Pleins feux sur le jihad mondial (28 septembre – 2 octobre 2017)

Membres de l'Etat islamique avec des armes légères, l'un d'entre eux transportant un RPG, dans le Centre d'Al-Raqqah (Al-Sawarim, 28 septembre 2017)

Membres de l'Etat islamique avec des armes légères, l'un d'entre eux transportant un RPG, dans le Centre d'Al-Raqqah (Al-Sawarim, 28 septembre 2017)

Corps de membres de l'Etat islamique tués dans les affrontements avec l'armée syrienne (Butulat Al-Suri Al-Jaysh, site Internet affilié à l'armée syrienne, 30 septembre 2017)

Corps de membres de l'Etat islamique tués dans les affrontements avec l'armée syrienne (Butulat Al-Suri Al-Jaysh, site Internet affilié à l'armée syrienne, 30 septembre 2017)

Abu Zayd al-Tai, un terroriste suicide qui a fait exploser une voiture piégée contre un siège conjoint de l'armée russe et de l'armée syrienne dans le village de Mazloum.

Abu Zayd al-Tai, un terroriste suicide qui a fait exploser une voiture piégée contre un siège conjoint de l'armée russe et de l'armée syrienne dans le village de Mazloum.

Combattants irakiens dans la région de Hawija (Chaîne Al-Aan, 30 septembre 2017)

Combattants irakiens dans la région de Hawija (Chaîne Al-Aan, 30 septembre 2017)

La camionnette utilisée pour effectuer l'attaque (Page Twitter ZoeHTodd, 1er octobre 2017)

La camionnette utilisée pour effectuer l'attaque (Page Twitter ZoeHTodd, 1er octobre 2017)

Les trois membres de l'Etat islamique et les armes utilisées dans l'attaque de l'aéroport international de Kaboul (Haqq, 28 septembre 2017)

Les trois membres de l'Etat islamique et les armes utilisées dans l'attaque de l'aéroport international de Kaboul (Haqq, 28 septembre 2017)

Principaux événements de la semaine[1]
  • Cette semaine encore, les événements en Syrie étaient centrés autour des zones d'Idlib et de Deir Ez-Zor :
    • Dans la région d'Idlib, des bombardiers stratégiques russes ont attaqué des cibles du Siège de Libération d'Al-Sham. Les frappes ont été effectuées en réponse à une attaque contre la police militaire russe chargée de superviser la mise en œuvre de l'accord de désescalade. Le Siège de Libération d'Al-Sham a apparemment subi de lourdes pertes, y compris la mort de membres de haut rang. Le Siège de Libération d'Al-Sham a annoncé la restructuration de son commandement, y compris la "démission" de son commandant, Abu Jaber al-Cheikh. Ces changements pourraient faire suite aux coups sévères subis par l'organisation suite aux frappes aériennes russes.
    • Dans la région de Deir ez-Zor, l'Etat islamique a procédé à une contre-attaque à grande échelle visant selon les Syriens à prendre le contrôle de la zone rurale à l'Ouest de Deir Ez-Zor et à l'Est de Palmyre. L'organisation a également tenté de couper la route logistique vitale entre Deir Ez Zor et Palmyre. Le commandant des forces syriennes a annoncé que ses forces avaient repoussé l'attaque. Les Syriens prétendent également avoir repris le contrôle de la route entre Deir Ez Zor et Palmyre et que les tentatives de l'Etat islamique de couper cette route ont échoué.
  • Sur le plan de la propagande, une bande sonore (d'environ 46 minutes) a été publiée par l'Etat islamique et attribuée à son chef, Abu Bakr al-Baghdadi. Après avoir écouté les déclarations d'Al-Baghdadi, nous pensons que l'enregistrement est authentique et actuel. Selon nous, la publication a trois objectifs : faire savoir qu''Al-Baghdadi est vivant après les rumeurs ayant couru sur sa mort ; encourager les membres de l'Etat islamique en Syrie et en Irak à poursuivre leurs combats persistants malgré les défaites subies et encourager les membres de l'Etat islamique et ses partisans à l'étranger à intensifier leurs attaques, en particulier contre les pays occidentaux.
  • Les appels d'Al-Baghdadi et de la branche information de l'Etat islamique à intensifier les attaques à l'étranger ont apparemment été entendus. Deux attaques inspirées par l'organisation ont été commises dans les pays occidentaux cette semaine : une attaque à l'arme blanche à Marseille (2 tués), dont la responsabilité a été revendiquée par l'Etat islamique et une attaque à la voiture bélier au Canada (5 blessés), pour laquelle l'organisation n'a pas encore revendiqué la responsabilité, mais un drapeau de l'organisation a été trouvé dans le véhicule impliqué. En outre, trois membres de l'Etat islamique ont procédé à un attentat suicide à l'aéroport international de Kaboul quelques heures après l'arrivée du ministre américain de la Défense.
L'implication de la Russie et de la coalition
Frappe de l'armée de l'air russe contre l'Etat islamique et le Siège de Libération d'Al-Sham
  • Le 26 septembre 2017, des bombardiers stratégiques ont décollé de l'aéroport d'Engels en Russie pour la Syrie, survolant l'Iran et l'Irak sur une distance de 7 000 km. Dans l'espace aérien syrien, les appareils ont attaqué des cibles de l'Etat islamique et du Siège de Libération d'Al-Sham dans les provinces de Deir Ez-Zor et d'Idlib. Selon un rapport russe, ces frappes aériennes ont détruit des postes de commandement, des installations et de dépôts de munitions, et ont touché des combattants. Le ministère russe de la Défense a souligné que toutes les cibles étaient situées à l'extérieur de zones habitées et à une distance de sécurité des forces américaines et des FDS (Site Internet du ministère russe de la Défense, 26 septembre 2017).
Mort de responsables du Siège de Libération d'Al-Sham dans la province de Deir Ez-Zor
  • Le 27 septembre 2017, le ministère russe de la Défense a indiqué que cinq commandants (du Siège de Libération d'Al-Sham) qui avaient dirigé l'attaque contre des policiers russes (18 septembre 2017) ont été tués dans une opération dans la province d'Idlib (le centre du pouvoir du Siège de Libération d'Al-Sham). L'opération a été menée suite à des renseignements reçus par les Russes sur les dates et l'emplacement d'une réunion de commandants du Siège de Libération d'Al-Sham dans le Sud d'Idlib. Des frappes aériennes ont visé l'immeuble où se tenait la réunion.
  • Selon le rapport russe, plusieurs cadres de l'organisation ont été tués dans l'attaque : Abu Salman al-Saoudi (chef de la région Sud de la Province d'Idlib), Abu Abbas Alaeddin (chargé des affaires économiques), Abu Hassan (conseiller de l'Émir Abu Mohammad al-Julani) et Walid al-Mustafa (un dignitaire religieux). En outre, 32 membres ont été tués. Des armes, des munitions et des véhicules ont été détruits. La Russie a annoncé que des opérations spéciales contre des membres qui ont pris part à l'attaque contre les policiers russes étaient toujours en cours[2] (Page Facebook du ministère russe de la Défense, 27 septembre 2017).
Le soutien français à l'armée irakienne
  • Dans un article portant sur les activités des forces françaises dans le cadre de la Coalition internationale contre l'Etat islamique, le Colonel Patrik Steiger, porte-parole de l'état-major général des forces armées françaises, a déclaré que les forces françaises ont réalisé 33 tirs d'artillerie la semaine dernière à l'appui des forces irakiennes combattant dans la région de Hawija. L'armée française a également formé 7 500 soldats irakiens, dont la plupart luttent maintenant contre l'Etat islamique. Depuis le début de l'implication des forces de la Coalition en Syrie et en Irak, l'armée française a effectué plus de 7 000 sorties, et quelque 3 000 membres de l'Etat islamique ont été tués. Selon lui, la campagne contre l'organisation a pour but non seulement d'éliminer la présence de l'Etat islamique en Syrie et en Irak mais également de protéger des dizaines de villes en Europe qui sont menacées par le terrorisme (Al-Hadath Al-Arabiya, 29 septembre 2017).
Principaux développements en Syrie
La campagne de reprise d'Al-Raqqah
  • Les combats entre les forces armées et les FDS contre l'Etat islamique se concentrent sur le "carré de sécurité" contrôlé par l'organisation au Centre d'Al-Raqqah. Cette semaine, des heurts ont été signalés entre les FDS et des membres de l'Etat islamique dans plusieurs quartiers du Centre Al-Raqqah (Al-Kahraba et Al-Firdous).
La campagne de Deir ez-Zor
  • Cette semaine, les membres de l'Etat islamique ont lancé une vaste attaque visant à reprendre la zone rurale entre Deir Ez Zor et Palmyre et à couper la route Deir Ez-Zor-Al-Sukhnah-Palmyre. Le commandant des troupes syriennes a déclaré que l'attaque avait échoué. Dans le même temps, les forces syriennes continuent d'établir leur présence dans la région au Sud de Deir Ez-Zor, sur la route menant à la ville d'Al-Mayadeen. Apparemment, cette ville, qui est actuellement le principal bastion de l'Etat islamique en Syrie, est maintenant dans la ligne de mire des forces syriennes.
Lutte pour le contrôle de la route Palmyre-al-Sukhnah-Deir Ez-Zor
  • Les 28 et 29 septembre 2017, des membres de l'Etat islamique ont attaqué des convois syriens sur la route entre Al-Sukhnah et Deir Ez-Zor, ainsi que des avant-postes de l'armée syrienne dans le secteur d'Al-Sukhnah afin de couper cette route logistique vitale. En conséquence, des dizaines de soldats de l'armée syrienne et des civils ont été tués (Al-Aan Dimashq, 30 septembre 2017). Les forces syriennes ont mis fin à cette tentative. Des photos prises par les forces syriennes montrent des corps de membres de l'organisation tués lors d'affrontements dans la région du village d'Al-Shula, à environ 30 km au Sud-Ouest de Deir Ez-Zor (Butulat Al-Jaysh Al-Suri, site Internet affilié à l'armée syrienne, 30 septembre 2017).
  • Suite à ces incidents, les forces syriennes ont lancé une opération de nettoyage des zones adjacentes à la route entre Palmyre et Deir Ez-Zor. L'opération vise à assurer un passage sécurisé sur la route, en mettant l'accent sur la zone située entre le village d'Al-Shula et Al-Sukhnah. Selon des sources du Hezbollah, les forces syriennes ont repris le contrôle de la route reliant Palmyre à Deir Ez-Zor, après avoir repoussé une attaque importante de l'Etat islamique. Le trafic de cette route est maintenant possible dans les deux directions (Reuters, 29 septembre 2017).
Echec d'une contre-attaque de l'Etat islamique
  • Le 29 septembre 2017, l'Etat islamique a procédé à une contre-attaque à grande échelle contre les forces syriennes dans la région de Palmyre. L'organisation a appelé l'attaque en mémoire du Cheikh Abu Mohammad al-Adnani (Porte-parole de l'Etat islamique et numéro deux l'organisation, tué dans un bombardement américain). Suheil Hassan ("le tigre"), le commandant des forces syriennes, a déclaré sur son compte Twitter que le but de l'attaque était de reprendre le secteur rural à l'Ouest de Deir Ez-Zor et à l'Est de Palmyre et d'atteindre l'enclave de Hama et d'Al-Qaryatayn (Twitter, 30 septembre 2017). Selon Suheil Hassan, l'attaque a échoué.
  • Dans le cadre de cette attaque, l'organisation a signalé un certain nombre d'actions menées par ses membres, y compris l'explosion d'une voiture piégée contre des soldats de l'armée syrienne déployés à la station de pétrole T-3, qui a fait 34 morts dans les rangs des soldats syriens ; une attaque contre cinq barrages routiers de l'armée syrienne dans le secteur d'Al-Sukhnah, avec le soutien de l'armée syrienne, qui a fait 40 morts et de nombreuses armes perdues; et l'explosion d'une voiture piégée contre des soldats syriens dans le village de Suha, à environ 30 km à l'Est d'Al-Salamiyah (Haqq, 30 septembre 2017).
  • Le commandant des forces syriennes Suheil Hassan a annoncé l'échec de l'attaque de grande envergure en mémoire d'Abu Mohammad al-Adnani :
La rive Est de l'Euphrate
  • Le 30 septembre 2017, l'Etat islamique a publié les photos d'un terroriste suicide qui, le 28 septembre 2017, a fait exploser une voiture piégée dans un siège conjoint de l'armée russe et de l'armée syrienne dans le village de Mazloum. L'organisation a annoncé que des dizaines de personnes ont été tuées dans l'explosion, et que six véhicules militaires ont été détruits. Selon l'Etat islamique, l'attaque a été menée dans le cadre du raid en mémoire du Cheikh Abu Mohammad Al-Adnani (Haqq, 29-30 septembre 2017).
Extension de la zone de contrôle des forces syriennes de l'Euphrate au Sud de la ville de Deir Ez-Zor
  • Les forces syriennes dans la région de Deir Ez-Zor essaient d'étendre leur contrôle de l'Euphrate au Sud de Deir Ez-Zor. Les troupes syriennes ont réussi à prendre le contrôle de la zone d'Al-Thardat, sur la route menant de Deir Ez-Zor à la ville d'Al-Mayadeen. Cette ville devrait devenir la principale zone de contrôle de l'Etat islamique après la chute d'Al-Raqqah et de Deir Ez-Zor.
  • Le 30 septembre 2017, l'organisation a attaqué plusieurs avant-postes de l'armée syrienne dans le secteur d'Al-Thardat. L'armée syrienne a mis fin à l'attaque. Les médias syriens ont déclaré que des dizaines de membres de l'Etat islamique ont été tués dans l'attaque. En outre, trois voitures piégées ont été détruites ainsi que des armes et du matériel de l'Etat islamique et un char a été saisi (Télévision syrienne, 30 septembre 2017).
  • Le 30 août 2017, le Colonel Suheil al-Hassan (alias "le tigre") a déclaré sur son compte Twitter que l'armée syrienne se prépare pour la campagne de reprise de la ville d'Al-Mayadeen, à environ 45 km au Sud-Est de Deir Ez-Zor. Il décrit Al-Mayadeen comme "la nouvelle capitale de l'Etat islamique et son fief principal, où vivent les commandants de l'organisation et leurs familles" (Compte Twitter Nimr'Tiger@Souria4syriens, 30 septembre 2017).
Le secteur d'Idlib
Restructuration au sein du Siège de Libération d'Al-Sham
  • Le 1er octobre 2017, une décision administrative du Siège de Libération d'Al-Sham a été publiée, annonçant que le Conseil de la Choura de l'organisation s'est réuni et a adopté les décisions suivantes (Twitter, 1er octobre 2017) :
    • La démission de Cheikh Abu Jaber al-Cheikh du poste de commandant général du Siège de Libération d'Al-Sham a été acceptée.
    • Son adjoint, Cheikh Abu Mohammad al-Julani, traitera des questions du Siège de Libération d'Al-Sham.
    • Abu Jaber al-Cheikh sera nommé chef du Conseil de la Shura du Siège de Libération d'Al-Sham.
  • À ce stade, la raison de ces changements n'est pas encore claire. Abu Jaber al-Cheikh pourrait avoir démissionné suite aux frappes de l'aviation russe à l'encontre des bases de l'organisation dans la région d'Idlib et à la perte de plusieurs de ses membres, y compris des plus expérimentés.
Principaux développements en Irak
Campagne de reprise de l'enclave de Hawija
  • Cette semaine, aucune avancée n'a été signalée dans la campagne de reprise de l'enclave de l'Etat islamique à Hawija, au Sud de Mossoul, gérée par les forces irakiennes. L'armée irakienne a annoncé avoir réussi à libérer tous les territoires à l'Ouest de la ville (Information militaire des forces conjointes luttant en Irak, 30 septembre 2017).
Activités du jihad mondial dans d'autres pays
Attaques inspirées par l'Etat islamique
Attaque à l'arme blanche en France (Etat des lieux)
  • Deux passantes, âgées de 17 et 20, ont été poignardées à mort à la gare principale de Marseille le 1er octobre 2017. Le terroriste a été tué par des soldats français qui patrouillaient à l'extérieur de la gare. Les témoins ont affirmé que l'homme a crié "Allah Akbar" avant d'attaquer les deux femmes. Les motivations de l'assaillant sont encore inconnues. Une source de la police française a déclaré aux médias que l'incident était apparemment une attaque terroriste (Reuters, 1er octobre 2017).
  • L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l'attaque. Le 1er octobre 2017, l'organisation a annoncé que l'auteur de l'attaque dans la ville de Marseille, en France, était "l'un des soldats de l'État islamique, qui a procédé à l'attaque en réponse aux appels d'attaquer les pays de la Coalition [internationale]" (Agence de presse Amaq, 1er octobre 2017).
Attaque à la voiture bélier au Canada (Etat des lieux)
  • Un homme âgé d'une trentaine d'années a mené une attaque à la voiture bélier sur deux sites différents dans la ville d'Edmonton, dans la province d'Alberta, au Canada. Un policier et quatre civils ont été blessés dans ces attaques. L'incident a débuté quand un policier a été percuté par une camionnette. Le policier a été blessé. L'agresseur est sorti de la camionnette et menacé les passants avec un couteau. Il a fui les lieux de l'attaque dans sa fourgonnette et a été poursuivi tout au long de la ville d'Edmonton. Au centre-ville d'Edmonton, il est monté sur le trottoir, blessant quatre civils. Le van a été renversé et le terroriste a été arrêté (AP, 1er octobre 2017).
  • Le chef de la police locale a déclaré qu'un drapeau de l'Etat islamique avait été trouvé dans le van. L'auteur de l'attaque était un résident d'Edmonton, réfugié de Somalie, connu de la police, âgé de 30 ans. Un représentant du gouvernement canadien a identifié le terroriste comme étant Abdullahi Hassan Sharif (AP, 2 octobre 2017). La police canadienne a annoncé que l'incident était considéré comme une attaque terroriste menée par un "loup solitaire". L'Etat islamique n'a jusqu'à présent pas revendiqué l'attaque.

Attentat suicide à l'aéroport international de Kaboul

  • Le 27 septembre 2017, trois membres de l'Etat islamique ont procédé à un attentat suicide à l'aéroport international de Kaboul. L'organisation a fait valoir que l'attaque a été menée pendant la visite du secrétaire américain à la Défense, James Mattis. Les médias américains (CNN et Reuters) ont rapporté que l'attaque a été réalisée quelques heures après que le secrétaire américain à la défense Mattis a atterri à Kaboul (Reuters, 27 septembre 2017).
  • Le Commandement central américain, a signalé que, le 27 septembre 2017, des coups de feu ont été tirés par plusieurs hommes armés près de l'aéroport international de Kaboul. Les hommes armés se sont ensuite fait exploser avec des vestes explosives. Une unité d'élite afghane, avec le soutien aérien américain, a rapidement répondu à l'attaque. L'un des missiles tirés par les avions américains était défectueux et a causé plusieurs morts, dont des civils. Une enquête sur l'attaque et le dysfonctionnement de l'appareil a été ouverte (Site Internet du Commandement central américain).
  • L'attaque de l'aéroport a été d'une ampleur sans précédent, durant plus de six heures. Selon la police afghane, les salves tirées par les assaillants ont inclus 12 roquettes tirées à partir de deux endroits. Les assaillants ont utilisé des civils comme boucliers humains. L'Etat islamique et les talibans ont revendiqué la responsabilité de l'attaque, qui a été réalisée alors que le secrétaire de la Défense James Mattis et le Secrétaire général de l'OTAN étaient en réunion avec de hauts fonctionnaires afghans. Le ministère afghan de l'Intérieur a annoncé qu'un civil a été tué et au moins 11 autres ont été blessés par l'une des roquettes tirées par les hommes armés près de l'aéroport (Washington Post, 27 septembre 2017).
  • Ci-après la description de l'attaque par l'Etat islamique (Haqq, 28 septembre 2017) :
    • L'attaque a été effectuée par trois membres de l'Etat islamique équipés d'une grande quantité d'armes : des vestes explosives, un lanceur de roquettes SPG-9 et des obus de mortier. Il s'agit d'une grande quantité d'armes à la fois en termes de taille et de poids, qui peuvent avoir été introduites clandestinement dans l'aéroport par des collaborateurs avant l'attaque.
    • L'attaque a débuté par des tirs contre des positions des forces américaines, turques et de l'ONU dans le secteur de l'aéroport, avec des roquettes SPG et des obus de mortier. Des grenades ont également été lancées. Aussitôt, des coups de feu ont été échangés entre les trois terroristes et des forces sur place. Les membres de l'Etat islamique se sont repliés sur de nouvelles positions après avoir laissé une charge explosive de 50 kg à leur précédente position. La charge a été activée à l'entrée des forces.
    • Après plusieurs heures d'échanges de coups de feu, les membres de l'organisation ont fait exploser leurs gilets piégés contre un rassemblement de forces américaines, turques et afghanes.
Contrebande de membres et d'armes en Egypte
  • Une vidéo publiée sur la page Facebook du porte-parole des forces armées égyptiennes montre une frappe de l'armée de l'air égyptienne à la frontière libyenne contre un convoi de véhicules tout-terrain qui tentaient de transférer en contrebande des armes et des munitions en Égypte (Page Facebook du porte-parole des forces armées égyptiennes, 28 septembre 2017). Le journal égyptien Al-Dostor a cité un site Internet affilié à l'Etat islamique qui a publié les itinéraires à partir de la Libye vers l'Egypte et a appelé ses hommes à les utiliser. L'utilisation de véhicules 4X4 sur ces routes était recommandée.
  • Selon une étude réalisée par un institut européen de recherche sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme, les itinéraires des terroristes en provenance de Libye vers l'Egypte passent par plusieurs routes terrestres, en particulier le terminal d'Arqin entre l'Egypte et le Soudan, et la route d'Al-Arbaeen entre l'Égypte et le Soudan. Selon l'article, les passeurs se déplacent à environ 10 km de la frontière et transportent des personnes et des armes via le lac Nasser et via la ville touristique d'Abu Simbel (Al-Dostor, 29 septembre 2017).
Activités de contrebande
Enregistrement audio du leader de l'Etat islamique Abu Bakr al-Baghdadi
  • Le 28 septembre 2017, la branche information de l'Etat islamique Al-Furqan a publié une bande sonore attribuée au chef de l'Etat islamique Abu Bakr al-Baghdadi. Dans son discours, d'environ 46 minutes, il fait référence à la situation de l'organisation et appelle ses partisans à l'étranger à multiplier leurs attaques. Il convient de noter que le dernier enregistrement d'Al-Baghdadi a été publié en Novembre 2016. D'après les déclarations d'Al-Baghdadi, il est évident que la bande est authentique et actuelle.
  • Selon nous, la publication de la bande à ce moment sert trois objectifs :
    • Transmettre un message aux partisans de l'organisation qu'Abu Bakr al-Baghdadi est vivant et que les rumeurs sur sa mort sont incorrectes.
    • Encourager les membres de l'Etat islamique en Syrie et en Irak à poursuivre le jihad, à continuer de lutter résolument contre les coalitions et à refuser tout accord ou règlement.
    • Encourager les membres de l'Etat islamique et ses partisans à l'étranger à intensifier leurs attaques contre les différents ennemis, en particulier contre l'Occident, afin de renforcer la campagne menée par l'Etat islamique en Syrie et en Irak.
Degré de fiabilité de l'enregistrement
  • Après avoir écouté les déclarations d'Al-Baghdadi, nous pensons que la bande est authentique et que l'orateur est bien Abu Bakr al-Baghdadi Il n'y a pas d'informations sur la date à laquelle la bande sonore a été enregistrée, mais selon nous, elle est actuelle, puisqu'elle mentionne la défaite de l'Etat islamique à Mossoul, l'accord d'Astana, et les menaces de la Corée du Nord d'utiliser des armes nucléaires contre le Japon et les États-Unis.
  • En Juin 2017, l'armée russe a annoncé qu'Al-Baghdadi avait apparemment été tué dans un bombardement dans la région d'Al-Raqqah L'annonce n'a pas été corroborée. Par la suite, un haut responsable militaire a annoncé qu'Al-Baghdadi était probablement encore en vie.
Le contenu de l'enregistrement
  • Ci-après les principaux points évoqués par Abu Bakr al-Baghdadi :
    • La victoire appartiendra aux "vrais croyants" : Al-Baghdadi a débuté son discours par des citations du Coran sur le rôle de l'homme dans le monde. Son but, selon Al-Baghdadi, est l'Islam et sa mise en œuvre par le biais du jihad. Al-Baghdadi établi une distinction entre les musulmans, "les hommes de vérité," qui sont destinés au paradis, et les autres, "les hommes de mensonges", "les infidèles", qui sont destinés à l'enfer. Il revient à l'époque du Prophète Mahomet et note que la victoire appartiendra aux vrais croyants, ceux qui n'ont pas arrêté de se battre pour l'Islam malgré les difficultés.
    • La faiblesse des États-Unis et de la Coalition : Al-Baghdadi procède ensuite à une analyse de la situation internationale actuelle. Il note la frustration parmi les "infidèles" qui unissent leurs forces contre l'Etat islamique. Il ajoute qu'il y a ceux qui profitent de la situation, afin de prendre le contrôle des terres musulmanes (une allusion à peine voilée aux Etats-Unis, à la Russie et à l'Iran). Il dit : "l'Amérique [cf., les États-Unis], qui se présente comme la seule superpuissance, est en train de perdre son statut de leader au monde, et est en train de devenir un pays épuisé avec d'énormes dettes, ce qui va préparer le terrain à son effondrement et la chute d'autres pays dans l'abîme. La Russie profite de la faiblesse américaine afin de montrer qu'elle est une alternative à la superpuissance de l'Amérique, comme le montre l'accord d'Astana, elle tente de prendre le contrôle de la Syrie et de transférer du terrain aux Alaouites. La situation est telle que même la "Corée du Nord a commencé à menacer les Etats-Unis et le Japon d'utiliser des armes nucléaires" (Indication claire de l'actualité de l'enregistrement). Il a ajouté que les Russes, les Américains et les Européens ont commencé à vivre dans la peur de crainte des coups portés par les combattants du jihad.
    • Un appel aux combattants de l'Etat islamique à être patients, à adhérer à leur foi, à continuer à se battre jusqu'à la dernière goutte de sang, étant donné que la victoire viendra : selon lui, les membres de l'organisation ont causé un "coups douloureux" aux nations infidèles du monde entier. Il appelle les combattants de l'Etat islamique à être patients et constants. Il note que la victoire n'est pas mesurée par l'équilibre des pouvoirs, mais plutôt par l'adhésion à la foi. Al-Baghdadi constate que le Prophète Mahomet était moins en nombre dans une bataille mais que l'adhésion à la foi l'a conduit lui et ses partisans à la victoire. Il dit que c'est la façon dont les combattants du califat de l'État islamique se battent, et les combats dans la région de Mossoul en sont un exemple. Dans ce combat, les combattants de l'Etat islamique ont démontré qu'ils ne sont pas disposés à remettre le terrain de la ville, sauf après qu'une grande quantité de sang a été sacrifié, ils sont fiers de leur religion et adhérent à leur foi. Ils n'ont pas abandonné et ils ont remis la ville seulement après qu'ils ont sacrifié leur vie. Il appelle les membres de l'organisation à continuer sur cette voie.
    • Appel aux sunnites dans les pays arabes à se soulever et appel aux membres de l'Etat islamique à ne pas accepter d'alternatives : Abu Bakr al-Baghdadi appelle les sunnites en Syrie, en Irak et au Yémen et partout dans le monde à se lever et à se débarrasser de la "poussière de l'humiliation." Il ajoute : "sachez que les chiites et le régime alaouite (syrien) n'acceptent pas les demi-solutions après qu'ils ont volé le pays et profané l'honneur." Al-Baghdadi ordonne aux membres de l'organisation de ne pas accepter d'alternative, de ne pas abandonner et de ne pas déposer les armes, mais d'adhérer à leur religion et de faire preuve de constance. Il détaille le salaire payé au chahid et salue les "vrais combattants du jihad" qui adhèrent à leur chemin et obéissent aux ordres d'Allah.
    • Appel aux membres de l'Etat islamique et à ses supporters du monde entier à continuer de mener des attaques contre les ennemis et à "allumer la flamme de la guerre" : "Luttez et piégez-les partout, augmentez les attaques lancées contre eux. Ciblez les centres d'information et les médias des infidèles et leurs centres de guerre psychologique […] Continuez vos actions […] Assurez-vous que les croisés [cf., l'Occident] et ceux qui ont abandonné l'Islam ne bénéficient pas d'une vie paisible dans leur maison pendant que vos frères sont victimes de bombardements, de mort, et de destruction."

[1] En raison des fêtes de Souccot, le prochain bulletin ne sera publié que dans deux semaines.
[2] Au sujet de la campagne menée contre la force de surveillance russe dans le secteur d'Idlib par des membres du Front du Fatah al-Sham, voir notre bulletin du 19-27 septembre 2017.