Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (28 novembre – 4 décembre 2018)

Incendie de pneus à l'Est de Rafah (Page Facebook afkar.prs, 30 novembre 2018)

Incendie de pneus à l'Est de Rafah (Page Facebook afkar.prs, 30 novembre 2018)

Ahmed Bahar prononce un discours à Rafah (Page Facebook du Conseil législatif de la bande de Gaza, 30 novembre 2018)

Ahmed Bahar prononce un discours à Rafah (Page Facebook du Conseil législatif de la bande de Gaza, 30 novembre 2018)

Ballons contenant des images de Palestiniens tués dans les

Ballons contenant des images de Palestiniens tués dans les "marches du retour" (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême, 3 décembre 2018)

Pare-brise d'une voiture endommagée par un rocher lancé près de Naveh Tzuf (Ouest de Benyamin) (INN, 3 décembre 2018)

Pare-brise d'une voiture endommagée par un rocher lancé près de Naveh Tzuf (Ouest de Benyamin) (INN, 3 décembre 2018)

Usama Hamdan (quatrième à droite) et Muhammad al-Hindi (troisième à droite) lors de la cérémonie.

Usama Hamdan (quatrième à droite) et Muhammad al-Hindi (troisième à droite) lors de la cérémonie.

Muhammad al-Hindi (première rangée, troisième à gauche) et le haut responsable du Hamas Ismaïl Radwan (deuxième rangée à gauche) (alqudsnews.net, 27 novembre 2018)

Muhammad al-Hindi (première rangée, troisième à gauche) et le haut responsable du Hamas Ismaïl Radwan (deuxième rangée à gauche) (alqudsnews.net, 27 novembre 2018)

L'activité de Tsahal à la frontière libanaise vue par les médias arabes (Shehab, 4 décembre 2018)

L'activité de Tsahal à la frontière libanaise vue par les médias arabes (Shehab, 4 décembre 2018)

L'activité de Tsahal à la frontière libanaise vue par les médias arabes (Shehab, 4 décembre 2018)

L'activité de Tsahal à la frontière libanaise vue par les médias arabes (Shehab, 4 décembre 2018)

L'activité de Tsahal à la frontière libanaise vue par les médias arabes (Shehab, 4 décembre 2018)

L'activité de Tsahal à la frontière libanaise vue par les médias arabes (Shehab, 4 décembre 2018)

  • Le 4 décembre 2018, l’Opération Northern Shield a commencé le long de la frontière entre Israël et le Liban. Son objectif est de révéler et de neutraliser les tunnels d’attaque terroriste du Hezbollah pénétrant du Liban vers le territoire israélien. Selon le porte-parole de Tsahal, les forces de Tsahal ont localisé un tunnel allant de la partie Sud du village de Kafr Kila à 40 mètres en territoire israélien (à la périphérie de la ville de Metulla, dans le Nord du pays). Il a ajouté qu’il existe de plus grands tunnels dans la région. Selon Tsahal, l’opération durera plusieurs semaines.
  • La semaine dernière, une « marche du retour » et une mini-flottille ont été organisées le long de la frontière israélo-israélienne sans violence exceptionnelle à l’égard de Tsahal. Fathi Hamad et d’autres porte-parole du Hamas ont expliqué les attentes du Hamas vis-à-vis de l’accord avec Israël (salaires, argent, carburant, etc.) et ont menacé de revenir au format précédent, plus violent, de la « marche du retour ». Selon l’interview de Fathi Hamad, cela signifierait un retour au lancer de cerfs-volants et de ballons incendiaires, aux activités du groupe de harcèlement de nuit contre les forces de Tsahal et à de « nouvelles inventions ».
  • Les Etats-Unis ont proposé une résolution des Nations Unies condamnant le Hamas et d’autres organisations terroristes pour avoir tiré des roquettes sur Israël et utiliser des ressources destinées à la population pour leur renforcement militaire. Le Hamas et les autres organisations terroristes ont commencé à établir des contacts internationaux pour saper la résolution et ont été soutenus par l’Autorité Palestinienne. Selon Saeb Erekat, secrétaire du comité exécutif de l’OLP, les dirigeants palestiniens participent à la « guerre de survie » à l’ONU pour empêcher l’adoption d’une résolution qui désignerait le Hamas comme une organisation terroriste.
La marche du retour (30 novembre 2018)
  • Le thème de la « marche retour » du vendredi 30 novembre 2018 (la 36ème « marche du retour ») était « Solidarité internationale avec le peuple palestinien » (Shehab, 29 novembre 2018). Avant la marche, les organisateurs ont appelé les participants à préserver le caractère « pacifique » des événements et à prendre des mesures pour assurer la sécurité des manifestants (Filastin al-Yawm, 29 novembre 2018). Le « groupe des pneus » et d’autres groupes opérant sur le terrain ont affirmé qu’ils étaient totalement attachés à l’accalmie et avaient obéi à la haute autorité nationale. Cependant, ils ont menacé de lancer de nombreux ballons [incendiaires] contre des localités israéliennes si Israël reportait la levée du « siège » sur la bande de Gaza (Page Facebook du groupe des pneus, brigade Rafah, 29 novembre 2018).
  • La marche était semblable à celle des trois dernières semaines depuis la dernière vague d’escalade. Plusieurs milliers de Palestiniens y ont assisté et se sont réunis sur les cinq sites principaux situés le long de la frontière avec Israël. Aucune violence exceptionnelle contre les forces de Tsahal n’a été signalée. Il y a eu plusieurs incidents mineurs au cours desquels des Palestiniens se sont approchés de la barrière de sécurité et des pneus ont été brûlés.
  • Le porte-parole du ministère de la Santé de la bande de Gaza a annoncé que 61 Palestiniens avaient été blessés, dont 28 par des tirs de Tsahal (Compte Twitter d’Achraf al-Qidra, 30 novembre 2018). C’était la troisième semaine sans victimes.
rontements à l'Est de Jabaliya (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 30 novembre 2018)    Des Palestiniens arrivent au "camp du retour" dans l'Est de la ville de Gaza.
Droite : Des Palestiniens arrivent au « camp du retour » dans l’Est de la ville de Gaza. Gauche : Affrontements à l’Est de Jabaliya (Page Facebook de l’Autorité nationale suprême de la marche du retour, 30 novembre 2018)
  • Comme chaque semaine, des personnalités du Hamas et des autres organisations terroristes palestiniennes ont assisté aux événements. Parmi les personnes présentes figurait Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas; Ahmed Bahar, vice-président du conseil législatif; et Khaled al-Batash, haut responsable du Jihad islamique palestinien (JIP). Les organisations terroristes et les militants de la marche ont affirmé que si Israël ne prend pas les mesures promises après la dernière escalade, les Palestiniens pourraient revenir à leur ancienne forme de « marche du retour » en utilisant des cerfs-volants et des ballons incendiaires. Ci-après certaines des déclarations :
    • Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré que les accords sur la levée du « siège » étaient toujours en vigueur bien qu’ils soient mis en œuvre lentement. Il a dit qu’ils ne se rendraient pas à la « procrastination » et qu’Israël devait agir conformément aux accords. Il a ajouté que les « marches du retour » se poursuivraient et que la « résistance » [cf., les organisations terroristes] continuerait à protéger les marches et ne permettrait pas à Israël (« l’occupation ») de leur nuire (Filastin al-Yawm et Palinfo, 1er décembre 2018).
    • Ahmed Bahar, vice-président du Conseil législatif, présent à l’Est de Rafah, a déclaré que « la résistance » était un droit palestinien ancré dans le droit international et les résolutions de l’ONU. Il a ajouté que la « résistance » continuerait à défendre les Palestiniens et leurs principes fondamentaux. Il a également déclaré que la nouvelle équation de la « résistance » était toujours en vigueur, à savoir sang pour sang, roquette pour roquette et calme pour calme. Il a ajouté que la « résistance » avait le droit de défendre les Palestiniens et les lieux saints et de poursuivre ses préparatifs en vue de défendre le peuple (Dunia al-Watan, 30 novembre 2018).
    • Selon le haut responsable du Hamas Ismail Radwan, l’un des succès de la « marche du retour » a été de forcer Israël à prendre des mesures pour améliorer la vie des habitants de la bande de Gaza. Il a dit que cela continuerait jusqu’à ce que le « siège » ait été complètement levé. Il a ajouté que des accords étaient en cours d’élaboration, le plus important étant l’établissement d’un passage frontalier naval. Il a ajouté que les « marches du retour » pourraient se poursuivre pendant plus de deux ans jusqu’à ce qu’Israël se rende aux termes des conditions palestiniennes. Il a également remercié l’Iran d’avoir pris la responsabilité des familles des Palestiniens tués lors des manifestations (Al-Quds, 30 novembre 2018).
    • Abd al-Latif al-Qanua, porte-parole du Hamas, a déclaré que les « marches du retour » se poursuivraient et qu’elles constituaient un appel au monde pour traduire le soutien au peuple palestinien en mesures concrètes, telles que la fin de « l’occupation et la levée du siège » de la bande de Gaza (Compte Twitter de Abd al-Latif al-Qanua, 30 novembre 2018).
    • L’Autorité nationale suprême a tenu une conférence de presse à Rafah au cours de laquelle elle a rendu hommage aux groupes et aux pays refusant de normaliser leurs relations avec Israël et les boycottant. L’Autorité a appelé le monde et les militants de la campagne BDS à œuvrer pour faire cesser la vente d’armes à Israël. Il a également remercié l’Iran pour son soutien au peuple palestinien et à la « résistance ». Il a annoncé que le thème de la marche du vendredi 7 décembre serait « L’intifada des pierres » (al-Aqsa, 30 novembre 2018).
Mini-flottille
  • Dans l’après-midi du 3 décembre 2018, la 18e mini-flottille s’est déroulée de la bande de Gaza vers la frontière Sud d’Israël. Au même moment, une manifestation a eu lieu sur la plage. Environ 30 petits bateaux ont participé. Un porte-parole du ministère de la Santé a annoncé que quatre Palestiniens avaient été blessés (Page Facebook d’Ashraf al-Qidra, 3 décembre 2018). Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré que lors de heurts lors de la mini-flottille, 47 Palestiniens avaient été blessés (Safa, 3 décembre 2018).
  • Fathi Hamad, membre du bureau politique du Hamas, a donné une interview lors de la mini-flottille. Il a déclaré que le Hamas attendait d’Israël la mise en œuvre de tous les accords convenus après la dernière vague d’escalade. Israël doit étendre les zones de pêche de la bande de Gaza à 12 milles, permettre l’entrée de la monnaie dans la bande de Gaza et mettre en œuvre des projets de développement par le biais de l’ONU. Il a ajouté qu’Israël était en train d’être « testé » et a menacé de le faire si, au cours de la semaine à venir, le Hamas rétablirait les « marches du retour » à leur format précédent, notamment en lançant des cerfs-volants et des ballons incendiaires. Il a ajouté que le groupe de harcèlement de nuit opérerait à nouveau le long de la barrière de sécurité, précisant qu’il y aurait de « nouvelles inventions » liées à l’hiver (al-Jazeera, 3 décembre 2018) [1]
Tirs de roquettes et d’obus de mortier des dernières séries d’escalade[2]

Tirs de roquettes et d'obus de mortier des dernières séries d'escala

Tirs de roquettes et d’obus de mortier de l’année écoulée

Tirs de roquettes et d'obus de mortier de l'année écoulée

Répartition annuelle des tirs

Répartition annuelle des tirs

Un citoyen jordanien attaque des Israéliens à Eilat
  • Un Jordanien travaillant dans le port d’Eilat, la ville la plus au Sud d’Israël, a attaqué deux plongeurs israéliens avec un marteau. Ils ont été gravement blessés à la tête et ont été évacués à l’hôpital. On soupçonne que le motif de l’attaque était nationaliste. Le Jordanien, qui a commencé à travailler au port le même jour, a été emmené pour interrogatoire par l’Agence de sécurité israélienne. Environ 1 500 Jordaniens travaillent à Eilat (Ynet, 30 novembre 2018).
Autres incidents
  •  Les forces de sécurité israéliennes ont mené des activités de lutte contre le terrorisme dans toute la Judée-Samarie, arrêtant des Palestiniens soupçonnés d’activités terroristes et s’emparant d’armes de qualité militaire et d’armes improvisées. Les Palestiniens ont continué à lancer des pierres et des cocktails Molotov sur des véhicules israéliens. Les événements les plus importants ont été les suivants :
    • Le 2 décembre 2018 – Des pierres ont été lancées sur un bus sur la route reliant Efrat au carrefour du Gush Etzion. Aucune victime n’a été signalée. Le pare-brise de l’autobus a été endommagé. Des pierres ont également été lancées depuis Bayt Furiq (au Sud-Est de Naplouse) sur un véhicule sur la route entre Itamar et Alon Moreh. Aucune victime n’a été signalée. Le véhicule a été endommagé (Rescue Without Borders, Judée-Samarie, 2 décembre 2018).
    • Le 1er décembre 2018 – Quatre Palestiniens ont lancé des cocktails Molotov sur un poste de garde de la police des frontières dans la région d’Abou Dis à Jérusalem-Est. Ils ont été arrêtés pour interrogatoire (Page Facebook Red Alert, 1er décembre 2018).
    • Le 30 novembre 2018 – Des cocktails Molotov ont été lancés sur les forces de la police des frontières dans la région de Bitunia (au Nord de Ramallah). Aucune victime n’a été signalée. Trois Palestiniens de Ramallah et d’al-Bireh ont été arrêtés (Page Facebook de Red Alert, 30 novembre 2018).
    • Le 30 novembre 2018 – Les forces de police des frontières ont arrêté un Palestinien dans la région de Bayt Suriq (Ouest de Ramallah) (Page Facebook Red Alert, 30 novembre 2018).
    • Le 29 novembre 2018 – Des Palestiniens ont lancé des cocktails Molotov sur un bus et d’autres véhicules sur la route reliant le Gush Etzion à Hébron, près d’Al-Aroub. Aucune victime n’a été signalée (Page Facebook Red Alert, 29 novembre 2018).
Principales attaques de l’année écoulée en Judée-Samarie [3]

Principales attaques de l'année écoulée en Judée-Samarie

Transfert de fonds de l’UNRWA
  • Khaled al-Khudhairi, responsable adjoint du Fonds saoudien pour le développement, a signé avec Pierre Krähenbühl, commissaire général de l’UNRWA, quatre accords d’une valeur de 63 millions USD pour de nouveaux projets dans la bande de Gaza, en Cisjordanie et en Jordanie. Un montant de 31 millions de dollars sera alloué à la bande de Gaza pour les initiatives en cours, la reconstruction des bâtiments, la maintenance des écoles, la construction de nouveaux centres médicaux et de deux écoles de l’UNRWA (Ma’an, 30 novembre 2018).
Livraison de carburant
  • Walid al-Qutati, membre du bureau politique du JIP, a déclaré que, selon les accords les plus récents, le Qatar continuerait à envoyer du carburant diesel pour la bande de Gaza et enverrait également de l’argent pour payer les salaires des fonctionnaires pour le mois de Novembre (Shabakat Quds, 1er décembre 2018).
Livraison de médicaments
  • Le ministère de la Santé de l’Autorité Palestinienne a envoyé un camion de matériel médical depuis ses entrepôts logistiques de Naplouse vers la bande de Gaza. L’équipement était destiné aux patients atteints de cancer et de néphropathie dans les hôpitaux pour malades chroniques de la bande de Gaza. Le matériel et 8,5 tonnes de médicaments ont été donnés par le Croissant-Rouge turc et envoyés à l’Autorité Palestinienne. Jawad ‘Awad, ministre palestinien de la Santé, a remercié la Turquie pour son soutien (Wafa, 2 décembre 2018).
Le bande de Gaza    Le bande de Gaza
Une cargaison de médicaments pour la bande de Gaza, offerte par le Croissant-Rouge turc (al-Andalou News, 2 décembre 2018)
Discussions en Egypte
  • Cette semaine a eu lieu une nouvelle série de discussions en Egypte sur un accord avec Israël et une réconciliation interne entre Palestiniens. Les délégations du Fatah et du Hamas sont restées au Caire pour tenir les pourparlers. Le secrétaire général du JIP, Ziyad al-Nakhalah, était également au Caire, invité par les Egyptiens. Au cours des discussions, le Hamas a tenté de faire preuve de souplesse, ne voulant apparemment pas être perçu comme responsable de son échec. La délégation du Hamas, qui est partie pour l’Égypte le 21 novembre 2018, est revenue dans la bande de Gaza le 29 novembre 2018 (Filastin al-Yawm, 29 novembre 2018). Le journal al-Sharq al-Awsat, basé à Londres, a rapporté que l’Égypte avait tenté de présenter un accord de réconciliation palestinien interne qui réponde aux exigences du Fatah et du Hamas, bien que cet accord ne soit pas très différent des accords précédents.
  • Selon certaines informations, l’Égypte a défini un calendrier de deux mois au cours duquel l’Autorité Palestinienne accepterait la responsabilité des forces de sécurité aux points de passage et la collecte des taxes et des frais d’avocat dans la bande de Gaza. Le Hamas a accepté de mettre en place un gouvernement qui ne violerait pas les armes des organisations [terroristes]. Les sources ont également indiqué que le Hamas souhaitait former un gouvernement de consensus national qui serait chargé de la tenue des élections présidentielles et des élections du Conseil législatif palestinien (al-Sharq al-Awsat, 27 novembre 2018). Des responsables du Fatah ont déclaré que le Fatah avait décidé de mettre un terme à ses efforts en vue d’une réconciliation interne entre les Palestiniens et de ne pas répondre aux différents médiateurs, affirmant qu’il n’y avait rien à gagner des discussions.

Caricature du Hamas reprochant à Mahmoud Abbas de s'opposer à l'accord de réconciliation. En arabe, on peut lire "Réconciliation. Non, non, non ..." (Compte Twitter Palinfo, 29 novembre 2018)
Caricature du Hamas reprochant à Mahmoud Abbas de s’opposer à l’accord de réconciliation. En arabe, on peut lire « Réconciliation. Non, non, non … » (Compte Twitter Palinfo, 29 novembre 2018)

  • La délégation du JIP a déclaré qu’au cours de sa visite de trois jours au Caire, elle avait principalement traité des problèmes d’accalmie avec Israël. La délégation a rencontré de hauts responsables des services de renseignements égyptiens et a déclaré que les entretiens étaient « positifs » (al-Quds, 2 décembre 2018).
Condamnation américaine du Hamas à l’ONU
  • Le 30 novembre 2018, une résolution américaine condamnant le Hamas et d’autres organisations terroristes palestiniennes a été proposée à l’ONU. La résolution devait être soumise le 3 décembre 2018, mais Riyad Mansour, le délégué palestinien à l’ONU, a reporté le vote au 6 décembre 2018. Selon des rapports, l’UE soutiendrait le projet de résolution.
  • La résolution précise « que tous les actes de violence contre les civils, en particulier les actes de terreur, ainsi que tous les actes de provocation, d’incitation et de destruction ne servent qu’à éroder la confiance et à entraver les efforts pour parvenir à une solution pacifique; dénonce le Hamas pour avoir tiré à plusieurs reprises des roquettes sur Israël et pour avoir incité à la violence, mettant ainsi les civils en danger; exige du Hamas et d’autres acteurs militants, dont le Jihad islamique palestinien, de cesser toute action de provocation et toute activité violente, notamment en utilisant des engins incendiaires aéroportés; condamne en outre l’utilisation des ressources par le Hamas à Gaza pour construire des infrastructures militaires, y compris des tunnels d’infiltration en Israël et du matériel pour lancer des roquettes dans des zones civiles, lorsque ces ressources pourraient être utilisées pour répondre aux besoins critiques de la population civile; appelle toutes les parties à respecter pleinement le droit international des droits de l’homme et le droit international humanitaire droit, y compris en ce qui concerne la protection de la population civile; demande la cessation de toutes les formes de violence et d’intimidation dirigées contre le personnel médical et humanitaire, et rappelle l’importance de respecter l’inviolabilité et la neutralité des locaux de l’ONU; encourage des mesures concrètes en faveur de la réconciliation intra-palestinienne, notamment en soutien aux efforts de médiation déployés par l’Égypte, ainsi que des mesures concrètes visant à réunir la bande de Gaza et la Cisjordanie sous l’autorité palestinienne et à garantir son fonctionnement effectif dans la bande de Gaza; [et] se félicite et demande avec insistance que le Secrétaire général et le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient aident, en coopération avec les partenaires concernés, les efforts visant à désamorcer la situation et à résoudre les problèmes urgents d’infrastructure humanitaire, et les besoins de développement économique « (Site Internet de la Mission des États-Unis auprès de l’ONU, 28 novembre 2018). La publication du projet de résolution a suscité une vague de condamnations de la part du Hamas et des autres organisations terroristes. Des sources palestiniennes, dont le Hamas, ont commencé à Le Fatah et l’Autorité palestinienne ont aidé le Hamas à saper la résolution. Selon Saeb Erekat, secrétaire du Comité exécutif de l’OLP, les dirigeants palestiniens participent au « débat existentiel mené à l’ONU pour empêcher une résolution désignant le Hamas comme un parti terroriste d’être adoptée. Il a affirmé que le Hamas était un mouvement palestinien, que l’OLP soit ou non d’accord avec ses opinions. Par conséquent, l’OLP ne permettra à aucune organisation palestinienne d’être désignée comme terroriste (Dunia al-Watan, 2 décembre 2018).

Le Fatah défend le Hamas contre la proposition américaine de condamner le Hamas (Page Facebook d'Iyad al-Bazam, 2 décembre 2018)
Le Fatah défend le Hamas contre la proposition américaine de condamner le Hamas (Page Facebook d’Iyad al-Bazam, 2 décembre 2018)

Activités du Hamas sur la scène internationale
  • Une délégation du Hamas conduite par Mahmoud al-Zahar, membre du bureau politique du Hamas, s’est rendue d‘Afrique du Sud à Istanbul, où elle a rencontré des personnalités du Hamas. En Turquie, les membres de la délégation sont allés rendre visite à des Palestiniens blessés lors des « marches du retour » et traités dans des hôpitaux turcs (Shehab, 28 novembre 2018). Selon le haut responsable du Hamas Yahya Musa, la délégation quittera la Turquie pour des visites en Iran, en Tunisie, en Algérie, au Maroc et au Liban (Al-Monitor, 30 novembre 2018).
 Une délégation du Hamas rend visite aux Palestiniens blessés lors des "marches du retour" et hospitalisés en Turquie (Page Facebook de Mahmoud al-Zahar, 27 novembre 2018; page Facebook de la faction "changement et réforme" du Hamas, 28 novembre 2018)   Une délégation du Hamas rend visite aux Palestiniens blessés lors des "marches du retour" et hospitalisés en Turquie (Page Facebook de Mahmoud al-Zahar, 27 novembre 2018; page Facebook de la faction "changement et réforme" du Hamas, 28 novembre 2018)
Une délégation du Hamas rend visite aux Palestiniens blessés lors des « marches du retour » et hospitalisés en Turquie (Page Facebook de Mahmoud al-Zahar, 27 novembre 2018; page Facebook de la faction « changement et réforme » du Hamas, 28 novembre 2018)
  • Mahmoud al-Zahar a déclaré dans une interview qu’il avait dirigé une délégation de parlementaires qui avaient entamé leur voyage en Turquie et continueraient dans d’autres pays islamiques et non islamiques d’Europe, d’Afrique et d’Asie afin de mobiliser leur soutien pour le peuple palestinien et la « résistance ». « [cf.,. les organisations terroristes]. Il a ajouté que la délégation envisageait également de souligner la légitimité du Conseil législatif palestinien (al-Andalou News, 30 novembre 2018).
Renouvellement des capacités de diffusion d’Al-Aqsa
  • Le porte-parole du JIP, Daoud Chehab, a déclaré dans une interview que la station de radio Sawt al-Sha’ab (qui diffuse depuis la bande de Gaza au service du Front Populaire de Libération de la Palestine) avait ouvert ses studios à la station al-Aqsa pour la diffusion. Il a affirmé que la chaîne al-Quds [une chaîne de télévision palestinienne au Liban dont les émissions sympathisent avec le Hamas] avait ouvert ses studios à la télévision al-Aqsa. Il a appelé à la création d’une salle des opérations médiatiques communes à tous les médias palestiniens de la bande de Gaza (al-Aqsa, 29 novembre 2018). Un haut responsable du Hamas, Ismaïl Radwan, a déclaré que l’attaque contre le bâtiment Al-Aqsa était un « crime de guerre » et a déclaré que son domicile permanent serait désormais la chaîne de télévision Al-Quds (Al-Quds, 30 novembre 2018). Apparemment, le Hamas a trouvé des alternatives au bâtiment Al-Aqsa, détruit par Israël lors de la dernière escalade (12-13 novembre).
L’Iran « adopte » des Palestiniens tués et blessés durant les « marches du retour »
  • La 32ème conférence de l’Unité islamique internationale s’est tenue à Téhéran avec la participation de hauts responsables du régime iranien et de représentants de plusieurs pays, dont le chef adjoint du Hezbollah, Na’im Qassem. Ismaïl Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, a prononcé un discours retransmis par vidéo dans lequel il a remercié l’Iran pour son soutien aux Palestiniens. A la fin de la conférence, le conseiller auprès du ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que la conférence avait décidé « d’adopter » les familles de Palestiniens tués au cours des « marches du retour » dans la bande de Gaza. Les organisateurs des marches ont déclaré que l’Iran finançait le traitement des Palestiniens blessés lors des manifestations (dont un grand pourcentage sont affiliés à des organisations terroristes). Selon certaines sources de l’Autorité nationale suprême, « l’adoption » par l’Iran incluait un soutien financier pendant plus d’un an pour les familles de Palestiniens tués et un soutien pour les blessés jusqu’à leur guérison (al-Khabar, Liban, 28 novembre 2018). Hussein Mansour, membre de l’Autorité nationale suprême, a déclaré que « l’adoption » se manifesterait par l’argent et le traitement, et inclurait tous les Palestiniens tués et blessés, quelle que soit leur affiliation organisationnelle (Ma’an, 27 novembre 2018).
  • Le Hamas et le JIP ont remercié l’Iran. Khaled al-Batash, membre du bureau politique du JIP, a déclaré que l’Autorité nationale suprême préférerait que l’institution palestinienne pour les blessés et l’institution palestinienne Shaheed adoptent les blessés et les chahids de la « marche du retour » à la place de l’Iran (Paltoday, novembre 28, 2018). Le 26 novembre 2018, en marge de la Conférence, le Forum mondial pour la proximité des écoles de pensée islamiques a organisé une cérémonie en l’honneur de plusieurs « pionniers de la proximité ». Parmi eux figuraient Fathi Shqaqi, le fondateur du JIP; Ahmed Yassin, fondateur du Hamas et d’autres. L’ayatollah Mohsen Araki, qui dirige le Forum mondial, a annoncé que l’Iran « adopterait » les familles des Palestiniens tués au cours des « manifestations du retour » dans la bande de Gaza après que Khaled al-Batash, chef de la Haute autorité nationale, a présenté l’idée à la Conférence (alqudnews.net, 27 novembre 2018). La déclaration finale de la Conférence, lue par le haut responsable du Hamas, Usama Hamdan, a remercié le Forum pour son initiative (Agence de presse Mehr en arabe, 27 novembre 2018).
Entretien de Saeb Erekat au Deutsche Welt
  • Lors d’une visite en Allemagne, Saeb Erekat, secrétaire du comité exécutif de l’OLP, a été interviewé par le journal allemand Deutsche Welt. Il a évoqué un certain nombre de points (Deutsche Weld, 28 novembre 2018):
    • États-Unis : Erekat a critiqué les États-Unis et leur Président. Il a dit que malgré les nombreuses rencontres avec les dirigeants palestiniens, le Président américain avait agi de manière unilatérale et ne s’était pas concentré sur des négociations bilatérales. Il a ajouté que le déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem rendait inacceptable la participation de Trump envers le processus de paix.
    • Hamas : Erekat a déclaré que le Hamas devait comprendre qu’il était impossible de créer un État palestinien sans une autorité commune représentant l’ensemble du peuple palestinien.
    • Israël : Erekat a déclaré que le gouvernement israélien était pleinement responsable du gel du processus de paix. Il a affirmé qu’Israël essayait de saper la solution de deux États afin de créer une solution à un État [qu’il a appelée « solution d’apartheid »]. Il a ajouté qu’Israël progressait dans le « projet d’implantation », menaçait de détruire Khan al-Ahmar et avait commis « des crimes de guerre » contre le peuple palestinien lors des « marches du retour ». Erekat a affirmé qu’il était disposé à rencontrer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n’importe où et à n’importe quel moment choisi par Netanyahu.
Activités de l’AP sur la scène internationale
  • Le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, Riyad al-Malaki, a parlé à la télévision palestinienne des activités internationales de l’Autorité palestinienne :
    • Reconnaissance de la Palestine par d’autres pays d’ici à la fin de 2018. Il a déclaré que leurs efforts visaient au moins trois États d’Amérique du Sud et d’Europe, bien qu’il ait refusé de donner leurs noms. Ils tentaient également d’obtenir la reconnaissance de la France, ce qui, selon lui, conduirait à la reconnaissance de la « Palestine » par cinq ou six autres pays.
    • En ce qui concerne l’empêchement d’autres pays de réinstaller leurs ambassades à Jérusalem, il a déclaré que l’Autorité Palestinienne avait formulé une stratégie prévoyant notamment de nouer des liens avec le mouvement évangéliste brésilien et d’exercer des pressions sur le gouvernement par le biais de la communauté palestinienne qui y réside. L’Autorité Palestinienne, a-t-il dit, a également commencé à travailler avec la Ligue arabe et les pays qui ont une influence avec le Brésil, en particulier le Chili. En ce qui concerne l’Australie, il a déclaré qu’ils avaient commencé à travailler avec la Ligue arabe et les communautés arabes d’Australie, d’Indonésie (sur le point de signer un accord de libre-échange avec l’Australie) et la Malaisie afin de faire pression sur l’Australie pour qu’elle ne délocalise pas son ambassade (Télévision palestinienne, 28 novembre 2018).
Glorification du terroriste palestinien de la fusillade de Barkan
  • La page officielle Facebook du Fatah a publié une note rendant hommage au terroriste palestinien Ashraf Na’alwa, qui, le 7 octobre 2018, a mené une fusillade dans la zone industrielle de Barkan, tuant deux Israéliens. Il s’est échappé après l’attaque et n’a pas encore été attrapé. La notification précise : « L’homme recherché Ashraf Na’alwa. Allah vous garde et vous protège. Il ne vous laissera pas et ne vous fera pas de mal. » Le message a reçu plus de 200 commentaires, la plupart louant le terroriste et lui souhaitant bonne chance (Page officielle du Fatah sur Facebook, 28 novembre 2018).

Photo du terroriste publiée sur la page Facebook officielle du Fatah (Page Facebook officielle du Fatah, 28 novembre 2018)
Photo du terroriste publiée sur la page Facebook officielle du Fatah (Page Facebook officielle du Fatah, 28 novembre 2018) 

  • Le 4 décembre 2018, les Forces de défense israéliennes ont lancé une opération à la frontière israélo-libanaise appelée Opération Bouclier du Nord. Son objectif est d’exposer et de neutraliser les tunnels d’attaque terroriste construits par le Hezbollah et pénétrant en territoire israélien. Selon le porte-parole de Tsahal, depuis 2014, une équipe conjointe du renseignement militaire et du commandement du Nord s’occupe des aspects opérationnels, technologiques et liés au renseignement de la question. De nombreuses forces participent à l’opération visant à éliminer la menace des tunnels, qui constituent une violation flagrante de la souveraineté d’Israël et de la résolution 1701 des Nations Unies. Tsahal a renforcé ses forces dans le Nord et les a placées en état d’alerte. Le porte-parole de Tsahal en arabe a averti le Hezbollah et l’armée libanaise de ne pas s’approcher des tunnels d’attaque traités par Israël (Porte-parole de Tsahal, 4 décembre 2018).
  •  À la veille de l’opération, le département de l’information de combat du Hezbollah a publié une vidéo mettant en garde Israël de ne pas faire quelque chose qu’il regretterait (Compte Twitter d’un correspondant du Hezbollah al-Manar, à la frontière israélo-libanaise, 3 décembre 2018).
 L'activité de Tsahal à la frontière libanaise vue par les médias arabes (Shehab, 4 décembre 2018)     L'activité de Tsahal à la frontière libanaise vue par les médias arabes (Shehab, 4 décembre 2018)

 L'activité de Tsahal à la frontière libanaise vue par les médias arabes (Shehab, 4 décembre 2018)
 L’activité de Tsahal à la frontière libanaise vue par les médias arabes (Shehab, 4 décembre 2018)

  • Dans l’après-midi du 4 décembre 2018, il a été signalé que, lors de l’opération Northern Shield, Tsahal avait localisé un tunnel terroriste au Sud de Kafr Kila. Il traversait la frontière pour se rendre en territoire israélien (à la périphérie de Metulla), mais ne constituait pas encore une menace immédiate pour les résidents israéliens vivant à proximité. Le porte-parole de Tsahal a déclaré que le tunnel avait été creusé depuis deux ans dans des maisons situées dans le Sud du village. Sa longueur est estimée à environ 200 mètres et il pénétrait environ 40 mètres en territoire israélien. Il a ajouté que d’autres tunnels plus longs étaient situés dans la région (Porte-parole de Tsahal, 4 décembre 2018).
le tracé du tunnel qui pénètre en Israël (Porte-parole de Tsahal, 4 décembre 2018)    Le tunnel exposé à Kafr Kila.
Droite : Le tunnel exposé à Kafr Kila. Gauche: le tracé du tunnel qui pénètre en Israël (Porte-parole de Tsahal, 4 décembre 2018)

[1] A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 4 décembre 2018 intitulé "Senior Hamas figure presents Hamas' concept of the arrangement implemented after the most recent round of escalation."
[2] Les statistiques ne comprennent pas les tirs de roquettes dans la bande de Gaza .

[3] Les principales attaques comprennent des fusillades, des attaques à l'arme blanche, des attaques à la voiture bélier et des poses d'engins piégés. Les tirs de pierres et de cocktails Molotov ne sont pas compris.