Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (15-21 août 2018)

Tentatives de percer la barrière de sécurité durant la marche du retour (Page Facebook de l'autorité nationale suprême de la marche du retour, 17 août 2018)

Tentatives de percer la barrière de sécurité durant la marche du retour (Page Facebook de l'autorité nationale suprême de la marche du retour, 17 août 2018)

Foule palestinienne durant la marche du retour à l'Est de Gaza (17 août 2018) (Compte Twitter Palinfo, 17 août 2018).

Foule palestinienne durant la marche du retour à l'Est de Gaza (17 août 2018) (Compte Twitter Palinfo, 17 août 2018).

Incendie de pneus près de la barrière de sécurité.

Incendie de pneus près de la barrière de sécurité.

Ismail Haniyeh au camp du retour à l'Est de Gaza (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 17 août 2018)

Ismail Haniyeh au camp du retour à l'Est de Gaza (Page Facebook de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, 17 août 2018)

Yahya al-Sinwar participe à la marche du retour à l'Est de Khan Yunes.

Yahya al-Sinwar participe à la marche du retour à l'Est de Khan Yunes.

Discours de Mahmoud Abbas au conseil central de l'OLP (Page Facebook de Mahmoud Abbas, 15 août 2018)

Discours de Mahmoud Abbas au conseil central de l'OLP (Page Facebook de Mahmoud Abbas, 15 août 2018)

  • Au Caire, des entretiens ont eu lieu cette semaine avec la participation du Hamas, du Jihad Islamique Palestinien et de plusieurs petites organisations terroristes, dans le but de parvenir à un accord qui conduirait à la fin des violences dans la bande de Gaza. Les grandes lignes de l’arrangement sont basées sur les accords conclus à l’issue de l’Opération Bordure Protectrice (2914) et de l’Opération Pilier de Défense (2012). Il s’agit d’un accord minimaliste qui comprend la cessation des hostilités, l’ouverture des terminaux, l’agrandissement de la zone de pêche et l’introduction de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza. La délégation du Fatah n’a pas participé aux pourparlers en raison de l’opposition de principe de Mahmoud Abbas à tout accord qui ne serait pas conclu par le biais de l’Autorité Palestinienne.
  • Dans le même temps, la politique de violence du Hamas s’est poursuivie. Vendredi dernier, plusieurs Palestiniens ont fait irruption près de la barrière et ont pénétré en territoire israélien en réponse à la fermeture par Israël du terminal d’Erez, et une autre « marche du retour » devrait avoir lieu vendredi prochain. La poursuite des violences vise à faire pression sur Israël pour aider le Hamas à parvenir à un arrangement dans de meilleures conditions, mais elle comporte des risques de détérioration, même si le Hamas n’a aucun intérêt à le faire. 
  • En Judée-Samarie, une attaque à l’arme blanche a été commise par un résident arabe israélien d’Umm al-Fahm.
Tentatives de parvenir à une accalmie
  • Après plus de quatre mois et demi de frictions violentes près de la barrière et cinq séries d’escalade au cours desquelles plus de 600 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur Israël, des contacts sont en cours au Caire pour atteindre les grandes lignes d’un accord. Le Hamas, le Jihad Islamique Palestinien et des représentants d’autres organisations terroristes participent à ces contacts. Le Fatah a refusé d’envoyer des représentants en Égypte en raison de la ferme opposition de Mahmoud Abbas à tout accord qui ne serait pas conclu par le biais de l’Autorité Palestinienne.
  • Les déclarations du Hamas et du JIP montrent que les grandes lignes discutées comprennent un cessez-le sur la base des accords et ententes, atteints à la fin de l’Opération Bordure Protectrice (2014) et de l’Opération Pilier de Défense (2012). Les éléments qui sont apparus dans ces accords et ententes comprennent une cessation des hostilités, l’ouverture des terminaux au passage des personnes et des biens, l’augmentation de la zone de pêche et de l’aide humanitaire à Gaza. Tous ces éléments sont des sections minimalistes, très éloignées des atteintes du Hamas et d’Israël, mais leur avantage est qu’ils peuvent être appliqués dans la pratique facilement et sur un temps relativement court (l’ouverture de Kerem Shalom et l’expansion de la zone de pêche ont été réalisées de toute façon par Israël). Les discussions en Egypte ont été interrompues pour l’Aïd Al-Adha et reprendront Immédiatement après la fête.
  • Dans une interview, Mahmoud al-Zahar, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré que les pourparlers ont lieu sur deux voies parallèles face aux responsables égyptiens et à l’ONU que les deux traitent de l’accalmie et de la réconciliation concernant le « siège » de la bande de Gaza. Il a ajouté que des progrès ont été accomplis dans les discussions sur le droit des Palestiniens pour le passage en toute sécurité dans la bande Gaza. Il a affirmé que le Hamas se concentrait actuellement sur l’ouverture d’une voie maritime civile entre Gaza et le côté turc de Chypre pour le commerce et le trafic. Al-Zahar a ajouté que les discussions qui ont lieu sur la question de l’échange de prisonniers sont complètement séparés des discussions sur la trêve et que le Hamas poserait cette question a ses propres conditions et permettra de progresser sur le sujet seulement après que les termes en seront autorisés (Al-Khaleej Online, 19 août 2018).
Position de l’AP et du Fatah
  • L’Autorité Palestinienne et le Fatah s’opposent à tout accord conclu avec le Hamas sans la participation de l’Autorité Palestinienne et sans réconciliation palestinienne interne. Des sources palestiniennes ont indiqué qu’il y avait beaucoup de tension entre l’AP et l’Egypte (Al-Hayat, 18 août 2018). Ci-après des déclarations de hauts responsables de l’AP et du Fatah sur le sujet :
    • Dans un discours prononcé lors de la séance d’ouverture du Conseil central de l’OLP, Mahmoud Abbas a déclaré que la réconciliation ne serait « que sous un gouvernement, une loi et une arme légitime » (Page Facebook de Mahmoud Abbas, 15 août 2018).
    • Saeb Erekat, secrétaire du comité exécutif de l’OLP, a déclaré que la trêve avec Israël sans la participation de l’OLP vise à éliminer le projet national palestinien (Dina Al-Watan, 18 août 2018). Dans une autre déclaration, Erekat a déclaré qu’il n’y aurait pas d’Etat palestinien à Gaza et qu’aucun Etat palestinien ne serait établi sans Gaza et sans une seule arme légitime et un seul organe directeur (Télévision palestinienne, 19 août 2018). Erekat a également dit que la plus grande objection à un terme de cessez-le entre Israël et le Hamas est due au fait qu’un tel accord pourrait être un précédent par lequel les organisations en Judée-Samarie pourraient théoriquement parvenir à un accord avec Israël et diviser les territoires palestiniens contrôlés par l’AP. Dans le même temps, il a expliqué que le calme dans la bande de Gaza était un besoin national soutenu par l’Autorité Palestinienne (Télévision Al-Arabiya, 19 août 2018).
    • Le porte-parole du Fatah, Oussama al-Qawasmi, a déclaré que l’OLP est le seul parti à résoudre les problèmes humanitaires dans la bande de Gaza, en Judée-Samarie et en particulier à Jérusalem. Al-Qawasmi a également souligné qu’un cessez-le-feu (« Hudna ») est un problème national et non un problème sous les auspices d’organisations vouées à réaliser les projets d’Israël et des Etats-Unis (Wafa, 18 août 2018).
 Caricature publiée par le Hamas critiquant l'opposition d'Abbas aux tentatives d'accord dans la bande de Gaza sous auspice de l'Egypte.    Caricature publiée par le Hamas critiquant l'opposition d'Abbas aux tentatives d'accord dans la bande de Gaza sous auspice de l'Egypte.
Caricature publiée par le Hamas critiquant l’opposition d’Abbas aux tentatives d’accord dans la bande de Gaza sous auspice de l’Egypte. Droite : « L’accalmie en Judée-Samarie ». Gauche : Abbas représenté en génie sortant d’une lampe sur laquelle il est écrit « La coordination sécuritaire ». Abbas dit « Nous n’accepterons aucune accalmie avec l’occupation de Gaza » (Compte Twitter Palinfo, 16 août 2018)
La marche du retour
  • Le vendredi 17 août 2018, a eu lieu la 21ème marche sous le titre « Révolutionnaires pour Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa ». Des milliers de Palestiniens se sont rassemblés le long de la barrière, la plupart au fond de la zone. Pendant les manifestations, les violences se sont poursuivies, avec notamment des lancers d’engins explosifs improvisés et de cocktails Molotov sur les forces de Tsahal. Plusieurs Palestiniens ont traversé la barrière avant de faire demi-tour (Porte-parole de Tsahal, 17 août 2018). Les Palestiniens ont rapporté qu’une force de Tsahal a tiré sur deux manifestants qui ont saboté la barrière de sécurité près de Nahal Oz, dont l’un a été grièvement blessé (Page Facebook Red Alert, 17 août 2018).
Tentatives de percer la barrière de sécurité durant la marche du retour (Page Facebook de l'autorité nationale suprême de la marche du retour, 17 août 2018)    Tentatives de percer la barrière de sécurité durant la marche du retour (Page Facebook de l'autorité nationale suprême de la marche du retour, 17 août 2018)
Tentatives de percer la barrière de sécurité durant la marche du retour (Page Facebook de l’autorité nationale suprême de la marche du retour, 17 août 2018)
  • Le dirigeant du Hamas Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, a visité le « camp du retour » à l’Est de Gaza, accompagné de Yahya al-Sinwar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza et de Fatah al-Hamad, haut responsable du Hamas (Page Facebook de l’autorité suprême nationale de la marche du retour, 17 août 2018).
  • Le ministère de la Santé de la bande de Gaza a signalé deux morts et 270 blessés (Agence de presse Ma’an, 17 août 2018). Le Haut Comité de la marche du retour a annoncé que la prochaine marche se tiendrait sous le titre « Appréciation aux équipes médicales et aux journalistes ».
  • En réaction aux événements violents survenus au cours de la marche de vendredi, Israël a partiellement fermé le terminal d’Erez et n’autorise que le passage de cas humanitaires. Il semble que la fermeture du d’Erez a été effectué selon l’évaluation selon laquelle elle n’aura pas d’impact significatif sur la vie quotidienne à Gaza contrairement à la fermeture du terminal de Kerem Shalom, qui pourrait avoir des conséquences plus graves, selon nous, par souci de contribuer au calme et de permettre des progrès dans les négociations.
Tirs de roquettes et d’obus de mortier
  • Cette semaine, aucun tir de roquette ni d’obus de mortier n’a été identifié en territoire israélien.
Tirs de roquettes et d’obus de mortier des dernières séries d’escalade[1]

Tirs de roquettes et d'obus de mortier des dernières séries d'escalade
Les nombres des mois de Mai-Juin-Juillet 2018 montrent le nombre minimal de roquettes et d’obus de mortier. Nous ne pouvons pas faire la distinction entre les roquettes et les obus de mortier.

Tirs de roquettes et d’obus de mortier de l’année écoulée

Tirs de roquettes et d'obus de mortier de l'année écoulée

Répartition annuelle des tirs

Répartition annuelle des tirs

Le terrorisme incendiaire
  • Le terrorisme incendiaire se poursuit, mais le nombre de ballons et de cerfs-volants incendiaires lancés en Israël a considérablement diminué. Le 19 août 2018, trois casernes de pompiers situées à proximité des communautés de Gaza se sont développées à la suite du lancement de cocktails Molotov de la bande de Gaza dans la région de Beeri et Erez (Bureau de lutte contre les incendies, 19 août 2018).

Incendie de forêt dans la localité de Beeri suite au lancer d'un ballon incendiaire de la bande de Gaza (Compte Twitter Palinfo, 17 août 2018)
Incendie de forêt dans la localité de Beeri suite au lancer d’un ballon incendiaire de la bande de Gaza (Compte Twitter Palinfo, 17 août 2018)

Autres incidents
  • Le 20 août 2018, un Palestinien armé s’est approché de la barrière de sécurité dans le Nord de la bande de Gaza et a tiré à bout portant sur une force de Tsahal effectuant des opérations de routine près de la clôture. Il a été tué (Haaretz, 20 août 2018). Un membre de la famille al-Majdalawi a déclaré que le défunt était Hani Muhammad Odeh al-Majdalawi, 24 ans, du camp de réfugiés de Jabaliya (Agence de presse Ma’an, 21 août 2018).


Hani Muhammad Odeh al-Majdalawi, 24 ans, du camp de réfugiés de Jabaliya (Agence de presse Ma’an, 21 août 2018).

Attaque à l’arme blanche à Jérusalem
  • Le 17 août 2018, dans l’après-midi, un fidèle musulman a quitté le Mont du Temple, rue Hagai, près de la porte de Damas à Jérusalem. Il a rencontré une équipe de policiers en poste à cet endroit, s’est approché de l’un d’eux et a essayé de les poignarder avec un couteau qu’il tenait à la main. Il a été abattu. La police a bloqué toutes les allées du secteur et a fouillé le secteur. Tous les fidèles ont été évacués du Mont du Temple. Le terroriste à l’arme blanche est Ahmad Muhammad Mahameed, 30 ans, arabe israélien d’Umm al-Fahm.
Incidents sur le terrain
  • Les forces de sécurité israéliennes ont poursuivi leurs activités antiterroristes dans toute la Judée-Samarie, détenant des Palestiniens soupçonnés d’activités terroristes et saisissant des armes improvisées et de l’argent destiné à financer le terrorisme.
  • Près du camp de réfugiés de Shuafat, la police des frontières a arrêté un Palestinien soupçonné d’avoir reçu 30 000 shekels de la bande de Gaza pour son frère, un activiste du Hamas, qui purge une peine de prison dans une prison israélienne. Le Palestinien a été arrêté pour interrogatoire (Page Facebook Red Alert, 20 août 2018).
  • Au cours de la semaine, les Palestiniens ont signalé au moins deux incidents au cours desquels des pierres ont été lancées sur des véhicules circulant près d’Yitzhar (au Sud de Naplouse) et de Beit Umar (au Nord de Hébron). Un pare-brise de voiture d’un habitant du village de Huwwara a été visé et il a été blessé par des éclats d’obus (Page Facebook Red Alert, 19 août 2018).
Principales attaques de l’année écoulée en Judée-Samarie [2]

Principales attaques de l'année écoulée en Judée-Samarie

La situation aux terminaux

Les terminaux d’Israël

  • Le 15 août 2018, le ministre de la Défense Avigdor Lieberman a annoncé la réouverture du terminal de Kerem Shalom ainsi que l’augmentation du territoire de pêche de la bande de Gaza à neuf miles (Ynet, 15 août 2018.) En revanche, en réponse aux violences manifestées lors de la marche de vendredi, Israël a partiellement fermé le terminal d’Erez, permettant seulement le passage des cas humanitaires (voir ci-dessus).

Le terminal de Rafah

  • Le passage de Rafah a été fermé le 20 août 2018 pendant six jours à l’occasion de la fête de l’Aïd al-Adha. Avant la fermeture du terminal, les Égyptiens ont autorisé le passage de camions transportant des marchandises, du gaz, du diesel et du carburant dans la bande de Gaza. Environ un millier de civils sont rentrés dans la bande de Gaza, dont 49 responsables d’organisations palestiniennes qui ont participé aux pourparlers du Caire, parmi lesquels la délégation du Hamas dirigée par Rawhi Mashtaa et Khalil al-Hayah, la délégation du Jihad Islamique Palestinien dirigée par Khaled al-Batash et le Front Populaire de Libération de la Palestine et le Front Démocratique (Al-Masrawi, 20 août 2018).

Ouverture de l’année scolaire

  • Le ministère de l’Education de la bande de Gaza a achevé ses préparatifs pour la nouvelle année scolaire qui s’ouvrira dans la bande de Gaza le 29 août. Le ministère a indiqué que neuf nouvelles écoles ont été inaugurées et que 24 écoles supplémentaires seront construites au cours de l’année à venir. Il a ajouté que 32 écoles avaient installé un système d’énergie solaire. Selon les données du ministère, environ 267 000 élèves du CP à la Terminale retourneront à l’école et le ministère de l’Éducation a noté que le programme des écoles secondaires avait été modifié et que de nouveaux manuels avaient été imprimés cette année (Filastin Online, 14 août 2018).
  • Lors d’une réunion à Amman, le commissaire général de l’UNRWA, Pierre Krynbull, a déclaré que malgré les problèmes financiers, l’année scolaire de l’UNRWA s’ouvrirait en Judée-Samarie, à Jérusalem, dans la bande de Gaza et dans la diaspora. Cependant, les fonds de l’UNRWA sont suffisants pour gérer les activités d’ici la fin du mois prochain seulement, ce qui signifie que les écoles ouvriront leurs portes pour un mois. Il a appelé les donateurs à continuer d’appuyer le budget de l’UNRWA pour combler le déficit de 217 millions de dollars et assurer les activités scolaires jusqu’à la fin de l’année (Jordan Times, 16 août 2018). 
Réunion du conseil central de l’OLP
  • Le 15 août 2018, le Conseil central de l’OLP (154 membres) s’est réuni pour une session spéciale intitulée « Transition de l’autorité à l’État ». Le but de la conférence était d’essayer de faire appliquer les décisions prises durant la précédente réunion du conseil, il y a quatre mois (30 avril 2018). Selon Jibril Rajoub, secrétaire du Comité central du Fatah, la conférence était un point de départ pour la construction d’une « stratégie nationale » par laquelle les Palestiniens pourront faire face au « deal du siècle » et contrecarrer les tentatives de nuire à la question palestinienne (Télévision palestinienne, 13 août 2018).

Discours de Mahmoud Abbas au conseil central de l'OLP (Page Facebook de Mahmoud Abbas, 15 août 2018)
Discours de Mahmoud Abbas au conseil central de l’OLP (Page Facebook de Mahmoud Abbas, 15 août 2018)

  • Le Front Populaire de Libération de la Palestine, le Front Démocratique, le Jihad Islamique Palestinien et le Hamas ont boycotté la conférence, de sorte que la plupart des représentants qui ont participé à la conférence étaient des membres du Fatah. Lors de la séance d’ouverture, Abbas a prononcé un discours dans lequel il a souligné que « même si nous coupons nos corps, nous continuerons à payer les familles des chahids et des prisonniers« . Dans son discours, Abbas a également déclaré que la réconciliation avec le Hamas ne serait que sous un seul gouvernement, une loi et une arme légitime (Page Facebook d’Abu Mazen, 15 août 2018).
  • Le 18 août 2018, à la clôture de la réunion du Conseil, plusieurs résolutions ont été annoncées :
    • Redéfinir les relations avec Israël. Le Conseil a souligné que les relations entre le peuple palestinien et Israël reposaient sur une lutte entre un peuple et son État occupé et une puissance occupante. Le Conseil a approuvé la décision d’arrêter la coordination de la sécurité avec Israël sous toutes ses formes et la séparation économique d’Israël, qui sera progressivement mise en œuvre.
    • Opposition à « l’affaire du siècle ». Les membres du conseil ont clairement indiqué qu’ils refuseraient d’accepter ‘l’accord du siècle’ ou toute solution incluant des frontières temporaires ou une séparation souveraine entre la bande de Gaza et la Judée-Samarie.
    • Selon Saeb Erekat, secrétaire du comité exécutif de l’OLP, des décisions ont été prises concernant la soumission d’une requête officielle à la Cour pénale internationale sur la question des prisonniers, la bande de Gaza, Jérusalem et la construction dans les implantations (Télévision palestinienne, 19 août 2018).

La salle de réunion du conseil central de l'OLP dans la Muqaata à Ramallah. La participation semble faible (Chaîne Youtube de la télévision palestinienne, 18 août 2018)
La salle de réunion du conseil central de l’OLP dans la Muqaata à Ramallah. La participation semble faible (Chaîne Youtube de la télévision palestinienne, 18 août 2018)

Nouvelle flottille de navires de la bande de Gaza
  • Le 18 août 2018, un jour après la marche, une autre flottille de la bande de Gaza a été organisée à la frontière avec Israël avec la participation d’une quarantaine de bateaux. La flottille est retournée à Gaza à la suite des tirs d’avertissement de l’armée israélienne. Son objectif était de à « préserver l’existence du blocus naval dans l’opinion publique internationale et arabe, renforçant ainsi la demande du Hamas de lever le blocus ». Un porte-parole de la flottille a déclaré que l’activité navale aurait lieu chaque semaine et qu’ils « surprendraient » « l’occupation israélienne » par des activités similaires (Télévision Al-Aqsa, 19 août 2018).
  • Mahmoud Mas’ud, porte-parole de l’Organisation nationale pour la levée du siège et la réhabilitation, a déclaré que la flottille était la continuation de l’activité navale et le message clair que tant que l’occupation existait, il y avait une « résistance ». Il a noté qu’Israël se rend facilement après de telles flottilles, et la preuve est qu’après la première flottille, il a permis aux pêcheurs de Gaza de pêcher jusqu’à neuf milles plus loin, ce qui était interdit auparavant. Il a souligné que tant qu’il y aurait un siège, l’opération se poursuivrait mais il n’a pas répondu si la flottille aurait lieu chaque semaine (Télévision Al-Aqsa, 18 août 2018).


La flottille vers la frontière entre Israël et le Nord de la bande de Gaza (Compte Twitter Palinfo, 18 août 2018)

[1] Les statistiques ne comprennent pas les tirs de roquettes dans la bande de Gaza .
[2] Les principales attaques comprennent des fusillades, des attaques à l'arme blanche, des attaques à la voiture bélier et des poses d'engins piégés. Les tirs de pierres et de cocktails Molotov ne sont pas compris.