, récemment élu secrétaire général du JIP, prononce son premier discours, retransmis en direct du Liban aux Gazaouis, dans le "camp de retour" situé dans l'Est de la ville

Abu Hamza, porte-parole de la branche armée du JIP, lors de la parade militaire dans la bande de Gaza (Chaîne Youtube d'Al-Mayadeen, 5 octobre 2018).

Abu Hamza, porte-parole de la branche armée du JIP, lors de la parade militaire dans la bande de Gaza (Chaîne Youtube d'Al-Mayadeen, 5 octobre 2018).

  • Le 7 octobre 2018, deux Israéliens ont été tués dans une attaque menée par un terroriste palestinien dans la zone industrielle de Barkan en Samarie. Le meurtrier était un Palestinien de 23 ans originaire du village de Shuweika (près de Tulkarem), l’un des milliers de Palestiniens qui travaillent sur le site. Il s’est enfui et les forces de sécurité israéliennes sont toujours à sa recherche. Les organisations terroristes, en particulier le Hamas, ont salué l’attaque et l’assaillant.
  • Dans la bande de Gaza, les manifestations de la “marche du retours” se sont poursuivies. Le 8 octobre 2018, une émeute a eu lieu près de la frontière dans le Nord de la bande de Gaza lorsque 32 petits bateaux (selon les Palestiniens) ont pris la direction de la frontière maritime israélienne. Entre-temps, le terrorisme incendiaire se poursuit, les Palestiniens lançant des cerfs-volants et des ballons incendiaires, ainsi que des ballons contenant des explosifs, en territoire israélien.
  • Yahya al Sinwar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, a été longuement interrogé par un journaliste du journal italien La Repubblica, envoyé par le journal israélien Yedioth Ahronoth. Il a parlé de la situation dans la bande de Gaza et d’un éventuel arrangement avec Israël. Il a ajouté que la situation à Gaza était “au bord d’une explosion” et qu’en contrepartie d’un accord avec Israël, le Hamas demande l’assouplissement du “siège”. Il a déclaré qu’il était favorable à l’organisation “d’activités populaires” [lancer de cerfs-volants et de ballons incendiaires et émeutes] près de la frontière afin de parvenir à un accord avec Israël selon les termes du Hamas.
  • La branche armée du Jihad Islamique Palestinien (JIP) a organisé une grande manifestation militaire à Gaza, où elle a exposé ses armes, y compris “un nouveau type de fusée” dont les spécifications n’ont pas été précisées. Les porte-parole des organisations ont souligné leur engagement en faveur du “jihad et de la résistance” [cf., du terrorisme].
Attaque terroriste dans la zone industrielle de Barkan
  • Le matin du 7 octobre 2018, deux civils israéliens ont été assassinés lors d’une attaque à la fusillade dans la zone industrielle de Barkan (environ 3 000 Palestiniens travaillent aux côtés d’Israéliens). Un Palestinien armé d’une mitrailleuse Carlo improvisée est entré dans une usine où il avait travaillé comme électricien. Il a demandé des attaches en plastique à un ouvrier dans la salle des fournitures. Il a monté l’escalier menant aux bureaux. Le pistolet était caché dans son sac à dos. Il a forcé l’un des employés à attacher les mains de la secrétaire avec les liens, puis l’a abattue par balle. Il a continué à travers les bureaux et a abattu un autre employé. En sortant de l’immeuble, il a tiré et blessé une femme. Il a ensuite descendu les escaliers et s’est enfui.
Le terroriste vu fuyant les lieux de l'attaque, filmé par une caméra de sécurité (Youtube, 7 octobre 2018)   La scène de l'attaque.
Droite : La scène de l’attaque. Gauche : Le terroriste vu fuyant les lieux de l’attaque, filmé par une caméra de sécurité (Youtube, 7 octobre 2018)
  • Les forces de sécurité israéliennes sont toujours à la recherche du tueur, qui est présumé être encore armé. Des forces supplémentaires ont été déployées dans la région. Au cours de la fouille, plusieurs suspects ont été interpellés, notamment des membres de sa famille (Porte-parole de Tsahal, 8 octobre 2018). Jusqu’à présent, il n’a pas été appréhendé.
Palestiniens attaquent les forces de sécurité israéliennes avec des pierres et des cocktails Molotov dans le village de Shuweika, domicile du terroriste qui a perpétré l'attaque (Compte Twitter Palinfo, 7 octobre 2018)   Les forces de sécurité israéliennes à la recherche du terroriste (Porte-parole de Tsahal, 8 octobre 2018).
Droite : Les forces de sécurité israéliennes à la recherche du terroriste (Porte-parole de Tsahal, 8 octobre 2018). Gauche : Palestiniens attaquent les forces de sécurité israéliennes avec des pierres et des cocktails Molotov dans le village de Shuweika, domicile du terroriste qui a perpétré l’attaque (Compte Twitter Palinfo, 7 octobre 2018)
  • Le terroriste est Ashraf Walid Suleiman Na’alwa, 23 ans, du village de Shuweika, près de Tulkarem. Il avait un permis de travail en Israël et travaillait depuis quatre mois comme électricien à l’usine où il a perpétré l’attaque. Il avait récemment été absent du travail en raison de “problèmes familiaux”. Selon l’évaluation des forces de sécurité israélienne, il a mené l’attaque seul. Dans les médias palestiniens, il a également été présenté comme Ashraf Abu Sheikha, le nom utilisé pour sa page Facebook (qui a été supprimée après l’attaque). Avant l’attaque, il avait écrit sur sa page Facebook : “O, Allah, accorde-moi le message que je désire, car tu es le meilleur messager” (Compte Twitter de Muhammad Sayid Nashwan, 7 octobre 2018).
Commentaire publié par le terroriste sur Facebook (Compte Twitter de Muhammad Sayid Nashwan, 7 octobre 2018)-fi    Le terroriste Ashraf Na'alwa (Compte Twitter Voice of Tulkarm, 7 octobre 2018).
Droite : Le terroriste Ashraf Na’alwa (Compte Twitter Voice of Tulkarm, 7 octobre 2018). Gauche : Commentaire publié par le terroriste sur Facebook (Compte Twitter de Muhammad Sayid Nashwan, 7 octobre 2018)
  • L’agence de presse Wafa (subordonnée au cabinet du Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas), a publié un bref rapport indiquant que les forces de Tsahal avaient installé des barrages routiers aux entrées des villages du district de Salfit (Ouest) après que “des colons aient été tués lors d’une fusillade dans la zone industrielle de Barkan” (Wafa, 7 octobre 2018). Zakaria Zbaidi, un militant du Fatah de Jénine, a utilisé sa page Facebook pour montrer son soutien au terroriste et aux habitants de Shuweika, en écrivant : “Shuweika est une fourchette coincée dans la gorge de l’occupation et un volcan qui éclatera sous votre oppression. Passez une matinée de résistance d’une saveur différente” (Page Facebook de Zakaria Zbaidi, 8 octobre 2018).

Expression de soutien au terroriste et aux habitants du village de Shuweika, de la part de Zakaria Zbaidi, membre du Fatah, (Page Facebook de Zakaria Zbaidi, 8 octobre 2018)
Expression de soutien au terroriste et aux habitants du village de Shuweika, de la part de Zakaria Zbaidi, membre du Fatah, (Page Facebook de Zakaria Zbaidi, 8 octobre 2018)

  • Les réseaux sociaux des organisations terroristes, en particulier du Hamas, ont salué la fusillade et ont rendu hommage au terroriste. Des biscuits et des bonbons ont été distribués aux passants dans la bande de Gaza. Le Hamas a qualifié l’attaque de “réaction naturelle aux crimes commis par Israël” contre les Palestiniens (Site Internet du Hamas, 7 octobre 2018). Musa Abu Marzouq, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré que l’attaque montrait que la voie de la “résistance” était la bonne voie, révélait la faiblesse de la coordination de la sécurité [de l’AP] avec Israël et mettait l’accent sur l’adhésion des Palestiniens à Jérusalem (Compte Twitter Musa Abu Marzouq, 7 octobre 2018). Fathi Hamad, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré qu’un “représentant de la Cisjordanie” s’était vengé au nom des “chahids de la Palestine” et a appelé à des attaques plus meurtrières (Al-Aqsa, 8 octobre 2018). Le porte-parole du JIP, Da’ud Shehab, a déclaré que le moment était important et qu’il espérait que des attaques similaires seraient menées en Cisjordanie et à Jérusalem (Filastin al-Yawm, 7 octobre 2018).
En arabe on peut lire : "Que tout le monde [reste] reste silencieux et que le canon ait le dernier mot. #The resistance_continues #Barkan_action" (Compte Twitter Voice of Gaza, 7 octobre 2018)   "L'incendie en Cisjordanie restera un volcan qui ne s'éteint pas. #The resistance_continues #Barkan_action" (Page Facebook Nables24, 7 octobre 2018).
Tweets palestiniens après l’attaque. Droite : “L’incendie en Cisjordanie restera un volcan qui ne s’éteint pas. #The resistance_continues #Barkan_action” (Page Facebook Nables24, 7 octobre 2018). Gauche : En arabe on peut lire : “Que tout le monde [reste] reste silencieux et que le canon ait le dernier mot. #The resistance_continues #Barkan_action” (Compte Twitter Voice of Gaza, 7 octobre 2018)
Evènements sur le terrain
  • En Judée-Samarie, le nombre de pierres lancées sur des véhicules israéliens a augmenté. Les forces de sécurité israéliennes ont mené des activités antiterroristes dans toute la Judée-Samarie, arrêtant des Palestiniens soupçonnés d’activités terroristes, confisquant des fonds utilisés pour financer des activités terroristes et saisissant des armes de qualité militaire et des armes improvisées. Les événements les plus marquants ont été les suivants :
    • Le 7 octobre 2018 – les forces de sécurité israéliennes opérant dans le camp de réfugiés de Jalazone (près de Ramallah) ont arrêté un certain nombre de Palestiniens soupçonnés d’avoir lancé des engins piégés sur la localité de Beit El et sur des positions de Tsahal à proximité (Page Facebook Red Alert, 7 octobre 2018).
    • Le 7 octobre 2018, les forces de sécurité israéliennes opérant à Bayt Umar (entre Hébron et Gush Etzion) ont arrêté 13 Palestiniens recherchés pour leur implication dans des activités terroristes. Une mitrailleuse Carlo improvisée a été saisie lors d’une perquisition (Page Facebook Red Alert, 7 octobre 2018).
    • Le 7 octobre 2018, quatre suspects ont été arrêtés par les forces de sécurité israéliennes opérant dans le village de Yabed (Nord-Ouest de la Samarie). Les forces de l’ordre ont été attaquées par des centaines d’habitants de la localité qui ont lancé des pierres. Les véhicules et les maisons ont été fouillés, et des armes et du matériel militaire ont été saisis (Page Facebook Red Alert, 7 octobre 2018).
    • Le 4 octobre 2018 – Un garçon d’environ huit ans portant un couteau est arrivé à l’un des barrages routiers de la route 433 (entre Modi’in et Jérusalem) et voyant un soldat, a jeté le couteau au sol. Le soldat n’a pas été blessé et l’enfant, qui venait du village voisin de Bayt Ur al-Tahta, s’est enfui (Page Facebook Red Alert, 4 octobre 2018).
    • Le 4 octobre 2018 – Au cours d’une activité des forces de sécurité israéliennes à Qalqilya, un Palestinien a lancé un cocktail Molotov sur les soldats. Il a été blessé par balle. Une fouille de sa personne a révélé un engin explosif improvisé (Page Facebook Red Alert, 4 octobre 2018).
Principales attaques de l’année écoulée en Judée-Samarie [1]

Principales attaques de l'année écoulée en Judée-Samarie

La “marche du retour”[2]
  • Comme tous les vendredis depuis le 30 mars 2018, le 5 octobre 2018, des “marches de retour” ont eu lieu le long de la frontière avec Israël. Environ 20 000 habitants de Gaza ont participé. Les émeutiers ont lancé des pierres sur les forces de sécurité israéliennes. Plusieurs émeutiers ont tenté de franchir la barrière en territoire israélien.
  • Compte tenu de l’augmentation du nombre d’émeutiers et du niveau de violence des “marches du retour”, y compris l’utilisation de grenades et d’engins piégés, et compte tenu des émeutes organisées quotidiennement le long de la frontière, l’armée israélienne a augmenté le nombre de ses forces le long de la frontière. Le ministre israélien de la Défense a déclaré que les eaux de pêche au large de la côte de Gaza seraient limitées et que d’autres mesures seraient prises si nécessaire.
  • Riyad Mansour, représentant de l’AP à l’ONU, a présenté la même missive au président du Conseil de sécurité, au secrétaire général des Nations Unies et au président de l’Assemblée générale au sujet des “infractions” israéliennes contre le peuple palestinien lors des “marches du retour”. Selon Mansour, la “cruauté d’Israël” à l’égard des Palestiniens est “un acte de terrorisme et une violation du droit international”. Il a affirmé que la situation était grave, en particulier en ce qui concerne la santé de la population de Gaza, et qu’il fallait une réponse (Wafa, 4 octobre 2018).
Flottilles et manifestations
  • Les Gazaouites continuent à organiser des émeutes la nuit près de la barrière de sécurité et tentent de franchir la barrière pour se rendre en territoire israélien. Le 8 octobre 2018, les bateaux ont mis les voiles (pour la onzième fois) en guise de protestation. Selon les Palestiniens, 32 bateaux, pour la plupart de petite taille, sont partis du port de Gaza en direction de la côte israélienne au Nord de la frontière de la bande de Gaza. Alors qu’ils naviguaient, les Gazaouites ont brûlé des pneus sur des radeaux. Au même moment, environ 5 000 Gazaouites se sont rendus sur la côte. Ils ont brûlé des pneus, lancé des grenades à main, des engins piégés et des cocktails Molotov sur les forces de Tsahal près de la barrière de sécurité dans le Nord de la bande de Gaza, près du rivage. Les émeutiers ont affirmé que certains d’entre eux avaient franchi la clôture, étaient allés à un poste des forces de défense israéliennes et y avaient mis le feu (Page Facebook de l’Autorité nationale suprême de la marche du retour, 8 octobre 2018).
Au cours d'une émeute, des femmes escaladent la barrière pour la vandaliser (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 8 octobre 2018)   Départ des bateaux.
Droite : Départ des bateaux. Gauche : Au cours d’une émeute, des femmes escaladent la barrière pour la vandaliser (Page Facebook de l’Autorité nationale suprême de la marche du retour, 8 octobre 2018)

Voir la vidéo des émeutes :

https://www.facebook.com/ShehabAgency.MainPage/videos/254206495282783/

  • Fathi Hamad, un membre du bureau politique du Hamas, a déclaré que les Palestiniens avaient “libéré plusieurs mètres de la terre de Palestine”, et cela devait être écrit dans l’histoire palestinienne. Il a affirmé que l’événement avait été vu par des commandants des rangs de la “résistance” venus de Rafah, Beit Hanoun et de la Cisjordanie. Il a ajouté que la communauté israélienne de Zikim [située à environ deux miles de la frontière de la bande de Gaza] devait être le point de rassemblement des Gazaouites (al-Aqsa, 8 octobre 2018).
  • Selon le ministère de la Santé de la bande de Gaza, 29 habitants de Gaza ont été blessés. Un porte-parole du ministère de la Santé a déclaré qu’ils avaient commencé à utiliser un “bateau ambulance” pour aider les équipes médicales opérant dans les flottilles (Palinfo, quds.net et Ma’an, 8 octobre 2018).
Le terrorisme incendiaire
  • En plus de l’escalade de la violence le long de la frontière, le terroriste incendiaire se poursuit. La semaine dernière, un certain nombre de ballons incendiaires ont provoqué des incendies dans des localités du Néguev occidental. Le 7 octobre 2018, les pompiers ont éteint cinq incendies dans le Néguev occidental. Des engins piégés étaient attachés à certains ballons (Unité du porte-parole du Néguev occidental, 7 octobre 2018). En réponse aux ballons transportant des explosifs, des avions de l’armée de l’air israélienne ont attaqué une équipe qui avait lancé des ballons incendiaires en territoire israélien. Les médias palestiniens ont signalé l’attaque d’une équipe de lanceurs de ballons à l’Est de Rafah et que personne n’avait été blessé (Compte Twitter Paldf, 7 octobre 2018).

Engin piégé attaché à un ballon incendiaire en territoire israélien (Unité du porte-parole du Néguev occidental, 7 octobre 2018)
Engin piégé attaché à un ballon incendiaire en territoire israélien (Unité du porte-parole du Néguev occidental, 7 octobre 2018)

Tirs de roquettes et d’obus de mortier
  • La semaine dernière, aucune roquette n’a été identifiée en territoire israélien.
Tirs de roquettes et d’obus de mortier des dernières séries d’escalade[3]

Tirs de roquettes et d'obus de mortier des dernières séries d'escalade
Les nombres des mois de Mai-Juin-Juillet 2018 montrent le nombre minimal de roquettes et d’obus de mortier. Nous ne pouvons pas faire la distinction entre les roquettes et les obus de mortier.

Tirs de roquettes et d’obus de mortier de l’année écoulée

Tirs de roquettes et d'obus de mortier de l'année écoulée

Répartition annuelle des tirs

Répartition annuelle des tirs

Alimentation en électricité dans la bande de Gaza
  • Essam Aldalis, président du département politique du Hamas, a déclaré que le Qatar avait payé le carburant pour la bande de Gaza et qu’Israël avait maintenant accepté de transférer du carburant vers sa centrale électrique. Selon Aldalis, l’Autorité Palestinienne a menacé la société de livraison de carburant et a averti les employés de la compagnie d’électricité de la bande de Gaza de ne pas accepter le carburant et de ne pas faire fonctionner la centrale plus de quatre heures par jour (Compte Twitter d’Essam Aldalis, 6 octobre 2018).
Le combustible destiné à la centrale électrique de la bande de Gaza, achetée avec des fonds du Qatar, entre dans la bande de Gaza sous la supervision de l'ONU (Page Facebook Gaza Now, 9 octobre 2018)   Le combustible destiné à la centrale électrique de la bande de Gaza, achetée avec des fonds du Qatar, entre dans la bande de Gaza sous la supervision de l'ONU (Page Facebook Gaza Now, 9 octobre 2018)
Le combustible destiné à la centrale électrique de la bande de Gaza, achetée avec des fonds du Qatar, entre dans la bande de Gaza sous la supervision de l’ONU (Page Facebook Gaza Now, 9 octobre 2018)
  • Zafer Melhem, président de l’autorité de l’AP chargée de l’énergie et des ressources naturelles, a déclaré que l’autorité de l’énergie menait un programme de rénovation des centrales électriques fournissant de l’électricité à la bande de Gaza. Il a déclaré que le 10 octobre 2018, un projet d’énergie solaire commencerait. Cela coûtera 2,5 millions de dollars et augmentera la quantité d’électricité disponible pour les habitants de la bande de Gaza (Dunia al-Watan, 5 octobre 2018).
Discussions en vue d’un arrangement
  • Une délégation de hauts responsables du Hamas, dirigée par Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas, est revenue d’Egypte le 4 octobre dans la bande de Gaza. Une série de réunions avec des membres des renseignements généraux égyptiens a pris fin le 3 octobre 2018 (Compte Twitter Shehab, 3 octobre 2018). “Des sources” ont déclaré que lors des réunions au Caire, les Égyptiens avaient proposé un arrangement partiel et un assouplissement temporaire du “siège” (AlAraby al-Jadeed, 2 octobre 2018). Les autorités égyptiennes ont également accepté de libérer quatre Gazaouites emprisonnés en Égypte (Chehab, 4 octobre 2018). Les médias palestiniens ont rapporté officieusement qu’une autre délégation, dirigée par Yahya al-Sinwar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, devait partir prochainement pour l’Égypte. “Des sources fiables” ont indiqué que l’Egypte attendait les réponses du Fatah et du Hamas à ses propositions (al-Quds al-Arabi, 8 octobre 2018).
Interview de Yahya al-Sinwar dans la presse occidentale
  • Yahya al Sinwar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, a été longuement interrogé par un journaliste du journal italien La Repubblica, envoyé par le journal israélien Yedioth Ahronoth. Il a répondu à des questions sur la situation dans la bande de Gaza et sur un éventuel arrangement avec Israël. Il a ajouté que la situation dans la bande de Gaza était “au bord d’une explosion” et qu’en contrepartie d’un accord avec Israël, le Hamas exige un assouplissement du “siège”. Il a affirmé qu’il soutenait l’utilisation continue de “mesures populaires” [cerfs-volants et ballons incendiaires et “manifestations”].
  • Il a notamment abordé les questions importantes suivantes (Yedioth Ahronoth, 5 octobre 2018):
    • Confrontation avec Israël : Selon Yahya al-Sinwar, la “résistance armée” est le droit des Palestiniens au regard du droit international. Il a ajouté que personne des deux côtés ne souhaitait la guerre, en particulier les Palestiniens, qui devraient combattre “le nucléaire [cf., Israël) avec des frondes.” Cependant, a-t-il ajouté, si le Hamas est attaqué, il se défendra. Il a dit que, bien qu’ils sachent que certaines de ses roquettes avaient été interceptées par le système de défense aérienne Dôme de Fer, le Hamas disposait de nombreuses autres armes.
    • Un arrangement avec Israël : Il a dit que si un cessez-le-feu était censé signifier qu’ils ne seraient pas attaqués mais continueraient à vivre sans eau ni électricité sous un “siège”, cela n’aurait aucun sens car le “siège” était une sorte de guerre. Il a dit qu’actuellement il n’y avait pas d’accord avec Israël parce que, malgré le fait que la plupart des organisations [terroristes] étaient d’accord sur les principes et les demandes, Israël avait fait échouer toutes ses tentatives. Il a toutefois ajouté que même si un cessez-le-feu était signé, le Hamas conserverait les armes de la “résistance” [cf.. que les organisations terroristes ne se désarmeraient pas].
    • La construction de tunnels dans la bande de Gaza : Selon Yahya al-Sinwar, l’affirmation selon laquelle le Hamas aurait construit des tunnels au lieu d’aider les habitants de la bande de Gaza était de la propagande israélienne. Il a affirmé que le Hamas n’avait jamais utilisé de fonds publics ou internationaux pour ses propres besoins. Il a ajouté que les tunnels n’étaient pas la cause de la “catastrophe humanitaire” dans la bande de Gaza, mais plutôt de quiconque avait imposé le “siège”. En outre, il a également affirmé que par le passé, les tunnels avaient été utilisés pour importer des produits de base et des médicaments dans la bande de Gaza.
    • Le terrorisme incendiaire : Il a affirmé que les cerfs-volants n’étaient pas des armes, mais plutôt “un message”. Selon eux, il ne s’agissait que de chiffons imbibés d’essence qui, tout au plus, ne pourraient que mettre le feu à une forêt et être éteints à l’aide d’un extincteur.
  • Au vu des critiques adressées à Yahya al-Sinwar pour son interview par les médias israéliens, le bureau politique du Hamas a publié une déclaration de clarification. La journaliste aurait officiellement demandé à mener l’interview pour La Repubblica et le British Guardian, et selon une enquête, la journaliste ne serait pas israélienne. La déclaration indiquait également qu’il ne s’agissait pas d’une interview factuelle, mais que la journaliste lui avait envoyé des questions et reçu des réponses. Le bureau de la journaliste a affirmé qu’elle avait apparemment vendu l’interview à Yedioth Ahronoth, qui en avait déformé une partie du contenu pour donner l’impression qu’il s’agissait d’un journal israélien. Le bureau a affirmé qu’il entamerait des poursuites judiciaires contre la journaliste (Site Internet du Hamas, 4 octobre 2018).
Mort d’un membre de la branche armée du JIP dans l’effondrement d’un tunnel
  •  La branche militaire du Hamas a annoncé la mort de Hamad Abd al-Khalaq Ahmed al-Masri, 31 ans, de Beit Hanoun. Selon l’annonce, il est décédé des suites d’une blessure dans l’effondrement d’un tunnel il y a quelques jours (Site Internet des Brigades Izz al-Din Qassam, 6 octobre 2018). Un porte-parole du ministère de la Santé de la bande de Gaza a annoncé qu’Al-Masri était mort à l’hôpital après avoir été blessé dans un “accident” le 1er octobre 2018 (Page Facebook d’Achraf al-Qidra, 6 octobre 2018).

 Hamad al-Masri (Compte Twitter de la branche armée du Hamas, 6 octobre 201
 Hamad al-Masri
(Compte Twitter de la branche armée du Hamas, 6 octobre 2018)

Exposition militaire du JIP
  • Pour célébrer l’élection de Ziyad al-Nakhalah en tant que nouveau secrétaire général du JIP et le 31e anniversaire de la fondation de l’organisation, des membres de la branche armée du JIP ont organisé une parade militaire dans la ville de Gaza. Au cours de la manifestation, Ziyad al-Nakhalah a été assermenté en tant que secrétaire général en présence d’un grand nombre de membres de la branche armée. L’exposition a été utilisée pour montrer de nombreuses armes de l’arsenal du JIP. Selon les dires de l’organisation, cela incluait une nouvelle maquette de fusée, dont les spécifications sont tenues secrètes (Site Internet des Bataillons de Jérusalem et chaîne al-Mayadeen, 5 octobre 2018).

Pour voir la vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=uMAVBTTp7-Q

  • Khaled al-Batsh, haut responsable du JIP dans la bande de Gaza, a déclaré lors d’une courte interview au cours de la manifestation qu’il s’agissait d’un message disant à Israël que la branche armée du JIP était préparée à un affrontement avec Israël et qu’elle poursuivrait sa stratégie de jihad et de “résistance” (Chaîne al-Mayadeen, 5 octobre 2018). Abu Hamza, porte-parole de la branche armée du JIP, a déclaré dans un discours que l’armée avait juré allégeance au nouveau secrétaire général et qu’ils seraient présents sur tous les champs de bataille pour défendre le peuple palestinien. Il a également déclaré que les armes de la branche armée étaient la source de sa fierté et qu’elles n’étaient pas sujettes à négociation (Al-Mayadeen, 4 octobre 2018).
  • Ziyad al-Nakhalah, secrétaire général élu, a prononcé un long discours retransmis en direct au “camp du retour” dans l’Est de la ville de Gaza. Il a loué les participants aux “marches du retour”, affirmant qu’Israël était en difficulté à cause des “marches” et que les tueries qui ont eu lieu pendant ces réunions doivent cesser. Il a ajouté que la “résistance” avait la capacité de transformer la région de la bande de Gaza et les “colonies” environnantes en un lieu où personne ne pourrait vivre. Il a également déclaré que les branches armées du JIP et du Hamas ne resteraient pas silencieuses et agiraient à un moment de leur choix (Filastin al-Yawm, 5 octobre 2018).
Mesures américaines prises contre l’AP
  • Les médias palestiniens ont rapporté que le Président américain avait signé un projet de loi “pour la lutte contre le terrorisme” qui donnait aux tribunaux américains le pouvoir de réduire les fonds versés en aide économique à des organismes tels que les forces de sécurité palestiniennes. Des sources des forces de sécurité palestiniennes ont déclaré craindre que le projet de loi les expose à des poursuites les accusant de soutenir le terrorisme et réduiraient les fonds reçus. Le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité Palestinienne, Riyadh al-Maliki, a condamné la décision américaine, affirmant qu’elle prouvait que les États-Unis ne respectaient pas le droit international ou l’ordre mondial fondé sur le droit (Wafa, 4 octobre 2018).
  • À la suite de l’action en justice intentée par l’AP contre les États-Unis devant la Cour internationale de justice (CIJ) pour avoir déplacé son ambassade à Jérusalem, les États-Unis ont annoncé qu’ils se retiraient du “protocole facultatif” de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, qui rend un appel à la cour possible. Selon John Bolton, conseiller pour la sécurité nationale, le Président a décidé que les États-Unis se retireraient du protocole facultatif. Il a ajouté que les États-Unis examinaient tous les accords internationaux susceptibles d’exposer le pays à des poursuites judiciaires devant la CIJ (Site Internet de la Maison Blanche, 3 octobre 2018). En agissant ainsi, les États-Unis ont révoqué le pouvoir de la CIJ de délibérer sur des questions entre eux et l’Autorité Palestinienne.
Poursuite des manifestations à propos de l’évacuation de Khan al-Ahmar
  • Les préparatifs se poursuivent en vue de l’évacuation de Khan al-Ahmar. Le 5 octobre 2018, environ 200 personnes ont marché sur la route reliant Jérusalem à Jéricho. La marche était dirigée par Mu’astasem Tim, le conseiller de Mahmoud Abbas pour les questions relatives à Jérusalem. Les forces nationales islamiques ont déclaré que la semaine à venir serait celle de Khan al-Ahmar et ont appelé de leurs vœux une présence accrue des Palestiniens dans le village.
UNRWA
  • Après deux jours de grève générale des employés des bureaux et des institutions de l’UNRWA pour protester contre les compressions budgétaires et les licenciements, le 4 octobre 2018, le syndicat des employés de l’UNRWA a annoncé qu’il suspendrait sa protestation pendant dix jours afin de permettre l’avancée des contacts débutés le 6 octobre 2018 (Compte Twitter Shabakat Quds, 4 octobre 2018).
  • Cent douze membres démocrates de la Chambre des représentants ont envoyé une lettre à Mike Pompeo, secrétaire d’État américain, appelant le Président à annuler sa décision de réduire le financement de l’UNRWA. Ils ont demandé un nouveau programme, qui fournirait une aide à la Judée-Samarie, à Jérusalem-Est et à la bande de Gaza (Foreign Affair, 3 octobre 2018). Le ministère des Affaires étrangères de l’Autorité Palestinienne a indiqué qu’il avait examiné la lettre et l’avait trouvée positive et en passe de corriger la situation. Le ministère a déclaré qu’il espérait que beaucoup d’autres rejoindraient la demande (Dunia al-Watan, 3 octobre 2018).
  • Nabil Shaath, conseiller de Mahmoud Abbas pour les relations étrangères et internationales, a déclaré que la lettre montrait que de nombreux Américains s’opposaient à la politique du Président et que les Palestiniens devaient exploiter l’opposition (Télévision palestinienne, 4 octobre 2018).

[1] Les principales attaques comprennent des fusillades, des attaques à l'arme blanche, des attaques à la voiture bélier et des poses d'engins piégés. Les tirs de pierres et de cocktails Molotov ne sont pas compris.
[2] A ce sujet, voire notre article (en anglais) du 7 octobre 2018 intitulé "Summary of Events Along the Gaza Strip Border, October 5, 2018."

[3] Les statistiques ne comprennent pas les tirs de roquettes dans la bande de Gaza .