A l’occasion d’une cérémonie festive organisée à Jenine, une plaque a été remise à la famille de la terroriste suicide du restaurant Maxim par l’Union des avocats arabes, basée au Caire.

Un délégué de l'Union des avocats arabes remet une plaque à la famille de la terroriste Hinadi Jaradat (Forum du Hamas, 13 octobre 2012)

Un délégué de l'Union des avocats arabes remet une plaque à la famille de la terroriste Hinadi Jaradat (Forum du Hamas, 13 octobre 2012)

La plaque offerte à la famille par l'Union des avocats arabes.

La plaque offerte à la famille par l'Union des avocats arabes.

La terroriste Hinadi Jaradat

La terroriste Hinadi Jaradat

Le lieu de l'attaque (Reuters Nir Elias)

Le lieu de l'attaque (Reuters Nir Elias)

Le logo de l'Union des avocats arabes

Le logo de l'Union des avocats arabes


1. Une délégation de quatre avocats de l'Union des avocats arabes (UAA) s'est rendue à Jenine le 12 octobre à l'occasion de l'anniversaire de la mort de la terroriste suicide Hinadi Jaradat du Jihad Islamique Palestinien (JIP), auteur de l'attentat du restaurant Maxim à Haïfa, dans lequel 21 Israéliens ont été tués et 50 autres blessés le 4 octobre 2003.

2. La cérémonie s'est déroulée au domicile de la famille le 13 octobre. La délégation de l'UAA a exprimé sa fierté et sa gratitude pour l'attaque en présentant à la famille une plaque encadrée. La famille a également reçu les félicitations du président de l'UAA, Omar al-Zaban et du président du Comité Palestine de l'organisation, Sayed

Abd al-Ghani. Selon l'avocat Ayman Abu Aisha, membre de la délégation, [1]le Comité a décidé d'attribuer une plaque à la famille à l'occasion d'une réunion qui s'est déroulée au Caire le 8 septembre 2012 (Al-Ayam, 3 octobre 2012).

3. Le fait de remettre une plaque à la famille de la terroriste suicide est un autre exemple de la transformation des terroristes en modèles pour les Palestiniens et le monde arabo-musulman en général. Un livre de poèmes sur Hinadi Jaradat a ainsi été publié en 2005 en son honneur par l'Autorité Palestinienne et a été élu "Livre du mois" par le ministère palestinien de la Culture (Al-Ayam, 22 août 2005).

4. Dans les territoires administrés par l'AP, il est de coutume de glorifier les noms et les actions des terroristes ayant commis des attaques de "qualité" et notamment des attentats suicide. Des rues, des places, des écoles, des institutions culturelles et des camps d'été pour enfants palestiniens sont nommés à leur mémoire. Par exemple, en Mars 2010, une place du Centre de Ramallah a été nommée en mémoire de Dalal al-Magribi, la terroriste impliquée dans le massacre de la route côtière en 1978. [2] En Avril 2010, la rue principale de Ramallah a été nommée en mémoire de Yehya Ayash, l'un des fondateurs et chefs des Brigades Izz al-Din al-Qassam, la branche armée du Hamas, responsable d'attentats suicide dans lesquels des dizaines de civils israéliens ont été tués et des centaines d'autres blessés.[3]

La plaque offerte à la famille par l'Union des avocats arabes.
La plaque offerte à la famille par l'Union des avocats arabes. Il est écrit : "Présentée par l'Union des avocats arabes/Comité Palestine à la famille [de la terroriste] de l'avocate Hinadi Jaradat, pour commémorer le jour où elle a commis l'attentat suicide [4][Signé] Sayed Abd al-Ghani, avocat, Président du Comité (Forum du Hamas, 13 octobre 2012)

5 'Union des avocats arabes est une ONG fondée en 1944. Son siège est situé au Caire en Égypte. Elle regroupe des avocats de 15 pays arabo-musulmans (y compris de "Palestine") et de 27 organisations, et compte plus de 200 000 membres. L'UAA est un organe consultatif au sein du Conseil économique et social de l'ONU et de l'UNESCO. Elle est également membre du Syndicat des avocats de la Cour pénale internationale (CPI) et de l'Union Internationale des Avocats basée en France ainsi que du International Legal Assistance Consortium (ILACConsortium international d'assistance juridique (International Legal Assistance Consortium (ILAC(((International Legal Assistance Consortium – ILAC) (voir Annexe II).

[1] Ayman Abu Aisha est un avocat de la bande de Gaza diplômé de la faculté de droit de l'Université Al-Azhar de Gaza. En 2011, il a tenté de quitter Gaza à deux reprises par Rafah, mais sa sortie a été refusée car son nom figurait sur une liste des renseignements généraux égyptiens des personnes interdites d'accès en Egypte (Al-Jazeera, 1er janvier 2011). En Février 2012, il a entamé une grève de la faim en solidarité avec Adnan Khader, le terroriste du Jihad Islamique Palestinien en grève de la faim dans une prison israélienne (PNN, 15 février 2012).

[2] A ce sujet, voir notre article du 23 mars 2010 intitulé "Transformation des chahids en modèles à émuler", à l'adresse http://www.terrorism-info.org.il/fr/article/18133

[3] A ce sujet, voir notre article du 11 avril 2010 intitulé : "L'Autorité Palestinienne continue de permettre et d’encourager la transformation des "chahids" en modèles à émuler", à l'adresse http://www.terrorism-info.org.il/fr/article/18129

[4] Al-istishhadiya en arabe. Le terme istishhady signifie "terroriste suicide tué pendant le conflit avec Israël". A ce sujet, voir notre article du 25 décembre 2005 (en anglais), intitulé "Suicide bombing terrorism during the current Israeli-Palestinian confrontation (September 2000-December 2005)," à l'adresse http://www.terrorism-info.org.il/en/article/19279