Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (15-21 juillet 2020)

La détention d'Adnan al-Faqih (Compte Twitter QudsnBrk, 19 juillet 2020)

La détention d'Adnan al-Faqih (Compte Twitter QudsnBrk, 19 juillet 2020)

Ziyad al-Nakhalah (Chaîne Paltoday, 18 juillet 2020)

Ziyad al-Nakhalah (Chaîne Paltoday, 18 juillet 2020)

Ziyad al-Nakhalah (Chaîne Paltoday, 18 juillet 2020)

Ziyad al-Nakhalah (Chaîne Paltoday, 18 juillet 2020)

Signature de l'accord d'aide de l'UE pour les projets de la zone C (Wafa, 14 juillet 2020)

Signature de l'accord d'aide de l'UE pour les projets de la zone C (Wafa, 14 juillet 2020)

Mahmoud Abbas rencontre le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry (Wafa, 20 juillet 2020).

Mahmoud Abbas rencontre le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry (Wafa, 20 juillet 2020).

  • La semaine dernière, la bande de Gaza était calme. En Judée-Samarie, un nombre exceptionnellement élevé de pierres et de cocktails Molotov ont été lancés sur des véhicules israéliens. Les forces de sécurité israéliennes ont arrêté quatre Palestiniens qui fabriquaient des engins piégés et des cocktails Molotov, et trois Palestiniens qui tentaient de lancer un engin piégé et de tirer en voiture sur la localité israélienne de Beit El.
  • Au niveau politique, l’activité diplomatique intensive de l’Autorité Palestinienne (AP) s’est poursuivie dans les arènes internationale et arabe, même si Israël n’a pas réalisé son intention d’annexer des territoires en Judée-Samarie et que l’AP est principalement impliquée dans la lutte contre le coronavirus. L’Autorité Palestinienne a exhorté la Cour pénale internationale de La Haye à accélérer sa décision concernant son pouvoir d’enquêter sur Israël. Le ministre palestinien des Affaires étrangères a affirmé que la Cour s’était retirée sans prendre de décision en raison de la pression d’Israël et des États-Unis. Selon les Palestiniens, la Cour peut prendre une décision même si elle n’est pas en session.
  • La semaine dernière, le nombre de cas de COVID-19 dans les territoires de l’AP a augmenté. Le nombre est actuellement de 7 221 cas actifs, contre 5 569 la semaine dernière. La plupart des cas se trouvent à Hébron. Jusqu’à présent, 67 Palestiniens sont morts. Dans la bande de Gaza, il y a cinq cas de COVID-19 actifs, sans changement depuis la semaine dernière. L’Autorité Palestinienne a resserré ses mesures préventives, qui ne sont pas toujours mises en œuvre par la population, compte tenu de son manque de confiance dans l’AP. Les manifestations ouvertes se multiplient dans les districts, bien que jusqu’à présent sans remettre en cause de manière significative la gouvernance de l’AP. Cela est susceptible de changer à mesure que la crise sanitaire et financière s’aggrave. La semaine dernière, le nombre de cas de COVID-19 à Jérusalem-Est est passé à 1 524, contre 795 la semaine dernière. Selon nous, l’infection à Jérusalem-Est se répand à Jérusalem-Ouest. L’augmentation des infections s’accompagne de luttes pour l’influence à Jérusalem-Est. L’AP a décidé de fournir une aide financière à 1400 propriétaires de magasins palestiniens dans la vieille ville tandis qu’Israël, selon des rapports palestiniens, détenait à la fois le gouverneur et le chef des renseignements généraux palestiniens dans le district de Jérusalem de l’Autorité Palestinienne.
  • Selon certaines informations, le Hamas empêche les Gazaouis de regarder les chaînes de télévision al-Arabiya et al-Hadath, toutes deux soutenues par l’Arabie saoudite, et leurs bureaux dans la bande de Gaza ont été fermés. Cela est venu en réponse à un rapport selon lequel un haut responsable du Hamas aurait déserté en Israël. L’incident illustre à nouveau la détermination du Hamas à contrôler les messages des médias et à empêcher (ou au moins à faire des difficultés) la publication de rapports incontrôlés. Le contrôle du Hamas sur les messages des médias est très important, car les rapports biaisés et souvent faux exportés de la bande de Gaza sont presque universellement cités abondamment par les médias israéliens, arabes et occidentaux et servent à l’Occident de sources pour ses attaques de propagande contre Israël.
Judée-Samarie[1]
  • La flambée du nombre d’infections au COVID-19 en Judée-Samarie se poursuit. Jusqu’à présent, au 21 juillet 2020, il y avait 7221 cas actifs. Parmi eux, 5 060 se trouvent dans le district de Hébron et représentent environ 70% de tous les cas actifs en Judée-Samarie. Quarante patients sont dans un état grave ou critique, quatre sont sous ventilateurs. Soixante-sept Palestiniens sont morts, la plupart dans le district de Hébron. Le nombre de cas actifs dans la bande de Gaza reste de cinq. Le nombre total de cas en Judée-Samarie depuis le début de la maladie est de 9 214.
  • Selon les rapports de l’Autorité Palestinienne, le nombre de cas actifs dans les quartiers de Jérusalem-Est est de 1 524. Après une réunion du Premier ministre de l’Autorité Palestinienne Muhammad Shtayyeh avec le “Comité suprême al-Qods[2]” à Ramallah le 15 juillet 2020, lors de sa réunion hebdomadaire du 20 juillet 2020, le gouvernement de l’Autorité Palestinienne a décidé de fournir une aide financière à 1400 Palestiniens propriétaires de magasins dans la vieille ville de Jérusalem, qui est sous contrôle israélien (Page Facebook de Muhammad Shtayyeh, 20 juillet 2020).
La bande de Gaza
  • Contrairement aux difficultés de l’Autorité Palestinienne à contenir la flambée du virus, l’administration du Hamas dans la bande de Gaza a très bien réussi à faire face à la pandémie. La semaine dernière, deux nouveaux cas de COVID-19 ont été détectés chez des Palestiniens qui étaient entrés dans la bande de Gaza par le terminal d’Erez. Trois patients précédents se rétablissent. Le nombre de cas actifs est donc actuellement de cinq.
  • Maarouf Salama, responsable du ministère de l’Information de l’administration du Hamas, a déclaré que la question des Palestiniens bloqués en dehors de la bande de Gaza était devenue la principale préoccupation de l’équipe dirigeante de la crise des coronavirus à Gaza. Pour accueillir les Palestiniens de retour dans la bande de Gaza, les équipes ont commencé à rénover les centres de quarantaine existants et à construire un nouveau centre à Deir al-Balah. Il a déclaré qu’ils attendaient actuellement une réponse de l’Égypte sur les arrangements concernant l’aéroport international du Caire et l’ouverture du terminal de Rafah (Filastin al-Yawm, 20 juillet 2020).
Préparatifs en vue de la nouvelle année scolaire
  • Compte tenu de la propagation du COVID-19, le ministère de l’Éducation de l’AP a annoncé que l’année scolaire commencerait le 6 septembre 2020. Il y aura une combinaison d’apprentissage frontal et à distance basé sur un protocole médical formulé par les ministères. de la santé et de l’éducation (Site Internet du ministère de l’Éducation de l’AP, 15 juillet 2020).
  • Dans la bande de Gaza, en revanche, Ziyad Thabet, vice-ministre de l’Éducation, a annoncé qu’avec l’accord du ministère de l’Éducation de l’Autorité Palestinienne, l’année scolaire commencera le 8 août 2020. Le responsable du programme d’éducation à l’UNRWA également a annoncé que l’année scolaire à Gaza commencerait le 8 août (Shehab, 19 juillet 2020). Thabet a déclaré être en contact permanent avec le ministère de l’Éducation à Ramallah et conscient que le début de l’année scolaire était lié à la différence de santé publique entre la Cisjordanie et la bande de Gaza (Dunia al-Watan, 15 juillet 2020).
Tirs de roquettes et d’obus de mortier sur Israël
  • La semaine dernière, aucun tir de roquette n’a été identifié en territoire israélien.
Répartition mensuelle des tirs de roquettes et d’obus de mortier

Répartition mensuelle des tirs de roquettes et d'obus de mortier

Répartition annuelle des tirs de roquettes

Répartition annuelle des tirs de roquettes

Tentative d’infiltration en Israël
  • Selon des informations, le 16 juillet 2020, les forces de sécurité du Hamas ont arrêté un jeune Palestinien qui tentait d’entrer en territoire israélien depuis le Nord de la bande de Gaza. Le jeune homme a été envoyé dans un centre de quarantaine pendant 21 jours (Amad, 16 juillet 2020).
Attentats déjoués
  • Le 15 juillet 2020, des combattants de Tsahal ont empêché une attaque terroriste en détenant quatre Palestiniens près de Naplouse. Ils avaient en leur possession deux cocktails Molotov et un engin piégé (Porte-parole de Tsahal, 15 juillet 2020).
  • Le 18 juillet 2020, trois Palestiniens du camp de réfugiés de Jalazone (près de Ramallah) ont lancé des engins piégés et ont effectué une fusillade en voiture dans la localité de Beit El. Aucune victime ni dommage n’a été signalé. Quelques heures plus tard, ils ont été arrêtés (Porte-parole de Tsahal, 18 juillet 2020).

Les engins piégés lancés sur la communauté de Beit El (Porte-parole de Tsahal, 18 juillet 2020)
Les engins piégés lancés sur la communauté de Beit El
(Porte-parole de Tsahal, 18 juillet 2020)

  • Les médias palestiniens ont rapporté que les détenus étaient Qasi Ra’ed Barakat Malki, 19 ans; Abdallah Muhammad Sharaka, 18 ans; et Ra’ed Ibrahim al-Biari, 19 ans (Page Facebook Jalazone.camp, 18 juillet 2018)

Les Palestiniens détenus, de gauche à droite: Ra'ed Ibrahim al-Biari, Abdallah Muhammad Sharaka et Qasi Ra'ed Barakat Malki (Page Facebook de Jalazone.camp, 18 juillet 2018)
Les Palestiniens détenus, de gauche à droite: Ra’ed Ibrahim al-Biari, Abdallah Muhammad Sharaka et Qasi Ra’ed Barakat Malki (Page Facebook de Jalazone.camp, 18 juillet 2018)

  • Des sources palestiniennes ont rapporté la détention d’Adnan Ghaith, le gouverneur du district de Jérusalem de l’AP, à son domicile dans le quartier de Silwan à Jérusalem-Est (Wafa, 19 juillet 2020). Le 19 juillet 2020, des sources ont également signalé la détention du chef des renseignements généraux palestiniens pour le district de Jérusalem, Jihad al-Faqih, alors qu’il rentrait chez lui dans la ville de Qatana au Nord-Ouest de Jérusalem (Page Facebook officielle du Fatah, juillet 19, 2020).

La détention d'Adnan al-Faqih (Compte Twitter QudsnBrk, 19 juillet 2020)
La détention d’Adnan al-Faqih
(Compte Twitter QudsnBrk, 19 juillet 2020)

Tirs de pierres et de cocktails Molotov sur des véhicules israéliens
  • En Judée et en Samarie, les Palestiniens ont continué à lancer des pierres et des cocktails Molotov sur les véhicules israéliens et les forces de sécurité israéliennes. Tous les rapports proviennent de Rescue Without Borders le même jour que l’événement, sauf indication contraire. Les événements les plus notables ont été les suivants:
    • Le 20 juillet 2020 – Des pierres ont été lancées sur un véhicule civil israélien dans l’Ouest de la Samarie. Aucune victime n’a été signalée; le véhicule a été endommagé.
    • Le 19 juillet 2020 – Deux engins piégés ont été lancés sur la tombe de Rachel, au Nord de Bethléem. Un engin piégé a explosé. Aucune victime n’a été signalée.
    • Le 19 juillet 2020 – Des pierres ont été lancées sur un véhicule civil israélien au Nord d’Ofra. Aucune victime ni dommage n’a été signalé.
    • Le 17 juillet 2020 – Des cocktails Molotov ont été lancés sur la clôture de la localité israélienne de Kokhav Yaakov (Sud-Ouest de Ramallah). Aucune victime ni dommage n’a été signalé.
    • Le 17 juillet 2020 – Un cocktail Molotov a été lancé sur un véhicule civil israélien sur la route Gush Etzion-Hébron. Aucune victime n’a été signalée.
    • Le 16 juillet 2020 – Des pierres ont été lancées sur un véhicule civil israélien lors d’une attaque au Nord de Jérusalem. Aucune victime n’a été signalée; le pare-brise avant du véhicule a été endommagé.
    • Le 16 juillet 2020 – Des pierres ont été lancées sur un bus et un véhicule civils israéliens au Nord-Ouest de Beit El. Aucune victime n’a été signalée.
    • Le 16 juillet 2020 – Des pierres ont été lancées sur un véhicule civil israélien entre Ariel et Tapuah. Trois passagers ont été légèrement blessés.
    • Le 15 juillet 2020 – Des pierres ont été lancées sur un bus civil israélien au Nord de Kiryat Arba. Aucune victime ni dommage n’a été signalé.
    • Le 15 juillet 2020 – Une position de Tsahal a été visée par des tirs à l’Est de Naplouse. Aucune victime n’a été signalée.
    • Le 14 juillet 2020 – Des pierres et des bouteilles de peinture ont été lancées sur un bus civil israélien au Nord de Hébron. Aucune victime n’a été signalée. Le pare-brise avant de l’autobus a été endommagé.
Principales attaques en Judée-Samarie[3]

Principales attaques en Judée-Samarie

Démantèlement d’une cellule terroriste en Judée-Samarie
  • Selon un rapport de l’Agence de sécurité israélienne, des activités terroristes menées sous l’égide d’une organisation appelée al-Shabab al-Qawmi al-Arabi ont été déjouées ces derniers mois. Le 20 avril 2020, Yazan Abu Salah, 23 ans, d’Arabeh, un membre du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a été détenu à la suite d’informations selon lesquelles il prévoyait de mener des attaques terroristes en Judée-Samarie (Agence de sécurité israélienne, 21 juillet 2020).
  • Pour se préparer aux attaques, il a acheté une arme et recruté des agents qui dirigeaient deux cellules : l’une opérait en Samarie et l’autre à Ramallah. Les membres prévoyaient de mener une attaque dans la localité israélienne de Harish et d’enlever un soldat de Tsahal comme monnaie d’échange. Yazan Abu Salah était censé partir pour un entraînement militaire au Liban.
  • Au cours de l’interrogatoire, ses liens avec une organisation appelée al-Shabab al-Qawmi al-Arabi ont été révélés. Le groupe possède une branche militaire opérant en Syrie, principalement contre les organisations jihadistes et les organisations opposées au régime syrien. L’organisation est dirigée par Assad al-Amali (alias Thu al-Faqer) qui assure la liaison avec l’Iran et le Hezbollah. L’interrogatoire de Muhammad Abu Salah, le cousin de Yazan, a révélé que l’organisation avait organisé des exercices d’entraînement en Iran et avec le Hezbollah et l’armée syrienne (qui a également financé son opération). Selon nous, l’Iran et / ou le Hezbollah peuvent être derrière l’organisation, en l’utilisant comme une façade pour leurs activités.
L’économie de la bande de Gaza
  • Jamal al-Khudari, président du comité populaire pour la levée du “siège”, a déclaré que le taux de chômage à Gaza était passé à 60% et qu’il y avait actuellement plus de 300 000 chômeurs. Il a déclaré qu’à la suite des restrictions sur les exportations, les usines avaient réduit la production de la bande de Gaza de 30% et que la situation économique se détériorait. Il a affirmé que la seule solution pour améliorer la situation était de lever le [soi-disant] “siège” de la bande de Gaza, d’ouvrir les terminaux et de supprimer les listes de matériaux dont l’importation à Gaza est interdite (Sawa, 17 juillet 2020).
  • Adhem al-Basiouni, porte-parole du ministère de l’Agriculture à Gaza, a déclaré que la production annuelle de légumes à Gaza était de 450 000 tonnes, dont la population locale consommait environ 400 000 tonnes, et le reste était exporté vers les marchés de Cisjordanie. Il a dit qu’en raison des limitations qu’Israël avait imposées à l’exportation de légumes de Gaza, les agriculteurs étaient contraints de vendre leurs produits sur les marchés locaux à bas prix. Le ministère de l’Agriculture a ordonné aux agriculteurs de limiter leurs récoltes, qui inondaient les marchés, par exemple les pommes de terre, ce qui leur causait de lourdes pertes (al-Ayam, 20 juillet 2020).
Fonds distribués aux familles dans le besoin
  • Des sources de l’UNRWA ont indiqué que l’agence donnerait 40 dollars à des centaines de familles dans le besoin dans la bande de Gaza. Les fonds seront versés avant l’Aïd al-Adha (qui tombe le 30 juillet 2020) (Filastin al-Yawm, 14 juillet 2020). Le 20 juillet 2020, l’UNRWA a commencé à distribuer les fonds. Selon un rapport, 46413 familles recevront l’argent et le montant total sera de 1 856 520 $ (Sawa, 20 juillet 2020).
Interview de Ziyad al-Nakhalah
  • Ziyad al-Nakhalah, chef du Jihad islamique palestinien (JIP), a été interrogé sur les positions de l’organisation. Voici quelques-unes des questions qu’il a traitées (Filastin al-Yawm, 18 juillet 2020) :
    • Imposer la loi israélienne [sur les territoires de Judée-Samarie] et “l’accord du siècle”: Selon al-Nakhalah, le plan de Trump n’est pas nouveau, il fait partie du programme original du “projet sioniste”. Ce qui est nouveau, c’est l’intention de le réaliser. Il a dit que lorsque les Palestiniens choisissent des solutions politiques sans valeur, ils n’obtiennent jamais rien. Cependant, lorsque le peuple palestinien lancera des activités de “résistance” [cf., des attaques terroristes], Israël changera d’avis [sur l’annexion], car la “résistance” permet de faire appliquer une nouvelle équation.
    • Rejoindre l’OLP : Selon al-Nakhalah, le JIP ne fera pas partie de l’OLP tant qu’il reconnaîtra Israël, mais si une nouvelle organisation politique est formée, le JIP pourra le rejoindre. Il a affirmé que l’Égypte devait unir la position arabe et la “résistance”. Il a dit que la résistance populaire non violente [cf., le terrorisme populaire] n’était pas le moyen de combattre Israël, et qu’une nouvelle approche était nécessaire pour remettre le conflit dans son bon cours [cf.,, le recours au terrorisme de type militaire].
    • Le renforcement militaire du JIP : Malgré le “siège” et ses faibles ressources, le JIP continue de fabriquer des armes dans la bande de Gaza et constitue une menace stratégique pour Israël. A Gaza, il y a des roquettes à longue et moyenne portée malgré le fait qu’il semblait impossible de les fabriquer pendant le “siège”. La “résistance” s’arme et se renforce de jour en jour, et investit beaucoup d’énergie dans son développement militaire, ajoutant que les armes fabriquées dans la bande de Gaza terrifient et dissuadent Israël.
    • Opération Bordure Protectrice : En ce qui concerne le lancement de roquettes à Tel Aviv, al-Nakhalah a déclaré que l’opération Bordure Protectrice n’était pas la première fois qu’ils lançaient des roquettes à Tel Aviv. Il a affirmé l’avoir fait en 2012 lorsqu’ils ont franchi la ligne rouge pour la première fois. Il a affirmé que lorsque la bande de Gaza est attaquée, tout Israël devient la cible de tirs de roquettes pour les organisations de “résistance” (Filastin al-Yawm, 18 juillet 2020).
Tension entre le Hamas et la chaîne de télévision saoudienne
  • La chaîne de télévision saoudienne al-Arabiya a rapporté que le Hamas avait commencé à empêcher les Gazaouis de regarder les chaînes de télévision al-Arabiya et al-Hadath après la diffusion d’informations exclusives sur la désertion d’un haut dirigeant du Hamas figure à Israël. La direction d’al-Arabiya a été informée de la fermeture de ses bureaux et des bureaux d’al-Hadath dans la bande de Gaza. Les entreprises de publicité ont été averties de ne travailler avec aucune des deux chaînes (Compte Twitter al-Arabiya, Amad, 15 juillet 2020).
  • La station a été empêchée d’émettre en raison d’un reportage sur la désertion présumée vers Israël du commandant d’un commando naval du Hamas. Le rapport a conduit à la forte réaction négative (encouragée par le Hamas) de milliers d’utilisateurs palestiniens des médias sociaux avec le hashtag “al-Arabiya TV est complètement fake news”. Ils ont affirmé que la chaîne servait les intérêts des médias israéliens (alresala.net, 16 juillet 2020). Des personnalités du Hamas ont accusé la chaîne de collaborer avec Israël. Musa Abu Marzouq, membre du bureau politique du Hamas, a appelé les médias et en particulier al-Arabiya à publier des rapports précis et à ne pas se transformer en “une station de presse israélienne” (al-Mayadeen, 11 juillet 2020).
  • Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré qu’il y avait des médias qui collaboraient avec les “médias sionistes” et essayaient de nuire à l’unité palestinienne et à la sécurité des résidents palestiniens (al-Aqsa, 16 juillet 2020). Hamad al-Raqab, un haut responsable du Hamas, a déclaré que le Hamas considérait al-Arabiya comme une “chaîne sioniste” à tous égards et n’était pas attaché au professionnalisme ou à la moralité. Il a fonctionné, a-t-il dit, pour faire écho au récit d’Israël (Dunia al-Watan, 15 juillet 2020).
Déclaration du Hamas à l’occasion de l’anniversaire de l’Opération Bordure Protectrice
  • La branche armée du Hamas a publié une déclaration pour l’anniversaire de l’Opération Bordure Protectrice, affirmant qu’il y a six ans, pendant l’opération, la branche militaire de l’organisation avait révélé un drone appelé Ababil 1 créé par ses ingénieurs. Selon le communiqué, l’UAV a effectué un certain nombre de sorties et a même atteint le quartier général de Tsahal à Tel-Aviv. La branche armée a affirmé avoir fabriqué avec succès trois types d’UAV : l’un, l’A1A, pour les missions de reconnaissance; deux, le B1A, pour les missions d’attaque et de bombardement; et trois, le C1A, pour des missions “d’attentats suicide” (Site Internet des Brigades Izz al-Din Qassam, 14 juillet 2020).
Accord pour le financement de projets
  • Majdi al-Saleh, ministre de l’Autorité Palestinienne chargé des collectivités locales, a signé un accord avec un représentant de l’UE et un représentant du Danemark pour le développement de projets d’infrastructure. L’accord portait sur 5,8 millions d’euros pour financer des projets pour les habitants de la zone C. Des écoles seront construites dans la zone C, des routes seront goudronnées, des réseaux électriques et des systèmes d’eau, des réservoirs et des bâtiments publics seront rénovés. Le Premier ministre de l’Autorité Palestinienne Muhammad Shtayyeh a déclaré qu’il ne reconnaissait pas une division en zones A, B et C, et que le don était une expression de la réaction européenne à l’annexion d’Israël (Wafa, 14 juillet 2020).
Poursuite de la campagne de l’AP contre l’intention d’annexion d’Israël
  • Malgré le report de la mise en œuvre du plan d’annexion d’Israël, et bien que l’attention de l’Autorité Palestinienne se concentre principalement sur la lutte contre le coronavirus, l’Autorité Palestinienne poursuit son activité diplomatique pour empêcher Israël d’annexer des territoires de Judée-Samarie. La semaine dernière, l’activité des hauts responsables de l’AP s’est concentrée sur les contacts diplomatiques avec les groupes internationaux et arabes. Le Premier ministre de l’AP, Muhammad Shtayyeh, a déclaré lors de la réunion hebdomadaire du gouvernement que le plan d’annexion d’Israël était toujours à l’horizon et que le refus d’Israël de retirer officiellement le plan continue d’être une menace existentielle pour la cause palestinienne. Il a déclaré qu’ils attendaient toujours la décision de la Cour pénale internationale concernant la poursuite en justice d’Israël (Télévision palestinienne, 20 juillet 2020).
  • Saeb Erekat, secrétaire du Comité exécutif de l’OLP, a déclaré lors d’une conférence en ligne tenue au Centre arabe à Washington que l’AP avait formulé un programme de lutte contre le plan d’annexion d’Israël. Il s’agit de renforcer les institutions palestiniennes et de les préparer pour qu’elles soient en mesure de faire face avec succès à tout défi posé par le plan d’annexion. Il a dit qu’ils s’entretenaient avec des représentants de 132 pays qui avaient été appelés à instituer des mesures contre Israël s’il exécutait effectivement son plan d’annexion. Il a ajouté que l’accord n’était pas nouveau et a affirmé que Netanyahu l’utiliserait pour renverser l’Autorité Palestinienne (16 juillet 2020).
  • Les principaux contacts diplomatiques ont été les suivants :
    • Mahmoud Abbas s’est entretenu avec le Premier ministre britannique Boris Johnson et l’a remercié pour la position britannique sur l’annexion. Il a appelé à davantage d’efforts pour s’opposer au plan. Mahmoud Abbas s’est dit prêt à reprendre les négociations supervisées par le Quatuor international et avec la participation d’autres pays immédiatement après qu’Israël a annulé son plan d’annexion (Wafa, 14 juillet 2020).
    • Le Président chinois Xi s’est entretenu avec Mahmoud Abbas. Xi a exprimé son opposition aux mesures unilatérales qui violent le droit international et a exprimé le soutien de la Chine à la suggestion de Mahmoud Abbas de tenir une conférence internationale. Il a déclaré que la Chine était prête à jouer un rôle dans le processus de paix et à soutenir les efforts du Quatuor (Wafa, 20 juillet 2020).
    • Mahmoud Abbas s’est entretenu avec le Président égyptien al-Sissi, qui a déclaré que l’Égypte continuerait à investir dans les efforts pour parvenir à une paix basée sur la légitimité internationale et l’initiative de paix arabe (Wafa, 19 juillet 2020). Le jour après que Mahmoud Abbas s’est entretenu avec al-Sissi, Sameh Shoukry, le ministre égyptien des Affaires étrangères, est arrivé à Ramallah pour une visite officielle. Il a rencontré Mahmoud Abbas, qui a expliqué l’activité diplomatique de l’AP pour recruter un soutien international pour la position palestinienne. Shoukry a déclaré à Mahmoud Abbas que l’Égypte était opposée à toutes les décisions ou mesures unilatérales prises par Israël (Wafa, 20 juillet 2020).
Difficultés de fonctionnement de l’AP après la fin des contacts avec Israël
  • L’AP continue de ne pas avoir de contacts avec Israël, ce qui rend difficile le fonctionnement de l’AP, en particulier lorsqu’elle doit faire face à la propagation du coronavirus. Par exemple:
    • Kamal al-Shakhra, porte-parole du ministère palestinien de la Santé, a déclaré qu’en raison de la décision de Mahmoud Abbas de mettre fin aux accords avec Israël, les appareils de sécurité palestiniens ne pouvaient pas rejoindre les équipes médicales de la zone C (zones sous sécurité israélienne et contrôle civil) à moins qu’ils ne portent des vêtements civils.
    • Al-Shakhra a affirmé qu’Israël rendait difficile l’opération des médecins et des équipes médicales, et les a retardés et détenus. Par conséquent, les appareils de sécurité se sont rendus à divers endroits sans leur uniforme pour sécuriser les équipes médicales afin qu’elles puissent effectuer des tests. Il a également déclaré qu’il y avait des zones à Hébron qu’ils ne pouvaient pas atteindre et qu’il y avait donc de nombreuses personnes malades qui ne pouvaient pas être testées (Télévision palestinienne, 19 juillet 2020).
    • Mai al-Kayla, ministre de la Santé de l’Autorité Palestinienne, a signalé que 100 000 kits de test achetés sur le marché mondial se trouvaient actuellement à l’aéroport international Ben-Gurion. Elle a déclaré que le ministre de la Santé ne pouvait pas les faire entrer dans l’Autorité Palestinienne en raison de la cessation de la coopération en matière de sécurité avec Israël (Wafa, 15 juillet 2020).
    • Abdallah al-Theira, conseiller du Premier ministre de l’Autorité Palestinienne, a nié que l’Autorité Palestinienne avait reçu des recettes fiscales via un tiers ou un autre pays (Dunia al-Watan, 16 juillet 2020).
    • Qudri Abu Bakr, président de l’autorité pour les prisonniers et les prisonniers libérés, a déclaré qu’Israël avait toujours retardé le transfert des recettes fiscales parce que, a-t-il affirmé, le gouvernement Netanyahu avait posé un certain nombre de conditions pour le transfert des fonds, et l’une d’elles était un renouvellement de la coopération en matière de sécurité. Qudri Abu Bakr a insisté sur le fait que Mahmoud Abbas avait rejeté toutes les conditions d’Israël pour le transfert des fonds (Dunia al-Watan, 20 juillet 2020).
Manifestation conjointe Hamas-Fatah
  • Jibril Rajoub, secrétaire du Comité exécutif du Fatah, a déclaré que le Fatah et le Hamas avaient convenu d’organiser une manifestation conjointe dans la bande de Gaza dans un proche avenir. Il a dit que l’événement serait un “point historique” dans la formulation d’une position palestinienne déliée dans la lutte contre l’annexion et “l’accord du siècle”, et d’autres projets similaires. Ahmed Hiles, membre du Comité central du Fatah dans la bande de Gaza, est en charge de l’organisation de l’événement. Rajoub a déclaré que Mahmoud Abbas et d’autres personnalités de premier plan prononceraient des discours lors de l’événement (Wafa, 20 juillet 2020) Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas a déclaré qu’Isma’il Haniyeh prononcerait également un discours (al-Aqsa, 20 juillet 2020) [4].
Nomination d’un directeur général de la banque créée par l’AP
  • Lors de sa réunion hebdomadaire, le gouvernement de l’AP a nommé Bayan Qassem à la poste de directeur général de la banque gouvernementale de développement et d’investissement créée par l’Autorité Palestinienne. Elle fournira des services bancaires et de développement et gérera les dépenses et les revenus du gouvernement, et sera également la première banque numérique intégrée (Wafa, 20 juillet 2020[5]).

Bayan Qassem (Site Internet al-Iqtisadi, 21 juillet 2020)
Bayan Qassem
(Site Internet al-Iqtisadi, 21 juillet 2020)

  • Dans l’intervalle, le ministre israélien de la Défense, Benny Ganz, a prolongé les sanctions contre les banques palestiniennes détenant les comptes de terroristes palestiniens (Médias israéliens, 19 juillet 2020). Qudri Abu Bakr, président de l’autorité de l’Autorité palestinienne pour les prisonniers et les prisonniers libérés, a déclaré que Ganz avait franchi le pas sur la base des recommandations de sécurité, et qu’ils ne devraient pas conduire leurs affaires comme s’il rétractait définitivement la mesure. Il a déclaré qu’entre-temps, l’Autorité Palestinienne continuerait de payer les salaires des prisonniers et des prisonniers libérés via les banques palestiniennes (Dunia al-Watan, 20 juillet 2020).
Protestation de Palestiniens contre Google
  • Des rumeurs ont récemment couru autour des médias sociaux affirmant que Google avait supprimé le nom “Palestine” de ses cartes et que les cartes montraient les contours de la bande de Gaza et de la Cisjordanie, mais le nom lui-même était absent. La source des allégations était une publication virale sur Instagram du 15 juillet 2020, publiée par quelqu’un avec le nom d’utilisateur “Astagfirolah”, qui a accusé Google et Apple de “retrait officiel” de la “Palestine” de leurs cartes. En réponse, un porte-parole de Google a déclaré à l’Agence France-Presse qu’ils n’avaient récemment apporté aucun changement à leurs frontières ou territoires dans la région, et qu’ils n’avaient pas utilisé le nom “Palestine” sur les cartes dans le passé (AFP, 20 juillet 2020). Selon nous, les rumeurs auraient pu être lancées dans le cadre de la lutte des Palestiniens contre les projets israéliens d’annexer des territoires en Judée-Samarie. Malgré le démenti de Google, et malgré la source douteuse de la rumeur, de nombreux Palestiniens de haut rang ont protesté et expliqué les contre-mesures qu’ils avaient l’intention de prendre :
  • Riyad al-Maliki, ministre palestinien des Affaires étrangères, a condamné l’élimination de la “Palestine” des cartes, déclarant qu’ils poursuivraient Google et Apple en justice. Il a déclaré qu’ils travaillaient actuellement pour trouver une personnalité juridique internationale vers laquelle se tourner dans cette affaire (Amad, 17 juillet 2020).
  • Ishaq Sadr, le ministre palestinien des Communications et de l’Informatique, a déclaré que son ministère cherchait un nouveau moteur de recherche que l’AP pourrait utiliser à la place de Google. Il a déclaré que son ministère avait formulé un certain nombre de plans pour résoudre le problème, notamment en exerçant une pression sur Google et Apple via leurs serveurs, qui sont utilisés par des entreprises palestiniennes, et en utilisant des mesures juridiques.
  • Dhaz Daraghmeh, directeur des innovations au ministère palestinien des Communications et de l’Informatique, a déclaré que le gouvernement de l’Autorité Palestinienne avait décidé de boycotter tous les produits et plates-formes Google au niveau gouvernemental. Il a ajouté que le gouvernement travaillerait avec des partenaires locaux et des institutions privées pour trouver une alternative au moteur de recherche Google, en particulier à la lumière de la disponibilité d’alternatives russes, chinoises et turques, dont les moteurs de recherche et les sites Internet ne sont pas biaisés en faveur d’Israël et ne sont pas racistes à l’égard de leurs utilisateurs. Cependant, a-t-il déclaré, le ministère des Communications n’empêchera personne d’utiliser Google ou ses plateformes (Dunia al-Watan, 20 juillet 2020).


Caricature du Fatah publiée après les rumeurs de retrait de “Palestine” de Google maps
(Page Facebook officielle du Fatah, 19 juillet 2020)

[1] A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 20 juillet 2020 intitulé "COVID-19 numbers continue to surge in the Palestinian Authority, while the number of cases in the Gaza Strip remains low. (Updated to July 20, 2020)."
[2] Le "Comité suprême pour les affaires de Jérusalem" a été nommé par un décret de Mahmoud Abbas en 2005, et il est chargé de traiter et de surveiller toutes les questions concernant Jérusalem et le soutien aux résidents arabes de la ville. Le comité est directement subordonné à Mahmoud Abbas et au Comité exécutif de l'OLP.

[3] Une attaque significative est définie comme impliquant des tirs, une attaque au véhicule bélier, l'utilisation d'engins piégés ou un combinaison de ce qui précède. Les pierres et les cocktails Molotov lancés par les Palestiniens ne sont pas inclus.

[4] Lors d'une réunion avec des journalistes au Qatar, Isma'il Haniyeh a déclaré des contacts avait été lancés pour une réconciliation palestinienne interne et que, pour la première fois, le Fatah et le Hamas se rencontreraient directement et non par l'intermédiaire d'une tierce médiation. Il a dit que la réconciliation pourrait exister malgré leurs différentes visions du monde. Il a salué la déclaration de Mahmoud Abbas de revenir sur les accords signés avec Israël (Dunia al-Watan, 19 juillet 2020).

[5] A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 28 juin 2020 intitulé "The Palestinian Authority takes practical steps to set up a government bank to handle payments to prisoners and families of shaheeds."