Nouvelles du terrorisme du conflit israélo-palestinien (6-12 septembre 2017)

Palestiniens lançant des pierres dans le village de Qadoum (Wafa, 8 septembre 2017).

Palestiniens lançant des pierres dans le village de Qadoum (Wafa, 8 septembre 2017).

Affrontements à Ni'lin (Compte Twitter Palinfo, 8 septembre 2017)

Affrontements à Ni'lin (Compte Twitter Palinfo, 8 septembre 2017)

Jalal Al-Suity (Page Facebook de Jalal Al-Suity, 13 janvier 2015)

Jalal Al-Suity (Page Facebook de Jalal Al-Suity, 13 janvier 2015)

Retour des pèlerins de La Mecque au terminal de Rafah (Site Internet du ministère de l'Intérieur à Gaza, 8 septembre 2017)

Retour des pèlerins de La Mecque au terminal de Rafah (Site Internet du ministère de l'Intérieur à Gaza, 8 septembre 2017)

  • Aucune attaque n’a été signalée cette semaine en Judée-Samarie, cependant dans trois incidents différents, des Palestiniens ont été arrêtés à un point de contrôle près du Caveau des Patriarches à Hébron, en possession de couteaux. Aucune roquette n’a été tirée dans le Sud d’Israël.
  • Une importante délégation de hauts responsables du Hamas a quitté la bande de Gaza pour l’Égypte. La délégation était composée de membres « externes » du Hamas, venus d’Istanbul. Les membres de la délégation ont rencontré le chef des renseignements égyptiens et ont discuté des questions portant sur la situation humanitaire et sécuritaire dans la bande de Gaza.
  • A l’occasion de la prochaine session de l’Assemblée générale des Nations Unies (19 septembre 2017), les Palestiniens ont l’intention de soumettre une vingtaine de résolutions. Mahmoud Abbas doit prendre la parole à l’assemblée plénière. Pour l’heure, les Palestiniens nient la possibilité d’une réunion tripartite entre le Président américain, le Premier ministre israélien et Abbas en marge de la session.
Manifestations, affrontements et émeutes
  • Les émeutes et les affrontements se sont poursuivis tout au long de la semaine en Judée-Samarie. Dans trois incidents distincts, des Palestiniens armés de couteaux ont été arrêtés à un poste de contrôle près du Caveau des Patriarches à Hébron. Les tirs de pierres et de cocktails Molotov se sont également poursuivis. Les forces de sécurité israéliennes ont continué leurs activités antiterroristes en Judée-Samarie, arrêtant plusieurs dizaines de Palestiniens soupçonnés d’activité terroriste et saisissant des armes et des objets utilisés dans les émeutes. Ci-après les principaux événements :
    • Le 12 septembre 2017 – Un Palestinien d’environ 15 ans est arrivé à poste de contrôle au Caveau des Patriarches à Hébron. Après avoir éveillé les soupçons des forces de sécurité, il a été fouillé et un couteau a été trouvé caché sous sa chemise. Le jeune homme a été arrêté (Porte-parole de la police, 11 septembre 2017).
    • Le 8 septembre 2017 – Les forces de sécurité israéliennes stationnées au Caveau des Patriarches à Hébron ont arrêté un Palestinien à un poste de contrôle. Il a été fouillé et trouvé en possession d’un couteau. Il a été arrêté (Porte-parole de la police, 8 septembre 2017).
Les couteaux trouvés en possession de Palestiniens à des points de contrôle près du Caveau des Patriarches à Hébron (Police israélienne, 8- 11 septembre 2017)   Les couteaux trouvés en possession de Palestiniens à des points de contrôle près du Caveau des Patriarches à Hébron (Police israélienne, 8- 11 septembre 2017)
Les couteaux trouvés en possession de Palestiniens à des points de contrôle près du Caveau des Patriarches à Hébron (Police israélienne, 8- 11 septembre 2017)
  • Le 8 septembre 2017 – Un Palestinien, qui séjournait illégalement en Israël, a été arrêté près d’Arad en possession d’un couteau. Il était résident de Yatta (Sud de Hébron) et a été transféré pour être interrogé (Page Facebook Red Alert, 8 septembre 2017).
  • Le 7 septembre 2017 – À la suite de plusieurs incidents de tirs de pierres sur des véhicules près de Tekoa, les forces de sécurité israéliennes ont pris des mesures et ont arrêté plusieurs suspects. 17 inculpations ont été prononcées contre les suspects (Porte-parole de la police, 7 septembre 2017).
  • Le 7 septembre 2017 – Des pierres ont été lancées sur un wagon du tramway près du carrefour d’Anatot. Il n’y a pas eu de blessés. Le wagon a été endommagé (Page Facebook Red Alert, 8 septembre 2017).
  • Le 6 septembre 2017 – Des gardes-frontières à l’un des postes de contrôle de sécurité au Caveau des Patriarches à Hébron ont remarqué un Palestinien qui a éveillé leurs soupçons. Un couteau a été découvert durant une fouille corporelle. Le Palestinien a été arrêté (Porte-parole de la police, 6 septembre 2017).
Attaques d’Août 2017
  • Selon les services de sécurité générale, au mois d’Août 2017, il y a eu une réduction du nombre d’attaques en Judée-Samarie et à Jérusalem. Au total ce mois-ci, 108 attaques ont été signalées, contre 220 attaques en Juillet 2017. Il y a eu 83 attentats en Judée-Samarie, 24 à Jérusalem et une attaque à l’arme blanche à Yavne. La plupart des attaques (82) ont impliqué des cocktails Molotov.121 attaques ont impliqué des engins piégés, deux étaient des fusillades, deux des attaques à l’arme blanche et une un incendie criminel. Deux Israéliens ont été blessés dans les attaques – un civil israélien dans l’attaque à l’arme blanche à Yavne et un autre civil israélien dans une attaque à l’arme blanche à Jérusalem (Site Internet des services de sécurité générale, 10 septembre 2017).
Principaux attentats de l’année écoulée[1]

Principaux attentats de l'année écoulée

Arrestation d’un membre des services de sécurité palestinienne, soupçonné d’incitation
  • En Août 2017, les forces de sécurité israéliennes ont arrêté Jalal Naji Mohammed Al-Suity, résident de Beit Awwa (dans la région de Hébron), soupçonné d’incitation et de soutien à une organisation hostile. Al-Suity, haut gradé au sein du bureau du chef de la sécurité préventive palestinienne de Jénine, a récemment publié des commentaires sur sa page Facebook appelant à des actes de violence contre les Juifs et saluant les activités terroristes. Il a également publié des portraits d’Adolf Hitler et d’Adolf Eichmann (Services de sécurité générale, 5 septembre 2017).
Portrait d'Adolf Eichmann précisant : Qui le connaît... Où êtes-vous, Eichmann Abu Atouan (commentaire non clair)" (Page Facebook de Jalal Al-Suity, 8 juillet 2017)   Portrait d'Adolf Hitler précisant : "Si vous m'attaquez, je lève mon chapeau à la lumière de votre courage. Mais je ne le poserai que sur votre tombe ". La réponse d'Al-Suity : Nous avons besoin d'Hitler... Et nous n'avons pas besoin d'un chevalier arabe. Portez-vous bien" (Page Facebook de Jalal Al-Suity, 19 avril 2017).
Commentaires publiés par Jalal Al-Suity sur sa page Facebook. Droite : Portrait d’Adolf Hitler précisant : « Si vous m’attaquez, je lève mon chapeau à la lumière de votre courage. Mais je ne le poserai que sur votre tombe « . La réponse d’Al-Suity : Nous avons besoin d’Hitler… Et nous n’avons pas besoin d’un chevalier arabe. Portez-vous bien » (Page Facebook de Jalal Al-Suity, 19 avril 2017). Gauche : Portrait d’Adolf Eichmann précisant : Qui le connaît… Où êtes-vous, Eichmann Abu Atouan (commentaire non clair) » (Page Facebook de Jalal Al-Suity, 8 juillet 2017)
Tirs de roquettes en Israël
  • Au cours de la semaine, aucune roquette n’a été tirée en territoire israélien.
Répartition mensuelle des tirs de roquettes

Répartition mensuelle des tirs de roquettes

Répartition annuelle des tirs de roquettes

Répartition annuelle des tirs de roquettes

La situation humanitaire dans la bande de Gaza
  • Le 8 septembre 2017, le terminal de Rafah a ouvert pour le passage de 500 pèlerins revenant dans la bande de Gaza après le pèlerinage à la Mecque en Arabie Saoudite. L’Egypte a également permis le transfert de 1 200 tonnes de ciment et de 20 camions de sucre par le terminal. Il sera ouvert la semaine prochaine pour deux jours de plus pour permettre l’entrée d’autres pèlerins (Ma’an, 7 septembre 2017).
  • La compagnie d’électricité de la bande de Gaza a annoncé le 7 septembre 2017 son intention de prolonger les heures d’approvisionnement en électricité selon des cycles de 6 heures suivis de 12 heures d’arrêt (contrairement à quatre heures). Ce changement a été effectué suite à l’activation des trois lignes d’électricité de la station d’El-Arish (Quds Net, 7 septembre 2017). Le ministère de la Santé du Hamas dans la bande de Gaza, a averti que le stock de médicaments dans les hôpitaux avait atteint un niveau critique. Selon le ministère, la pénurie est aujourd’hui à 40 % de l’inventaire (Al Aqsa, le 10 septembre 2017).
  • Adnan Abu Hasna, porte-parole de l’UNRWA dans la bande de Gaza, a rejeté les allégations d’Adawan Asem, chef du département des affaires des réfugiés au sein du Hamas, selon lequel l’UNRWA envisageait de modifier les critères d’admissibilité à l’aide, ce qui entraînerait de nombreuses familles de réfugiés à ne plus recevoir de l’aide. Selon lui, l’organisation évalue l’état des familles dans le besoin une fois tous les deux ans et en dépit de son déficit budgétaire, qui s’élève à 125 millions de dollars, l’agence fournit de l’aide à un million de réfugiés palestiniens et continue d’offrir des services à tous les réfugiés palestiniens dans la bande de Gaza (Elresala.net, 10 septembre 2017).
Visite d’une délégation du Hamas en l’Egypte
  • Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, s’est rendu le 9 septembre 2017 en Égypte à la tête d’une délégation de hauts responsables du Hamas de la bande de Gaza. C’est la première visite de Haniyeh en dehors de la bande de Gaza depuis qu’il a été élu président du bureau politique en Mai 2017. Une vingtaine de hauts responsables du Hamas l’accompagnaient, y compris Yahya al-Sinwar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, son adjoint Khalil Al-Khiya et Rawhi Mushtaha, membres du bureau politique. La délégation a été rejointe en Egypte par six membres du Hamas arrivés de Turquie, y compris Mousa Abu Marzouk et Saleh Al-Arouri (Ma’an, 10 septembre 2017).
  • Dans un communiqué officiel, le Hamas a précisé que la délégation examinera les relations avec l’Egypte et les moyens de les renforcer, de consolider les accords conclus lors de la précédente visite d’une délégation du Hamas, les moyens d’atténuer le siège de la bande de Gaza et de parvenir à une réconciliation entre Palestiniens (Site Internet du Hamas 9 septembre 2017). Oussama Hamdan, chargé des relations étrangères du Hamas, a déclaré que la visite de la délégation au Caire s’inscrit dans le cadre de la politique du Hamas qui vise à favoriser de bonnes relations stables avec ses voisins arabes et islamiques. Il a affirmé que la visite représente une avancée importante des relations entre le Hamas et l’Egypte. En même temps, Hamdan a souligné que malgré le fait que les relations avec l’Égypte ont considérablement avancé, elles n’ont pas encore atteint le niveau requis (Qods.Press, 10 septembre 2017).
  • Les membres de la délégation ont rencontré le chef des renseignements égyptiens Khaled Louaa Fawzy. Selon Mousa Abu Marzouk, chef adjoint du bureau politique du Hamas, la question du terminal de Rafah est en tête de l’ordre du jour des pourparlers et le Hamas a reçu la promesse de l’Égypte que le terminal serait ouvert après les rénovations, et qu’il y aurait aussi un assouplissement du passage des civils, de l’entrée de biens et de fourniture d’électricité. Mousa Abu Marzouk a déclaré qu’il y a eu des progrès dans les relations avec l’Égypte et aussi d’importants progrès sur la question de la sécurité. Selon lui, le Hamas s’est engagé à ce qui concerne les besoins en matière de sécurité le long de la frontière, en mettant en évidence les mesures de surveillance prises (Al Hayat, 12 septembre 2017).
  • Dans un communiqué publié à l’issue de la rencontre, le Hamas a déclaré qu’au cours de la réunion, les délégués du Hamas ont souligné leur préoccupation quant à la stabilité et la sécurité de l’Égypte et qu’ils ne permettraient pas que la bande de Gaza soit utilisée pour nuire à la sécurité de l’Égypte. Les délégués ont également exprimé la volonté du Hamas de dissoudre le comité administratif mis en place dans la bande de Gaza afin de permettre au gouvernement de consensus national de s’acquitter de ses tâches et d’organiser des élections, à condition qu’une conférence soit organisée au Caire, avec la participation des organisations palestiniennes, et qu’un gouvernement d’unité nationale soit mis en place pour assumer la responsabilité de la population palestinienne en Judée-Samarie, dans la bande de Gaza et à Jérusalem (Site Internet du Hamas, 11 septembre 2017).
Caricature d'Alaa Al-Lakta avertissant contre les grands espoirs de la réunion avec les autorités égyptiennes du Hamas : "Grands espoirs !..." (Page Facebook d'Alaa Al-Lakta 11 septembre 2017)
Caricature d’Alaa Al-Lakta avertissant contre les grands espoirs de la réunion avec les autorités égyptiennes du Hamas : « Grands espoirs !… » (Page Facebook d’Alaa Al-Lakta 11 septembre 2017)
  • D’après plusieurs rapports, à la suite de la visite en Egypte, la délégation du Hamas se rendra dans plusieurs pays arabes (Anadolu, 9 septembre 2017). Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas, a déclaré que la visite de Haniyeh est pour le moment limitée à l’Égypte et que les arrangements comprennent des réunions avec les dirigeants égyptiens. S’il décide de visiter d’autres pays, une annonce distincte sera publiée plus tard. Yahya Moussa, membre du conseil législatif du Hamas, a également dit qu’il est prématuré de parler du sujet, mais que si la visite ne parvient pas à atteindre ses objectifs, une partie de la délégation se rendra au Qatar, en Turquie et en Iran. Des sources au sein du Hamas ont déclaré dans ce contexte que le Hamas avait demandé à l’Egypte de permettre à ses dirigeants de continuer leur visite dans d’autres pays mais qu’ils n’avaient pas reçu de réponse claire (Al-Ghad, 9 septembre 2017 ; Arabi21, 11 septembre 2017 ; Al-Akhbar, 11 septembre 2017).
Construction d’une muraille entre Israël et la bande de Gaza
  • Dans un article publié par le site officiel de la branche armée du Hamas, l’auteur jette le doute sur l’efficacité du mur qu’Israël construit le long de sa frontière avec la bande de Gaza, qui est destiné à empêcher le creusement de tunnels en territoire israélien. Dans l’article, le mur est décrit comme une « illusion », alors que de nombreux acteurs, y compris en Israël, doutent de son efficacité, et qu’il est considéré comme une « bulle médiatique » du gouvernement destinée à calmer le public israélien. Abdul Latif Qanou, porte-parole du Hamas, a déclaré dans ce contexte que l’accélération par Israël de la construction de mur est un « resserrage du siège » de la bande de Gaza, visant à étouffer ses habitants. Il a dit que les tunnels sont considérés comme l’une des armes de la « résistance » pour protéger le peuple palestinien et a souligné que la « résistance » est un droit accordé en vertu du droit international. Al-Qanou a menacé Israël d’insécurité et d’instabilité tant qu’il impose un « siège » sur la bande, persiste avec son agression et nie les droits des Palestiniens (Al-Quds, 8 septembre 2017).
Assemblée générale de l’ONU
  • A la veille de l’Assemblée générale des Nations Unies, Riadh Mansour, représentant de l’Autorité Palestinienne à l’ONU, a déclaré que les Palestiniens ont l’intention de déposer une vingtaine de résolutions sur les questions suivantes : Jérusalem, la question des réfugiés, la Résolution 194, le « siège » de la bande de Gaza, le règlement politique et les implantations. Il a dit que Mahmoud Abbas se réfèrera dans son discours à l’ONU à la situation politique dans l’année à venir, à la possibilité de relancer un processus de paix efficace, et à l’état de la population palestinienne (Wafa, 10 septembre 2017).
  • Salah Rafat, membre du comité exécutif de l’OLP, a déclaré que le discours d’Abbas comprend principalement une présentation de l’histoire de la question palestinienne. Selon lui, la direction palestinienne conseillera de continuer à travailler dans toutes les enceintes internationales et au niveau des résolutions du Conseil de sécurité afin qu’Israël gèle la construction des implantations (Al-Watan, 7 septembre 2017).
  • Dalal Salameh, membre du comité central du Fatah, a déclaré que le discours d’Abbas inclurait des données sur la situation actuelle et qu’il allait appeler les participants à accepter la Palestine comme membre à part entière de l’ONU et à définir des frontières pour l’État palestinien. Salameh a souligné que les Palestiniens espèrent que l’ONU adoptera une résolution condamnant les implantations israéliennes (Al-Watan, 6 septembre 2017).
  • Selon plusieurs rapports, une réunion tripartite devrait avoir lieu en marge de la session entre le Président Donald Trump, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, et Abbas. Nabil Shaath, conseiller d’Abbas au sujet des affaires étrangères, a exclu cette possibilité (Al-Watan, 10 septembre 2017). Ahmed Majdalani, membre du comité exécutif de l’OLP, a également démenti la tenue d’une telle réunion. Selon lui, parler d’une réunion tripartite entre le Président Trump, le Premier ministre israélien et Abbas est une simple spéculation des médias israéliens. Il a souligné que la partie palestinienne n’avait pas annoncé son existence (Al-Watan, 7 septembre 2017).
Activités d’Abbas contre le Club des prisonniers
  • Selon des sources du Club des prisonniers palestiniens[2], Mahmoud Abbas a récemment ordonné le gel du soutien à l’organisation. Parmi les sanctions décidées par Abbas figurent le blocage du budget, le cessation de l’affectation d’employés de l’état, l’arrêt des activités du Collège Abu Jihad de formation professionnelle et son transfert au ministère des Transports. Il a également appelé à une redéfinition du club et de ses rôles (Firas, 9 septembre 2017). Avec cela, Abbas a concrétisé ses menaces lancées à la conférence du comité central du Fatah (Site Internet Qudsn, 8 septembre 2017).
  • Le quotidien Al-Araby Al-Jadeed, qui est publié à Londres, a indiqué que la direction de l’Autorité Palestinienne mène une guerre secrète sans précédent, contre le Club des prisonniers palestiniens, qui a culminé avec la décision de geler le budget alloué à l’organisation. Selon ces sources, les raisons sont principalement le désir d’envoyer une déclaration d’intention à l’administration américaine, qui avait demandé l’interruption des rentes pour les prisonniers palestiniens, ainsi que des mesures punitives à l’encontre de l’organisation, qui a conduit la récente grève des prisonniers dans les prisons israéliennes (Al-Araby Al-Jadeed, 9 septembre 2017).
Le Togo annonce le report d’une conférence au sommet prévue avec le Premier ministre israélien
  • Le sommet entre le Premier ministre israélien et les chefs d’États africains, qui devait avoir lieu en Octobre 2017 au Togo, a été reporté à une date ultérieure inconnue. La décision du report a été prise à la suite d’une demande du Président togolais à cause de problèmes internes au Togo, qui empêchent de se préparer au sommet à temps (Ministère des Affaires étrangères, 11 septembre 2017). Des sources proches de l’organisation du sommet ont déclaré que la raison de l’ajournement était la pression des États arabes et des Palestiniens sur le Togo pour annuler la réunion (Nana 10, 11 septembre 2017).
  • Les Palestiniens, qui ont déployé des efforts pour perturber le sommet, considèrent le report comme une victoire. Le ministère palestinien des Affaires étrangères a publié une annonce accordant le crédit de la réalisation à la politique menée par Abbas et les instructions données à Riadh Al-Maliki, son ministre des Affaires étrangères, d’utiliser tous les moyens disponibles pour empêcher ce sommet. La fin de l’annonce a souligné que la bataille n’était pas encore gagnée et que ce n’était qu’un report, pas une annulation pure et simple, ce qui nécessite davantage d’efforts (Wafa, 11 septembre 2017).
  • Mustafa Al-Barghouti, secrétaire général de l’Initiative nationale palestinienne, le report de la conférence au Togo est une victoire pour la Palestine et la campagne BDS contre Israël, et une défaite pour la diplomatie israélienne et le Premier ministre Netanyahu. Il a déclaré que le travail doit désormais se concentrer sur l’annulation totale du sommet et l’échec à toute normalisation des relations entre les États africains et d’Israël (Ma’an, 11 septembre 2017). Izzat Al-Rishq, haut responsable du Hamas, a également accueilli avec satisfaction la décision, qu’il a qualifiée de victoire pour les pays africains au cours des années de luttes contre les régimes « racistes, fascistes et d’apartheid », que représente Israël (Compte Twitter d’Izzat Al-Rishq, 11 septembre 2017).
"Report du sommet israélo-africain à une date inconnue." (Arabi21, 11 septembre 2017)
« Report du sommet israélo-africain à une date inconnue. » (Arabi21, 11 septembre 2017)
Préparatifs d’une conférence en Europe contre la construction dans les implantations
  • Tayseer Khaled de l’OLP a annoncé que des préparatifs sont en cours, de concert avec le bureau national de défense de la terre et de résistance aux localités de peuplement au sein de l’OLP (dont il est également à la tête), en vue d’organiser une première conférence européenne sur la question des implantations. La conférence devrait se tenir le 6 novembre 2017 à Bruxelles et sera parrainée par plusieurs institutions et organisations européennes en faveur de la question palestinienne. Selon Khaled, la conférence est destinée à appuyer les institutions de la société civile en Europe, les membres du parlement, les médias et les universitaires afin d’internationaliser la question d’un règlement fondé sur les résolutions à ce sujet. Il est également prévu de mettre en place un lobby pour faire pression sur les gouvernements européens en vue de voter la condamnation d’Israël sur la question des implantations et de prendre des mesures actives contre ces localités. Khaled a appelé les communautés palestiniennes et les institutions palestiniennes en Europe à persuader les militants d’Europe à prendre part à la conférence (Quds Press, 10 septembre 2017).

[1] Les principales attaques consistent en des fusillades, des attaques à l'arme blanche, à la voiture bélier et la pose d'engins piégés et ne comprennent pas les tirs de pierres et de cocktails Molotov.
[2] Le Club des prisonniers palestiniens est l'une des plus grandes organisations de prisonniers palestiniens. Le Club des prisonniers a été fondé en 1993, avant l'établissement de l'Autorité Palestinienne. Il est actuellement dirigé par Qadura Fares, membre du Fatah, proche de Marwan Al-Barghouti. L'organisation a géré la récente grève de la faim dans les prisons israéliennes, qui a duré 41 jours.