Turquie

Pleins feux sur le jihad mondial (9-15 janvier 2020)

Le 12 janvier 2020, un cessez-le-feu conclu entre la Turquie et la Russie est entré en vigueur dans la région d'Idlib. Même après la déclaration du cessez-le-feu (13 et 14 janvier 2020), les frictions militaires se sont poursuivies entre le Siège de Libération d'Al-Sham et les forces syriennes. Selon nous, il est très douteux que le cessez-le-feu survivra longtemps parce que les forces combattantes sur le terrain n'ont aucun intérêt réel à le maintenir dans le temps. Lors d'un sommet à Moscou, organisé par des responsables du renseignement de Russie, de Syrie et de Turquie, le représentant syrien Ali Mamlouk a déclaré que la Syrie était déterminée à continuer de lutter contre le "terrorisme" jusqu'à la libération de toute la région d'Idlib et l'application de la souveraineté syrienne dans ce pays.
Lire la suite...

Pleins feux sur le jihad mondial (26 décembre 2019 – 1er janvier 2020)

L'attaque de l'armée syrienne contre le Siège de Libération d'Al-Sham et d'autres organisations rebelles, qui a commencé le 20 décembre 2019, s'est affaiblie cette semaine et s'est terminée (temporairement) le 26 décembre 2019. Les forces de l'armée syrienne sont maintenant déployées à la périphérie de la ville de Maarat Nu'man, au Sud d'Idlib, et se préparent à la reprendre. Selon nous, les raisons de l'échec de l'armée syrienne à avancer étaient le temps orageux et peut-être aussi l'intervention russe à la suite de l'activité politique de la Turquie, qui estimait que ses intérêts étaient compromis par l'avance de l'armée syrienne vers Idlib.
Lire la suite...

Pleins feux sur le jihad mondial (7-13 novembre 2019)

Environ deux semaines après la mort du chef de l’Etat islamique Abu Bakr al-Baghdadi, l'organisation poursuit ses activités intensives en Syrie, de même que les activités de routine dans d’autres régions. Les provinces de l’Etat islamique à travers le monde continuent de prêter serment d’allégeance au nouveau dirigeant, Abu Ibrahim al-Qurashi. Cette semaine, des engagements d'allégeance de la part de membres en Syrie, en Tunisie, en Afrique de l'Ouest, en Afrique centrale, en Asie de l'Est (Philippines) et au Tadjikistan ont été publiés.
Lire la suite...

Pleins feux sur le jihad mondial (24-30 octobre 2019)

L'événement principal de la semaine a été l'élimination du chef de l'Etat islamique Abu Bakr al-Baghdadi par une force d'élite de l'armée américaine dans le Nord-Ouest de la Syrie, près de la frontière avec la Turquie. Sa mort est sans aucun doute un coup dur pour l’Etat islamique, car il était un leader charismatique et autoritaire qui a été une figure dominante de la direction de l’organisation.
Lire la suite...

Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (7-24 octobre 2019)

Les marches du retour dans la bande de Gaza, tenues les 11 et 18 octobre 2019, ont été caractérisées par différents niveaux de violence (relativement élevés le 11 octobre et relativement faibles le 18 octobre). Des engins piégés et des cocktails Molotov ont été lancés sur les forces de Tsahal et des tentatives de pénétrer en territoire israélien ont été signalées.
Lire la suite...

Pleins feux sur le jihad mondial (4 -11 septembre 2019)

À l'exception de plusieurs incidents de tir locaux, au 10 septembre 2019, le cessez-le-feu unilatéral annoncé par l'armée syrienne dans la région d'Idlib était maintenu. Les camps profitent apparemment de cette accalmie pour améliorer leurs positions et se préparer pour les prochains combats.
Lire la suite...

Recherche de publications des années précédentes

202020192018201720162015201420132012

Turquie

Depuis la victoire du parti islamique en Turquie en 2008 et l’élection de Recep Tayyip Erdogan au poste de Premier ministre du gouvernement de Turquie, la Turquie a adopté une politique étrangère régionale active et autoritaire reflétant sa confiance en elle et son sentiment de possession et de puissance. Cette politique de la Turquie aspire à renforcer les liens de la Turquie avec ses voisines, notamment l’Iran et l’Irak, ainsi qu’avec le Soudan, afin de donner à la Turquie une profondeur stratégique et de la transformer en force régionale d’influence. De fait, le gouvernement turc considère les chamboulements régionaux comme une opportunité de promouvoir les intérêts et l’influence régionale de la Turquie.
Afin de plébisciter son influence, la Turquie recourt à des organisations non gouvernementales. Une de ces organisations est l’IHH, un groupe islamique radical qui se considère, notamment, comme aidant la politique de la Turquie. Ce groupe organise des flottilles et des convois pour la bande de Gaza et apporte son soutien au Hamas. L’organisation bénéficie du soutien logistique gouvernemental de la Turquie, ainsi que d’une protection politique.
Sur fond de cette politique du gouvernement tuc dirigé par Erdogan, un tournant progressif dans les relations Israël – Turquie a été noté. La Turquie a commencé à prendre de plus en plus le parti des Palestiniens dans leur combat contre Israël. Le gouvernement de Turquie transfère des fonds et du soutien au Hamas et le Premier ministre de Turquie Erdogan a dénoncé à plusieurs reprises la politique israélienne.
Le sommet du gel des relations Israël – Turquie a été noté après les évènements du Mavi Marmara durant lesquels neuf citoyens de Turquie ont été tués, membres de l’organisation IHH, après avoir recouru à un comportement violent face aux tentatives de la marine israélienne d’empêcher le navire d’entrer à Gaza. Par la suite, les relations diplomatiques entre Israël et la Turquie ont été revues à la baisse, cependant, les liens économiques n’ont pas été atteints.