Pleins feux sur le jihad mondial (9-15 mars 2017)

Pleins feux sur le jihad mondial

Pleins feux sur le jihad mondial

Joseph Dunford, le chef d'état-major américain (à droite), le chef d'état-major de l'armée turque Hulusi Akar (au centre) et le chef d'état-major russe Valéry Gerasimov (à gauche), lors d'une réunion à Antalya (Site Internet du Département américain de la Défense, 6 mars 2017)

Joseph Dunford, le chef d'état-major américain (à droite), le chef d'état-major de l'armée turque Hulusi Akar (au centre) et le chef d'état-major russe Valéry Gerasimov (à gauche), lors d'une réunion à Antalya (Site Internet du Département américain de la Défense, 6 mars 2017)

Char américain avec le drapeau américain dans la région de Manbij (Al-Jadeed News, 12 mars 2017).

Char américain avec le drapeau américain dans la région de Manbij (Al-Jadeed News, 12 mars 2017).

Véhicules des forces russes dans la région de Manbij, avec des drapeaux russes et syriens (Twitter, 11 mars 2017)

Véhicules des forces russes dans la région de Manbij, avec des drapeaux russes et syriens (Twitter, 11 mars 2017)

Soldats russes à côté d'un soldat de l'armée syrienne près de Manbij  (Agence de presse syrienne SMART, 13 mars 2017)

Soldats russes à côté d'un soldat de l'armée syrienne près de Manbij (Agence de presse syrienne SMART, 13 mars 2017)

Obus tiré par l'Armée syrienne libre. Le Conseil militaire de Manbij affirme qu'il contient  des substances chimiques (Conseil militaire de Manbij et sa zone rurale, 8 mars 2017)

Obus tiré par l'Armée syrienne libre. Le Conseil militaire de Manbij affirme qu'il contient des substances chimiques (Conseil militaire de Manbij et sa zone rurale, 8 mars 2017)

Tirs d'obus de chars sur des positions de l'armée syrienne dans la zone de l'aéroport d'Al-Jarah (Haqq, 9 mars 2017)

Tirs d'obus de chars sur des positions de l'armée syrienne dans la zone de l'aéroport d'Al-Jarah (Haqq, 9 mars 2017)

Garçon qui a remporté un prix et un certificat d'appréciation dans une compétition organisée par l'Etat islamique à Al-Raqqah (Haqq, 9 mars 2017)

Garçon qui a remporté un prix et un certificat d'appréciation dans une compétition organisée par l'Etat islamique à Al-Raqqah (Haqq, 9 mars 2017)

Combats de l'Etat islamique dans l'Ouest de Mossoul (Aamaq, 11 mars 2017)

Combats de l'Etat islamique dans l'Ouest de Mossoul (Aamaq, 11 mars 2017)

La scène de l'attentat suicide près de Tikrit (Agence de presse Ahl al-Bayt, 8 mars 2017)

La scène de l'attentat suicide près de Tikrit (Agence de presse Ahl al-Bayt, 8 mars 2017)

Forces de police près du centre commercial d'Essen (Youtube, 11 mars 2017)

Forces de police près du centre commercial d'Essen (Youtube, 11 mars 2017)


Principaux développements de la semaine

  • La pression exercée sur l'Etat islamique en Irak et en Syrie augmente :
  • À Mossoul,les forces irakiennes continuent d'étendre leur contrôle à l'Ouest de la ville. L'Etat islamique détient toujours la partie Nord de l'Ouest de Mossoul, mais les zones sous son contrôle se rétrécissent. En même temps, l'armée irakienne et les milices chiites sont en train de resserrer le siège de la ville. Selon un rapport américain, la route principale menant à Mossoul (de Tal Afar) a été bloquée.
  • À Al-Raqqah, les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les Etats-Unis, continuent de nettoyer la zone au Nord et à l'Est de la ville, dans une tentative de l'isoler et de préparer sa reprise. Selon les médias américains, les États-Unis ont envoyé 400 soldats en renfort pour soutenir les FDS dans la reprise d'Al-Raqqah.
  • Dans la zone située à l'Est d'Alep, l'armée syrienne, avec le soutien aérien russe, avance de la zone d'Al-Bab à la région du lac Assad dans la vallée de l'Euphrate. Cette semaine, l'aéroport d'Al-Jarah a été repris par l'armée syrienne, qui se bat maintenant pour reprendre la ville de Deir Hafer (au Nord-Ouest de l'aéroport). En outre, l'armée syrienne a avancé vers l'Est de la ville de Palmyre, qu'elle a repris, vers la ville d'Al-Sukhnah, contrôlée par l'Etat islamique. La route principale d'Al-Sukhnah mène à Deir ez-Zor, une enclave détenue par l'armée syrienne dans une zone sous le contrôle de l'Etat islamique.
  • L'Etat islamiquetente d'arrêter l'avancée des forces avecdes combats acharnés et des voitures piégées. Cependant, il semble que la résistance de l'organisation est inefficaceface à la pression stratégique exercée simultanément dans plusieurs arènespar diverses forces soutenues par les Etats-Unis et la Russie. Selon des rapports d'Al-Raqqah, l'Etat islamiquea construit des remblais dansles rues principales de la ville, et de nombreux citoyens ont été forcés de quitter leurs foyers. Des civils fuyant la ville ont également été signalés, en parallèle àun afflux de réfugiés vers Mossoul, Palmyre et la région de l'Est d'Alep.

 

Les Etats-Unis et la Russie

Renfort des forces américaines au Nord de la Syrie
  • Selon les médias américains, environ 400 soldats américains ont été envoyés en Syrie en renfort. Ces renforts sont censés arriver dans la zone de préparatifs des Forces démocratiques syriennes (FDS) et les soutenir dans la campagne d'Al-Raqqah. En outre, une force d'infanterie a été envoyée dans la zone de Manbij, afin d'éviter les frictions entre l'Armée syrienne libre, soutenue par la Turquie, et les FDS, qui détiennent Manbij et les environs. Les troupes américaines au Nord-Est de la Syrie devraient bientôt atteindre les 1 000 combattants, équipés d'artillerie lourde et de véhicules blindés.[1] La majeure partie de la force américaine en Syrie est supposée soutenir les FDS dans la campagne d'Al-Raqqah.
Amélioration des canaux de communication entre les Etats-Unis et la Russie
  • Les 6 et 7 mars 2017, une réunion a été organisée à Antalya entre les chefs d'état-major des États-Unis, de Russie et de Turquie. Lors de la réunion, il a notamment été convenu d'améliorer les canaux de communication entre les parties en raison du fort potentiel de friction dans la région de Manbij, et des progrès réalisés dans la campagne d'Al-Raqqah. Le porte-parole de l'état-major américain a noté quele nouveau canal de communication sera géré à une échelle supérieure afin de gérer les efforts visant à prévenir efficacement les frictions, notamment en améliorant l'échange de renseignements entre les parties. 

Position du Président Assad au sujet de la participation de la Turquie et des Etats-Unis en Syrie

  • Le Président syrien a déclaré dans une interview accordée à une chaîne de télévision chinoise que toute force qui opère en Syrie sans l'approbation du régime syrien n'est qu'un "envahisseur étranger". Assad a ajouté que les Turcs opèrent en Syrie sans son approbation et que le ministère syrien des Affaires étrangères a envoyé une lettre à ce sujet au Conseil de sécurité de l'ONU, demandant à ce qu'il prenne des mesures pour que la Turquie se retire du territoire syrien. En ce qui concerne les Etats-Unis, Assad a déclaré qu'il ne voit pas la possibilité d'une coopération pratique avec l'administration américaine. Les opérations militaires américaines sur le sol syrien sont exécutées sans l'approbation du régime syrien, y compris l'envoi de renforts dans la région de Manbij (Phoenix TV, 11 mars 2017).

Principaux développements en Syrie

La région de Manbij
  • Manbij et ses environs sont toujours occupées par les FDS, à majorité kurde. Malgré la pression sur le terrain et les menaces turques, les FDS refusent toujours d'évacuer la zone de Manbij, qui représente une enclave kurde dans la région située à l'Ouest de l'Euphrate (où la Turquie établit progressivement une "zone de sécurité" sous son influence). Les forces des FDS saluent la présence des unités des armées américaine, russe et syrienne dans leur enclave, afin de dissuader la Turquie et l'Armée syrienne libre de reprendre Manbij.
  • Les luttes de pouvoir dans la région de Manbij ont continué cette semaine, sans aucun changement significatif sur le terrain :
  • Les États-Unis ont renforcé leurs troupes dans la région de Manbij. Des forces d'infanterie et des véhicules blindés, y compris les chars, sont déployés dans la zone. Selon un rapport du 12 mars 2017, un total de 43 transporteurs de chars américains sont arrivés dans la banlieue de Manbij (Al-Jadeed News, 12 mars 2017). La mission des soldats américains est d'empêcher les affrontements entre les FDS et les forces rebelles soutenues par les Turcs (Al-Arabiya, 12 mars 2017). 
  • La Russiepoursuit ses tentatives pour transférer le contrôle de Manbij des FDS à l'armée syrienne. Les médias arabes ont rapporté que la Russie avait également envoyés une force militaire, y compris des soldats et des véhicules, à la zone située à l'Ouest de Manbij, où sont déployées les forces syriennes. La force russe est arrivée sur la ligne de front entre les forces soutenues par la Turquie et celles soutenues par la coalition, afin de prévenir l'éclatement de combats (Al-Arabiya, 14 mars 2017).
  • L'Armée syrienne libre,soutenue par les Turcs, a tiré des tirs d'artillerie vers les villages de Bughaz et d'Al-Khalidah, à l'Ouest de Manbij. Le Conseil militaire de Manbij a affirmé que la plupart des obus contenaient une substance chimique (Site Internet du Conseil militaire de Manbij et de sa zone rurale, 8 mars 2017). Ces allégations n'ont pas été confirmées.
Avancée de l'armée syrienne vers la vallée de l'Euphrate
Aperçu général
  • Les troupes de l'armée syrienneavancent maintenant de la zone d'Al-Bab au Sud-Est vers le lac Assad et la vallée de l'Euphrate. Selon nous, le but principal de cette force est double : menacer les forteresses de l'Etat islamique dans la vallée de l'Euphrate, jouissant ainsi du prestige et rejoindre les forces qui prennent part à la campagne d'Al-Raqqah. Un autre objectif est d'établir une zone contrôlée par le régime syrien au Sud de la "zone de sécurité turque", d'où sera supprimée la présence de l'Etat islamique et d'où l'expansion turque sera freinée.
La campagne de l'aéroport d'Al-Jarah et de Deir Hafer
  • Cette semaine, une force de l'armée syrienne, qui avance depuis la périphérie d'Al-Bab a attaqué l'aéroport d'Al-Jarah, à environ 50 km au Sud-Est d'Al-Bab. La zone de l'aéroport a changé de mains à plusieurs reprises : le 8 mars, l'armée syrienne aurait repris le terrain (Khotwa, 8 mars 2017). Trois jours plus tard, l'Etat islamique l'aurait repris à son tour (Al-Durar Al-Shamiya, 11 mars 2017). Il semble que l'aéroport soit désormais détenu par l'armée syrienne (15 mars 2017).
  • Selon un rapport du 13 mars 2017, le centre des combats entre l'armée syrienne et l'Etat islamique s'est déplacé vers la zone de Deir Hafer, derrière l'aéroport d'Al-Jarah, où des membres de l'Etat islamique se battent encore (Al-Markaz al-Suhufi al-Suri, 13 mars 2017 ; Observatoire syrien des droits de l'homme, 13 mars 2017). L'armée syrienne, soutenue par les forces aériennes syriennes et russes, tente maintenant d'isoler Deir Hafer des itinéraires logistiques, à titre préliminaire, avant sa prise de contrôle (Al-Watan online; Al-Jazeera, 14 mars 2017).
  • Afin d'atténuer la pression sur Deir Hafer, le 15 mars 2017, l'Etat islamique a attaqué l'aéroport de Kuweyres, au Nord de la route principale qui mène d'Alep vers l'Est. Les membres de l'organisation ont attaqué des positions de l'armée syrienne au Sud de l'aéroport. L'Etat islamique a affirmé que 29 soldats syriens ont été tués (Haqq, 14 mars 2017). Des combats sont encore en cours dans la zone de l'aéroport.
Al-Raqqah
  • Les FDS ont continué de nettoyer la zone située au Nord et à l'Est d'Al-Raqqah, afin de tenter de resserrer le siège sur la ville. Les forces auraient repris plusieurs villes et villages à l'Est d'Al-Raqqah (Khotwa, 8-10 mars 2017). L'Etat islamique a fait exploser des voitures piégées pour bloquer l'avancée des FDS. Les médias syriens ont rapporté que l'organisation avait fermé les rues principales de Raqqah par des remblais, les déclarant zones militaires fermées, et exigeant que les habitants quittent la ville (Dimashq al-Aan, 13 mars 2017).
  • Environ 300 personnes, membres de la famille des combattants étrangers de l'Etat islamique, auraient fui Al-Raqqah vers la rive Sud de l'Euphrate en bateaux gonflables et en ferries et se dirigent vers la province de Deir ez-Zor et la zone rurale de l'Est de Hama (Observatoire syrien des droits de l'homme, 12 mars 2017). Des déplacements deréfugiés de Mossoul, de Palmyre et des villages à l'Est d'Alep ont été signalés vers Al-Raqqah. Ces réfugiés remplissent les rues et les parcs. Une partie a installé des tentes dans la ville (Raqqa-sl.com, site Internet géré par des opposants à l'Etat islamique et au régime syrien ayant fui Al-Raqqah vers l'Europe, 11 mars 2017). L'Etat islamique, de son côté, tente de montrer que la vie a repris son cours à Al-Raqqah (Haqq, 9 mars 2017).
Palmyre
  • Après l'annonce par l'armée syrienne de la reprise de Palmyre, les affrontements ont continué avec les membres de l'Etat islamique en dehors de la ville. Cette semaine, les forces syriennes ont étendu leur zone de contrôle de Palmyre vers l'Est et font route vers la ville d'Al-Sukhnah, à environ 66 km à l'Est de Palmyre (d'où part la route menant à Deir ez-Zor). Les forces syriennes se trouvent à la périphérie d'Al-Sukhnah, après avoir avancé sans faire face à la résistance de l'organisation (Dimashq al-Aan, 13 mars 2017; Qasiyoun, 14 mars 2017). À Palmyre, des soldats russes participent aux activités de désamorçage, en particulier sur le site des antiquités (TASS, 10 mars 2017).
Damas
  • Le 11 mars 2017, deux engins piégés ont explosé près d'autobus dans le secteur du cimetière de Bab al-Saghir dans la vieille ville de Damas. Une des explosions a été causée par un terroriste suicide et l'autre par la détonation d'une charge explosive. Plus de 40 morts et 120 blessés ont été signalés, la plupart des pèlerins d'Irak. Des soldats de l'armée syrienne étaient également parmi les morts (Observatoire syrien des droits de l'homme, 11 mars 2017).
  • Le Siège de Libération d'Al-Sham, une organisation gérée par le Front Fateh al-Sham (affilié à Al-Qaïda) a revendiqué la responsabilité de l'attaque. Il a annoncé que deux terroristes ont agi contre les "milices iraniennes" et les forces de défense de la patrie en Syrie. En outre, selon l'annonce, les attaques ont été menées pour se venger du soutien iranien au régime tyrannique de Bashar Assad (Compte Twitter du Siège de Libération d'Al-Sham, 12 mars 2017)[2].
  • Les attentats suicide aveugles contre les chiites, en Syrie et dans d'autres pays, caractérisent principalement l'Etat islamique ("legs" de son "père fondateur" Abu Mus'ab al-Zarqawi). L'attaque contre les pèlerins chiites est une déviation du modus operandi d'Al-Qaida et de sa branche syrienne, qui se sont jusqu'ici abstenus d'assassiner des chiites à l'aveugle. En 2015, le leader d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri a critiqué ceux qui attaquent la population chiite, insistant ainsi sur la distinction entre Al-Qaïda et l'Etat islamique.

Principaux développements en Irak

La campagne de reprise de Mossoul
  • Les forces de sécurité irakiennes ont continué à se développer et à renforcer leur contrôle à l'Ouest de Mossoul. Cette semaine aussi, elles ont libéré plusieurs quartiers, le dernier en date étantAl-Mosul Al-Jadida, près du Tigre (Al-Sumaria, 13 mars 2017). L'étude de la carte des territoires libérés des mains de l'Etat islamique (voir ci-dessous) indique que l'organisation contrôle toujours la moitié du Nord de l'Ouest de Mossoul.
  • Brett McGurk, envoyé spécial des Etats-Unis auprès de la coalition internationale contre l'Etat islamique, a rapporté que l'armée irakienne arepris la dernière route menant à Mossoul. Ainsi, apparemment, la route logistique entre Mossoul et Tal Afar à l'Est a été coupée, et les membres de l'Etat islamique  se trouvent maintenant prisonniers dans la zone sous leur contrôle à Mossoul, qui se rétrécit.
  • L'avancée de l'armée irakienne dans l'Ouest de Mossoul est soutenue par les attaques aériennes de la coalition. Le 8 mars 2017, des avions de guerre de la coalition ont attaqué l'un des principaux bastions à l'Ouest de Mossoul, tuant et blessant des dizaines de membres de l'organisation (Al-Sumaria, 8 mars 2017). Le 11 mars 2017, des avions de la coalition ont attaqué un atelier de fabrication d'explosifs dans la partie occidentale de la ville (Al-Sumaria, 11 mars 2017). Au Nord-Ouest de Mossoul, des avions de la coalition ont attaqué trois voitures piégées de l'organisation transférées de la partie orientale de la ville (Al-Sumaria, 11 mars 2017).
Réaction de l'Etat islamique
  • L'Etat islamique continue de mener des actes de guérilla contre les forces irakiennes, avec notamment des attentats suicide. La plupart des attaques ont visé les quartiers occidentaux de la ville, où des combats sont en cours contre les forces de l'armée irakienne. Une partie importante des auteurs des attentats suicide de la semaine passée étaient des adultes dans la soixantaine (Haqq, 11 mars 2017). L'utilisation de personnes âgées dans des attaques ainsi que la récente utilisation d'enfants témoignent de la pénurie de main-d'œuvre et de la diminution de la réserve de terroristes suicide de l'organisation.
  • L'Etat islamique a continué à mener des attentats suicide ailleurs en Irak :
  • Le 9 mars 2017, un total de 26 personnes ont été tuées dans un double attentat suicide lors d'un mariage près de la ville de Tikrit, au Nord-Ouest de Bagdad (Reuters, 9 mars 2017). L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité des attaques. Selon l'organisation, les attentats suicide visaient à frapper des membres de la milice chiite pro-iranienne ("Mobilisation populaire") aidant le gouvernement irakien dans les combats contre l'organisation (BBC en arabe, 9 mars 2017).
  • Le 13 mars 2017, un engin piégé a explosé dans une zone commerciale du Sud de Bagdad (Al-Sumaria, 13 mars 2017). Un homme a été tué et quatre autres personnes ont été blessées. À ce stade, l'Etat islamique n'a pas revendiqué la responsabilité de l'attaque.
La Russie affirme que l'Etat islamique utilise des armes chimiques
  • La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharovaa déclaré dans une  interview aux médias russes que la Russie avait présenté au Conseil de sécurité de l'ONU des conclusions témoignant de l'utilisation d'armes chimiques par l'Etat islamique à l'Est de Mossoul. Selon les médias russes, selon des rapports publiés par l'Organisation mondiale de la santé, les civils frappés par des armes chimiques sont traités dans un hôpital près de Mossoul (Spoutnik, 11 mars 2017). D'autre part, les autorités irakiennes ont annoncé qu'elles n'avaient aucune information sur l'utilisation d'armes chimiques.

Le jihad mondial dans d'autres pays

Egypte
  • La Province du Sinaï de l'Etat islamique a revendiqué l'assassinat du général de brigade Yasser Mohammad Munir Hadidi, commandant des forces de sécurité à Al-Arish. L'attaque a été effectuée par des charges activées contre le convoi d'Al-Hadidi. Deux personnes qui voyageaient avec lui ont été blessées (Al-Bawaba News, 9 mars 2017). Le lendemain, l'Etat islamique a annoncé que deux policiers égyptiens, dont un officier supérieur au grade de lieutenant-colonel, avaient été tués et quatre autres officiers blessés dans l'explosion d'un engin piégé contre un véhicule blindé égyptien voyageant sur la route côtière d'Al-Arish (Haqq, 10 mars 2017).
  • Après l'assassinat, les forces de sécurité égyptiennes ont décrété la situation d'urgence et ont renforcé leur présence dans la région et ont fermé les entrées et les sorties d'Al-Arish. À l'intérieur de la ville, des recherches d'auteurs des attaques ont été menées et des détentions à grande échelle de suspects ont été effectuées (Al-Watan, 9 mars 2017). Dans le même temps, les Égyptiens ont pris des mesures de soutien à la population locale dans le Nord du Sinaï : les médias égyptiens ont fait savoir que sur les ordres du Président égyptien El-Sisi, les forces de sécurité déployées dans la région d'Al-Arish, Rafah et Sheikh Zuweid ont distribué des paquets d'aliments aux résidents (Al-Masry al-Youm, 9 mars 2017). Le Premier ministre égyptien Sharif Ismail a décidé de nommer un comité chargé de fournir une aide financière aux personnes dans le besoin dans le Nord du Sinaï (Al-Fajr, 12 mars 2017).
  • Le 11 mars 2017, des membres armés de l'Etat islamique ont installé un poste de contrôle dans le centre d'Al-Arish, arrêtant les passants et leur demandant de montrer leurs documents. Ils ont annoncé avoir mis en place le barrage pour arrêter les résidents coptes (Al-Sharq Al-Awsat, 13 mars 2017). Le site Internet Haqq affilié à l'Etat islamique a publié des photos montrant des individus armés près d'un poste de contrôle place Al-Fateh, dans le centre d'Al-Arish (Haqq, 11 mars 2017). Si le rapport sur le point de contrôle est vrai, il témoigne des difficultés des forces de sécurité égyptiennes à Al-Arish, malgré leurs intenses activités sécuritaires.
Afghanistan
  • Cinq terroristes suicide de l'Etat islamique ont attaqué un hôpital militaire de Kaboul, tuant plusieurs personnes et faisant de nombreux blessés. Un terroriste a fait exploser un gilet explosif devant la porte principale de l'hôpital. Immédiatement après, les autres terroristes ont fait irruption dans l'hôpital, habillés en médecins et ont ouvert le feu sur les médecins, les patients hospitalisés et leurs familles. Après des échanges de tirs qui ont duré plusieurs heures, les forces de sécurité afghanes ont tué les assaillants (Afghanistan Times, 8-12 mai 2017).

Activité de contre-terrorisme

Allemagne
  • Le 11 mars 2017, les forces de sécurité allemandes ont fermé un grand centre commercial au cœur de la ville d'Essen suite à des indications d'une "éventuelle attaque terroriste." Deux suspects ont été détenus et l'un a été libéré. Le ministre allemand de l'Intérieur a affirmé que l'Etat islamique avait prévu de commettre un attentat. Selon le ministre, les instructions pour l'attaque ont été données par un citoyen allemand installé en Syrie. Selon le journal allemand Die Welt, le cerveau de l'attaque était un Allemand de 24 ans appelé Imran Remeq, de la ville voisine d'Oberhausen. Il s'était installé en Syrie en Avril 2015 et avait rejoint l'Etat islamique. Le journal a déclaré qu'il avait recruté plusieurs musulmans radicaux dans les rangs de l'organisation via les médias sociaux (Reuters, CNN, 11-12 mars 2017).

Activités de propagande

Poursuite de l'incitation de l'Etat islamique contre les coptes égyptiens et menaces contre l'Algérie
  • L'hebdomadaire Al-Naba de l'Etat islamique a publié un article regorgeant d'incitation flagrante contre les chrétiens résidant en Egypte. Selon l'article, les chrétiens ne se contentent de crimes de guerre contre les musulmans, mais ils collaborent également avec n'importe quel ennemi ou tyran et ne manquent aucune occasion de tuer des musulmans. Selon l'article, les chrétiens représentent un prétexte pour que l'Occident puisse conquérir et détruire les pays musulmans. En outre, les chrétiens aspirent à conquérir les terroristes fertiles d'Egypte et du Sinaï afin d'établir un Etat chrétien indépendant semblable à l'Etat juif sioniste (Al-Naba, numéro 71, 9 mars 2017).
  • Le même numéro de l'hebdomadaire Al-Naba comporte également un article menaçant l'Algérie. L'article affirme que des caravanes de terroristes suicide de la Province d'Algérie de l'Etat islamique commettront bientôt des attaques. Selon l'article, dans les prochaines jours, l'Algérie et "ses tyrans" vont bientôt assister à tant d'attaques qu'ils seront déracinés, et la loi islamique religieuse (charia) sera appliquée.

[1]Selon une source des FDS, plus de 1 000 soldats américains sont actuellement déployés en Syrie. La même source a déclaré que le premier groupe d'une brigade de la marine américaine, qui comprend plus d'une centaine de soldats, est arrivé à l'aéroport de Rmeilan (au Nord-Est d'Al-Hasakah, une zone sous contrôle kurde). La source a ajouté que 400 soldats supplémentaires des Marines devraient atteindre la zone de rassemblement des FDS via la région kurde d'Irak (Al-Mayadeen, 14 mars 2017).
[2]Selon une annonce en langue arabe du Département d'État des États-Unis, le Siège de Libération d'Al-Sham fait partie d'Al-Qaïda en Syrie, et son leader est Abu Mohammad al-Julani. En réponse, le Siège de Libération d'Al-Sham a publié une annonce faisant état de son indépendance (Al-Durar Al-Shamiya, 12 mars 2017).