Attentat suicide complexe de l’Etat islamique à l’aéroport militaire de Deir ez-Zor – Nouveau témoignage des capacités opérationnelles de l’Etat islamique après sa chute

Infographie publiée par l'agence Maita proche de l'Etat islamique au sujet de l'attaque de l'aéroport militaire de Deir ez-Zor (Twitter, 17 novembre 2017)

Infographie publiée par l'agence Maita proche de l'Etat islamique au sujet de l'attaque de l'aéroport militaire de Deir ez-Zor (Twitter, 17 novembre 2017)

Aperçu général
  • Le 13 novembre 2017, l’Etat islamique a effectué une attaque suicide complexe, sophistiquée et audacieuse à l’aéroport militaire de Deir ez-Zor. L’attentat a été commis par cinq à huit terroristes suicide qui sont arrivés de la zone désertique de la région d’Abu Kamal et sont entrés dans l’aéroport revêtus d’uniformes militaires russes. Les terroristes ont échangé des tirs avec les soldats syriens sur le terrain et, lorsqu’ils ont épuisé leurs munitions, ils ont fait exploser leurs gilets explosifs. L’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’attaque. Les forces syriennes présentes à l’aéroport ont subi de lourdes pertes (apparemment environ 13 morts). Selon certains rapports, les membres de l’organisation ont détruit cinq avions et hélicoptères lors de l’attaque.
  • L’attaque de L’Etat islamique contre l’aérodrome militaire de Deir ez-Zor et plusieurs attaques précédentes dans la vallée de l’Euphrate peuvent indiquer que les activistes de l’Etat islamique dans les zones désertiques à l’Est et à l’Ouest de la vallée de l’Euphrate ont encore des capacités opérationnelles considérables, ceci malgré le fait que l’armée syrienne a achevé la conquête des bastions de l’organisation dans la vallée de l’Euphrate, a atteint la frontière avec l’Irak et a conquis la ville d’Abu Kamal, le dernier bastion de l’Etat islamique (19 novembre 2017). Ces capacités opérationnelles, notables en Syrie comme en Irak, sont destinées à servir l’Etat islamique dans sa nouvelle « incarnation » en tant qu’organisation terroriste et de guérilla (tel qu’il l’était jusqu’à l’été 2014), qui n’est plus tenue de défendre le territoire de « l’Etat islamique ».
Description de l’attaque
  • Le 13 novembre 2017, l’Etat islamique a commis un attentat suicide complexe dans l’aéroport militaire de Deir ez-Zor. Selon les médias syriens et arabes, l’attaque a été menée par cinq Tchétchènes qui sont arrivés à l’aéroport de la région désertique près d’Abu Kamal. L’un d’eux a fait exploser une voiture piégée à l’entrée de l’aéroport. Quatre autres terroristes revêtus d’uniformes russes sont ensuite entrés et ont ouvert le feu sur les soldats syriens. Ils ont également tiré des roquettes RPG sur des avions, détruisant trois appareils. Plusieurs véhicules blindés ont été détruits (Hatwah, 13 novembre 2017 ; Observatoire des droits de l’homme, 14 novembre 2017 ; Marasalon, 14 novembre 2017 ; Anav Baladi, 14 novembre 2017 ; Al-Arabiya TV, 14 novembre 2017).
  • Il convient de noter la manière dont les terroristes sont entrés dans la base : Selon les médias syriens et la chaîne Al-Arabiya, les membres de l’organisation portaient l’uniforme de l’armée russe et certains étaient russophones. Selon une version (Al-Arabiya), les véhicules qui sont entrés sur le terrain étaient des véhicules blindés de l’armée syrienne. Les terroristes ont prétendu qu’ils étaient des soldats russes venus vérifier l’aéroport et ont indiqué qu’ils voulaient organiser une réunion avec le commandant syrien de l’aéroport.
  • L’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’attaque au moyen d’un avis publié dans l’hebdomadaire Al-Naba quelques jours après l’attentat (16 novembre 2017). [1]Une version différente de l’organisation a été publiée dans les médias syriens. Selon l’annonce, huit membres ont participé à l’attaque (et non cinq). L’origine de l’un d’entre eux (selon son nom) vient de Russie, mais d’après les appellations, la plupart des autres sont originaires de Syrie. Selon l’annonce, les militants sont arrivés à l’aéroport en voiture piégée. Un terroriste suicide nommé Abu Yahya al-Damasqai a fait exploser la voiture parmi les soldats de l’armée syrienne. Plus tôt, les sept autres terroristes sont sortis du véhicule, sont entrés dans l’aéroport et ont échangé des coups de feu avec les soldats syriens jusqu’à ce que leurs munitions soient épuisées. Quand ils ont manqué de munitions, ils se sont fait exploser avec des gilets explosifs qui étaient en leur possession parmi une concentration de soldats de l’armée syrienne à l’aéroport.
  • En ce qui concerne le nombre de Syriens et de Russes tués dans l’attaque, il existe des contradictions substantielles : le site Internet Marasalon, affilié au régime syrien, affirme que deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, 13 soldats syriens ont été tués (cette version nous semble la plus fiable). La déclaration de l’Etat islamique, qui nous semble exagérée, affirme que 58 soldats syriens et cinq experts russes ont été tués dans l’attaque. L’annonce de L’Etat islamique indique également que trois avions de combat, deux hélicoptères et un dépôt de munitions ont été détruits. Selon le site Marasalon, trois avions ont été détruits.

Infographie publiée par l'agence Maita proche de l'Etat islamique au sujet de l'attaque de l'aéroport militaire de Deir ez-Zor (Twitter, 17 novembre 2017)
Infographie publiée par l’agence Maita proche de l’Etat islamique au sujet de l’attaque de l’aéroport militaire de Deir ez-Zor (Twitter, 17 novembre 2017)

Réaction du régime syrien et des Russes
  • Le régime syrien et le gouvernement russe se sont abstenus de faire des annonces officielles sur l’incident, ceci, selon nous, pour éviter l’embarras à un moment où l’attention des médias est centrée sur la reprise d’Abu Kamal et l’effondrement de l’Etat islamique en Syrie. 
  • Un journal en ligne russe appelé Lenta.ru, [2] qui s’appuie sur la chaîne Directorate 4, qui surveille les activités des organisations terroristes, a rapporté que des terroristes avaient attaqué un aérodrome dans la ville de Deir ez-Zor. Selon le rapport, il existe plusieurs versions de l’événement. Selon une version, un terroriste de l’Etat islamique a réussi à entrer dans l’aéroport et s’est fait exploser près d’un groupe de soldats syriens. Selon une autre version, plusieurs combattants russophones, apparemment originaires de Tchétchénie, sont entrés dans l’aéroport, se sont présentés comme des soldats russes, ont mis le feu aux avions et ont ensuite attaqué des combattants syriens. Jusqu’à présent, une personne a été signalée morte et plusieurs autres blessées, sans précision sur leur affiliation (Lenta.ru, 13 novembre 2017).

[1] Le retard dans la publication de l'annonce peut témoigner des difficultés à transférer les informations pertinentes à l'organisme qui a envoyé le groupe de terroristes, mais aussi de la détérioration de la qualité du système d'information de l'Etat islamique. Il convient de noter que même après l'attaque terroriste de New York (31 octobre 2017), l'annonce de la revendication de responsabilité publiée par l'organisation dans le journal Al-Nabaa a été retardée (le 2 novembre), malgré sa grande valeur de propagande.
[2] Lenta-ru est un journal en ligne, privé et populaire, rédigé en russe. Son site Internet est visité par plus de 600 000 internautes chaque jour.