Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (27 février – 5 mars 2019)

"Marche du retour" des manifestants à l'Est de la ville de Gaza (Page Facebook de l'Autorité nationale de la marche du retour, 1er mars 2019)

"Marche du retour" des manifestants à l'Est de la ville de Gaza (Page Facebook de l'Autorité nationale de la marche du retour, 1er mars 2019)

Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas, lors de la

Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas, lors de la "marche du retour" dans l'Est de la ville de Gaza (Page Facebook de l'Autorité nationale, 1er mars 2019)

Explosifs préparés par les

Explosifs préparés par les "fils d'Al Zouari" à Rafah pour le lancer de ballons piégés en Israël (Page "Facebook des Fils d'Al Zouari" à Rafah, 2 et 3 mars 2019)

La scène de l'attaque près de Kafr Ni'ma (Page Facebook de Quds, 4 mars 2019).

La scène de l'attaque près de Kafr Ni'ma (Page Facebook de Quds, 4 mars 2019).

Emeute de Palestiniens à l'entrée Nord d'Al-Bireh après l'attaque (Page Facebook Qudsn, 4 mars 2019)

Emeute de Palestiniens à l'entrée Nord d'Al-Bireh après l'attaque (Page Facebook Qudsn, 4 mars 2019)

Le terminal de Qalandia après les rénovations (Page Facebook arabe du coordinateur israélien des activités gouvernementales dans les territoires, 22 février 2019)

Le terminal de Qalandia après les rénovations (Page Facebook arabe du coordinateur israélien des activités gouvernementales dans les territoires, 22 février 2019)

Réception de la branche armée du Hamas en l'honneur de l'un des quatre Palestiniens libérés. La réception a eu lieu dans le camp de réfugiés d'al-Bureij dans le centre de la bande de Gaza (Compte Twitter Palinfo, 1er mars 2019).

Réception de la branche armée du Hamas en l'honneur de l'un des quatre Palestiniens libérés. La réception a eu lieu dans le camp de réfugiés d'al-Bureij dans le centre de la bande de Gaza (Compte Twitter Palinfo, 1er mars 2019).

Réception à Rafah (Compte Twitter Palinfo, 28 février 2019)

Réception à Rafah (Compte Twitter Palinfo, 28 février 2019)

Rami Hamdallah annonce le paiement de salaires aux prisonniers et aux familles de chahids (Page Facebook de Rami Hamdallah, 3 mars 2019)

Rami Hamdallah annonce le paiement de salaires aux prisonniers et aux familles de chahids (Page Facebook de Rami Hamdallah, 3 mars 2019)

  • La semaine dernière, les Palestiniens ont continué de manifester un niveau élevé de violence lors de la “marche du retour” et des jours suivants : des Palestiniens ont lancé des engins piégés et des grenades et ont tenté de franchir la barrière de sécurité. Il y a eu également une augmentation significative du nombre d’engins piégés lancés en territoire israélien (qui sont plus dangereux que les ballons incendiaires). Depuis le vendredi, les Palestiniens ont mené des activités violentes le long de la barrière presque tous les jours et l’unité de harcèlement nocturne a intensifié ses activités.
  • La violence pendant et entre les marches, qui se poursuit depuis plusieurs semaines, est le résultat de la stratégie de violence contrôlée du Hamas consistant à faire pression sur Israël pour qu’il accepte un arrangement à ses conditions. Les différentes formes de violence ont été précédées de menaces explicites de la part des dirigeants du Hamas, qui continuent de menacer Israël. Cela inclut les préparatifs du 30 mars 2019, premier anniversaire des “marches du retour”. Cependant, le 5 mars 2019, une délégation de la sécurité est arrivée d’Égypte pour apaiser la situation et éviter une nouvelle détérioration.
  • La semaine dernière, les événements terroristes en Judée-Samarie ont principalement porté sur l’attaque par un véhicule visant des soldats de Tsahal à Kafr Ni’ma (Ouest de Ramallah). Un officier de Tsahal a été grièvement blessé et un garde-frontière a été légèrement blessé. Deux des trois Palestiniens dans le véhicule ont été tués. Une première enquête a révélé que les trois hommes avaient lancé pour la première fois des cocktails Molotov sur la route Jérusalem-Modiin depuis le véhicule qu’ils avaient utilisé par la suite lors de l’attaque. L’Autorité Palestinienne et les médias palestiniens ont soulevé la fausse affirmation familière selon laquelle il s’agissait d’un “accident de la route”, accusant Israël d’avoir assassiné les deux Palestiniens. 
“La marche du retour”
  • Le 1er mars 2019 a eu lieu la 49ème “marche du retour” sous le thème “La Porte d’or”. Environ 8 500 Palestiniens ont participé (un peu plus que la semaine dernière) et se sont réunis à cinq endroits le long de la frontière avec la bande de Gaza. Le niveau de violence pendant les événements était élevé. Les émeutiers ont lancé des engins piégés et des grenades sur les forces de Tsahal, ont brûlé des pneus et lancé des ballons munis d’engins piégés. Plusieurs émeutiers ont également tenté de franchir la barrière de sécurité. Le ministère de la Santé de la bande de Gaza a signalé que 17 Palestiniens avaient été blessés (Dunia al-Watan, 1er mars 2019).

 Des enfants jettent des pierres sur les forces de Tsahal près de la barrière de sécurité dans le centre de la bande de Gaza (compte Twitter Palinfo, 1er mars 2019)
 Des enfants jettent des pierres sur les forces de Tsahal près de la barrière de sécurité dans le centre de la bande de Gaza (compte Twitter Palinfo, 1er mars 2019)

  • Des personnalités du Hamas et d’autres organisations terroristes ont participé aux événements et ont souligné leur détermination à poursuivre les manifestations:
    • Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré que les événements de la marche avaient été réduits il y a plusieurs mois, afin de donner aux organes compétents la possibilité de parvenir à un accord avec Israël. Cependant, comme Israël n’a pas agi conformément aux accords, les Palestiniens ont ramené les activités populaires à leur format précédent. Il a ajouté que les Palestiniens utiliseraient toutes leurs “méthodes populaires”, telles que les activités de l’unité de harcèlement de nuit et le lancer de ballons incendiaires pour forcer Israël à lever le “siège” (al-Aqsa, 1er mars 2019).
    • Muhammad Abu Askar, haut responsable du Hamas et membre de l’Autorité nationale suprême, a déclaré qu’à l’approche du premier anniversaire des défilés, Israël serait “surpris” (Filastin al-Yawm, 1er mars 2019).
  • Ismaïl Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, a rencontré les dirigeants de l’Autorité nationale suprême pour les tenir au courant des récents développements politiques après sa visite en Égypte (Dunia al-Watan, 3 mars 2019). Lors d’une conférence de presse tenue à l’issue de la réunion, Khalil al-Haya a déclaré qu’ils avaient discuté de la visite de Haniyeh en Égypte. Il a ajouté que Haniyeh avait souligné que l’Égypte continuerait à faire des efforts pour parvenir à des accords et qu’Israël s’engagerait envers eux (al-Aqsa, 3 mars 2019). L’Autorité nationale suprême a appelé le public palestinien à participer à la “marche du retour” du 8 mars 2019, dont le thème sera “la femme palestinienne” (al-Aqsa, 1er mars 2019), à l’occasion de la Journée internationale de la femme.

Ismaïl Haniyeh rencontre des membres de l'Autorité nationale suprême (Site Internet du Hamas, 3 mars 2019)
Ismaïl Haniyeh rencontre des membres de l’Autorité nationale suprême (Site Internet du Hamas, 3 mars 2019)

Evènements de la flottille
  • L’Autorité nationale suprême a annoncé que la 25ème mini-flottille aurait lieu le 5 mars 2019 (la semaine précédente, la mini-flottille avait été annulée en raison des conditions météorologiques). Son thème sera “La bande de Gaza vaincra tous ceux qui l’entourent”. La mini-flottille devait quitter le port de Gaza pour atteindre la frontière Nord-Ouest de la bande de Gaza. L’Autorité nationale suprême a appelé le public palestinien à se manifester en masse pour participer à l’événement (Télévision al-Aqsa, 4 mars 2019). Cependant, le 5 mars, l’Autorité nationale a annoncé que la mini-flottille serait annulée en raison des conditions météorologiques.
Lancer de ballons incendiaires et d’engins piégés
  • La semaine dernière, le nombre de ballons lancés en territoire israélien a considérablement augmenté. Dans le passé, les Palestiniens avaient lancé des ballons incendiaires, mais actuellement, la plupart d’entre eux sont dotés d’explosifs, conçus pour exploser en territoire israélien. Dans certains cas, des dommages matériels ont été signalés. Les forces de Tsahal ont immédiatement réagi au lancement de ballons en attaquant des cibles du Hamas par voie aérienne.
  • Certains des principaux événements ont été les suivants :
    • Le 4 mars 2019, un ballon piégé a explosé entre deux maisons d’une localité israélienne dans le Néguev occidental. Aucune victime ni dommage n’a été signalé (Unité du porte-parole du Néguev occidental, 4 mars 2019). En réponse, des avions de l’armée de l’air israélienne ont attaqué deux positions du Hamas dans le Sud de la bande de Gaza (Porte-parole de Tsahal, 4 mars 2019). Les médias palestiniens ont annoncé l’attaque d’un poste d’observation “de la résistance” dans l’Est de Rafah (Compte Twitter de Dunia al-Watan, 4 mars 2019). Il a également été signalé qu’une position de la force de retenue du Hamas à Khan Yunis, à l’Est, avait été attaquée (Shehab, 4 mars 2019).
    • Le 2 mars 2019, plusieurs ballons munis d’un engin piégé ont été lancés en territoire israélien. Aucune victime ou dommage n’a été signalé. En réponse, des avions de l’armée de l’air israélienne ont attaqué un poste du Hamas à al-Bureij, dans le Sud de la bande de Gaza, et ont par la suite mené une attaque dans le Sud de la bande de Gaza (Porte-parole de Tsahal, 2 mars 2019). Les médias palestiniens ont annoncé l’attaque d’un poste à l’Est de Rafah et d’un poste d’observation du Hamas à l’Est de Deir al-Balah. Aucune victime n’a été signalée (Shehab, 2 mars 2019).
    • Le 27 février 2019, des ballons munis d’un engin piégé ont été lancés en territoire israélien. Ils ont frappé une maison dans une localité israélienne proche de la bande de Gaza. Aucune victime n’a été signalée, mais des dégâts matériels ont été rapportés (Unité du porte-parole de la police israélienne dans le Néguev occidental, 27 février 2019). En réaction, l’armée de l’air israélienne a attaqué pendant la nuit plusieurs cibles dans l’enceinte militaire du Hamas, dans le centre de la bande de Gaza. Les médias palestiniens ont annoncé qu’un poste situé à l’Ouest de Khan Yunis avait été attaqué (Paldf, 27 février 2019). Aucune victime n’a été signalée.
Lancer d'un groupe de ballons munis d'un engin piégé en territoire israélien (Compte Twitter Palinfo, 4 mars 2018)    Lancer de ballons munis d'un engin piégé du centre de la bande de Gaza en territoire israélien (Page Facebook Qudsn, 5 mars 2019).
Lancer de ballons munis d’un engin piégé du centre de la bande de Gaza en territoire israélien (Page Facebook Qudsn, 5 mars 2019). Gauche : Lancer d’un groupe de ballons munis d’un engin piégé en territoire israélien (Compte Twitter Palinfo, 4 mars 2018)
Activités violentes pendants la semaine entre les marches du vendredi
  •  En plus du lancer de ballons piégés, des émeutes et des événements violents ont été commis presque chaque jour par les Palestiniens, en particulier par l’unité de harcèlement de nuit, près de la barrière de sécurité frontalière. Les forces de Tsahal ont réagi à certaines violences en tirant sur les Palestiniens qui organisaient ces activités et ont attaqué des cibles du Hamas depuis les airs. Ashraf al-Qidra, porte-parole du ministère de la Santé de la bande de Gaza, a rapporté qu’au cours des activités de l’unité de harcèlement de nuit, quatre Palestiniens ont été blessés par Tsahal (Compte Twitter d’Ashraf al-Qidra, 27 février et 4 mars 2019). Le 4 mars 2019, l’unité des “fils d’Al-Zouari” a signalé qu’elle “avait annulé ses activités planifiées pour des raisons de sécurité” (Page Facebook “Les fils d’Al-Zouari”, 4 mars 2019).
Activités de l'unité de harcèlement nocturne (compte Twitter Palinfo, 3 mars 2019)     Activités de l'unité de harcèlement nocturne (compte Twitter Palinfo, 3 mars 2019)  
Activités de l’unité de harcèlement nocturne
(compte Twitter Palinfo, 3 mars 2019)
 
  • Les principaux événements ont été les suivants :
    • Le 3 mars 2019, des engins piégés ont été lancés sur la barrière de sécurité dans le Nord de la bande de Gaza. Les médias palestiniens ont rapporté qu’ils avaient été lancés par l’unité de harcèlement de nuit à Beit Hanoun (Compte Twitter Shabakat Quds, 3 mars 2019). En réponse, des avions de l’armée de l’air israélienne ont affecté un poste au Hamas (Porte-parole de Tsahal, 3 mars 2019). Les médias palestiniens ont annoncé l’attaque d’un poste appartenant aux “défenseurs de la ligne de front” dans la région d’al-Na’ima, à l’Est de Beit Hanoun (Shehab, 3 mars 2019). Ashraf al-Qidra, porte-parole du ministère de la Santé, a déclaré que trois Palestiniens avaient été blessés par des tirs de Tsahal dans le Nord de la bande de Gaza (Compte Twitter d’Ashraf al-Qidra, 3 mars 2019).
    • Le 2 mars 2019, des Palestiniens se sont rassemblés près de la clôture de la frontière dans la région de Rafah (Compte Twitter Shehab, 2 mars 2019).
    • Le 28 février 2019, des activités de l’unité de harcèlement de nuit ont été signalées dans la région du camp de réfugiés d’al-Bureij (Compte Twitter Palinfo, 1er mars 2019).
    • Le 26 février 2019, l’unité de harcèlement de nuit a opéré dans la zone située à l’Est de la ville de Gaza. Les médias palestiniens ont annoncé qu’un Palestinien avait été blessé par des tirs de Tsahal (Compte Twitter de Dunia al-Watan, 26 février 2019).
Préparatifs en vue de la marche du 30 mars
  • Entre-temps, les préparatifs sont en cours pour la “marche du retour” qui se tiendra le 30 mars 2019 (la “marche du million d’hommes”) et marquera le premier anniversaire des “marches du retour” et la Journée de la terre. Khaled al-Batash, haut responsable du Jihad islamique palestinien (JIP), a déclaré que de nombreux efforts étaient également investis dans la planification d’événements pour la Judée-Samarie et les Palestiniens vivant à l’étranger. Il a dit que le peuple palestinien utilisait les marches pour montrer qu’il avait des moyens de lutter en plus des fusils, des roquettes, des missiles, des tunnels et des “activités de résistance armée” (Dunia al-Watan, 3 mars 2019).
  • Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a déclaré qu’à l’approche du premier anniversaire des “marches du retour,” le peuple palestinien prévoyait de pénétrer en territoire israélien avec la “marche d’un million d’hommes” lors de la Journée de la Terre pour souligner les objectifs principaux des marches. Il a déclaré que la détermination du peuple palestinien à poursuivre les marches montrait sa volonté et prouvait que les Palestiniens n’abandonneraient pas leur décision de lever le “siège” de la bande de Gaza (Site Internet du Hamas, 1er mars 2019).
Tirs de roquettes en territoire israélien
  • La semaine dernière, aucune roquette n’a été tirée en territoire israélien.
Tirs de roquettes et d’obus de mortier de l’année écoulée

Tirs de roquettes et d'obus de mortier de l'année écoulée

Répartition annuelle des tirs

Répartition annuelle des tirs

Attaque à la voiture bélier
  • Le 4 mars 2019, une attaque à la voiture bélier visant des soldats de Tsahal à Kafr Ni’ma (Ouest de Ramallah) a été menée. Un soldat de Tsahal et un garde-frontière ont quitté le village après une série d’arrestations de détention et se sont arrêtés au bord de la route en raison d’un problème mécanique avec l’un des véhicules. Ils sont sortis de la voiture et se sont tenus à côté pour attendre les réparations. Une voiture avec trois Palestiniens est sortie en vitesse du village et a percuté les soldats qui se tenaient à côté de la voiture. Une force de l’armée israélienne a abattu deux des assaillants et blessé le troisième. Un officier de Tsahal a été grièvement blessé et un garde-frontière a été légèrement blessé (Porte-parole de Tsahal, 4 mars 2019). Après l’attaque, des émeutes ont éclaté à l’entrée du village lorsque des Palestiniens rassemblés ont attaqué les forces de Tsahal. Des Palestiniens se sont également révoltés contre les soldats de Tsahal à Al-Bireh après l’attaque (Quds, 4 mars 2019).
La voiture palestinienne qui a percuté les soldats de Tsahal près de Kafr Ni'ma (Ma'an, 4 mars 2019)    La scène de l'attaque près de Kafr Ni'ma (Page Facebook de Quds, 4 mars 2019).
Droite : La scène de l’attaque près de Kafr Ni’ma (Page Facebook de Quds, 4 mars 2019). Gauche : La voiture palestinienne qui a percuté les soldats de Tsahal près de Kafr Ni’ma
  • Selon une enquête préliminaire, avant l’attaque, les Palestiniens avaient lancé des cocktails Molotov sur des véhicules sur la route reliant Jérusalem à Modi’in. D’autres cocktails Molotov ont été retrouvés dans leur véhicule (Porte-parole de Tsahal, 4 mars 2019).
  • Le ministère palestinien de la Santé a indiqué que les Palestiniens tués étaient Amir Mahmoud Daraj, 20 ans, de Kharbatha al-Misbah (Ouest de Ramallah) et Yusuf Ra’ed Anqawi, 20 ans, de Bayt Sira (ouest de Ramallah). En outre, un Palestinien du village de Safa (Ouest de Ramallah) a été blessé (Page Facebook Qudsn, 4 mars 2019). Leur affiliation organisationnelle est inconnue. Cependant, quelques heures après l’attaque, le Hamas a publié un avis de deuil pour “ses deux fils chahids” (Compte Twitter Palinfo, 4 mars 2019).
Avis du Hamas indiquant: "Les chahids de Kafr Ni'ma. Le chahid Amir Daraj. Le chahid Yusuf Anqawi" (Compte Twitter Palinfo, 4 mars 2019)    Avis de deuil du Hamas (Compte Twitter Palinfo, 4 mars 2019).
Droite : Avis de deuil du Hamas (Compte Twitter Palinfo, 4 mars 2019). Gauche : Avis du Hamas indiquant: “Les chahids de Kafr Ni’ma. Le chahid Amir Daraj. Le chahid Yusuf Anqawi” (Compte Twitter Palinfo, 4 mars 2019)
Réactions palestiniennes à l’attaque terroriste
  • Les médias palestiniens ont présenté l’attaque comme “l’exécution” de deux Palestiniens impliqués dans un “accident de voiture” et ayant accidentellement heurté le véhicule militaire. Le président du conseil de Kafr Ni’ma et les habitants locaux ont affirmé qu’il s’agissait d’un accident de voiture et non d’une attaque à la voiture bélier. Ils ont affirmé que les Palestiniens se rendaient au travail et que le véhicule avait dérapé et heurté les soldats parce que la route était glissante (Ma’an, 4 mars 2019). Des manifestants palestiniens à Kafr Ni’ma ont organisé une manifestation au cours de laquelle ils ont scandé des slogans anti-israéliens et appelé les branches armées du Hamas et du JIP à venger les morts (Page Facebook Qudsn, 4 mars 2019).
  • L’affirmation selon laquelle l’événement était un “accident de voiture” et l’accusation de meurtre par Israël est fréquemment répétée par les Palestiniens après des attentats à la route.  Le ministère palestinien des Affaires étrangères a dénoncé le meurtre des deux Palestiniens, affirmant qu’une enquête formelle devait être ouverte contre Israël (Wafa, 4 mars 2019). Le Fatah a dénoncé le meurtre des deux Palestiniens et a affirmé que le gouvernement israélien en était responsable (Wafa, 4 mars 2019). Mahmoud al-Batash, conseiller de Mahmoud Abbas pour les questions religieuses et les relations islamiques, a qualifié le meurtre d'”exécution criminelle” (Wafa, 4 mars 2019).
  • Le Hamas a salué l’attentat contre un véhicule et a dénoncé l’assassinat des deux Palestiniens qui l’avaient exécutée (Site Internet du Hamas, 4 mars 2019). Ismaïl Haniyeh a organisé une conférence de presse en commençant par louer les Palestiniens qui ont perpétré l’attaque (al-Aqsa, 4 mars 2019). Hazem Qassem, porte-parole du Hamas, a félicité les Palestiniens qui ont perpétré l’attaque, affirmant que le peuple palestinien poursuivrait sa lutte jusqu’à ce que ses droits et la libération de la Palestine soient atteints (Compte Twitter de Hazem Qassem, 4 mars 2019).

Caricature du Hamas. En arabe, on peut lire "L'attaque en Cisjordanie [prend] l'accord du siècle" (Compte Twitter de Palinfo, 4 mars 2019)
Caricature du Hamas. En arabe, on peut lire “L’attaque en Cisjordanie [prend] l’accord du siècle” (Compte Twitter de Palinfo, 4 mars 2019)

Evènements sur le terrain
  • En Judée-Samarie, les Palestiniens ont continué à lancer des pierres et des cocktails Molotov sur les forces de sécurité israéliennes et des cibles civiles. Les forces de sécurité israéliennes ont mené des activités de lutte contre le terrorisme dans toute la Judée-Samarie, arrêtant des Palestiniens soupçonnés d’activités terroristes, confisquant des fonds utilisés pour financer des activités terroristes et saisissant des armes. Les événements les plus importants ont été les suivants :
    • Le 5 mars 2019 – Au cours de perquisitions effectuées par les forces de sécurité israéliennes dans le village d’Asira al-Shimaliya (Nord de Naplouse). À Hébron, des dizaines de milliers de shekels destinés à financer des activités terroristes ont été saisis (Porte-parole de Tsahal, 5 mars 2019).
    • Le 4 mars 2019 – Des soldats de Tsahal ont arrêté quatre Palestiniens suspects en provenance de Naplouse. On a découvert qu’ils portaient quatre bombes artisanales. Ils ont été emmenés pour interrogatoire (Porte-parole de Tsahal, 4 mars 2019).
    • Le 3 mars 2019 – Un Palestinien a lancé un couteau sur une force de Tsahal dans le village de Teqoa (près de Bethléem). Le couteau est tombé par terre. Aucune victime n’a été signalée. Le Palestinien a été arrêté (Rescue Without Borders en Judée-Samarie, 3 mars 2019).
    • Le 28 février 2019 – Au cours d’une activité des forces de sécurité israéliennes dans le village d’Asira al-Shimaliya, deux mitrailleuses Carlo improvisées ont été découvertes (Porte-parole de Tsahal, 28 février 2019).
    • Le 28 février 2019 – Au cours de perquisitions effectuées dans le village d‘Idhna (Ouest de Hébron), les forces de sécurité israéliennes ont saisi le véhicule d’un Palestinien. Il était soupçonné de posséder des dizaines de milliers de shekels pour avoir financé des activités terroristes (Porte-parole de Tsahal, 28 février 2019).
    • Le  28 février 2019 – Des pierres ont été lancées sur un véhicule entre les tunnels de la route Jérusalem-Gush Etzion. Aucune victime n’a été signalée. Le véhicule a été endommagé (Sauvetage sans frontières en Judée-Samarie, 28 février 2019).
    • Le 27 février 2019 – Les forces de sécurité israéliennes opérant dans la région de Ramallah ont arrêté Zakaria Zubeidi, ancien commandant militaire du Fatah à Jénine. Tareq Barghout, un avocat de Jérusalem-Est détenteur d’une carte d’identité israélienne, a également été arrêté. Ils ont été arrêtés en raison de leur implication dans des activités terroristes et emmenés pour interrogatoire (Agence de sécurité israélienne, 27 février 2019).
Principales attaques de l’année écoulée en Judée-Samarie [1]

Principales attaques de l'année écoulée en Judée-Samarie

Ouverture du terminal de Qalandia après rénovation
  • Le porte-parole de Tsahal a annoncé l’ouverture du terminal de Qalandia (Nord de Jérusalem) rénové et modernisé. Le terminal, sous la supervision des forces de sécurité israéliennes, a été entièrement rénové et modernisé au cours des 18 derniers mois. En conséquence, il est plus efficace et le processus d’inspection a été considérablement raccourci. Le passage a été élargi et compte désormais 27 passages biométriques, davantage de postes d’identification et de nombreuses innovations technologiques. Il existe également un terminal de bus, un nouveau terminal et davantage de passerelles pour les piétons (Porte-parole de Tsahal, 28 février 2019).
Les pèlerins quittent la bande de Gaza par le terminal de Rafah
  • Après une interruption de cinq ans, l’Égypte a autorisé la sortie des pèlerins palestiniens de la bande de Gaza par le terminal de Rafah. L’Égypte a donné la permission à 3 200 habitants de Gaza de se rendre en pèlerinage à La Mecque (page Facebook Qudsn, 3 mars 2019).
  • Entre-temps, les autorités égyptiennes auraient empêché Mansour Altef Riyan de quitter la bande de Gaza pour le pèlerinage. Riyan est un membre du Hamas, l’un des terroristes libéré dans le cadre de l’accord d’échange de prisonniers Gilad Shalit et expulsé vers la bande de Gaza (Compte Twitter Palinfo, 3 mars 2019). Il a été arrêté en 1993 après avoir poignardé à mort Yoram Shehori et blessé sa femme à leur domicile dans la localité de Netafim (près d’Ariel). Il a été condamné à la réclusion à perpétuité et libéré en 2011 dans le cadre de l’affaire Gilad Shalit (Site Internet Palinfo, 22 octobre 2011).

Mansour Riyan, membre du Hamas, retourne dans la bande de Gaza après que l’Égypte l’ait empêché d'emprunter le terminal de Rafah (Compte Twitter Palinfo, 3 mars 2019)
Mansour Riyan, membre du Hamas, retourne dans la bande de Gaza après que l’Égypte l’ait empêché d’emprunter le terminal de Rafah (Compte Twitter Palinfo, 3 mars 2019)

Le soutien à la bande de Gaza
  • Le 3 mars 2019, une délégation est arrivée dans la bande de Gaza, sous la conduite de Khaled al-Hardan, vice-président du comité qatarien pour la reconstruction de la bande de Gaza (Filastin al-Yawm, 4 mars 2019). Selon des rapports, le comité et l’UNRWA ont signé un accord pour un projet dans le programme “argent contre travail”. Le projet vise à fournir de l’emploi à 10 000 diplômés universitaires et résidents de la bande de Gaza sans emploi. Selon l’accord, le comité qatari fera un don de 13 millions de dollars à l’UNRWA et les projets débuteront en Mars 2019. Le comité qatari signera un accord similaire de 7 millions de dollars avec le PNUD, le Programme des Nations Unies pour le développement (alresala.net, 27 février 2019).
Une délégation du Hamas rentre d’Egypte après un long séjour
  • Le 28 février 2019, une délégation du Hamas dirigée par Ismaïl Haniyeh est revenue d’Egypte dans la bande de Gaza. Selon les médias, Ismaël Haniyeh serait en Égypte depuis le 2 février 2019 (al-Akhbar, 28 février 2019). Huit Palestiniens qui avaient été arrêtés par l’Égypte sont également rentrés avec la délégation. Parmi eux se trouvaient quatre membres du Hamas qui avaient été arrêtés par les autorités égyptiennes il y a trois ans alors qu’ils se rendaient en Égypte (Shabakat Quds, 28 février 2019). Selon Mahmoud alZahar, membre du bureau politique du Hamas, ces quatre personnes étaient des membres de l’aile militaire du Hamas (Filastin al-Yawm, 25 février 2019). Selon des informations rapportées, des membres de la branche armée du Hamas attendaient de les recevoir au terminal de Rafah (Dunia al-Watan, 28 février 2019).
Une réception officielle a été organisée dans le bureau d'Ismaïl Haniyeh à Gaza pour les Palestiniens libérés. Yahya al-Sinwar, Fathi Hamad, Ahmed Bahar et Khalil al Haya (Palinfo, 28 février 2019) étaient également présents.    Une réception officielle a été organisée dans le bureau d'Ismaïl Haniyeh à Gaza pour les Palestiniens libérés. Yahya al-Sinwar, Fathi Hamad, Ahmed Bahar et Khalil al Haya (Palinfo, 28 février 2019) étaient également présents.
Une réception officielle a été organisée dans le bureau d’Ismaïl Haniyeh à Gaza pour les Palestiniens libérés. Yahya al-Sinwar, Fathi Hamad, Ahmed Bahar et Khalil al Haya (Palinfo, 28 février 2019) étaient également présents.
  • Ismaïl Haniyeh a organisé une conférence de presse à laquelle ont participé des personnalités du Hamas. Il a ajouté que, pendant son séjour en Égypte, il avait rencontré le responsable des renseignements généraux égyptiens pour discuter de la libération des quatre membres. Il s’est dit heureux que le problème ait été résolu et a remercié le chef des renseignements généraux égyptiens pour ses efforts. Il a déclaré qu’il avait tenu des “discussions stratégiques” en Egypte sur les défis et les dangers de la cause palestinienne. Il a également parlé des six mois pendant lesquels Israël était censé agir conformément aux accords conclus avec l’Égypte. Il a affirmé qu’Israël avait violé les accords et n’avait pas respecté ses engagements. Il a menacé Israël que la “résistance” [cf., Les organisations terroristes] puisse agir contre elle de différentes manières pour exercer des pressions (al-Aqsa, 4 mars 2019).
  • Le 5 mars 2019, une délégation de la sécurité égyptienne est entrée dans la bande de Gaza par le terminal d’Erez. La délégation était dirigée par Ahmed Abd al-Khalq, qui détient le portefeuille israélien des renseignements généraux égyptiens.

La délégation de sécurité égyptienne entre dans la bande de Gaza (Compte Twitter Palinfo, 5 mars 2019)
La délégation de sécurité égyptienne entre dans la bande de Gaza (Compte Twitter Palinfo, 5 mars 2019)

Un terroriste du Hamas tué dans un tunnel à Khan Yunis (Est)
  • Ashraf al-Qidra, porte-parole du ministère de la Santé de la bande de Gaza, a annoncé la mort de Muhammad Ibrahim Hamdan Qadih, âgé de 24 ans, à Abasan al-Kabira (à l’Est de Khan Yunis), dans un “accident de travail” dans l’Est de Khan Yunis (Compte Twitter d’Ashraf al-Qidra, 26 février 2019). Cependant, un site d’informations égyptien a publié un avis émanant de l’armée du Hamas indiquant que Muhammad Ibrahim Qadih était décédé des suites d’une crise cardiaque alors qu’il travaillait dans un tunnel de “résistance” (al-Sa’ah, 26 février 2019).
 Isma'il Haniyeh (au centre) dans la tente de deuil (Compte Twitter xorosho300, 28 février 2019)    Muhammad Qadih en uniforme de la branche armée du Hamas (Felesteen, 27 février 2019).
Droite : Muhammad Qadih en uniforme de la branche armée du Hamas (Felesteen, 27 février 2019). Gauche : Isma’il Haniyeh (au centre) dans la tente de deuil (Compte Twitter xorosho300, 28 février 2019)
La crise financière du Hamas
  • La télévision Al-Arabia al-Hadath a diffusé une émission sur les difficultés financières du Hamas. Selon le programme, une crise financière a conduit le Hamas à réduire la fréquence de ses manifestations militaires dans la bande de Gaza. En outre, des “sources palestiniennes” ont indiqué qu’au début de 2019, le Hamas avait mis en place un programme d’austérité prévoyant notamment la fermeture de la chaîne satellite Al-Quds. Les bureaux des médias d’un certain nombre d’institutions appartenant au Hamas, à l’intérieur et à l’extérieur de la bande de Gaza, ont également été fermés. Il a également été signalé que pendant quatre mois consécutifs, le Hamas n’avait pas été en mesure de payer les salaires de ses responsables. Selon le programme, des experts économiques affirment que la crise a été provoquée par les sanctions imposées à l’Iran par les États-Unis (qui ont également conduit le Hezbollah à instituer une politique d’austérité) (al-Arabia al-Hadath, 3 mars 2019).
  • D’autre part, d’autres “sources palestiniennes” ont déclaré qu’avec l’amélioration des relations entre le Hamas et l’Iran, l’Iran avait renouvelé son financement du Hamas. Selon les sources, l’Iran a promis de donner au Hamas 15 millions de dollars chaque année, voire le double cette année. L’Iran donnera également de l’argent aux familles des chahids et des blessés des “marches du retour”. Selon une source proche du Hamas, les fonds iraniens ne sont pas encore arrivés (Al-Quds, 4 mars 2019).
  • Hisham Salem, secrétaire de l’organisation al-Sabirin[2], a été arrêté par les forces de sécurité du Hamas. Quatre autres membres du mouvement ont également été arrêtés. Selon la famille de Salem, des membres du Hamas sont entrés dans les maisons des cinq hommes, les ont fouillées et ont confisqué des ordinateurs et des téléphones portables. Les détentions auraient eu lieu sur ordre du bureau politique du Hamas de mettre fin aux activités du mouvement et de récupérer ses armes. Il a également été rapporté que des pressions avaient été exercées sur le Hamas par l’Égypte et le Qatar concernant Al-Sabirin (Veto, 27 février 2019).
Publication des résultats de l’examen du comité d’enquête des “marches du retour”
  • La commission a recommandé que “le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme gère les dossiers des auteurs présumés, qui soient transmis aux mécanismes de justice nationaux et internationaux, y compris la Cour pénale internationale, qui mènent des enquêtes crédibles et indépendantes sur les crimes et violations internationaux présumés … que les États Membres de l’ONU envisagent d’imposer des sanctions individuelles, telles qu’une interdiction de voyager ou un gel des avoirs, aux personnes identifiées comme responsables par la Commission … [et] que les États parties aux Conventions de Genève et / ou à la Convention de Rome s’acquittent de leur devoir d’exercer leur compétence pénale et d’arrêter les personnes présumées avoir commis ou ordonné d’avoir commis les crimes internationaux décrits dans le présent rapport, ainsi que de les juger ou de les extrader.”
  • L’Autorité Palestinienne, le Hamas et d’autres organisations terroristes ont salué les conclusions de la commission :
    • Selon une déclaration du bureau de Mahmoud Abbas, les conclusions ont confirmé les affirmations des Palestiniens selon lesquelles Israël aurait commis des crimes de guerre contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem. Il a affirmé que la Cour pénale internationale devait ouvrir immédiatement une enquête sur les crimes commis par Israël et que le moment était venu de traduire Israël en justice (Wafa, 28 février 2019).
    • Le Hamas a salué les conclusions de la commission (Site Internet du Hamas, 28 février 2019). Ismaïl Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, a déclaré que les résultats devaient être exploités et que des personnalités israéliennes importantes devaient être jugées pour les crimes commis (al-Mayadeen, 1er mars 2019).
    • Musab al-Brim, porte-parole du JIP, a qualifié la position du Conseil des droits de l’homme de succès pour les Palestiniens. Il a déclaré qu’Israël devrait être condamné, isolé et traduit en justice (Filastin al-Yawm, 1er mars 2019).
    • Le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a demandé que le rapport soit transféré à la Cour pénale internationale. Le FPLP a également appelé les dirigeants palestiniens à lancer un appel à l’Assemblée générale des Nations Unies, au Conseil de sécurité et au Conseil mondial des droits de l’homme pour qu’ils jugent Israël pour ses responsabilités politiques, juridiques et morales (Dunia al-Watan, 1er mars 2019).                                            
Paiement des salaires aux familles des chahids palestiniens et des prisonniers
  • Rami Hamdallah, Premier ministre du gouvernement intérimaire de l’AP, a déclaré que, conformément aux instructions de Mahmoud Abbas, les premiers salaires versés à compter du 4 mars 2019 iront aux familles des chahids et des prisonniers. Il a déclaré qu’ils pourraient faire face à la crise actuelle provoquée par la décision israélienne de déduire des fonds transférés par Israël à l’Autorité Palestinienne (Page Facebook de Rami Hamdallah, 3 mars 2019). 

[1] Les principales attaques comprennent des fusillades, des attaques à l'arme blanche, des attaques à la voiture bélier et des poses d'engins piégés. Les tirs de pierres et de cocktails Molotov ne sont pas compris.
[2] Al-Sabirin est une organisation chiite basée dans la bande de Gaza. Elle a été fondée en 2014 par des membres qui ont quitté le JIP. Al-Sabirin est affilié au Hezbollah et à l'Iran, qui financent apparemment ses activités dans la bande de Gaza. Le 16 décembre 2015, l'organisation a revendiqué la responsabilité de l'explosion d'un engin piégé contre une patrouille de Tsahal dans le Sud de la bande de Gaza. Aucune victime n'a été signalée. Le chef de l'organisation, Hisham Salem, a déclaré dans une interview qu'ils avaient reçu de l'argent de l'Iran, mais que ces fonds étaient principalement utilisés pour la da'wah (prédication religieuse) (Site Internet al-Sabirin, 17 janvier 2016).