Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (27 janvier – 2 février 2016)

Glorification d'un terroriste membre de la police palestinienne auteur d'une fusillade à Beit El.

Glorification d'un terroriste membre de la police palestinienne auteur d'une fusillade à Beit El.

Glorification d'un terroriste membre de la police palestinienne auteur d'une fusillade à Beit El.

Glorification d'un terroriste membre de la police palestinienne auteur d'une fusillade à Beit El.

Ahmed Othman Wajia Jadallah à l'enterrement du terroriste palestinien Ibrahim Allan, dans son village (Page Facebook PALDF, 31 janvier 2016)

Ahmed Othman Wajia Jadallah à l'enterrement du terroriste palestinien Ibrahim Allan, dans son village (Page Facebook PALDF, 31 janvier 2016)

Affrontements entre Palestiniens et forces de Tsahal près du terminal d'Erez au Nord de Gaza (Page Facebook Shihab, 29 janvier 2016)

Affrontements entre Palestiniens et forces de Tsahal près du terminal d'Erez au Nord de Gaza (Page Facebook Shihab, 29 janvier 2016)

Le communiqué publié par les Brigades Izz al-Din al-Qassam avec les noms et les photos des sept membres qui sont morts. En arabe on peut lire :

Le communiqué publié par les Brigades Izz al-Din al-Qassam avec les noms et les photos des sept membres qui sont morts. En arabe on peut lire : "Les hommes d'Allah et la victoire éclatante... # hommes du tunnel" (Site Internet des Brigades Izz al-Din Qassam, 28 janvier 2016)

  • La campagne terroriste palestinienne actuelle s'est poursuivie au cours de la semaine écoulée, avec des attaques à l'arme blanche, à la voiture bélier et des tirs de pierres et de cocktails Molotov. A un barrage routier près de Beit El, un terroriste membre de la police palestinienne a effectué une fusillade (trois soldats de Tsahal ont été blessés, dont un gravement). Le terroriste a été abattu. L'Autorité Palestinienne (AP) a organisé des funérailles militaires en son honneur et un haut responsable du Fatah a fait son éloge. Le Hamas a profité de l'incident pour diffamer la coordination sécuritaire de l'AP avec Israël et appeler d'autres membres des forces de sécurité à "tourner leurs armes contre Israël."
  • Sept terroristes du Hamas ont été tués cette semaine dans l'effondrement d'un tunnel au Nord de la ville de Gaza. Des responsables du Hamas ont profité de l'accident pour souligner le réarmement de la branche armée du Hamas et envoyer un message de dissuasion et de menace à Israël. Selon le haut responsable du Hamas, Ismail Haniyeh, des "héros" œuvrent sans relâche pour creuser des tunnels à l'Est de la bande de Gaza [cf., vers Israël] et réalisent des tirs d'essai de roquettes à l'Ouest [cf., vers la mer]. Un porte-parole du Hamas a également salué la campagne terroriste en Judée-Samarie et à Jérusalem. 
Attaques et tentatives d'attaques
  • Le 1er février 2016 - Attaque à l'arme blanche :Un terroriste palestinien a franchi la barrière de sécurité dans lesecteur de la localité de Sal'it (Nord-Est de Qalqilya). Des soldats de Tsahal ont découvert le terroriste caché et ont essayé de l'arrêter. Il a brandi un couteau, et les soldats ont ouvert le feu et l'ont tué. Les médias palestiniens ont annoncé que le terroriste était Ahmed Hassan Abd al-Latif Tuba, 19 ans, de Kafr Jamal, au Sud de Tulkarem (Ma'an, 1er février 2016). Le Hamas a publié un avis de décès en son nom (Page Facebook PALDF, 2 février 2016).L'AP a organisé des funérailles militaires en son honneur. Son corps a été porté par des membres des forces palestiniennes de sécurité nationale (Youtube, 1er février 2016).

Gauche : Avis de décès publié par le Hamas pour le terroriste palestinien Ahmed Hassan Abd al-Latif (Page Facebook PALDF, 2 février 2016). Droite : Funérailles militaires organisées par l'Autorité Palestinienne (Youtube, 2 février 2016)
Gauche : Avis de décès publié par le Hamas pour le terroriste palestinien Ahmed Hassan Abd al-Latif (Page Facebook PALDF, 2 février 2016). Droite : Funérailles militaires organisées par l'Autorité Palestinienne (Youtube, 2 février 2016)

  • Le 31 janvier 2016 – Attaque à la voiture bélier : Une voiture avec des plaques d'immatriculation palestiniennes est arrivée à un barrage routier près de Bayt Ur al-Tahta (Ouest de Ramallah, sur la route 443, qui relie Modi'in à Jérusalem) et a essayé d'écraser les soldats engagés dans des activités de sécurité. Il n'y a pas eu de victimes. Les soldats ont ouvert le feu, blessant le terroriste (Porte-parole de Tsahal, 31 janvier 2016). Selon les médias palestiniens, le terroriste étaitAhmed Othman Wajia Jadallah, 19 ans, de Bayt Ur al-Tahta (Palinfo, 31 janvier 2016). Les médias palestiniens ont annoncé que la veille de sa mort, il avait assisté aux funérailles d'Ibrahim Allan, également terroriste d'al-Bayt Ur Tahta, qui a effectué une attaque à l'arme blanche à Beit Horon le 25 janvier 2016 (Page Facebook PALDF, 31 janvier 2016).
  • Le 31 janvier 2016 - Fusillade[1]:
  • Trois soldats de Tsahal ont été blessés, dont un grièvement, dans une fusillade à un barrage près de Beit El (près de Ramallah). Le barrage est utilisé exclusivement par des responsables de l'Autorité Palestinienne (AP). Le terroriste est arrivé au barrage routier et les soldats lui ont demandé de s'identifier. Il a sorti un pistolet et a tiré sur les soldats. Les soldats stationnés au barrage routier ont riposté et l'ont tué.
  • Le terroriste était Amjad Jaser Sukari (Abu Omar), 34 ans, père de quatre enfants, du village de Jama'in, au Sud de Naplouse. Il était l'un des gardes du corps d'Ahmed Hanoun, le procureur général palestinien de Ramallah, et sergent-chef dans la police palestinienne. En tant que policier, son arme était enregistrée et il pouvait passer le barrage sans éveiller les soupçons.
  • L'Autorité Palestinienne a organisé des funérailles militaires pour Amjad Jaser Sukari. Son corps a été porté par des membres des forces de sécurité palestiniennes. Le gouverneur de la province de Naplouse a assisté aux funérailles. Mahmoud al-'Alul, membre du Comité central du Fatah et responsable du bureau d'organisation et d'enrôlement du Fatah en Judée-Samarie a déclaré que le Fatah était fier du "chahid Sukari" comme il était fier de tous les chahids. Il a affirmé que "l'occupation ne nous laisse pas d'autre choix que de lutter contre elle... Le sang des chahids ne sera pas perdu" (Quds Press, 1er février 2016).

Gauche : Mahmoud al-'Alul,  haut responsable du Fatah, fait l'éloge d'Amjad Jaser Sukari. A ses côtés, dos à la caméra, se trouve Akram Rajoub, gouverneur de la province de Naplouse (Page Facebook de Mahmoud al-'Alul, 1er février 2016). Droite : L'enterrement d'Amjad Jaser Sukari. Son corps a été enveloppé dans les drapeaux palestiniens et du Fatah (Page Facebook Qods, 1er février 2016)
Gauche : Mahmoud al-'Alul,  haut responsable du Fatah, fait l'éloge d'Amjad Jaser Sukari. A ses côtés, dos à la caméra, se trouve Akram Rajoub, gouverneur de la province de Naplouse (Page Facebook de Mahmoud al-'Alul, 1er février 2016). Droite : L'enterrement d'Amjad Jaser Sukari. Son corps a été enveloppé dans les drapeaux palestiniens et du Fatah (Page Facebook Qods, 1er février 2016)

  • Des responsables du Hamas ont salué la fusillade et le terroriste auteur de l'attaque. Fathi Hamad, ancien ministre de l'Intérieur de l'administration du Hamas dans la bande de Gaza, a déclaré que l'attaque était un message aux autres membres des forces de sécurité palestiniennes, les appelant à imiter Amjad Jaser Sukari (Dunia al-Watan, 31 janvier 2016). Husam Badran, porte-parole du Hamas, a déclaré que la participation des forces de sécurité [palestiniennes] dans l'intifada était une expression de "la volonté du peuple", et a appelé tous les membres des forces de sécurité à tourner leurs armes contre Israël (Dunia al-Watan, 31 janvier 2016). Le Jihad Islamique Palestinien (JIP) a également salué l'attaque (Paltoday, 31 janvier 2016). Un porte-parole des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa du Fatah dans la bande de Gaza a déclaré que l'attaque était la preuve des sentiments nationalistes des forces de sécurité [de l'AP] et de leur refus d'accepter la collaboration sécuritaire avec Israël (Alresala.net, 31 janvier 2016).
  • Après l'attaque, Tsahal a imposé un bouclage sur Ramallah, pour la première fois depuis le déclenchement de la campagne terroriste actuelle, de crainte d'une autre attaque terroriste. Les résidents de Ramallah ont reçu l'ordre de ne pas quitter la ville, à l'exception des Palestiniens ayant un permis de travail pour Israël, des cas humanitaires et des responsables de l'AP. Toute personne ne résidant pas à Ramallah n'a pas été autorisée à entrer. Après 24 heures et une réévaluation de la situation sur le terrain, Tsahal a levé le bouclage (Haaretz, 2 février 2016).
  • Le 30 janvier 2016 - Attaque à l'arme blanche: Trois jeunes palestiniens ont effectué une attaque à l'arme blanche près de la porte de Naplouse à Jérusalem. Ils ont attaqué deux jeunes hommes qui venaient de quitter l'esplanade du Mur occidental, en blessant un légèrement. Les trois terroristes se sont enfuis, laissant derrière eux un couteau. Plusieurs heures plus tard, un des assaillants âgé de 16 ans, résident de Jérusalem-Est, s'est rendu aux forces de sécurité. Plus tard, un autre assaillant a été arrêté, âgé de moins de 12 ans. Le lendemain, le troisième terroriste s'est rendu, âgé de 15 ans, ducamp de réfugiés de Shuafat.
  • Le 27 janvier 2016 - Attaque à l'arme blanche : Un Israélien a été poignardé et grièvement blessé par un Palestinien dans le quartier de Givat Ze'ev au Nord-Ouest de Jérusalem. Le terroriste est arrivé à une station d'essence dans le quartier et a suivi un homme et une femme. A leur entrée dans un magasin, le terroriste a poignardé l'homme avant de s'enfuir. Les personnes présentes sur les lieux qui ont assisté à l'attaque se sont lancées à sa poursuite. Dans sa fuite, il a lancé un couteau par terre. Après environ 200 mètres, le terroriste a été rattrapé. Un autre couteau a été trouvé sur les lieux, apparemment appartenant également au terroriste[2].
Manifestations et émeutes
  • En parallèle aux attentats, les manifestations, les défilés de protestation, les émeutes, et les tirs de pierres, de cocktails Molotov et d'engins piégés continuent en Judée-Samarie et à Jérusalem. Plusieurs manifestations ont été organisées dans toute la Judée-Samarie en soutien à Muhammad al-Qiq, un détenu administratif palestinien qui observe une grève de la faim depuis plus de 60 jours. Ci-après les principaux incidents (y compris les attentats terroristes qui ont été déjoués):
  • Le 1er février 2016- Un Palestinien a été arrêté par les forces de sécurité israéliennes à Bayt A'innon (près de Hébron). Un couteau a été trouvé en sa possession. Il a été transféré pour interrogatoire (Page Facebook Red Alert, 1er février 2016).
  • Le 1er février 2016– Des policiers rue Hagai à Jérusalem ont remarqué un Palestinien âgé de 14 ans qui a éveillé leurs soupçons. Un couteau a été découvert sur son corps. Il a été arrêté et transféré pour interrogatoire (Page Facebook Red Alert, 1er février 2016)
  • Le 29 janvier 2016– Des Palestiniens ont lancé des pierres sur un autobus près de Bayt Ummar, sur la route reliant le Gush Etzion à Hébron. Il n'y a pas eu de victimes. Le bus a été endommagé (Page Facebook Red Alert, 29 janvier 2016).
  • Le 29 janvier 2016- Quinze cocktails Molotov ont été lancés sur les forces de sécurité israéliennes au cours d'une activité à Issawiya. Il n'y a pas eu de victimes (Page Facebook Red Alert, 29 janvier 2016).
  • Le 28 janvier 2016– Des terroristes palestiniens ont lancé des pierres et des cocktails Molotov sur des voitures et des bus sur la route entre Bayt Ummar et Karmei Tzur. Aucune victime n'a été signalée. La fenêtre d'un autobus a été endommagée (Page Facebook Red Alert, 28 janvier 2016).
  • Le 28 janvier 2016- Des Palestiniens ont lancé des cocktails Molotov sur une voiture sur la route reliant le Gush Etzion à Jérusalem. Il n'y a eu ni victime ni dégât. Des Palestiniens ont également lancé des pierres sur une voiture sur la route reliant le Gush Etzion à Hébron, au Sud de Karmei Tzur (Page Facebook Red Alert, 28 janvier 2016).
  • Le 28 janvier 2016 – Des soldats de Tsahal ont contrôlé un Palestinien qui a éveillé leurs soupçons à un carrefour près de Tel Romeida (Hébron). Il a été trouvé en possession d'un couteau (Page Facebook Red Alert, 28 janvier 2016).
  • Le 28 janvier 2016– Des Palestiniens ont ouvert le feu sur une patrouille de Tsahal impliquée dans des activités opérationnelles dans le village d'Aqab (région de Ramallah). Les soldats ont riposté aux tirs (Page Facebook Red Alert, 28 janvier 2016).
Résultats de l'enquête sur l'attaque de Tel-Aviv
  • Les résultats de l'enquête des services de sécurité générale font le jour sur la fusillade effectuée au Pub Simta rue Dizengoff à Tel-Aviv le 1er janvier 2016 (Site des services de sécurité générale, 27 janvier 2016):
  • Nash'at Muhammad Ali Milhem, l'auteur de l'attaque, l'a planifiée et effectuée seul.
  • Après l'attaque, il a pris un taxi rue Ibn Gevirol et s'est rendu au Nord de Tel-Aviv, à l'Hôtel Mandarin, où il a tué le chauffeur de taxi. Il a abandonné le taxi sur la route principale entre Haïfa et Tel-Aviv après des difficultés de manœuvre. Il a continué en bus vers son village natal dans le secteur de Wadi Ara.
  • Sur son téléphone cellulaire, perdu à Ramat-Aviv le matin de l'attaque, des vidéos de lui-même ont été retrouvées, indiquant qu'il avait pris des drogues et de l'alcool. En plus des vidéos, il y avait des documents à caractère religieux islamique utilisés en préparation psychologique avant une attaque, recourant à une terminologie similaire à celle de l'Etat islamique.
  • Après l'attaque et jusqu'à ce qu'il soit retrouvé, il s'est caché dans différents endroits dans son village, et a été aidé par un membre de la famille. Plusieurs de ses proches savaient qu'il était dans le village et certains l'ont aussi aidé. Il leur a demandé d'obtenir des munitions en vue d'autres attaques.
Tirs de roquettes et d'obus de mortier sur Israël
  • Aucun tir de roquette n'a été signalé cette semaine en territoire israélien.

Tirs de roquettes et d'obus de mortier sur Israël

Incidents près de la barrière de sécurité
  • Les émeutes et les manifestations violentes se sont poursuivies près de la barrière de sécurité, en solidarité avec les Palestiniens de Judée-Samarie et de Jérusalem. Selon diverses estimations, plusieurs centaines de Palestiniens ont manifesté. Le 29 janvier 2016, des affrontements ont été signalés entre Palestiniens et forces de Tsahal près du terminal d'Erez au Nord de la bande de Gaza (Page Facebook Shihab, 29 janvier 2016).
Sept membres du Hamas tués dans l'effondrement d'un tunnel
  • Le 27 janvier 2016, le siège des Brigades Izz al-Din Qassam, la branche armée du Hamas, a annoncé avoir perdu le contact avec des membres de son unité des tunnels après l'effondrement d'un tunnel (Al-Aqsa, 27 janvier 2016). Le lendemain, une annonce officielle a informé dela mort de sept membres des Brigades Izz al-Din Qassam dans l'effondrement d'un tunnel au Nord de la ville de Gaza. Selon l'annonce, ils faisaient partie d'un groupe de 11 membres chargés de réparer un vieux tunnel. L'effondrement a été causé par les conditions météorologiques. Quatre personnes ont réussi à s'échapper et sept ont été tuées. Trois d'entre elles appartenaient à l'unité nukhba, l'unité d'élite des Brigades Izz al-Din al-Qassam (Al-Aqsa, 28 janvier 2016).

Les communiqués publiés par la branche armée du Hamas. Gauche : L'annonce de la mort des sept membres, avec leurs noms, âges et fonctions (Site Internet des Brigades Izz al-Din al-Qassam, 28 janvier 2016). Droite : Le communiqué publié le jour de l'effondrement du tunnel annonçant que le contact a été perdu avec les membres (Site Internet des Brigades Izz al-Din al-Qassam,  7 janvier 2016)
Les communiqués publiés par la branche armée du Hamas. Gauche : L'annonce de la mort des sept membres, avec leurs noms, âges et fonctions (Site Internet des Brigades Izz al-Din al-Qassam, 28 janvier 2016). Droite : Le communiqué publié le jour de l'effondrement du tunnel annonçant que le contact a été perdu avec les membres (Site Internet des Brigades Izz al-Din al-Qassam,  7 janvier 2016)

  • Le 29 janvier 2016, les funérailles des sept terroristes tués ont été organisées. Le lendemain, le Hamas a organisé un service commémoratif en leur mémoire. Une délégation de responsables du Hamas dirigée par Ismail Haniyeh a effectué des visites de condoléances aux familles des sept membres. Khaled Mashaal, le chef du bureau politique du Hamas, a appelé les familles et leur a adressé ses condoléances (Site Internet du Hamas, 30 janvier 2016).
  • La mort des sept terroristes et les cérémonies organisées en leur honneur ont fourni au Hamas des occasions de se vanter de son renforcement militaire dans la bande de Gaza et de glorifier le rôle joué par les tunnels dans la lutte contre Israël. Elles ont également fourni des occasions de saluer la campagne terroriste en Judée-Samarie et à Jérusalem :
  • Ismail Haniyeh, le chef adjoint du bureau politique du Hamas, a abordé le sujet dans son sermon du vendredi prononcé lors des funérailles. Il a affirmé qu'à l'Est de Gaza, les "héros" creusent des tunnels souterrains, et à l'Ouest de Gaza, des "héros" en surface effectuent des tirs d'essai de roquettes. Il a affirmé que la branche armée du Hamas continuera de se déployer en surface, sous terre et en mer, et ne s'arrêtera pas jusqu'à "la libération des lieux saints" (Paltoday, 29 janvier 2016).
  • Abu Obeida, porte-parole des Brigades Izz al-Din al-Qassam, a déclaré que la branche armée poursuit ses activités de planification, de développement et de formation. Il a affirmé qu'elle poursuivra la campagne en cours et ne sera pas influencée par le "siège". Il a ajouté que si Israël réalise quelque chose de "stupide", la "résistance" fera trembler le sol sous ses pieds. Il a également affirmé que les attaques à l'arme blanche, à la voiture bélier et les tirs de cocktails Molotov ne sont pas moins héroïques que les actions des hommes des tunnels (Dunia al-Watan, 31 janvier 2016).

Gauche : Abu Obeida au service commémoratif organisé pour les sept terroristes (Page Facebook PALDF, 31 janvier 2016). Droite : Sermon d'Ismaïl Haniyeh au service commémoratif (Page Facebook Gaza al-An, 29 janvier 2016)
Gauche : Abu Obeida au service commémoratif organisé pour les sept terroristes (Page Facebook PALDF, 31 janvier 2016). Droite : Sermon d'Ismaïl Haniyeh au service commémoratif (Page Facebook Gaza al-An, 29 janvier 2016)

  • Sami Abu Zuhri, porte-parole du Hamas,a déclaré que suite à la mort des sept membres, le Hamas a souligné qu'il poursuivrait sa voie et continuerait de se préparer à l'agression israélienne dans la bande de Gaza. Il a dit que les sept hommes qui ont été tués représentent les combattants anonymes des Brigades Izz al-Din al-Qassam qui travaillent jour et nuit pour défendre la bande de Gaza de l'agression israélienne (Qudsnet, 28 janvier 2016).
  • Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moona déclaré qu'il était préoccupé des récentes déclarations des dirigeants du Hamas concernant leur intention de poursuivre la construction des tunnels et de tirer des roquettes sur Israël (Site Internet de l'ONU, 31 janvier 2016). En réponse, le porte-parole du Hamas Sami Abu Zuhri a déclaré que le Hamas condamnait les déclarations du secrétaire général des Nations Unies au sujet des tunnels. Il a affirmé que ces déclarations contredisent le droit international et soutiennent Israël, parce que les tunnels sont destinés à "défendre la bande de Gaza" (Site Internet du Hamas, 31 janvier 2016). 
L'initiative française de reprise des négociations
  • La France tente de relancer son initiative pour convoquer une conférence internationale afin de renouveler les négociations entre Israël et les Palestiniens. Le 29 janvier 2016, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a déclaré que si aucun progrès n'était réalisé pour parvenir à la solution à deux Etats dans les prochaines semaines, la France reconnaîtra l'Etat palestinien. Le 30 janvier 2016, il a déclaré que "la France va s'engager dans la préparation d'une conférence internationale réunissant les parties et leurs principaux partenaires, américains, européens, arabes, notamment pour préserver et arriver à la solution à deux Etats" (France 24, 30 janvier 2016).
  •  En réponse, au début de la réunion hebdomadaire du cabinet, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a déclaré que la proposition française était "un encouragement pour les Palestiniens de ne pas faire de compromis." Selon lui, la substance des négociations est le compromis et l'initiative française, comme elle a été rapportée, donne aux Palestiniens des raisons de ne pas en faire ... "Notre position est très claire : nous sommes prêt à entamer des négociations directes sans conditions préalables" (Site Internet du Premier ministre israélien, 31 janvier 2016).
  • L'Autorité Palestinienne a salué l'initiative :
  • Mahmoud Abbasa déclaré aux participants du sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba qu'il saluait l'initiative française et les efforts déployés par les Arabes et les Européens. Il a appelé à une conférence internationale visant à mettre en œuvre l'initiative de paix arabe et la solution à deux Etats. Il a également appelé à la création d'un nouveau mécanisme et d'un groupe de travail international pour discuter de la question. Il a dit qu'une nouvelle structure devait être formée pour une conférence internationale impliquant la participation du Conseil de sécurité de l'ONU.
  • Nabil Abou Rudeina, porte-parole de Mahmoud Abbas,a déclaré que les Palestiniens saluaient les efforts investis par la France en vue de la fin de l'occupation et l'intention de la France de reconnaître l'Etat de Palestine (Wafa, 29 janvier 2016).
  • Yusuf al-Mahmoud, porte-parole du gouvernement palestinien de consensus national,a salué l'initiative française et a dit qu'elle apporterait la paix au Moyen-Orient et permettrait de réaliser la solution à deux Etats. Il a affirmé que l'initiative était la récompense des efforts de Mahmoud Abbas, et une victoire pour la politique palestinienne (Wafa, 31 janvier 2016).
  • Saeb Erekat, le secrétaire du Comité exécutif de l'OLP, a déclaré que l'AP saluait l'appel de la France à mettre fin à l'occupation. Il a dit qu'afin d'atteindre cet objectif, l'AP poursuivrait ses contacts avec la France et d'autres partenaires internationaux (Site Internet 124News, 29 janvier 2016).
  • LeFatah a appelé la communauté internationale à soutenir l'initiative française, indiquant que la position française est une victoire pour la politique palestinienne et une réponse positive aux efforts déployés par le Président de l'AP pour l'indépendance des Palestiniens (Ma'an, 30 janvier 2016).
  • Le Hamas a rejeté l'initiative. Selon Ismail Radwan, un haut responsable du Hamas, toutes les initiatives politiques qui cherchent à reprendre les négociations sont inacceptables et inutiles. Il a dit que le Hamas est opposé à un retour aux négociations de ce type, considérées comme absurdes et comme une perte de temps (Al-Kofia Press, 30 janvier 2016).

Caricature publiée par le bureau d'information du Fatah dans le journal Al-Quds Al-Arabi, basé à Londres. Elle compare le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu à l'Etat islamique. Netanyahu coupe la tête de la colombe, qui représente la solution à deux Etats, et le "drapeau de l'Etat islamique" précise "État juif". En arabe en haut à droite on peut lire : "Netanyahu : Pas de nouveaux retraits des territoires palestiniens" (Site d'information du Fatah, 31 janvier 2016)
Caricature publiée par le bureau d'information du Fatah dans le journal Al-Quds Al-Arabi, basé à Londres. Elle compare le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu à l'Etat islamique. Netanyahu coupe la tête de la colombe, qui représente la solution à deux Etats, et le "drapeau de l'Etat islamique" précise "État juif". En arabe en haut à droite on peut lire : "Netanyahu : Pas de nouveaux retraits des territoires palestiniens" (Site d'information du Fatah, 31 janvier 2016)

Grève de la faim du journaliste Muhammad al-Qiq
  • Dans la nuit du 21 novembre 2015, les forces de sécurité israéliennes ont arrêté le journaliste Muhammad al-Qiq à Ramallah. Il a été accusé d'incitation à la violence contre Israël dans les médias palestiniens. Plusieurs jours après son arrestation, il a débuté une grève de la faim pour protester contre le fait de ne pas être traduit en justice. Après une grève de la faim prolongée, son état de santé aurait décliné. De hauts responsables de l'AP ont rencontré des membres de sa famille (Wafa, 31 janvier 2014). Ismaïl Haniyeh, le chef adjoint du bureau politique du Hamas, s'est entretenu par téléphone avec les membres de sa famille (Site Internet du Hamas, 26 janvier 2016).
  • La grève de la faim d'Al-Qiq et les rapports sur sa santé défaillante ont suscité les protestations de nombreux Palestiniens. Des rassemblements de soutien et des manifestations ont eu lieu dans toute la Judée-Samarie et dans la bande de Gaza. Des Internautes palestiniens ont créé plusieurs pages sur les réseaux sociaux pour le soutenir. De nombreuses personnes l'ont félicité, déclarant qu'Israël était responsable de sa vie, et appelant la communauté internationale, les institutions internationales et les organisations des droits de l'homme à intervenir et à faire pression sur Israël pour le libérer (Wafa et Dunia al-Watan, 26 janvier 2016). Husam Badran, porte-parole du Hamas, a affirmé que sa mort serait suivie par une réponse (Paltoday, 25 janvier 2016).

[1]A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 2 février 2016 intitulé : "The social networks as a source of inspiration and imitation for terrorists: the case study of Amjad Jaser Sukari, the Palestinian policeman who carried out a shooting attack near Beit El", à l'adressehttp://www.terrorism-info.org.il/en/article/20950.
[2]A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 31 janvier 2016 intitulé :"The social networks as a source of inspiration and imitation for terrorists: the case study of Obada Abu Ras, the Palestinian terrorist who carried out the stabbing attack in Givat Ze'ev, Jerusalem", à l'adressehttp://www.terrorism-info.org.il/en/article/20949
[3]Exact à la date du 2 février 2016. Les statistiques ne comprennent pas les tirs d'obus de mortier ni les roquettes tirées qui se sont abattues dans la bande de Gaza.
[4] Ces données ne tiennent pas compte des tirs d'obus de mortier.