Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (6-12 mai 2015)

Exemplaire d'un char israélien de type Merkava, construit par le Hamas en vue de s'entraîner et pris en photo dans l'un des camps d'entraînement du Hamas dans la bande de Gaza

Exemplaire d'un char israélien de type Merkava, construit par le Hamas en vue de s'entraîner et pris en photo dans l'un des camps d'entraînement du Hamas dans la bande de Gaza

Palestiniens lançant des pierres sur les forces de sécurité israéliennes durant une manifestation devant la prison Ofer (Felesteen al-'Aan, 8 mai 2015)

Palestiniens lançant des pierres sur les forces de sécurité israéliennes durant une manifestation devant la prison Ofer (Felesteen al-'Aan, 8 mai 2015)

Manifestation d'une organisation de Palestiniennes devant le siège de l'UNRWA à Gaza, en protestation contre la lenteur des travaux de reconstruction de la bande de Gaza

Manifestation d'une organisation de Palestiniennes devant le siège de l'UNRWA à Gaza, en protestation contre la lenteur des travaux de reconstruction de la bande de Gaza

Déploiement nocturne des forces de sécurité du Hamas à Gaza

Déploiement nocturne des forces de sécurité du Hamas à Gaza

Affiche dans laquelle l'organisation revendique le tir d'obus de mortier sur une position du Hamas à Khan Yunis

Affiche dans laquelle l'organisation revendique le tir d'obus de mortier sur une position du Hamas à Khan Yunis

Activistes arborant le drapeau palestinien à bord du bateau dans un port suédois (Page Facebook Palinfo, 11 mai 2015)

Activistes arborant le drapeau palestinien à bord du bateau dans un port suédois (Page Facebook Palinfo, 11 mai 2015)

  • Aucune roquette n'a été tirée cette semaine en territoire israélien. A la frontière entre Israël et la bande de Gaza, plusieurs incidents ont été signalés entre les forces de Tsahal et des Palestiniens suspects. Par ailleurs, des navires de la Marine ont ouvert le feu sur des bateaux de pêche ayant franchi le périmètre de la zone de pêche au Nord de la bande de Gaza. En Judée-Samarie, plusieurs incidents ont été signalés, dont une attaque à l'arme blanche à Mishor Adumim.
  • La semaine a été marquée par des incidents entre les services de sécurité du Hamas et des jihadistes salafistes. Les forces de sécurité ont installé des barrages et arrêté des activistes. Des responsables jihadistes salafistes ont déposé des engins piégés dans des véhicules près d'une position des Brigades Izz al-Din al-Qassam et ont revendiqué la responsabilité de tirs de roquettes sur une position du Hamas à Khan Yunis. Un responsable salafiste a appelé à une accalmie de la situation et à minimiser l'importance de la question.
Tirs de roquettes et d'obus de mortier sur Israël
  • Aucune roquette et aucun obus de mortier n'ont été tirés cette semaine en territoire israélien.

Tirs de roquettes et d'obus de mortier sur Israël

Incidents à la frontière entre Israël et la bande de Gaza
  • Plusieurs affrontements ont été signalés au cours de la semaine àla frontière entre Israël et la bande de Gaza :
  • Le 9 mai 2015,les forces de Tsahal ont ouvert le feu sur trois Palestiniens suspects près de la barrière de sécurité à Khan Yunis (Sud de la bande de Gaza) (Page Facebook Red Alert, 10 mai 2015). Les médias palestiniens ont rapporté que trois agriculteurs de Khan Yunis avaient été blessés (Paltoday.tv et Safa.ps, 9 mai 2015).
  • Le 8 mai 2015,un détachement de Tsahal a arrêté deux Palestiniens qui avaient franchi la barrière de sécurité dans le Néguev occidental. Un troisième Palestinien qui approchait de la barrière a été pris pour cible et grièvement blessé (Page Facebook Red Alert, 8 mai 2015).
  • Les 7et 8 mai 2015,des navires de la marine israélienne ont ouvert le feu sur des bateaux de pêche qui avaient franchi la zone de pêche au Nord de la bande de Gaza (Page Facebook Red Alert, 8 mai 2015). Les médias palestiniens ont rapporté qu'un pêcheur de Gaza avait été blessé près de Beit Lahia (Felesteen.ps et Alwatanvoice.com, 8 mai 2015).
Manifestations et heurts
  • Les violences et le terrorisme se sont poursuivis au cours de la semaine écoulée aux points de friction "traditionnels" en Judée-Samarie et à Jérusalem Est dans le cadre de la "résistance populaire", avec notamment des tirs de pierres et de cocktails Molotov. A l'occasion de plusieurs manifestations, les émeutiers palestiniens se sont opposés aux forces de sécurité israéliennes. A Mishor Adumim, une attaque à l'arme blanche a été signalée.
  • Ci-après les principaux événements :
  • Le 11 mai 2015, un jeune homme de 19 ans a été légèrement blessé dans une attaque à l'arme blanche à Mishor Adumim (Est de Jérusalem). Un Palestinien a couru dans sa direction alors qu'il patientait à un arrêt de bus et l'a poignardé dans le dos. Il a été transporté à l'hôpital (Ynet, 11 mai 2015).
  • Dans la nuit du 9 mai 2015, des coups ont été tirés de Jelazoun en direction du quartier de David dans la localité deBeit El. Une maison a été endommagée (Tazpit.org.il, 19 mai 2015). Un réseau appelé "Les groupes Marwan al-Qawasmeh et Amer Abu Aisha"  [3]a revendiqué la responsabilité des tirs (Qudspress, 11 mai 2015).
  • Le 9 mai 2015, une patrouille de la police israélienne a identifié un véhicule suspect. Le conducteur a refusé de s'arrêter, a augmenté sa vitesse et a percuté un policier qui se tenait debout à côté de la voiture de patrouille. Le 10 mai 2015, deux Palestiniens de Hébron ont été arrêtés sur des soupçons d'implication dans l'attaque (Page Facebook de la Police israélienne, 10 mai 2015).
  • Le 8 mai 2015, deux Palestiniens qui avaient lancé un cocktail Molotov sur un véhicule militaire près du carrefour de Tapuah (Samarie) ont été arrêtés. Un cocktail Molotov a été également lancé sur un véhicule dans la zone de Har Bracha (Samarie), sans faire de blessés mais provoquant un incendie (Page Facebook Red Alert, 8 mai 2015).
  • Le 8 mai 2015, une bombe artisanale a été lancée sur une force de Tsahal à Jelazoun (région de Ramallah). Il n'y avait pas eu de victimes (Page Facebook Red Alert, 8 mai 2015).
  • Le 7 mai 2015, des Palestiniens ont lancé des pierres sur la voie ferrée dans le quartier de Shuafat au Nord de Jérusalem. Il n'y a pas eu de victimes mais la voie a été endommagée (Page Facebook Red Alert, 7 mai 2015).
Attentats en Avril 2015[4]
  • En Avril 2015, le nombre d'attaques terroristes commises en Judée-Samarie et à Jérusalem a augmenté par rapport à Mars 2015. Un total de 120 attaques terroristes ont été commises (par rapport à 89 en Mars 2015) :
  • Localisation des attaques- 82 attaques terroristes ont été effectuées en Judée-Samarie (58 en Mars) et 38 à Jérusalem (31 en Mars).
  • Modus operandi- La plupart des attaques terroristes (108 sur 120) ont impliqué des cocktails Molotov.[5] Trois attaques à l'arme blancheont été commises, sept engins explosifs improvisés ont été déposés et deux attaques à la voiture bélier ont été signalées.
  • Victimes- Un homme a été tué (dans une attaque à la voiture bélier à Jérusalem) et neuf personnes ont été blessées, dont huit membres des forces de sécurité israéliennes, blessés dans des attaques à l'arme blanche et à la voiture bélier.
Le financement du terrorisme
  • Selon des données rendues publiques par le conseiller juridique du bureau du Procureur militaire de Judée-Samarie, 5 millions de shekels de fonds de financement du terrorisme ont été confisqués en Judée-Samarie en 2014 (le double du montant de 2013). Les saisies ont été le résultat d'une centaine d'actions des forces de sécurité israéliennes menées au cours de l'année. De l'argent et des biens ayant une valeur monétaire ont été confisqués. L'augmentation significative de la somme a été le résultat d'une activité accrue des forces de sécurité israéliennes en Juin 2014, réalisée pour localiser les trois jeunes juifs qui avaient été enlevés, ainsi que l'application accrue dans le domaine administratif (Porte-parole de Tsahal, 11 mai 2015).
Destruction des tunnels
  • Les forces de sécurité égyptiennes ont déclaré avoir détruit 31 tunnels dans la région de Rafah (YouTube du ministère égyptien de la Défense, 11 mai 2015). Sept employés des tunnels ont été grièvement étouffés lorsque l'armée égyptienne a libéré du gaz dans un tunnel à la frontière de Rafah (Alwatanvoice.com, 5 mai 2015).
Activités du Hamas contre les salafistes de la bande de Gaza
  • Au cours de la semaine écoulée, les forces de sécurité du Hamas ont continué leurs arrestations et d'autres activités ciblant les salafistes jihadistes dans la bande de Gaza. Les activités ont été concentrées à Rafah, Khan Yunis, Shejaiya et dans le quartier de cheikh Radwan. Les forces de sécurité du Hamas ont érigé de nombreux barrages routiers et ont arrêté des salafistes jihadistes. Elles ont également encerclé la mosquée Abu al-Baz, qui appartient aux salafistes à Beit Hanoun, et arrêté un certain nombre de militants. Des sources salafistes ont utilisé leurs réseaux sociaux pour annoncer l'arrestation de trois membres dans la région d'Al-Bureij, d'Al-Nuseirat et de Khan Yunis (Aawsat.net, 7 mai 2015). Ces actions sont liées à la crainte du Hamas face à l'influence de l'Etat islamique dans la bande de Gaza et visent peut-être à signaler à l'Egypte que l'activité du Hamas contre les organisations salafistes jihadistes dans la bande de Gaza pourrait être comparée à la campagne égyptienne contre les mêmes organisations dans la péninsule du Sinaï.
  • En réponse, des jihadistes salafistes ont lancé des attaques dans la bande de Gaza :
  • Le 4 mai 2015, les forces de sécurité du Hamas ont désamorcé deux engins explosifs improvisés qui avaient été placés dans des véhicules à la jonction de Shejaiya après qu'un véhicule a pris feu (Sama, 4 mai 2015).
  • Un engin piégé a explosé près d'une position des Brigades Izz al-Din al-Qassam à l'Ouest de Khan Yunis. Un réseau appelé les partisans de l'Etat islamique dans le Grand Jérusalem  [6]a revendiqué la responsabilité de l'attaque. Le réseau a averti les habitants de Gaza de ne pas approcher les postes militaires et les a appelés à rejoindre " la nation des hommes de vérité" (Forum Al-Minbar, 8 mai 2015).
  • Ce réseau a également revendiqué la responsabilité de tirs d'obus de mortier sur une position du Hamas à Khan Yunis.
Réactions
  • Compte tenu de la tension entre le Hamas et les salafistes, Abu al-'Ainaa 'al-Maqdisi, haut responsable jihadiste salafiste dans la bande de Gaza, a affirmé que des efforts étaient réalisés pour désamorcer la situation, y compris l'arrêt des activités des deux côtés et la libération des arrestations de jihadistes salafistes par le Hamas. Il a fait part de son optimisme quant à un arrangement qui serait conclu dans un avenir proche, puisque, selon lui, les forces de sécurité du Hamas ont la preuve qu'un "tiers" tente d'enflammer la situation pour augmenter la tension entre le Hamas et les salafistes (Al-Ayyam, 10 mai 2015). Des sources salafistes ont souligné qu'elles ne voulaient pas d'une confrontation militaire avec le Hamas (Al-Ayyam, 5 mai 2015).
  • Iyad al-Bazam, porte-parole du ministère de l'Intérieur du Hamas dans la bande de Gaza, a affirmé que l'ordre public et la sécurité locale étaient maintenus malgré les "incidents exceptionnels," qui sont traités par les forces de sécurité, et a appelé les Gazaouites à ne pas croire "l'exagération des médias" principalement rapportée par les médias sociaux (Page Facebook d'Iyad al-Bazam, 5 mai 2015). Le haut responsable du Hamas Khalil al-Haya a démenti la présence de l'Etat islamique dans la bande de Gaza, soulignant "l'exagération des médias." Il a également nié que le Hamas avait exagéré l'ampleur de la présence de l'Etat islamique dans la bande de Gaza pour envoyer des messages positifs à l'Egypte et à l'Arabie saoudite (PNN, 10 mai 2015).
Célébration de la Nakba à la frontière entre Israël et la bande de Gaza
  • Le 5 mai 2015, le département des affaires des réfugiés du Hamas a organisé un événement pour marquer la Journée de la Nakba, au Nord de la bande de Gaza près de Beit Hanoun, à environ un kilomètre de la barrière de sécurité. De hauts responsables du Hamas et des Brigades Izz al-Din al-Qassam ont assisté à l'évènement, ainsi que des résidents de Gaza, qui ont utilisé des jumelles pour observer Israël.
  • Le Dr Ahmed Bahar, président du Conseil législatif palestinien, a affirmé que "la résistance continuera jusqu'à ce que le dernier soldat israélien ait été jeté hors de la Palestine." Il a également affirmé que le "droit au retour" était le "droit naturel" du peuple palestinien et que toute personne qui signera un accord [avec Israël] renonçant à ce droit serait accusée de trahison. Fathi Hamad, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré que les Brigades Izz al-Din al-Qassam poursuivront leurs formations, ajouteront de nouveaux postes et continueront à tirer des roquettes. Il a démenti que le Hamas menait des pourparlers secrets avec Israël et a souligné que le seul dialogue passait par "un canon de fusil" (Site Internet du Hamas, page Facebook PALDF, 5 mai 2015).

Droite : Des résidents de la bande de Gaza célèbrent la Journée de la Nakba et reçoivent des explications d'un membre des Brigades Izz al-Din al-Qassam à la frontière avec Israël (Site Internet du Hamas, 5 mai 2015). Gauche : Un membre des Brigades Izz al-Din al-Qassam et un enfant revêtu d'un uniforme militaire et armé observent Israël avec des jumelles (Page Facebook Palinfo, 5 mai 2015)
Droite : Des résidents de la bande de Gaza célèbrent la Journée de la Nakba et reçoivent des explications d'un membre des Brigades Izz al-Din al-Qassam à la frontière avec Israël (Site Internet du Hamas, 5 mai 2015). Gauche : Un membre des Brigades Izz al-Din al-Qassam et un enfant revêtu d'un uniforme militaire et armé observent Israël avec des jumelles (Page Facebook Palinfo, 5 mai 2015)

Fin de formation militaire du FPLP
  • Le 8 mai 2015, une cérémonie de fin de formation militaire du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) a été organisée au Nord de la bande de Gaza. Durant la formation, d'une durée d'un mois, les membres ont suivi un entraînement physique et des cours d'arts martiaux et se sont entraînés à prendre d'assaut une position israélienne et à enlever un soldat. Des responsables du FPLP ont assisté à la cérémonie et ont observé plusieurs exercices militaires (Site Internet du FPLP, 8 mai 2015).

Droite : Hauts responsables du FPLP remettant leurs diplômes aux cadets de la formation militaire. Gauche : Démonstration des capacités militaires (Site Internet du FPLP, 8 mai 2015)
Droite : Hauts responsables du FPLP remettant leurs diplômes aux cadets de la formation militaire. Gauche : Démonstration des capacités militaires (Site Internet du FPLP, 8 mai 2015)

Réactions à la formation du gouvernement israélien
  • L'annonce du Premier ministre israélien sur la formation d'un nouveau gouvernement a provoqué une vague de réactions au sein de l'AP et du Hamas. La plupart des porte-parole ont critiqué le caractère de droite du nouveau gouvernement et ont souligné la détermination des Palestiniens de s'adresser aux institutions internationales. Ci-après les principales réactions :
L'Autorité Palestinienne
  • Nabil Abu Rudeina, porte-parole de la présidence, a déclaré que la demande palestinienne au sujet de la relance du processus politique était claire. Selon lui, les Palestiniens continueront leurs mesures au niveau international au sujet de l'adhésion aux organisations internationales, notamment face au caractère de droite du gouvernement israélien (Wafa, 7 mai 2015).
  • Saeb Erekat, membre du comité exécutif de l'OLP, a qualifié le nouveau gouvernement israélien de "coalition contre la paix et l'équilibre régional". Selon lui, il s'agit d'un gouvernement uni pour la guerre. Il a appelé la communauté internationale à cesser son soutien à Israël (AFP, 7 mai 2015).
  • Amin Maqboul, secrétaire du conseil révolutionnaire du Fatah, a déclaré que le nouveau gouvernement israélien était la suite du précédent avec plus de racisme, d'extrémisme et de désir d'éradiquer l'identité arabe de Jérusalem. Selon lui, la direction palestinienne doit s'adresser aux institutions et à la CPI afin d'imposer des sanctions au gouvernement israélien et de l'arrêter (Dunia al-Watan, 7 mai 2015).
Le Hamas et le Jihad Islamique Palestinien
  • Sami Abu Zuhri,porte-parole du Hamas, a déclaré que la composition du gouvernement témoignait de l'atmosphère raciste et extrémiste qui règne au sein des Israéliens et a ajouté qu'il fallait renforcer l'unité nationale. Il a précisé que le peuple palestinien pouvait faire face aux objectifs imposés par le gouvernement israélien (Site Internet du Hamas, 7 mai 2015).
  • Ismail Radwan, haut responsable du Hamas, a déclaré que la composition du gouvernement témoignait de l'extrémisme et de la montée du soutien à la droite au sein de la société israélienne, qui "croit fondamentalement uniquement dans le racisme et le terrorisme". Selon lui, la composition du gouvernement impose à l'Autorité Palestinienne d'adopter la voie de la "résistance" et de cesser les négociations avec Israël (Dunia al-Watan, 7 mai 2015).
  • Yusuf al-Husseini, haut responsable du JIP, a déclaré que les Israéliens avaient annoncé avec les récentes élections que le processus de paix a été enterré et remplacé par la haine et le racisme. Il a affirmé que la composition du gouvernement poserait de nouvelles difficultés sécuritaires au peuple palestinien (Dunia al-Watan, 7 mai 2015).
Interview de Saeb Erekat
  • Dans une interview, Saeb Erekat, membre du comité exécutif de l'OLP, a fait référence à plusieurs sujets (Qudsnews, 9 mai 2015) :
  • L'appel à la CPI de la Haye – Selon lui, les équipes juridiques palestiniennes travaillent "nuit et jour" pour préparer les plaintes au sujet des implantations et des "agressions" contre la bande de Gaza (l'Opération Bordure Protectrice), afin de les transférer à la CPI.
  • Le gouvernement américain – L'administration américaine doit cesser de considérer Israël comme un Etat au-dessus de la loi et promouvoir le processus de paix et à la solution à deux Etats "au mépris du gouvernement israélien".
  • L'Union européenne – Des contacts sont en cours avec les pays de l'UE en vue de la reconnaissance de l'Etat palestinien dans les frontières de 1967, avec Jérusalem Est pour capitale. Par ailleurs, les Palestiniens demandent à l'UE de boycotter les produits des implantations et de coopérer à une décision qui sera soumise au Conseil de sécurité de l'ONU.
Flotte de Suède à la bande de Gaza
  • Le navire Marianne of Gethenburg, acquis par Ship to Gaza Sweden et Ship to Gaza Norway, a quitté son port d'attache le 10 mai 2015 et fait route pour la bande de Gaza. Le navire doit rejoindre d'autres bateaux pour former la flotte Freedom Flotilla III. Le navire suédois devrait s'arrêter dans des ports européens où sont prévues des activités de protestation contre le blocus de la bande de Gaza. Le navire, notamment chargé de matériel médical, compte cinq membres du personnel naviguant et devrait embarquer huit passagers à chaque halte. Dror Feiler, qui a déjà participé dans le passé à des flottes pour la bande de Gaza, est déjà à bord (Site Internet Ship to Gaza Sweden, 10 mai 2015).

Droite : Le navire Marianne of Gethenburg (Site Internet Ship to Gaza Sweden, 10 mai 2015). Gauche : Activistes arborant le drapeau palestinien à bord du bateau dans un port suédois (Page Facebook Palinfo, 11 mai 2015)
Droite : Le navire Marianne of Gethenburg (Site Internet Ship to Gaza Sweden, 10 mai 2015). Gauche : Activistes arborant le drapeau palestinien à bord du bateau dans un port suédois (Page Facebook Palinfo, 11 mai 2015)

[1] Exact à la date du 12 mai 2015. Les statistiques ne comprennent pas les tirs d'obus de mortier ni les roquettes tirées qui se sont abattues dans la bande de Gaza.
[2] Ces données ne tiennent pas compte des tirs d'obus de mortier.
[3] Marwanal-Qawasmeh et Amer Abu Aisha étaient les terroristes palestiniens qui ont enlevé et tué les trois jeunes Juifs du Gush Etsion en Juin 2014.
[4] Selon les services de sécurité générale.
[5] Ces données ne comprennent pas les dizaines d'incidents de tirs de pierres.
[6] L'organisation"Les partisans de l'Etat islamique dans le Grand Jérusalem" est un réseau jihadiste salafiste dans la bande de Gaza qui a posé au Hamas un ultimatum pour la libération des détenus jihadistes salafistes.