L’Etat islamique appelle à attaquer les ambassades et les diplomates des “pays infidèles”

Aperçu général

L’hebdomadaire al-Nabā’ de l’Etat islamique a publié un éditorial sur les leçons à tirer de l’attaque de l’ambassade d’Irak à Kaboul en Afghanistan (30 juillet 2017), qualifiée “d’action de haute qualité.” Selon l’éditorial, l’attaque des ambassades et du personnel diplomatique est l’un des moyens les moins chers et les plus efficaces pour faire pression sur les gouvernements infidèles. L’État islamique considère ces attaques comme très importantes et encourage les musulmans dans tous les pays à attaquer les ambassades ou à tuer le personnel et à les prendre en otage. Le fait de tuer des membres du personnel diplomatique en poste dans les pays étrangers est préférable à la mort de dizaines de civils dans leur propre pays, parce que l’effet est plus grand. L’éditorial a appelé les musulmans à prendre l’initiative et à attaquer les ambassades et le personnel diplomatique des “pays infidèles” (al-Nabā’, 3 août 2017).

L'éditorial, intitulé "La guerre des ambassades [impose] la peur et la douleur aux pays infidèles" (al-Nabā", numéro 92, 3 août 2017)
L’éditorial, intitulé “La guerre des ambassades [impose] la peur et la douleur aux pays infidèles” (al-Nabā”, numéro 92, 3 août 2017)

  • L’appel à attaquer des ambassades étrangères s’explique par les récentes défaites de l’Etat islamique en Irak et en Syrie, et notamment la perte de Mossoul, la capitale du califat. Suite à son affaiblissement, l’organisation appelle à attaquer des ambassades étrangères et des diplomates des pays infidèles, encourageant ses membres et ses sympathisants à travers le monde à commettre des attentats dans leur propre pays à l’appui de l’État islamique. L’organisation considère l’attaque de l’ambassade d’Irak à Kaboul comme “une action de haute qualité,” et exhorte ses partisans à effectuer le même type d’attaque là où ils vivent. Selon nous, les partisans de l’organisation devraient tenter d’obéir à l’appel.
Principaux points de l’article appelant à attaquer les ambassades
  • L’éditorial paru dans l’hebdomadaire al-Nabā’ de l’Etat islamique était intitulé “La guerre des ambassades : la plus grande [cause de] peur et de douleur pour les pays infidèles.” Il a été publié le 3 août 2017, trois jours après avoir l’attaque contre l’ambassade d’Irak à Kaboul (la première attaque d’une ambassade étrangère revendiquée par l’Etat islamique). Remarque : Pour le texte en arabe de l’éditorial, voir l’annexe.
  • Selon l’éditorial, l’attaque contre l’ambassade d’Irak n’est pas la première du genre, mais est un rappel de l’importance et de l’efficacité de telles attaques, qui sont des “coups douloureux” pour les ennemis de l’Etat islamique. L’article cite plusieurs raisons justifiant de réaliser de telles attaques :
    • Les ambassades et les représentations étrangères sont en fait des miniatures de leurs propres gouvernements et ont une fonction importante dans la promotion et la réalisation de la vie politique, économique et des intérêts stratégiques des gouvernements qu’elles représentent.
    • Les ambassades étrangères sont des centres d’espionnage, de collecte d’informations et d’organisation d’opérations contre les ennemis et les opposants. Elles servent également de base pour les ressortissants étrangers qui se rendent dans d’autres pays.
    • Le fait d’attaquer les ambassades et leur personnel diplomatique est l’une des méthodes les plus efficaces pour faire pression sur les gouvernements avec un investissement relativement faible. Les attaques terroristes contre les ambassades embarrassent les gouvernements et montrent qu’ils ne peuvent pas protéger leurs citoyens.
    • S’attaquer à une ambassade dans un pays étranger provoque une grande souffrance, plus que la mort de dizaines de personnes. La frappe est plus douloureuse pour les gouvernements que de s’attaquer aux installations sécuritaires et/ou militaires dans leur propre pays.
  • Pour ces raisons, l’État islamique considère les ambassades et ceux qui y travaillent comme des cibles privilégiées. Il encourage donc tous les musulmans à travers le monde à frapper les ambassades et leur personnel en les tuant ou en les prenant en otage. En outre, selon al-Nabā’, toute personne qui veut mener le jihad et ne peut, pour quelque raison que ce soit, quitter son pays, n’aura pas de mal à localiser les étrangers là où il vit et à les attaquer, effectuant ainsi son devoir du jihad. Dans ce cas, l’organisation met l’accent sur les ambassades et les diplomates pour accroître la publicité autour de ses attaques (parallèlement aux attaques à l’arme blanche et à la voiture bélier, que ses partisans ont été encouragés à réaliser dans leur propre pays).
Attaque contre l’ambassade d’Irak à Kaboul en Afghanistan
  • Le 31 juillet 2017, l’ambassade d’Irak, située dans le quartier des ambassades dans le Centre de Kaboul, a été attaquée. Le ministère afghan de l’Intérieur a signalé que quatre terroristes étaient impliqués dans l’attaque. L’attaque a commencé lorsqu’un terroriste s’est fait exploser près d’une porte d’entrée, ce qui a permis aux autres terroristes d’entrer dans l’ambassade, où ils ont commencé à tirer sans discernement. Selon le ministère de l’Intérieur, les forces de police ont encerclé la zone et extrait le personnel de l’ambassade indemne (Site Internet du ministère afghan de l’Intérieur, 31 juillet 2017).

La scène de l'attaque (Ministère afghan de l'Intérieur, 31 juillet 2017)La scène de l’attaque (Ministère afghan de l’Intérieur, 31 juillet 2017)

  • La Province du Khorasan de l’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’attaque. Selon une annonce, deux membres de l’organisation Abu Jalabib le Khorasan et Abu Talha al Balkhi ont effectué un double attentat suicide à l’ambassade d’Irak. Ils ont attaqué l’ambassade avec des ceintures explosives et étaient armés de mitrailleuses et de grenades. Un terroriste s’est fait exploser près du poste de garde et l’autre a ouvert le feu sur le personnel de l’ambassade, à l’intérieur du bâtiment. Selon l’organisation, sept agents de sécurité ont été tués à l’extérieur de l’immeuble de l’ambassade et plus de 20 personnes à l’intérieur (Haq, 31 juillet 2017).
La scène de l'attaque (Al-Sumaria, 31 juillet 2017)    Membres de l'Etat islamique auteurs de l'attaque de l'ambassade irakienne à Kaboul (Haqq, 31 juillet 2017).
Droite : Membres de l’Etat islamique auteurs de l’attaque de l’ambassade irakienne à Kaboul (Haqq, 31 juillet 2017).
Gauche : La scène de l’attaque (Al-Sumaria, 31 juillet 2017)
  • Ce n’est pas la première fois qu’une ambassade étrangère à Kaboul est attaquée. Le 31 mai 2017, un camion-citerne rempli d’explosifs a explosé dans le quartier diplomatique, tuant plus de 90 personnes et en blessant 463, dont 11 américains (Reuters, 31 mai 2017). Un porte-parole de la police de Kaboul a déclaré que l’explosion a eu lieu près de l’ambassade d’Allemagne. Un garde de sécurité afghan de l’ambassade a été tué et plusieurs membres du personnel ont été blessés. Le bâtiment abritant les ambassades des Émirats arabes unis et de l’Egypte a également été endommagé. Les Taliban ont nié tout lien avec l’attaque (Arabie saoudite news et Afghanistan Times, 31 mai 2017). Selon un certain nombre de rapports dans les médias arabes, l’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’attaque. Le rôle de l’organisation dans l’attaque n’a pas encore été confirmé.
Annexe
Editorial du magazine al-Nabā’
La guerre des ambassades [impose] une grande peur et douleur aux pays infidèles

La guerre des ambassades [impose] une grande peur et douleur aux pays infidèles