Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (29 août – 4 septembre 2018)

Palestiniens sabotant la barrière de sécurité au Nord de la bande de Gaza (Compte Twitter de Qudsn, 31 août 2018)

Palestiniens sabotant la barrière de sécurité au Nord de la bande de Gaza (Compte Twitter de Qudsn, 31 août 2018)

grise), dans l'Est de la ville de Gaza (Page Facebook de l'autorité suprême de la marche du retour, 1er septembre 2018).

grise), dans l'Est de la ville de Gaza (Page Facebook de l'autorité suprême de la marche du retour, 1er septembre 2018).

Fathi Hamad (chemise blanche, au centre) au

Fathi Hamad (chemise blanche, au centre) au "camp du retour" dans l'Est de Rafah (Page Facebook de l'autorité nationale suprême de la marche du retour, 31 août 2018)

Opérateurs de l'unité de lancer de ballons

Opérateurs de l'unité de lancer de ballons "Fils d'al-Zouari" dans l'Est de la ville de Gaza. En arabe sur le cerf-volant on peut lire: "A Yahya al-Sinwar, salutations des révolutionnaires Malaka" [Malaka est le nom d'un poste militaire palestinien dans l'Est de la ville de Gaza] (Page Facebook de l'autorité nationale suprême de la marche du retour, 31 août 2018)

Rencontre de Yahya al-Sinwar avec des journalistes (Site Internet du Hamas, 30 août 2018)

Rencontre de Yahya al-Sinwar avec des journalistes (Site Internet du Hamas, 30 août 2018)

Rencontre de Yahya al-Sinwar avec des journalistes (Site Internet du Hamas, 30 août 2018)

Rencontre de Yahya al-Sinwar avec des journalistes (Site Internet du Hamas, 30 août 2018)

Les bateaux naviguent vers la frontière Nord de Gaza (Comptes Twitter Palinfo et Palestine Online, 2 septembre 2018)

Les bateaux naviguent vers la frontière Nord de Gaza (Comptes Twitter Palinfo et Palestine Online, 2 septembre 2018)

  • Les « marches du retour » et les flottilles de Gaza se sont poursuivies vendredi dernier. Les émeutiers ont lancé des pierres, brûlé des pneus et pénétré en territoire israélien dans le Nord de la bande de Gaza. À l’un des sites, une grenade a été lancée sur une force de Tsahal. Une autre flottille de bateaux a quitté le port de Gaza; le voyage en mer s’est terminé sans incidents. Entre-temps, les efforts égyptiens se sont poursuivis en vue d’un accord, mais l’Autorité Palestinienne insiste sur le fait qu’une réconciliation interne palestinienne doit précéder l’arrangement.
  • Un haut responsable du Hamas, Khalil al-Haya, a déclaré que le Hamas avait accepté les demandes de l’Egypte et de l’ONU visant à réduire le lancer de ballons incendiaires. Il a déclaré que le Hamas avait également déployé de grands efforts pour faire face aux lanceurs de ballons. En effet, le nombre de lancers de ballons a récemment diminué, mais ils continuent néanmoins. Cependant, la déclaration de Khalil al-Haya indique que les cerfs-volants et les ballons incendiaires font partie de la politique du Hamas et que le Hamas peut réduire ou augmenter le niveau de terrorisme incendiaire à volonté, selon ses intérêts.
  • L’événement principal en Judée-Samarie a été la prévention d’une attaque à l’arme blanche à l’entrée d’un quartier de Kiryat Arba. Un Palestinien de Hébron armé d’un couteau s’est approché des soldats de Tsahal au barrage routier. Il a été tué par balle. L’administration américaine a annoncé qu’elle mettait fin au financement de l’UNRWA, provoquant des réactions de colère des Palestiniens. De hauts responsables de l’AP et du Fatah ont souligné que les Etats-Unis n’avaient pas le droit de révoquer la décision de l’ONU et ont appelé la communauté internationale à condamner la décision américaine et à répondre aux besoins de l’UNRWA. Un porte-parole de la présidence palestinienne a déclaré que Mahmoud Abbas examinait la possibilité de faire appel à l’Assemblée générale des Nations Unies et au Conseil de sécurité pour faire face à la décision américaine.
La « marche du retour »
  • Comme chaque vendredi depuis le 30 mars 2018, le 31 août 2018, les Gazaouites ont organisé une « marche du retour » sur des sites situés le long de la frontière entre Israël et Gaza. Son thème était « Les marches continuent ». Plusieurs milliers de Gazaouites se sont rassemblés sur cinq sites le long de la barrière de sécurité frontalière. Les émeutiers ont lancé des pierres et brûlé des pneus. Sur un site, une grenade a été lancée sur une force de Tsahal. Les forces de Tsahal ont répondu par des mesures anti-émeutes et ont également tiré des coups de feu. Le ministère palestinien de la Santé dans la bande de Gaza a indiqué que 240 Gazaouites avaient été blessés, dont 82 ont été hospitalisés (Page Facebook du ministère de la Santé de la bande de Gaza, 31 août 2018).
  • Selon les Palestiniens, un certain nombre de manifestants ont traversé la barrière de sécurité et sont entrés en territoire israélien dans le Nord de la bande de Gaza. Les médias palestiniens ont diffusé une vidéo documentant l’infiltration (Compte Twitter Shabat Quds, 1er septembre 2018). Les Palestiniens ont également affirmé que lors de la « marche du retour », ils avaient réussi à faire tomber un drone israélien qui pulvérisait des gaz lacrymogènes à l’Est de Rafah (Shehab, 31 août 2018).
  • Les organisateurs de la « marche du retour » ont publié une annonce appelant le public à participer à la « marche » du vendredi 7 septembre 2018. Son thème sera « Nous rentrons indépendamment de Trump » (Filastin al-Yawm, 31 août 2018).

 Dl8zeWHX0AAraqj
Palestiniens sabotant la barrière de sécurité au Nord de la bande de Gaza (Compte Twitter de Qudsn, 31 août 2018)

Les Palestiniens détiennent un drone qui, selon eux, était utilisé pour pulvériser des gaz lacrymogènes à l'Est de Rafah (Page Facebook Palestine Live, 1er septembre 2018)
Les Palestiniens détiennent un drone qui, selon eux, était utilisé pour pulvériser des gaz lacrymogènes à l’Est de Rafah (Page Facebook Palestine Live, 1er septembre 2018) 

  •   Comme chaque semaine, des personnalités du Hamas et du Jihad Islamique Palestinien (JIP) ont assisté à des manifestations de la marche. Ils ont prononcé des discours dans lesquels ils ont déclaré que les « marches » continueraient et augmenteraient même en force. Fathi Hamad, membre du bureau politique du Hamas, a souligné l’importance de poursuivre les « marches ». Il a affirmé qu’elles étaient une réponse à la « confusion » dans la rue palestinienne concernant la question d’un arrangement. Il a déclaré que les Gazaouites continueraient à agir pour lever le siège de la bande de Gaza et qu’ils ne s’arrêteraient pas tant que « tous les intérêts palestiniens n’auraient pas été réalisés » (al-Aqsa, 31 août 2018). Khalil al-Haya a déclaré que les « marches » se poursuivraient et se renforceraient jusqu’à ce que les objectifs des Palestiniens soient atteints, au premier rang desquels « le retour [des réfugiés palestiniens] et la levée du siège de la bande de Gaza » (Al-Aqsa, Filastin al-Yawm, 31 août 2018).
Tirs de roquettes et d’obus de mortier
  • La semaine dernière, aucune roquette n’a été identifiée en territoire israélien.
Tirs de roquettes et d’obus de mortier des dernières séries d’escalade[2]

Tirs de roquettes et d'obus de mortier des dernières séries d'escalade
Les nombres des mois de Mai-Juin-Juillet 2018 montrent le nombre minimal de roquettes et d’obus de mortier. Nous ne pouvons pas faire la distinction entre les roquettes et les obus de mortier.

Tirs de roquettes et d’obus de mortier de l’année écoulée

Tirs de roquettes et d'obus de mortier de l'année écoulée

Répartition annuelle des tirs

Répartition annuelle des tirs

Le terrorisme incendiaire
  • La semaine dernière, un certain nombre de cerfs-volants et de ballons incendiaires ont été lancés en territoire israélien, provoquant des incendies. Lors des événements du vendredi, un ballon incendiaire a mis le feu à la forêt de Beeri. Deux cerfs-volants incendiaires ont également été observés au-dessus de la forêt.
  • Concernant les incendies incendiaires, le haut responsable du Hamas, Khalil al-Haya, a déclaré que le Hamas avait accepté les exigences égyptiennes et onusiennes visant à réduire le nombre de ballons incendiaires lancés en territoire israélien. Il a affirmé que le Hamas avait déployé des efforts considérables pour traiter avec les Palestiniens lançant les ballons et les organisations qui s’opposaient à la cessation des activités incendiaires. Il a ajouté que le Hamas avait donc éliminé toutes les « excuses » d’Israël pour utiliser la force contre le Hamas (al-Aqsa, 31 août 2018).
 Opérateurs de l'unité de lancer de ballons "Fils d'al-Zouari" dans l'Est de la ville de Gaza. En arabe sur le cerf-volant on peut lire: "A Yahya al-Sinwar, salutations des révolutionnaires Malaka" [Malaka est le nom d'un poste militaire palestinien dans l'Est de la ville de Gaza] (Page Facebook de l'autorité nationale suprême de la marche du retour, 31 août 2018)   Opérateurs de l'unité de lancer de ballons "Fils d'al-Zouari" dans l'Est de la ville de Gaza. En arabe sur le cerf-volant on peut lire: "A Yahya al-Sinwar, salutations des révolutionnaires Malaka" [Malaka est le nom d'un poste militaire palestinien dans l'Est de la ville de Gaza] (Page Facebook de l'autorité nationale suprême de la marche du retour, 31 août 2018)
Opérateurs de l’unité de lancer de ballons « Fils d’al-Zouari » dans l’Est de la ville de Gaza. En arabe sur le cerf-volant on peut lire: « A Yahya al-Sinwar, salutations des révolutionnaires Malaka » [Malaka est le nom d’un poste militaire palestinien dans l’Est de la ville de Gaza] (Page Facebook de l’autorité nationale suprême de la marche du retour, 31 août 2018)
Discussions en vue d’un accord – Etat des lieux
  • L’Egypte continue ses efforts pour que le Hamas et l’AP parviennent à un accord. Les difficultés ont surgi à cause de l’argument entre le Hamas et l’AP, qui insiste sur le fait qu’un arrangement [avec Israël] suivra la réconciliation palestinienne interne. Le Hamas continue d’accuser l’Autorité Palestinienne de saboter ses efforts pour parvenir à un accord [avec Israël]. Un haut responsable du Hamas, Khalil al-Haya, a déclaré que le Conseil national palestinien et le Conseil central ne représentaient pas le peuple palestinien, mais seulement le Fatah. Par conséquent, l’OLP ne peut être un représentant légitime d’un accord avec Israël. Le porte-parole du Fatah, Usama al-Qawasmeh, a déclaré que la première priorité était la réconciliation interne palestinienne, dont l’objectif était de défendre la cause palestinienne. Il a ajouté que l’arrangement [avec Israël] devait être formulé dans un cadre de l’OLP (al-Arabiya al-Hadath, 28 août 2018).
  • Dans la nuit du 27 août 2018, le Fatah et l’Autorité Palestinienne ont donné leurs réponses au document formulé par l’Égypte concernant la réconciliation interne palestinienne. L’Autorité Palestinienne continue d’exiger que la réconciliation soit discutée en premier et que l’arrangement [avec Israël] ne soit discuté qu’une fois le problème réglé. Jusqu’à présent, le Fatah refuse toujours de rencontrer la délégation du Hamas (Al-Hayat, 29 août 2018). Yahya al-Sinwar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, a rencontré des écrivains et du personnel des médias. Il leur a dit que la délégation du Hamas avait reçu la réponse du Fatah au document égyptien, la qualifiant de pire que le premier. Il a déclaré que Mahmoud Abbas perdrait beaucoup en imposant des sanctions à la bande de Gaza (Arab 21, 29 août 2018).
  • Le 1er septembre 2018, une délégation égyptienne de renseignement s’est rendue à Ramallah. Une réunion a eu lieu où il a été décidé que les contacts entre les dirigeants palestiniens et égyptiens se poursuivraient. Mahmoud Abbas a de nouveau souligné que les Palestiniens avaient foi dans le rôle joué par l’Egypte et que le peuple palestinien appréciait le parrainage de l’Egypte pour mettre fin à la scission palestinienne interne (Dunia al-Watan, 1er septembre 2018).
  • Jason Greenblatt, l’envoyé américain au Moyen-Orient, a déclaré dans un communiqué que « l’Administration Trump soutient fermement les efforts du Président Al Sisi et du gouvernement égyptien pour faciliter un accord visant à rétablir le calme à Gaza et permettre à l’Autorité Palestinienne d’assumer pleinement ses responsabilités à Gaza. Selon lui, « l’Autorité palestinienne devrait faire partie de la solution pour les Palestiniens de Gaza et les Palestiniens dans leur ensemble, sinon, d’autres combleraient ce vide… » (Site Internet du Département d’Etat américain, 29 août 2018). En réponse, Nabil Abu Rudeina, porte-parole de Mahmoud Abbas, a déclaré qu’il n’y avait pas de remplacement pour l’OLP, qui est le représentant légitime du peuple palestinien. Il a ajouté que la direction palestinienne considère la déclaration de Greenblatt comme une ingérence américaine dans les affaires palestiniennes internes (Wafa, 30 août 2018).
Attaques et tentatives d’attaques
  • Le 3 septembre 2018, un Palestinien a tenté de poignarder un soldat de Tsahal à l’entrée d’un quartier de Kiryat Arba. Selon l’enquête initiale, le Palestinien, armé d’un couteau, s’est approché des soldats de Tsahal au barrage routier. Les soldats ont ouvert le feu et l’ont tué. Le Palestinien était Wael Abdel Fatah Abd al Ghani al Jaabari, 27 ans (36 ans, selon un autre rapport), de Hébron. Le Hamas a publié un avis de décès (Page Facebook Shehab, compte Twitter Palinfo, 3 septembre 2018).
Avis de décès du Hamas (Compte Twitter Palinfo, 3 septembre 2018)    La scène de l'attaque à l'arme blanche à Kiryat Arba (Page Facebook Shehab, 3 septembre 2018).
Droite: La scène de l’attaque à l’arme blanche à Kiryat Arba (Page Facebook Shehab, 3 septembre 2018). Gauche : Avis de décès du Hamas (Compte Twitter Palinfo, 3 septembre 2018)
  • Le 2 septembre 2018, un Palestinien a lancé des pierres sur un véhicule près de Teqoa (Gush Etzion). Il s’est ensuite rendu dans la localité où il a attaqué un habitant avec un objet en métal qu’il a pris dans l’un des jardins. Pendant l’attaque, il a crié « Allahu Akbar ». Les forces de Tsahal l’ont appréhendé. Aucune victime n’a été signalée (Porte-parole de Tsahal, 2 septembre 2018).
Evènements sur le terrain
  • Les Palestiniens ont continué à lancer des pierres, des cocktails Molotov et des engins piégés. Les forces de sécurité israéliennes ont poursuivi leurs activités antiterroristes, arrêtant des Palestiniens soupçonnés d’activités terroristes et saisissant des armes improvisées. Ci-après les principaux incidents :
    • Le 3 septembre 2018 – Lors de perquisitions effectuées par les forces de sécurité israéliennes dans le camp de réfugiés d’Al-Gaza (région de Bethléem), des affrontements ont éclaté entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes. Les Palestiniens ont lancé des pierres et un engin piégé sur les forces israéliennes. Aucune victime n’a été signalée (Compte Twitter du porte-parole de Tsahal, 3 septembre 2018).
    • Le 3 septembre 2018 – Un engin piégé a été lancé sur le passage de Gilboa (Nord de Jénine); le terminal était fermé. Aucune victime ou dommage n’a été signalé. Les forces de Tsahal ont recherché les auteurs (Compte Twitter du porte-parole de Tsahal, 3 septembre 2018).
    • Le 2 septembre 2018 – Une Palestinienne a éveillé les soupçons des gardes de sécurité au terminal de Qalandia quand elle a traversé une voie réservée aux véhicules. Elle a reçu l’ordre de s’arrêter et quand elle n’a pas obéi, elle a été arrêtée par les forces de sécurité israéliennes. Un couteau a été trouvé dans son sac (Kikar Hashabbat, 2 septembre 2018).
    • Le 30 août 2018 – Des pierres ont été lancées sur un bus sur la route 443 (route reliant Modi’in à Jérusalem) près d’une station-service. Une femme a été légèrement blessée par des éclats de verre. Trois Palestiniens soupçonnés d’avoir lancé des pierres ont été appréhendés (Rescue Without Borders, 30 août 2018).
    • Le 30 août 2018 – Des gardes-frontières israéliens ont fouillé deux jeunes Palestiniens à l’entrée du palais de justice militaire de Salem (Samarie). Ils ont trouvé des sacs contenant trois engins piégés. Les deux hommes ont été détenus (Unité du porte-parole des forces de police israéliennes, 30 août 2018).
    • Le 29 août 2018 – Des pierres ont été lancées sur un véhicule près de Hizma (Est de Jérusalem). Un homme a été légèrement blessé par des éclats de verre provenant du pare-brise du véhicule (Rescue Without Borders, 30 août 2018).
    • Le 29 août 2018 – Au cours d’une activité menée par les forces de sécurité israéliennes pour localiser des armes à Bituniya (Sud de Ramallah) et Harmala (près de Bethléem), les forces israéliennes ont saisi un fusil d’assaut Carlo improvisé, un pistolet et un chargeur de munitions (Porte-parole de Tsahal, 29 août 2018).
    • Le 29 août 2018 – Au cours d’une activité menée par les forces de sécurité israéliennes dans la région du village de Bayt Rima (Nord-Ouest de Ramallah), une émeute a éclaté. Les Palestiniens ont lancé des cocktails Molotov et une bombe artisanale contre les forces israéliennes. Aucune victime ou dommage n’a été signalé (Porte-parole de Tsahal, 29 août 2018).
  • Le 29 août 2018 – Des pierres ont été lancées sur un véhicule près de l’Ouest de Teqoa (Gush Etzion). Un homme a été blessé (United Hatzalah [« sauvetage »] d’Israël, 29 août 2018).
Principales attaques de l’année écoulée en Judée-Samarie [3]

Principales attaques de l'année écoulée en Judée-Samarie

Démantèlement d’un réseau du Hamas dans la région de Hébron
  • Ces dernières semaines, les forces de sécurité israéliennes ont démantelé un vaste réseau de membres du Hamas à Hébron. Certains des membres étaient des femmes. Les membres ont transmis des informations, collecté des fonds au siège du Hamas à l’étranger, recruté des agents, coordonné des activités dans les mosquées, payé les familles des prisonniers et incité sur les réseaux sociaux. Le réseau était dirigé par Nizar Shahadeh et Fares Abu Sharah, hauts responsables du Hamas, qui avaient été emprisonnés dans le passé en Israël. La section féminine du réseau était Dina Karmi, l’épouse de Nashat Karmi[4]. Les activités impliquant les femmes ont augmenté ces dernières années, avec notamment le recrutement de dizaines de femmes, dont certaines ont été envoyées à l’étranger pour recevoir des fonds et des instructions de terroristes qui ont été libérés dans le cadre de l’accord d’échange de prisonniers avec Gilad Shalit, y compris Haroun Nasser al-Din, qui vit en Turquie (site Internet de l’Agence de sécurité israélienne, 28 août 2018).
La situation aux terminaux

Le terminal de Rafah

  • La semaine dernière, le terminal de Rafah était ouvert aux pèlerins qui revenaient de la Mecque dans la bande de Gaza (Page Facebook Shehab, 31 août 2018).
Retour de pèlerins dans la bande de Gaza via le terminal de Rafah (Page Facebook Shehab, 31 août 2018)   Retour de pèlerins dans la bande de Gaza via le terminal de Rafah (Page Facebook Shehab, 31 août 2018)
Retour de pèlerins dans la bande de Gaza via le terminal de Rafah (Page Facebook Shehab, 31 août 2018)
Début de l’année scolaire
  • Le 29 août 2018, la nouvelle année scolaire a commencé dans la bande de Gaza dans les écoles publiques, privées et celles de l’UNRWA. Au total, 550 000 élèves ont retrouvé les bancs de l’école. 268 000 d’entre eux vont dans des écoles publiques et environ 250 000 dans des écoles de l’UNRWA (Ma’an, 29 août 2018). Le porte-parole de l’UNRWA, Adnan Abu Hasna, a déclaré que l’année avait commencé avec des incertitudes car l’UNRWA ne dispose de fonds suffisants que pour le mois de Septembre. Il a déclaré que de nombreux efforts étaient déployés en collaboration avec le secrétaire général des Nations Unies pour trouver des fonds supplémentaires pour poursuivre l’année scolaire (Sama, 29 août 2018).
Cérémonie d'ouverture dans une école de l'UNRWA à Deir al-Balah (Site Internet d'al-Najah, 29 août 2018)    Cérémonie d'ouverture dans une école de l'UNRWA à Deir al-Balah (Site Internet d'al-Najah, 29 août 2018)
Cérémonie d’ouverture dans une école de l’UNRWA à Deir al-Balah (Site Internet d’al-Najah, 29 août 2018)
  • Muhammad Hamdan, chef du secteur des enseignants du syndicat arabe de l’UNRWA, a déclaré que l’UNRWA avait modifié sa décision, autorisant les élèves qui n’étaient pas les enfants de réfugiés à étudier dans ses écoles. Il a déclaré que les écoles avaient beaucoup de problèmes à cause des coupures dans le budget de l’agence : des enseignants employés quotidiennement et ayant besoin d’un emploi, et des fonds nécessaires pour gérer et entretenir les écoles, qui n’avaient pas encore été attribués. Il a déclaré que les fournitures scolaires n’avaient pas été fournies aux étudiants et qu’il y avait des zones, surtout dans l’Est de la ville de Gaza, où il n’y avait pas suffisamment d’écoles. Les enfants ont donc étudié en trois équipes (Palestine Online, 3 septembre 2018).
Réunion de coordination entre les organisations de la bande de Gaza
  • En plus des pourparlers pour un arrangement en Egypte, les dirigeants du Hamas ont tenu une série de réunions avec des personnalités et des délégations des organisations de la bande de Gaza (le JIP, al-Ahrar Mouvement, Mouvement des Moudjahidine, Comités de résistance populaire, Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP), Mouvement national d’initiative palestinienne et Mouvement Fida). Yahya al-Sinwar était présent à toutes les réunions sauf deux. Les questions abordées étaient avant tout la réconciliation interne palestinienne, les efforts pour ratifier le cessez-le-feu de 2014 et la poursuite des « marches du retour » (Site Internet du Hamas, 29 et 30 août 2018).
thumb (2)Réunion avec la délégation du FDLP (Site Internet du Hamas, 30 août 2018)    thumbRéunion avec une délégation de hauts responsables du JIP (Site Internet du Hamas, 29 août 2018).
Droite : Réunion avec une délégation de hauts responsables du JIP (Site Internet du Hamas, 29 août 2018). Gauche : Réunion avec la délégation du FDLP (Site Internet du Hamas, 30 août 2018)
Déclarations de Yahya al-Sinwar
  • Yahya al-Sinwar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, a rencontré des écrivains et des journalistes. Il a parlé avec assurance des pourparlers en vue d’une réconciliation interne et d’un arrangement [avec Israël], ainsi que de la possibilité d’un nouveau cycle d’escalade. Il a indiqué que le Hamas avait informé Israël, par le biais d’intermédiaires, que si les efforts pour parvenir à un accord échouaient et qu’Israël agissait de manière agressive contre la bande de Gaza, la « résistance » mettrait Israël en feu pour six mois. » Il a également déclaré que si cela était nécessaire, des salves de roquettes frapperaient Tel-Aviv. Il a déclaré que le même nombre de roquettes qui ont frappé Tel-Aviv pendant la dernière guerre [Opération Bordure Protectrice] le frapperait à nouveau dans les cinq minutes (Arabi 21, 29 août 2018).
  • Concernant les capacités militaires du Hamas, Yahya al-Sinwar a déclaré que, depuis l’Opération Barrière Protectrice, le Hamas avait amélioré ses capacités militaires, y compris la portée de ses tunnels. Il a également déclaré que la précision de ses roquettes et de ses obus de mortier avait été améliorée et que leurs ogives avaient été élargies. Il a ajouté que le système de défense aérienne Dôme de Fer avait échoué et avait causé des dégâts à Israël (al-Watania, 29 août 2018). Yahya al-Sinwar a également révélé qu’il avait été victime d’une tentative d’assassinat deux semaines après le début des négociations de réconciliation à Gaza. Il a affirmé qu’un engin piégé avait explosé pour le tuer afin d’empêcher les efforts de réconciliation de réussir (PNN, 30 août 2018).
Fin des camps d’été des recrues du JIP
  • Le 31 août 2018, les camps d’été de l’unité de recrutement de la branche armée du JIP ont pris fin. Les camps, nommés Majd (« honneur » en arabe), comptaient environ 5 000 jeunes participants. Les organisateurs ont déclaré que les camps étaient destinés aux Gazaouites âgés de 18 à 22 ans qui souhaitaient rejoindre la branche armée du JIP. Selon les organisateurs, les participants ont suivi une formation militaire en mer et à terre, ont suivi un entraînement physique et ont été formés au renseignement et à l’enseignement religieux (Chaîne Youtube Paltoday, 1er septembre 2018).
  •  Les hauts responsables du JIP ont assisté à la cérémonie finale, parmi lesquels Ahmed al-Mudallal. Il a prononcé un discours dans lequel il a déclaré que la cérémonie finale des camps visait à faire savoir au peuple palestinien que les Bataillons de Jérusalem les défendraient et ne resteraient pas les bras croisés tant que l’occupation israélienne se poursuivrait (Paltoday, 1er septembre 2018).
Ahmed al-Mudallal, haut responsable du JIP dans la bande de Gaza, interviewé lors de la cérémonie (Chaîne Youtube Paltoday, 1er septembre 2018)   Cérémonie de remise des diplômes des camps d'été du JIP.
Droite : Cérémonie de remise des diplômes des camps d’été du JIP. Gauche : Ahmed al-Mudallal, haut responsable du JIP dans la bande de Gaza, interviewé lors de la cérémonie (Chaîne Youtube Paltoday, 1er septembre 2018)
Réactions furieuses des Palestiniens suite aux mesures prises par Trump
  • Le 1er septembre 2018, l’administration américaine a déclaré qu’elle avait décidé d’arrêter son financement pour l’UNRWA. La déclaration a été faite après que les États-Unis avaient annoncé en Janvier leur décision de geler 65 millions de dollars du financement accordé à l’agence. Jusque-là, les États-Unis fournissaient 350 millions de dollars, soit un tiers du budget de l’Office.
  • Heather Nauert, porte-parole du Département d’État américain, a annoncé que les États-Unis ne supporteraient plus la « part disproportionnée du fardeau des coûts de l’UNRWA ». Son annonce a ajouté que « le modèle d’affaires fondamentaux et les pratiques fiscales qui ont marqué l’UNRWA pendant des années sont tout simplement insoutenables… En conséquence, les États-Unis vont intensifier le dialogue avec les Nations Unies, les gouvernements hôtes et les parties prenantes internationales sur les nouveaux modèles et les nouvelles approches… « (Site Internet du Département d’Etat américain, 1er septembre 2018).
  • Nikki Haley, la représentante américaine à l’ONU, parlant lors d’un événement à la Fondation pour la Défense des Démocraties, a confirmé que l’UNRWA exagérait le nombre de réfugiés palestiniens recevant de l’aide, précisant : « Nous serons donateurs si [l’UNRWA] réforme ce qu’il fait … s’il change réellement le nombre de réfugiés en un compte précis… » (Al-Jazeera, 29 août 2018).
  • La déclaration a été fermement condamnée par l’AP, qui a déclaré qu’elle envisageait de faire appel à l’Assemblée générale des Nations Unies et au Conseil de sécurité. Les dirigeants palestiniens ont représenté la décision américaine comme une tentative d’éliminer la cause palestinienne et le « droit au retour ». Ci-après les principales réponses palestiniennes :
  • Saeb Erekat, secrétaire du Comité exécutif de l’OLP, a déclaré les Etats-Unis n’ont pas le droit d’abolir l’UNRWA, qui a été créé par l’Assemblée générale de l’ONU en 1949. Il a affirmé que la décision américaine était un violation du droit international. Il a également dit que l’UNRWA n’était pas une institution qui appartenait à l’Autorité Palestinienne, et que la communauté internationale devait condamner fermement la décision américaine et subvenir aux besoins de l’UNRWA afin qu’il puisse continuer à prendre soin des réfugiés palestiniens (Wafa, 1er septembre 2018).
  • Riyad al-Maliki, le ministre des Affaires étrangères de l’AP, a déclaré que contrairement aux espoirs du Président des États-Unis, la décision américaine ne mènerait pas à la dissolution de l’UNRWA, car la décision inciterait de nombreux pays à répondre fermement aux « politiques brutales de Trump » et à agir pour protéger l’agence (Wafa, 1er septembre 2018).
  • Nabil Abu Rudeina, porte-parole de Mahmoud Abbas, a déclaré que la décision américaine faisait partie d’une politique délibérée visant à nuire au peuple palestinien. Il a ajouté que le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, et les dirigeants palestiniens examinaient un appel à l’Assemblée générale des Nations unies et au Conseil de sécurité pour faire face à la décision américaine. Nabil Abu Rudeina a déclaré que le discours de Mahmoud Abbas à l’Assemblée générale porterait également sur la question des réfugiés (Wafa, 1er septembre 2018).
  • Le porte-parole du Fatah, Usama al-Qawasmeh, a déclaré que le Président américain avait déclaré la guerre au peuple palestinien sur les deux questions les plus importantes, les réfugiés et Jérusalem (Dunia al-Watan, 1er septembre 2018).
  • Le Hamas a fermement condamné l’annonce américaine: le porte-parole du Hamas Sami Abu Zuhri a appelé les pays du monde à lutter contre la « tyrannie américaine ». Il a affirmé que l’objectif derrière la décision américaine était d’abolir le « droit au retour », la qualifiant de grave escalade de la conduite des États-Unis contre le peuple palestinien, affirmant qu’elle reflétait l’élément sioniste profondément enraciné de la direction américaine, qui en avait fait l’ennemi du peuple palestinien (Compte Twitter de Sami Abu Zuhri, 31 août 2018). Husam Badran, membre du bureau politique du Hamas et chef du bureau des relations internationales, a souligné l’adhésion du Hamas au « droit au retour » des réfugiés palestiniens sur leurs terres occupées. Il a dit que ce « droit » était au cœur de chaque Palestinien. Il a appelé les institutions de défense des droits de l’homme à résister à « l’arrogance américaine », qui avait violé toutes les conventions et lois internationales (site Internet du Hamas, 1er septembre 2018).
La "clé du retour palestinien" frappe Trump après sa décision de réduire le financement de l'UNRWA (Compte Twitter Palinfo, 2 septembre 2018)    Trump comme outil dans les mains d'Israël (l'étoile de David sur la manche de l'homme qui tient le crayon) alors que la gomme efface l'UNRWA du carton (Felesteen, 2 septembre 2018).
Droite : Trump comme outil dans les mains d’Israël (l’étoile de David sur la manche de l’homme qui tient le crayon) alors que la gomme efface l’UNRWA du carton (Felesteen, 2 septembre 2018). Gauche : La « clé du retour palestinien » frappe Trump après sa décision de réduire le financement de l’UNRWA (Compte Twitter Palinfo, 2 septembre 2018) 
Nouvelle flottille de Gaza vers le Nord
  • Le 2 septembre 2018, l’autorité nationale contre le siège de la bande de Gaza a envoyé pour la sixième fois des bateaux vers le Nord de la bande de Gaza (à la frontière maritime avec Israël). Environ 50 bateaux ont participé au voyage, avec des pêcheurs, des étudiants et des blessés palestiniens à bord. Les soldats de Tsahal ont tiré des coups de feu et les bateaux sont rentrés dans la bande de Gaza. En parallèle, les Gazaouites ont organisé une manifestation à la frontière Nord (Compte Twitter de Shabakat Quds, 2 septembre 2018).
  • Talal Abu Zarifa, membre de l’autorité nationale suprême de la marche du retour et haut responsable du FDLP, a déclaré lors d’une conférence de presse que l’activité navale faisait partie de la lutte des Palestiniens pour réaliser leurs demandes et que l’autorité nationale avait décidé de traiter avec la zone tampon maritime exactement comme elle le fait avec la zone tampon le long de la frontière orientale de la bande de Gaza. Il a déclaré que l’activité sur terre et en mer se poursuivrait jusqu’à la levée du « siège » (Ma’an, 2 septembre 2018).
Les bateaux naviguent vers la frontière Nord de Gaza (Comptes Twitter Palinfo et Palestine Online, 2 septembre 2018)    Les bateaux naviguent vers la frontière Nord de Gaza (Comptes Twitter Palinfo et Palestine Online, 2 septembre 2018)
Les bateaux naviguent vers la frontière Nord de Gaza (Comptes Twitter Palinfo et Palestine Online, 2 septembre 2018)

[*] En raison des fêtes du Nouvel an juif, le prochain bulletin sera publié le 16 septembre 2018.
[2] Les statistiques ne comprennent pas les tirs de roquettes dans la bande de Gaza .

[3] Les principales attaques comprennent des fusillades, des attaques à l'arme blanche, des attaques à la voiture bélier et des poses d'engins piégés. Les tirs de pierres et de cocktails Molotov ne sont pas compris.

[4] Nashat Karmi était un terroriste du Hamas qui, le 31 août 2010, a tiré sur le carrefour de Bani Naim, tuant quatre personnes. Il a été tué dans un échange de tirs avec les forces de sécurité israéliennes environ deux mois plus tard.