Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (19-25 août 2020)

Les résidents locaux envahissent les magasins après la déclaration d'un couvre-feu dans la bande de Gaza (Chaîne Telegram de l'agence de presse Palestine al-Hadath, 25 août 2020)

Les résidents locaux envahissent les magasins après la déclaration d'un couvre-feu dans la bande de Gaza (Chaîne Telegram de l'agence de presse Palestine al-Hadath, 25 août 2020)

La police du Hamas applique le couvre-feu (Compte Twitter du ministère de l'Intérieur à Gaza, 25 août 2020)

La police du Hamas applique le couvre-feu (Compte Twitter du ministère de l'Intérieur à Gaza, 25 août 2020)

Un marché vide (Page Facebook d'al-Hadath, 25 août 2020)

Un marché vide (Page Facebook d'al-Hadath, 25 août 2020)

Engin piégé attaché à un ballon dans l'une des localités israéliennes de la région d'Ashqelon (Unité du porte-parole de la police israélienne, 24 août 2020).

Engin piégé attaché à un ballon dans l'une des localités israéliennes de la région d'Ashqelon (Unité du porte-parole de la police israélienne, 24 août 2020).

Des membres de l'unité des Fils d'al-Zawari affiliée au Hamas lancent des ballons (Page Facebook des unités Fils d'al-Zawari dans l'Est de Khan Yunis, 24 août 2020)

Des membres de l'unité des Fils d'al-Zawari affiliée au Hamas lancent des ballons (Page Facebook des unités Fils d'al-Zawari dans l'Est de Khan Yunis, 24 août 2020)

La délégation du Hamas, conduite par Isma'il Haniyeh, rencontre le Président turc à Istanbul (Site Internet du Hamas, 22 août 2020)

La délégation du Hamas, conduite par Isma'il Haniyeh, rencontre le Président turc à Istanbul (Site Internet du Hamas, 22 août 2020)

La délégation du Hamas, conduite par Isma'il Haniyeh, rencontre le Président turc à Istanbul (Site Internet du Hamas, 22 août 2020)

La délégation du Hamas, conduite par Isma'il Haniyeh, rencontre le Président turc à Istanbul (Site Internet du Hamas, 22 août 2020)

Les funérailles des membres du JIP ont eu lieu dans le quartier de Sajaiya dans l'Est de la ville de Gaza, violant le couvre-feu imposé à la bande de Gaza (Ma'an, 25 août 2020)

Les funérailles des membres du JIP ont eu lieu dans le quartier de Sajaiya dans l'Est de la ville de Gaza, violant le couvre-feu imposé à la bande de Gaza (Ma'an, 25 août 2020)

Manifestation du Fatah dans le camp de réfugiés d'Askar pour protester contre la normalisation des relations Israël-EAU (al-Quds, 23 août 2020)

Manifestation du Fatah dans le camp de réfugiés d'Askar pour protester contre la normalisation des relations Israël-EAU (al-Quds, 23 août 2020)

  • La semaine dernière, les tensions initiées par le Hamas et la détérioration de la situation sécuritaire dans la bande de Gaza se sont poursuivies. Les événements ont été marqués par le lancer d’engins piégés et de ballons incendiaires qui provoquent quotidiennement des dizaines d’incendies près des localités israéliennes. Les forces de Tsahal ont riposté par des attaques aériennes et des tirs de chars visant les postes et les installations du Hamas. Le Hamas et les autres organisations terroristes ont répondu aux attaques de Tsahal par des tirs de roquettes sporadiques. Le plus important était un barrage d’au moins sept roquettes tirées dans la nuit du 21 août 2020, dont six ont été interceptées par le système de défense aérienne Dôme de Fer. Une roquette a frappé une maison dans la ville de Sderot, dans le Sud d’Israël.
  • Le 24 août 2020, quatre cas actifs de Covid-19 ont été détectés dans le camp de réfugiés d’al-Maghazi dans le centre de la bande de Gaza; tous les quatre étaient membres de la même famille. Ce sont les premiers cas de Covid-19 détectés à l’intérieur de la bande de Gaza qui n’ont pas été introduits par les points de passage. Un couvre-feu général de 48 heures a été imposé dans la bande de Gaza et des agents de sécurité ont été déployés dans les lieux publics pour le faire respecter. Jusqu’à présent, l’administration du Hamas a réussi à contrôler la propagation du Covid-19 dans la bande de Gaza en permettant aux Palestiniens d’entrer uniquement par les points de passage d’Erez et de Rafah et en les mettant immédiatement en quarantaine sans leur permettre d’entrer en contact avec la population locale. La découverte de cas actifs à l’intérieur de Gaza pose deux défis à l’administration du Hamas :
    • Un défi médical : Il existe un risque de perte de contrôle sur la prévention de la propagation du virus en raison de la surpopulation de la bande de Gaza, de l’assainissement médiocre et de la faiblesse du système de santé publique.
    • Un défi politico-sécuritaire : il y a trois semaines, le Hamas a déclenché des tensions et la détérioration de la situation sécuritaire le long de la frontière de la bande de Gaza, qui se sont poursuivies. Jusqu’à présent, le Hamas n’a pas réussi à utiliser les tensions pour arracher des concessions à Israël.
  • L’aggravation de la crise du Covid-19 à Gaza relâchera-t-elle la tension actuelle ou augmentera-t-elle la pression du Hamas sur Israël au point d’une escalade? Jusqu’à présent, il n’y a pas de réponse. À ce stade, le terrorisme des ballons se poursuit, même si quatre cas actifs de Covid-19 ont été détectés à Gaza (au 24 août 2020[1]).
Judée-Samarie[2]
  • La semaine dernière, il y a eu une augmentation du nombre de cas actifs de Covid-19 dans les territoires de l’Autorité Palestinienne (AP), mais néanmoins la tendance à la stabilité de l’infection se poursuit. Le nombre de cas actifs s’élève à 6429 (au 25 août 2020). Il y a 2 927 cas actifs dans le district de Hébron, soit 46% du nombre total. Sur le nombre total, 28 sont dans des unités de soins intensifs et cinq sous ventilateurs. Il y a eu 150 morts. Dans son briefing quotidien, Mai al-Kayla, ministre de la Santé de l’Autorité Palestinienne, a rapporté qu’au cours des dernières 24 heures, 1459 patients s’étaient rétablis, dont 793 du district de Hébron, le plus grand nombre de guérisons depuis l’éclatement du Covid-19 dans les territoires de l’AP (Page Facebook du ministre de la Santé à Ramallah, 25 août 2020).
  • Au début de la réunion hebdomadaire du gouvernement, le Premier ministre de l’Autorité Palestinienne Muhammad Shtayyeh a déclaré que le nombre d’infections dans l’Autorité Palestinienne restait stable et ne diminuait pas. Il a dit que la chose importante était que le nombre de récupérations dépassait le nombre de nouvelles infections. Le nombre de patients dans les unités de soins intensifs et ceux sous ventilateurs est très faible, a-t-il déclaré. Il a ajouté qu’une étude réalisée par le W.H.O. a déterminé que sans les mesures prises par l’Autorité Palestinienne, 65% de la population aurait été infectée et le nombre de décès aurait été bien plus élevé. Il a déclaré que l’Autorité Palestinienne avait alloué quatre millions de shekels (un peu plus d’un million de dollars) pour une infrastructure médicale pour le système scolaire. Quant aux universités, il a déclaré que la plupart des cours se tiendraient en ligne (al-Jazeera, 24 août 2020).
La bande de Gaza
  • La semaine dernière, la bande de Gaza a enregistré le plus grand nombre de nouveaux cas de Covid-19 enregistrés à ce jour, après deux mois avec quelques cas seulement. Le nombre de cas actifs dans la bande de Gaza s’élève actuellement à 41, après que 30 nouveaux cas ont été détectés la semaine dernière. Le 24 août 2020, des infections à Covid-19 ont été signalées dans la bande de Gaza pour la première fois, en dehors des centres de quarantaine. Une femme et trois hommes de la même famille dans le camp de réfugiés d’al-Maghazi se sont révélés infectés par le virus. Depuis le début de l’épidémie, tous les cas actifs détectés dans la bande de Gaza sont arrivés par les points de passage (la plupart par le passage de Rafah et quelques-uns par le passage d’Erez), et ils ont été immédiatement emmenés dans des centres de quarantaine sans entrer en contact avec le population locale[3].
  • Ashraf al-Qidra, porte-parole du ministère de la Santé de la bande de Gaza, a déclaré que tout le camp de réfugiés d’al-Maghazi avait été isolé et que des équipes étaient arrivées pour l’enquête épidémiologique et la recherche des contacts. Selon Salama Maarouf, chef du bureau d’information du gouvernement, la propagation de l’infection à la bande de Gaza proprement dite était un scénario qu’ils avaient pris en considération dès que la maladie a éclaté. Par conséquent, a-t-il dit, un couvre-feu général de 48 heures a été imposé dans la bande de Gaza. Il concerne tous les lieux de travail et les établissements d’enseignement, les mosquées et les marchés ont été fermés et les prières et rassemblements publics interdits. Il a appelé le public à ne pas quitter son domicile tant que de nouvelles instructions n’auront pas été émises (al-Aqsa, 24 août 2020).
  • Iyad al-Buzum, porte-parole du ministère de l’Intérieur à Gaza, a déclaré que des forces de sécurité et de la police avaient été déployées dans les rues et les espaces publics pour faire respecter le couvre-feu. Il a dit que son ministère avait tous les moyens nécessaires pour faire face à la situation. Il a également accusé Israël d’être responsable de la situation dans la bande de Gaza (al-Aqsa 24 août 2020).
  • Un porte-parole du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité nationale a appelé au calme, affirmant que tous les produits de base étaient disponibles sur les marchés et que les autorités en charge continueraient de les fournir. Il a déclaré que les autorités étaient prêtes à faire face à tous les scénarios d’épidémie de Covid-19 à l’intérieur de la bande de Gaza. Le ministère de l’Économie nationale a déclaré qu’il y avait des réserves en approvisionnement en denrées alimentaires et autres marchandises pendant plusieurs mois et qu’elles étaient disponibles sur les marchés et les magasins. Les Gazaouis ont été invités à ne pas se presser dans les magasins et les propriétaires de magasins et les hommes d’affaires ont été invités à ne pas accumuler de marchandises (Agence de presse al-Ra’i, 25 août 2020).
Les résidents locaux envahissent les magasins après la déclaration d'un couvre-feu dans la bande de Gaza (Chaîne Telegram de l'agence de presse Palestine al-Hadath, 25 août 2020)  Les résidents locaux envahissent les magasins après la déclaration d'un couvre-feu dans la bande de Gaza (Chaîne Telegram de l'agence de presse Palestine al-Hadath, 25 août 2020)
Les résidents locaux envahissent les magasins après la déclaration d’un couvre-feu dans la bande de Gaza (Chaîne Telegram de l’agence de presse Palestine al-Hadath, 25 août 2020)
La police du Hamas applique le couvre-feu (Compte Twitter du ministère de l'Intérieur à Gaza, 25 août 2020)     La police du Hamas applique le couvre-feu (Compte Twitter du ministère de l'Intérieur à Gaza, 25 août 2020)
La police du Hamas applique le couvre-feu
(Compte Twitter du ministère de l’Intérieur à Gaza, 25 août 2020)
 Un marché vide (Page Facebook d'al-Hadath, 25 août 2020)  Rues vides pendant le couvre-feu dans la ville de Gaza (Page Facebook Shehab, 25 août 2020).
Droite : Rues vides pendant le couvre-feu dans la ville de Gaza (Page Facebook Shehab, 25 août 2020). Gauche : Un marché vide (Page Facebook d’al-Hadath, 25 août 2020)
  • La semaine dernière, la détérioration de la sécurité initiée par le Hamas le long de la frontière de Gaza s’est poursuivie. Elle s’est manifestée principalement par le lancer d’engins piégés et de ballons incendiaires (provoquant des dizaines d’incendies par jour), la réponse de Tsahal par des attaques aériennes et des tirs de chars sur les installations et les postes du Hamas. Le Hamas et les autres organisations terroristes ont répondu aux attaques de Tsahal par des tirs de roquettes sporadiques (24 roquettes ont été tirées depuis le début du mois d’Août). Les restrictions imposées par Israël à la bande de Gaza restent en place : le passage de Kerem Shalom est fermé au transfert de marchandises et de carburant (sauf pour des raisons humanitaires), la zone de pêche est fermée et l’approvisionnement en électricité a été réduit car il n’y a pas eu transfert de carburant pour faire fonctionner la centrale. Les tentatives de médiation, axées sur l’arrivée d’une délégation égyptienne à Gaza, ont échoué et le Hamas poursuit les lancers de ballons accompagnés de tirs de roquettes sporadiques.
  • La salle des opérations conjointes des organisations terroristes palestiniennes à Gaza a publié une déclaration menaçant Israël suite à la fermeture de la zone de pêche au large des côtes de la bande de Gaza. Selon le communiqué, étant donné “les crimes d’Israël” le long de la côte, les organisations ne permettront pas à Israël d’entrer dans la zone des pêcheurs palestiniens, de les attaquer ou d’agir de manière agressive. Les organisations, selon le communiqué, disposent de tous les moyens nécessaires pour protéger les pêcheurs (Site Internet des Brigades Izz al-Din Qassam, 24 août 2020).
Tirs de roquettes sur Israël

L’augmentation de la tension dans la bande de Gaza s’est accompagnée de tirs sporadiques de roquettes sur le territoire israélien. La semaine dernière, 21 roquettes ont été tirées sur Israël, dont cinq sont tombées à l’intérieur de la bande de Gaza. Dans la nuit du 21 août 2020, un barrage d’au moins sept roquettes a été tiré sur le territoire israélien. Six ont été interceptés par le système de défense aérienne Dôme de Fer et une est tombée sur une maison de la ville de Sderot, dans le Sud d’Israël. Aucune organisation n’a revendiqué la responsabilité des tirs de roquettes. Selon nous, les roquettes ont été tirées par le Hamas et d’autres organisations pour dissuader Israël de répondre aux lancers de ballons.

  • Les tirs de roquettes de la semaine dernière ont été les suivants:
    • Le 18 août 2020 : Une roquette a été tirée sur la région de la ville côtière du Sud d’Israël d’Ashqelon et a explosé dans une zone dégagée. Deux filles ont été légèrement blessées en courant pour s’abriter. En réponse, des avions de Tsahal ont attaqué une installation militaire spéciale du Hamas (Porte-parole de Tsahal, 18 août 2020). Les médias palestiniens ont rapporté que des avions israéliens avaient attaqué le poste d’Obeida dans le quartier d’al-Zeitoun dans la partie Sud-Ouest de la ville de Gaza (Shehab, 18 août 2020).
    • Le 20 août 2020 : Trois roquettes ont été tirées. Elles ont été interceptées par le Dôme de Fer. Deux autres roquettes ont été tirées et sont tombées à l’intérieur de la bande de Gaza. Les médias palestiniens ont rapporté que des avions israéliens avaient attaqué le poste d’al-Quds des Brigades Izz al-Din Qassam dans l’Ouest de Khan Yunis (Palinfo, 21 août 2020; Ma’an, 20 août 2020). Il a également été signalé que des chars de Tsahal ont bombardé des postes de “résistance” [cf., des organisations terroristes] à divers endroits de la bande de Gaza (Shehab, 20 août 2020).
    • Le 21 août 2020 : Dans la nuit, un barrage de sept roquettes a été tiré. Six ont été interceptées par le système de défense aérienne Dôme de Fer. L’une a heurté le toit d’une salle fortifiée à Sderot alors que la famille était à l’intérieur; aucune victime n’a été signalée. La maison a été endommagée. Une femme a été blessée alors qu’elle courait vers un refuge et trois femmes ont été traitées pour choc. Deux roquettes supplémentaires ont ensuite été tirées sur Sderot depuis le Nord de la bande de Gaza et ont été interceptées par le Dôme de fer.
    • Le 22 août 2020 : Trois roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza et ont été interceptées par le Dôme de fer. Trois autres roquettes (tirées lors de deux événements distincts) sont tombées à l’intérieur de la bande de Gaza. En réponse, des chars de Tsahal ont attaqué des postes militaires du Hamas dans le sud de la bande de Gaza (Porte-parole de Tsahal, 22 août 2020).
Répartition mensuelle des tirs de roquettes et d’obus de mortier

Répartition mensuelle des tirs de roquettes et d'obus de mortier

Répartition annuelle des tirs de roquettes

Répartition annuelle des tirs de roquettes

Les tirs de ballons

La semaine dernière, les lancers quotidiens de ballons se sont poursuivis. Ils ont provoqué des dizaines d’incendies dans et autour des localités israéliennes près de la bande de Gaza. Les agents qui ont lancé les ballons ont menacé d’intensifier leur activité, mais jusqu’à présent, les chiffres sont restés stables (al-Ayam, 23 août 2020).

  • Le 24 août 2020, plus de 30 épicentres d’incendie causés par des ballons incendiaires ont été localisés (Chaîne israélienne 13 News, 24 août 2020). Ils comprenaient des incendies près de Sderot et dans les forêts de Be’eri et Nir’am. Aucune victime n’a été signalée (0404 News, 24 août 2020). Le 24 août 2020, un objet suspect a été retrouvé attaché à un ballon à Sderot. Il a été neutralisé par des experts en démolition de la police. Aucune victime ni dommage n’a été signalé (Ma’ariv, 24 août 2020).
  • En réponse, des chars et des avions de Tsahal ont attaqué des postes et des installations souterraines du Hamas dans le Sud de la bande de Gaza (Porte-parole de Tsahal, 25 août 2020). Les médias palestiniens ont rapporté que des avions israéliens avaient attaqué un champ dans le district oriental de Rafah et que des chars israéliens avaient bombardé des postes de la force de retenue [du Hamas] près du poste de Sufa dans le district Nord-Est de Rafah. Les poteaux ont été endommagés mais aucune victime n’a été signalée (Palinfo, Ma’an, 25 août 2020).
  • Le porte-parole du Hamas Hazem Qassem a déclaré que les attaques israéliennes, malgré l’état d’urgence à Gaza en raison de la lutte contre Covid-19, reflétaient “le comportement barbare de l’ennemi sioniste”. Il a ajouté que “l’agression” d’Israël était la continuation du “siège” et de ses mesures sévères en imposant un bouclage sur la bande de Gaza. Il a affirmé que toute la pression qu’Israël exerce sur Gaza n’arrêtera pas la “lutte légitime” des Palestiniens pour lever le “siège oppressif” (Dunia al-Watan, 25 août 2020).
  • Après qu’un couvre-feu a été imposé pour empêcher une nouvelle propagation du Covid-19 à l’intérieur de la bande de Gaza, le réseau Ahfad al-Nasser a publié une déclaration disant: “Avec ou sans Covid-19, Ahfad al-Nasser mettra le feu [aux localités proches de la bande de Gaza] aujourd’hui. Malgré le couvre-feu après la découverte d’une infection au Covid-19, les unités Ahfad al-Nasser sur le champ de bataille continueront de frapper [les Israéliens] près de la frontière de Gaza avec des ballons incendiaires, car l’épidémie d’occupation et de siège est plus dangereuse pour notre personnes que le coronavirus” (Chaîne Ahfad al-Nasser Telegram, 25 août 2020).
  • À ce stade, étant donné la détection de Covid-19 à l’intérieur de la bande de Gaza, il est difficile de savoir si le Hamas a l’intention de provoquer une détérioration de la situation sécuritaire ou d’abaisser la tension.

Ballons incendiaires lancés depuis l'Est de Rafah par des membres d'Ahfad al-Nasser (Page Facebook Ahfad al-Nasser, 24 août 2020)
Ballons incendiaires lancés depuis l’Est de Rafah par des membres d’Ahfad al-Nasser
(Page Facebook Ahfad al-Nasser, 24 août 2020)

Incidents sur le terrain
  • En Judée-Samarie, les Palestiniens ont continué à lancer des pierres et des cocktails Molotov sur les véhicules israéliens et les forces de sécurité israéliennes. Les événements les plus marquants ont été les suivants (tous les rapports et informations de Rescue Without Borders en Judée-Samarie, sauf indication contraire) :
    • Le 25 août 2020 : Des pierres ont été lancées sur un véhicule civil israélien au Nord de Ramallah. Trois personnes ont été légèrement blessées. Le pare-brise avant du véhicule a été endommagé.
    • Le 24 août 2020 : Trois cocktails Molotov ont été lancés sur la clôture de la localité israélienne de Psagot (à l’Est de Ramallah). Aucune victime n’a été signalée.
    • Le 24 août 2020 : Des pierres ont été lancées sur un véhicule israélien au Sud-Ouest de Hébron. Un soldat de Tsahal a été légèrement blessé.
    • Le 24 août 2020 : Des pierres ont été lancées sur un véhicule civil israélien au Sud-Est de Ramallah. Aucune victime n’a été signalée; le véhicule a été endommagé.
    • Le 23 août 2020 : Des pierres ont été lancées sur un bus civil israélien au Nord de Hébron. Aucune victime n’a été signalée.
    • Le 23 août 2020 : Des pierres ont été lancées sur un véhicule civil israélien à Hébron. Aucune victime n’a été signalée; le véhicule a été endommagé.
    • Le 21 août 2020 : Des pierres ont été lancées sur la route au Nord de Modi’in Illit. Aucune victime n’a été signalée.
    • Le 20 août 2020 : Des pierres ont été lancées sur un véhicule civil israélien au Nord de Gush Etzion. Aucune victime n’a été signalée. Le pare-brise avant du véhicule a été endommagé.Pare-brise avant endommagé par des pierres 
    • Le 20 août 2020 : Des pierres ont été lancées sur un véhicule civil israélien au Nord-Est de Modi’in Illit. Aucune victime n’a été signalée; le véhicule a été endommagé.
    • Le 20 août 2020 : Des pierres ont été lancées sur un véhicule civil israélien près de Kiryat Arba. Aucune victime n’a été signalée; le pare-brise avant du véhicule a été endommagé.
    • Le 20 août 2020 : Une pierre a été lancée par une voiture en marche sur un véhicule civil israélien au Nord de Modi’in Illit, pénétrant dans le pare-brise avant et frappant une jeune femme assise sur le siège arrière, la blessant.
    • Le 19 août 2020 : Une force de Tsahal a vu trois Palestiniens rouler des pneus en feu vers la route au nord de Modi’in Illit, apparemment pour attaquer des véhicules qui passaient. La force a suivi les procédures pour arrêter les suspects, y compris des coups de feu. Deux des Palestiniens ont fui (l’un d’entre eux apparemment blessé). Le troisième a été mortellement blessé et est mort sur les lieux.
    • Le 19 août 2020 : Des cocktails Molotov ont été lancés sur un bus civil israélien à l’Ouest de Naplouse. Aucune victime n’a été signalée. 19 août 2020: Des pierres ont été lancées sur un véhicule civil israélien au nord-ouest d’Ariel. Aucune victime n’a été signalée; le véhicule a été endommagé.
    • Le 19 août 2020 : Des pierres ont été lancées, apparemment depuis l’intérieur d’un bus palestinien, sur un véhicule civil israélien au Sud-Ouest de Naplouse. Aucune victime n’a été signalée; le véhicule a été endommagé.
    • Le 19 août 2020 : Un objet (très probablement une bombe artisanale) a été lancé sur la clôture de la localité israélienne de Psagot (à l’Est de Ramallah). Aucune victime n’a été signalée.
    • Le 19 août 2020 : Des pierres ont été lancées sur un bus civil israélien au Sud-Est de Ramallah. Aucune victime n’a été signalée; le bus a été endommagé.
Principales attaques en Judée-Samarie[5]

Principales attaques en Judée-Samarie

Arrêt de la centrale électrique de la bande de Gaza
  • La fermeture du passage de Kerem Shalom et l’arrêt du transfert de carburant vers la bande de Gaza ont entraîné une baisse quasi immédiate de l’électricité fournie aux résidents locaux. À 10 h 00 le matin du 18 août 2020, le carburant diesel de la centrale s’est épuisé et elle s’est arrêtée. La compagnie d’électricité de Gaza a déclaré que l’électricité serait désormais fournie selon un calendrier glissant de huit heures d’électricité et de coupures de courant de 16 heures (Filastin al-Yawm, 21 août 2020).
  • Jamal al-Khudri, président du comité populaire de lutte contre le siège, a déclaré qu’en raison des coupures de courant, les ateliers avaient limité leurs heures et réduit leur production de 25%. Il a déclaré que cela avait provoqué une augmentation du chômage et qu’il y avait maintenant plus de 320000 chômeurs à Gaza (Dunia al-Watan, 21 août 2020). L’autorité énergétique de Gaza a déclaré qu’Israël serait responsable des conséquences des pannes de courant (Dunia al-Watan, 16 août 2020). Ashraf al-Qidra, porte-parole du ministère de la Santé de la bande de Gaza, a averti qu’il y aurait des conséquences dangereuses pour les hôpitaux en raison du manque d’électricité (al-Aqsa, 18 août 2020). Al-Qidra a réitéré cet avertissement après que quatre cas de Covid-19 ont été détectés à l’intérieur de la bande de Gaza. Le porte-parole du Hamas Fawzi Barhoum a déclaré que le “siège” de la bande de Gaza, la réduction de l’approvisionnement en électricité et la fermeture de la vie quotidienne étaient des “crimes contre l’humanité”. Il a ajouté que le Hamas ne permettrait pas à la situation de continuer et ne resterait pas silencieuse (Site Internet du Hamas, 18 août 2020).
Les résidents locaux font la queue pour obtenir de l'eau d'une source publique après que la centrale électrique a cessé de fournir de l'électricité pour les pompes du système d'eau (Page Facebook du photojournaliste Usama al-Kahlut, 24 août 2020)    La centrale électrique inactive (Safa, 18 août 2020).
Droite : La centrale électrique inactive (Safa, 18 août 2020). Gauche : Les résidents locaux font la queue pour obtenir de l’eau d’une source publique après que la centrale électrique a cessé de fournir de l’électricité pour les pompes du système d’eau (Page Facebook du photojournaliste Usama al-Kahlut, 24 août 2020)
Rencontre entre une délégation du Hamas dirigée par Ismail Haniyeh et le Président turc
  • Isma’il Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, a conduit une délégation de hauts responsables du Hamas qui a rencontré le Président turc à Istanbul. La délégation comprenait Saleh al-‘Arouri, chef adjoint du bureau politique du Hamas; Maher Salah, chef du Hamas “dans la dispersion palestinienne”; Izzat al-Rishq, membre du bureau politique du Hamas et Jihad Yaghmour, représentant du Hamas en Turquie. La délégation a informé le président des développements dans l’arène palestinienne, en particulier de la normalisation des relations israélo-émiriennes. Les membres de la délégation ont salué le rôle joué par la Turquie dans le soutien au peuple palestinien (Site Internet du Hamas, 22 août 2020).
Quatre membres du JIP tués dans un “accident de travail”
  • Les Brigades de Jérusalem, la branche armée du JIP, ont rapporté la mort de quatre membres de la Brigade de Gaza dans le quartier de Sajaiya à l’Est de la ville de Gaza. Ils ont été tués dans une explosion dans ce qui était apparemment un “accident de travail“. Les réseaux sociaux ont affirmé avoir été tués lorsqu’un drone israélien piégé a explosé près d’eux (Compte Twitter du journaliste Sami Abu Yahya, 25 août 2020). Selon Ahmed al-Mudallal, haut responsable du JIP, la branche militaire enquête sur l’incident (Paltoday, 25 août 2020).
Le site de l'explosion (Compte Twitter Palinfo, 25 août 2020)  Les quatre membres du JIP qui ont été tués (Site Internet des Brigades de Jérusalem, 25 août 2020).
Droite : Les quatre membres du JIP qui ont été tués (Site Internet des Brigades de Jérusalem, 25 août 2020). Gauche: Le site de l’explosion (Compte Twitter Palinfo, 25 août 2020)
Réponse de l’Autorité Palestinienne à l’accord Israël-EAU
  • La semaine dernière, les Palestiniens ont continué de traiter l’accord signé par Israël et les EAU. Jibril Rajoub, secrétaire du Comité central du Fatah, a déclaré que le Fatah travaillait à promouvoir la coopération pour l’action conjointe de toutes les organisations palestiniennes. Il a dit qu’une réunion des dirigeants palestiniens avait eu lieu où ils ont souligné la nécessité de participer à la “résistance populaire” [cf., au terrorisme populaire]. Il a également déclaré qu’ils envisageaient un réexamen des règles d’engagement dans le conflit avec Israël (Dunia al-Watan, 18 août 2020). Les participants à une réunion du Comité exécutif de l’OLP ont appelé les EAU à réparer leur “erreur historique” et à affirmer leur engagement en faveur du plan de paix arabe (Wafa, 19 août 2020)
  • Le 23 août 2020, le Fatah a organisé un rassemblement de protestation dans le camp de réfugiés d’Askar à Naplouse, en présence de membres masqués et armés du Fatah ainsi que de civils. Des panneaux ont été accrochés pour protester contre la normalisation des relations, affirmant que “la normalisation est une trahison” (al-Quds, 23 août 2020).
Manifestation du Fatah dans le camp de réfugiés d'Askar pour protester contre la normalisation des relations Israël-EAU (al-Quds, 23 août 2020)    Manifestation du Fatah dans le camp de réfugiés d'Askar pour protester contre la normalisation des relations Israël-EAU (al-Quds, 23 août 2020)
Manifestation du Fatah dans le camp de réfugiés d’Askar pour protester contre la normalisation des relations Israël-EAU (al-Quds, 23 août 2020)
  • Le 19 août 2020, les organisations palestiniennes ont organisé un rassemblement dans le village de Turmus Ayya (au Nord de Ramallah) pour protester contre la normalisation des relations Israël-Émirats arabes unis et le “plan d’annexion” d’Israël. Le rassemblement a été suivi par le Premier ministre de l’Autorité Palestinienne Muhammad Shtayyeh, des membres du Comité central du Fatah, un haut responsable du Hamas en Judée-Samarie Hussein Yusuf et des représentants d’autres organisations. Les participants en ligne comprenaient le Président sud-africain et le Premier ministre malais. L’événement s’est terminé par l’incendie des drapeaux israéliens. Des émeutes se sont développées entre les Palestiniens et les forces de Tsahal, qui ont dispersé les émeutiers avec des gaz lacrymogènes (al-Quds, 19 août 2020).
    • Le Hamas et le JIP ont également continué à condamner l’accord :
    • Isma’il Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, a qualifié l’accord de normalisation de coup dur pour les Palestiniens, les nations arabes et le reste du monde. Il a dit qu’il espérait que les EAU changeraient d’avis, car la normalisation ne servait que “l’ennemi sioniste” (RTR, 20 août 2020). Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré que tout le peuple palestinien était derrière la lutte contre la normalisation, qu’il a qualifiée de “coup de couteau dans le dos des Palestiniens” (al-Aqsa, 19 août 2020).
    • Ziyad al-Nakhalah, chef du JIP, a déclaré aujourd’hui qu’ils avaient une responsabilité plus grande que jamais de lutter contre ceux qui propagent “l’acte révoltant d’une fausse paix avec l’ennemi”. Il a félicité ceux qui portaient des armes dans la lutte contre Israël et le peuple palestinien qui a tenu bon (Filastin al-Yawm, 19 août 2020).
Un enfant palestinien change le signe de "La normalisation est notre choix" à "La normalisation est une trahison" (un jeu de mots en arabe) (Page Facebook Shehab, 23 août 2020)  L'accord de normalisation Israël-Émirats arabes unis comme un couteau dans le dos de Mahmoud Abbas. En arabe on peut lire : "Ne soyez pas triste, car Allah est avec nous" (Page Facebook d'Isma'il al-Bazam, 14 août 2020).
L’accord de normalisation Israël-Émirats arabes unis comme un couteau dans le dos de Mahmoud Abbas. En arabe on peut lire : “Ne soyez pas triste, car Allah est avec nous” (Page Facebook d’Isma’il al-Bazam, 14 août 2020). Gauche : Un enfant palestinien change le signe de “La normalisation est notre choix” à “La normalisation est une trahison” (un jeu de mots en arabe) (Page Facebook Shehab, 23 août 2020)

[1] Tout au long de la crise du Covid-19, le Hamas a accompagné sa lutte contre la maladie d'une campagne de menaces contre Israël, l'accusant de détruire le système de santé publique dans la bande de Gaza. Des personnalités du Hamas, parmi lesquelles Yahya al-Sinwar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, ont menacé qu'en cas de pénurie de ventilateurs ou d'autres équipements médicaux, le Hamas exercerait une pression sur Israël et "empêcherait six millions d'Israéliens de respirer." A ce sujet, voir notre article du 23 avril 2020 (en anglais) intitutlé "What is the true reason for the shortcomings of the medical system in the Gaza Strip?"
[2] A ce sujet, voir notre article du 24 août 2020 (en anglais) intitulé "The Spread of Covid-19 in Judea, Samaria and the Gaza Strip."

[3] Les deux premiers cas de Covid-19 dans la bande de Gaza ont été détectés le 21 mars 2020. Ils étaient arrivés du Pakistan deux jours auparavant. Jusqu'à ce que les quatre cas soient détectés dans le camp de réfugiés, tous les patients de Covid-19 sont arrivés par les points de passage et ont été emmenés dans des centres de quarantaine, empêchant ainsi la propagation du coronavirus à l'intérieur de la bande de Gaza.

[4] A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 24 août 2020 intitulé "Continuing deterioration of the security situation along the Gaza Strip border (updated to August 24, 2020)".

[5] Une attaque significative est définie comme impliquant des tirs, une attaque au véhicule bélier, l'utilisation d'engins piégés ou un combinaison de ce qui précède. Les pierres et les cocktails Molotov lancés par les Palestiniens ne sont pas inclus