Données

Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (1-14 mai 2019)

Les principaux responsables du Hamas et du Jihad islamique palestinien (JIP) ont résumé avec satisfaction le huitième cycle d'escalade (qui a duré deux jours, les 4 et 5 mai). Ils ont déclaré que les organisations terroristes avaient prouvé leurs capacités militaires et coordonné les attaques à un très haut niveau. Ils ont également menacé que si Israël ne respectait pas ses engagements ou utilisait des munitions réelles contre les participants à la marche du retour, cela serait considéré comme un viol des accords conclus à la fin de la dernière vague d'escalade.
Lire la suite...

La huitième escalade dans la bande de Gaza, la plus grave et intensive depuis le début des marches du retour (exact au 6 mai à 15h)

Le matin du 6 mai 2019, le huitième cycle d'escalade, qui avait duré deux jours, s'est terminé. Il a commencé à la suite d'un tir de tireurs d'élite du Jihad islamique palestinien (PIJ) visant des soldats de Tsahal. Les forces de Tsahal ont réagi en attaquant des cibles du Hamas, tuant deux membres de sa branche armée. Le lendemain, une salve massive de roquettes et d'obus de mortier a commencé, qui s'est progressivement étendue à des villes situées à 40 kilomètres de la bande de Gaza, notamment à Ashqelon, Ashdod, Qiryat Gat, Qiryat Malachi et Beersheba. Des obus ont été tirés en territoire israélien depuis la bande de Gaza. En réponse, les forces de Tsahal ont attaqué plus de 350 cibles dans la bande de Gaza, notamment des cibles de grande valeur pour les organisations terroristes. Au cours des événements, quatre Israéliens ont été tués et 123 blessés (la plupart d'entre eux soignés pour des blessures légères et un état de choc). En outre, 27 Palestiniens ont été tués, dont la plupart (16) ont été identifiés comme des terroristes, la moitié d’entre eux du JIP.
Lire la suite...

Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (17-30 avril 2019)

Dans la bande de Gaza, 6 000 à 7 000 Palestiniens ont participé aux marches du retour des vendredis19 et 26 avril, sur les cinq sites habituels. Le niveau de violence est resté relativement faible, bien que plusieurs tentatives aient été faites de franchir la barrière frontalière et de lancer des engins piégés sur les forces de l’armée.
Lire la suite...

Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (9-16 avril 2019)

La semaine dernière, le niveau de violence manifesté lors de la marche du retour était à nouveau relativement faible (environ 7 500 personnes ont participé aux manifestations de la marche). Husam Badran, porte-parole du Hamas, a déclaré que l'accord conclu signifiait une amélioration du niveau de vie dans la bande de Gaza. Les unités de harcèlement de nuit gérées par le Hamas ont annoncé leur intention de reprendre leurs activités avec une intensité plus grande que par le passé.
Lire la suite...

Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (3-8 avril 2019)

La semaine dernière, les événements se sont concentrés sur la marche du vendredi, à laquelle ont participé environ 10 000 Palestiniens. Le niveau de violence était relativement faible, similaire à celui de Mars (semaine anniversaire de la première marche du retour). Un porte-parole de l'Autorité nationale suprême de la marche du retour, a déclaré qu'il existait un accord informel visant à mettre un terme aux activités des unités de harcèlement nocturne et au lancer de ballons incendiaires.
Lire la suite...

Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (20-26 mars 2019)

La semaine dernière, les événements ont été consacrés à une nouvelle vague d'escalade qui a débuté après une roquette tirée par le Hamas (qui affirme qu'elle a été tirée par erreur), qui a touché une maison dans une localité au Nord de Tel Aviv (sept blessés). Les forces de Tsahal ont réagi en attaquant des dizaines de cibles dans le Nord et le Centre de la bande de Gaza. Le Hamas a ensuite attaqué les localités israéliennes près de la bande de Gaza avec des tirs de roquettes et de mortier. La série a pris fin, probablement sous la pression de l’Égypte, qui a entraîné un cessez-le-feu unilatéral du Hamas et des autres organisations terroristes.
Lire la suite...

Recherche de publications des années précédentes

201920182017201620152014201320122011201020092008200720062005

Données

Un long et sanguinaire conflit se déroule entre Israël et les organisations terroristes palestiniennes. Ce combat s’exprime principalement par les attentats terroristes, qui ont fait jusqu’ici de nombreuses victimes. Il est difficile de savoir exactement à quel moment les terroristes ont commencé à commettre des attentats contre Israël. Cependant, il est possible de dire que la Guerre des Six Jours a été un tournant après lequel les organisations terroristes palestiniennes se sont renforcées et les attentats terroristes ont pris de l’ampleur en Israël et à l’extérieur contre des cibles israéliennes et juives.
Dans les années 1970, les attentats terroristes étaient principalement des détournements d’avion, effectués par des terroristes du Front. Après les évènements de Septembre noir (1970), les principaux attentats terroristes ont été commis à l’étranger par des terroristes du Fatah (sous le nom de Septembre noir), le principal étant l’attentat contre la délégation israélienne aux Jeux olympiques de Munich. De même, des attentats terroristes ont été commis depuis la frontière (attentats de la frontière jordanienne jusqu’en 1970 puis attentats de la frontière libanaise), une partie visant des cibles civiles. Dans les années 1990, les attentats suicide sont devenus la méthode de combat principale des organisations terroristes palestiniennes, au départ par des organisations islamiques radicales dont le Hamas, suivies par les organisations laïques qui ont également commis des attentats terroristes. 
Une hausse conséquence des attentats suicide a été notée durant le combat terroriste palestinien (l’Intifada al-Aqsa, 2000-2005) durant lequel de nombreux attentats terroristes ont été commis, notamment des attentats suicide qui ont perturbé la vie en Israël et ont menacé les principales villes.
La diminution des attentats terroristes a débuté après l’Opération Plomb Durci et s’est confirmée avec la construction de segments de la barrière de sécurité.