Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (27 mai – 2 juin 2015)

Après l'échec de la tentative palestinienne de suspendre Israël de la FIFA, des enfants brandissent un

Après l'échec de la tentative palestinienne de suspendre Israël de la FIFA, des enfants brandissent un "carton rouge" aux forces de sécurité israéliennes durant une manifestation du vendredi

Palestiniennes aidant de jeunes Palestiniens à ramasser des pierres

Palestiniennes aidant de jeunes Palestiniens à ramasser des pierres

Palestiniennes aidant de jeunes Palestiniens à ramasser des pierres

Palestiniennes aidant de jeunes Palestiniens à ramasser des pierres

Les responsables du Hamas Musa Abu Marzouk et Imad al-Alami de retour dans la bande de Gaza via le terminal de Rafah (Page Facebook Paldf, 27 mai 2015)

Les responsables du Hamas Musa Abu Marzouk et Imad al-Alami de retour dans la bande de Gaza via le terminal de Rafah (Page Facebook Paldf, 27 mai 2015)

Incendie du drapeau israélien.

Incendie du drapeau israélien.

Manifestants arborant une pancarte comparant le Premier ministre israélien Netanyahu à Hitler

Manifestants arborant une pancarte comparant le Premier ministre israélien Netanyahu à Hitler

Armes, y compris des ceintures d'explosifs, trouvées au domicile de Yahya Hanar à Gaza (Site Internet du ministère de l'Intérieur de Gaza, 2 juin 2015)

Armes, y compris des ceintures d'explosifs, trouvées au domicile de Yahya Hanar à Gaza (Site Internet du ministère de l'Intérieur de Gaza, 2 juin 2015)

Cérémonie commémorative de l'IHH à Gaza, avec une simulation de l'arraisonnement du Mavi Marmara par Tsahal (Paltoday, 30 mai 2015)

Cérémonie commémorative de l'IHH à Gaza, avec une simulation de l'arraisonnement du Mavi Marmara par Tsahal (Paltoday, 30 mai 2015)

Défilé de masse de l'IHH à Istanbul à l'occasion du cinquième anniversaire du Mavi Marmara

Défilé de masse de l'IHH à Istanbul à l'occasion du cinquième anniversaire du Mavi Marmara

Simulation de l'enlèvement d'un soldat de Tsahal dans une position israélienne (marquée par un drapeau israélien).

Simulation de l'enlèvement d'un soldat de Tsahal dans une position israélienne (marquée par un drapeau israélien).

Le Marianne au port de Poio en Espagne (Felesteen, 1er juin 2015)

Le Marianne au port de Poio en Espagne (Felesteen, 1er juin 2015)

  • La semaine a été marquée par le tir d'une roquette de la bande de Gaza. L'engin s'est abattu près de Gan Yavne sans faire ni blessés ni dégâts. Il s'agit du troisième tir depuis le début de l'année et du premier tir d'un engin à longue portée. Selon les médias palestiniens et israéliens, le tir a été effectué suite à des conflits internes au sein du Jihad Islamique Palestinien. Selon la presse palestinienne, les services de sécurité du Hamas ont arrêté trois membres du JIP.
  • Israël a répliqué par des frappes aériennes contre quatre cibles terroristes au Sud de la bande de Gaza. Aucune victime n'a été signalée. Le Premier ministre Benyamin Netanyahu et le ministre de la Défense Moshé Yaalon ont déclaré qu'Israël considérait le Hamas comme responsable de tout tir de la bande de Gaza sur Israël.
  • La tentative palestinienne d'écarter Israël de la Fédération Internationale de Football (FIFA) a échoué avec le retrait de la proposition palestinienne à la dernière minute, apparemment suite à des pressions et après avoir compris qu'elle ne serait pas votée au congrès de la FIFA. Les porte-parole du Hamas ont vivement critiqué le report de la proposition, tandis qu'un groupe d'activistes palestiniens a lancé une campagne de presse appelant à démettre Jibril Rajoub de ses fonctions. 
Tirs de roquettes et d'obus de mortier sur Israël
  • Le 26 mai 2015 à 21h45, une roquette a été tirée de la bande de Gaza et s'est abattue près de Gan Yavne, sans faire ni blessés ni dégâts. Il s'agit du troisième engin tiré depuis le début de l'année et du premier tir à longue portée depuis la fin de l'Opération Bordure Protectrice. Selon la presse palestinienne et israélienne, le Jihad Islamique Palestinien (JIP) est responsable du tir, effectué sur fond du conflit interne au sein de la direction de l'organisation en raison de la nomination d'un nouveau commandant de la branche armée au Nord de la bande de Gaza.
  • Suite au tir, les services de sécurité du Hamas ont arrêté trois membres du JIP en coopération avec les services de sécurité de l'organisation (Qudsnews, 27 mai 2015). Faisant référence aux événements, Sami Abu Zuhri, porte-parole du Hamas, a déclaré qu'Israël était l'unique responsable de l'escalade et a mis en garde contre sa poursuite (Site Internet officiel du Hamas, 27 mai 2015). Iyad al-Bazam, porte-parole du ministre de l'Intérieur du Hamas, a déclaré que le ministère et les services de sécurité suivaient les développements avec attention et faisaient leur possible pour se préparer à une escalade d'Israël (Page Facebook du ministère de l'Intérieur, 27 mai 2015).

Tirs de roquettes et d'obus de mortier sur Israël

Réactions israéliennes au tir de roquette
  • En réaction au tir de roquette, des appareils de l'armée de l'air ont visé quatre cibles terroristes au Sud de la bande de Gaza (Porte-parole de Tsahal, 27 mai 2015). Selon les médias palestiniens, les avions israéliens ont frappé plusieurs positions du JIP à Rafah, Beit Lahia et Khan Younes et une position de la branche armée du Hamas. Des dégâts ont été causés, mais aucune victime n'a été signalée (Al-Resalah.net, 27 mai 2015).

Frappes de l'armée de l'air. Droite : Cratère formé dans la terre. Gauche : Gilet portant l'inscription "Bataillons de Jérusalem, infirmier militaire", laissé au centre de formation pris pour cible (Felesteen al-Yom, 27 mai 2015)
Frappes de l'armée de l'air. Droite : Cratère formé dans la terre. Gauche : Gilet portant l'inscription "Bataillons de Jérusalem, infirmier militaire", laissé au centre de formation pris pour cible (Felesteen al-Yom, 27 mai 2015)

  • Le Premier ministre Benyamin Netanyahua déclaré qu'Israël considérait le Hamas comme responsable de tout tir sur Israël de la bande de Gaza. Il a ajouté que Tsahal avait riposté au tir dans l'immédiat et avec vigueur et a précisé que l'Etat d'Israël faisait tout pour préserver le calme atteint après l'Opération Bordure Protectrice (Site Internet du cabinet du Premier ministre, 27 mai 2015). Le ministre de la Défense Moshé Yaalon a également imputé la responsable de tout tir de la bande de Gaza au Hamas et a menacé d'une riposte vigoureuse en cas de poursuite des tirs. 
Manifestations et heurts
  • Les violences et le terrorisme se sont poursuivis au cours de la semaine écoulée aux points de friction "traditionnels" en Judée-Samarie et à Jérusalem Est dans le cadre de la "résistance populaire", avec notamment des tirs de pierres et de cocktails Molotov sur les forces de sécurité israéliennes.
  • Le site Internet Felesteen al-'Aan (proche du Hamas) a publié une série de photos montrant des Palestiniennes aidant de jeunes Palestiniens participant aux manifestations hebdomadaires dans le village de Qadoum à ramasser des pierres afin de les lancer sur les forces de sécurité israéliennes (Felesteen al-'Aan, 29 mai 2015).
Le terminal de Rafah
  • Selon des responsables de la bande de Gaza, au cours des trois jours durant lesquels le terminal de Rafah a été ouvert au passage d'Egypte à la bande de Gaza, 1500 Palestiniens l'ont emprunté. Par ailleurs, 2500 tonnes de matériaux de construction et cent fauteuils roulant pour handicapés ont transité via le terminal (Al-Masri al-Yom, 29 mai 2015). Depuis le début de l'année, le terminal a été ouvert huit jours seulement. Mahmoud Abbas et la représentation palestinienne au Caire agissent en vue de l'ouverture du terminal dans les deux directions à l'occasion du Ramadan, qui débute cette année le 18 juin (Safa, 26 mai, Qudsnet, 31 mai 2015)
  • A l'occasion de l'ouverture du terminal de Rafah, les membres du bureau politique du Hamas Musa Abu Marzouk et Imad al-Alami sont arrivés dans la bande de Gaza. Abu Marzouk est arrivé du Qatar, où il a subi une opération du cœur et Al-Alami est arrivé de Turquie où il a reçu un traitement médical, après avoir été blessé dans l'Opération Bordure Protectrice. A l'occasion de leur retour, le Hamas a organisé une réception au terminal durant laquelle Ismail Haniya, le vice chef du bureau politique du Hamas, a prononcé un discours faisant référence au terminal et affirmant que la question n'est pas sécuritaire mais politique et humanitaire. Selon lui, la sécurité de l'Egypte est la sécurité des Palestiniens. Haniya a souligné que le Hamas ne dénigrait pas la sécurité de l'Egypte et l'a appelée à ouvrir le terminal à temps plein dans les deux directions et à mettre un terme au blocus imposé à la bande de Gaza (Chaîne Al-Aqsa, 27 mai 2015).

Caricature montrant les difficultés des voyageurs sortant de Gaza pour rentrer via le terminal de Rafah (Page Facebook Paldf, 27 mai 2015)
Caricature montrant les difficultés des voyageurs sortant de Gaza pour rentrer via le terminal de Rafah (Page Facebook Paldf, 27 mai 2015)

Visite  du ministre allemand des Affaires étrangères dans la bande de Gaza
  • Le 1er juin 2015, le ministre allemand des Affaires étrangèresFrank Walter Steinmeier, s'est rendu dans la bande de Gaza dans le cadre d'une visite organisée en Israël et dans l'Autorité Palestinienne, en compagnie de six personnes. Le Hamas a publié un communiqué officiel saluant la visite, qualifiée de "mesure importante". A son entrée dans la bande de Gaza, le ministre a déclaré que la situation dans la bande de Gaza était difficile et qu'il agirait avec les responsables pour modifier cette situation. Dans une conférence de presse organisée au port de Gaza, il a déclaré qu'en raison du retard dans la construction de Gaza, la bande de Gaza était un "baril de poudre" dont il faut empêcher l'explosion. Il a ajouté que l'Allemagne avait l'intention de continuer à soutenir la bande de Gaza (Sawa, 1er juin 2015).
Amnesty critique la gestion du Hamas
  • Le 27 mai 2015, l'organisation Amnesty a publié un nouveau rapport selon lequel durant l'Opération Bordure Protectrice, le Hamas a mené une campagne cruelle d'enlèvements, d'arrestations, de tortures et a même exécuté des Palestiniens accusés de collaboration avec Israël. Selon le rapport, au moins 23 Palestiniens  ont été exécutés par le Hamas dans cette période. Plusieurs dizaines d'autres ont été arrêtés et torturés (Site Internet Amnesty, 27 mai 2015).
  • En réaction à la publication du rapport, Salah al-Bardawil, haut responsable du Hamas, a démenti tout lien du Hamas avec l'exécution de Palestiniens soupçonnés de collaboration avec Israël. Selon lui, le rapport est plus politique que juridique car il impute la responsabilité au Hamas et affirme que les morts étaient membres du Fatah. Selon lui, une partie des morts sont la conséquence des frappes d'Israël dans la bande de Gaza (Al-Arabi Al-Jadeed, 27 mai 2015).[3]
Incitation durant une manifestation hebdomadaire des familles des prisonniers à Gaza
  • Le 1er juin 2015, comme chaque semaine, les familles des prisonniers détenus en Israël ont organisé une manifestation devant le siège de la Croix-Rouge à Gaza. Les manifestants ont incendié le drapeau israélien et ont arboré une pancarte comparant le Premier ministre Benyamin Netanyahu à Hitler. Sur une affiche en anglais, on pouvait lire : "C'est la fin d'Israël. Bye bye Bibi = Croix gammée, Bye bye Hitler. Né pour tuer, brûlé en enfer" (Page Facebook Shihab, 1er juin 2015). Israël a récemment renouvelé les visites des familles des prisonniers de Gaza dans les prisons israéliennes.
Tracé d'une route à la frontière entre Israël et Gaza
  • Des responsables du Hamas ont publiquement fait référence au sujet de la construction d'une route à la frontière entre la bande de Gaza et Israël. Dans ce cadre, Fathi Hamas, haut responsable de la direction du Hamas, a déclaré que la branche armée du Hamas avait commencé à construire une route le long de la frontière avec Israël à une distance de 250-300 mètres de la barrière de sécurité, afin de "créer une occasion appropriée pour prendre l'ennemi d'assaut" (Sama, 30 mai 2015).
  • Mustafa Sawaf, commentateur politique de Gaza proche du Hamas, a souligné le droit de la "résistance" à construire des positions et à bâtir des routes dans la bande de Gaza dans le cadre des préparatifs en vue de la prochaine campagne et afin de servir les intérêts palestiniens, dont empêcher l'entrée d'Israël dans la bande de Gaza et l'infiltration de jeunes de la bande de Gaza en territoire israélien. Il a estimé qu'Israël ne réagirait pas à la construction de la route (Al-Arabi Al-Jadeed, 31 mai 2015).
  • Selon nous, ces déclarations peuvent avoir été motivées par les critiques internes du Hamas. En réponse, les membres du Hamas et les journalistes affiliés au mouvement ont souligné les avantages offensifs, défensifs et sécuritaires obtenus par le Hamas avec le tracé de la route.
Poursuite des tensions entre le Hamas et les salafistes
Tentative d'assassinat d'un haut responsable des forces de sécurité ?
  • Un réseau appelé les partisans de l'Etat islamique de Jérusalem a publié un communiqué revendiquant la responsabilité de la mort de Saber Siyam, un haut responsable des forces de sécurité du Hamas. Selon le texte, il aurait été tué par un engin explosif improvisé placé près d'un magasin qu'il possédait. Le communiqué contenait également un avertissement à tous les membres des forces de sécurité du Hamas participant à des activités contre le réseau (Compte Twitter Muqawama, 31 mai 2015). Le Hamas a nié la mort de Saber Siyam mais a confirmé l'explosion près de son magasin (Alquds.co.uk, 31 mai 2015). Abu al-Inaa 'al-Ansari, haut responsable jihadiste salafiste de la bande de Gaza, a également nié la déclaration, affirmant qu'un pétard avait explosé et non pas un engin piégé. Toutefois, il a également accusé les forces de sécurité du Hamas d'avoir arrêté des jihadistes salafistes et a affirmé que plus de 90 activistes avaient été arrêtés et torturés dans les prisons du Hamas (Alqudsnews.net, 1er juin 2015).
Mort d'un salafiste au cours d'une tentative d'arrestation
  • Le 2 Juin 2015, les médias palestiniens ont annoncé qu'un jihadiste salafiste nommé Yahya Hanar, âgé de 27 ans, du quartier de cheikh Radwan de la ville de Gaza, avait été tué lors d'une tentative d'arrestation. Selon les rapports, il a été tué durant des échanges de tirs après avoir refusé de se rendre. De nombreuses armes, dont des ceintures d'explosifs, ont été trouvées en sa possession, ainsi que des engins piégés et des lanceurs RPG (Page Facebook Qudsn, 2 juin 2015).

 

  • Selon une source sécuritaire de la bande de Gaza, Yahya Hanar avait été impliqué dans une série de récents attentats à Gaza et était surveillé par les forces de sécurité (Paltimes.net, 2 juin 2015). Selon un Internaute réagissant via Facebook, il prévoyait d'utiliser une ceinture explosive dans une installation des Brigades Izz al-Din al-Qassam dans le quartier de cheikh Radwan à Gaza (Page Facebook Qudsn, 2 juin 2015).
Anniversaire du Mavi Marmara
  • A l'occasion du cinquième anniversaire de la flottille du Mavi Marmara, l'organisation islamiste turque IHH a organisé un rassemblement en mémoire des victimes au monument commémoratif dans le port de Gaza, en présence des représentants des organisations de la bande de Gaza, notamment du Hamas et du Jihad Islamique Palestinien. La simulation de la prise de contrôle du bateau par Tsahal a été organisée, en parallèle aux allocutions de Muhammad Kaya, représentant de l'IHH dans la bande de Gaza, et de responsables palestiniens (Palestine-info, 30 mai 2015).
  • En plus de la manifestation, le 31 mai 2015, un mariage de masse de 4000 Palestiniens a été organisé dans le stade Yarmouk dans la ville de Gaza. Le mariage, qui a coûté quatre millions de dollars, a été financé par le gouvernement turc. Ismail Haniya, le chef adjoint du bureau politique du Hamas, qui était présent, a béni les couples et a remercié la Turquie pour son aide et son soutien. Il a également affirmé que l'événement a permis de compléter la joie de la victoire de la "résistance" [cf., les organisations terroristes palestiniennes] pour ses réalisations dans la dernière guerre, qui était la plus longue jamais combattue. Haniya a également affirmé que des associations caritatives avaient voulu transférer des fonds pour le mariage aux banques palestiniennes mais que certaines banques n'ont pas coopéré parce qu'elles refusent de travailler avec TIKA (l'agence internationale turque de coopération et de développement (Al-Aqsa TV, 31 mai 2015).

Le mariage financé par la Turquie. Gauche : Discours d'Ismail Haniya pendant la cérémonie  (Felesteen al-Yom, 31 mai 2015)
Le mariage financé par la Turquie. Gauche : Discours d'Ismail Haniya pendant la cérémonie (Felesteen al-Yom, 31 mai 2015)

  • Pour marquer l'anniversaire de la flottille du Mavi Marmara, l'IHH a organisé une marche à Istanbul, de la mosquée Al-Fateh jusqu'au cimetière où sont enterrés les activistes morts durant la flottille. De là, les manifestants ont fait route vers le Bosphore pour une cérémonie et des discours (Aljazeera.net, 31 mai 2015).
Fin de formation de la branche armée du FDLP
  • Le 29 mai 2015, les Bataillons de résistance nationale, la branche armée du Front Démocratique de Libération de la Palestine (FDLP), ont organisé une cérémonie à l'occasion de la fin de la "formation du groupe d'élite de Rafah," avec des dizaines de participants. La cérémonie s'est déroulée dans un camp d'entraînement du FDLP dans la zone de Rafah, en présence de membres de l'organisation, qui ont assisté à divers exercices, y compris l'assaut de positions israéliennes et l'enlèvement de soldats, le tir d'obus de mortier, l'explosion d'engins piégés, etc. (Site Internet des Bataillons de résistance nationale ; page Facebook des Bataillons de résistance nationale, 29 mai 2015).
Critique des propos de Benyamin Netanyahu
  • Le 16 mai 2015, à l'occasion d'un entretien avec Federica Mogherini, la ministre des Affaires étrangères de l'UE, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu'il voulait renouveler les négociations avec les Palestiniens afin de parvenir à des accords concernant les frontières des blocs d'implantations qui seraient annexés par Israël dans un futur accord de paix (Haaretz.co.il, 26 mai 2015). L'AP a été prompte à critiquer et à rejeter les déclarations du Premier ministre :
  • Nabil Abu Rudeina, porte-parole de Mahmoud Abbas, a affirmé que le fondement de toutes les négociations devait être la reconnaissance des frontières de 1967 et Jérusalem comme capitale d'un État palestinien indépendant. Il a souligné la nécessité d'un arrêt absolu de la construction dans les implantations et la quatrième phase de la libération des prisonniers palestiniens incarcérés avant les accords d'Oslo.
  • Saeb Erekat, membre du comité exécutif de l'OLP, a affirmé que les propos de Netanyahu étaient inacceptables et n'étaient qu'une tentative de gagner la légitimité palestinienne et internationale aux implantations. Il a affirmé que les frontières de l'Etat de Palestine devaient être déterminées par les lignes de 1967 et la reconnaissance internationale, et non par les frontières des implantations (Alhayat-j.com, 27 mai 2015).
  • Nabil Shaath, membre du comité central du Fatah, a qualifié les propos de Netanyahu d'inacceptables et a affirmé qu'ils reflètent l'extrémisme du nouveau gouvernement israélien. Il a ajouté que les Palestiniens sont formellement opposés aux implantations comme une question de principe (Alwatanvoice.com, 26 mai 2015). Il a également affirmé que, dans les jours à venir, Mahmoud Abbas convoquerait une réunion de la direction palestinienne afin d'examiner l'évolution des mesures prises par les Palestiniens sur la scène internationale, surtout après les déclarations du Premier ministre israélien. Il a affirmé qu'à l'heure actuelle, il serait impossible pour les deux parties de trouver un terrain d'entente, puisque le gouvernement Netanyahu refuse de négocier sérieusement et adhère obstinément aux implantations, à la poursuite de l'occupation et à détruire la bande de Gaza tous les deux ans (Alaraby.co.uk, 26 mai 2015). 
Tentative palestinienne de suspendre Israël de la FIFA
  • Le 29 mai 2015, le Congrès de la Fédération Internationale de Football (FIFA) était censé voter la proposition palestinienne de suspendre Israël de la fédération. Après d'intenses négociations, une solution a été trouvée à la dernière minute lorsque les Palestiniens ont cédé aux pressions et sont revenus sur leur proposition de suspendre Israël. Au lieu de cela, ils ont proposé la nomination d'un comité international chargé d'examiner leurs revendications contre Israël.

Droite : Jibril Rajoub tend un carton rouge à Israël durant son discours au congrès de la FIFA à Zurich. Gauche : Critique de la rétractation de Rajoub, montrant un Palestinien donnant un coup de pied à Rajoub tout en l'insultant (Page Facebook Palinfo, 29 mai 2015)
Droite : Jibril Rajoub tend un carton rouge à Israël durant son discours au congrès de la FIFA à Zurich. Gauche : Critique de la rétractation de Rajoub, montrant un Palestinien donnant un coup de pied à Rajoub tout en l'insultant (Page Facebook Palinfo, 29 mai 2015)

  • Jibril Rajoub, le président de la Fédération Palestinienne de Football, a affirmé qu'il avait décidé de se rétracter après des consultations et des délibérations, et que la proposition de suspendre Israël n'a pas été abandonnée, mais reportée à une date ultérieure. Il a affirmé que la FIFA désignera un comité international chargé d'enquêter sur "les crimes d'Israël contre le sport palestinien" (Wafa.ps, 30 mai 2015). Le retrait de la proposition a été critiqué par les Palestiniens, visant notamment Jibril Rajoub et l'Autorité Palestinienne.
  • Le porte-parole du Hamas Husam Badran a condamné le retrait, affirmant qu'il reflétait l'attitude de l'Autorité Palestinienne envers Israël. Il a exprimé sa surprise, et a déclaré qu'après une telle retraite dans le domaine du sport, il serait impossible de croire les promesses de l'AP de faire juger Israël devant la Cour pénale internationale ou ses menaces de mettre fin à la coordination sécuritaire avec Israël (Alresala.net, le 29 mai 2015).
  • Le Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) a déclaré dans uncommuniqué que l'institution officielle palestinienne [la Fédération Palestinienne de Football] était responsable de la rétraction de la proposition présentée à la FIFA, affirmant que la décision nie l'idéologie du peuple palestinien et ses efforts pour exposer les crimes d'Israël et l'évincer des institutions internationales. Le communiqué appelle le comité exécutif de l'OLP à convoquer une réunion d'urgence pour que les responsables de la rétraction soient présentés à la justice, y compris Jibril Rajoub (Site Internet du FPLP, 30 mai 2015).
  • Les médias palestiniensont rapporté qu'un groupe de militants palestiniens avait lancé une campagne appelant à suspendre Jibril Rajoub de ses fonctions de président de la Fédération Palestinienne de Football. Ils ont demandé aux Palestiniens de signer une pétition exigeant sa destitution. La pétition a noté que la rétractation de Jibril Rajoub de la proposition avait gravement endommagé la cause palestinienne et déçu nombre de Palestiniens.
Le Centre du Retour Palestinien reçoit le statut d'observateur à l'ONU
  • Le Comité des Nations Unies sur les ONG a accordé au Centre du Retour Palestinien (CRP) le statut d'observateur. La décision n'est pas définitive et doit être confirmée par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies. Le CRP a déclaré dans un communiqué que 12 pays ont voté en faveur de la décision (y compris la Chine, l'Iran, l'Afrique du Sud, la Turquie, le Pakistan, Cuba, l'Azerbaïdjan, le Venezuela, la Mauritanie et le Kenya) et trois contre (Israël, États-Unis et Uruguay) ; et trois abstentions (Russie, Nicaragua et Grèce). Le Burundi était absent. Selon l'annonce, la demande de l'organisation a été autorisée après un processus qui a duré cinq ans. Le CRP a rejeté les accusations israéliennes de terrorisme, prétendant être une institution indépendante, non politique (Palestine-info, 2 juin 2015).
  • Le Centre du Retour Palestinien est un centre palestinien de propagande anti-israélienne, établi à Londres en 1996. Il est affilié au Hamas et aux Frères Musulmans, et certains de ses hauts responsables sont des activistes du Hamas qui ont trouvé refuge en Grande-Bretagne. Il a été fondé sur la base de son rejet des Accords d'Oslo, son refus déterminé du droit d'Israël à exister et son concept du "droit" des réfugiés palestiniens et de leurs descendants de retourner dans les endroits abandonnés en 1948, arguments utilisés dans la campagne contre Israël et contre tout possible processus de paix. Le CRP organise des activités de propagande anti-israélienne intensives en Grande-Bretagne, en Europe et dans d'autres pays à travers le monde et est un facteur important dans le réseau  d'organisations participant à la campagne internationale de délégitimation d'Israël.
  • Le 27 décembre 2010, le ministre israélien de la Défense a déclaré le CRP association illégale en raison de son affiliation au Hamas. La déclaration notait également que le CRP servait de "bras organisationnel du Hamas en Europe", et que ses militants, membres du Hamas, œuvraient à promouvoir les objectifs du mouvement en Europe et étaient en contact direct avec de hauts responsables du Hamas, y compris les dirigeants du mouvement à Damas. [4]
Flottes pour la bande de Gaza
  • Zaher al-Birawi, le coordinateur du comité international contre le siège de Gaza, a annoncé être rentré de Grèce après avoir assisté à une réunion du comité de direction de la Flottille Freedom 3. Selon Birawi, le nombre de militants à bord des navires sera inférieur aux flottilles précédentes, et seulement trois petits navires y participeront, ce en raison de difficultés financières. Il a refusé de dire de quel pays les militants seraient issus et a affirmé que les objectifs de la flottille étaient principalement politiques et dirigés vers les médias, malgré la faible quantité d'aide humanitaire à bord. Il a appelé le gouvernement d'Israël à permettre aux navires le libre passage (Alhiwar.tv, 26 mai 2015).
  • Anouar al-Gharbi, un militant des droits de l'homme et ancien conseiller du Président tunisien, a déclaré que la flottille devrait atteindre les côtes de Gaza au début de l'Aïd al-Fitr (17 juin 2015). Il a estimé que des dizaines de militants de dizaines de pays se trouveraient à bord, sous la direction de Moncef Marzouki, ancien Président tunisien (Alresala.net, 25 mai 2015).
  • Dans l'intervalle, le navire Marianne fait route vers la bande de Gaza, et a ancré dans un port espagnol d'où il se rendra vers Lisbonne. Avant d'atteindre la bande de Gaza, il devrait s'arrêter dans d'autres ports Europe. Selon les rapports, il y a actuellement neuf passagers à bord (Paltimes.net, 31 mai 2015).

[1]Exact à la date du 2 juin 2015. Les statistiques ne comprennent pas les tirs d'obus de mortier ni les roquettes tirées qui se sont abattues dans la bande de Gaza.
[2] Ces données ne tiennent pas compte des tirs d'obus de mortier.
[3]L'examen par le Centre Meir Amitdes noms qui figurent dans le rapport d'Amnesty a montré qu'à une exception près, ils ne figurent pas sur la liste du Hamas des Palestiniens tués lors de l'Opération Barrière Protectrice. Ayman Tahe, dont le nom apparaît sur les listes du Hamas de Palestiniens tués, était un terroriste du Hamas et l'un des porte-parole de l'organisation. Le 7 août 2014, au summum de l'Opération Bordure Protectrice, des sources palestiniennes ont rapporté qu'il avait été tué près de l'hôpital Shifa. Le Hamas a nié l'information, affirmant qu'il avait été tué dans une attaque israélienne plusieurs jours auparavant.
[4]A ce sujet, voir notre article du 8 mars 2011, intitulé "Le Centre du Retour Palestinien est un centre londonien de propagande anti-israélienne, affilié au Hamas et aux Frères Musulmans, récemment interdit en Israël", à l'adresse http://www.terrorism-info.org.il/fr/article/19097