Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (15-21 juillet 2015)

Affiche de la branche armée du Hamas sur le Mont du Temple durant l'Aïd al-Fitr, montrant au centre une main tenant les plaques d'identification des soldats de Tsahal dont les corps sont détenus par le Hamas.

Affiche de la branche armée du Hamas sur le Mont du Temple durant l'Aïd al-Fitr, montrant au centre une main tenant les plaques d'identification des soldats de Tsahal dont les corps sont détenus par le Hamas.

Frappe d'une position du Hamas (Page Facebook Paldf, 16 juillet 2015)

Frappe d'une position du Hamas (Page Facebook Paldf, 16 juillet 2015)

La terroriste responsable de l'attaque à arme blanche (Agence de presse Tazpit, 15 juillet 2015)

La terroriste responsable de l'attaque à arme blanche (Agence de presse Tazpit, 15 juillet 2015)

Les sept membres de l'Etat islamique recherchés par la branche armée du Hamas pour leur rôle dans les explosions dans le quartier de cheikh Radwan (Page Facebook Paldf, 20 juillet 2015)

Les sept membres de l'Etat islamique recherchés par la branche armée du Hamas pour leur rôle dans les explosions dans le quartier de cheikh Radwan (Page Facebook Paldf, 20 juillet 2015)

Membres de la branche armée du Hamas escortant une visite le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël (Aza al-'Aan, 15 juillet 2015)

Membres de la branche armée du Hamas escortant une visite le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël (Aza al-'Aan, 15 juillet 2015)

Khaled Mashaal et le roi d'Arabie saoudite (Télévision saoudienne, 17 juillet 2015).

Khaled Mashaal et le roi d'Arabie saoudite (Télévision saoudienne, 17 juillet 2015).

Page Facebook du Bloc islamique de l'Université al-Najah, 18 juillet 2015

Page Facebook du Bloc islamique de l'Université al-Najah, 18 juillet 2015

  • Un tir de roquette a été identifié cette semaine dans la région d'Ashqelon. La responsabilité a été revendiquée par un réseau du jihad mondial qui a également revendiqué la responsabilité d'autres récents tirs de roquettes. Dans l'arène gazaouite interne, cinq véhicules de responsables militaires du Hamas et du JIP ont explosé dans la bande de Gaza, apparemment par le même réseau affilié à l'Etat islamique. Le Hamas a réagi avec une vague d'arrestations.
  • En Juillet 2015, le nombre d'attentats terroristes commis en Judée-Samarie et à Jérusalem a diminué, mais leur létalité et l'audace des auteurs ont augmenté. Au cours de la semaine écoulée, les forces de sécurité israéliennes ont démantelé deux réseaux, l'un du Hamas et l'autre du Fatah, responsables de plusieurs fusillades dans lesquelles deux Israéliens ont été tués et quatre autres blessés. Le réseau comprenait des membres qui avaient déjà été emprisonnés en Israël, dont deux libérés dans le cadre de l'accord Shalit. Le réseau du Hamas était dirigé depuis la Jordanie par des terroristes du Hamas libérés dans le cadre de l'accord Shalit. 
Tirs de roquettes et d'obus de mortier sur Israël
  •  Le 16 juillet 2015, une roquette a été identifiée dans la région d'Ashqelon. L'engin s'est abattu dans un secteur inhabité, sans faire ni victime ni dégât. Comme dans les autres cas de tirs de roquettes en Juin et Juillet, la responsabilité a été revendiquée par un réseau affilié à l'Etat islamique, la Brigade du cheikh Omar Hadid - Bayt al-Maqdis.[1]Selon un communiqué publié par le réseau, deux roquettes ont été tirées en réponse aux "crimes d'Israël" contre les Palestiniens à Jérusalem et aux attaques de l'aviation israélienne dans la péninsule du Sinaï. Le texte a également affirmé que les roquettes avaient atteint une installation de la compagnie électrique à Ashqelon (Compte Twitter de la Brigade du cheikh Omar Hadid, 16 juillet 2015).

La revendication de responsabilité de la Brigade du cheikh Omar Hadid – Bayt al-Maqdis (saryya_7الشيخ عمر حديد@ سرية, 16 juillet 2015)
La revendication de responsabilité de la Brigade du cheikh Omar Hadid – Bayt al-Maqdis (saryya_7الشيخ عمر حديد@ سرية, 16 juillet 2015)

Tirs de roquettes et d'obus de mortier sur Israël

Riposte israélienne
  • En riposte aux tirs de roquettes, des appareils de l'armée de l'air ont frappé des infrastructures terroristes dans la bande de Gaza (Porte-parole de Tsahal, 16 juillet 2015). Selon les médias palestiniens, une position de la branche armée du Hamas a été prise pour cible dans la région du camp de réfugiés d'Al-Bureij, au Sud de la bande de Gaza. Une femme aurait été blessée dans l'attaque. La région du camp de réfugiés de Jabaliya a également été prise pour cible (Al-Resalah.net, Paltoday, 16 juillet 2015).
Manifestations et heurts
  • Les violences et le terrorisme se sont poursuivis au cours de la semaine écoulée aux points de friction "traditionnels" en Judée-Samarie et à Jérusalem Est dans le cadre de la "résistance populaire" (cf., le terroriste populaire). Les violences ont essentiellement consisté en des tirs de pierres et de cocktails Molotov sur les forces de sécurité israéliennes ainsi que sur les civils israéliens. Ci-après les principales attaques :
  • Le 19 juillet 2015, une charge explosive improvisée a été lancée près de Naaleh (région de Binyamin), sans exploser (Red Alert, 18 juillet 2015).
  • Le 18 juillet 2015, un cocktail Molotov a été lancé sur un véhicule près du carrefour des tunnels dans le Gush Etsion, sans faire de blessés (Red Alert, 18 juillet 2015).
  • Le 17 juillet 2015, des cocktails Molotov et des pierres ont été lancés sur les forces de sécurité israéliennes durant une opération dans le quartier de Silwan à Jérusalem Est et dans le village de Jayyous en Samarie. Un soldat a été légèrement blessé (Red Alert, 17 juillet 2015).
  • Le 15 juillet 2015, un soldat de Tsahal a été légèrement blessé dans une attaque à l'arme blanche au carrefour de Bitilu à l'Ouest de Binyamin. Une terroriste est arrivée à la position de Tsahal et a poignardé le soldat au dos. La terroriste a été arrêtée (Agence de presse Tazpit, 15 juillet 2015).
Démantèlement de deux cellules terroristes responsables de fusillades
  • La semaine dernière, les forces de sécurité israéliennes ont démantelé deux réseaux terroristes palestiniens responsables de plusieurs fusillades dans lesquelles deux Israéliens ont été tués et quatre blessés. Les membres d'un des réseaux dépendaient du Hamas et leurs activités étaient dirigées de Jordanie. L'autre réseau appartenait au Fatah-Tanzim. Dans les deux réseaux, des membres avaient été emprisonnés en Israël dans le passé pour des activités terroristes, et deux ont été libérés dans le cadre de l'accord Shalit. Ce n'est pas la première fois que des activistes libérés dans le cadre de l'accord Shalit sont impliqués dans des attaques terroristes dans lesquelles des Israéliens ont été tués, y compris l'enlèvement et l'assassinat des trois jeunes Juifs du Gush Etsion en Juin 2014.
Démantèlement d'une cellule du Hamas responsable d'une fusillade près du Tombeau de Rachel[4]
  • Les forces de sécurité israéliennes ont arrêté les membres d'un réseau militaro-terroriste du Hamas, tous, à l'exception d'un seul, de la ville de Silwad (Nord-Est de Ramallah). Les membres ont été impliqués dans la fusillade du 29 juin 2015, près de la localité israélienne de Shvut Rachel, dans laquelle Malachie Rosenfeld a été tué et trois autres jeunes hommes ont été blessés.[5] Certains des membres ont été arrêtés par les forces de sécurité de l'Autorité Palestinienne.
  • Le réseau terroriste est également responsable d'une fusillade commise deux jours plus tôt contre une ambulance israélienne et d'autres véhicules. Pendant leur interrogatoire, les membres ont révélé que les attaques ont été dirigées par Ahmed Najar, activiste du Hamas emprisonné en Israël pour des fusillades dans lesquelles six Israéliens ont été tués. Ahmed Najar a été libéré dans l'affaire Shalit et a été expulsé vers la bande de Gaza. De là, il s'est rendu en Jordanie, d'où il a dirigé les attaques de terroristes palestiniens en Judée-Samarie.
  • Ci-après des détails sur les membres du réseau :
  • Amjad Najar, terroriste du Hamas, frère du gérant du réseau Ahmed Najar. Dans le passé, il a été arrêté en Israël à plusieurs reprises pour des activités de terrorisme populaire. Pendant son interrogatoire, il a affirmé avoir transmis des instructions, des armes et des fonds au réseau pour mener des attaques terroristes.
  • Abdallah Isshaq a été arrêté dans le passé pour trafic d'armes et activités de terrorisme populaire. Il a été impliqué dans la planification de l'attaque et a conduit la voiture.
  • Muaz Hamed, membre du Hamas, a été arrêté à plusieurs reprises dans le passé pour son rôle dans la planification d'attaques terroristes. Il est actuellement aux mains des forces de sécurité palestiniennes. Il était apparemment le tireur.
  • Ahmed Shabrawi, membre du Hamas, a été arrêté à plusieurs reprises dans le passé pour son rôle dans la planification d'attaques terroristes et est actuellement détenu par les forces de sécurité palestiniennes. Il a apparemment fourni les armes pour les attaques.
  • Faez Hamed, membre du Hamas, a été arrêté à plusieurs reprises dans le passé pour son rôle dans des activités terroristes du Hamas. Il a aidé à planifier les attentats.
  • Jamal Jamil Yunis, de Qusra en Samarie, beau-père d'Amjad Najar. Il a conduit la voiture utilisée dans l'attaque à la ferraillerie, a servi d'intermédiaire dans l'achat d'armes et a rencontré Najar en Jordanie.
Arrestation des auteurs de l'attentat dans la région de Dolev
  •  Suite à une activité des forces de sécurité israéliennes, un réseau de cinq terroristes palestiniens du camp de réfugiés de Qalandia (Sud de Ramallah) a été démantelé. Les terroristes sont responsables de plusieurs fusillades, dont celle commise le 19 juin 2015 dans la région de Dolev (dans laquelle Danny Gonen a été tué et un autre civil israélien blessé). Au cours de leur interrogatoire, ils ont révélé qu'avant l'attaque près de Dolev, ils avaient effectué plusieurs fusillades visant les forces de sécurité israéliennes dans la région du camp de réfugiés de Qalandia, et qu'en préparation de l'attaque, ils ont surveillé les alentours afin de repérer des Israéliens (Services de sécurité générale, 15 juillet 2015).
  • Ci-après des détails sur les membres du réseau :
  • Muhammad Abu Shahin, membre du Fatah Tanzim, ancien membre de la "Force 17" du Fatah, qui perçoit un salaire de l'Autorité Palestinienne. Emprisonné en Israël dans le passé pour son rôle dans des attaques à l'arme blanche et des fusillades. Il a tiré sur Danny Gonen près de la source proche de Dolev. En préparation de l'attaque, il s'est rendu à la source à plusieurs reprises. En 2014, il a effectué six fusillades, blessant notamment un soldat de Tsahal lors d'une attaque commise à A-Ram.
  • Amjad Adwan, terroriste du Fatah Tanzim, a été arrêté et emprisonné à plusieurs reprises dans le passé pour trafic d'armes. Il a été impliqué dans une fusillade et la pose d'un engin piégé.
  • Achraf Amar, membre des renseignements militaires de l'AP. A tenté avec Muhammad Abu Shahin d'effectuer une attaque terroriste à la source près de Dolev, sans succès.
  • Oussama Asad, terroriste du Fatah Tanzim, a été emprisonné par le passé pour trafic d'armes et activités de "résistance populaire" (cf., terrorisme populaire). Il a été libéré dans le cadre de l'accord Shalit.
  • Muhammad Adwan, sans aucune affiliation à une organisation terroriste ni détention précédente. Il a caché une arme à feu dans sa maison, utilisée pour tuer Danny Gonen, et dans d'autres fusillades.

Droite : Arrestation du réseau à Silwad (Porte-parole de Tsahal, 19 juillet 2015). Gauche : Arme utilisée dans l'attentat et munitions trouvées chez les membres du réseau (Services de sécurité générale, 15 juillet 2015)
Droite : Arrestation du réseau à Silwad (Porte-parole de Tsahal, 19 juillet 2015). Gauche : Arme utilisée dans l'attentat et munitions trouvées chez les membres du réseau (Services de sécurité générale, 15 juillet 2015)

Caractéristiques des attentats du mois de Juin 2015
  • Le nombre d'attaques terroristes commises en Judée-Samarie et à Jérusalem en Juin 2015 a diminué, avec 120 attaques contre 151 en Mai 2015. Toutefois, leur létalité et l'audace de leurs auteurs ont elles augmenté. Ci-après les principales caractéristiques des attaques (Services de sécurité générale, 14 juillet 2015) :
  • Modus operandi- La plupart des attaques ont impliqué des cocktails Molotov (98 sur 120). Quatre attaques de tir d'armes légères ont été signalées, ainsi que deux attaques à l'arme blanche (dont une à Jérusalem), et 16 attaques impliquant des engins piégés.[6]
  • Victimes - Deux civils israéliens ont été tués dans des fusillades en Judée-Samarie. Huit Israéliens (cinq civils et trois membres des forces de sécurité) ont été blessés, dont certains grièvement.
  • Emplacement- 69 attaques terroristes ont été commises en Judée-Samarie (contre 91 en Mai 2015), et 51 à Jérusalem (60 mai 2015).
Autorité des terminaux
  • L'autorité des terminaux et des frontières du Hamas a annoncé dans un communiqué que Maher Abu Subha, qui a dirigé l'autorité pendant quatre ans, se retirait. Un nouveau responsable sera nommé par le département des affaires civiles et des passeports du ministère de l'Intérieur du Hamas. L'autorité des terminaux a salué Abu Subha pour le travail effectué sous son mandat (Agence de presse Safa, 14 juillet 2015).
Explosions dans la bande de Gaza
  • Le 19 juillet 2015 vers 6h, une série d'explosions a eu lieu dans les quartiers de cheikh Radwan et d'Al-Nafaq de la ville de Gaza par des engins piégés placés dans les véhicules de cinq responsables des branches armées du Hamas et du Jihad Islamique Palestinien (JIP). Des graffitis de l'Etat islamique ont été retrouvés à proximité de l'une des voitures. Deux passants ont été légèrement blessés et des dégâts ont été causés aux bâtiments avoisinants. Un réseau proche de l'Etat islamique a revendiqué la responsabilité des attaques.
  • Iyad al-Bazam,porte-parole du ministère de l'Intérieur du Hamas, a déclaré que les services de sécurité avaient commencé à enquêter sur l'incident. Il a annoncé plus tard qu'un certain nombre de suspects avaient été appréhendés et étaient interrogés par la sécurité du Hamas (Page Facebook du ministère de l'Intérieur dans la bande de Gaza, 19 juillet 2015). Selon un communiqué publié sur la page Facebook de l'association des familles salafistes des détenus dans les prisons de la bande de Gaza, quelques heures après les explosions, les forces de sécurité du Hamas ont lancé une vague d'arrestations de militants salafistes. Selon le communiqué, les salafistes dans la bande de Gaza ne sont en aucune façon impliqués dans les attaques et réagiront aux actions du Hamas à leur encontre par les tirs de roquettes sur Israël. Les branches armées du Hamas et du Jihad Islamique Palestinien ont publié une déclaration conjointe affirmant que les explosions servent les intérêts d'Israël et que les responsables sont des traîtres qui tentent de saboter la "résistance" [cf., les organisations terroristes palestiniennes]. Selon la déclaration, les responsables seront poursuivis et elles continueront à défendre le peuple palestinien et à planifier une confrontation avec Israël (Site Internet de la branche armée du Hamas, 19 juillet 2015). Ahmed al-Mudallal, haut responsable du JIP, a déclaré que le responsable des explosions soutient évidemment Israël (Télévision Al-Qods, 19 juillet 2015). Salah al-Bardawil, haut responsable du Hamas dans la bande de Gaza, a accusé les renseignements israéliens et l'Autorité Palestinienne de la responsabilité des attentats, dont l'objectif, selon lui, est de gêner "la résistance palestinienne" (Palinfo, 20 juillet 2015).

Droite : Un des véhicules après l'explosion. Gauche : Graffiti de l'Etat islamique sur les lieux de l'attaque (Page Facebook Paldf, 19 juillet 2015)
Droite : Un des véhicules après l'explosion. Gauche : Graffiti de l'Etat islamique sur les lieux de l'attaque (Page Facebook Paldf, 19 juillet 2015)

  • Le 20 juillet 2015, la branche armée du Hamas a publié les photos de sept membres de l'Etat islamique recherchés dans la bande de Gaza pour leur implication dans les attentats à la bombe dans le quartier de cheikh Radwan. Ci-après leurs noms (Page Facebook PALDF, 20 juillet 2015) :
  • Muhammad Muhammad Shhadeh al-Dilu
  • Mustafa Nawaf Muhammad Abd al-Razeq
  • Nader Bassam Hussein Jawda
  • Issam Suleiman Mohammed al-Nabahin
  • Muhammad Jamal Hilmi Abu Dalal
  • Abd al-Rahman Ahmed Abd al-Rahman Abu Mughasib
  • Fadi Adnan Muhammad al-Hajar
Visite organisée du Hamas le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël
  • Le 15 juillet 2015, des activistes du Hamas ont organisé une visite le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël pour marquer le premier anniversaire de l'Opération Barrière Protectrice, dans la région d'Abu Mutibaq (près de la localité israélienne d'Ein Hashlosha, dans laquelle des terroristes du Hamas se sont infiltrés avant de tuer deux soldats de Tsahal). Des dizaines de jeunes ont participé à la visite, escortés par des membres armés et masqués (Aza al-A'an, 15 juillet 2015).
Manifestation de soutien à l'Iran dans la bande de Gaza
  • Le 16 juillet 2015, la branche armée du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) a organisé un défilé dans la ville de Gaza en soutien à l'accord nucléaire signé par l'Iran et les puissances du monde, qualifié de "victoire de la détermination de l'Iran". Les manifestants ont brandi des drapeaux de l'Iran et du Hezbollah et ont distribué des confiseries (Page Facebook du réseau Terre Sainte, 16 juillet 2015).

Drapeaux de l'Iran et du Hezbollah à une manifestation de soutien des membres  du FPLP (Page Facebook du réseau Terre Sainte, 16 juillet 2015)
Drapeaux de l'Iran et du Hezbollah à une manifestation de soutien des membres du FPLP (Page Facebook du réseau Terre Sainte, 16 juillet 2015)

Visite d'une délégation du Hamas en Arabie saoudite
  • Une délégation du Hamas dirigée par Khaled Mashaal, le chef du bureau politique du Hamas, Musa Abu Marzouq, membre du bureau, Saleh al-Arouri et Muhammad Nizal, hauts responsables du mouvement, a effectué une visite officielle en Arabie Saoudite, la première en trois ans. Ils ont rencontré Salman bin Abd Aziz, le roi d'Arabie saoudite, l'émir Muhammad bin Naif, l'héritier, et plusieurs autres responsables (Site Internet du Hamas, 18 juillet 2015). Ismail Haniya, le chef adjoint du bureau politique du Hamas, a qualifié la visite de succès et a déclaré espérer qu'il s'agit du début du renouvellement des relations historiques entre le Hamas et les Saoudiens (Agence de presse Safa, 18 juillet 2015).
  • Selon nous, la direction politique du Hamas estime qu'il est dans son intérêt d'améliorer les relations avec l'Arabie saoudite, notamment comme moyen de se rapprocher de l'Egypte afin de soulager l'isolement politique du Hamas. Cependant, l'amélioration des relations avec l'Arabie saoudite est un point de dissension entre les branches politique et militaire du Hamas. La première soutient les relations avec l'Iran, qu'elle considère comme une source de financement et d'armement, et place des obstacles à l'amélioration des relations avec les Saoudiens et les Egyptiens.
Activités de propagande du Hamas à Jérusalem et à Naplouse
  • A la veille de l'Aïd al-Fitr, le Hamas a accroché une bannière géante en face de la mosquée Al-Aqsa, montrant au centre une main tenant des plaques d'identification des  soldats de Tsahal tué dans l'Opération Bordure Protectrice dont les corps sont détenus par le Hamas. En arabe on peut lire : "Ô, Jérusalem, nous arrivons", avec une photo du porte-parole de la branche armée du Hamas Abu Obeida, et (à droite), "[Pour] nos prisonniers : la victoire est proche et la promesse sera tenue" (Page Facebook du bloc islamique, association étudiante du Hamas à l'Université de Bir Zeit, 18 juillet 2015).
  • A la veille de l'Aïd al-Fitr, le bloc islamique de l'Université Al-Najah de Naplouse a affiché sa propre version de la traditionnelle bénédiction de l'Aïd al-Fitr. La version du bloc islamique encourage la "résistance" (à savoir, le terrorisme). La photo montre des membres armés et masqués de la branche armée du Hamas debout derrière deux enfants armés (Page Facebook du bloc islamique à l'Université Al-Najah, 18 juillet 2015).
Le Centre du Retour Palestinien reçoit l'accréditation de l'ONU
  • Le 20 juillet 2015, l'ONU a accordé l'accréditation officielle au Centre du Retour Palestinien (CRP), malgré l'argument d'Israël selon lequel l'organisation est affiliée au Hamas. La décision a été prise après que le Comité des Nations Unies sur les ONG a recommandé que l'organisation reçoive le statut de consultant. Israël a échoué à empêcher la décision. Durant le vote qui a eu lieu le 20 juillet 2015, 13 pays ont soutenu la demande israélienne, 16 pays se sont opposés et 18 se sont abstenus, et le Centre du Retour Palestinien a été officiellement accrédité. Le CRP a déclaré qu'il poursuivrait Israël en justice pour diffamation (Compte Twitter du CRP, 21 juillet 2015).
  • Le CRP se présente comme une organisation de consultation indépendante dédiée à trouver une solution au problème des réfugiés palestiniens. En réalité, il s'agit d'une organisation de propagande anti-israélienne établie à Londres en 1996. Le Centre est affilié au Hamas et aux Frères musulmans et plusieurs de ses hauts responsables sont des membres du Hamas ayant trouvé refuge en Grande-Bretagne. Fondé en opposition aux accords d'Oslo, il nie fermement le droit de l'Etat d'Israël à exister. Il préconise le soi-disant "droit au retour" des réfugiés palestiniens et de leur descendants là d'où ils ont fui en 1948, et le considère comme son principal outil pour détruire Israël et empêcher tout processus politique. Le CRP mène une vaste campagne d'activités anti-israéliennes en Grande-Bretagne, en Europe et dans d'autres pays à travers le monde et est une organisation importante dans la campagne internationale de délégitimation d'Israël[7].
Proposition de débattre du sujet du Mavi Marmara à la CPI
  • Le 16 juillet 2015, l'Union des Comores a demandé au Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye de réexaminer la décision de ne pas enquêter sur l'arraisonnement par Israël de la flottille du Mavi Marmara (Site de la CPI, 16 juillet 2015).
  • Le 6 novembre 2014, le procureur avait rendu une décision déclarant qu'après l'enquête initiale demandée par l'Union des Comores, il avait été décidé de ne pas entamer de poursuites puisque les conditions juridiques nécessaires à la poursuite de l'enquête selon la Convention de Rome n'étaient pas réunies et que l'événement ne justifiait pas d'action supplémentaire du tribunal. Le 29 janvier 2015, l'Union des Comores avait demandé que la décision initiale soit réexaminée (Site de la CPI, 16 juillet 2015).
  • En réponse, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que "les soldats de Tsahal ont agi en légitime défense pour arrêter une tentative de briser le blocus maritime qui a été instauré en conformité avec le droit international tel que déterminé par un comité nommé par le Secrétaire général de l'ONU, une commission dirigée par un Juge de la Cour suprême et les observateurs internationaux..." (Site Internet du cabinet du Premier ministre israélien, 16 juillet 2015).
 

[1] Pour plus de détails sur les tirs de roquettes sur Israël depuis l'Opération Bordure Protectrice, voir notre rapport du 16 juillet 2015 (en anglais) intitulé  "The Gaza Strip One Year after Operation Protective Edge: An Overview."
[2]Exact à la date du 21 juillet 2015. Les statistiques ne comprennent pas les tirs d'obus de mortier ni les roquettes tirées qui se sont abattues dans la bande de Gaza.
[3]Ces données ne tiennent pas compte des tirs d'obus de mortier.
[4]Services de sécurité générale, 19 juillet 2015.
[5]Le 29 juin 2015, quatre Israéliens ont été blessés par des coups de feu tirés depuis un véhicule près de la localité de Shvut Rachel en Judée. Tous les quatre étaient de la localité de Kochav Hashahar au Nord de la Judée. Les tireurs ont pris la fuite.
[6]Le rapport ne comprend pas les dizaines de tirs de pierres
[7]A ce sujet, voir notre article du 8 mars 2011 intitulé "Le Centre du Retour Palestinien est un centre londonien de propagande anti-israélienne, affilié au Hamas et aux Frères Musulmans, récemment interdit en Israël", à l'adresse http://www.terrorism-info.org.il/fr/article/19097