Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (2-8 janvier 2019)

Des manifestants palestiniens participent à la marche à l'Est de la ville de Gaza.

Des manifestants palestiniens participent à la marche à l'Est de la ville de Gaza.

Des manifestants palestiniens escaladent la barrière de sécurité (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 5 janvier 2019)

Des manifestants palestiniens escaladent la barrière de sécurité (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 5 janvier 2019)

Des membres des forces de sécurité du Hamas entrent au terminal de Rafah après le départ des fonctionnaires de l'AP (Compte Twitter Palinfo, 7 janvier 2019)

Des membres des forces de sécurité du Hamas entrent au terminal de Rafah après le départ des fonctionnaires de l'AP (Compte Twitter Palinfo, 7 janvier 2019)

Des membres des forces de sécurité du Hamas entrent au terminal de Rafah après le départ des fonctionnaires de l'AP (Compte Twitter Palinfo, 7 janvier 2019)

Des membres des forces de sécurité du Hamas entrent au terminal de Rafah après le départ des fonctionnaires de l'AP (Compte Twitter Palinfo, 7 janvier 2019)

La destruction des bureaux de la chaîne de l'AP (Agence de presse Wafa, 4 janvier 2019)

La destruction des bureaux de la chaîne de l'AP (Agence de presse Wafa, 4 janvier 2019)

Mahmoud Abbas avec le Président égyptien Abd Al-Fatah Al-Sisi (Page Facebook de Mahmoud Abbas, 5 janvier 2019)

Mahmoud Abbas avec le Président égyptien Abd Al-Fatah Al-Sisi (Page Facebook de Mahmoud Abbas, 5 janvier 2019)

Ali Shoeib rend compte de la construction d’une clôture de sécurité par Tsahal dans le secteur Ouest du Sud du Liban (Compte Twitter d’Ali Shoeib, 1er janvier 2019)

Ali Shoeib rend compte de la construction d’une clôture de sécurité par Tsahal dans le secteur Ouest du Sud du Liban (Compte Twitter d’Ali Shoeib, 1er janvier 2019)

  • La semaine écoulée a été caractérisée par une augmentation du niveau de violence dans la bande de Gaza. Entre autres choses, lors de la « marche du retour » et les jours suivants, des tentatives ont été faites de franchir la clôture et de pénétrer le territoire israélien. Une bombe attachée à un groupe de ballons a explosé dans le Néguev occidental et une roquette a été tirée sur Ashkelon. Les forces de Tsahal ont réagi en attaquant des cibles du Hamas.
  • La montée de la violence a été accompagnée par les plaintes du Hamas concernant le gel de la troisième phase des fonds du Qatar et des menaces selon lesquelles si les fonds ne sont pas livrés dans pas la bande de Gaza d’ici la fin de la semaine, les violences à la frontière israélienne reprendront progressivement ce vendredi (Al-Akhbar, Liban, proche du Hezbollah, 8 janvier 2019).
  • Alors que la situation dans les territoires s’accentue, la tension entre le Hamas et l’Autorité Palestinienne a atteint un nouveau sommet. Cela s’est traduit par des arrestations massives de membres du Fatah dans la bande de Gaza ; l’évacuation des employés de l’AP du terminal de Rafah et l’entrée de membres des forces de sécurité du Hamas à leur place ; l’entrée par effraction au siège de la télévision de l’AP à Gaza, attaquant les employés (des responsables du Fatah et de l’AP ont blâmé le Hamas). Tout cela pourrait renforcer la motivation du Hamas à élever le niveau de violence à l’encontre d’Israël.
  • Cette semaine, les forces de sécurité israéliennes ont arrêté ‘Asem al-Barghouti, responsable de la fusillade à Givat Assaf (deux soldats décédés). Avec son frère, il était également impliqué dans l’attaque au carrefour d’Ofra (sept blessés et un bébé décédé après que sa mère eut été blessée). ‘Asem al-Barghouti a été libéré de prison en Israël en Avril 2018 après avoir purgé une peine de 11 ans de prison. 
La « marche du retour » (4 janvier 2019)
  • Le 4 janvier 2019, la 41ème « Marche du retour » a eu lieu sous le titre « Opposition à la normalisation ». Cette semaine, le nombre de participants a augmenté. Environ 10 000 Palestiniens ont assisté aux événements (contre 5 500 la semaine dernière). Le niveau de violence manifesté au cours des attaques a augmenté et des manifestants ont tenté de franchir la clôture et de pénétrer en Israël.

Des manifestants palestiniens escaladent la barrière de sécurité   (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 5 janvier 2019)
Des manifestants palestiniens escaladent la barrière de sécurité
  (Page Facebook de l’Autorité nationale suprême de la marche du retour, 5 janvier 2019)

  • Ashraf al-Adra, porte-parole du ministère de la Santé, a annoncé que 15 Palestiniens avaient été blessés par des tirs de Tsahal (Compte Twitter d’Ashraf al-Adra, 4 janvier 2019.) Le Croissant-Rouge palestinien a signalé 309 blessés (Compte Twitter Palinfo, 4 janvier 2019).
  • Comme chaque vendredi, des personnalités du Hamas, du Jihad islamique palestinien et de hauts responsables d’autres organisations ont pris part à la « Marche du retour ». Tous les intervenants ont abordé la question de la normalisation [d’un certain nombre de pays arabes et musulmans] avec Israël, qu’ils qualifient de « trahison » du peuple palestinien. Les orateurs ont également continué à déclarer que la « Marche du retour » se poursuivrait en 2019. Ci-après les principales déclarations :
    • Ismail Radwan, haut responsable du Hamas, a condamné les pays qui normalisent leurs relations avec Israël, notant qu’en termes de « résistance », il s’agit d’une trahison de la nation arabe, du peuple palestinien et de son combat. Il a souligné que le peuple palestinien n’arrêterait pas la lutte tant qu’il ne serait pas libéré de la levée du « siège » imposé à la bande de Gaza (Télévision Al-Aqsa, 4 janvier 2019).
    • Khader Habib, haut responsable du Jihad islamique palestinien et membre de l’Autorité nationale suprême de la marche du retour, a condamné la normalisation avec Israël et l’a comparée au « cancer » qui se propage dans la nation arabe. En ce qui concerne les prochaines marches, Khader Habib a déclaré que des efforts étaient en cours pour développer des outils utilisés par le peuple palestinien lors des « marches du retour« , car tant qu’Israël est dans les territoires palestiniens et viole ses droits, il doit continuer. Il a également déclaré qu’ils envisageaient d’organiser une marche de masse le 30 mars (l’anniversaire du début des marches) (la « marche du million »).
  • La prochaine marche aura lieu le 11 janvier 2019 sous le titre « Notre fermeté lèvera le siège » (Télévision Al-Aqsa, 4 janvier 2019.) En parallèle, l’Autorité nationale suprême de la marche du retour a annoncé le report de la 22ème flottille prévue le lundi 7 janvier 2019 en raison des conditions météorologiques (Shehab, 6 janvier 2019.) Il s’agit du second report de la flottille.

Khader Habib lit la déclaration de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour. Derrière lui, Khalil al-Hayeh et Ismail Radwan, hauts responsables du Hamas (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 4 janvier 2019)
Khader Habib lit la déclaration de l’Autorité nationale suprême de la marche du retour. Derrière lui, Khalil al-Hayeh et Ismail Radwan, hauts responsables du Hamas (Page Facebook de l’Autorité nationale suprême de la marche du retour, 4 janvier 2019)

Lancer de ballons incendiaires
  • Le 6 janvier 2019, un groupe de 80 ballons a été retrouvé dans un champ à proximité d’une localité du conseil régional de Sdot HaNegev. Les ballons ont été lancés en territoire israélien par un drone piégé. Au cours de l’opération de neutralisation des ballons, un engin explosif a explosé. Il n’y a pas eu de victimes. Il convient de mentionner que lors des événements de la « marche du retour » de la semaine dernière, les lancers de ballons incendiaires en Israël ont été renouvelés (dans un cas, une grappe de ballons a atterri dans un jardin d’enfants de la localité du conseil régional de Sdot HaNegev).

Drone piégé avec des ballons explosifs lancé depuis Gaza ayant atterri à proximité de la bande de Gaza (Police israélienne, 6 janvier 2018)
Drone piégé avec des ballons explosifs lancé depuis Gaza ayant atterri à proximité de la bande de Gaza (Police israélienne, 6 janvier 2018)

  • En réponse au lancer des ballons, des hélicoptères de l’armée de l’air israélienne ont attaqué deux positions du Hamas dans la bande de Gaza (Porte-parole de Tsahal, 7 janvier 2019). Les médias palestiniens ont annoncé qu’un poste d’observation de la branche armée du Hamas à Khan Yunis a été visé. Aucun blessé n’a été signalé (Agence de presse Ma’an, 6 janvier 2019, agence de presse Safa, 6 janvier 2019).
  • Dans la nuit du 6 au 7 janvier 2019, une roquette a été tirée depuis la bande de Gaza en direction d’Israël, vers la région d’Ashqelon. L’engin a été intercepté par le système Dôme de Fer. Il n’y a pas eu de victimes et aucun dégât n’a été signalé. En réponse au tir, des avions de combat et des hélicoptères de combat ont attaqué un certain nombre de cibles du Hamas dans le Nord de la bande de Gaza (Porte-parole de Tsahal, 6 janvier 2019). La presse palestinienne a annoncé que la position « Ashqelon » de la branche armée du Hamas au Nord-Ouest de Bayt Lahiya a été visée, sans faire de dégâts (Site Internet Qudsnet, 7 janvier 2019).
Tirs de roquettes et d’obus de mortier des dernières séries d’escalade[1]

Tirs de roquettes et d'obus de mortier des dernières séries d'escalade

Tirs de roquettes et d’obus de mortier de l’année écoulée

Tirs de roquettes et d'obus de mortier de l'année écoulée

Répartition annuelle des tirs

Répartition annuelle des tirs 

Fusillade
  • Le 6 janvier 2019, un bus a été visé par des tirs près de Beit El (Nord de Ramallah). Le chauffeur du bus a été légèrement blessé. L’autobus a également été endommagé. Les forces de sécurité israéliennes se sont lancées à la recherche des suspects (Porte-parole de Tsahal, 6 janvier 2019).
Fusillade contre un bus israélien près de Beit El (Compte Twitter Filastin al-'An, 5 janvier 2019) Arrestation d'Asim al Barghouti, responsable de la fusillade à Givat Assaf   Fusillade contre un bus israélien près de Beit El (Compte Twitter Filastin al-'An, 5 janvier 2019) Arrestation d'Asim al Barghouti, responsable de la fusillade à Givat Assaf
Fusillade contre un bus israélien près de Beit El (Compte Twitter Filastin al-‘An, 5 janvier 2019) Arrestation d’Asim al Barghouti, responsable de la fusillade à Givat Assaf
Arrestation d’Asem al-Barghouti, responsable de la fusillade de Givat Assaf
  • Dans la nuit du 8 janvier 2019, les forces de sécurité israéliennes ont arrêté Asem al-Barghouti, responsable de la fusillade à Givat Assaf le 13 décembre 2018, au cours de laquelle deux soldats ont été tués. Asem al-Barghouthi était également impliqué avec son frère, Salah al-Barghouti, qui a été tué dans d’une tentative d’arrestation, dans une fusillade au carrefour d’Ofra (11 décembre 2018). Sept personnes ont été blessées dans l’attaque et un bébé est décédé des suites de ses blessures.
  • Asem al-Barghouti a été arrêté dans le village de Shukhaydam (Nord-Ouest de Ramallah) chez l’un de ses collaborateurs. Au cours de l’arrestation, un fusil Kalachnikov, des munitions et des lunettes de vision nocturne ont été découverts (Site Internet des services de sécurité générale, 8 janvier 2019). Asem al-Barghouthi a été libéré de prison en Israël en Avril 2018 après avoir purgé une peine de onze ans. Le Hamas et les habitants du village où il habite avaient organisé une grande réception en son honneur à l’époque (Page Facebook Shihab, 8 janvier 2018)
 Fusil Kalachnikov et munitions saisis lors de son arrestation (Site Internet des services de sécurité générale, 8 janvier 2019)   Asem al-Barghouti (Page Facebook Shehab, 8 janvier 2018).
Droite : Asem al-Barghouti (Page Facebook Shehab, 8 janvier 2018). Gauche : Fusil Kalachnikov et munitions saisis lors de son arrestation (Site Internet des services de sécurité générale, 8 janvier 2019)
Azzam al-Barghouthi lors de la cérémonie de bienvenue dans son village, à sa sortie de prison, en Avril 2018. A son cou le drapeau du Hamas (Site Internet asramedia, 3 avril 2018)   Azzam al-Barghouthi lors de la cérémonie de bienvenue dans son village, à sa sortie de prison, en Avril 2018. A son cou le drapeau du Hamas (Site Internet asramedia, 3 avril 2018)
Azzam al-Barghouthi lors de la cérémonie de bienvenue dans son village, à sa sortie de prison, en Avril 2018. A son cou le drapeau du Hamas (Site Internet asramedia, 3 avril 2018)
Autres événements
  • Les forces de sécurité israéliennes ont poursuivi leurs activités antiterroristes. Dans ce contexte, plusieurs dizaines de suspects ont été arrêtés pour activités terroristes et des armes ont été confisquées. Le 4 janvier 2019, une bombe artisanale a été lancée sur les forces de sécurité israéliennes près du village de Ya’bad. Il n’y a pas eu de victimes. Un dispositif similaire a été lancé sur les forces le 2 janvier 2019 (Porte-parole de Tsahal, 4 janvier 2019.) Des pierres ont été lancées sur des véhicules israéliens dans toute la Judée-Samarie, mais aucun blessé n’a été signalé.
  • Le 7 janvier 2019, des gardes-frontières en poste au carrefour de Tapuah ont remarqué une Palestinienne suspecte. Ils lui ont demandé de s’arrêter mais elle a continué à approcher. Même lorsque les soldats ont tiré en l’air, la Palestinienne a continué d’avancer et les gardes-frontières ont ouvert le feu dans sa direction, la blessant.
Principales attaques de l’année écoulée en Judée-Samarie [2]

Principales attaques de l'année écoulée en Judée-Sam

Transfert de fonds du Qatar à la bande de Gaza
  • La chaîne Al-Mayadeen, proche du Hezbollah, a rapporté que, dans le contexte de la tension dans la bande de Gaza et du tir de roquette sur Israël, Israël avait gelé l’entrée du troisième tour de fonds qatari dans la bande de Gaza. Le porte-parole du Hamas, Abd al-Latif al-Qanuu, a sévèrement réagi à ces informations et a déclaré qu’Israël (« l’occupation sioniste ») ne leur accordait pas leurs droits. Il a ajouté que les « marches du retour » se poursuivraient jusqu’à la fin du « siège » et que les médiateurs devaient obliger Israël à comprendre ce qui avait été accompli et à le contraindre à transférer le reste des fonds (Compte Twitter d’Abd al-Latif al-Qanuu, 7 janvier 2019). Il a également été rapporté que lors des contacts avec les services de renseignements égyptiens, le Hamas avait menacé que si les fonds du Qatar n’atteignaient pas la bande de Gaza avant la fin de la semaine, les opérations à la frontière israélienne reprendraient progressivement vendredi prochain (Al-Akhbar, Liban, 18 janvier 2019)
Le terminal de Rafah
  • Les autorités égyptiennes ont rendu compte de la reprise de l’activité de développement du terminal de Rafah afin d’améliorer le terminal et d’augmenter le nombre d’utilisateurs. Dans ce contexte, l’Égypte s’emploie à construire une nouvelle salle destinée à accueillir les hauts dignitaires et les délégations. L’Égypte a également l’intention de construire un large terminal commercial. L’action de l’Égypte pour améliorer le terminal de Rafah n’est pas liée au processus de réconciliation entre le Fatah et le Hamas, mais plutôt à une décision du gouvernement égyptien d’améliorer la situation humanitaire dans la bande de Gaza (Agence de presse Safa, 5 janvier 2018).
La situation humanitaire
  • La compagnie d’électricité a annoncé que l’approvisionnement en électricité était de huit heures avec et huit heures sans. La société a déclaré que la centrale fournit maintenant 85 mégawatts à l’aide de trois générateurs. Elle a noté que les lignes électriques égyptiennes étaient toujours inutilisables (Filastin al-Yawm, 4 janvier 2019).
  • Le ministère de la Santé de la bande de Gaza a annoncé qu’il arrêterait ses services dans les prochains jours en raison de la crise énergétique, malgré les mesures de réduction mises en place dans les hôpitaux (Al-Risala.net, 6 janvier 2019).
Aggravation des tensions entre le Hamas et l’AP
  • La tension entre le Fatah et le Hamas dans la bande de Gaza a atteint un nouveau sommet cette semaine. La tension actuelle est principalement due aux arrestations massives de membres du Fatah dans la bande de Gaza par les forces de sécurité du Hamas (selon un porte-parole du Fatah, environ 1 000 membres du Fatah ont été arrêtés depuis le début du mois (Agence de presse Wafa, 7 janvier 2019). Un cambriolage s’est également produit dans les bureaux de la chaîne de l’AP Gaza et un événement marquant l’anniversaire de la création du Fatah a été annulé le 7 janvier 2018.
  • À la lumière des récents événements et de la tension croissante entre le Fatah et le Hamas, les médias palestiniens ont annoncé que le Fatah avait décidé de fermer ses bureaux dans la bande de Gaza et de cesser complètement ses activités. Atef Abu Seif, un porte-parole du Fatah dans la bande de Gaza, a déclaré que cette décision avait été prise à titre de précaution contre le harcèlement des membres du Fatah et la persécution de ses dirigeants. Selon lui, il existe une anarchie intentionnelle qui affecte les membres du Fatah dans la bande de Gaza. Abbas Zaki, membre du Comité central du Fatah, a nié la fermeture des bureaux (Agence de presse Ma’an, 7 janvier 2018).

Caricature publiée par le Hamas accusant Abu Mazen d'avoir détruit le domicile palestinien  (Compte Twitter Palinfo, 6 janvier 2019)
Caricature publiée par le Hamas accusant Abu Mazen d’avoir détruit le domicile palestinien  (Compte Twitter Palinfo, 6 janvier 2019)

Départ des employés de l’AP du terminal de Rafah
  • L’autorité des affaires civiles de l’Autorité Palestinienne a annoncé qu’à partir du 7 janvier 2019, tous les fonctionnaires de l’AP travaillant au terminal de Rafah seraient évacués. Des sources palestiniennes ont critiqué cette décision au motif qu’elle nuisait aux efforts de l’Égypte sur la question de la réconciliation. Il a été signalé que les organisations palestiniennes étaient en contact avec la partie égyptienne dans le but de faire pression sur l’AP pour qu’elle revienne sur sa décision (Page Facebook Shehab, 7 janvier 2019). Les fonctionnaires seront remplacés par des membres des services de sécurité du Hamas.
  • Le Hamas a condamné cette décision en déclarant qu’Abou Mazen poursuivait ses représailles contre les habitants de la bande de Gaza et mettait ainsi en œuvre le « deal du siècle » (Page Facebook Shehab, 6 janvier 2019). Le porte-parole du Hamas Hazem Qassem a affirmé que la décision de l’Autorité Palestinienne était un coup dur pour l’effort de réconciliation égyptien (Palinfo, 6 janvier 2019). L’Autorité nationale suprême de la marche du retour » a appelé l’AP à renoncer aux mesures qu’elle avait prises en raison du risque d’une aggravation de la situation humanitaire dans la bande de Gaza (Page Facebook Shehab, 7 janvier 2019).
Assaut des bureaux de la chaîne de l’AP
  • Le 4 janvier 2019, un groupe masqué a pénétré dans les bureaux de la chaîne de l’AP dans la ville de Gaza. Les membres ont attaqué les employés et ont détruit l’équipement (Agence de presse Wafa, 4 janvier 2019). De hauts fonctionnaires de l’AP et du Fatah ont dénoncé les actions et imputé la responsabilité de l’incident au Hamas. Ahmad Asaf, ministre palestinien de la Propagande, a imputé à Ismail Haniya et Yahya al-Sinwar la responsabilité de la violation parce qu’ils contrôlent la bande de Gaza (Agence de presse Wafa, 4 janvier 2019). La condamnation et les réclamations ont été entendues de toutes les extrémités du spectre politique palestinien dans le cadre de l’enquête sur l’incident. Le 5 janvier 2019, un rassemblement de protestation a eu lieu devant l’autorité de la radiodiffusion, en présence Rami Hamdallah, le Premier ministre de l’AP et des responsables du Fatah (Paldf, 5 janvier 2019).
  • Hamas a nié son implication dans l’événement (Dunia Watan, 5 janvier 2019). Le ministère de l’Intérieur dans la bande de Gaza a publié une déclaration indiquant que l’appareil de sécurité a enquêté sur l’incident et en analysant les caméras de sécurité, dans la région, il a conclu que les intrus étaient membres du Fatah, des fonctionnaires de l’AP dont le versement des salaires a récemment cessé (Site Internet du ministère de l’Intérieur dans la bande de Gaza, 5 janvier 2019). L’autorité générale de la radio et de la télévision a rejeté l’annonce du ministère de l’Intérieur du Hamas et a imputé la responsabilité du cambriolage au Hamas (Agence de presse Wafa, 5 janvier 2019). Oussama Qawasmeh, porte-parole du Fatah, a accusé le Hamas de la responsabilité directe et indirecte de l’effraction (Ma’an, 5 janvier 2019).

Le commandant de la police dans la bande de Gaza informe des résultats de l'enquête (Ministère de l'Intérieur dans la bande de Gaza, 6 janvier 2019)
Le commandant de la police dans la bande de Gaza informe des résultats de l’enquête (Ministère de l’Intérieur dans la bande de Gaza, 6 janvier 2019)

Visite de Mahmoud Abbas en Egypte
  • Mahmoud Abbas a effectué une visite officielle en Egypte au cours de laquelle il a rencontré le Président de l’Egypte Abd Al-Fatah Al-Sisi. Lors de la réunion, Al-Sisi a souligné que la question palestinienne était encore très importante dans la politique étrangère égyptienne, et que l’Egypte continue d’investir des efforts pour les droits du peuple palestinien et pour la réconciliation palestinienne interne. Mahmoud Abbas a exprimé sa gratitude pour les efforts égyptiens (Agence de presse Wafa, 5 janvier 2019).
  • Lors d’une réunion avec des reporters au Caire, Mahmoud Abbas a déclaré que la question palestinienne traitait de nombreux problèmes et que, en raison de la conduite d’Israël et des États-Unis, les relations avec les Etats-Unis ont été coupées. Il a affirmé que l’Autorité Palestinienne a l’intention de réexaminer les accords d’Oslo et le Protocole de Paris, et la situation peut entraîner la déconnexion des relations avec Israël. Mahmoud Abbas a ajouté qu’il était âgé de 83 ans et qu’il n’avait pas le pouvoir de continuer à se battre. Cependant, il a souligné qu’il n’avait pas l’intention de négliger Jérusalem. Il a également prétendu que le Hamas ne respecte pas les accords avec l’AP et a menacé que si le Hamas continue, l’AP cesserait de lui donner son aide (Watan, 4 janvier 2019).
Activités internationales
  • Dans une interview, Ahmad Majdlani, membre du Comité exécutif du Fatah, a affirmé qu’à la suite de l’adhésion de cinq nouveaux États au Conseil de sécurité de l’ONU, il semblait plus facile d’obtenir neuf voix qui appuieraient la soumission de la demande de l’Autorité Palestinienne de rejoindre le Conseil et de vaincre le veto américain (Télévision palestinienne, 2 janvier 2019).
La famille du terroriste Ashraf Na’alwa remercie la famille qui l’a aidé à se dissimuler
  • La famille du terroriste Ashraf Na’alwa (responsable de la fusillade du 7 octobre 2018 dans la zone industrielle de Barkan, qui a été récemment capturé) et des résidents de Shuweika ont organisé une marche de la mosquée de la famille Na’alwa à la maison de la famille Bushkar dans le camp de réfugiés d’Askar à Naplouse. Le but de la marche était de remercier la famille Bushkar pour avoir caché Ashraf Na’alwa pendant 65 jours (Compte Twitter Palinfo, 5 janvier 2019).
 Affiche remerciant la famille Bushkar (Compte Twitter Palinfo, 5 janvier 2019)   Participants de la marche (Page Facebook Shuweika al-Ijtimaiya ,5 janvier 2019).
Droite : Participants de la marche (Page Facebook Shuweika al-Ijtimaiya ,5 janvier 2019). Gauche : Affiche remerciant la famille Bushkar (Compte Twitter Palinfo, 5 janvier 2019)
  • Le 31 décembre 2018, Yacoub Sarraf, le ministre libanais de la Défense, a rendu visite au commandant de la FINUL dans le Sud du Liban, le général Stefan Del Col. Plus tard, Sarraf a visité la région où les forces de la FINUL opéraient et les forces de l’armée libanaise à la frontière israélienne. Au cours de sa visite, Sarraf a souligné l’attachement du Liban à la décision du Conseil de sécurité de 1701 et a remercié les forces de la FINUL et l’armée libanaise pour leurs activités à la frontière pendant l’opération « Bouclier du Nord ».
 Le ministre visite la région (Compte Twitter de Yacoub Sarraf ; site Internet de la FINUL, 31 décembre 2018)   Le ministre libanais de la Défense rend visite au commandant de la FINUL.
Droite : Le ministre libanais de la Défense rend visite au commandant de la FINUL. Gauche : Le ministre visite la région (Compte Twitter de Yacoub Sarraf ; site Internet de la FINUL, 31 décembre 2018)
  • Le Hezbollah continue de ne pas signaler ou de répondre aux événements. Ali Shoeib, correspondant d’Al-Manar et de la radio du Hezbollah Nur poursuit ses efforts pour tirer les fruits de propagande suite au silence de Hassan Nasrallah. Dans le tweet qu’il a publié dans son compte Twitter, il a salué le sourire du Secrétaire général, Hassan Nasrallah, et menacé implicitement Israël : « Lorsque les lâches derrière la clôture (Kerry, Israël) comprendront le sens des sourires de notre beauté (implicitement de Hassan Nasrallah)… Leurs cœurs craindront pour l’heure du sacrifice!!! « (Compte Twitter d’Ali Shoeib, 2 janvier 2019).
  • Dans le même temps, les résidents du Sud-Liban continuent d’observer les activités de Tsahal de l’autre côté de la frontière.
Ali Shoeib rend compte de la construction d’une clôture de sécurité par Tsahal dans le secteur Ouest du Sud du Liban (Compte Twitter d’Ali Shoeib, 1er janvier 2019)   Ali Shoeib rend compte de la construction d’une clôture de sécurité par Tsahal dans le secteur Ouest du Sud du Liban (Compte Twitter d’Ali Shoeib, 1er janvier 2019) 
Ali Shoeib rend compte de la construction d’une clôture de sécurité par Tsahal dans le secteur Ouest du Sud du Liban (Compte Twitter d’Ali Shoeib, 1er janvier 2019)

[1] Les statistiques ne comprennent pas les tirs de roquettes dans la bande de Gaza .
[2] Les principales attaques comprennent des fusillades, des attaques à l'arme blanche, des attaques à la voiture bélier et des poses d'engins piégés. Les tirs de pierres et de cocktails Molotov ne sont pas compris.