Nouvelles du terrorisme et du conflit israélo-palestinien (1-14 avril 2015)

Scène d'une attaque à l'arme blanche près de Naplouse, durant laquelle deux soldats de Tsahal ont été blessés. L'assaillant a été tué (Wafa, 8 avril 2015)

Scène d'une attaque à l'arme blanche près de Naplouse, durant laquelle deux soldats de Tsahal ont été blessés. L'assaillant a été tué (Wafa, 8 avril 2015)

Autobus touché par des tirs de pierres.

Autobus touché par des tirs de pierres.

Wagon du tramway touché par des pierres (Red Alert, 11-12 avril 2015)

Wagon du tramway touché par des pierres (Red Alert, 11-12 avril 2015)

Le commandant de la cellule du Hamas Ma'an Nur al-Din Ahmed Shaer.

Le commandant de la cellule du Hamas Ma'an Nur al-Din Ahmed Shaer.

Les armes trouvées (Services de sécurité générale, 14 avril 2015)

Les armes trouvées (Services de sécurité générale, 14 avril 2015)

Découverte du convoi d'électrodes dissimulées entre des plaques de marbre (Direction des terminaux, Ministère de la Défense, 13 avril 2015)

Découverte du convoi d'électrodes dissimulées entre des plaques de marbre (Direction des terminaux, Ministère de la Défense, 13 avril 2015)

Des dizaines de membres armés du Fatah au défilé militaire dans le village de Qalil

Des dizaines de membres armés du Fatah au défilé militaire dans le village de Qalil

Des dizaines de membres armés du Fatah au défilé militaire dans le village de Qalil

Des dizaines de membres armés du Fatah au défilé militaire dans le village de Qalil

La photo publiée sur la page Facebook du bloc islamique de l'université de Beir Zeit

La photo publiée sur la page Facebook du bloc islamique de l'université de Beir Zeit

  • Le calme perdure au Sud d'Israël, tandis qu'en Judée-Samarie, deux attaques à l'arme blanche ont visé des barrages de Tsahal. Des pierres ont été lancées en Judée-Samarie et à Jérusalem sur des véhicules israéliens. La tendance à la baisse du nombre d'attaques commises en Judée-Samarie s'est poursuivie durant le mois de Mars 2015, tandis que leur nombre a augmenté à Jérusalem.
  • Les services de sécurité générale ont démantelé au cours des semaines écoulées une cellule du Hamas qui prévoyait de commettre une fusillade contre des soldats de Tsahal à un barrage à l'entrée de Jérusalem, près d'Abu Dis. La cellule était dirigée par un ancien détenu du Hamas emprisonné dans le passé pour son implication dans une fusillade contre des forces de l'armée.
  • Le 1er avril 2015, la CPI a publié un communiqué officiel annonçant l'adhésion des Palestiniens. Saeb Erekat, membre du comité exécutif de l'OLP, a déclaré que les Palestiniens avaient demandé à la cour d'enquêter sur les implantations et sur l'Opération Bordure Protectrice. Mahmoud Abbas n'a pas précisé de date de remise des dossiers sur Israël à la cour.

 

Deux attaques à l'arme blanche en Samarie
  • Le 8 avril 2015, un Palestinien a poignardé deux soldats au carrefour de Sinjil, près de Shilo (Sud de la Samarie). L'assaillant s'est approché en criant des soldats positionnés au barrage et a brandi un couteau. Après avoir blessé un soldat, il a tenté de poignardé des soldats assis dans un véhicule à proximité. Un des soldats blessés a tué l'assaillant. Le terroriste est Muhammad Jasser Karkara, 29 ans, du village de Sinjil, connu des services de sécurité pour son implication dans la contrebande de drogues.
  • Le Fatah a publié un avis de décès. La municipalité de Sinjil a également publié un communiqué sur sa page Facebook officielle. Le maire et les élus municipaux y ont annoncé la mort du "chahid héroïque" Muhammad Jasser Karkara dans une attaque à l'arme blanche contre deux soldats au carrefour Sinjil (Page Facebook de la municipalité de Sinjil, 9 avril 2015).

Droite : Avis de décès de la municipalité de Sinjil publiée sur sa page Facebook officielle. Gauche : Des résidents participant aux funérailles de Muhammad Karkara à Sinjil tiennent un avis de décès officiel du Fatah (Page Facebook de la municipalité de Sinjil, 13 avril 2015)
Droite : Avis de décès de la municipalité de Sinjil publiée sur sa page Facebook officielle. Gauche : Des résidents participant aux funérailles de Muhammad Karkara à Sinjil tiennent un avis de décès officiel du Fatah (Page Facebook de la municipalité de Sinjil, 13 avril 2015)

  • En réaction à la mort du terroriste, Osama al-Qawasmeh, porte-parole du Fatah, a déclaré que l'agression d'Israël contre le peuple palestinien dépassait toutes les limites et qu'Israël s'emploie à la persécution, à la judaïsation, à l'expropriation des terres, à la construction des implantations et à une politique raciste contre les Palestiniens (Wafa, 8 avril 2015). Hassan Badran, porte-parole du Hamas, a salué l'attaque, la qualifiant de "réaction naturelle" des Palestiniens aux atteintes d'Israël (Al-Resalah.net, 8 avril 2015).
  • Le 2 avril 2015, une patrouille de Tsahal a arrêté six Palestiniens qui avaient franchi la barrière de sécurité près du barrage TransSamarie. Un des soldats a été poignardé et légèrement blessé par un Palestinien. L'assaillant a été neutralisé par le soldat blessé (Porte-parole de Tsahal, 2 avril 2015). Les six individus s'apprêtaient apparemment à s'infiltrer en Israël.
Tirs de roquettes et d'obus de mortier sur Israël
  • Aucune roquette et aucun obus de mortier n'ont été tirés cette semaine sur le Sud d'Israël.

Tirs de roquettes et d'obus de mortier sur Israël

Manifestations et heurts
  • Les violences et le terrorisme se sont poursuivis au cours de la semaine écoulée aux points de friction "traditionnels" en Judée-Samarie et à Jérusalem Est dans le cadre de la "résistance populaire" (village de Qadoum, près de la prison Ofer, Bil'in, point de passage de Qalandia, etc.), avec notamment des tirs de pierres et de cocktails Molotov. Plusieurs manifestations ont également été organisées. Ci-après les principaux incidents :
  • Le 7 avril 2015, des pierres ont été lancées sur un autobus entre Jérusalem et la localité d'Adam. Le chauffeur et un des passagers ont été légèrement blessés par des éclats de verre (Ynet, 7 avril 2015).
  • Le 7 avril 2015, des pierres ont été lancées sur un véhicule au carrefour d'Efrat, dans le Gush Etsion. Le conducteur a été légèrement blessé (Ynet, 7 avril 2015).
  • Le 11 avril 2015, des pierres ont été lancées sur le tramway dans le secteur de Shuafat à Jérusalem, sans faire de blessés. Des dégâts ont été causés à un des wagons.
  • Le 12 avril 2015, des pierres ont été lancées sur un autobus à Jérusalem. Un passager a été légèrement blessé. Des dégâts ont été causés au pare-brise du véhicule.
  • Le 13 avril 2015, des pierres ont été lancées sur le véhicule de gardiens dans le quartier de Silwan à Jérusalem Est. Deux personnes ont été blessées. Des dégâts ont été causés au véhicule (Red Alert, 13 avril 2015).
Heurts suite à la mort d'un ancien détenu palestinien
  • Le 9 avril 2015, Ja'far Ibrahim Awad, ancien détenu âgé de 22 ans, est décédé d'une maladie incurable à l'hôpital suite à la détérioration de son état de santé. Jafar Ibrahim Awad était membre du Jihad Islamique Palestinien et avait été libéré de prison trois mois plus tôt. Les Palestiniens ont accusé Israël de sa mort. Durant ses funérailles, organisées à Beit Omat (Nord de Hébron), des heurts violents ont opposé les participants aux forces de sécurité israéliennes, et des pierres et des cocktails Molotov ont été lancés. Durant les émeutes, Ziyad Omar Awad, cousin du détenu, a été tué et plusieurs autres personnes ont été blessées (Ma'an, Paltoday, Al-Quds, Ynet, 10 avril 2015). La police militaire enquête sur les circonstances de la mort de Ziyad Omar Awad durant les funérailles.
Démantèlement d'une cellule du Hamas qui prévoyait de commettre une fusillade
  • Les forces de sécurité israéliennes ont démantelé au cours des semaines écoulées une cellule du Hamas dont les membres prévoyaient de commettre une fusillade contre des forces de Tsahal dans la région d'Abu Dis, durant la fête de Pourim (5 mars 2015). Les membres de la cellule avaient acquis un véhicule, s'étaient entraînés au tir et avaient même effectué un essai et receuilli des renseignements sur l'emplacement de forces de Tsahal et les accès au point de passage. Durant l'enquête, des armes destinées à servir aux membres de la cellule ont été découvertes, dont un fusil d'assaut de type Kalashnikov et un pistolet de 9mm. L'enquête a permis de révéler que l'objectif premier était de commettre la fusillade à Jérusalem mais a été remplacé en raison de difficultés d'exécution par un point de passage à l'entrée de Jérusalem, près d'Abu Dis. La cellule était dirigée par Ma'an Nur al-Din Ahmed Shaer, membre du Hamas, né en 1989 et originaire du village de Burka, qui travaillait à la cafétéria de l'Université d'Abu Dis. En 2001 et 2009, il avait été emprisonné pour son implication dans une fusillade contre des forces de l'armée (Services de sécurité générale, 14 avril 2015).
Attaques terroristes – Mars 2015[3]
  • Au mois de Mars 2015, la tendance à la baisse du nombre d'attentats s'est poursuivie. Au total, 89 attaques ont été commises en Mars (contre 96 en Février 2015). La baisse est significative en Judée-Samarie, avec 58 attaques contre 84 en Février. Toutefois, le nombre d'attentats commis à Jérusalem a lui augmenté (31 contre 12 en Février). La plupart des attaques (78) consistaient en des tirs de cocktails Molotov. Par ailleurs, une attaque à la voiture bélier a été commise à Jérusalem, neuf engins piégés ont été posés et deux fusillades ont été signalées. Cinq gardes-frontières ont été blessées, deux gravement et trois légèrement dans l'attaque à la voiture bélier à Jérusalem.
Le terminal de Kerem Shalom
  • Les contrôleurs chargés d'examiner le chargement des camions au terminal de Kerem Shalom ont découvert un convoi de milliers d'électrodes apparemment destiné à des terroristes de la bande de Gaza. Les électrodes étaient dissimulées dans un compartiment spécial entre des plaques de marbre chargées dans le camion et ont été envoyées de Judée-Samarie (Red Alert, 13 avril 2015). Les électrodes devaient servir aux organisations terroristes de la bande de Gaza pour fabriquer des armes.
Le terminal de Rafah
  • Le terminal de Rafah est toujours fermé.Maher Abu Sabah, le responsable de la direction des terminaux et des frontières, a démenti les rapports sur une éventuelle ouverture du terminal, en raison de l'absence d'autorisations pour  l'heure. Selon lui, les contacts avec les Egyptiens se poursuivent au sujet d'une date d'ouverture. Abu Sabah a ajouté que la direction était prête au transfert des terminaux au gouvernement de consensus national et a précisé que le gouvernement devait remplir son rôle à ce sujet (Al-Resalah.net, 11 avril 2015).
  • Ahmad al-Uri, responsable du JIP, a déclaré que la direction égyptienne et son organisation étaient arrivées à un accord "presque final" sur le terminal de Rafah, qui permettra à la garde présidentielle de l'Autorité Palestinienne de recevoir le contrôle du terminal. Selon lui, l'accord a été conclu durant la visite de Ramadan Shalah, le secrétaire général de l'organisation et son second en Egypte en Mars (Al-Arabi Al-Jadeed, 7 avril 2015).
Perturbations de l'approvisionnement en électricité
  • Jamal al-Dardasawi, responsable des relations publiques pour le compte de la compagnie d'électricité de la bande de Gaza, a déclaré que suite à l'arrêt de l'activité de la centrale électrique d'Egypte, qui fournit de l'électricité à la bande de Gaza, l'approvisionnement en électricité dans le secteur de Rafah avait cessé. Selon lui, des contacts sont en cours avec l'Egypte afin de renouveler l'approvisionnement en électricité à Rafah (Al-Raï, 6 avril 2015).
Soutien financier iranien aux familles des victimes de la bande de Gaza
  • Le 12 avril 2015, l'association caritative al-Ansar de Gaza a annoncé la distribution d'une somme de deux millions de dollars à partir de début Avril 2015 à 5000 familles de la bande de Gaza dont les maisons ont été détruites par Tsahal entre le début de l'intifada al-Aqsa (2000) et le 31 juin 2014 (avant le début de l'Opération Bordure Protectrice) (Site Internet de l'association al-Ansar de Gaza, 12 avril 2015). Dans un communiqué publié le 5 avril 2015, l'association précise que le soutien financier est financé par l'institut du chahid iranien (Page Facebook de l'association caritative al-Ansar, 5 avril 2015).

Droite : Communiqué de l'association caritative al-Ansar de Gaza sur le soutien financier (Site Internet de l'association al-Ansar, Gaza, 12 avril 2015). Gauche : Communiqué de l'association caritative sur la date de distribution des fonds aux familles (Page Facebook de l'association caritative al-Ansar, 5 avril 2015)
Droite : Communiqué de l'association caritative al-Ansar de Gaza sur le soutien financier (Site Internet de l'association al-Ansar, Gaza, 12 avril 2015). Gauche : Communiqué de l'association caritative sur la date de distribution des fonds aux familles (Page Facebook de l'association caritative al-Ansar, 5 avril 2015)

Activités égyptiennes à la frontière entre l'Egypte et Gaza
  • Selon des sources égyptiennes, dans le cadre des activités de contre-terrorisme des forces de sécurité égyptiennes dans la péninsule du Sinaï, l'Egypte étudie la possibilité d'augmenter prochainement la zone-tampon de cinq kilomètres afin d'éradiquer le phénomène des tunnels. La décision égyptienne fait suite à la découverte d'un tunnel de 2,8 km entre la bande de Gaza et la péninsule du Sinaï. Depuis le début de l'année, les Egyptiens ont découvert et détruit plus de 240 tunnels à la frontière entre l'Egypte et la bande de Gaza (Okaz, 11 avril 2015). Selon une source sécuritaire du Nord du Sinaï, la seconde phase de construction de la zone-tampon devrait prendre fin rapidement après la destruction de plus de 1150 maisons sur les 1220 prévues (Al-Masri Al-Yom, 5 avril 2015).
Position du JIP sur l'accalmie
  • Faisant référence à l'accalmie avec Israël, Khader Habib, membre du Jihad Islamique Palestinien, a déclaré qu'une accalmie de longue durée avec Israël n'était pas une option. Selon lui, il ne peut y avoir d'accalmie avec Israël sans condition et sans consensus national. Il a ajouté que le JIP s'opposerait à l'accalmie si elle n'inclut pas tous les acteurs palestiniens et si elle ne répond pas aux besoins et aux intérêts des Palestiniens (Qudsnet, 13 avril 2015).
  • Au mois de Mars 2015, les médias du Hamas ont annoncé qu'une proposition avait récemment été faite au Hamas au sujet d'un accord d'accalmie à long terme (cinq ans) en échange de la reconstruction de la bande de Gaza et de la levée du blocus (des responsables du Hamas ont fait référence à un accord de cessez-le-feu, "hudna"). Selon le Hamas, la proposition aurait été faite par des "diplomates européens" ou, selon une autre version, par l'envoyé du secrétaire de l'ONU Robert Serry.[4]
Ismail Haniya visite de nouvelles positions du Hamas au Nord de la bande de Gaza
  • Le 4 avril 2015, Ismail Haniya, le chef adjoint de la branche politique du Hamas, et Fathi Hamad, l'ancien ministre de l'Intérieur du gouvernement du Hamas, se sont rendus dans de nouvelles positions (al-Yarmouk et Felesteen) de la branche armée du Hamas construites à la frontière Nord-Est de la bande de Gaza. Selon les porte-parole de la branche armée, les nouvelles positions, situées à proximité de la frontière, visent à défier Israël et ont été construites suite aux leçons tirées du dernier affrontement avec Israël. Ils ont ajouté que les travaux de développement des positions à proximité de la frontière se poursuivaient et allaient même s'accroître (Site Internet Palinfo et page Facebook Palinfo, 4 avril 2015).

Visite d'Ismail Haniya aux nouvelles positions avancées de la branche armée du Hamas. Sur la photo on peut voir les rebords de la position faits de sacs portant le logo de l'organisation WFP (World Food Programme, le Programme alimentaire mondial) de l'ONU, envoyés dans le cadre des dons à la bande de Gaza
Visite d'Ismail Haniya aux nouvelles positions avancées de la branche armée du Hamas. Sur la photo on peut voir les rebords de la position faits de sacs portant le logo de l'organisation WFP (World Food Programme, le Programme alimentaire mondial) de l'ONU, envoyés dans le cadre des dons à la bande de Gaza

Arrestation de salafistes de la bande de Gaza
  • Plusieurs salafistes ont été arrêtés dans la bande de Gaza, dont le cheikh Adnan Khader Mayat, activiste salafiste de haut rang, qualifié par la presse de "dirigeant de l'Etat islamique dans la bande de Gaza". Cheikh Adnan Khader Mayat, du camp de réfugiés d'al-Bureij au Centre de la bande de Gaza, est prédicateur à la mosquée et est considéré comme l'un des responsables des groupes salafistes jihadistes de la bande de Gaza, qui soutiennent l'Etat islamique. Le cheikh critique le Hamas dans ses sermons pour son comportement et ses déclarations contre l'Etat islamique (Al-Quds, 7 avril 2015).
  • Cinquante salafistes de la bande de Gaza ont manifesté devant la prison Ansar dans le quartier de Ramal, demandant la libération des détenus. Une affiche signée par l'Etat islamique a posé un ultimatum au Hamas pour leur libération(Al-Habar Press, 9 avril 2015). Iyad al-Bazam, porte-parole de la police du Hamas, a démenti les rapports sur la présence de l'Etat islamique dans la bande de Gaza et a déclaré qu'il s'aggisait d'une "exagération médiatique sans fondement". Selon lui, les services de sécurité de la bande de Gaza n'ont pas arrêté de salafistes et Adnan Khader Mayat n'a pas été arrêté mais a été convoqué pour enquête et libéré aussitôt après.

Droite : Cheikh Adnan Mayat (Al-Quds, 7 avril 2015). Gauche : Affiche signée par les partisans de l'Etat islamique appelant le Hamas à libérer le détenu (Al-Habar Press, 9 avril 2015)
Droite : Cheikh Adnan Mayat (Al-Quds, 7 avril 2015). Gauche : Affiche signée par les partisans de l'Etat islamique appelant le Hamas à libérer le détenu (Al-Habar Press, 9 avril 2015)

Adhésion de l'AP à la CPI
Aperçu général
  • Le 1er avril 2015, la CPI a officiellement annoncé l'adhésion des Palestiniens au Statut de Rome, traité fondateur de la CPI, qui leur permet d'adhérer à la cour. Selon l'annonce, les Palestiniens pourront maintenant participer au processus décisionnel de la cour (Site Internet de la CPI, 1er avril 2015).
Réactions de l'OLP, de l'AP et du Fatah
  • Les médias palestiniens affiliés à l'Autorité Palestinienne, comme ceux affiliés au Hamas, ont largement couvert l'adhésion officielle des Palestiniens à la CPI. La télévision palestinienne a diffusé des programmes spéciaux où des responsables de l'AP ont été interrogés, ainsi que des avocats et des juristes. Ci-après les principales réponses :
  • L'OLP a annoncé que l'adhésion des Palestiniens à la CPI était la première étape d'une longue campagne politique et juridique contre Israël, et que son objectif est d'inciter le monde à faire son devoir et à imposer des sanctions aux violations des droits de l'homme par Israël.
  • Mahmoud Abbasa affirmé que l'adhésion de l'AP était une réussite pour le peuple palestinien. Il a déclaré que des comités professionnels nationaux, économiques, politiques et de sécurité travaillent actuellement pour faire face à la question (Wafa.ps, 1er avril 2015). Interrogé lors d'une visite en Russie, il n'a pas donné de date précise pour la présentation des cas à la Cour (Agence de nouvelles russe Spoutnik, 13 avril 2015).
  • Saeb Erekat, membre du comité exécutif de l'OLP, a affirmé qu'il s'agissait d'une journée historique pour le peuple palestinien. Il a affirmé que cela signifiait la reconnaissance du droit du peuple palestinien à l'autodétermination, qui n'était pas subordonnée à des négociations avec Israël. Il a ajouté que l'Autorité Palestinienne pourrait désormais rejoindre 523 accords et protocoles internationaux (Télévision palestinienne, 1er avril 2015). Dans une autre interview, Saeb Erekat a annoncé que les Palestiniens avaient demandé à la CPI de commencer à enquêter sur les questions des implantations et de l'Opération Bordure Protectrice. Il a affirmé qu'un comité avait mis en place, composé de représentants des organisations palestiniennes, dont le Hamas, des syndicats et d'experts juridiques de haut niveau pour enquêter sur les questions (Agence de presse Xinhua, 11 avril 2015).
  • Nabil Shaath, membre du comité central du Fatah, a affirmé que les comités palestiniens responsables de la présentation des dossiers à la Cour œuvrent à recueillir les preuves nécessaires pour être prêts d'ici deux mois. Il a affirmé que le dossier sur les implantations serait présenté en premier. Il a ajouté que le Hamas était prêt à faire face à toute demande reconventionnelle israélienne (Alkhaleejonline.net, 12 avril 2015).
  • Ibrahim Kharisha, représentant de l'AP au siège de l'ONU à Genève, a déclaré que la quatrième Convention de Genève, qui interdit l'utilisation d'armes contre des civils, oblige également le côté palestinien, et a admis que l'enlèvement des trois jeunes [juifs] à Gush Etsion en Juin 2014 violait la Convention. Il a également déclaré que le fait que l'Autorité Palestinienne ait adhéré à la CPI et qu'Israël n'en soit pas membre créé des difficultés. Il a dit que des préparatifs très précis devaient être faits pour les cas palestiniens devant être présentés à la CPI et qu'ils ne devraient pas être soumis à la hâte (Télévision palestinienne, 6 avril 2015).
Le Hamas et le JIP
  • Le Hamas a également fait l'éloge de l'adhésion de l'Autorité Palestinienne à la CPI. Le porte-parole du Hamas Sami Abu Zuhri a félicité l'Autorité Palestinienne au nom du Hamas, affirmant que c'était un pas dans la bonne direction et qu'il serait possible de juger les dirigeants israéliens pour les "crimes" commis contre les Palestiniens. Le haut responsable du Hamas Ismail Radwan a appelé la CPI à juger les dirigeants israéliens. Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas, a affirmé que le Hamas se prépare à faire face à la CPI, et a souligné que le fait de traiter avec la Cour ne contredit pas la poursuite de la "résistance" [cf., la violence et le terrorisme] sous toutes ses formes (Alwatanvoice.com, 10 avril 2015).
  • Le haut responsable du JIP Khaled al-Batash a affirmé que son organisation n'avait pas confiance dans le système juridique international, mais espérait néanmoins que la CPI réussisse à juger ceux qui ont commis des crimes contre le peuple palestinien à travers l'histoire.
La question du dégel des recettes fiscales palestiniennes
  • L'annonce du Premier ministre israélien à propos du dégel des recettes fiscales de l'Autorité Palestinienne après déduction de ses dettes auprès des divers organismes israéliens (y compris la compagnie d'électricité d'Israël), a été accueillie avec indignation par l'AP :
  • Mahmoud Abbasa déclaré que les Palestiniens n'accepteraient pas les "décrets financiers" d'Israël et qu'ils voulaient que la question soit arbitrée selon les Accords d'Oslo. Il a affirmé qu'en cas d'échec de l'arbitrage, les Palestiniens feraient appel à la CPI (Wafa.ps 1er avril 2015).
  •  Le gouvernement de consensus national palestinien s'est réuni à Ramallah le 7 avril 2015 sous la direction du Premier ministre palestinienRami Hamdallah. Il a voté le rejet de la décision israélienne, affirmant que la somme de 1,05 milliard de shekels israéliens (environ 265 millions de dollars) serait déduite [montant dû aux divers fournisseurs israéliens] (Wafa.ps, 7 avril 2015).
  • Rami Hamdallaha menacé que si Israël persiste à déduire des fonds provenant des recettes fiscales des Palestiniens, les Palestiniens feront appel à la CPI. Il a affirmé que son gouvernement était en contact permanent avec les organismes internationaux pour faire pression sur Israël pour dégeler les recettes fiscales (Wafa.ps, 10 avril 2015).
Violences dans les camps de réfugiés de Judée-Samarie
  • Les affrontementsviolents se poursuivent entre activistes locaux et forces de sécurité palestiniennes dans les camps de réfugiés palestiniens de Jénine et de Balata. Dans la nuit du 10 au 11 avril 2015, des inconnus ont mis le feu au véhicule deFayez Arafat, le directeur du Centre Jaffa et activiste du Fatah du camp de réfugiés de Balata (Safa.ps, 11 avril 2015).

Droite : Membres armés et masqués du Fatah bloquant la rue al-Quds à l'Est de Naplouse et empêchant les véhicules de circuler (Ma'an, 13 avril 2015). Gauche : Individus masqués et armés dans le camp de réfugiés de Balata défilant en soutien aux activistes locaux emprisonnés dans les prisons de l'AP (Page Facebook des nouvelles du camp de réfugiés de Balata, 13 avril 2015)
Droite : Membres armés et masqués du Fatah bloquant la rue al-Quds à l'Est de Naplouse et empêchant les véhicules de circuler (Ma'an, 13 avril 2015). Gauche : Individus masqués et armés dans le camp de réfugiés de Balata défilant en soutien aux activistes locaux emprisonnés dans les prisons de l'AP (Page Facebook des nouvelles du camp de réfugiés de Balata, 13 avril 2015)

Défilé militaire de membres du Fatah dans le village de Qalil
  • Le 10 avril 2015, des membres des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa Brigades du Fatah ontorganisé un défilé militaire dans le village de Qalil (région de Naplouse) pour marquer le 13ème anniversaire de la mort de deux terroristes du Fatah tués dans la région (Majid al-Qani et Mahmoud al-Qani). Des dizaines d'activistes du Fatah armés et masqués ont participé au défilé, en agitant leurs armes automatiques en l'air (Page Facebook I love you Burin, 10 avril 2015).
Incitation à la violence anti-israélienne dans les universités
  • Le 5 avril 2015, le bloc islamique (la branche étudiante du Hamas) de l'université Al-Najah de Naplouse a organisé un festival à la gloire de chahids palestiniens dans le cadre d'une exposition, pour la deuxième fois consécutive. Pendant le festival, des militants du bloc islamique et des responsables du Hamas en Judée-Samarie ont prononcé des discours, ainsi qu'Ismail Haniya, dont l'allocution a été retransmise en direct. Ce dernier a salué l'activité du bloc islamique et a exprimé son opposition à la détention d'activistes par l'AP. Des présentations de chahids palestiniens ont également eu lieu, ainsi que l'exposition d'un drone qui, selon le Hamas, a survolé Israël lors de l'Opération Bordure Protectrice (Page Facebook du bloc islamique de l'Université Al-Najah et Paltimes.net, 5 avril 2015 ; site Internet du Hamas, 6 avril 2015).

Photos de l'exposition. Gauche : Maquette du drone  (Page Facebook du bloc islamique de l'Université al-Najah, 5 avril 2015)
Photos de l'exposition. Gauche : Maquette du drone (Page Facebook du bloc islamique de l'Université al-Najah, 5 avril 2015)

  • La page Facebook du bloc islamique de l'université de Beir Zeit incite aussi à la violence. Le 1er avril 2015, une photo de terroristes masqués du Hamas a été publiée avec la légende : "C'est la seule voie... c'est notre droit avec fierté et nous verserons le sang sur notre voie..." Les mots "résistance", "éducation" et "créativité" figuraient au-dessous (Page Facebook du bloc islamique de l'université de Beir Zeit, 1er avril 2015).
Réactions palestiniennes à l'occupation du camp de réfugiés de Yarmouk par l'Etat islamique[5]
  • Le 1er avril 2015, environ un millier de terroristes affiliés à l'Etat islamique ont attaqué le camp de réfugiés de Yarmouk (Al-Darar Al-Shamia, 1er avril 2015). Selon les rapports, les activistes ont réussi à occuper de vastes étendues du camp (80%-90%). Les groupes armés palestiniens ont été assiégés dans la partie Sud du camp et les forces de l'armée syrienne au Nord (Télévision Al-Mayadeen, 1er avril 2015). Après plusieurs jours, les organisations palestiniennes ont réussi à repousser l'Etat islamique du Centre et de l'Ouest du camp, mais l'organisation contrôle apparemment toujours la partie Sud, où les résidents qui sont restés dans le camp sont concentrés (Al-Akhbar, 8 avril 2015, Paltoday.ps, 9 avril 2015).
  • Dans la bande de Gaza et dans les territoires administrés par l'AP, les événements sont surveillés de près. Apparemment, l'Autorité Palestinienne et le Hamas veulent rester neutres, et conjurent les Palestiniens de ne pas se laisser entraîner dans des affrontements militaires. L'OLP a déclaré dans un communiqué qu'elle s'opposait à des combats dans le camp de réfugiés et qu'elle travaillait en collaboration avec la plupart des organismes concernés afin d'arrêter l'activité armée, en particulier avec l'UNRWA (Wafa.ps, 9 avril 2015) .Des manifestations et des rassemblements ont eu lieu dans toute la Judée-Samarie et dans la bande de Gaza en soutien aux Palestiniens du camp de réfugiés de Yarmouk.
  • Saeb Erekat, membre du comité exécutif de l'OLP, a affirmé que Mahmoud Abbas suivait la "souffrance du peuple palestinien" dans le camp et qu'il était en contact avec l'ONU, les États-Unis, la Ligue arabe et d'autres organismes internationaux afin de soutenir les résidents du camp. Mahmoud Abbas a également envoyé une délégation de l'OLP dirigée par Ahmed Majdalani, également membre du comité exécutif de l'OLP, qui est arrivée à Damas le 6 avril 2015, pour discuter de la question du camp de réfugiés.
  • Les organisations palestiniennes de la bande de Gaza ont organisé une réunion d'urgence pour discuter des conséquences des événements dans le camp de Yarmouk. Ils ont abordé la question des moyens d'approvisionner les résidents en aide et en soutien (Safa.ps, Quds.net et Paltoday.ps, 6 avril 2015). En réponse à des accusations dans les médias selon lesquelles des Palestiniens affiliés au Hamas se battent dans le camp, le haut responsable du Hamas Musheir al-Masri affirmé que le Hamas n'a pas de présence militaire en Syrie et n'interfère pas dans les affaires intérieures de la Syrie. Il a affirmé que les unités militaires palestiniennes établies dans le camp de réfugiés de Yarmouk sont composées de populations locales et n'ont aucun lien direct avec le Hamas et leur objectif est de défendre le camp (Télévision égyptienne Mekamelleen, 11 avril 2015).
  • Cependant, les Palestiniens qui soutiennent le régime syrien, comme AhmedJibril, le secrétaire général du Front Populaire de Libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG), ont critiqué le manque de réactivité des Palestiniens. Jibril a affirmé qu'un groupe palestinien avait été impliqué dans la détérioration de la situation et dans l'incitation médiatique qui a conduit à la situation actuelle, alors que l'OLP n'a pas pris position. Il a déclaré que les hommes du FPLP sont actuellement la principale force des combats dans le camp (Al Mayadeen.net, 7 avril 2015).

[1]Exact à la date du 14 avril 2015. Les statistiques ne comprennent pas les tirs d'obus de mortier ni les roquettes tirées qui se sont abattues dans la bande de Gaza.
[2] Ces données ne tiennent pas compte des tirs d'obus de mortier.
[3]Selon les données des services de sécurité générale. Le rapport ne tient pas compte des dizaines de tirs de pierres sur les véhicules israéliens.
[4]A ce sujet, voir notre article (en anglais) du 5 avril 2015 intitulé "Initial Hamas Reactions to the Long-Term Lull Proposal in Return for Reconstruction of the Gaza Strip and Lifting the Siege" à l'adresse http://www.terrorism-info.org.il/en/article/20795
[5]Le camp deréfugiés de Yarmouk est le plus grand camp de réfugiés en Syrie. Il est situé dans la banlieue Sud Est de Damas. Dans le passé, il comptait 160 000 Palestiniens et Syriens. Aujourd'hui, il reste 18 000 personnes, contrôlées par des groupes armés palestiniens et les organisations rebelles.