Pleins feux sur le jihad mondial (3-18 octobre 2017)

Conférence de presse de Sergei Rudskoy (Site Internet du ministère russe de la Défense, 13 octobre 2017)

Conférence de presse de Sergei Rudskoy (Site Internet du ministère russe de la Défense, 13 octobre 2017)

Les deux prisonniers russes dans la vidéo publiée par l'Etat islamique. Gauche : Tsurkanov Gregory. Droite : Zabolotny Roman Vasilyev (Haqq, 3 octobre 2017)

Les deux prisonniers russes dans la vidéo publiée par l'Etat islamique. Gauche : Tsurkanov Gregory. Droite : Zabolotny Roman Vasilyev (Haqq, 3 octobre 2017)

Destructions massives à Al-Raqqah (Compte Twitter local d'Al-Raqqah, 16 octobre 2017)

Destructions massives à Al-Raqqah (Compte Twitter local d'Al-Raqqah, 16 octobre 2017)

Les forces irakiennes dans le secteur d'Al-Hawija (Compte Youtube Al-Aan Arabic Television, 11 octobre 2017)

Les forces irakiennes dans le secteur d'Al-Hawija (Compte Youtube Al-Aan Arabic Television, 11 octobre 2017)

Qassem Mosleh, commandant de la 13ème Brigade de la Mobilisation populaire qui commande le secteur Ouest de la Province d'Al-Anbar (Compte Youtube d'Al-Sumaria, 20 juin 2017)

Qassem Mosleh, commandant de la 13ème Brigade de la Mobilisation populaire qui commande le secteur Ouest de la Province d'Al-Anbar (Compte Youtube d'Al-Sumaria, 20 juin 2017)

Abu al-Qaqa al-Ansari, le terroriste de l'Etat islamique qui a fait exploser une voiture piégée à l'entrée principale de l'usine de ciment dans le Sinaï.

Abu al-Qaqa al-Ansari, le terroriste de l'Etat islamique qui a fait exploser une voiture piégée à l'entrée principale de l'usine de ciment dans le Sinaï.

Photo du Pentagone derrière le titre de l'enregistrement d'Ayman al-Zawahiri

Photo du Pentagone derrière le titre de l'enregistrement d'Ayman al-Zawahiri "Nous allons nous battre contre vous jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de persécutions, avec l'aide d'Allah" (Haqq, 4 octobre 2017). La photo a été publiée par l'Etat islamique, et sa fiabilité est douteuse.

Le titre de l'article :

Le titre de l'article : "# DeirEzZorHolocaust" (Haqq, 12 octobre 2017)

Principaux événements de la semaine
  • Au cours de la semaine dernière, l'effondrement rapide de l'État islamique, qui est sur le point de perdre ses derniers bastions en Syrie et en Irak, s'est accéléré. Ci-après un aperçu de la situation actuelle :
    • Al-Raqqah : Les forces des FDS à prédominance kurde, avec l'appui de l'armée de l'air américaine, ont presque totalement libéré la ville d'Al-Raqqah après quatre mois de combats. Les FDS ont déclaré victoire. La coalition a annoncé que 95 % du territoire d'Al-Raqqah ont été repris. À la suite d'un accord, 275 membres de l'Etat islamique et leurs familles ont quitté la ville. Entre 250 et 300 membres, principalement des combattants étrangers qui n'étaient pas inclus dans l'accord, se trouvent toujours dans la ville.
    • Deir Ez Zor : La plus grande partie de la ville (environ 80 %), où des membres de l'Etat islamique sont assiégés, est tombée aux mains des forces syriennes. Elles continuent d'avancer dans la ville et, en même temps, se dirigent vers le Sud-Est, le long de l'Euphrate, dans l'objectif de nettoyer complètement le secteur de la présence de l'Etat islamique. Les forces de l'armée syrienne ont remis en service l'aérodrome militaire dans la région de Deir ez-Zor.
    • Al-Mayadeen : Cette ville, considérée comme un bastion de l'Etat islamique, a été reprise par les forces syriennes avec une relative facilité après plusieurs jours de combats. Les forces syriennes ont ainsi créé une contiguïté territoriale sous leur contrôle, sur les deux rives de l'Euphrate, de Deir Ez Zor à Al-Mayadeen. Les forces syriennes devraient continuer à se déplacer le long de l'Euphrate vers la frontière syro-irakienne, où la ville d'Abu Kamal demeure le dernier bastion de l'Etat islamique significatif dans la région de l'Euphrate en Syrie (et en général).
    • Al-Qaim : Cette ville se trouve du côté irakien de la frontière avec la Syrie. Les forces irakiennes et les milices iraniennes (la Mobilisation populaire) se préparent à lancer une offensive.
    • Al-Hawija : La ville et sa région, secteur d'une importante enclave de l'Etat islamique au Nord-Est de l'Irak, sont tombées aux mains des forces irakiennes et de la Mobilisation populaire. En conséquence, les forces irakiennes et la Mobilisation populaire devraient déplacer leurs efforts vers les villes de Rawa et d'Al-Qaim, le long de l'Euphrate, près de la frontière avec la Syrie, afin de compléter le nettoyage de la Province d'Anbar.
  • Face aux défaites de l'Etat islamique en Syrie et en Irak, les capacités opérationnelles de la Province du Sinaï de l'organisation sont notables. Au cours des derniers jours, elle a effectué une série d'attaques complexes contre les forces de sécurité égyptiennes. Ces activités comprenaient l'utilisation de terroristes suicide qui, dans au moins deux cas, portaient des uniformes de l'armée égyptienne, et des tirs de roquettes sur des cibles égyptiennes et sur le Sud d'Israël. Dans l'une des opérations, des membres de l'Etat islamique auraient volé environ un million de dollars d'une banque d'Al-Arish.
L'implication russe
Conférence de presse du chef de la direction des opérations de l'état-major russe
  • S'exprimant lors d'une conférence de presse, le général Sergei Rudskoy, chef de la direction des opérations de l'état-major russe, a résumé les combats en Syrie au cours du dernier mois, et a affirmé qu'un changement important a eu lieu dans la situation en Syrie. Ci-après les principaux points de son allocution (Site Internet du ministère russe de la Défense, 13 octobre 2017) :
    • Au cours du dernier mois, l'armée syrienne a libéré une superficie de 5 481 kilomètres carrés et 142 villes et localités. Dans le centre de la Syrie, les membres de l'Etat islamique ont été chassés de 57 villes et villages dans les zones libérées.
    • Une force d'assaut syrienne sous le commandement de Suheil Hassan, avec l'appui de l'armée de l'air russe, a entièrement libéré la zone le long de l'Euphrate, au Nord-Ouest et au Nord de Deir ez-Zor.
    • Une force syrienne a avancé de 37 km vers le Sud-Est de Deir Ez-zor et a repris la ville d'Al-Mayadeen des mains de l'Etat islamique, qui avait prévu de la transformer en un bastion fortifié.
    • Le nombre de frappes aériennes a augmenté de 50 %. Au cours de la semaine dernière, les avions russes ont effectué 383 sorties et ont frappé 993 cibles près de Deir ez-Zor. En outre, trois attaques ont été menées au cours des derniers mois à l'aide de missiles de croisière air-sol Kh-101 tirés à partir de bombardiers stratégiques et des missiles de croisière Kalibr ont été tirés à partir de sous-marins. Les missiles à longue portée ont frappé 37 cibles, y compris des dépôts de munitions, du personnel, les installations, des infrastructures de communications et des positions de commandement.
    • Une attention particulière a été accordée à l'élimination de la direction des organisations terroristes, et un total de 31 dirigeants ont été tués au cours du dernier mois. Il a noté que le 3 octobre 2017, à la lumière d'informations reçues à propos d'une réunion des dirigeants du Siège de Libération d'Al-Sham, des avions de chasse russes ont attaqué le lieu de rencontre. Selon les Russes, le leader de l'organisation Abu Mohammad al-Julani a été grièvement blessé dans la frappe aérienne et plusieurs autres dirigeants de l'organisation ont été tués. L'organisation a démenti les rapports des blessures d'Al-Julani et de la mort de responsables de l'organisation (Al-Jazeera, 4 octobre 2017).
L'Etat islamique affirme avoir enlevé deux soldats russes
  • Le 3 octobre 2017, l'Etat islamique a publié une vidéo montrant deux soldats russes prisonniers dans le village de Shula, à environ 31 km au Sud-Ouest de Deir ez-Zor. L'un des captifs dans la vidéo affirme que son nom est Romain Zabolotny Vassiliev, et qu'il est né en 1979 dans le village de Rassvet, dans la région d'Aksaysk, dans la province de Rostov. Le prisonnier dit aussi qu'il a été détenu par l'Etat islamique dans le village de Shula pendant une contre-attaque contre l'organisation, avec Tsurkanov Gregory, qui est né en 1978 dans la région de Domodedovo (Haqq, 3 octobre 2017).
  • Le ministère russe de la Défense n'a pas tardé à publier un démenti. Selon l'annonce, aucun soldat russe n'a été enlevé ou fait prisonnier par l'Etat islamique dans la province de Deir Ez-zor ou dans toute autre province en Syrie (Russia al-Yawm, 3 octobre 2017). Malgré le déni, les organisations paramilitaires ont annoncé qu'elles connaissaient les deux prisonniers russes. Le Boyevoye Bratstvo (association des anciens combattants) a noté que l'un des prisonniers était Gregory Tsurkanov, membre de l'association. Dans le même temps, une autre organisation paramilitaire de cosaques russes a noté que Zabolotny Roman était un cuisinier qui travaillait dans plusieurs cafés et restaurants dans la région de Rostov et qu'ils ne savaient pas comment il s'est rendu en Syrie. Une autre organisation a publié une photo de Roman Zabolotny dans un uniforme de l'armée (Swissinfo, 4 octobre 2017).
Principaux développements en Syrie
Les provinces de l'Etat islamique de long de l'Euphrate : Etat des lieux
  • Al-Raqqah : Les forces des FDS ont presque complètement repris la ville et ont neutralisé les dernières poches de résistance.
  • Deir Ez Zor : Environ 80 % de la ville est aux mains des forces syriennes.
  • Al-Mayadeen : La ville est tombée relativement facilement aux mains des forces syriennes.
  • Abu Kamal : La ville est toujours sous le contrôle de l'Etat islamique.
  • Al-Qaim, du côté irakien de la frontière : La ville est encore aux mains de l'Etat islamique et est actuellement dans le collimateur des forces irakiennes.
Fin de la campagne de reprise d'Al-Raqqah
  • Après environ quatre mois de combats intenses, la ville d'Al-Raqqah a été libérée des mains de l'Etat islamique. Les FDS ont repris la place Al-Naim au Centre d'Al-Raqqah, qui servait aux membres de l'organisation de site d'exécution, et était appelée par les habitants "Place de l'Enfer". Les FDS ont repris d'autres avant-postes de l'Etat islamique, y compris l'hôpital national et le stade du Centre d'Al-Raqqah (Qasiyoun ; Reuters, 17 octobre 2017). Certains membres de l'Etat islamique restent encore dans la ville, mais ne représentent pas une grande force de résistance. Le 17 octobre 2017, les FDS ont annoncé avoir repris l'ensemble de la ville et ont précisé que les derniers membres de l'Etat islamique ont quitté la ville avec leurs familles vers Deir Ez-zor (Al-Quds Al-Arabi, 17 octobre 2017). Le porte-parole de la coalition, le Colonel Ryan Dillon, a indiqué que 95 % de la ville sont tombés aux mains des FDS et que les activités de nettoyage continuent.
  • Des photos d'Al-Raqqah montrent clairement l'ampleur des destructions causées à la ville à cause des combats, à la suite d'explosions de voitures piégées et de mines et des frappes aériennes de la coalition Internationale (Twitter, 16 octobre 2017).
 Mines artisanales déposées par des membres de l'Etat islamique dans Al-Raqqah (Compte Twitter local d'Al-Raqqah, 16 octobre 2017).    Destructions massives à Al-Raqqah (Compte Twitter local d'Al-Raqqah, 16 octobre 2017)
Gauche : Mines artisanales déposées par des membres de l'Etat islamique dans Al-Raqqah (Compte Twitter local d'Al-Raqqah, 16 octobre 2017). Droite : Destructions massives à Al-Raqqah (Compte Twitter local d'Al-Raqqah, 16 octobre 2017)
  • Le 17 octobre 2017, l'Observatoire syrien des droits de l'homme a publié des données sur les pertes d'Al-Raqqah : un total de 1 117 civils ont été tués et des centaines ont été blessés. Au moins 1 101 décès sont liés à des frappes aériennes de la coalition ; 155 civils ont été tués en essayant de s'échapper de secteurs contrôlés par l'Etat islamique ; au moins 1 331 membres de l'organisation ont été tués. Les morts comprennent cinq combattants étrangers d'origine américaine, britannique, turque et géorgienne. Un total de 600 combattants ont été tués parmi les forces des FDS.
Evacuation de membres de l'Etat islamique et de leurs familles d'Al-Raqqah
  • En parallèle aux phases finales de la campagne de reprise d'Al-Raqqah, des négociations ont eu lieu entre des membres syriens de l'Etat islamique, le conseil civil d'Al-Raqqah et des dignitaires des tribus locales. Les négociations ont abouti à un accord d'évacuation de 275 membres syriens de l'Etat islamique et de leurs familles, qui a été mis en œuvre le 15 octobre 2017.
  • Dans le cadre de l'accord, 275 membres syriens de l'Etat islamique et leurs familles ont quitté Al-Raqqah le 15 octobre 2017. Environ 250 à 300 membres, principalement des combattants étrangers, demeurent dans la ville et sont prêts à se battre jusqu'à la fin (Reuters, 14-16 octobre 2017 ; BBC en arabe, 15 octobre 2017). Rami Abdurrahman, qui dirige l'Observatoire syrien des droits de l'homme, a déclaré que parmi les membres qui sont encore présents dans la ville se trouve un terroriste de l'Etat islamique qui avait planifié l'attaque terroriste en France où des dizaines de personnes ont été tuées et blessées (Novembre 2015). Il a affirmé qu'il s'agit d'un membre d'Afrique du Nord à la nationale française ou belge.
Reprise de la ville d'Al-Mayadeen
  • Après seulement quelques jours de combats, le 14 octobre 2017, les forces syriennes sous le commandement de Suheil Hassan et avec l'appui de l'armée de l'air russe ont repris la ville d'Al-Mayadeen, l'un des derniers bastions de l'Etat islamique en Syrie. L'armée syrienne a poursuivi des membres qui se sont retirés de la ville, tandis que des équipes de démineurs ont neutralisé des mines et des engins explosifs dans la ville (Télévision syrienne, 14 octobre 2017). Les troupes syriennes nettoient maintenant deux quartiers de la ville qui sont restés aux mains de l'Etat islamique, et avancent vers le champ de pétrole d'Omar sur la rive Est de l'Euphrate (Bureau du porte-parole de l'armée syrienne, 14 octobre 2017). La chute rapide d'Al-Mayadeen, l'un des derniers bastions de l'Etat islamique en Syrie, témoigne des dommages sévères imputés aux capacités militaires et au moral de l'organisation.
Armes de l'Etat islamique touchées lors de la lutte de l'armée syrienne pour la reprise de la ville (Télévision syrienne, 15 octobre 2017)    Armes de l'Etat islamique touchées lors de la lutte de l'armée syrienne pour la reprise de la ville (Télévision syrienne, 15 octobre 2017)
Armes de l'Etat islamique touchées lors de la lutte de l'armée syrienne pour la reprise de la ville (Télévision syrienne, 15 octobre 2017)
  • Les Russes ont utilisé la chute d'Al-Mayadeen à des fins de propagande vis-à-vis des Etats-Unis et de la coalition. Le ministère russe de La Défense a affirmé que l'armée syrienne a réussi à éliminer le dernier bastion de l'Etat islamique dans l'Est de la Syrie, ce qui est en contradiction totale avec l'absence de progrès des forces de la coalition dans les combats d'Al-Raqqah. Le ministère russe de la Défense a fait valoir que les bombardements de zones résidentielles par les forces de la coalition et la destruction délibérée de toutes les sources d'eau ont fait de nombreuses victimes parmi la population (Page Facebook du ministère russe de la Défense, 14 octobre 2017).
La région de Deir ez-Zor
  • Les forces syriennes continuent à reprendre des quartiers contrôlés par l'Etat islamique dans la ville de Deir ez-Zor, qui est complètement encerclée. Le 16 octobre 2017, il a été signalé que l'armée syrienne a repris le contrôle de 80 % du territoire de la ville. Ces derniers jours, les troupes syriennes ont lancé une attaque massive contre plusieurs quartiers, principalement au Sud-Est de Deir ez-Zor. En même temps, les forces continuent de ratisser la zone autour de la ville et avancent le long de l'Euphrate. Elles ont également continué à reprendre des territoires sur la rive Sud-Est de l'Euphrate, créant ainsi une continuité territoriale entre Deir Ez Zor et Al-Mayadeen (Bureau du porte-parole de l'Armée de terre syrienne, 17 octobre 2017).
  • Le 18 octobre 2017, le site d'information russe Spoutnik a publié une vidéo montrant un avion atterrissant à l'aérodrome militaire de Deir Ez-zor et un avion-cargo décollant de l'aérodrome. Un haut responsable syrien a noté que l'avion-cargo transportait d'importantes quantités de fournitures pour l'armée syrienne. Il a ajouté que des avions civils et commerciaux peuvent décoller de l'aérodrome sans aucun problème. L'armée syrienne a commencé à exploiter l'aérodrome le 17 octobre 2017, après presque un an d'inactivité (Qasiyoun, 18 octobre 2017).
La zone de Deraa et le bassin du Yarmouk
  • L'armée de Khaled bin Al-Walid, qui contrôle une enclave proche de l'Etat islamique dans le bassin du Yarmouk, continue de subir des pressions de la part des organisations rebelles. Le 14 octobre 2017, il a été signalé que les forces rebelles ont tiré des tirs d'artillerie dans le bassin du Yarmouk, sous contrôle de l'Armée de Khaled bin Al-Walid (Observatoire syrien des droits de l'homme, 14 octobre 2017). Le 15 octobre 2017, des affrontements ont eu lieu entre les membres de l'Armée de Khaled bin Al-Walid et les forces rebelles à la périphérie de la ville d'Adwan, à environ 23 km au Nord-Est de la zone frontalière entre la Syrie, la Jordanie et Israël.
Principaux développements en Irak
Reprise de l'enclave d'Al-Hawija
  • Le 5 octobre 2017, après deux semaines de combats, les forces de l'armée irakienne aidées par des milices chiites ont repris la ville d'Al-Hawija, contrôlée par l'Etat islamique au Nord-Est de l'Irak. Le général Yahya Rasool, porte-parole de la direction des opérations conjointes du ministère irakien de la Défense, a déclaré que 1 316 membres de l'Etat islamique avaient été tués à Al-Hawija et que l'organisation avait perdu un territoire de 7 199 kilomètres carrés. Rasool a noté que durant la campagne, des avions de la coalition internationale ont effectué 284 sorties en soutien aux forces (Al-Bawaba, 12 octobre 2017).
 Les forces irakiennes dans le secteur d'Al-Hawija (Compte Youtube Al-Aan Arabic Television, 11 octobre 2017)   Les forces irakiennes dans le secteur d'Al-Hawija (Compte Youtube Al-Aan Arabic Television, 11 octobre 2017)
Les forces irakiennes dans le secteur d'Al-Hawija (Compte Youtube Al-Aan Arabic Television, 11 octobre 2017)
  • Jabbar al-Maamouri, commandant de la Mobilisation populaire (affiliée aux milices chiites irakiennes) a affirmé qu'environ 800 membres de l'Etat islamique qui avaient fui Al-Hawija se sont rendus aux peshmergas kurdes de la province de Kirkouk. Selon Al-Maamouri, parmi les membres, il y a trente commandants de quatre provinces de l'Etat islamique. Les forces peshmergas n'ont pas précisé où les membres ont été transférés (Al-Sumaria, 15 octobre 2017).
La province d'Al-Anbar
  • Après la reprise d'Al-Hawija, les Irakiens ont intensifié leurs efforts pour la reprise d'Al-Qaim et de Rawa, derniers bastions de l'Etat islamique dans la province d'Al-Anbar, situés près de la frontière entre la Syrie et l'Irak. L'intervention devrait être menée par les forces de l'armée irakienne, les forces de police, les forces anti-terroristes et les milices populaires (Al-Sumaria, 12 octobre 2017). Qassem Mosleh, le commandant de la 13ème brigade de la Mobilisation populaire[1], qui commande actuellement le secteur Ouest de la province Al-Anbar, a déclaré que l'opération de reprise d'Al-Qaim débuterait dans les prochains jours. Selon lui, à cette fin, la Mobilisation populaire et la 1ère division de l'armée irakienne agissent en coordination (Site Internet de la Mobilisation populaire, 15 octobre 2017
Activité de l'Etat islamique
  • Les membres de l'Etat islamique continuent de mener des activités de guérilla et de terrorisme dans tout l'Irak :
  • Province d'Al-Hawija : Des terroristes suicide de l'Etat islamique ont fait exploser trois voitures piégées contre les forces irakiennes au cours d'affrontements à l'Est de la ville de Riyad, à 13 km au Sud-Est d'Al-Hawija (Al-Sawarim, 10 octobre 2017).
  • Hit : Un terroriste suicide de l'Etat islamique a fait exploser une ceinture d'explosifs dans un café dans le centre de Hit, à environ 70 km à l'Ouest de Ramadi. Selon des sources officielle irakiennes, dix personnes auraient été tuées et 15 autres blessées (Al-Sumaria, 11 octobre 2017).
  • Région de Kirkouk : L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité de deux attaques suicide contre une zone de rassemblement de la Mobilisation populaire dans le village d'Arsim Darb, à environ 40 km au Sud de Kirkouk (Al-Sawarim, 5 octobre 2017).
  • La province de Diyala : Trois soldats de l'armée irakienne ont été tués et deux autres blessés par balles dans une embuscade de l'Etat islamique dans le village d'Al-Lahib, à environ 4 km au Nord d'Al-Muqdadiyah, environ 85 km au Nord-Est de Bagdad.
  • Ces attaques montrent que l'Etat islamique possède encore des réseaux locaux dans tout l'Irak, dotés de capacités opérationnelles. Cependant, il semble que jusqu'à présent, l'activité de ces réseaux est sporadique et non coordonnée, et ne peut pas influencer la conduite des forces irakiennes dans le cadre de la campagne contre l'organisation ou la stabilité du régime irakien.
L'Egypte et la péninsule du Sinaï
L'Egypte
  • Au cours des derniers jours, les membres de la Province du Sinaï de l'Etat islamique ont mené plusieurs attaques, dont certaines contre des installations égyptiennes et contre les forces de sécurité égyptiennes :
    • Le 16 octobre 2017 – Des membres de l'Etat islamique ont volé le coffre-fort de la succursale de la Banque nationale dans le Centre d'Al-Arish. L'opération a été effectuée par trois escouades, qui ont aussi tenté d'attaquer l'Église et la municipalité Al-Arish, apparemment afin de détourner l'attention du cambriolage de la banque. Les terroristes ont également déposé des engins piégés près de la banque. Sept personnes ont été tuées, dont trois policiers égyptiens. Les membres de l'Etat islamique auraient volé environ un million de dollars de la banque (al Youm al-Sabea ; compte Twitter Sinaï NOW TV, 16 octobre 2017).
    • Le 15 octobre 2017, des membres de l'Etat islamique ont mené une attaque combinée contre quatre postes de l'armée égyptienne dans la zone de Cheikh Zuweid dans le Nord de la péninsule du Sinaï. Les membres de l'Etat islamique ont attaqué les avant-postes avec des mortiers, des mitrailleuses et des grenades. Au moins 10 soldats égyptiens ont été tués et environ 30 autres ont été blessés. Selon les Égyptiens, au moins sept membres de l'Etat islamique ont été tués dans l'attaque (Sky News en arabe, 15 octobre 2017). L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l'attaque peu après l'incident. Il a également signalé que deux membres de la bande de Gaza ont pris part à l'opération, dont un ancien membre de la branche armée du Hamas (Compte Twitter Sinaï News 1, 17 octobre 2017). A la suite de l'attaque, les autorités égyptiennes ont annoncé qu'elles allaient annuler l'ouverture du terminal de Rafah, qui était planifiée pour les prochains jours (Safa News Agency, 16 octobre 2017).
    • Le 14 octobre 2017, l'armée égyptienne aurait déjoué une attaque de membres de l'Etat islamique contre une zone de rassemblement des forces égyptiennes dans Al-Arish. Les membres de l'Etat islamique, portant des uniformes de l'armée égyptienne et des ceintures explosives et armés de fusils et de grenades, ont été repérés par l'armée égyptienne pendant leur tentative d'infiltration et ont été tués par des tirs qui ont causé l'explosion de leurs ceintures explosives (Page Facebook officielle du porte-parole de l'armée égyptienne, 14 octobre 2017).
    • Le 12 octobre 2017, six soldats égyptiens ont été tués et au moins quatre autres blessés dans une attaque de l'Etat islamique dans la partie orientale de la ville d'Al-Arish. Deux membres de l'organisation déguisés en soldats ont fait irruption dans un avant-poste de l'armée égyptienne et ont attaqué des soldats avec des mitraillettes, des grenades et des ceintures explosives. Les Égyptiens ont déclaré que l'attaque a échoué et que les deux terroristes ont été identifiés et tués. La Province du Sinaï de l'Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l'attaque (Al-Bawaba News, 13 octobre 2017).
    • Le 10 octobre 2017, un terroriste suicide conduisant une voiture piégée a tenté de pénétrer dans une usine de ciment de l'armée égyptienne dans le Sinaï. Le terroriste a été arrêté à l'entrée. Un soldat a été tué avec le terroriste (Al-Bawaba News14, 10 octobre, 2017). L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l'attaque (Aamaq, 10 octobre 2017).
  • L'Etat islamique a publié une annonce détaillant la série d'attaques menées contre les forces égyptiennes. Ces attaques ont inclus des raids contre des postes de contrôle à l'Est d'Al-Arish et des tirs de roquette Grad sur des cibles égyptiennes, y compris l'aéroport d'Al-Arish. L'organisation a également indiqué que ses membres ont tiré sur des avions israéliens et ont tiré deux roquettes Grad sur le conseil régional d'Eshkol (en Israël) (Haqq, 16 octobre 2017).
  • Cette série d'opérations indique que la Province du Sinaï de l'Etat islamique conserve des capacités opérationnelles de haut niveau, lui permettant de lancer des attaques complexes contre les forces de sécurité égyptiennes. Ses succès dans le Sinaï sont particulièrement importants dans le contexte de l'effondrement de l'État islamique en Syrie et en Irak. Si les membres ont en effet réussi à dérober un million de dollars de la banque d'Al-Arish, cela leur permettra d'améliorer leur situation financière et d'accroître leur liberté d'action vis-à-vis de la direction de l'Etat islamique, qui se bat pour sa survie.
Activités de l'Etat islamique dans d'autres pays
Philippines
  • Le 17 octobre 2017, le Président des Philippines, Rodrigo Duterte a annoncé que la ville de Marawi sur l'île de Mindanao (Sud des Philippines) avait été libérée de l'influence de deux dirigeants de l'Etat islamique. D'après son annonce, Umar Mawt' et le dirigeant de l'organisation Abu Sayyaf Isnilon Hapilon ont été tués dans des affrontements avec l'armée philippine le 16 octobre 2017. Selon le porte-parole de l'armée philippine, il reste encore entre 20 et 30 membres de l'Etat islamique dans la ville, et ils détiennent environ 20 otages. Les combats ne sont pas tout à fait terminés mais les autres membres ne constituent pas une menace, étant donné que la zone où ils sont situés est entièrement sous contrôle militaire (Reuters, 17 octobre 2017).
Activités de contre-terrorisme
Russie
  • Le comité national russe de lutte contre le terrorisme a signalé que, les 13 et 14 octobre 2017, le Service fédéral de sécurité (FSB), de concert avec le ministère russe de l'Intérieur à Moscou et à Makhachkala, ont arrêté quatre citoyens daghestanais soupçonnés d'appartenir à une équipe de terroristes affiliés à l'Etat islamique. Les terroristes avaient prévu de mener des attaques dans des lieux publics. Au cours de l'opération, deux cachettes contenant trois engins piégés ont été découvertes (Spoutnik, 15 octobre 2017).
Maroc
  • Les autorités marocaines ont arrêté 11 membres d'une cellule affiliée à l'Etat islamique qui avaient prévu de mener des attaques contre des sites sensibles dans tout le pays. L'un des membres disposait de connaissances approfondies dans la préparation d'explosifs et d'engins explosifs improvisés. Des armes, des munitions, des grenades lacrymogènes et des matériaux utilisés pour fabriquer des explosifs ont également été trouvés. Selon les autorités marocaines, environ 170 escadrons de terroristes ont été démantelés depuis 2002, environ 50 étaient étroitement liés à des organisations terroristes en Syrie et en Irak (Reuters, 14 octobre 2017).
Activités de propagande
Appel aux femmes à rejoindre les combats
  • Un article sur l'obligation des femmes de mener le jihad a été publié dans le journal Al-Nabde de l'Etat islamique. Selon l'article, l'État islamique mène une guerre qui exige que les musulmanes fassent leur devoir et aide les guerriers saints dans tous les domaines afin de défendre la religion et de se sacrifier pour elle. L'article explique que les femmes sont des partenaires dans la campagne non pas à cause d'un manque d'hommes, mais en raison de leur volonté d'être récompensées pour leur sacrifice pour Allah. Il s'adresse aux femmes musulmanes et les invite à suivre le chemin des guerrières de l'histoire islamique afin de recevoir la grâce d'Allah. Selon l'article, si les guerrières servent de modèle aux femmes, la nation musulmane va gagner (Al-Nabā', 5 octobre 2017). Cet article peut être une indication du fait que l'Etat islamique tente de trouver des solutions de rechange face à la mort de nombreux membres, y compris en recrutant des femmes.
L'Etat islamique qualifie les frappes de l'armée de l'air russe "d'holocauste"
  • Le 12 octobre 2017, l'Etat islamique a publié un article intitulé "L'holocauste de Deir Ez-zor et l'holocauste d'Al-Raqqah," en utilisant un hashtag qui inclus le mot holocauste et sa traduction en arabe. L'auteur de l'article prétend que quelque 2 700 sorties ont été effectuées sur une période d'environ 10 semaines. Selon lui, ce n'est pas une guerre contre l'Etat islamique ou contre le terrorisme, mais plutôt un "holocauste et l'anéantissement organisés" menés par les grandes puissances, la Russie et les États-Unis (Haqq, 12 octobre 2017). Selon nous, il s'agit d'une tentative de l'Etat islamique d'éveiller ses partisans et l'opinion publique dans le monde entier face aux frappes aériennes de la Russie et des pays de la coalition.

Le titre de l'article : "# DeirEzZorHolocaust" (Haqq, 12 octobre 2017)
Le titre de l'article : "# DeirEzZorHolocaust" (Haqq, 12 octobre 2017)

Discours du dirigeant d'Al-Qaïda à l'occasion du 16ème anniversaire de l'attaque des tours jumelles
  • Début Octobre 2017, la fondation As-Sahab, la branche information d'Al-Qaïda, a publié la bande sonore d'un discours du dirigeant de l'organisation Ayman al-Zawahiri, à l'occasion du 16ème anniversaire de l'attaque du 9/11. Le titre de la bande sonore était : "Nous allons nous battre contre vous jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de persécutions, avec l'aide d'Allah." L'enregistrement a été diffusé sur Telegram et cité dans les médias arabes.
  • Le discours d'Al-Zawahiri fait référence à deux sujets (selon Al-Bawaba News, 8 octobre 2017, et d'autres médias arabes) :
  • Appel à mener le jihad contre les États-Unis et les régimes arabes qui collaborent avec. Al-Zawahiri a déclaré que "c'est la voie d'Oussama ben Laden et d'Al-Qaïda après lui, d'aller d'abord et avant tout contre la tête des infidèles [cf.,. les États-Unis] et de mener le jihad contre les agents locaux [cf., les régimes arabes qui collaborent avec les États-Unis et l'Occident]." Il a ajouté que le Printemps arabe a échoué et, qu'en conséquence, les "ennemis de la nation" sont devenus plus mauvais que dans le passé et encore plus esclaves des Etats-Unis.


Photo du Pentagone derrière le titre de l'enregistrement d'Ayman al-Zawahiri "Nous allons nous battre contre vous jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de persécutions, avec l'aide d'Allah" (Haqq, 4 octobre 2017). La photo a été publiée par l'Etat islamique, et sa fiabilité est douteuse.

  • Critique indirecte du Front Al-Nusra (sans mentionner explicitement son nom). Al-Zawahiri dément avoir exempté quiconque du serment d'allégeance (au chef d'Al-Qaida) et souligne que ce serment ne peut être violé. Il note qu'Al-Qaïda soutient le jihad et les combattants du jihad en Syrie, et appelle ses partisans en Syrie à faire confiance à Al-Qaïda et à aider l'organisation. Ses déclarations peuvent être considérées comme des critiques indirectes du Front Al-Nusra pour avoir commencé à fonctionner sous les auspices du Siège de Libération d'Al-Sham, avec lequel d'autres organisations rebelles collaborent également.

     

[1] L'activité des milices chiites iraniennes dans le cadre des brigades peut indiquer qu'elles sont l'objet d'un processus d'institutionnalisation et de transformation en une force paramilitaire. ↑