Célébrations de l’anniversaire de la fondation du Fatah dans les universités et collèges de Judée-Samarie en glorifiant les chahids et en encourageant le terrorisme

Défilé d'étudiants masqués (Page Facebook du mouvement étudiant du Fatah à l'Université de Bir Zeit, 3 janvier 2018)

Défilé d'étudiants masqués (Page Facebook du mouvement étudiant du Fatah à l'Université de Bir Zeit, 3 janvier 2018)

Aperçu général
  • Le 1er janvier 2018 a marqué le 53ème anniversaire de la fondation du Fatah. Diverses manifestations ont eu lieu en Judée-Samarie et dans la bande de Gaza à cette occasion. Les universités et collèges de Judée-Samarie ont également célébrer l’occasion par des événements qui ont été organisés par les mouvements étudiants du Fatah, avec des défilés, des manifestations et des expositions.
  • Les photos ci-dessous présentent les activités organisées à l’Université de Bir Zeit, l’un des plus importants établissements d’enseignement supérieur de l’Autorité Palestinienne (AP). Bon nombre de ses diplômés occupent des postes au sein de la direction palestinienne en Judée-Samarie, dont au sein du Fatah et du Hamas (par exemple, Marwan Barghouti du Fatah et Yahya Ayash du Hamas). Ce bulletin comprend aussi des photos d’un événement organisé au Collège universitaire des sciences de l’éducation à Ramallah (où la prochaine génération de professeurs de l’AP étudie).
  • Le Fatah, sur lequel l’AP est fondée, a utilisé dans ses célébrations commémorant son anniversaire divers thèmes dont la glorification des chahids morts dans des attentats suicide et des actes « d’autosacrifice »[1] et l’incitation à commettre des attaques. Ces thèmes sont un autre exemple de la profondeur de la « culture des chahids » à laquelle des générations de jeunes Palestiniens sont éduqués. La « culture des chahids » est également prônée par les responsables de l’AP et du Fatah et pas seulement par des organisations terroristes comme le Hamas. [2]

Les adolescents et les étudiants, groupes cibles des messages du Fatah dans les établissements universitaires, sont ceux qui au cours des dernières années ont mené les émeutes contre les forces de sécurité israéliennes et qui forment le noyau dur des auteurs d’activités terroristes (dans le cadre du terrorisme populaire palestinien, qualifié par l’Autorité Palestinienne de « résistance populaire »). La tenue des événements militaires dans les établissements vise à encourager des attaques suicide et prouve que les attaques commises contre Israël sont légitimes et souhaitables, contrairement aux « messages de paix » envoyés à la communauté internationale. [3]

La cérémonie à l’Université de Bir Zeit
  • Le 3 janvier 2018, les Chabiba du Fatah, le mouvement étudiant de l’organisation à l’Université de Bir-Zeit ont organisé une cérémonie marquant l’anniversaire de la fondation du mouvement. Les Chabiba ont publié de nombreuses photos de l’événement sur leur page Facebook, avec notamment un défilé d‘étudiants masqués tenant des drapeaux du Fatah, certains en uniforme et revêtus de gilets pare-balles. A l’arrière de la veste on pouvait lire en arabe : « Unités du chahid Ra’ed al-Karmi. » [4]Certains des manifestants étaient habillés comme des terroristes suicide, vêtus de blanc et de ceintures explosives, et tenant des exemplaires du Coran (Page Facebook du mouvement étudiant du Fatah à l’Université de Bir Zeit, 3 janvier 2018).
 Individus masqués portant des ceintures explosives et des habits blancs, arborant un exemplaire du Coran (Page Facebook du mouvement étudiant du Fatah à l'Université de Bir Zeit, 3 janvier 2018)   Individus masqués portant des ceintures explosives et des habits blancs, arborant un exemplaire du Coran (Page Facebook du mouvement étudiant du Fatah à l'Université de Bir Zeit, 3 janvier 2018)
Individus masqués portant des ceintures explosives et des habits blancs, arborant un exemplaire du Coran (Page Facebook du mouvement étudiant du Fatah à l’Université de Bir Zeit, 3 janvier 2018)
  • L’un des événements était une scène avec des élèves faisant semblant d’être « des soldats de Tsahal » tirant sur des Palestiniens. Plus tard, des « funérailles » ont été organisées pour un manifestant « tué par Tsahal » (Page Facebook du mouvement étudiant du Fatah à l’Université de Bir Zeit, 3 janvier 2018).
  • Au cours de la cérémonie, des affiches ont été arborées, prétendant que Jérusalem est palestinienne et appelant à faire preuve de solidarité avec les prisonniers. Il y avait également des affiches avec des photos de Yasser Arafat et sa citation célèbre, « Un million de chahids marchent sur Jérusalem, » ainsi que des pancartes avec des photos de Yusuf al-Shaib, le coordinateur des activités étudiantes du Fatah à l’Université de Bir Zeit, arrêté par Tsahal le 16 décembre 2017.
 Photo de Yasser Arafat. En arabe on peut lire : "Un million de chahids marchent sur Jérusalem" (Page Facebook du mouvement étudiant du Fatah à l'Université de Bir Zeit, 3 janvier 2018)   Photo de Yusuf al-Shaib, coordinateur des activités étudiantes du Fatah à l'Université de Bir Zeit, arrêté par Tsahal le 16 décembre 2017.
Pancartes brandies durant la manifestation. Droite : Photo de Yusuf al-Shaib, coordinateur des activités étudiantes du Fatah à l’Université de Bir Zeit, arrêté par Tsahal le 16 décembre 2017. Gauche : Photo de Yasser Arafat. En arabe on peut lire : « Un million de chahids marchent sur Jérusalem » (Page Facebook du mouvement étudiant du Fatah à l’Université de Bir Zeit, 3 janvier 2018)

Photos de Yasser Arafat (à droite), et George Habash (gauche) le fondateur du Front Populaire de Libération de la Palestine. En arabe on peut lire : "Pas de paix, ni de coexistence pacifique avec le sionisme" (Page Facebook du mouvement étudiant du Fatah à l'Université de Bir Zeit, 3 janvier 2018)
Photos de Yasser Arafat (à droite), et George Habash (gauche) le fondateur du Front Populaire de Libération de la Palestine. En arabe on peut lire :
« Pas de paix, ni de coexistence pacifique avec le sionisme » (Page Facebook du mouvement étudiant du Fatah à l’Université de Bir Zeit, 3 janvier 2018)

Le Collège universitaire des sciences de l’Education à Ramallah
  •  Le 4 janvier 2018, le mouvement étudiant du Fatah et l’association étudiante du Collège universitaire des sciences de l’éducation à Ramallah ont organisé un défilé militaire pour marquer le 53ème anniversaire de la fondation du Fatah. Le Collège est responsable de l’éducation de la prochaine génération d’enseignants palestiniens. Les étudiants portaient des masques, des uniformes militaires et des gilets pare-balles. Les photos de l’événement ont été publiées sur la page Facebook officielle du Fatah.
 Défilé militaire du Fatah au Collège universitaire des sciences de l'éducation à Ramallah (Page Facebook officielle du Fatah, 4 janvier 2018)   Défilé militaire du Fatah au Collège universitaire des sciences de l'éducation à Ramallah (Page Facebook officielle du Fatah, 4 janvier 2018)
Défilé militaire du Fatah au Collège universitaire des sciences de l’éducation à Ramallah (Page Facebook officielle du Fatah, 4 janvier 2018)

[1] A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 4 janvier 2018 intitulé "The culture of Palestinian Shaheeds."
[2] Le terrorisme populaire est légitimé par le Fatah et l'Autorité Palestinienne, et a été de nouveau autorisé par la Septième Conférence du Fatah à Ramallah (29 novembre - 4 décembre 2016).
[3] Lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, Mahmoud Abbas a déclaré, "nous éduquons nes enfants, nos descendants et nos fils, à une culture de la paix" (Wafa, 3 mai 2017).
[4] Ra'ed al-Karmi était un membre du Fatah de la région de Tulkarem. Il a été impliqué dans la planification et l'exécution de dizaines d'attentats terroristes dans laquelle de nombreux Israéliens ont été tués et blessés. Il était sous le commandement direct de Marwan Barghouti, et a été condamné à cinq années consécutives d'emprisonnement à vie pour le meurtre prémédité de cinq personnes. Ra'ed al-Karmi a été tué le 14 janvier 2002, pendant la deuxième intifada. Israël a été accusé par les Palestiniens d'être responsable de sa mort. Après sa mort, Marwan Barghouti a été directement impliqué dans une attaque terroriste à sa mémoire, dans laquelle un civil israélien a été tué sur la route reliant Jérusalem à Modi'in (15 janvier 2002).