Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (4-10 juillet 2018)

Zuhdia Haniyeh, une cousine d'Ismaïl Haniyeh, participe à la manifestation (Page Facebook du photojournaliste Ihab Zuhd Adas, 6 juillet 2018)

Zuhdia Haniyeh, une cousine d'Ismaïl Haniyeh, participe à la manifestation (Page Facebook du photojournaliste Ihab Zuhd Adas, 6 juillet 2018)

Service commémoratif en présence de hauts responsables du Hamas et du Jihad Islamique Palestinien (JIP). De gauche à droite, Nafaz Azzam du JIP, Yahya al-Sinwar et Mahmoud al-Zahar (Page Facebook d'Abu Wassim Abd al Hadi, 6 juillet 2018)

Service commémoratif en présence de hauts responsables du Hamas et du Jihad Islamique Palestinien (JIP). De gauche à droite, Nafaz Azzam du JIP, Yahya al-Sinwar et Mahmoud al-Zahar (Page Facebook d'Abu Wassim Abd al Hadi, 6 juillet 2018)

Des membres de l'unité

Des membres de l'unité "ballons et cerfs-volants - les fils d'Al-Zouari" dans le centre de la bande de Gaza ont construit un avion modèle auquel ils ont attaché un ballon incendiaire (Page Facebook de l'unité "ballons et cerfs-volants" 6 et 7 juillet 2018)

Des membres de l'unité

Des membres de l'unité "ballons et cerfs-volants - les fils d'Al-Zouari" dans le centre de la bande de Gaza ont construit un avion modèle auquel ils ont attaché un ballon incendiaire (Page Facebook de l'unité "ballons et cerfs-volants" 6 et 7 juillet 2018)

Terrorisme incendiaire: Incendie dans une localité près de la bande de Gaza, causé par un ballon incendiaire (Compte Twitter Palinfo, 8 juillet 2018)

Terrorisme incendiaire: Incendie dans une localité près de la bande de Gaza, causé par un ballon incendiaire (Compte Twitter Palinfo, 8 juillet 2018)

Le rassemblement de femmes. Gauche : Yahya al-Sinwar assiste au rassemblement (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 3 juillet 2018)

Le rassemblement de femmes. Gauche : Yahya al-Sinwar assiste au rassemblement (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 3 juillet 2018)

Le Huriya avant de partir du port sarde de Cagliari (Page Facebook de l'association d'amitié Sardaigne-Palestine, 8 juillet 2018).

Le Huriya avant de partir du port sarde de Cagliari (Page Facebook de l'association d'amitié Sardaigne-Palestine, 8 juillet 2018).

Cérémonie de départ du bateau en présence d'Ismail Radwan, haut responsable du Hamas (Page Facebook de l'Autorité supérieure de la marche du retour

Cérémonie de départ du bateau en présence d'Ismail Radwan, haut responsable du Hamas (Page Facebook de l'Autorité supérieure de la marche du retour", 10 juillet 2018).

  • Le 6 juillet 2018, la « marche du retour » du vendredi n’a réuni que quelques milliers de Gazaouites. L’un d’entre eux a été tué lorsqu’une grenade à main a explosé, apparemment déclenchée par erreur par un émeutier à proximité. Comme d’habitude, la « marche du retour » a été accompagnée de violences qui comprenaient un certain nombre de tentatives de sabotage de la barrière de sécurité et d’attaque des soldats de Tsahal. Le terrorisme incendiaire a continué sans relâche.
  • Suite à la poursuite du terrorisme incendiaire, Israël a décidé de fermer le terminal de Kerem Shalom le 9 juillet 2018. Selon cette décision, rien ne pourra entrer dans la bande de Gaza, à l’exception de la nourriture et des médicaments. En outre, l’élargissement de la zone de pêche de la bande de Gaza a été annulé. Le Hamas et le Jihad Islamique Palestinien (JIP) ont dénoncé la décision israélienne, la qualifiant de « nouveau crime contre l’humanité », affirmant que cela intensifierait la confrontation avec Israël.
  • En Judée-Samarie, deux fusillades ont eu lieu la semaine dernière, l’une visant la localité de Beit El et l’autre près du terminal de Bituniya (près de Ramallah). Un engin explosif a été lancé au carrefour de Jit (près de Naplouse). En outre, les forces de sécurité israéliennes ont empêché deux attaques à l’arme blanche et ont éteint un incendie provoqué par des Palestiniens à l’Ouest de la localité de Yitzhar (Sud de Naplouse).
Manifestations de la « marche du retour » du vendredi 6 juillet
  • Le slogan de la « marche du retour » du 6 juillet 2018 était « Unis pour renverser l’accord [« affaire du siècle »] et briser le siège ». Les organisateurs ont appelé les habitants de Gaza à participer à la marche du vendredi 13 juillet 2018, dont le slogan sera « Le vendredi des 100 jours depuis le début des marches et de la solidarité avec Khan al-Ahmar » (compte Twitter Shehab News Agency, 6 juillet 2018).
  • Selon les rapports de Tsahal, seuls quelques milliers de Gazaouites ont défilé à cinq endroits le long de la barrière frontalière. Selon des informations palestiniennes, au cours des affrontements, Muhammad Abu Halima, 22 ans, a été abattu par des tirs de Tsahal (Shehab, 6 juillet 2018). Environ 400 émeutiers ont été blessés, la plupart par inhalation de gaz lacrymogène. Cent-dix-neuf Palestiniens blessés ont été évacués vers les hôpitaux et le reste a été soigné sur place. Les médias de la bande de Gaza ont rapporté que l’une des blessés était Zuhdia Khaled Haniyeh, 38 ans, une cousine d’Ismaïl Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas (Safa, 7 juillet 2018).
  •   Un porte-parole du ministère de la Santé dans la bande de Gaza a affirmé que Muhammad Abu Halima avait été tué par des éclats d’obus lors de la « répression de la marche du retour » dans l’Est de la ville de Gaza. Cependant, des témoins oculaires ont rapporté que lors des affrontements, une explosion, apparemment provoquée par la grenade d’un des émeutiers, a blessé de nombreuses personnes (Agence France Presse, 6 juillet 2018). D’autres médias ont rapporté une explosion non identifiée au milieu d’émeutiers près de la barrière frontalière à l’Est de la ville de Gaza qui a blessé plusieurs personnes (Ma’an et compte Twitter d’al-Ghad TV, 6 juillet 2018).
  • Pendant la marche, il y a eu aussi des actes de violence et de terrorisme, y compris un certain nombre de tentatives de saboter la barrière de sécurité et d’attaquer les forces de Tsahal. En outre, des centaines de ballons incendiaires ont été lancés depuis la bande de Gaza en territoire israélien, provoquant des incendies. Les incidents les plus importants étaient les suivants :
  • Près du terminal de Karni, au Nord de la bande de Gaza, des Palestiniens ont tenté de lancer un engin piégé contre des soldats de Tsahal. L’engin a explosé à l’intérieur de la bande de Gaza et blessé des Palestiniens. Aucune victime n’a été signalée parmi les forces de Tsahal (Porte-parole de Tsahal, 6 juillet 2018). Mustafa al-Soaf, journaliste et militant du Hamas, a écrit un article exprimant sa peine qu’un homme « rancunier » ait tenté de lancer une grenade sur un poste d’observation israélien, mais « par la volonté d’Allah », la grenade a explosé parmi les manifestants et a fait des blessés, dont certains étaient dans un état critique (alresala.net, 9 juillet 2018).
  •    Selon des informations palestiniennes, plusieurs manifestants ont enlevé des parties de la barrière de sécurité à l’Est de Rafah et près de Khan Yunis (Filistin al-Youm et Shabakat Al-Quds, 6 juillet 2018).
Des enfants traînent des barbelés loin de la barrière de sécurité dans l'est de Khan Yunis (Page Facebook du bureau d'information du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) dans le district de Khan Yunis, 7 juillet 2018)   Des enfants traînent des barbelés loin de la barrière de sécurité dans l'est de Khan Yunis (Page Facebook du bureau d'information du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) dans le district de Khan Yunis, 7 juillet 2018)
Des enfants traînent des barbelés loin de la barrière de sécurité dans l’est de Khan Yunis (Page Facebook du bureau d’information du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) dans le district de Khan Yunis, 7 juillet 2018)
  Affrontements à la barrière de sécurité. Les Palestiniens lancent des pierres sur les forces de Tsahal à l'Est de Jabaliya (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche de retour, 6 juillet 2018)    Affrontements à la barrière de sécurité. Les Palestiniens lancent des pierres sur les forces de Tsahal à l'Est de Jabaliya (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche de retour, 6 juillet 2018)
 Affrontements à la barrière de sécurité. Les Palestiniens lancent des pierres sur les forces de Tsahal à l’Est de Jabaliya (Page Facebook de l’Autorité nationale suprême de la marche de retour, 6 juillet 2018)
  • Pendant les manifestations, une cérémonie commémorative a été organisée pour Yasser Abu al-Naja, le fils d’un responsable de la branche armée du Hamas à Khan Yunis, qui a été tué en train de saboter la clôture de barbelés près de la barrière de sécurité. La cérémonie s’est déroulée dans un « camp de retour » à Khan Yunis en présence de Yahya al-Sinwar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, Mahmoud al-Zahar, membre du bureau politique du Hamas, Nafaz Azzam, haut responsable du JIP, et d’autres. Mahmoud al-Zahar a prononcé un discours dans lequel il a déclaré que la normalisation, la collaboration et la coordination avec l’ennemi n’appartiennent pas au code d’éthique palestinien et ne sont pas dans l’intérêt du peuple palestinien. Il a appelé les « colons » [cf., les Israéliens] à retourner d’où ils viennent, et a menacé « Nous arriverons » (Chaîne Internet d’al-Aqsa, 6 juillet 2018).
Poursuite du terrorisme incendiaire
  • Le terrorisme incendiaire continue de provoquer des incendies dans les localités israéliennes près de la bande de Gaza. De nombreux incendies ont été causés au cours de la semaine par des ballons incendiaires lancés par les Gazaouites. Des dommages importants ont été causés aux champs et aux réserves naturelles. Le 5 juillet 2018, un ballon incendiaire a été découvert dans la ville de Sderot. Le 8 juillet 2018, un ballon incendiaire a été trouvé près d’un jardin d’enfants dans une localité israélienne, au Nord de la bande de Gaza.
  • Selon les données disponibles, depuis le début du terrorisme, plus de 600 incendies ont été déclenchés et une moyenne d’environ 20 incendies ont fait rage chaque jour, entraînant la destruction d’environ 7 400 acres. La plupart des champs brûlés produisaient du blé et des avocats. Des dommages ont également été causés aux réserves naturelles et aux animaux, y compris aux cerfs, gerbilles, serpents et autres reptiles. Les dommages ont été estimés à entre quatre et cinq millions de shekels (entre environ 1,1 et 1,4 million de dollars) (Ynet, 5 juillet 2018).
‏‏Les membres du groupe "les unités de Wadia Hadad" (responsables d'attaques terroristes du FPLP à l'étranger) et apparemment affiliés au FPLP, lancent des ballons incendiaires (Page Facebook du bureau d'information du FPLP dans le district central de Gaza, 7 juillet 2018 )   ‏‏Les membres du groupe "les unités de Wadia Hadad" (responsables d'attaques terroristes du FPLP à l'étranger) et apparemment affiliés au FPLP, lancent des ballons incendiaires (Page Facebook du bureau d'information du FPLP dans le district central de Gaza, 7 juillet 2018 )
Les membres du groupe « les unités de Wadia Hadad » (responsables d’attaques terroristes du FPLP à l’étranger) et apparemment affiliés au FPLP, lancent des ballons incendiaires (Page Facebook du bureau d’information du FPLP dans le district central de Gaza, 7 juillet 2018 )
Participation de responsables du Hamas et propos de Mahmoud al-Zahar
  • Des personnalités du Hamas ont participé aux activités de la « marche du retour » du vendredi 6 juillet 2018, dont Ahmed Bahar, vice-président du Conseil Législatif Palestinien (Palinfo, 6 juillet 2018), Fathi Hamad, membre du bureau politique du Hamas, qui s’est rendu dans les zones à l’Est du camp de réfugiés de Jabaliya (Chaîne Al-Aqsa, 6 juillet 2018), et Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas, qui s’est rendu au « camp du retour » à l’Est de la ville de Gaza (Site Internet du Hamas, 6 juillet 2018).

Ahmed Bahar, haut responsable du Hamas et vice-président du Conseil Législatif Palestinien, dans un "camp du retour" dans l'Est de Rafah (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 6 juillet 2018).
Ahmed Bahar, haut responsable du Hamas et vice-président du Conseil Législatif Palestinien, dans un « camp du retour » dans l’Est de Rafah (Page Facebook de l’Autorité nationale suprême de la marche du retour, 6 juillet 2018).

  • Mahmoud al-Zahar, membre du bureau politique du Hamas, a prononcé un discours lors d’une cérémonie à l’Est de Khan Yunis. Il a déclaré que la décision de la « résistance » [cf. les organisations terroristes] est de récupérer la Palestine et de ne pas l’abandonner, pas même un centimètre de ses terres « du Jourdain à la Méditerranée ». Il a également dit que les Palestiniens reconnaissaient Jérusalem comme une seule et unique ville, et qu’ils la légueraient à leurs fils en tant que ville unifiée. Il a ajouté qu’ils préparaient la bataille de « la promesse de la deuxième fois » (une expression pour la destruction d’Israël[1]), au cours de laquelle toute la Palestine sera « libérée » et les Palestiniens entreront tous à Jérusalem et à la mosquée Al-Aqsa (Télévision al-Aqsa, 6 juillet 2018).
Rassemblement de femmes lors des « marches du retour »
  • Le 3 juillet 2018, des milliers de femmes ont participé à un rassemblement organisé dans un « camp du retour » dans l’Est de Gaza organisé par le comité des femmes de l’Autorité nationale suprême de la marche du retour. Le rassemblement a été suivi par Yahya al-Sinwar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza. Un discours a été prononcé par Iktimal Hamad, présidente du comité des femmes, qui a déclaré que le rassemblement avait pour but d’envoyer le message que les femmes sont des partenaires dans la lutte aux côtés des hommes. Selon le ministère de la Santé de la bande de Gaza, 134 Palestiniens ont été blessés, la plupart des femmes, par les tirs de Tsahal et par l’inhalation de gaz lacrymogène (Safa et al-Andalou News, 3 juillet 2018).
Le rassemblement de femmes. Gauche : Yahya al-Sinwar assiste au rassemblement (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 3 juillet 2018)   Le rassemblement de femmes. Gauche : Yahya al-Sinwar assiste au rassemblement (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 3 juillet 2018)
Le rassemblement de femmes. Gauche : Yahya al-Sinwar assiste au rassemblement (Page Facebook de l’Autorité nationale suprême de la marche du retour, 3 juillet 2018)
Les femmes marchent vers la barrière de sécurité après le rassemblement (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 3 juillet 2018)   Les femmes marchent vers la barrière de sécurité après le rassemblement (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 3 juillet 2018)
Les femmes marchent vers la barrière de sécurité après le rassemblement
(Page Facebook de l’Autorité nationale suprême de la marche du retour, 3 juillet 2018)
Tirs de roquettes sur Israël
  • Au cours de la semaine, aucun tir de roquette ni d’obus de mortier n’a été signalé en territoire israélien.
Tirs de roquettes et d’obus de mortier au cours de l’année écoulée[2]

Tirs de roquettes et d'obus de mortier au cours de l'année écoulée
*Nombre de roquettes et d’obus de mortier. Il est impossible de distinguer les tirs de roquettes des tirs d’obus de mortier.

Répartition annuelle des tirs de roquettes

Répartition annuelle des tirs de roquettes
* Nombre estimé de roquettes et d’obus de mortier tirés au cours des deux salves.

Attaques
  • Dans la nuit du 9 juillet 2018, une fusillade a visé la localité de Beit El (dans la région de Ramallah). Aucune victime n’a été signalée. L’attaque a apparemment été réalisée depuis une voiture en marche. Les forces de Tsahal ont fouillé la zone pour localiser les tireurs (Porte-parole de Tsahal, 10 juillet 2018).
  • Le 8 juillet 2018, un engin piégé a été lancé au carrefour de Jit (près de Naplouse). Aucune victime ni dommage n’a été signalé. Plusieurs heures plus tard, un Palestinien soupçonné d’avoir lancé l’engin a été appréhendé. Deux autres engins piégés ont été trouvés dans sa voiture (Porte-parole de Tsahal, 8 juillet 2018).
Autres incidents
  • Les Palestiniens ont continué à lancer des pierres et des cocktails Molotov sur les forces de sécurité israéliennes et des cibles civiles. Les forces de sécurité israéliennes ont mené des activités antiterroristes dans toute la Judée-Samarie, arrêtant des Palestiniens soupçonnés d’activités terroristes et saisissant des armes. Les événements les plus marquants ont été les suivants :
    • Le 10 juillet 2018 – Lors d’une perquisition effectuée par les forces de Tsahal dans la ville de Qalqilya (Sud-Est de la Samarie), un fusil d’assaut M-16 a été trouvé. En outre, quatre Palestiniens soupçonnés d’être impliqués dans des activités terroristes ont été arrêtés (Ynet, 10 juillet 2018).
    • Le 7 juillet 2018 – Des policiers israéliens ont remarqué un jeune homme agissant de manière suspecte entre la localité de Kokhav Yaakov et le carrefour de Givat Asaf (près d’al-Bireh). Une inspection de son véhicule a révélé deux couteaux. Le Palestinien était originaire de Dura (près de Hébron). Il a été arrêté et lors de son interrogatoire initial, il a affirmé qu’il prévoyait de commettre une attaque (Page Facebook Red Alert, 7 juillet 2018).
    • Le 7 juillet 2018 – Un Palestinien de 16 ans s’est rendu au terminal de Shuafat (Nord de Jérusalem). Les gardes-frontières qui l’ont fouillé ont trouvé un couteau caché sous ses vêtements. Il a été détenu pour être interrogé. (Page Facebook Red Alert, 7 juillet 2018).
    • Le 6 juillet 2018 – Des Palestiniens du village d’Arif ont allumé un incendie à l’Ouest de la localité de Yitzhar (Sud de Naplouse). La chaleur intense a fait que le feu s’est propagé rapidement vers les habitations des résidents. Une force de Tsahal appelée sur place a dispersé les Palestiniens (Page Facebook Red Alert, 6 juillet 2018).
    • Le 6 juillet 2018 – Une force de Tsahal a signalé des tirs près du terminal de Bituniya (près de Ramallah). L’attaque a apparemment était menée depuis une voiture en marche. Aucune victime n’a été signalée. Les forces de Tsahal ont fouillé la zone pour trouver les tireurs (Page Facebook Red Alert, 6 juillet 2018).
Principales attaques de l’année écoulée[3]

Principales attaques de l'année écoulée

Fermeture du terminal de Kerem Shalom
  • Le Premier ministre israélien et le ministre de la Défense ont autorisé le chef d’état-major de Tsahal à fermer Kerem Shalom, le principal terminal pour le passage des marchandises à l’intérieur et à l’extérieur de la bande de Gaza, à partir du mardi 9 juillet 2018. Seuls de la nourriture et des médicaments seront autorisés dans la bande de Gaza, ainsi que des équipements humanitaires autorisés sur une base individuelle par le coordonnateur israélien des activités du gouvernement dans les territoires. L’élargissement de la zone de pêche pour les pêcheurs de la bande de Gaza à neuf milles a été annulé et la limite de six milles a été rétablie (Porte-parole de Tsahal, 9 juillet 2018).
  • Le Hamas et le JIP ont fortement réagi à la décision. Ci-après les principales réactions :
    • Le JIP a publié une déclaration qualifiant la décision d’Israël de fermer le terminal de Kerem Shalom de « déclaration de guerre« , à laquelle la « résistance » [cf., les organisations terroristes] pourrait réagir à tout moment (Filistin al-Youm, 9 juillet 2018).
    • Le porte-parole du Hamas Fawzi Barhoum a qualifié la décision israélienne de fermer le terminal de Kerem Shalom de « nouveau crime contre l’humanité ». Il a affirmé que le mépris régional et international face au « siège » de la bande de Gaza encourage Israël à continuer à violer les droits de l’homme et le droit international. Il a appelé la communauté internationale à prendre des mesures pour « lever le siège » (Site Internet du Hamas, 9 juillet 2018).
    • Le porte-parole du Hamas Hazem Qassem a dénoncé la décision israélienne de fermer le terminal de Kerem Shalom, le qualifiant de « crime ». Il a répondu que les « marches de retour » se multiplieraient (Chaîne YouTube al-Ghad, 9 juillet 2018).
    • Ahmed al-Mudallal, haut responsable du JIP, a affirmé que la décision conduirait à une aggravation de la confrontation avec Israël. Il a dit que la décision prouvait qu’Israël avait échoué dans ses tentatives de face aux « marches du retour » (Filistin al-Youm, 9 juillet 2018).
  • L’unité des cerfs-volants et ballons incendiaires de la bande de Gaza a menacé d’augmenter le nombre d’incendies en Israël avec des cerfs-volants incendiaires et des ballons en représailles de « la punition » infligée à la bande de Gaza par le gouvernement israélien (Ma’an, 19 juillet 2018).
Alimentation en électricité dans la bande de Gaza
  • La compagnie d’électricité de la bande de Gaza a révélé que les dettes des résidents et des institutions envers l’entreprise avaient atteint 4,4 milliards de shekels (environ 1,2 milliard de dollars). La compagnie a déclaré que seuls 20% de la population seulement payait l’électricité et que 70 000 clients ne payaient pas en raison de leur situation économique. Selon le communiqué, la consommation d’énergie est d’environ 500 mégawatts. Il y a trois sources d’électricité : Israël, qui fournit 120 mégawatts, la centrale de Gaza, qui fournit 200 mégawatts, et l’Egypte, dont les lignes électriques sont inactives depuis quatre mois et qui devrait fournir 23 mégawatts (Filistin al -Youm, 26 juin 2018).
Pollution des côtes de Gaza
  • Une enquête réalisée par la chaîne Paltoday de Gaza a rapporté qu’en raison de la pollution de la côte de Gaza, de nombreux habitants de Gaza ont été forcés de se rendre dans les piscines, malgré les coûts impliqués. Selon le rapport, qui a basé ses informations sur les données de l’autorité environnementale, environ 75% de la côte de Gaza est polluée par les eaux usées déversées dans la mer par les autorités locales, rendant les plages impropres à la baignade (Chaîne Youtube Paltoday, 2 juillet 2018). Les eaux usées sont déversées sur les plages de la bande de Gaza depuis plusieurs mois en raison du manque d’électricité. La pollution de la bande de Gaza met également en danger les plages le long de la côte sud d’Israël.
Les Gazaouites sont é obligés de se rendre à la piscine en raison du niveau élevé de pollution le long de la côte (Chaîne Youtube Paltoday, 2 juillet 2018)    Les eaux d'égout brutes s'écoulent sur les plages de Gaza.
Droite : Les eaux d’égout brutes s’écoulent sur les plages de Gaza. Gauche : Les Gazaouites sont é obligés de se rendre à la piscine en raison du niveau élevé de pollution le long de la côte (Chaîne Youtube Paltoday, 2 juillet 2018)
Camps d’été dans la bande de Gaza
  • Le comité de la da’wah et de la gestion des camps d’été du JIP a annoncé l’ouverture de camps d’été pour les enfants de Gaza sous le slogan « marche du retour ». Les camps seront des camps de jour organisés en Juillet et en Août pour les enfants âgés de 10 à 18 ans. Les différents camps porteront le nom des Gazaouites tués lors des « marches du retour » et des localités d’où les Palestiniens ont été expulsés en 1948 (Gaza A’an, 7 juillet 2018). 
Réactions de l’AP à la décision de la Knesset de déduire les fonds versés à l’AP[4]
  • Le 2 juillet 2018, la Knesset israélienne (Parlement) a adopté une loi, à 87 voix pour et 15 contre, pour déduire automatiquement les fonds destinés aux terroristes. des taxes qu’Israël perçoit et transfère à l’AP. La loi a été adoptée sans la nécessité d’une confirmation du Cabinet. La loi a provoqué l’ire des Palestiniens. Mahmoud Abbas a prononcé un discours lors d’une réunion du comité central du Fatah dans lequel il a dit que malgré la loi israélienne, la direction de l’AP continuerait à verser des paiements aux familles des chahids et des prisonniers (Wafa, 8 juillet 2018).

Mahmoud Abbas accueille une réunion du Comité central du Fatah dans son bureau à Ramallah (Wafa, 8 juillet 2018)
Mahmoud Abbas accueille une réunion du Comité central du Fatah dans son bureau à Ramallah (Wafa, 8 juillet 2018)

  • Ci-après les principales réactions :
    • Shukri Bashara, ministre palestinien du Trésor et de la Planification, a déclaré que cette décision était une tentative de « blanchir l’échec des Israéliens à présenter leurs revendications contre le gouvernement palestinien et l’OLP devant les tribunaux américains », qui ont été réduits au silence en 2017 après des années de délibération. Il a dit que le gouvernement [palestinien] continuerait à payer des allocations aux familles des chahids, des blessés et des prisonniers à toutes les conditions, malgré les conséquences de la loi israélienne. Il a précisé que le coût des allocations était de 28 millions de dollars par mois, soit environ 300 millions de dollars par an. Il a précisé que ce n’était pas une petite quantité mais que le nombre de prisonniers que l’AP devait prendre en charge n’était pas non plus faible (Wafa, 5 juillet 2018).
    • Le ministère palestinien des Affaires étrangères a dénoncé la décision de la Knesset, affirmant qu’il s’agit d’un autre geste dans la guerre qu’Israël mène contre le peuple palestinien et une autre sanction israélienne (Wafa, 3 juillet 2018). Le ministère des Affaires étrangères a également exigé que la communauté internationale ne coopère pas avec Israël en ce qui concerne les salaires versés aux prisonniers et aux familles des chahids. Le ministère a exigé que la communauté internationale réexamine sa coopération avec les ministères israéliens et les institutions qui soutiennent le « terrorisme » juif (Wafa, 4 juillet 2018).
    • Saeb Erekat, secrétaire du comité exécutif de l’OLP, a organisé une conférence de presse à Ramallah où il a dénoncé la loi de la Knesset, qui selon lui viole les conventions internationales. Il a ajouté que [l’AP] poursuivrait ses mesures contre Israël devant la Cour pénale internationale (CPI) (Wafa, Youtube, 4 juillet 2018).

Saeb Erekat lors d'une conférence de presse à Ramallah (Wafa, Youtube, 4 juillet 2018)
Saeb Erekat lors d’une conférence de presse à Ramallah (Wafa, Youtube, 4 juillet 2018)

Réactions aux événements de Khan al-Ahmar
  • Le 4 juillet 2018, des employés de l’administration civile accompagnés de policiers sont arrivés dans la région de Khan al-Ahmar (zone de Ma’aleh Adumim, à l’Est de Jérusalem). Leur objectif était de paver une route d’accès qui permettrait de commencer à démolir les bâtiments du village. Les habitants bédouins du village ont résisté et certains d’entre eux ont été arrêtés par la police. Le 5 juillet 2018, la Cour suprême israélienne a rendu une ordonnance provisoire contre la destruction des bâtiments.
  • Les hauts responsables de l’AP et les chefs d’organisations ont dénoncé l’activité israélienne et menacé de violence :
  • Riyad al-Maliki, ministre des Affaires étrangères de l’AP, a dénoncé le « crime de guerre » d’Israël à Khan al-Ahmar effectué « en violation du droit international. » Il a affirmé que c’était la preuve qu’Israël ignore tous les accords internationaux (Wafa, 4 juillet 2018).
  • Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a déclaré que la « persécution et le harcèlement » d’Israël à Khan al-Ahmar déclencheraient une Intifada dans tous les territoires de la Palestine. Il a averti qu’Israël paierait le prix de ses crimes (Site Internet du Hamas, 5 juillet 2018). Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a déclaré que l’attaque d’Israël contre les habitants de Khan al-Amar était une continuation de la politique de « nettoyage ethnique » qu’Israël emploie depuis sa fondation (Site Internet du Hamas, 4 juillet 2018).
La flottille pour Gaza – Etat des lieux
  • La flottille vers la bande de Gaza qui a quitté l’Europe en Mai dernier continue de se diriger vers la bande de Gaza. Quatre bateaux sont censés partir d’Italie dans les prochains jours, transportant environ 50 activistes. Ils sont censés atteindre la côte de la bande de Gaza à la fin du mois de Juillet.
 L'al-Awda dans le port corse d'Ajaccio (Page Facebook de Nabi Habri, 9 juillet 2018)   Le Huriya avant de partir du port sarde de Cagliari (Page Facebook de l'association d'amitié Sardaigne-Palestine, 8 juillet 2018).
Droite : Le Huriya avant de partir du port sarde de Cagliari (Page Facebook de l’association d’amitié Sardaigne-Palestine, 8 juillet 2018). Gauche : L’al-Awda dans le port corse d’Ajaccio (Page Facebook de Nabi Habri, 9 juillet 2018)
  • Pendant leur voyage, les bateaux ont été retenus dans plusieurs ports (Espagne, France et Portugal). Les activistes anti-israéliens n’étaient pas autorisés à mener des activités politiques. La police locale et les garde-côtes ont également examiné les bateaux.

Départ d’un bateau palestinien de Gaza pour un voyage de propagande

  • Le 9 juillet 2018, un bateau palestinien appelé « Le deuxième bateau de la liberté » a quitté le port de Gaza pour Limassol, Chypre. A bord du bateau se trouvaient un certain nombre d’étudiants et de Gazaouites handicapés et blessés. Salah Abd al-‘Aati, coordinateur du comité juridique de la « marche du retour », a déclaré qu’il tenait Israël pour responsable de la sécurité des participants à la flottille (al-Aqsa, 9 juillet 2018). Apparemment, le Hamas a envoyé le bateau comme un autre coup de propagande pour diffamer Israël.
 Le départ du bateau (Compte Twitter Palinfo, 10 juillet 2018)   Cérémonie de départ du bateau en présence d'Ismail Radwan, haut responsable du Hamas (Page Facebook de l'Autorité supérieure de la marche du retour", 10 juillet 2018). 
Droite: Cérémonie de départ du bateau en présence d’Ismail Radwan, haut responsable du Hamas (Page Facebook de l’Autorité supérieure de la marche du retour », 10 juillet 2018). Gauche: Le départ du bateau (Compte Twitter Palinfo, 10 juillet 2018)

[1] La "bataille de la promesse de la deuxième fois" est une expression du Hamas pour la bataille dans laquelle Israël sera complètement vaincu et détruit. La source du nom est un verset coranique dans lequel Allah promet que la deuxième fois que les Juifs pècheront, la punition sera leur humiliation aux mains d'un groupe de musulmans qui entreront dans le temple et détruiront ce que les Israélites ont conquis.
[2] Les statistiques ne comprennent pas les engins qui se sont abattus dans la bande de Gaza.

[3] Les principales attaques comprennent les fusillades, les attaques à l'arme blanche, les attaques à la voiture bélier et les poses d'engins piégés. Les tirs de pierres et de cocktails Molotov ne sont pas compris.

[4] Suite de notre bulletin "Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien" du 27 juin au 3 juillet 2018.