Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (30 mai – 5 juin 2018)

Attaques de l'armée de l'air israélienne (Page Facebook Qudsn, 3 juin 2018)

Attaques de l'armée de l'air israélienne (Page Facebook Qudsn, 3 juin 2018)

Enfants à proximité des émeutes dans le Centre de la bande de Gaza (Page Facebook Shehab, 1er juin 2018)

Enfants à proximité des émeutes dans le Centre de la bande de Gaza (Page Facebook Shehab, 1er juin 2018)

Razan Ashraf al-Najar travaillant comme ambulancière le 1er juin 2018 (Journal turc Star, 2 juin 2018)

Razan Ashraf al-Najar travaillant comme ambulancière le 1er juin 2018 (Journal turc Star, 2 juin 2018)

Les dirigeants du Hamas lors de la

Les dirigeants du Hamas lors de la "grande marche du retour" du 1er juin 2018. De gauche à droite : Khalil al-Haya, Rawhi Mustaha et Isma'il Radwan (Compte Twitter Palinfo, 2 juin 2018)

Des familles gazaouites rompent le jeûne du ramadan sur la plage (al-Araby al-Jadeed, 1er juin, compte Twitter Palinfo, 3 juin 2018)

Des familles gazaouites rompent le jeûne du ramadan sur la plage (al-Araby al-Jadeed, 1er juin, compte Twitter Palinfo, 3 juin 2018)

Le Huriya, attendu à Brighton dans l'après-midi du 5 juin 2018 (Page Facebook de Zaher Birawi, 5 juin 2018)

Le Huriya, attendu à Brighton dans l'après-midi du 5 juin 2018 (Page Facebook de Zaher Birawi, 5 juin 2018)

Conférence de presse organisée dans la bande de Gaza par Adham Abu Salmiya (Watania, 29 mai 2018)

Conférence de presse organisée dans la bande de Gaza par Adham Abu Salmiya (Watania, 29 mai 2018)

Cerf-volant recouvert du drapeau koweïtien (Page Facebook Shehab, 1er juin 2018)

Cerf-volant recouvert du drapeau koweïtien (Page Facebook Shehab, 1er juin 2018)

  • La semaine écoulée a été marquée par deux salves de roquettes sur Israël, au cours desquelles plus de 150 roquettes et obus de mortier ont été tirés, une quantité sans précédent depuis l’Opération Bordure Protectrice. La première salve a été initiée par le Jihad Islamique Palestinien (JIP) en représailles à la mort de trois de ses membres et a été rejointe par le Hamas. La seconde salve aurait été menée par une faction du Fatah, selon nous, alors que le Hamas a fermé les yeux.
  • Dans le même temps, les activités « populaires » violentes continuent, y compris les dommages à la barrière de sécurité, les tentatives de pénétrer en territoire israélien et de détruire du matériel. Les cerfs-volants incendiaires continuent de causer des dommages importants aux champs dans le Néguev occidental, aux forêts locales et aux réserves naturelles. Le Premier ministre israélien a annoncé qu’il demanderait au Conseil national de sécurité d’Israël de déduire le coût des dommages causés aux agriculteurs des taxes collectées par Israël et versées à l’Autorité Palestinienne (AP). La semaine dernière, un cerf-volant a été lancé en Israël avec un engin piégé. Il est tombé près de la clôture dans la région de Kerem Shalom. L’engin n’a pas explosé.
  • Les événements de la Journée de la Naksa du 5 juin n’ont pas attiré beaucoup de participants et il n’y a pas eu d’événements exceptionnels, à l’exception de la poursuite du lancer des cerfs-volants incendiaires. Les cerfs-volants ont provoqué neuf incendies simultanés dans les localités situées près de la bande de Gaza (Ynet, 5 juin 2018). La raison de cette faible participation est que le Hamas a décidé d’unir les événements de la Journée de la Naksa avec ceux de la marche de masse (la « marche des millions d’hommes vers Jérusalem ») prévue le 8 juin 2018, le dernier vendredi du Ramadan (la Journée de Jérusalem, initiée par l’Iran et organisée chaque année en soutien à Jérusalem et aux Palestiniens).
Salves de tirs de roquettes et d’obus de mortier[1]
  • Au cours de la semaine, deux salves de tirs de roquettes et d’obus de mortier ont été signalées :
    • La première salve a eu lieu du 29 au 30 mai 2018. La plupart des tirs ont été menés par le JIP et rejoints par des membres du Hamas. Plus de 150 roquettes et obus de mortier ont été tirés, une quantité sans précédent depuis l’Opération Bordure Protectrice (2014). Le round s’est terminé par un cessez-le-feu informel à la suite des contacts égyptiens avec le Hamas et le JIP[2].
    • La seconde salve, de portée plus limitée, a duré du 2 juin au matin du 3 juin 2018. Un certain nombre de roquettes et d’obus de mortier ont été tirés sur les localités situées près de la bande de Gaza, apparemment par une faction du Fatah (plusieurs factions du Fatah ont publié des revendications de responsabilité). Les roquettes et les obus de mortier ont été tirés alors que le Hamas fermait les yeux. Jusqu’à présent, le Hamas a montré qu’il pouvait appliquer efficacement sa politique de tirs de roquettes et d’obus de mortier sur les autres organisations terroristes s’il le souhaitait. Suite aux tirs d’obus, quatre Israéliens ont été blessés par des éclats (dont trois soldats de Tsahal). Des dommages matériels ont également été signalés.

Revendication de responsabilité publiée par la Brigade des Martyrs d'al-Aqsa / Armée al-Karama, une faction apparemment affiliée à Muhammad Dahlan (Page Facebook de l'armée al-Karama, 4 juin 2018)
Revendication de responsabilité publiée par la Brigade des Martyrs
d’al-Aqsa / Armée al-Karama, une faction apparemment affiliée à Muhammad
Dahlan (Page Facebook de l’armée al-Karama, 4 juin 2018)

Riposte de Tsahal
  • Les forces de Tsahal ont réagi par une série d’attaques, principalement aériennes, qui ont touché des douzaines de cibles du Hamas et du JIP dans les quartiers de leurs branches militaires. Parmi les cibles touchées figurent des quartiers généraux, des sites de fabrication d’armes, des camps d’entraînement et des sites appartenant à la force navale du Hamas (Porte-parole de Tsahal, 3 juin 2018). Aucune victime n’a été signalée.
  • Pendant les attaques, Tsahal a détruit un tunnel du Hamas dans le Sud de la bande de Gaza, près du terminal de Kerem Shalom. Le tunnel avait deux objectifs : faire passer des armes et des marchandises entre la bande de Gaza et l’Egypte, et pénétrer en territoire israélien. Le porte-parole de Tsahal a indiqué que c’était le dixième tunnel de la bande de Gaza neutralisé par Tsahal depuis Octobre 2017, et le second dans la zone de Kerem Shalom (Porte-parole de Tsahal, 29 mai 2018).
Les emplacements des tunnels neutralisés par l'armée israélienne depuis Octobre 2017 (Site Internet de Tsahal, 30 mai 2018)    gaza2Le tunnel détruit le 29 mai 2018.
Droite : Le tunnel détruit le 29 mai 2018. Gauche : Les emplacements des tunnels neutralisés par l’armée israélienne depuis Octobre 2017 (Site Internet de Tsahal, 30 mai 2018)
Tirs de roquettes[3]
Tirs de roquettes et d’obus de mortier au cours de l’année écoulée

Tirs de roquettes et d'obus de mortier au cours de l'année écoulée
* Nombre de roquettes et d’obus de mortier. Il est impossible de distinguer les tirs de roquettes d’obus de mortier.

Répartition annuelle des tirs de roquettes

Répartition annuelle des tirs de roquettes
* Estimation du nombre de roquettes et d’obus de mortier tirés au cours des deux salves.

Attaque à la voiture bélier déjouée
  • Le 2 juin 2018, une force de Tsahal a empêché une attaque à la voiture bélier près du Caveau des Patriarches à Hébron. Un Palestinien conduisant un petit tracteur a essayé de renverser un officier et un soldat. Une patrouille de Tsahal a tenté de l’interpeller. Le conducteur ne s’est pas arrêté, a fait demi-tour et a essayé de renverser des civils qui se trouvaient sur place. Un soldat a ouvert le feu et a tué le terroriste. Aucune victime n’a été signalée. Le terroriste était Rami Sabarne, 35 ans, de Bayt Ummar, au Nord de Hébron (Porte-parole de Tsahal, 2 juin 2018). Les forces nationales et islamiques de Bayt Ummar ont annoncé un jour de deuil et appelé à une grève générale (Ma’an, 3 juin 2018).
Principaux attentats de l’année écoulée[4]

Principaux attentats de l'année écoulée

Saisie de matériel de propagande du Hamas
  • Le 3 juin 2018, lors d’une opération des forces de sécurité israéliennes à Hébron et dans les villages avoisinants, les forces armées ont saisi du matériel de propagande, y compris des drapeaux, des casquettes et des photos d’activistes du Hamas (4 juin 2018).
Démantèlement d’une cellule terroriste qui prévoyait d’assassiner de hauts responsables israéliens

Les services de sécurité générale ont annoncé avoir déjoué les activités d’une équipe terroriste composée de trois hommes qui prévoyait d’assassiner de hauts responsables israéliens, parmi lesquels le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et Nir Barakat, maire de Jérusalem. La cellule prévoyait également d’attaquer le consulat américain à Jérusalem et une délégation canadienne en visite à Jérusalem pour entraîner les forces palestiniennes.

  • Les trois terroristes étaient membres du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) et ont été arrêtés à un stade précoce de la planification, pendant la collecte de renseignements. Aucune arme n’a été trouvée en leur possession. L’un d’eux, âgé de 30 ans, originaire du camp de réfugiés de Shuafat (Jérusalem-Est), avait une carte d’identité israélienne et avait été emprisonné en Israël pendant 4 ans pour activités terroristes. L’interrogatoire a révélé qu’il avait planifié de mener les attaques à la suite d’instructions de terroristes à l’étranger, dont un en Syrie (Unité d’information des services de sécurité générale, 5 juin 2018).
Incidents du vendredi 1er juin 2018
  • Le 1er juin 2018, le troisième vendredi du Ramadan, environ 10 000 Palestiniens ont participé aux émeutes et aux manifestations à plusieurs endroits le long de la frontière (contre environ 5 000 la semaine précédente). Pendant les émeutes, des terroristes ont tiré sur une force de Tsahal, ont lancé des grenades, des engins piégés et des cocktails Molotov. Ils ont également saboté la clôture et les installations de sécurité sur plusieurs sites le long de la clôture. Pendant les émeutes, des armes légères ont été utilisées contre un véhicule militaire israélien. En outre, un Palestinien a été vu traversant la barrière de sécurité dans le Nord de la bande de Gaza, faisant exploser une grenade et rentrant dans la bande de Gaza (Porte-parole de Tsahal, 2 juin 2018).
Enfants près de la barrière frontalière (Page Facebook Shehab, 1er juin 2018)   Enfants près de la barrière frontalière (Page Facebook Shehab, 1er juin 2018)
Enfants près de la barrière frontalière (Page Facebook Shehab, 1er juin 2018)
Attaques menées sous le couvert des émeutes
  • Sous couvert des émeutes, plusieurs attentats terroristes ont eu lieu, notamment des tentatives d’attaquer des soldats de Tsahal et de franchir la barrière de sécurité en territoire israélien :
  • Le 4 juin 2018Une force de Tsahal a empêché deux Palestiniens de pénétrer en territoire israélien et de saboter la barrière de sécurité à l’Est de Khan Yunis. Les deux ont été trouvés en possession d’une hache. La force a tiré et a tué l’un des terroristes. Les médias palestiniens ont rapporté la mort de Ramzi Muhammad Salem al-Najar, 29 ans, et ont annoncé que Tsahal détenait son -corps. Selon ses amis, al-Najar était un parent et un voisin de Razan Ashraf Najar, tuée le 1er juin 2018. Depuis sa mort, il parlait de son désir de vengeance. Ils ont également dit que lui et un groupe de jeunes gazaouites avaient réussi à franchir les deux premières barrières, mais quand ils ont atteint la barrière principale, une force de Tsahal a ouvert le feu (Al-Hadath et agence Shehab, 4 juin 2018). La branche du Fatah de l’Est de Khan Yunis a publié un avis de décès en son nom (Page Facebook de la branche Muhammad Abu Ali Fatah à l’Est de Khan Yunis, 4 juin 2018).
Ramzi al-Najar coupe la clôture de sécurité (Page Facebook de la branche Muhammad Abu Ali du Fatah à l'Est de Khan Yunis, 4 juin 2018)    Hache trouvée en la possession des terroristes (Compte Twitter de Tsahal, 4 juin 2018).
Droite : Hache trouvée en la possession des terroristes (Compte Twitter de Tsahal, 4 juin 2018). Gauche : Ramzi al-Najar coupe la clôture de sécurité (Page Facebook de la branche Muhammad Abu Ali du Fatah à l’Est de Khan Yunis, 4 juin 2018)
‏‏Photos de Ramzi al-Najar publiées le 4 juin 2018 sur la page Facebook de son ami, Mus'ab al-Kasas Abu Wadi', qui s'est présentét comme responsable de "l'unité des pneus" à Khan Yunis (à gauche sur l'image de gauche)    Photos de Ramzi al-Najar publiées le 4 juin 2018 sur la page Facebook de son ami, Mus'ab al-Kasas Abu Wadi', qui s'est présentét comme responsable de "l'unité des pneus" à Khan Yunis (à gauche sur l'image de gauche)
Photos de Ramzi al-Najar publiées le 4 juin 2018 sur la page Facebook de son ami, Mus’ab al-Kasas Abu Wadi’, qui s’est présentét comme responsable de « l’unité des pneus » à Khan Yunis (à gauche sur l’image de gauche)
  • Le 3 juin 2018 – Plusieurs Palestiniens ont franchi la clôture dans le Sud de la bande de Gaza et mis le feu à des containers d’entrepreneurs israéliens chargés de construire la barrière. Les Palestiniens se sont enfuis dans la bande de Gaza. Aucune victime n’a été signalée. Les installations de sécurité ont été endommagées.
  • Le 1er juin 2018 – Une force de Tsahal a identifié deux Palestiniens approchant de la barrière de sécurité dans le Sud de la bande de Gaza, en provenance du camp de réfugiés d’al-Bureij. Les soldats ont ouvert le feu pour les chasser et ils se sont enfuis. Les Palestiniens ont rapporté que deux Gazaouis avaient été blessés (Page Facebook Red Alert, 1er juin 2018).
Le terrorisme des cerfs-volants

La semaine dernière, un nombre important d’incendies ont été provoqués par des cerfs-volants incendiaires et des ballons enflammés lancés en territoire israélien depuis la bande de Gaza. Le 3 juin 2018, un cerf-volant équipé d’un engin explosif improvisé a été lancé et s’est abattu en territoire israélien près de la barrière de sécurité dans la région de Kerem Shalom. L’engin n’a pas explosé.

  • Le 31 mai 2018, un incendie a éclaté dans la localité de Kissufim, provoqué par un cerf-volant incendiaire. Le 1er juin 2018, des incendies ont éclaté dans un certain nombre de localités proches de la bande de Gaza, dont Beeri, Nahal Oz, Kfar Aza et Mefalsim. La réserve naturelle de Carmia dans le Néguev occidental a été incendiée. Le 3 juin 2018, un incendie s’est déclaré dans la région de la localité de Niram, et plus tard dans celle d’Or Haner, toutes deux situées dans le Néguev occidental. Les incendies ont conduit à la fermeture de la route principale dans la région, et le service ferroviaire vers la ville de Sderot au Sud a été suspendu. Il y a eu des feux de cerfs-volants dans la région de Nahal Oz et Yad Mordechai (Page Facebook Red Alert, 3 juin 2018). Dans la matinée du 5 juin 2018, un feu géant a éclaté près du Collège Sapir à Sderot après qu’un cerf-volant incendiaire a atterri dans un champ voisin (Ynet, 5 juin 2018).
  • Selon le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman, environ 600 cerfs-volants incendiaires ont été lancés vers Israël. Jusqu’à présent, environ 400 ont été interceptés par Tsahal et 200 ont atteint le territoire israélien. Environ 2,25 mille acres de cultures et de forêts ont été brûlés, causant des millions de shekels de dommages (Haaretz, 5 juin 2018).
  • Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il demanderait au Conseil national de sécurité israélien de déduire les dommages causés aux fermiers près de la bande de Gaza des fonds d’impôts collectés par Israël pour l’AP. L’AP a critiqué la décision. Yusuf al-Mahmoud, porte-parole du gouvernement de consensus national palestinien, a déclaré que les fonds des impôts étaient des fonds palestiniens, déterminés par des accords, et qu’Israël devait les collecter et les remettre au trésor de l’Autorité Palestinienne dans son intégralité. Il a déclaré que tout écart à l’accord était « un vol et une lâche agression » (Télévision palestinienne, 4 juin 2018).
Victimes palestiniennes de la « marche du retour »
  • Pendant les émeutes dans la région à l’Est de Khan Yunis, Razan Ashraf al-Najar, 21 ans, de l’Est de Khan Yunis, a été tué. Elle était une ambulancière paramédicale qui avait aidé à évacuer les Gazaouis blessés lors des émeutes de ces dernières semaines (Compte Twitter du porte-parole du ministère de la Santé dans la bande de Gaza, 1er juin 2018). L’armée israélienne enquête sur les circonstances de sa mort. Ashraf al-Qidra, porte-parole du ministère de la Santé contrôlé par le Hamas dans la bande de Gaza, a rapporté qu’une centaine de Palestiniens avaient été blessés, dont 40, selon lui, par les tirs de Tsahal (Page Facebook d’Ashraf al-Qidra, 1er juin 2018).
  • La mort de Razan Ashraf al-Najar a été largement condamnée. Fawzi Barhoum, haut responsable du Hamas, a prétendu que son sang suffisait à faire voir au monde l’étendue du terrorisme organisé auquel le peuple palestinien est soumis de la part de la « trinité du terrorisme mondial », Netanyahou, Trump et Haley. Le ministre de la Santé de l’Autorité Palestinienne a publié une déclaration qualifiant sa mort de « crime de guerre » (Site Internet du ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne, 1er juin 2018).
  • Mahmoud Abbas, Président de l’AP, a téléphoné à son père, a présenté ses condoléances et a déclaré que tout préjudice causé aux équipes médicales était une preuve évidente de la nécessité de la protection internationale des Palestiniens (Wafa, 2 juin 2018).
  • Le Front Démocratique de Libération de la Palestine (FDLP) a rapporté que Razan Ashraf al-Najar avait été membre de l’Association des communautés d’action des femmes, un syndicat de groupes de femmes du FDLP. Il a publié un avis de décès en son nom. Selon l’avis, sa mère, Sabarin al-Najar, est membre de la direction centrale du FDLP (Page Facebook de l’association, 3 juin 2018). Ses funérailles ont eu lieu dans la ville de Khirbat Haza’a. Khaled al-Batash, haut responsable du JIP et président de l’Autorité de la marche du retour et du siège, a déclaré que la manifestation se poursuivrait simultanément sur deux fronts : les « marches du retour non violentes » et une réponse de la « résistance palestinienne » [cf., les organisations terroristes] (al-Istaqlal et Palinfo, 2 juin 2018).
  • Le Fatah a accusé le Hamas d’avoir attaqué la tente de deuil érigée par la famille à Khirbat Haza’a (Page Facebook du Fatah, 3 juin 2018). Son père a déclaré aux médias que la famille était affiliée au Fatah et a condamné la conduite du Hamas (Dunia al-Watan, 4 juin 2018).
 Razan al-Najar avec une "clé de retour" avec le hashtag "#I_return" (Page Facebook de l'association, 1er juin 2018)   Avis de décès publié par le FDLP pour Razan Ashraf al-Najar (Page Facebook de l'Association des comités d'action des femmes dans la bande de Gaza, 3 juin 2018).
Droite : Avis de décès publié par le FDLP pour Razan Ashraf al-Najar (Page Facebook de l’Association des comités d’action des femmes dans la bande de Gaza, 3 juin 2018). Gauche : Razan al-Najar avec une « clé de retour » avec le hashtag « #I_return » (Page Facebook de l’association, 1er juin 2018)
  • Ashraf al-Qidra, porte-parole du ministère de la Santé, a déclaré que la bande de Gaza manquait de matériel médical à hauteur de 19,5 millions de dollars. Il a dit que pendant les « marches » du vendredi, environ 280 Palestiniens blessés étaient amenés aux hôpitaux toutes les heures. Cela, a-t-il dit, était en comparaison des neuf Palestiniens blessés amenés aux hôpitaux [toutes les heures] pendant l’Opération Bordure Protectrice. Il a déclaré dans un post sur sa page Facebook que depuis le 30 mars 2018, 123 Palestiniens avaient été tués par des tirs israéliens et 13 672 avaient été blessés (Page Facebook d’Ashraf al-Qidra, 3 juin 2018).
Déclarations de hauts responsables
  • Les hauts responsables du Hamas et du JIP continuent de s’exprimer en faveur des marches et des activités populaires qui les accompagnent. Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, a déclaré dans une interview que le Hamas utiliserait tous les moyens à la disposition de la « résistance » pour défendre le peuple palestinien. Il a ajouté que « la résistance armée est le bouclier des Palestiniens dans les marches de retour non violentes« . Lors d’une autre rencontre avec des mokhtars et des anciens des clans de la bande de Gaza, il s’est dit satisfait des résultats des « marches du retour » qui, selon lui, sont un « cauchemar pour Israël » et créent de « nouvelles équations ». Il a appelé à une participation active vendredi 8 juin (Shehab, 3 juin 2018).
Prochaine marche du 8 juin 2018

L’autorité nationale des marches du retour et de la levée du siège a rapporté que le thème du vendredi 8 juin (le dernier vendredi du Ramadan, déclaré par l’Iran « Journée de Jérusalem » chaque année) serait « Un million d’hommes marchent vers Jérusalem » (Quds.net et page Facebook du comité d’information du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) dans le district de Rafah, 1er juin 2018). Les événements de la Journée de Jérusalem seront combinés avec les événements de la Journée de la Naksa, qui devaient avoir lieu le 5 juin. Les organisateurs des événements, menés par le Hamas, veulent exploiter le dernier vendredi du Ramadan pour des manifestations géantes. Dans la bande de Gaza, ils s’efforcent de recruter le plus grand nombre de personnes possible. Selon certaines informations, ils ont envoyé des invitations personnelles, placardé des affiches dans les mosquées et les lieux publics, et diffusé des annonces à la radio.

Approvisionnement en électricité
  • Le 29 mai 2018, la compagnie électrique israélienne a annoncé qu’en raison des dégâts causés par les roquettes sur les installations de la bande de Gaza, l’équipement a été endommagé et trois des lignes électriques approvisionnant le Sud de la bande de Gaza sont inopérantes. Selon l’évaluation initiale des dommages, il faudra un certain nombre de jours pour réparer l’équipement avant que le courant électrique régulier puisse être rétabli (Compte Twitter de la compagnie d’électricité israélienne, 29 mai 2018). À la suite de l’annonce, la compagnie d’électricité de la bande de Gaza a annoncé qu’une seule unité de la centrale électrique de la bande de Gaza fonctionnerait (Amar, 30 mai 2018). A la date du 4 juin 2018, l’électricité était fournie à la bande de Gaza par cycles de quatre heures avec et 16 heures sans (pssawa.com, 4 juin 2018).
Activités de propagande

La flottille pour Gaza

  • Nasser al-Suheili, un journaliste arabe vivant à Damas et actuellement à bord du navire Al-Awda, a rapporté que le 31 mai 2018, les bateaux de la flottille avaient accosté à Amsterdam. Il a déclaré que des membres du personnel de sécurité néerlandais sont montés à bord d’un des bateaux à trois reprises pour examiner les noms des passagers. Il a ajouté qu’Amsterdam était l’une des stations où les passagers à bord des bateaux ont échangé leur place (al-Araby al-Jadeed, 31 mai 2018). L’al-Awda est censé naviguer vers l’île de Jersey dans la Manche, s’y ancrer quelques heures et de là continuer vers le port français de La Rochelle dans le golfe de Gascogne (Page Facebook de Zaher Birawi, 31 mai 2018). Il y restera jusqu’au 11 juin 2018 (Site de la Freedom Flotilla Coalition, 4 juin 2018).
  • Le Huriya se rendra à Brighton, en Angleterre, où il devait arriver le 5 juin et y rester jusqu’au 8 juin (Page Facebook de Zaher Birawi, 31 mai 2018). De là, il continuera vers le Nord de l’Espagne (Page Facebook de Zaher Birawi, 5 juin 2018).

Le Huriya, attendu à Brighton dans l'après-midi du 5 juin 2018 (Page Facebook de Zaher Birawi, 5 juin 2018)
Le Huriya, attendu à Brighton dans l’après-midi du 5 juin 2018 (Page Facebook de Zaher Birawi, 5 juin 2018)

Le navire palestinien
  • Le 29 mai 2018, un bateau organisé par le Hamas a appareillé du port de Gaza, dans le cadre de la campagne « Freedom Flotilla ». Le bateau a navigué vers Chypre avec 17 passagers à bord, parmi eux des Gazaouis malades et handicapés. À une distance d’environ 15 milles de la bande de Gaza, une force de la marine israélienne a pris le contrôle du bateau. La force n’a rencontré aucune résistance et aucun incident exceptionnel n’est survenu. Au cours de son interrogatoire, le capitaine du bateau a avoué avoir reçu un paiement pour sa participation au voyage. Il a été photographié montrant l’argent reçu du comité organisateur pour commander le navire. Tsahal a amené une équipe de professionnels de la santé pour soigner les passagers malades et handicapés. Le bateau a été remorqué jusqu’au port israélien d’Ashdod (Porte-parole de Tsahal, 31 mai 2018). Un peu plus tard, les 17 passagers ont été relâchés et ramenés dans la bande de Gaza. Une réception festive a été organisée pour eux dans le port de Gaza, en présence de hauts responsables du Hamas et du JIP.
  • Adham Abu Salmiya, porte-parole de l’autorité contre le siège de la bande de Gaza, a organisé une conférence de presse dans laquelle il a annoncé que le départ de la deuxième « Freedom Boat » du port de Gaza serait annoncé. Il a appelé les Palestiniens souhaitant participer au voyage à s’inscrire au bureau du ministère de l’Intérieur dans le port. Il a déclaré que le premier bateau avait été arrêté à une distance de 14 milles marins de la bande de Gaza et que c’était le premier bateau palestinien à atteindre une telle distance depuis 1993 (Shehab, 29 mai 2018).
Réactions de l’AP au véto américain au Conseil de sécurité de l’ONU
  • Dans la nuit du 1er juin 2018, le représentant américain à l’ONU a opposé son veto à deux résolutions koweïtiennes condamnant Israël et protégeant les civils palestiniens. La contre-résolution américaine proposée appelant à la condamnation du Hamas n’a pas reçu la majorité nécessaire et a également été rejetée.
(Page Facebook Shehab, 1er juin 2018)

Des hauts responsables palestiniens ont condamné le veto américain. Nabil Shath a rapporté que Mahmoud Abbas avait demandé à de hauts responsables de l’AP de solliciter l’appui des pays d’Asie, d’Europe et d’Afrique pour un appel palestinien à l’Assemblée générale des Nations unies sous le titre « Unis pour la paix » (Al-Araby al-Jadeed, 3 juin 2018). Riyad Mansour, représentant palestinien à l’ONU, a organisé une réunion d’urgence du Conseil des ministres arabes, après quoi une réunion élargie des Etats islamiques a été organisée pour discuter des mesures à prendre, y compris des mesures juridiques (Dunia al-Watan, 4 juin 2018).

Protestation contre le match amical entre l’Argentine et Israël
  • Des dizaines de Palestiniens ont manifesté devant la délégation argentine à Ramallah contre le match de football israélo-argentin. Selon Jibril Rajoub, président de l’association palestinienne de football, la détermination d’Israël à tenir le match à Jérusalem prouve qu’il est utilisé comme un outil politique par Israël d’une manière qui viole le droit international et les règles de la FIFA. Il a menacé que si le joueur argentin Lionel Messi jouait dans le jeu, une campagne palestinienne, arabe et internationale serait lancée contre lui (al-Quds, 3 juin 2018).

Jibril Rajoub lors d'un rassemblement devant la délégation argentine à Ramallah pour protester contre le match amical israélo-argentine (Chaîne Youtube al-Watan, 3 juin 2018)
Jibril Rajoub lors d’un rassemblement devant la délégation argentine à
Ramallah pour protester contre le match amical israélo-argentine
(Chaîne Youtube al-Watan, 3 juin 2018)

[1] A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 4 juin 2018 intitulé : "The Escalation in the Gaza Strip: What Next? (updated to June 4, 2018)", à l'adresse http://www.terrorism-info.org.il/en/escalation-gaza-strip-next-updated-june-4-2018
[2] Musa Abu Marzouq, haut responsable du Hamas, a déclaré que le Hamas n'avait ni suggéré ni accepté de proposition de cessez-le-feu à long terme avec Israël ("l'occupation"). Cependant, il a affirmé que le Hamas avait reçu des propositions verbales pour alléger le "siège", et que l'Egypte avait promis d'ouvrir le terminal de Rafah et d'augmenter l'approvisionnement en électricité à la bande de Gaza (al-Risalah, 2 juin 2018).

[3] Les statistiques ne comprennent pas les roquettes qui se sont abattues dans la bande de Gaza.

[4] Les principales attaques consistent en des fusillades, des attaques à l'arme blanche, à la voiture bélier et la pose d'engins piégés et ne comprennent pas les tirs de pierres et de cocktails Molotov.